Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Deuxième partie. L'apogée de la civilisation démocratique (1870-1940)

Chapitre IV. La déstabilisation générale (1914-1932)

Texte intégral

1Entre le XIXe et le XXe siècle, la ligne de démarcation est ordinairement tracée, non pas par l’année 1901, mais par la première guerre mondiale, qu’on appelait, avant 1939, la Grande Guerre. Le choix des historiens s’explique : il s’agit de prendre la mesure d’un événement qui trace une ligne de partage entre le monde de la Belle Époque et la période qui suit la fracture de 1914-1918 : une certaine forme de stabilité a disparu, les Européens paraissent désormais moins sûrs de leurs valeurs. Sur le fond pourtant, il est aussi vrai de dire que rien n’a changé. Après 1918, comme avant 1914, les mêmes forces sont au travail, les mêmes acteurs sont aux prises : l’aventure occidentale de l’homme se poursuit, de manière certes chaotique, mais presque comme si de rien n’était. Déjà d’autres drames se préparent, d’autres revanches s’annoncent.

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE (1914-1918)

LES ORIGINES DE LA GUERRE

2Il existe d’abord une cause circonstancielle et immédiate : l’assassinat à Sarajevo, en Bosnie, le 28 juin 1914, de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire d’Autriche-Hongrie. Le crime a été commis en territoire autrichien (la Bosnie est autrichienne depuis 1908). Mais le gouvernement autrichien rend la Serbie responsable de l’attentat, en l’accusant d’être un foyer de propagande slave dans les provinces du Sud de l’Autriche-Hongrie. Depuis 1848, l’empire des Habsbourg est en proie à un grave problème des nationalités. Il veut donc profiter de l’attentat de Sarajevo pour liquider la Serbie

3C’est ainsi qu’intervient un facteur qui va rendre la conflagration européenne inévitable : le système des alliances diplomatiques et militaires. L’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie sont liées en 1914 par une triple alliance ou « triplice ». Face aux empires centraux, la France, l’Angleterre et la Russie ont formé la « triple entente ». Depuis 1904, en effet, la France et l’Angleterre ont noué une alliance baptisée « Entente cordiale », élargie en 1907 à la Russie. Or la Russie est la protectrice traditionnelle des peuples slaves, donc des Serbes menacés par les Autrichiens. Elle adopte à la fin du mois de juin 1914 une attitude très ferme à l’égard de l’Autriche, qui va entraîner les autres puissances, par le jeu des alliances, dans la guerre. En France, l’opinion publique, en dépit d’une ambiance très nationaliste, reste hostile à la guerre. Les élections de mai 1914, qui donnent la victoire à la gauche, apparaissent comme une condamnation de la loi de 1913 portant le service militaire de deux à trois ans. Mais Raymond Poincaré, président de la République depuis janvier 1913, est un partisan résolu de la revanche. Il a une forte influence sur la majorité parlementaire, et dans les journées décisives de juillet 1914, il ne donnera pas à la Russie tous les conseils de modération susceptibles d’éviter un conflit généralisé.

L’UNION SACRÉE

4Devant la menace imminente de la guerre, le gouvernement de gauche, dominé par les radicaux, a tout à redouter d’une grève générale ou de troubles déclenchés par les socialistes ou par la CGT, attachés à l’internationalisme pacifiste. Cependant cégétistes et socialistes ne sont pas d’accord sur tout. Pour la CGT, il faut déclencher une grève générale qui, non seulement empêchera la guerre, mais renversera le capitalisme. Pour Jaurès, il ne s’agit que d’empêcher la guerre. Or, les tractations menées entre les socialistes français et les socialistes allemands, entre le 27 juillet et le 1er août, n’aboutissent à rien.

5Dans une atmosphère de surexcitation patriotique, Jaurès est assassiné le 31 juillet par un déséquilibré nationaliste. Syndicalistes et socialistes français savent bien qu’ils ne seraient pas suivis par leurs sympathisants s’ils s’opposaient à la guerre. La CGT reconnaît son échec dans un communiqué du 1er août. Et le lendemain, premier jour de la mobilisation, tous les dirigeants socialistes, Jules Guesde, Édouard Vaillant, Marcel Sembat annoncent qu’ils feront leur devoir. Ainsi le président de la République Poincaré peut-il affirmer solennellement, dans un message au Parlement que « la France sera défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera, devant l’ennemi, l’union sacrée ». En quelques heures, la République de la discorde est devenue la République de la concorde.

LA CONDUITE DE LA GUERRE

6Au début de l’été 1914, tout le monde croit que la guerre sera courte. Les Alliés comptent sur l’avance, à l’est, du « rouleau compresseur » russe. Les Allemands, eux, pensent en finir avec la France en six semaines, par une offensive de grande envergure. Mais les Allemands sont arrêtés le 10 septembre 1914 par le « miracle de la Marne ». Les lignes, alors, s’étendent vers la gauche. C’est la « course à la mer », interrompue fin novembre par les intempéries. Les deux armées se font face sur un front de 700 kilomètres, de la mer du Nord à la frontière suisse, qui ne bougera guère pendant quatre ans. De chaque côté, on creuse des tranchées.

7La durée va avoir pour première conséquence l’augmentation du nombre de belligérants. Les empires centraux obtiennent le ralliement du Japon (août 1914), de l’empire ottoman (novembre 1914), de la Bulgarie (octobre 1915). L’Italie rejoint les alliés en mai 1915, suivie de la Roumanie et de la Grèce. Le 6 février 1917, suite à des torpillages de navires de commerce américains par des bateaux allemands, les États-Unis déclarent la guerre aux puissances de l’Axe. L’intervention américaine compense la défection de la Russie. En effet, après la victoire des Bolchéviks en novembre 1917, le gouvernement des Soviets va signer avec l’Allemagne, en février 1918, la paix de Brest-Litovsk : la Pologne et une partie de la Russie occidentale sont livrées à l’Allemagne.

8Cette guerre totale implique la mobilisation des effectifs : 14 millions d’hommes sont mobilisés en Allemagne, sur 66 millions d’habitants ; 8,5 millions en France pour moins de 40 millions d’habitants. La Grande-Bretagne introduit en 1916 la conscription. Il faut aussi mobiliser les ressources, créer de toutes pièces une industrie de guerre ; recruter une main-d’œuvre de remplacement, en grande partie féminine ; mettre en place, sous l’autorité de l’État, une direction de l’économie. Cette guerre totale se caractérise par l’utilisation d’armes nouvelles : sous-marins, gaz asphyxiants. Enfin la guerre de 1914 est une guerre psychologique. La victoire appartiendra à ceux qui sauront endurer le plus longtemps les souffrances de la guerre. Or, en 1917, les deux camps approchent du point de rupture. La bataille de Verdun, qui a commencé le 21 février 1916, va devenir une effroyable hécatombe (600 000 morts, 300 000 de chaque côté). Des mutineries éclatent sur le front en 1917. L’armée russe se désagrège, et les Bolcheviks vont en profiter. Mais la nomination de Clemenceau au poste de président du conseil, en novembre 1917, aura pour conséquence de galvaniser les énergies françaises. Et c’est l’armée allemande qui finira par se désintégrer.

L’ÉTAT DE GUERRE ET L’ADAPTATION DES INSTITUTIONS PARLEMENTAIRES

9Rien n’a été prévu dans les lois constitutionnelles de 1875 pour adapter les institutions républicaines à la situation de guerre. Le régime de l’état de siège, seul régime d’exception légalement reconnu, ne répond pas aux besoins. Les textes relatifs au haut commandement placent l’armée en guerre sous la coupe du ministre de la Guerre, donc du pouvoir civil. Or le commandement militaire a tendance à affirmer son indépendance à l’égard du pouvoir civil. Pour rétablir l’autorité parlementaire, il serait souhaitable de permettre la délibération dans un cadre plus restreint, celui d’un comité parlementaire habilité à décider, et qui pourrait le faire plus rapidement. Car toute une série de problèmes appelle des solutions : celui de la censure ; celui des moratoires (octroi de délais, suspension pour les mobilisés du paiement des loyers) ; celui de la défense des prix ; celui de la répression des spéculations illicites.

10Une autre solution pourrait consister à augmenter les pouvoirs du président de la République. Mais Poincaré, dans son message au président du conseil de la fin du mois d’août 1914, a lui-même jugé cette hypothèse comme contraire à l’esprit des institutions républicaines. En fait, dans les premiers mois de la guerre, le gouvernement, replié à Bordeaux, a renoncé à exercer un contrôle sur les affaires militaires que dirige à sa guise, le chef d’état-major Joffre. Réinstallé à Paris en décembre 1914, le gouvernement, va revenir à l’orthodoxie constitutionnelle. Évolution facilitée par le fait que le parlement siège à nouveau.

11En juin 1916, en pleine bataille de Verdun, le président du conseil Aristide Briand affirme que le grand quartier général ne doit plus être désormais qu’un organe de commandement. Tout ce qui est d’essence gouvernementale doit lui être enlevé. Toujours en juin 1916, les chambres décident de former des « comités secrets ». Prévus par l’article 5 de la loi du 16 juillet 1875, ces comités secrets sont la traduction parlementaire de la psychose de l’espionnage. C’est l’époque où le ministre de la Guerre Millerand fait apposer partout des affiches portant : « Taisez-vous. Méfiez-vous. Les murs ont des oreilles. » De juin 1916 à juin 1917 se tiendront huit comités secrets, quatre chez les députés et quatre chez les sénateurs. Les travaux de ces comités étaient bien souvent illusoires, et les débats n’avaient de secret que le nom. Le parlement, par ailleurs, chambre des députés et sénat, continue de siéger, et il tient à sa permanence : retour à la tradition révolutionnaire des assemblées siégeant en temps de crise. La chambre des députés a cependant accepté, par une résolution de juillet 1916, de déléguer ses pouvoirs de contrôle, exercés normalement par les commissions parlementaires comme la commission aux armées, à des « commissaires aux armées » qui, en fait, dépendent étroitement du gouvernement et du haut commandement militaire.

VERS LA VICTOIRE

Le défaitisme. L’agitation pacifiste et révolutionnaire

12Plus la guerre dure, plus les socialistes et les syndicalistes la critiquent. En septembre 1915, à la conférence de Zimmerwald, en Suisse, sous l’influence de Lénine et de Trotski, la guerre est analysée comme l’affrontement des impérialismes. Au congrès de Kienthal, toujours en Suisse, en avril 1916, l’Union sacrée est condamnée sous l’influence de Lénine. Le congrès recommande le refus de participation aux gouvernements en guerre et le rejet des crédits militaires. En conséquence, lorsque le ministère Briand est remanié en décembre 1916, les socialistes (Guesde, Sembat) n’en font plus partie.

13Le climat se détériore. Diverses affaires d’espionnage jettent le trouble dans les esprits : Mata Hari est fusillée à l’automne 1917. Les soupçons se portent sur des personnages politiques en vue, Caillaux, Malvy, et même Aristide Briand, qui cherchent discrètement à explorer les voies d’un compromis avec l’Allemagne. À l’arrière, des grèves éclatent dans les usines d’armement en mai-juin 1917. Au front, l’échec meurtrier de l’offensive du Chemin des Dames, en avril 1917, provoque des mutineries. Nivelle est remplacé par Pétain, qui met fin à la furie offensive et rétablit le moral des troupes. Mais le 7 novembre 1917, les Bolcheviks s’emparent du pouvoir à Saint-Pétersbourg. La Russie abandonne la France. La situation est grave. Le président de la République appelle alors, le 16 novembre 1917, Georges Clemenceau à la présidence du conseil.

LA « DICTATURE » DE CLEMENCEAU

14Le programme présenté par Clemenceau le 20 novembre 1917, devant la chambre des députés, se résume en quelques mots : guerre intégrale, lutte contre toutes les formes de défaitisme. Le président du conseil se réserve le ministère de la Guerre, et garde ainsi pour lui toutes les décisions importantes. Pour mener une action énergique, il obtient une vaste délégation de pouvoir. La loi du 10 février 1918 l’autorise à réglementer par décret les questions économiques. Il obtient aussi l’arme des « décrets-lois », dont il sera fait plus tard un grand usage : Poincaré les utilisera en 1926 pour rétablir la situation financière ; et le procédé sera couramment utilisé comme moyen de gouvernement dans les années 1930, sous réserve de la ratification du parlement.

15Dans ces conditions, Clemenceau exerce une véritable dictature de fait, il incarne la patrie en danger, il est à lui tout seul ce qu’était, sous la Révolution, le comité de salut public. Mais le principe du contrôle parlementaire est maintenu. Clemenceau est formel : « La question de confiance sera toujours posée. » Si les chambres refusent de voter un projet de loi auquel tient le gouvernement, celui-ci a fait savoir par avance qu’il se retirera.

16Clemenceau commence par s’attaquer aux partisans d’une paix de compromis, sans vainqueur ni vaincu. Caillaux est arrêté, et Briand recevra un avertissement. De nombreux socialistes et syndicalistes sont envoyés au front. Dans le même temps, Clemenceau multiplie les visites aux soldats dans les tranchées, et galvanise les troupes. Le président du conseil a proposé aux socialistes d’entrer au gouvernement. Ils refusent, mais les majoritaires acceptent de collaborer avec lui en laissant trois députés socialistes exercer les fonctions de « commissaires du gouvernement », fonctions créées pour gérer l’économie de guerre. En revanche, les socialistes minoritaires sont partisans d’une paix blanche, impliquant la renonciation de la France à l’Alsace-Lorraine. De mars à mai 1918, sous leur impulsion, les grèves s’étendent dans la région parisienne et à Saint-Étienne. Les minoritaires deviennent au cours de l’été majoritaires au parti socialiste. Mais, à quelques semaines de la victoire, ce revirement ne prête pas à conséquence. L’aide américaine permet de compenser la défection russe. Une forte accélération des productions de guerre donne en 1918 à la France 3 600 avions et une armée blindée de 3 400 chars fabriqués par Renault. En juillet 1918, les lignes allemandes sont enfoncées. Mais les troupes du Reich reculent lentement. Le 11 novembre 1918, l’Allemagne est contrainte de signer l’armistice à Rethondes.

DE LA PAIX MANQUÉE À LA CRISE OUVERTE (1918-1932)

LES EFFETS PERVERS DU DRAME EUROPÉEN

17La première guerre mondiale s’inscrit dans la logique d’accumulation des forces et des biens, qui est le propre de l’Occident ; ces forces, ces biens, ces énergies, il faut bien les dilapider un jour ; et le choc des intérêts, des puissances est inévitable. À cet égard, la guerre de 1914 n’est pas une rupture ; elle ne détruit ni le projet occidental, ni les moyens de son emprise sur la nature et sur le monde. On reste dans l’univers né du projet prométhéen de la révolution industrielle, qui va se poursuivre après 1918 comme avant 1914. La guerre n’a pas été la maladie mortelle de l’Europe ; elle n’est au fond qu’une crise de croissance, due à un surcroît de vitalité. Elle a révélé l’attachement des peuples, et d’abord du peuple français, à leurs États-nations, c’est-à-dire au pacte politique et social intégrateur qui unit les citoyens entre eux. La guerre de 1914, du côté français et dans une bonne mesure aussi du côté allemand, fut une guerre de citoyens. L’incroyable sacrifice consenti par les Français fut bien cette « grande ordalie » – l’expression est de Pierre Chaunu – révélatrice d’un attachement indéfectible, par-delà les luttes et les propos de surface, à la République, c’est-à-dire à l’entreprise collective annoncée et mise en œuvre par degrés depuis 1789. Car les sacrifices furent immenses.

Les pertes humaines et matérielles

18La guerre de 1914 a tué 9 millions de personnes. Pour la seule France, 1 400 000 morts, dans un pays de 39 millions d’habitants. Jamais aucun peuple dans l’histoire, n’a subi de telles pertes. L’Allemagne a perdu 1 700 000 personnes ; mais le pays compte 66 millions d’habitants. Ces pertes entraîneront sur plusieurs générations une diminution de la natalité : en dépit de la récupération de l’Alsace-Lorraine, la France n’aura en 1939 que 42 millions d’habitants.

19Les pertes matérielles : immeubles détruits ou endommagés, infrastructures routières et ferroviaires détruites, mines sabotées. Pour mener son effort de guerre, la France a dû recourir à trois expédients : l’impôt ; l’inflation, liée à l’augmentation de la masse monétaire (les prix de détail sont multipliés par cinq de 1914 à 1918) ; l’emprunt enfin. La France, qui était en 1914 un pays très largement créancier, est en 1919 un pays lourdement endetté, surtout auprès des banques américaines. Mais elle espère recouvrer ses créances sur la Russie (les emprunts russes), et compte sur les réparations que l’Allemagne paiera au titre des dommages de guerre.

Les conséquences sociales et psychologiques de la guerre

20Le XIXe siècle était un monde stable fondé sur la propriété, le travail, l’austérité, l’épargne, l’accumulation du capital. Monde des petits plus que des gros, petits propriétaires paysans, artisans, boutiquiers, encadrés par les classes moyennes et par une bourgeoisie au service de l’idéal collectif, d’une morale de l’effort et de l’obéissance acceptée du haut en bas de l’échelle sociale. Ce peuple de petits, de propriétaires, est un peuple de citoyens qui entend, dans le champ de la politique, faire prévaloir les droits du groupe central des Français contre les appétits d’une oligarchie capitaliste, contre aussi la menace d’une classe ouvrière mal intégrée, tentée par l’aventure de la révolution.

21La guerre de 1914 ébranle cet ordre-là sans toutefois le détruire. Les classes moyennes, saignées en hommes de valeur, sont en partie ruinées par l’inflation. Le système traditionnel de protection sociale par l’épargne disparaît. La figure du rentier s’efface. Mais il faut reconstruire le pays : les emplois qualifiés ne manquent pas dans une société industrielle en pleine vigueur.

22Les campagnes, précisément, déclinent, privées de jeunes hommes morts à la guerre ou qui émigrent en masse vers les villes. Le monde rural vieillit, surtout dans les régions les plus pauvres. La classe ouvrière, plutôt moins touchée par la guerre (beaucoup d’ouvriers réquisitionnés par les usines, ne sont pas montés au front), subit les difficultés quotidiennes liées aux pénuries alimentaires, au rationnement, à la hausse des prix. Elle bénéficie cependant du plein-emploi.

23Crise sociale donc, certes grave, mais qui ne conduira pas à la déségrégation du groupe central comme dans l’Allemagne des années 20. Cette crise sociale se double d’une crise psychologique, d’un trouble des esprits. La morale traditionnelle faite d’austérité et d’obéissance, se relâche. Après tant de sacrifices, les contraintes sont moins facilement acceptées. L’individualisme et le non-conformisme se répandent. L’émancipation féminine fait de timides progrès, même s’il n’est pas encore question, en France, d’accorder le droit de vote aux femmes. La victoire ne suffit pas à détendre les esprits. Le carnage a ébranlé la foi dans le progrès par la science, la confiance en la supériorité morale de l’Occident. C’est de ces années-là que date la célèbre formule de Paul Valéry : « Nous autres, civilisations, nous savons aujourd’hui que nous sommes mortelles. » L’antimilitarisme et le pacifisme progressent. Toute la gauche est pacifiste. Elle est relayée par la littérature : les surréalistes (Breton, Aragon) instruisent le procès de Barrès, de Poincaré (« l’homme qui rit dans les cimetières »). Les révolutions survenues en Russie en 1917, puis en Allemagne à l’automne 1918, constituent des exemples qu’une partie du prolétariat ouvrier français est tentée de suivre : de grandes grèves éclatent en France en avril-mai 1919.

Les conséquences politiques de la guerre

24La conférence de la paix s’ouvre à Paris le 18 janvier 1919. Trois hommes vont y jouer le rôle principal. Le président des États-Unis Wilson veut fonder une paix durable sur une organisation internationale des Etats (la SDN). Le président du conseil français Georges Clemenceau est poussé par un seul mobile : assurer à l’avenir la sécurité de la France. Enfin le premier ministre britannique Lloyd George souhaite le maintien de l’équilibre des forces en Europe : la France étant devenu la principale puissance continentale, le gouvernement de Londres entend se rapprocher de l’Allemagne.

25Une série de traités est signée en 1919 et 1920 avec les vaincus. Le principal est le traité de Versailles passé le 28 juin 1919 avec l’Allemagne. La France annexe l’Alsace-Lorraine, sans plébiscite ; la Sarre est placé sous la tutelle de la SDN, et la France reçoit le droit d’en exploiter le charbon ; la rive gauche du Rhin est démilitarisée ; l’Allemagne perd toutes ses colonies, partagées entre la France et l’Angleterre. Elle est proclamée seule et entièrement responsable du déclenchement de la guerre, est exclue de la SDN et devra payer des réparations dont le montant reste à fixer, mais qui vont à la France à concurrence de 52 %.

26L’empire austro-hongrois disparaît pour laisser place à de nouveaux États : Autriche, Hongrie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Pologne (celle-ci reconstituée à partir des territoires également pris à l’Allemagne et à la Russie). La Prusse orientale est séparée du reste de l’Allemagne par le couloir de Dantzig, qui ouvre à la Pologne un accès à la mer.

27Le traité de Versailles, loin de supprimer les haines entre les peuples les avive. Il porte une part de responsabilité dans la marche à la deuxième guerre mondiale, et aussi dans l’échec de la société des nations dont le pacte de création était incorporé en tête du traité de Versailles. Ce traité est considéré comme un diktat par l’Allemagne. Aux États-Unis, l’opposition républicaine du Sénat n’entend pas le ratifier. Dès lors les Anglais refusent d’assumer seuls les obligations inhérentes au système de garanties offertes à la France. Tout l’édifice de Clemenceau va s’effondrer ; la France se retrouve isolée.

L’UNION DES DROITES. LE BLOC NATIONAL (1919-1924)

28La victoire acquise, la dictature de Clemenceau ne peut pas se prolonger. Il convient donc, cinq ans après les élections de mai 1914, de consulter à nouveau le pays.

La victoire du Bloc national

29L’année 1919 est dominée par la peur du bolchevisme, alimentée par les tentatives de révolution communiste en Allemagne et en Hongrie, et en France par les grandes grèves de mai-juin 1919. Clemenceau tente de calmer l’agitation en faisant voter deux lois importantes : la loi du 25 mars 1919, qui reconnaît officiellement les conventions collectives conclues entre les représentants des syndicats d’employeurs et les représentants des syndicats d’employés ; et la loi du 23 avril 1919, qui ramène la durée de la journée de travail à huit heures (pendant six jours par semaine). Mais la hausse continuelle des prix, la généralisation du travail à la chaîne, l’influence de la révolution bolchevique déstabilise le monde ouvrier. L’opinion s’inquiète du péril rouge, de « l’homme au couteau entre les dents » évoqué par une habile propagande.

30Telle est l’atmosphère dans laquelle se déroulent les élections législatives de novembre 1919. Élections au scrutin de liste départemental : les candidats qui ont obtenu la majorité absolue sont élus ; le restant des sièges est réparti selon les règles de la représentation proportionnelle. Le Bloc national défend un programme en trois parties : maintien de l’Union sacrée ; application stricte du traité de Versailles ; défense de la propriété. Il obtient 433 députés tandis que l’opposition de gauche n’en a que 180. Mais l’écart de 300 000 voix entre le Bloc et la gauche est très faible.

La politique du Bloc national

31Elle suit trois grands axes :

L’exécution stricte du traité de Versailles

32La question des réparations que doit payer l’Allemagne domine toute la politique extérieure de la France. L’Allemagne ne payant pas, Poincaré fait occuper le bassin de la Ruhr.

Le rapprochement avec l’Église

33L’Union sacrée a rapproché croyants et non-croyants. L’anticléricalisme ne passionne plus l’opinion. L’Alsace-Lorraine a conservé, à sa demande, le régime concordataire en vigueur lorsqu’elle était sous domination allemande. Le développement des missions catholiques au Levant et en Afrique favorise le rayonnement français. En 1920, la canonisation de Jeanne d’Arc par Benoît XV est une invite au rapprochement. L’année suivante, Aristide Briand, président du conseil (pour la septième fois) rétablit les relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Mais la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État reste en vigueur. Et la gauche radicale et anticléricale s’oppose toujours au vote des femmes, jugées trop proches de l’Église et trop conservatrices.

Le renforcement du pouvoir exécutif

34Au début de 1920, le mandat du président de la République, Raymond Poincaré, arrive à expiration. Porté par l’opinion, Clemenceau laisse poser sa candidature. Mais il a accumulé trop de haines et de rancunes au cours de sa longue carrière politique. Il est battu par Paul Deschanel, qui est bientôt contraint de démissionner en raison de troubles mentaux. Alexandre Millerand lui succède en septembre 1920. Ancien membre de la SFIO, désormais fédérateur des droites, Millerand est connu pour son désir de donner un rôle personnel au président de la République. Il veut être « l’homme d’une politique arrêtée et appliquée en étroite collaboration avec ses ministres ». C’est là le style de la République monarchiste de 1871 à 1877. Celle de Thiers et de Mac Mahon. Mais on sait que depuis la crise du 16 mai 1877, le président de la République est réduit à un rôle neutre d’arbitre.

35Sitôt élu, Millerand choisit pour président du conseil un personnage effacé, Georges Leygues, accusé de faiblesse à l’égard de l’Allemagne et bientôt renversé. Aristide Briand, qui lui succède est, pour sa part, accusé de faiblesse envers l’Angleterre. Millerand, contrairement aux usages, tient conseil des ministres en l’absence de Briand, et lui impose de démissionner en janvier 1922. Enfin, le président de la République, contrairement aux usages, sort de sa réserve à l’occasion des élections législatives de mai 1924 : il soutient le Bloc national, et préconise une révision de la constitution en vue de renforcer les pouvoirs du président de la République. La gauche va lui faire payer très cher ses prises de position.

L’UNION DES GAUCHES : LE CARTEL DES GAUCHES (1924-1926)

36Les menaces que Millerand fait peser sur le régime d’assemblée poussent socialistes et radicaux à se rapprocher, et à former une alliance, le Cartel des gauches, qui remporte d’une courte majorité en sièges, les élections législatives de 1924, en dépit d’une avance de 250 000 voix du Bloc national.

Les grandes orientations du Cartel

37Un ministère homogène radical-socialiste est formé sous la présidence d’Édouard Herriot : les socialistes ont opté pour le soutien sans participation et les communistes en sont exclus. La politique du Cartel s’oriente dans deux directions :

À l’intérieur

38Millerand, accusé d’avoir manqué à son devoir de réserve, est sommé de démissionner. Pour l’y contraindre, le Cartel pratique la grève du ministère, contrairement à la constitution : aucun homme politique du cartel n’accepte d’entrer en relations avec le président en vue de former un ministère. Millerand proteste, mais doit démissionner le 11 juin 1924. C’est un nouveau 16 mai 1877, une nouvelle affirmation de la suprématie des chambres sur le président.

En politique étrangère

39La fermeté du Bloc national fait place à la conciliation, symbolisée par Briand. En vertu des accords de Locarno d’octobre 1925, l’Allemagne reconnaît librement ses frontières occidentales, donc la rétrocession à la France de l’Alsace et de la Lorraine. En conséquence l’Allemagne, devenue une République démocratique, réintègre le concert des nations, et fait son entrée à la SDN en septembre 1926.

L’aggravation de la situation financière

40Depuis le début du XVIIIe siècle, en France et en Angleterre, les monnaies étaient définies par un poids très précis de métal précieux, et de manière intangible. Les billets étaient librement convertibles en or ou en argent (bimétallisme), ce qui supposait l’existence d’une encaisse métallique suffisante. Au XIXe siècle, la masse monétaire augmente au même rythme que la production.

41Tout change en 1914. Sur une base 100 en 1913, l’indice de la circulation fiduciaire atteint le chiffre de 500 en 1918. Les réserves d’or deviennent insuffisantes pour garantir une masse monétaire gonflée dans de telles proportions. Dès le début de la guerre, le cours forcé de la monnaie-papier a été établi ; les billets ont cessé d’être échangeables contre l’or. Désormais, on spécule à la hausse ou à la baisse sur les monnaies, comme sur les valeurs en bourse. Ainsi, à Paris, le dollar valait 5,45 francs en février 1919 ; il atteint 17 francs en décembre 1920. La chute du franc a un caractère d’autant plus spéculatif que la reconstruction se poursuit à un rythme très rapide et que la France fait de plus en plus figure de grand pays industriel : elle occupe ainsi le deuxième rang mondial pour la production automobile, le troisième pour les produits sidérurgiques ; elle détient le troisième rang des pays exportateurs.

42Dans ce contexte particulier, la gauche va commettre une grosse erreur. Une loi de 1920 avait fixé à 41 milliards le plafond de la circulation des billets. Or, dès l’automne 1924, le gouvernement augmente la masse de la monnaie fiduciaire. Le plafond est dépassé ; la situation est dissimulée par des truquages des bilans hebdomadaires de la Banque de France. Mais les fuites de capitaux reprennent, la confiance disparaît. Édouard Herriot démissionne en avril 1925, après avoir dénoncé le « mur d’argent » auquel il se serait heurté. Cependant, la chute du franc s’accélère : en juillet 1926, le dollar vaut 49 Fr. Le président Gaston Doumergue appelle Poincaré, qui forme un ministère d’union nationale, allant de la droite aux radicaux. Son programme : la défense du franc.

L’UNION NATIONALE (1926-1932)

43Poincaré et l’Union nationale remportent les élections législatives de 1928 : 400 des 607 députés de la nouvelle chambre appartiennent à la formation poincariste. Depuis 1926, la confiance est revenue. Le gouvernement a fait des économies, augmenté les impôts : le budget de l’État est excédentaire en 1928 et 1929. Le taux de l’escompte a été augmenté, porté à 6,6 % ; si bien qu’à partir de juillet 1926, les capitaux flottants, qui avaient déserté la France, y reviennent, attirés par des taux d’intérêt élevés : 8 milliards de francs s’étaient évadés de 1919 à 1926 ; 5 milliards sont revenus en France entre 1926 et 1928. Laisser se poursuivre la remontée du franc présente deux inconvénients :

  • La perspective d’un alourdissement de la dette publique. Au cours du change de 1927, les 300 milliards de la dette publique ne représentent que 50 milliards de francs-or de 1914. Si on revalorise le franc pour lui donner sa valeur de 1914, l’État devra rembourser 300 milliards de francs.
  • Un lourd handicap pour le commerce extérieur. Les exportations exprimées dans une monnaie redevenue forte sont plus difficiles. Les prix français risquent d’être trop chers.

44Après sa victoire électorale, Poincaré fait voter la grande loi monétaire du 25 juin 1928, qui se substitue à la loi de 1803 (germinal an XI). Le franc est officiellement dévalué des quatre cinquièmes : de 332 mg d’or (franc germinal), il est ramené à 65,5 mg (franc Poincaré). En principe, le franc est à nouveau convertible en or : le cours forcé des billets, établi en août 1914, est supprimé. Mais la convertibilité ne joue que pour les lingots, non pour les pièces. Le plafond d’émission de la Banque de France, instauré en 1848, et plusieurs fois relevé, est supprimé. La Banque de France est seulement tenue de conserver une encaisse-or égale au moins à 25 % de la circulation fiduciaire.

45La dévaluation de Poincaré est en fait une banqueroute des quatre cinquièmes. L’État ne remboursera que 20 % de sa dette. Les créanciers ont ainsi perdu 80 % de leur capital : celui qui avait prêté 1 000 francs-or avant 1914 ne reçoit en remboursement que 1 000 francs en papier ne valant plus que 200 francs en or. Mais l’assainissement monétaire et le rétablissement de la convertibilité rassurent les capitaux qui affluent à nouveau à Paris.

46La vieille génération politique s’efface. Clemenceau meurt en 1929, Aristide Briand en 1932. Poincaré, qui s’est retiré en 1929, pour raisons de santé, disparaît à son tour en 1934. De nouvelles personnalités apparaissent, en particulier André Tardieu, président du conseil à trois reprises entre 1929 et 1932. Tardieu est un grand admirateur des régimes anglo-saxons. Il rêve d’acclimater en France un système de bipartisme où alterneraient au pouvoir un grand parti conservateur et un grand parti socialiste. Il est favorable au vote des femmes ; il souhaite aussi un gouvernement appuyé sur l’opinion, et il n’hésite pas à utiliser la radio pour toucher directement les citoyens. Herriot et les radicaux s’opposent à cette américanisation de la vie politique. Pour Herriot, la formation du gouvernement est une affaire parlementaire, non une affaire électorale. Les élections ont un seul but : renouveler la chambre, non pas désigner le gouvernement par une sorte de plébiscite entre les partis. En somme, Herriot oppose au gouvernement d’opinion à l’américaine, la tradition française d’un gouvernement strictement représentatif.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540