Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Deuxième partie. L'apogée de la civilisation démocratique (1870-1940)

Chapitre V. L’effondrement de la République (1932-1940)

Texte intégral

1Jusqu’en 1931, la France a paru jouir d’une situation privilégiée ; la crise de 1929 l’a épargnée, comme par miracle. L’année 1932 constitue un tournant : la France à son tour, est atteinte par la crise mondiale. La montée du fascisme et du nazisme en Europe vont mettre en évidence les carences du système parlementaire français. Le Front populaire est directement issu des difficultés intérieures et extérieures des années 1932-1936.

LA FORMATION DU FRONT POPULAIRE

L’OPPOSITION DES SOCIALISTES ET DES COMMUNISTES

2Le parti socialiste (SFIO) s’est divisé au congrès de Tours de 1920. On se trouve désormais en présence d’un petit parti socialiste, face à un grand parti communiste qui, avec 110 000 adhérents, compte près de trois fois plus de membres que la SFIO. Mais la SFIO, sous l’impulsion de Léon Blum, va remonter son handicap, en dépit de certaines difficultés : sa faible implantation dans les milieux intellectuels et dans le monde ouvrier ; la concurrence, à gauche, d’un parti radical hostile aux nationalisations et aux réformes de structure ; la division des intéressés sur la question de la participation au pouvoir : les parlementaires y sont favorables, les militants y sont hostiles.

3De son côté, le PC est de plus en plus isolé et de plus en plus rigide dans les années 1920. Staline impose en effet aux différents partis du Kominterm la tactique « classe contre classe ». Les bourgeois capitalistes sont des « ennemis déclarés » ; mais les forces les plus dangereuses pour la révolution, ce sont les socialistes, les « ennemis camouflés » : « sociaux-traîtres » qui ne songent qu’à se rapprocher de la droite. En conséquence, les communistes décident de maintenir leurs candidats partout où ils le peuvent aux élections législatives de 1928, dans le cadre d’un scrutin majoritaire. Ils n’obtiennent que 14 sièges (contre 30, en 1924), mais beaucoup de socialistes sont battus. En 1932, les communistes n’auront plus que 12 députés.

LES FACTEURS DE RAPPROCHEMENT DE LA GAUCHE

L’extension de la crise économique

4La France n’est touchée qu’avec retard par la crise mondiale ouverte en 1929. Ses structures économiques sont un amortisseur de la crise : les petites et moyennes entreprises sont nombreuses ; les collectivités paysannes vivent encore en autarcie ; les rapports commerciaux avec l’étranger sont limités, et la législation douanière est protectionniste ; le franc est solide, et la France dispose d’importantes réserves monétaires.

5Cependant, la production industrielle commence à baisser. Sur une base 100 en 1929, l’indice de la production industrielle tombe à 73 en 1932. En septembre 1931, l’Angleterre a dévalué sa monnaie, suivie en janvier 1934 par les États-Unis. Ces dévaluations gênent les producteurs français. Le franc paraît surévalué. Les fuites des capitaux reprennent. La politique de déflation menée depuis 1932, aggravée à partir de 1935 par le gouvernement de Pierre Laval, provoque une poussée du chômage qui touche 500 000 personnes en 1935.

L’impuissance du régime parlementaire

6Le régime parlementaire est accusé de faiblesse devant la menace allemande, et soupçonné d’incapacité face à la propagation de la crise économique. À l’heure où les États-Unis de Roosevelt et l’Allemagne de Hitler paraissent entrevoir des solutions, la France semble se cantonner à des mesures de circonstance, sans plan d’ensemble. Enfin, le régime est compromis par divers scandales politico-financiers, dont le plus important est l’affaire Stavisky, exploitée par la droite monarchiste de L’Action française, animée par Charles Maurras, et qui compte s’emparer du pouvoir par l’action d’une minorité violente, les Camelots du roy. La formation de droite la plus vivante est celle des Croix de feu : fondée en 1927, c’est, à l’origine, une association d’anciens combattants. Présidée depuis 1931 par le colonel de la Rocque, elle se transforme, à partir de 1933, en association politique. Son programme comporte la condamnation du régime des partis, insiste sur l’importance des valeurs patriotiques, de l’autorité, sur la réconciliation nationale dans une France forte et peuplée.

7Le 6 février 1934, une grande manifestation rassemble à Paris des hommes venus d’horizons très différents, mais d’abord des membres des ligues nationalistes hostiles au régime parlementaire. Pour protéger le Palais-Bourbon, le service d’ordre tire sur les manifestants, faisant entre quinze et vingt morts. Les ligueurs ont déclenché, à gauche, un profond sentiment de peur.

L’évolution de la situation internationale

8En janvier 1933, Hitler est nommé chancelier d’Allemagne. L’URSS se sent menacée et se rapproche des États « bourgeois », les vainqueurs de 1919, l’Angleterre et la France. En 1934, l’URSS adhère à la SDN ; en 1935, un pacte franco-soviétique d’assistance mutuelle est signé entre Staline et Pierre Laval. Les partis communistes sont invités, en Occident, à se rapprocher de la gauche traditionnelle.

L’INSTALLATION DU FRONT POPULAIRE

LE PROGRAMME COMMUN ET LA VICTOIRE ÉLECTORALE

9Après la journée du 6 février 1934, les communistes préconisent la formation d’un Front populaire rassemblant non seulement les ouvriers, mais encore les classes moyennes et les intellectuels bourgeois. Le programme commun, publié en janvier 1936, écarte les réformes de structure, la nationalisation des grands secteurs industriels et du crédit : les communistes ont fait de larges concessions pour ne pas effaroucher les classes moyennes et le parti radical. L’essentiel réside dans l’abandon de la politique de déflation, menée par Pierre Laval, au profit d’une politique de relance de la consommation inspirée du New Deal.

10Les élections législatives d’avril-mai 1936 donnent des résultats contrastés. Le premier tour est indécis, car la droite recule très peu (35,9 % des voix contre 37,3 % en 1932). Mais la discipline du Front populaire assure la victoire de nombreux candidats de gauche au deuxième tour. Le Front obtient au total 389 sièges sur 612. La SFIO, en voix (2 millions au premier tour) et en sièges (149), est devenue le premier parti de France. Le 4 juin 1936, Léon Blum présente son gouvernement. Les communistes ont opté pour le soutien sans participation.

LA POLITIQUE DU FRONT POPULAIRE

11Sous l’arbitrage du président du conseil, le patronat et la CGT signent le 7 juin 1936 les accords Matignon qui comportent : une augmentation des salaires de 12 % en moyenne ; l’annonce de prochaines réformes législatives. Plusieurs des lois votées en application des accords Matignon vont revêtir une importance particulière :

  • La loi créant les délégués du personnel dans les entreprises ;
  • La loi sur le nouveau régime des conventions collectives. Complétant la loi de 1919, le nouveau texte de 1936 y ajoute une intervention de l’État plus marquée pour provoquer et étendre les accords entre syndicats patronaux et ouvriers ;
  • La loi sur la réduction à 40 heures de la journée hebdomadaire du travail (qui était de 48 heures depuis 1919). Réduction opérée sans limitation de salaire ;
  • La loi sur les deux semaines de congés payés (les congés payés seront portés à trois semaines en 1956, à quatre semaines en 1969, à cinq semaines en 1981).

12D’autres lois ont une portée plus limitée. Celles relevant les traitements des fonctionnaires ; nationalisant les industries de guerre ; modifiant les statuts de la Banque de France (remplacement des régents élus par les 200 plus gros actionnaires par de hauts fonctionnaires) ; création d’un Office du blé formé de représentants des producteurs et des consommateurs, en vue de maintenir le pouvoir d’achat des agriculteurs par fixation du prix du blé en dehors de la loi de l’offre et de la demande.

13Toutes ces mesures entraînent une forte hausse des prix. Dès septembre 1936, le franc est dévalué. Le gouvernement est contraint de proclamer une pause dans les revendications sociales. Il est renversé en juin 1937 sur un projet financier comportant d’indispensables mesures de contrôle des changes.

LES CAUSES DE L’ÉCHEC DU FRONT POPULAIRE

14Elles tiennent d’abord à des données politiques : la victoire électorale de 1936 fut plus apparente que réelle, le déplacement de voix en faveur de la gauche étant inférieur à 1 %. La seule nouveauté tient dans la volonté des partis de gauche de gouverner ensemble. Mais, au fond, leur stratégie diverge. Les radicaux sont des alliés peu sûrs. Ils s’appuient sur une clientèle paysanne et provinciale plutôt conservatrice. Ils freinent les réformes de structure. Le parti communiste a opté pour le soutien sans participation : il ne veut pas se compromettre complètement dans une entreprise aléatoire. Quant à la SFIO, surprise par son succès électoral, elle est mal préparée à une transformation révolutionnaire du pays.

15Le développement de l’agitation ouvrière complique la situation. Le mois de mai 1936 est marqué par un mouvement de grèves spontanées qui revêt la forme toute nouvelle en France de l’occupation d’usines. La frange la plus dure du patronat va créer une Confédération générale du patronat français, de plus en plus hostile au gouvernement, et qui finira par rompre avec la CGT.

16Le gouvernement, dans la gestion de l’économie, commet une série d’erreurs :

  • La précipitation des réformes qui, trop brutale, provoque une hausse des prix et une baisse de la production, et non la relance escomptée.
  • La relance mal préparée de la consommation. La hausse des salaires doit provoquer une hausse de la consommation intérieure et une relance de la production. Le chômage sera résorbé par les congés payés et les 40 heures. Des mécanismes semblables fonctionnent aux États-Unis. Mais le contexte français est différent. Les chefs d’entreprise se sentent menacés dans leur autorité et dans leur propriété. Aussi préfèrent-ils diminuer la production plutôt qu’embaucher. L’appareil industriel français est très ancien : les petites et moyennes entreprises ne sont pas capables de s’adapter à la nouvelle organisation du travail en 40 heures sans perte de salaire, aux congés payés, aux augmentations de salaire. Elles sont incapables de faire face à une forte augmentation de la demande.
  • Autre erreur : la dévaluation du franc qui intervient en novembre 1936. Cette mesure était rendue nécessaire par le niveau trop élevé des prix français par rapport au prix des pays ayant déjà dévalué. Mais les modalités de cette dévaluation sont discutables : la réduction de la valeur du franc est trop faible et trop tardive pour avoir les effets espérés.
  • Dernière erreur : le gouvernement n’envisage aucune réforme de structure, il s’oppose à une nationalisation massive des industries. André Philip, au nom des « planistes », en fera le reproche à Léon Blum.

17Après une série de péripéties, le gouvernement Daladier, en avril 1938, en revient à une politique économique classique, comportant une hausse des impôts, un aménagement de la loi des 40 heures, considérée comme une base de calcul des salaires, et non comme une limite rigide imposée à la durée du travail.

18L’économie donne des signes de rétablissement en 1939. Mais ce sont les menaces de guerre qui passent au premier plan. En mars 1938, l’Autriche a été annexée par l’Allemagne (l’Anschluss). Après l’Autriche vient la Tchécoslovaquie : en 1938, Daladier et Chamberlain (premier ministre britannique) capitulent devant les exigences d’Hitler. Staline, répudiant son alliance avec la France, signe avec l’Allemagne un pacte le 23 août 1939. Hitler exige alors de la Pologne la cession du couloir de Dantzig, qui permettra de réunir la Prusse orientale au reste de l’Allemagne. Devant le refus des Polonais, les troupes allemandes entrent en Pologne le 1er septembre 1939. Le 3 septembre, la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l’Allemagne.

19L’automne 1939 et l’hiver du début de 1940 passent dans l’inaction sur le front français (la « drôle de guerre »), tandis que l’URSS envahit la Finlande. Daladier se retire en mars 1940, et laisse la présidence du conseil à Paul Reynaud, son ministre des Finances. Le 10 mai 1940, l’armée allemande attaque. Français et anglais sont encerclés dans le réduit de Dunkerque. Seul le contingent anglais parvient à s’échapper. Le 14 juin, Paris tombe. Reynaud démissionne, et le président de la République Albert Lebrun lui donne pour successeur le maréchal Pétain. Le 22 juin, l’armistice (la suspension des hostilités) est signé à Rethondes. Les pouvoirs publics sont transférés à Vichy ou, le 10 juillet 1940, la chambre des députés et le sénat, réunis en Assemblée nationale, votent par 560 voix contre 80 et 17 abstentions une délégation de pouvoir constituant au maréchal Pétain. La IIIe République a vécu.

Y A-T-IL UN FASCISME FRANÇAIS DANS L’ENTRE-DEUX-GUERRES ?

QU’EST-CE QUE LE FASCISME ?

20Les traits du fascisme italien se dégageront progressivement alors que la doctrine du national-socialisme allemand est entièrement formulée dès 1925 dans Mein Kampf. En définitive, le fascisme est un combat pour un triple idéal : la révolution, la communauté, l’autorité.

La révolution

21Le fascisme est une réaction, une réponse à une situation politique, diplomatique, économique jugée désastreuse et inacceptable. Pour les uns, réaction à l’humiliation de la défaite. Pour les autres, au gaspillage de la victoire. Pour l’Allemagne, par exemple, l’armée allemande n’a pas été vaincue ; le pays a été trahi de l’intérieur par les juifs, les socialistes, les communistes. L’Italie fait partie du camp des vainqueurs. Mais elle n’est pas victorieuse par elle-même, et a le sentiment d’être traitée en quantité négligeable par les Alliés.

22De cette situation, on ne peut sortir que par une rupture. Le fascisme est tourné vers l’avenir, ce n’est pas une réaction, une contre-révolution. Il est étroitement lié aux conséquences et aux incertitudes nées de la société industrielle. La réaction est l’œuvre d’autres forces sociales, aristocratie, noblesse héréditaire, notables installés, qui n’acceptent ni le monde des masses, ni le mouvement de la démocratie moderne. Le fascisme est l’ennemi des anciennes classes dirigeantes, il est animé par des gens venus de la gauche (c’est le cas de Mussolini), gonflé par des effectifs de chômeurs, de déclassés de la petite bourgeoisie. Mein Kampf exprime bien l’amertume d’Hitler face à la prolétarisation de cette petite bourgeoisie dont il est issu. Donc, le fascisme, c’est d’abord une volonté de transformation sociale. Avec pour premier objectif de donner du travail à tous. C’est pour cela qu’Hitler arrive au pouvoir en 1933, dans un pays qui compte 6 millions de chômeurs. En 1938, grâce à une politique énergique, le chômage a disparu.

23La rupture fait une place déterminante à la violence. Le fascisme est un appel à la lutte, au combat pour la vie, pour l’espace vital. Vitalisme, culte de la force brutale que les images de l’époque nous transmettent : le fasciste est représenté sous les traits d’un homme viril, les yeux fixés sur l’horizon (l’imagerie est la même en URSS, autour du métallo). Ce culte du corps, de la nature, ce paganisme mobilisent les forces de l’irrationnel, de l’affectivité, de l’instinct.

24Le fascisme présente bien des analogies avec le communisme. On y voit souvent les deux branches d’un même totalitarisme. Les méthodes employées sont semblables, les institutions sont toutes subordonnées au parti, la liberté est anéantie. Mais le communisme, comme le libéralisme, est un universalisme. Il annonce la lutte universelle des prolétaires contre les bourgeois et rejette la nation. Sa doctrine a valeur universelle. Le fascisme, au contraire, exalte la nation, l’unité nationale. Il combat tout ce qui est international : le communisme, la social-démocratie, le syndicalisme, mais aussi l’internationale capitaliste de la finance, l’internationale des Églises, et notamment de l’Église catholique, la plus universelle.

La communauté

25Le fascisme est une réaction contre l’individualisme. C’est la religion du groupe. « Marchons ensemble » est un des thèmes de prédilection du national-socialisme, du fascisme italien. La solidarité se cristallise autour du symbole de « l’ancien combattant », se veut fidèle au culte des morts pour la patrie, à la camaraderie née dans les tranchées. On martèle le slogan : « Tous unis comme au front ». À l’origine des mouvements fascistes, on trouve effectivement les anciens combattants : « casques d’acier » en Allemagne, « fascio » ou « faisceau » en Italie. Les faisceaux se constituent en Italie en 1919, et s’emparent du pouvoir en 1922 à la suite de la marche sur Rome. Le régime fasciste s’étend donc en Italie d’octobre 1922, date à laquelle le roi Victor-Emmanuel III confie à Mussolini le soin de former le gouvernement, jusqu’à la chute du Duce en avril 1945.

26La communauté de destin et d’élection, c’est la communauté nationale. En Allemagne, l’idée de nation n’est pas, comme en France, fondée sur un contrat, sur le libre consentement des associés. Héritée du romantisme du Sturm und Drang, elle repose sur une réalité culturelle, voire ethnique. Herder, en 1774, dans une polémique passionnée contre les Lumières, a proclamé la valeur, l’existence première de la collectivité, du peuple (Volk). Chaque nation constitue une individualité absolue, un univers autosuffisant. On est en présence d’une conception organique de la nation, le Blut und Boden. Ce n’est pas l’individu, mais le peuple qui constitue la réalité première. Le peuple est une communauté spirituelle dans les valeurs s’inscrivent au cœur de la personnalité des individus, conditionnent ses manières d’être, de pensée, de sentir. L’individu se définit donc par son appartenance à une communauté naturelle qui lui préexiste. Thèse portée à sa limite extrême par Hitler, avec la notion de race présentée de façon pseudo-scientifique : la nation allemande procède de la race aryenne, considérée comme la race supérieure.

L’autorité

27Le fascisme préconise un État fort, autoritaire. En cela, il est l’ennemi du libéralisme politique. Il est aussi antiparlementaire. Certes, l’Allemagne et l’Italie fascistes ont conservé des assemblées représentatives : Reichstag, Chambre des Faisceaux et des Corporations ; mais ce ne sont que des organes d’enregistrement, non des institutions faites pour la discussion, la délibération. Ces régimes forts brisent d’ailleurs toutes les oppositions. Des camps de concentration sont ouverts en Allemagne, et des bagnes en Italie, sur les îles Lipari.

28Le fascisme n’est pas nécessairement l’ennemi de la démocratie. Il se fonde sur le suffrage universel, sur la volonté populaire. Le Führer est chef légitime parce que le peuple lui a délégué ses pouvoirs. Le fascisme tire son pouvoir du peuple, et non d’une volonté extérieure (Dieu), ou minoritaire (une oligarchie politique ou économique).

LES LIGUES : INVENTAIRE DE L’EXTRÊME-DROITE FRANÇAISE DANS L’ENTRE-DEUX-GUERRES

29Les organisations françaises se partagent entre quatre groupes.

Les mécontents

30Certains groupements, sans idéologie bien définie ni objectifs très précis, rassemblent tout ceux que mécontente le fonctionnement du régime parlementaire : Union nationale des combattants, Fédération des contribuables, Chemises vertes de l’agitateur rural Henri Dorgères.

Les autoritaires

31Ils coalisent la clientèle de tradition bonapartiste, césarienne et plébiscitaire, et dans les secteurs menacés par l’essor du grand capitalisme : artisanat, petit commerce, monde des rentiers. La « mystique ancien combattant » dissimule une véritable absence de programme. L’antiparlementarisme et l’anticapitalisme ne sauraient en tenir lieu. Mentionnons ici les Jeunesses patriotes, fondées en 1924 par un député de Paris, Pierre Taittinger. Ce sont les héritiers directs de la Ligue des patriotes de Paul Déroulède. Autre ligue de même sorte : la Solidarité française, fondée en 1933 par le parfumeur François Coty.

32Mais la formation la plus importante est celle des Croix de feu, fondée en 1927 sous le patronage de Coty. C’est d’abord une association d’anciens combattants titulaires de la croix de guerre (d’où le nom de la ligue). Le lieutenant-colonel de la Rocque, qui en prend la direction en 1931 transforme les Croix de feu en une organisation à buts politiques. Les manifestations auxquelles ils participent se multiplient : le 6 février 1934, ils sont place de la Concorde, mais restent inactifs. Leur programme est bien vague : condamnation du régime des partis, insistance sur les valeurs patriotiques et la réconciliation nationale, primat de l’autorité. Le 18 juin 1936, le gouvernement du Front populaire ayant dissout toutes les ligues, les Croix de feu se transforment en parti politique, et vont former le Parti social français. C’est le moment de sa grande popularité : il compte 3 millions d’adhérents en 1938.

Les monarchistes

33 L’Action française de Charles Maurras et de Léon Daudet possède seule une doctrine ferme. Elle se distingue de la droite conservatrice par son refus du régime républicain et par les méthodes brutales des Camelots du roy, les étudiants d’Action française, qui frappent dur dans les manifestations. Mais l’idéologie du mouvement la distingue du fascisme. Il s’agit de rompre avec l’ordre politique issu de 1789, pour fonder une monarchie héréditaire, antiparlementaire, décentralisée, appuyée sur la force morale du catholicisme. La réaction contre l’individualisme, le nationalisme, rapproche sans doute LAction française du fascisme. Mais l’État fort de Maurras est bien différent de celui des fascistes : le roi n’est pas un César appuyé directement sur le peuple ; c’est plutôt un prince à la mode de Montesquieu, relayé par des corps intermédiaires. Et puis Maurras déteste les brumes allemandes. Contre les forces de l’irrationnel, il exalte les idées claires nées dans la lumière de la Grèce. Au fond, L’Action française est une réaction, elle prône une contre-révolution : tout le contraire du fascisme.

Un fascisme résiduel

34Quelques rares groupements se réclament du fascisme. On citera :

  • Le Faisceau, créé en 1925 par Georges Valois (qui, pour sa part, reviendra très vite à gauche).
  • Le Francisme, fondé en 1933 par un transfuge du Faisceau, Marcel Bucard. Subventionnée par Mussolini, cette ligue n’aura jamais plus de 10 000 adhérents.
  • Le Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot. Ancien membre du comité central du parti communiste, ancien maire de Saint-Denis, Doriot fonde en 1934 le PPF, dont le seul programme est d’être anticommuniste. Sous l’Occupation, Doriot sera un ardent protagoniste de la collaboration.
  • Le Comité secret d’action révolutionnaire (CSAR). Baptisé La Cagoule, il a été fondé en 1934 par un ancien Camelot du roy, Eugène Deloncle. Ses méthodes (provocations, attentats) l’apparentent au fascisme italien.

LES LEÇONS D’UN ÉCHEC

35La journée du 6 février 1934 va servir de révélateur, et montrer clairement qu’il n’y a pas de fascisme français.

L’échec du 6 février 1934

36La journée du 6 février n’est pas l’explosion d’un fascisme à la française, comme tendent à le laisser croire certaines présentations. C’est une journée strictement parisienne, qui rassemble les membres des ligues nationalistes, mais aussi des communistes, car le PC a appelé à manifester. Ces hommes ne sont unis que par leur commune hostilité au régime parlementaire. La mobilisation est loin d’être générale : il n’y a que 30 000 manifestants place de la Concorde, qui ne savent pas très bien ce qu’ils veulent, ni ce qu’il faut faire, et crient : « À bas les voleurs ». Les Camelots du roy veulent envahir le Palais-Bourbon, mais le service d’ordre résiste, tire, et fait de 15 à 20 morts. L’événement appelle deux constatations :

  • La première porte sur le piètre bilan de la journée. La police, le service d’ordre n’ont pas été débordés, et ne se rallient pas aux manifestants (grande différence avec l’attitude de la garde nationale en juillet 1830 et en février 1848). Les manifestants ne sont d’ailleurs pas des insurgés. Au moment décisif, La Rocque donne à ses Croix de feu l’ordre de se disperser, et non d’envahir le Palais-Bourbon. Les chefs de la manifestation adoptent une conduite d’échec, comparable à celle du comte de Chambord en 1873 ou du général Boulanger en 1889.
  • La seconde constatation tient à la rapidité de la réaction des forces politiques dites « républicaines ». Et cette rapidité donne la mesure des capacités de résistance au fascisme qui existent dans le pays. Dès le 12 février, la gauche organise une manifestation gigantesque sous la bannière de l’antifascisme. La journée du 6 février 1934 fournit prétexte au rassemblement d’une gauche jusqu’alors divisée. Et ce rassemblement conduit au Front populaire qui remporte les élections législatives d’avril-mai 1936. Ces élections prouvent qu’en France, l’issue de la crise n’est pas dans le fascisme, mais à gauche. Certes, la victoire de la gauche est étroite. Mais la droite n’est pas plus fasciste que la gauche. On aura donc un Léon Blum, non un Hitler ou un Mussolini. Et si la France n’avait pas été vaincue en mai 1940, si sa colonne vertébrale n’avait pas été brisée, les élections législatives, organisées régulièrement auraient vu, à n’en pas douter, la victoire de l’éternel centre-gauche, du parti au fond unique qui gouverne le pays depuis 1876.

La solidité des classes moyennes

37Pourquoi donc la France est-elle imperméable au fascisme, alors qu’ailleurs il a tout balayé ? Le raz-de-marée s’est produit très tôt en Italie (1922), plus tard en Allemagne (1933) et en Espagne (1939). Ajoutons que le bolchevisme, qui l’a emporté dès 1917 en Russie est, comme le fascisme, une solution de rupture autoritaire.

38On a fait valoir que la France, certes exsangue en 1918, est néanmoins une puissance victorieuse ; et que la crise des années 30 la frappe moins durement que les autres pays. L’explication de fond est un peu différente.

Les extrêmes et le milieu

39Ce que révèle la victoire du fascisme (ou du bolchevisme), c’est l’absence d’une classe moyenne forte, ancienne, expérimentée, pondératrice, d’un groupe central mobilisateur. Soit cette classe moyenne n’a jamais existé (c’est le cas en Espagne, en Russie) ; soit elle est trop faible, trop récente, trop éprouvée par la crise (c’est l’hypothèse italienne) ; soit elle a été liquidée, prolétarisée par les conséquences brutales de la défaite de 1918 et de l’effondrement économique (c’est la situation de l’Allemagne). Dès lors qu’il n’y a rien ou plus rien au milieu, la polarisation sociale s’accentue. Ne subsistent que des masses désorientées, apeurées, manipulées par les agitateurs, proies faciles de la démagogie.

40Dans cette perspective, quelle est exactement la position de la France ? La guerre de 1914 a été un désastre pour la petite bourgeoisie française dont la prospérité relative, l’esprit d’épargne et de prudence garantissaient la solidité et la stabilité des institutions de la Belle Époque. La mort a décimé les rangs de ces Français moyens, promus officiers subalternes en raison de leur niveau d’instruction et qui, à la différence des ouvriers, ne furent jamais retirés du front.

41Au sortir de la guerre, d’autres épreuves se préparent. L’inflation fait des ravages : d’août 1914 à octobre 1920, les prix ont été multipliés par quatre. Les détenteurs de titres étrangers sont dépossédés ; les bons du Trésor souscrits quelques années auparavant n’ont plus qu’une valeur nominale ; quant aux actions industrielles, elles sont bien dévaluées. Le redressement du franc opéré en 1928 stoppe l’hémorragie, au prix de lourds abandons demandés aux épargnants.

42La menace de la prolétarisation provoque un malaise et génère dans la petite bourgeoisie des rancœurs, des exaspérations dont les ligues ou le parti socialiste peuvent tirer conjointement avantage. Mais ces mouvements d’humeur n’annoncent en rien une modification des croyances et des comportements. En 1919, effrayées par le péril réel ou imaginaire du bolchevisme, les classes moyennes ont porté au pouvoir la chambre bleu horizon sur un programme de maintien de l’Union sacrée et de sauvegarde de la propriété. Changement de cap en 1924 : une fraction de l’électorat modéré assure la victoire du Cartel des gauches ; mais, après tout, le nouveau président du conseil Édouard Herriot, est un produit typique du régime républicain ; et le parti radical qu’il dirige est un parti centriste, dont le réformisme social est opposé au laissez-faire qui écrase les « petits », comme au collectivisme qui prépare l’abolition de la propriété privée. En fait, le véritable dieu des classes moyennes, c’est Poincaré. Ses appels à la discipline et à l’effort sont toujours entendus.

43Cette France moyenne de Poincaré n’a pas bonne réputation. En parlant des années 1920, on évoque volontiers la « société bloquée », frileuse, pusillanime et vieillissante qui refuse toute aventure, tout changement majeur. Il est vrai que les « petits » de chez nous ne montrent guère d’enthousiasme pour les entreprises de massification dont les États-Unis, l’Union soviétique et l’Allemagne offrent, à l’époque, des exemples divers ; que leur individualisme acharné peut paraitre incongru, comme cette détermination à préférer un art de vivre ou du moins un mode de vie au culte de la puissance et à la dictature de l’idéologie. Un retour au passé sans doute n’est plus possible. Les sacrifices consentis sans retenue par les classes moyennes depuis 1914 leur donnent cependant le droit de formuler leurs exigences : la sauvegarde de la liberté personnelle au sein même du processus de socialisation et, avec elle, de la civilisation politique des transactions avisées et des transitions paisibles. La petite bourgeoisie peut compter sur l’appui de la paysannerie, qui représente encore près de 50 % de la population française. Les paysans s’expriment peu ; mais les pertes humaines de la guerre sont à la mesure de leur attachement à la République, protectrice de la petite propriété.

L’action ambiguë des ligues

44En définitive, les ligues n’ont rien d’une avant-garde de rupture. En France, la révolution a été faite, elle n’est plus à faire. Les groupements dits à tort « fascistes » portent les exaspérations de la petite bourgeoisie, de même que le parti communiste fédère le mécontentement de la classe ouvrière. Mouvements protestataires. Mais la petite bourgeoisie est fondamentalement attachée à l’héritage de 1789, que les radicaux ont longtemps incarné, fondé sur le respect la propriété, sur l’idéal de l’indépendance économique et intellectuelle. Maintenant, elle s’interroge. Mais il n’est pas question pour elle – pas plus que pour la classe ouvrière, force montante de la société industrielle – de rompre le contrat social. Il suffit simplement de le renégocier. Or le régime tergiverse, s’empêtre dans les scandales, se complaît dans l’instabilité. On lui donnera donc un avertissement, on le contraindra à la réforme. Les ligues, finalement, font plus que préparer l’avènement du Front populaire, on les croirait presque en secrète connivence avec lui. Les ligues n’ont jamais eu pour vocation que de pousser le gouvernement dans la voie du redressement. Pour accomplir cette mission, elles ne manquent pas d’énergie, de ressources, car le pays les soutient ou, en tout cas, ne les désavoue pas. Mais le pouvoir est hors de leur portée : la France ne veut pas d’elles, et moins encore de ce qu’elles sont censées représenter. Aussi n’ont-elles ni doctrine ferme, ni capacité de penser la rupture à la manière d’un Lénine ou d’un Hitler ; aussi se cantonnent-elles dans le discours protestataire ; aussi ne peuvent-elles adopter, quand le moment paraît venu, qu’une conduite d’échec, et se replier sur elles-mêmes, environnées d’une opinion sourdement hostile, dès lors que la perspective d’une rupture, d’une révolution viendrait à se dessiner.

45Les péripéties et les soubresauts des années 30 aident à mieux connaître et à saisir les ressorts cachés de la politique française sous la IIIe République.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540