Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Conclusion

Texte intégral

1La Commune de Paris de 1871 et le régime de Vichy se situent aux deux extrémités de la IIIe République. Et pourtant, il n’est peut-être pas aussi paradoxal qu’il y paraît de les rapprocher : ils ont en commun d’être des événements courts, de simples épisodes ; de rompre la ligne démocratique et réformiste de la politique française ; d’être une conséquence directe de la défaite face à l’Allemagne. La Commune, il est vrai, n’a été ni voulue ni encouragée par ceux qu’on appelait encore les Prussiens ; à l’opposé, le régime de Vichy porte la marque de l’occupation allemande.

2Pétain et son entourage ont résolument brisé avec tout ce que la IIIe République avait porté à son point d’épanouissement et, en quelque sorte, de perfection : la république parlementaire, dont les ressorts ont été cassés par la défaite, est répudiée. En ce sens, Vichy est bien un épilogue. Mais force est de constater que, dès 1946, le système parlementaire s’est reconstitué avec ses automatismes et ses habitudes ; que l’instabilité ministérielle a repris de plus belle sous la IVe République. La démocratie cependant perdure et s’affirme, dans une tonalité plus césarienne que représentative, sous la présidence du général de Gaulle, à partir de 1958. Au cours de ces années, la France est vite revenue à ses préférences et ses joutes politiques dans un cadre institutionnel certes renouvelé, mais constamment tonifié au cours des « Trente Glorieuses » (1945-1975) par l’inspiration démocratique. Plus qu’un épilogue, Vichy, sous cet éclairage, n’aura été qu’une courte parenthèse, peu significative ; la revanche, de brève durée, de minorités aux rancunes tenaces, adossées à des vainqueurs à la tutelle sourcilleuse, à la poigne lourde.

3S’il y a déchirure du long ruban de l’histoire contemporaine, déroulé depuis 1789, elle est beaucoup plus tardive. Date-t-elle de 1968 et du manifeste d’une jeunesse désormais adonnée à l’individualisme et au consumérisme ? Remonte-t-elle au tournant libéral des années 1980, qui place la politique sous la coupe de l’économie ? La démocratie est battue en brèche par de nouvelles oligarchies dont le champ d’action est l’espace-monde et non plus l’espace national. C’est seulement dans le dernier tiers ou le dernier quart du XXe siècle que nous aurions quitté le temps de ce qu’il est convenu d’appeler l’histoire contemporaine, pour entrer dans une autre histoire, post-contemporaine, faite de plus d’incertitudes que de confiance, où les repères anciens, au moment même où ils semblent s’effacer, nous fourniraient sans doute des moyens de comprendre, de comparer et de se diriger.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540