Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Deuxième partie. L'apogée de la civilisation démocratique (1870-1940)

Chapitre VI. La IIIe République, ou le régime de parti unique

Texte intégral

1En une petite dizaine d’années, de 1871 à 1879, la République est parvenue à convaincre, à s’enraciner. S’emparant des leviers de commande de l’État, les chefs républicains sont persuadés de continuer l’œuvre commencée par les grands ancêtres. À leurs yeux, la vérité politique a été trouvée et dite pour toujours en 1789. En face, bientôt, il n’y aura plus rien. Il est bon de décrire les conditions d’établissement de ce monopole politique, les lois de son exercice, sa mécanique et les mouvements qui l’affectent. Et encore et surtout de percer le secret de son épanouissement et de sa durée.

UN SEUL PARTI

2D’emblée, dès les années 1870, monarchistes et révolutionnaires sont frappés d’ostracisme, délégitimés. Les oppositions, à mesure qu’elles renaissent, sont désarmées, récupérées, satellisées autour d’une formation unique, un grand parti républicain, à la dénomination et aux contours incertains, véritable organisation permanente de la démocratie, ramifiée, tentaculaire, avec ses filiales, ses affluents, ses combinaisons, qui couvrent la totalité de l’espace politique, et rend impossible le jeu des alternances.

DES ENNEMIS FRAPPÉS D’OSTRACISME

3Ses ennemis les plus déterminés, la République, à ses origines, les rencontres chez les monarchistes. Ils ne seront pas seulement rejetés dans l’opposition, combattus dans leurs opinions et leurs arguments. L’anathème les frappe pour ce qu’ils sont, parce qu’ils sont. On leur fera savoir qu’il n’y a plus de place pour eux en France.

4La monarchie disqualifiée, les républicains vont trouver avec l’affaire Boulanger, l’occasion de frapper le césarisme, dont la résurgence, entre 1886 et 1889, paraît menacer l’ordre politique. Menace bien fallacieuse. Profitant des hésitations du général, la République, sûre au fond de sa force, a sévi : le risque césarien s’est volatilisé.

5À l’autre extrémité de l’arc politique, la révolution violente n’est pas mieux traitée : sur elle aussi, l’excommunication a été jetée. La République de petits propriétaires, des « couches nouvelles » et des classes moyennes a horreur de la lutte des classes, elle écarte résolument les sombres prophéties de la prolétarisation et de la paupérisation. En mai 1871, l’écrasement de la Commune lève définitivement l’hypothèque. « Nous sommes débarrassés du socialisme », dira Adolphe Thiers à la veille de sa mort, en septembre 1877. La déportation des communards dit assez qu’ils sont maudits, qu’ils n’ont plus leur place dans la nation. La « semaine sanglante » est un crépuscule, celui de l’utopie révolutionnaire. Adossée à la province, la République, en la circonstance, a montré sa brutale fermeté.

LE GRAND PARTI RÉPUBLICAIN

6La République a commencé par exclure. Le roi ne reviendra pas et il n’y aura pas de « Grand soir ». Elle doit maintenant se doter de l’instrument qui lui permettra d’exercer le pouvoir, tout le pouvoir. Au cœur du dispositif, de 1876 à 1901, une constellation de personnalités, de comités, d’initiatives pas toujours très bien coordonnés. Les « partis » proprement dits n’existent pas, ou ne sont qu’à peine ébauchés. Les républicains « opportunistes » puis « progressistes » gèrent le pays, talonnés par leurs frères envieux et impatients, les républicains radicaux. L’étiquette républicaine dit assez l’appartenance des uns et des autres à un ensemble englobant qui n’a plus d’ennemis depuis la démission de Mac-Mahon et la chute du boulangisme.

7Mais voilà de la nouveauté : en 1901, un parti radical et radical-socialiste s’est constitué. Parti phare, le plus important jusqu’en 1936 ; parti dominant, au point que Barrès pouvait déclarer en 1908 que « la France entière est radicale ». Ce parti cependant n’aspire qu’à devenir l’animateur du grand rassemblement républicain. Son organisation est souple, décentralisée : tout dépend de ces comités qui sont au service de celui dont ils cherchent à assurer l’élection. Doublé à sa base par les comités, le parti est phagocyté à son sommet par les députés et les sénateurs. Les parlementaires dépendent fort peu du parti. Sous la IIIe République, il y a des partis, mais ils n’ont guère de prise sur les élus. Ou, plus exactement, à la chambre et au sénat, il n’y a pas de partis, il n’y a que des groupes parlementaires mouvants, à la discipline incertaine. S’inscrire à un groupe plutôt qu’à un autre est affaire d’occasion. Il faudra longtemps, dans ces conditions, pour que le groupe radical à la chambre ne soit composé que de radicaux, et pour que tous les radicaux y adhèrent. Même situation au sénat. Les membres des groupes, en outre, ne sont pas tenus de voter ensemble. Dans cette « République des camarades », les groupes vivent en effet sur des conventions personnelles plus que sur une entente politique. Preuve d’une carence, signe de faiblesse ? Au contraire, le grand parti républicain paraît supérieurement organisé. Le radicalisme lui tient lieu de colonne vertébrale. Et la pression permanente des électeurs et des militants donne l’impulsion à la mécanique républicaine.

À GAUCHE, MAIS PAS PLUS LOIN

8La République s’étend toujours plus à gauche. Et la gauche encore indépendante se rapproche des républicains.

9Que la République glisse vers la gauche, c’est l’évidence même. D’ailleurs, au-delà de la République, la France entière paraît inspirée, aspirée par sa gauche. Il n’est question chez nous que d’aller de l’avant, c’est-à-dire à gauche. Au moins de faire semblant : car s’il est mal porté d’être réactionnaire, dans la vie privée, qui est l’essentiel, on aime l’ordre et l’économie. Mais la gauche bénéficie d’un privilège mystique, qui lui confère une puissance d’aimantation irrésistible. Pas d’ennemis à gauche ! De 1876 à 1936, le mot d’ordre vibre d’une résonance magique. La droite n’existe plus, sauf à titre de provocation, comme figure d’un passé révolu. L’action directe et franche lui est jusqu’à un certain point interdite. Vraiment, elle est pestiférée. L’hypothèse de majorités de droite, étrangères au rassemblement républicain, est jugée scandaleuse, dans une République éloignée d’instinct des solutions qui ne correspondent pas à son état d’esprit. Cette République, d’ailleurs, s’est octroyée, en plus du monopole de la réforme, l’exclusivité de la conservation sociale : bourgeois et paysans peuvent attester qu’elle défend leurs propriétés et leurs intérêts, et avec quelle ardeur ! Donc, elle a sa droite, la seule à bénéficier d’un soupçon de légitimité. Méline l’incarne assez bien dans les années 1890. Plus tard, Poincaré l’illustrera, lui l’émule des grands opportunistes, le dreyfusard imbu de l’idéal républicain, mais aussi le restaurateur des finances publiques et du franc.

10Si la République incline vers la gauche, la gauche, de son côté, penche vers la République. Une République accueillante, mais qui pose ses conditions. « À gauche, mais pas plus loin », le slogan est connu. On ne la fera pas franchir la frontière au-delà de laquelle commencent ces aventures si redoutées de son électorat. La République est allée à la gauche ; c’est maintenant à la gauche de venir à elle, de s’avancer résolument sur le terrain parlementaire, de passer sous les fourches caudines du suffrage universel. À la suite de Jaurès, la SFIO considère le socialisme comme essentiellement républicain, comme un élargissement de la démocratie politique en démocratie sociale ; pour elle, et la différence avec la thèse de Marx est notable, l’État est un arbitre, et non l’instrument de la classe dominante. Dans les années 1920, Léon Blum, établissant sa célèbre distinction entre la conquête et l’exercice du pouvoir, affirmera que la participation socialiste au gouvernement ne peut être écartée pour des raisons de doctrine ; elle est seulement affaire de circonstances. Le parti socialiste vit de plus en plus au rythme des élections ; le socialisme paraît comme envoûté par le parlementarisme.

11Ces glissements insensibles mènent à de soudaines coalitions provoquées par une menace présentée comme grave et proche, nécessitant, en conséquence, un réflexe de « défense républicaine ». Cette menace ne serait-elle qu’un prétexte destiné à précipiter l’union tant attendue ? En tout cas, le résultat est là : le grand parti républicain, mobilisé en Bloc, en Cartel, en Front, à chaque fois a serré les rangs et s’est mis en ordre de bataille. Contre l’alliance de la « réaction cléricale » et de la « démocratie césarienne », l’affaire Dreyfus a permis la constitution d’un gouvernement de concentration républicaine, présidé par Waldeck-Rousseau, et qui accueille pour la première fois un ministre socialiste. Ce Bloc est sans failles, et bientôt soumis aux impulsions de la fameuse délégation des gauches.

12Après le Bloc, le Cartel. L’Union nationale victorieuse en novembre 1919, se prétendait rassemblement ; elle était d’ailleurs patronnée par d’indiscutables républicains, Clemenceau et Millerand. Mais les radicaux préparent leur revanche ; le parti socialiste, reconstitué contre le parti communiste, accepte le principe des listes de « Cartel » pour les élections législatives de mai 1924. Ce « Cartel des gauches » battra largement les listes d’Union nationale.

13Dernier avatar de la défense républicaine, le Front populaire. L’ennemi est désigné par le pacte signé le 27 juillet 1934 entre socialistes et communistes : ce sont les « organisations fascistes » dont il convient de réclamer la dissolution. Le Front populaire consacre donc l’intégration du parti communiste dans le rassemblement républicain.

14En définitive, les Français de la IIIe République vivent vraiment en régime de parti unique. Si, avec le mot « parti », on entend l’organisation parfaitement structurée et hiérarchisée, l’ensemble homogène et discipliné, la machine à produire des propositions précisément définies, alors il est clair que le grand parti républicain n’en est pas un. Mais il possède ses moyens, sa méthode et ses buts. Ce qu’il veut, il le veut vraiment. Il a sa colonne vertébrale et son axe : la formation des opportunistes-progressistes, remplacée, à partir de 1899, par les radicaux et radicaux socialistes, eux-mêmes supplantés en 1936 par les socialistes. Autour de ce pivot, qui régule toute l’activité politique, tournent les groupements amis et alliés, qui s’agrègent au grand rassemblement par un jeu de glissements et de coalitions. Les forces qui surgissent à gauche de la vaste mouvance se républicanisent et s’assagissent très vite. L’alliance est couverte sur sa droite : progressistes de 1893, partisans de l’Union nationale en 1919, poincaristes de 1928… Saut en 1885 et en 1889, les élections législatives se déroulent au scrutin majoritaire à deux tours qui, par le biais des désistements, pousse à tous les rapprochements. Quant aux « extrêmes », monarchistes, révolutionnaires irrécupérables, ils ont été anathémisés : on est contraint de les entendre, car il font beaucoup de bruit ; mais personne ne les écoute.

15Faute d’altérité, l’alternance est impossible. La France ignore la massive discipline des partis allemands ou anglo-saxons, elle boude le système bipartite qui fait se succéder, dans un ballet trop bien réglé, les figures convenues de la « droite » et de la « gauche ». La gauche l’emporte toujours, une gauche qui, par avance, a dévoré et digéré la droite, une gauche qui donc contient toute la droite. Face à elle, il n’y a rien. La République, toujours identique à elle-même, affronte dans le vide des adversaires inconsistants. Seule à combattre sur le champ de bataille électoral, elle ne peut être ni victorieuse ni vaincue. Les élections législatives, de 1876 à 1936, récitent la litanie de cette vacuité. Péguy s’en indigne en vain : « Voyez les élections. Elles sont bonnes. Elles sont toujours bonnes… Le gouvernement fait les élections, les élections font le gouvernement… c’est… un cercle fermé. Tous les cercles sont fermés… ça dure depuis quarante ans. Il y en a pour quarante siècles. »

16Tel est le constat. Il faut maintenant tenter de fournir les explications.

UN SEUL PEUPLE

17D’où le parti unique tire-t-il son monopole et son omnipotence ? Du simple fait, sans doute, qu’il n’y a en France qu’un seul peuple, au fond d’accord sur l’essentiel : une totalité sociologique et politique qui trouve son expression, dans l’ordre gouvernemental, sous une forme unitaire. À l’hégémonie du parti unique correspond la volonté d’une communauté homogène. Tiers état : on ne trouvera pas de meilleur terme pour désigner, à l’aube de la IIIe République, ce vaste groupe central, presque toute la France, qui ne rejette sur ses marges que deux minorités : celle des vieilles familles et de ces privilégiés attachés à justifier leur droit par un principe extérieur et supérieur à la société ; et celle du prolétariat industriel, qui perturbe les équilibres collectifs, qu’il faudra bien un jour amarrer à la société, par des moyens qui restent à définir.

LE RASSEMBLEMENT DE LA SOCIÉTÉ

18Si les Français souhaitent la République, une République tout à la fois réformatrice et conservatrice, les chefs républicains, pour leur part, se doivent de rassembler. Cet esprit de rassemblement, rien ne l’exprime mieux, aux origines du régime, que les discours de Gambetta ; rien ne le traduit mieux, dans les faits, que les retombées de la crise du 16 mai, qui scelle la grande alliance de la bourgeoisie, de la paysannerie et du mouvement ouvrier.

19La bourgeoisie d’abord. En se ralliant à la République, la haute et la moyenne bourgeoisie acceptent de n’être plus que des « classes de service », dont les intérêts particuliers se subordonnent à un intérêt général qu’elles ne fixent pas seules ; leur ralliement, d’ailleurs, n’est pas uniquement intéressé : le dévouement, l’honnêteté, le patriotisme, sont des vertus alors très répandues. Mais elles devinent aussi, dans un pays qui a besoin de renouveler ses élites dirigeantes, qu’elles ne manqueront pas de tirer avantage de leur participation aux affaires publiques. La petite bourgeoisie n’a pas de telles visées. Elle basculera facilement dans le camp républicain, compte tenu de l’indépendance d’esprit de ses artisans autodidactes, de l’aigreur critique du monde des employés, de l’hostilité des boutiquiers aux « gros » qui les menacent, de l’anticléricalisme répandu partout. Cette petite bourgeoisie est nombreuse. Les effectifs de la fonction publique s’étoffent, et l’armée des instituteurs les gonflera brusquement. Les petites entreprises du commerce et de l’artisanat sont vivaces : à la veille de la guerre de 1914, la France compte deux millions de chefs d’entreprise, dont plus de la moitié sont des isolés ; s’y ajoute un chiffre presque équivalent de patentés. Souvent décrits comme des secteurs en déclin, l’atelier et la boutique sont, au contraire, des activités en pleine expansion, qui profitent des mutations pour se renouveler et se moderniser. Royauté de l’atelier : en 1906, 50 % des ouvriers travaillent dans des établissements de moins de cinq salariés. Et malgré la concurrence des grands magasins, le nombre des commerçants ne cesse d’augmenter.

20Dans son adhésion à la République, ce monde des « petits » de la ville est rejoint par les paysans. Conquête capitale : en 1866, ils sont près de huit millions à travailler la terre, dont presque une moitié de propriétaires. En 1930, la situation aura peu évolué : une famille française sur trois habite encore à la ferme ou dans un village. Ces décideurs enracinés dans la glèbe sont attachés à leur parcelle « inviolable et sacrée », moins pour la richesse qu’elle ne leur donne pas, que pour la sécurité qu’elle leur procure. Ils éprouvent de la gratitude pour les principes d’une Révolution qui les a transformés en propriétaires. Les paysans, finalement, ne seront pas très difficiles à convaincre. Et la République, par le protectionnisme douanier, se fera la gardienne vigilante de leurs intérêts.

21Restent les prolétaires de l’industrie. Ils pèsent peu : en 1906, par exemple, 10 % seulement des ouvriers sont salariés dans des usines de plus de cinq cents personnes. La répression de la Commune a mis fin au cycle des barricades, aux violences annonciatrices d’un autre ordre des choses. La République ne pense guère à ces parias qu’elle a cependant promis, dès ses débuts, en termes il est vrai plutôt vagues, de réintégrer dans la fraternité française. Avec d’infinies précautions, sont jetées les bases du futur État-Providence. Dans un pays hostile aux « corps intermédiaires » et qui reste farouchement individualiste, la loi syndicale de 1884, celle sur les associations de 1901, et celle de 1919 sur les conventions collectives tenteront de tout ménager. Cet État social exige un financement : l’impôt sur le revenu, voté après de longs atermoiements, s’inspire moins, comme on le répète souvent, du souci de la justice fiscale, qu’il n’annonce pour le modeste particulier aussi bien que pour le riche bourgeois, l’augmentation irrésistible des prélèvements fiscaux. Chacun le comprend et tous, bon gré mal gré, l’acceptent.

LE RÈGNE DE LA PENSÉE UNIQUE

22Partout, sous la IIIe République, l’individu s’affirme et se veut, le plus possible indépendant. Replié dans le cadre de la famille, qui reste d’une incomparable solidité, il s’exerce à l’économie, à la prévoyance, et calcule le nombre de ses enfants. Son idéal est de sage modération : petit revenu, petite maison, petite retraite. Aussi se méfie-t-il des puissants et des riches. Cette indépendance, il entend l’assurer par son labeur. Chez le paysan, l’instinct du travail est irrépressible ; chez l’artisan s’affiche une sorte d’honneur de l’ouvrage bien fait, et la fierté du chef-d’œuvre. À l’opposé de la réputation dont on les afflige, les Français de la Belle Époque sont sérieux et obstinés. De ces qualités, le bourgeois offre la quintessence : mesure, méfiance, coexistence du matérialisme et de la culture désintéressée dans une existence de travail sévère. Oui, cette bourgeoisie-là est un effort : effort individuel de tenue, de moralité, de culture ; effort familial d’anticipation et d’accumulation, dont portent témoignage le gonflement séculaire de l’épargne et l’infléchissement de la natalité ; effort social de mérite et de compétence. La formule d’André Gide, « suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant », le bourgeois de la IIIe République en ferait volontiers sa devise.

23Ce peuple d’individus passionnés d’indépendance, possédants qui travaillent, travailleurs qui possèdent ou qui aspirent à posséder, est un peuple de citoyens. Postulat capital : il faut qu’une société veuille être pour être, il faut aussi qu’elle sache ce qu’elle veut, et qu’elle se révèle capable d’imposer sa volonté à ceux qui sont uniquement chargés de l’exécuter. Ce qu’ils veulent, les citoyens le diront par leur vote : seule l’onction du suffrage universel confère la légitimité aux pouvoirs publics. Le véritable sens du monisme est là : il ne peut y avoir d’autre origine des gouvernements que la volonté du peuple. La République, c’est le refus d’accepter l’existence d’une autre source d’autorité, la naissance, la compétence, l’argent, qui viendrait, dans une configuration dualiste, concurrencer la souveraineté populaire. C’est le refus des extériorités politiques, le rejet des droits divins : l’ancien droit divin des monarchistes, comme le nouveau droit divin des oligarchies économiques.

24Le suffrage universel exhausse la politique, lui confère une incomparable majesté, une suprématie telle qu’elle paraît une alternative religieuse à la religion traditionnelle, une réponse à l’interrogation sur les fins dernières, une justification ultime de l’existence, un enjeu métaphysique, transcendant les contingences matérielles. La sacralisation de la démocratie l’élève au-dessus des choses profanes. Rien ne lui est impossible. Le projet global qu’elle porte, kantien, positiviste, ne fixe point des limites étroites à l’œuvre de l’avenir. Au congrès de Nancy de 1907, le parti radical et radical socialiste précise, dans son programme, que l’idéal républicain « n’a pas plus de bornes que n’en a l’horizon ». Le projet politique tient en peu de mots : poursuivre inlassablement, par des moyens appropriés à chaque époque et à chaque situation, la transformation de la société en une immense classe moyenne, fabriquer de l’inclusion, de la citoyenneté concrète, par l’alliance de la propriété, du travail et de l’instruction. Le grand parti républicain, et lui seul, a été mandaté pour conduire au mieux cette immense entreprise.

25Société unique, pensée unique, parti unique : est-ce à dire que la IIIe République est un régime totalitaire qui étoufferait débats et divergences sous une implacable poigne ? Mais alors comment se fait-il qu’elle donne, au contraire, une formidable impression de vie, et le sentiment de conférer à la politique tout son sens ? Car la politique n’a jamais paru plus contrastée, plus virulente, plus intéressante ; et jamais, par la suite, elle ne possédera une telle charge d’intensité et d’affectivité. C’est peut-être qu’elle touche à l’essentiel, en écartant les fausses alternatives de la « droite » et de la « gauche », au profit d’une interrogation, à ciel ouvert, sur les rapports entre le « haut » et le « bas ».

LES RACINES DE L’ANTIPARLEMENTARISME

26L’enjeu souvent dissimulé de la politique se découvre brusquement, dans la confrontation éternelle du principe démocratique et du principe oligarchique. Comment, se demandent les Français, soumettre la décision de ceux qui sont en haut à la seule volonté de ceux qui sont en bas. Tout l’esprit de la IIIe République tient dans l’affirmation de la souveraineté du peuple, plénière, irrévocable. À peine de n’être qu’une incantation, la souveraineté populaire doit se défendre comme l’hydre aux mille tentacules, contre le pouvoir qui, sous n’importe laquelle de ses incarnations tend, Alain l’a assez répété, inexorablement vers la tyrannie. La démocratie à la mode d’Alain, c’est la démocratie directe du citoyen informé, actif, méfiant, critique, toujours sur ses gardes. C’est le mauvais esprit en permanence, la résistance systématique de l’individu, capable d’obéir à l’autorité régulière, mais qui refuse de s’aligner, de s’enrégimenter, et se reconnaît le droit de déposer à la minute les oligarques, les spécialistes, les médiateurs abusifs et patentés de la volonté générale.

27Du sentiment de sa prépondérance, l’élu, sous la IIIe République tire vite une naïve fierté. Cependant, est-il jamais sûr de ses électeurs ? Le vrai est que l’électeur veut dominer son mandataire. Sans aller jusqu’à le considérer comme un otage ou un domestique, il le transforme vite en courtier chargé de quémander, et d’obtenir, à Paris, quelque arbitraire faveur. Députés et sénateurs passent leur temps à recevoir les électeurs, à répondre au courrier, à s’occuper de minuscules affaires. Le mode de scrutin les arrime, loin de la galaxie des « gros », à l’univers des petites gens, à un ordre de préoccupations où chacun ne voit rien au-delà de son champ, de son village, de sa boutique et de sa rue.

28Cette attention à complaire à leurs commettants ne suffit pas, hélas, à désarmer des électeurs qui se révèlent être, aussi, des détracteurs. Aiguillonné à l’échelon local, le député est volontiers dénigré à l’échelon national, par une opinion gagnée à l’antiparlementarisme. Ce n’est pas ici le lieu de faire l’historique ou de décrire par le détail ces mouvements d’humeur qui travaillent le corps social, et menaceront plusieurs fois de tout balayer. Une interrogation demeure : pourquoi ces élus, en principe dévoués à leurs mandants, ces inlassables tribuns des revendications individuelles, sont-ils, pris en masse, si impopulaires ? Il y a, bien sûr, quelques raisons « objectives » : l’instabilité ministérielle, la lenteur des réformes, les rumeurs de corruption et d’affairisme. Il y a le trop et le trop peu, le train-train d’une gestion sans souffle, sans élan. La politique est toujours apprentissage et découverte de la déception. Ah ! disait-on, que la République était belle sous l’Empire. À peine installée, elle s’est fanée ; et maintenant elle dure…

29Une observation plus fondamentale relativise ces griefs de surface, ponctuels et spontanés. Si l’antiparlementarisme, finalement, est une donnée constante de la vie collective sous la IIIe République, cela tient à ce que toute la puissance de l’État est concentrée au parlement : et cette puissance-là, il faut la rabaisser. On le sait bien à l’époque : toujours la société doit trouver en elle-même la force de résister, de protester, de dire non, à peine d’être dépouillée de sa souveraineté. Ne jamais laisser en repos ceux qui, sinon, auront vite fait de se considérer comme des maîtres. La démocratie est cette pression continuelle exercée par le bas sur le haut, cet effort qui détruit avec obstination les oligarchies.

30Plus encore qu’elle se formalise par le suffrage universel, l’incompressible volonté du corps social s’exprime à chaque instant dans les mouvements de l’opinion publique, ce tribunal qui sait tout, examine tout, n’oublie rien ; qui tranche, qui exige. Des loges maçonniques aux champs de foire, les lieux de la sociabilité masculine ne manquent pas. Les cafés surtout – la France en compte 500 000 en 1937 – sont autant de petites Républiques. La médiocrité de la vie politique « officielle », les résultats toujours identiques des élections ne suffisent pas à l’animation de la démocratie. Tel est le rôle assigné aux grandes Affaires, à ces disputes qui permettent au citoyen qui vote sagement, de se défouler en s’adonnant à la violence verbale. « Tout est politique », proclamait Charles Maurras ; et la politique jaillit et déborde sans cesse, prouvant que la démocratie n’est nullement disposée à se laisser évincer ou marginaliser par ces oligarchies qui, à travers le temps, jamais ne désarment. Cette force irrésistible de l’opinion rend illusoire les résistances. La France d’en bas a toujours la capacité de se faire obéir. La presse, par exemple, doit plier. Ainsi, les journaux font moins l’opinion qu’ils ne la subissent, qu’elle ne s’impose à eux.

31Rapport de force, bras de fer : pour se faire respecter de ses représentants, la démocratie doit entretenir son muscle, montrer sa pugnacité. L’activation d’une guerre civile aussi artificielle que permanente a valeur d’entraînement, de propédeutique. Un psychodrame, en plusieurs occasions, tient lieu de tout. La politique n’est peut-être qu’un feu de paille. Mais le principal, semblent dire les Français, et de jeter sans cesse de la paille dans le feu. La démocratie se mérite, affirment-ils, elle est un effort, une tension qui impose de durcir le débat, pour rappeler aux gouvernants qu’on ne fera rien sans le pays ou contre lui. Mais sous l’agitation de surface, la société est paisible et se laisse facilement diriger. Elle est d’accord au fond sur l’essentiel : la République est l’expression de cet accord, comme le grand parti républicain l’instrument unique de sa mise en œuvre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540