Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Deuxième partie. L'apogée de la civilisation démocratique (1870-1940)

Chapitre VIII. Épilogue ou simple parenthèse : l’épisode de Vichy (1940-1944)

Texte intégral

1Le régime installé à Vichy s’inspire d’une idéologie qui a sa cohérence, met en place des institutions spécifiques sur les ruines de la IIIe République, et va se heurter à des résistances de plus en plus vives à mesure que le temps passe.

L’IDÉOLOGIE : LA RÉVOLUTION NATIONALE

2Est-on, avec le régime, issu en 1940 de la défaite, en présence d’une nouvelle efflorescence du fascisme ou d’un simple mouvement de réaction à la française ?

3La France se propose volontiers en modèle du monde entier ; mais, de manière contradictoire, elle est plus prompte et plus avide encore à imiter et à promouvoir les modèles étrangers. L’effondrement brutal de mai 1940, l’éclatante victoire de l’Allemagne, outre qu’ils ne nous laissent qu’une très mince marge de manœuvre, poussent à faire du nazisme ou du fascisme en général, la référence obligatoire, l’exemple à suivre.

QUELQUES ÉLÉMENTS EMPRUNTÉS AU FASCISME

4La conviction est largement répandue que la république parlementaire, la démocratie, le gouvernement de la gauche et du Front populaire sont les vrais responsables du désastre. Il faut faire table rase, bâtir à neuf. Néanmoins, les traits de l’idéologie fasciste empruntés par la Révolution nationale sont plutôt rares. À ce titre figure le culte du chef, si contraire aux habitudes parlementaires de la IIIe République, qui prend appui sur le vieil instinct monarchiste des Français ; culte du chef dont témoigne la vivacité et la récurrence des fièvres politiques dont le corps social est souvent parcouru. Ce culte ne peut d’ailleurs se développer que si le peuple s’est, au préalable, reconnu et identifié à une personnalité charismatique, à un « homme providentiel » perçu comme la seule issue à la crise, comme le recours suprême. Justement, les événements de 1940 sont d’une exceptionnelle gravité. Il est bien évident que, sans la guerre et la déconfiture militaire, la IIIe République aurait continué sur son rail ; les élections législatives, qui devaient se tenir en mai ou juin 1940, auraient donné la victoire à l’éternel centre-gauche. Face au désastre, le parlement s’est tourné vers le maréchal Pétain, le vainqueur de Verdun, qu’on imagine être le mieux à même de protéger le pays des conséquences de la défaite ; ce geste n’est pas sans rappeler la manière de faire du président de la République Raymond Poincaré, nommant à la tête du gouvernement, en novembre 1917, Georges Clemenceau, investi d’une sorte de magistrature dictatoriale pour conduire le pays, alors au bord de la rupture, jusqu’à la victoire.

5Une fois dans la place, le maréchal, sans nécessairement l’encourager, va bénéficier d’un véritable culte. La formule du cardinal Gerlier, archevêque de Lyon, résume bien l’opinion d’une grande majorité des Français au lendemain de la débâcle : « Pétain, c’est la France, et la France, c’est Pétain. » Le maréchal entend diriger et diriger seul. Il le dit nettement dans son message du 8 juillet 1940 : « Un petit nombre conseille, quelques-uns commandent, un chef gouverne. » Les assemblées de la IIIe République ont été ajournées, et les partis politiques sont dissous.

6Du fascisme, la Révolution nationale, en plus du goût pour l’autorité et du culte du chef, tire aussi la condamnation simultanée du capitalisme libéral et du socialisme marxiste. Mais, arrivées à ce point, la route du fascisme et celle de la Révolution nationale divergent.

LA MARQUE DU TRADITIONALISME

7Le fascisme est un mouvement de masse orienté vers l’avenir, acceptant et se projetant dans l’ère industrielle. Il donne le pouvoir à des hommes jeunes surgis des bouleversements de l’après 1918, étrangers au sérail, et au conformisme parlementaire. Le monde des masses, du prolétariat écrasé et déshumanisé est répudié ; on continue, à l’image des Français, de préférer un monde de petits paysans, de petits artisans indépendants, maîtres de leur outil de travail. La Révolution nationale, loin de s’engager résolument vers l’avenir, éprouve la nostalgie du passé. Les hommes au pouvoir sont des vieillards ou peu s’en faut. Le plus jeune des grands dirigeants, Pierre Laval, est né en 1883 : il a donc cinquante-sept ans en 1940 ; Weygand est né en 1867 et Pétain en 1856. Le gouvernement de Vichy est vraiment une gérontocratie.

8L’antisémitisme de Vichy est indiscutable, mais ce n’est pas, comme en Allemagne, un antisémitisme essentiellement racial. Sa connotation est plutôt politique : il s’inscrit dans le cadre des luttes qui ont traversé la IIIe République ; on reproche aux Juifs leur communautarisme et leur cosmopolitisme supposé, bref de négliger, voire de trahir la nation : critique dangereuse en ces temps où la France blessée est à la recherche d’explications et de boucs émissaires.

9Le nouveau régime est donc une revanche et une réaction. Revanche contre ce que les hommes de Vichy, avec les monarchistes et les conservateurs de tous les bords appellent les « principes dissolvants » de la Révolution ; avec son individualisme abstrait. Que la Révolution ait été bien autre chose que cela, qu’elle ait jeté les bases d’un véritable pacte social intégrateur, ils n’en ont cure : c’est à une certaine idée fausse ou du moins tronquée de la Révolution qu’ils s’en prennent. Revanche aussi contre l’ensemble des institutions et le mode de fonctionnement de la IIIe République. Cette volonté de revanche conduit à des réactions brutales, par exemple contre la centralisation jacobine et napoléonienne. La machine de l’État doit marcher en appliquant d’autres règles. À la devise républicaine : « Liberté, égalité, fraternité » se substitut la devise nouvelle : « Travail, famille, patrie ».

10Le travail a une double fonction : de production et d’intégration sociale. Les syndicats patronaux et ouvriers sont dissous par une loi du 16 août 1940, qui interdit la grève et le lock-out. Une organisation professionnelle de type corporatiste est mise en place par la Charte du travail du 4 octobre 1941. Les membres d’une même profession sont rassemblés à l’échelon local, régional et national en comités sociaux dirigés par une commission du gouvernement qui a tout pouvoir de décision en matière d’embauche, de licenciement, de conventions collectives, de salaires, de formation professionnelle. Grande nouveauté : la Charte établit, pour la première fois, les modalités de fixation d’un salaire minimum vital.

11La famille est ce foyer où se développent les solides vertus morales dont dépend la force de la société. Contre les attaques de l’individualisme libéral, Vichy multiplie les mesures en faveur de la famille. La fête des mères, hautement symbolique, date de cette époque. La natalité se redresse brusquement annonçant le baby boom de l’après-guerre : 519 000 naissances étaient enregistrées en 1941 ; elles bondissent à 636 000 en 1944.

12La patrie est l’expression achevée de la vie collective. Les hommes de Vichy le martèlent inlassablement : c’est l’affaiblissement du sens patriotique qui serait à l’origine de la défaite de 1940. La France serait minée de l’intérieur par les menées des internationales, de la « juiverie », de la franc-maçonnerie. Des mesures discriminatoires vont être prises à l’encontre des « mauvais Français » : une loi du 14 août 1940 interdit toutes les sociétés secrètes ; une autre, du 30 octobre de la même année, soumet les Juifs à un statut spécial, et les exclut de la fonction publique ; plus radicale encore, la loi d’organisation économique du 22 juillet 1941 les dépossède de la propriété et les évince de la direction de leurs entreprises.

13En définitive la Révolution nationale, raidie dans la peur et le refus de la société industrielle, nostalgique d’un passé idéalisé, est bien davantage une forme de traditionalisme qu’une adaptation ou une mouture de régime fasciste. La province paisible prend sa revanche sur l’univers urbain de l’activisme politique, de la turbulence sociale, de la dynamique économique. Monde de petits notables encadrant des paysans, des artisans, des commerçants indépendants et vivant à petit rythme. Monde de la prudence, de l’épargne, de l’accumulation, d’un conservatisme touchant à la frilosité. Ce monde-là, Vichy le considère comme le « meilleur des mondes », et s’est obstiné à en prolonger la survie. Beaucoup de Français, au moins dans un premier temps, crurent se reconnaître dans ces choix-là.

LES INSTITUTIONS DE VICHY

14Le régime de Vichy est né juridiquement le 10 juillet 1940 de la délégation du pouvoir constituant au maréchal Pétain, votée ce même jour par la chambre des députés et le sénat réunis en Assemblée nationale. Le résultat était sans appel : 569 voix contre 80 et 17 abstentions. Dès le lendemain, Pétain promulguait trois actes constitutionnels qui lui conféraient tous les pouvoirs.

LA DISTINCTION DES TROIS PÉRIODES

L’âge d’or de la Révolution nationale

15Il correspond à la première phase de l’histoire de Vichy, de juillet 1940 à avril 1942. Le premier des trois actes constitutionnels pris par Pétain fait du maréchal le « chef de l’État français ». La formule semble abroger et la présidence de la République, et la République elle-même. En réalité, Pétain est à la fois chef de l’État et chef du gouvernement. « Un chef gouverne » : la formule évoque à la fois le commandement militaire et la monarchie d’Ancien Régime. Le chef de l’État est assisté de vice-présidents du conseil : Pierre Laval puis l’amiral Darlan. Plus de partis, plus d’élections. Les membres d’un Conseil national sont nommés le 21 janvier 1941. S’il n’y a plus de partis, il n’y a évidemment plus de multipartisme, mais pas davantage de parti unique, à la différence de ce qui se pratique dans les États fascistes.

L’intensification de la collaboration

16Cette deuxième période commence en avril 1942 avec le rappel de Pierre Laval, promu chef du gouvernement, et qui symbolise la politique de collaboration. Pétain n’est plus que le chef de l’État. Cette phase est plutôt courte et s’achève, dès novembre 1942, avec le débarquement américain en Afrique du Nord.

La mainmise des Allemands

17Après le débarquement en Afrique du Nord, les Allemands décident d’occuper la totalité du territoire français. La zone libre disparaît, Pétain n’a plus d’autorité nulle part, il n’est plus qu’un chef d’État nominal, même s’il fait préparer le texte de la constitution du 30 janvier 1944, intéressante sous divers aspects : elle donne pour la première fois le droit de vote aux femmes, accorde un droit de vote plural aux chefs de familles nombreuses, crée des provinces ayant à leur tête un gouverneur, institue une cour suprême chargée de juger la constitutionnalité des lois. Cette constitution ne sera jamais appliquée.

LA COLLABORATION

Le contexte général

18Pétain est parti d’une conviction qui est aussi celle de la majorité des Français : en 1940, notre pays, saigné à blanc par la guerre de 1914, et qui, depuis des générations, ne fait plus guère d’enfants, n’a pas les moyens de subir un nouveau choc. Résister, ce serait se vouer à disparaître. L’Allemagne est trop forte ; l’Angleterre nous abandonne, et n’a pas d’ailleurs d’armée de terre ; les États-Unis ne veulent pas intervenir ; l’URSS est l’alliée de l’Allemagne. Il faut donc temporiser, car l’armistice du 22 juin 1940 laisse à la France certains avantages : une zone libre couvrant près de la moitié du territoire français avec Marseille, Lyon et Toulouse où subsiste un gouvernement français ; un empire colonial où la force armée va être réorganisée ; une importante flotte de guerre.

19Or, en novembre 1942, suite au débarquement américain en Afrique du Nord, ces avantages s’effacent : l’Allemagne occupe toute la France ; l’empire tombe entre les mains des Alliés ; la flotte se saborde à Toulon. L’opinion de Pétain et de ses proches collaborateurs (Laval, Weygand) est faite : l’Allemagne a gagné la guerre ; la Grande-Bretagne sera vaincue. Il faut collaborer, préparer par la Révolution nationale la régénération de la France, qui lui permettra au terme du conflit, de se poser en arbitre face à des belligérants affaiblis. En réalité, la collaboration a commencé bien avant 1942, symbolisée par l’entrevue de Montoire, où, le 25 novembre 1940, Pétain a serré la main de Hitler. Pour garder légitimité et utilité aux yeux des Allemands, Laval a fait son grand retour comme chef du gouvernement dès avril 1942. Début 1944, les pro-nazis Marcel Déat, Philippe Henriot, Joseph Darnand font leur entrée au gouvernement.

Les formes de la collaboration

20À la collaboration administrative s’ajoutent la collaboration économique et, dans une moindre mesure, la collaboration militaire.

La collaboration administrative

21En zone occupée, elle est inévitable. C’est un engrenage dont les Juifs sont dans les grandes victimes, l’occupant ayant décrété la chasse aux Juifs. La police de Vichy est chargée des rafles. La plus tristement célèbre est celle du « Vel’ d’Hiv » : 13 000 Juifs y sont parqués, le 13 juillet 1942, avant d’être envoyés en déportation. Les communistes, qui se sont lancés dans la Résistance à la suite de l’agression allemande contre l’URSS en juin 1941, sont eux aussi pourchassés. Afin d’éviter l’exécution d’otages choisis au hasard, Vichy est chargé de livrer des communistes à l’occupant.

La collaboration économique

22Elle est évidemment posée par le vainqueur, c’est une collaboration forcée. Elle a commencé par le versement d’une énorme indemnité de guerre ; par la suite, elle se prolongera dans l’organisation d’un service de travail obligatoire (le STO). Sur la base de la loi du 17 février 1943, 500 000 travailleurs français partiront en Allemagne ; en contrepartie, quelques milliers de prisonniers français seront libérés.

La collaboration militaire

23Elle sera toujours peu active. Pétain estime, en 1940, que la France doit rester à l’écart des champs de bataille. Laval recherche l’appui des États-Unis ; or, il est impossible d’entrer dans le conflit sans s’aliéner les États-Unis. De plus, la France risque de perdre son empire si elle entre en guerre. D’ailleurs, Hitler ne demande rien : à ses yeux la France ne compte plus. Simplement, une collaboration militaire limitée s’organise contre l’URSS : la Légion française contre le bolchevisme est mise sur pied par Doriot en 1942 ; une division Charlemagne, engagée contre l’Armée Rouge, est formée en 1943 par Laval.

LES FRANÇAIS, VICHY ET LA RÉSISTANCE

L’ATTITUDE DES FRANÇAIS

24En mai-juin 1940, il y a, selon la formule célèbre « Quarante millions de pétainistes ». Que faire ? L’armée française a été balayée, la France n’a que des ennemis et aucun allié déterminé. Le sentiment prévaut de la disproportion des forces. L’instinct de conservation se manifeste : les Français ont la certitude que les sacrifices de 1914 ne peuvent être renouvelés. La Révolution nationale ne se confond pas encore avec la collaboration ; elle exalte un idéal de solidarité (travail, famille, patrie) qui retentit dans une société traditionnelle ébranlée par la crise des années 1930. Un esprit de fronde à l’égard de l’occupant accompagne, dans les débuts, de très rares actes de sabotage. À partir de Montoire (octobre 1940) une lente remobilisation s’opère, car le régime s’identifie de plus en plus à la collaboration.

LA RUPTURE GAULLISTE

25Le général de Gaulle est sous-secrétaire d’État à la guerre lorsqu’il apprend, le 17 juin 1940, la démission du cabinet de Paul Reynaud, auquel il appartenait, et la formation d’un gouvernement sous la direction du maréchal Pétain, décidé à rendre les armes face à l’Allemagne. De sa propre initiative, il part pour Londres. Churchill lui donne accès à la BBC, d’où il lance son fameux appel du 18 juin à la résistance. L’accord du 8 août 1940 entre de Gaulle et Churchill porte création des Forces françaises libres (FFL), placées sous commandement français, mais équipées et entretenues par les Britanniques. En France, l’appel du 18 juin est passé inaperçu, et de Gaulle est considéré comme l’homme des Anglais. En septembre 1940, avec l’aide d’une escadre anglaise, il essaie de s’emparer de Dakar : c’est un échec. Installé à Brazzaville, il dénie en octobre-novembre 1940 toute légitimité à Pétain et s’attribue l’exercice de la souveraineté française dont il se considère, depuis le 18 juin, comme le véritable et légitime dépositaire. Est-il si éloigné de Pétain ? Il partage son aversion pour la IIIe République ; lui aussi est un autoritaire, un traditionaliste : ses maîtres sont Barrès et Maurras. Mais Pétain est davantage un élitiste décidé à s’appuyer sur les corps intermédiaires, tandis que de Gaulle est plutôt un démocrate césarien. Le 27 septembre 1941, il institue par ordonnance un Conseil national qui tient lieu de conseil des ministres.

L’UNIFICATION DE LA RÉSISTANCE

26Les journaux clandestins se multiplient : Combat et Franc-Tireur naissent en décembre 1941. Les communistes, installés dans la résistance, organisent en 1942, les Francs-Tireurs partisans (FTP). En septembre 1942, l’URSS reconnaît le Conseil national du général de Gaulle comme l’organe directeur de la France combattante. Un rapprochement entre gaullistes et communistes est envisageable.

De Gaulle et ses multiples adversaires

27De Gaulle n’a pas que des amis en France. La gauche s’en méfie, car il passe pour maurrassien, traditionaliste, catholique, adepte des conceptions politiques autoritaires et antiparlementaires. À droite, le rapprochement amorcé au début de l’année 1943 avec les communistes, déplaît. L’empire français est anglophobe. Le général Giraud est un concurrent redoutable et c’est avec lui que Roosevelt prépare le débarquement en Afrique du Nord, non avec de Gaulle qui ne lui inspire que de l’antipathie. De Gaulle vient pourtant à Alger, le fief de Giraud, en mai 1943. Les deux hommes vont coprésider le Comité français de libération nationale, qui devient une sorte de gouvernement. Le 17 septembre 1943, une Assemblée consultative provisoire est créée par ordonnance ; ses membres sont désignés par les partis politiques et les mouvements de la résistance. Puis le général Giraud s’efface et prend le commandement de l’armée d’Italie et de Corse.

Le front intérieur et la chute de Pétain

28En janvier 1942, Jean Moulin est parachuté en France comme représentant du général de Gaulle. Sa mission est précise : unifier la résistance non-communiste, car les organisations communistes échappent à l’emprise gaulliste. Ce n’est que beaucoup plus tard, le 27 mai 1943, que Jean Moulin parviendra à intégrer les communistes au sein du Conseil national de la résistance (CNR). Les maquisards sont regroupés en Forces françaises de l’intérieur (FFI), fortes de 40 000 hommes au début de l’année 1944. En avril 1944, le parti communiste accepte d’entrer au Comité français de libération nationale (CFLN). Le 2 juin 1944, à la veille du débarquement américain sur les côtes de Normandie, et pour éviter la mainmise des Anglo-saxons sur la politique française, le CFLN prend le nom de Gouvernement provisoire de la République française. Après le débarquement du 6 juin en Normandie et du 9 août en Provence, les Allemands évacuent le pays. Ils emmènent avec eux le maréchal Pétain qu’ils installent à Sigmaringen. Dès le 9 août, une ordonnance du gouvernement provisoire a rétabli la légalité républicaine, considérant que tout ce qui avait suivi la démission du gouvernement de Paul Reynaud, le 16 juin 1940, était nul et non avenu.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540