Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Deuxième partie. L'apogée de la civilisation démocratique (1870-1940)

Chapitre III. Les grands débats mobilisateurs

Texte intégral

1Jusqu’en 1914, ce sont les questions politiques qui viennent au premier plan. La laïcité et la colonisation sont les deux grands sujets qui dominent la première phase de l’histoire de la IIIe République.

LE TEMPS DE LA LAÏCITÉ

2Les termes laïcité, laïcs, viennent du grec laos qui signifie le peuple. Dans les premiers siècles du christianisme, ces mots sont employés pour distinguer les clercs des fidèles, les laïcs ; pour distinguer aussi la société spirituelle, l’Église, de la société laïque, l’État. Par extension, la laïcité est une conception politique qui implique la séparation de l’Église de l’État : l’Église n’exerce aucun pouvoir politique et l’État n’intervient jamais dans le champ des affaires religieuses.

L’HÉRITAGE DU CHRISTIANISME

3Les trois religions monothéistes n’ont pas la même vision des rapports du temporel et spirituel. Judaïsme et islam s’opposent sur ce point au christianisme.

L’originalité du christianisme

4Le judaïsme de l’Ancien Testament ignore la distinction du temporel et du spirituel. La loi de l’État n’est rien d’autre que la loi religieuse contenue dans la Bible. Mêmes confusions dans l’enseignement de l’islam. Le Coran n’est pas seulement un livre sacré, c’est un code qui touche au droit familial, au droit pénal, au droit commercial. Ce code étant considéré comme la parole même de Dieu par les musulmans, une modification de ses dispositions, la promulgation par des autorités « laïques » d’une législation modernisée, se heurte à l’hostilité instinctive du peuple musulman, qui assimile la nouveauté au sacrilège. De même, Mahomet ne fut pas uniquement un prophète, un chef spirituel, mais également un chef de guerre, un chef d’État, un fondateur d’empire menant ses guerriers au combat, le sabre à la main.

5Le christianisme est donc la seule religion monothéiste à admettre la distinction du temporel et du spirituel. Tout l’enseignement de l’Évangile va dans le sens d’une séparation des deux royaumes, le temporel et le spirituel, l’un et l’autre nécessaires, mais bien distincts dans leur origine et dans leur mission. « Maître, demandent les Pharisiens à Jésus, est-il permis ou non de payer le tribut à César ? » Le Christ ordonne d’apporter un denier. « De qui, questionne-t-il, sont cette effigie et cette inscription ? » « De César (Tibère) répondent les Pharisiens ». Alors Jésus de conclure : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

La portée des formules évangéliques

6De l’attitude et des propos de Jésus, le christianisme a tiré deux leçons :

  • La première insiste sur l’utilité de l’État. Une société humaine ne peut subsister sans une organisation et une autorité dont les formes varieront sans doute au cours de l’histoire, mais qui toujours sont nécessaires à la protection du Bien commun.
  • La seconde affirme que l’État, l’autorité temporelle, et l’Église, l’autorité spirituelle, n’ont ni la même nature, ni la même fonction.

7Ils n’ont pas la même nature ; l’Église est universelle, l’État ne gouverne qu’une société particulière ; l’Église est éternelle, l’État est passager. Ils n’ont pas non plus la même fonction : ces deux sociétés, parfaites chacune dans leur ordre de préoccupations, ne poursuivent pas les mêmes buts. La liberté et la prospérité de la société civile sont les fins primordiales de l’État ; celui-ci, sans doute, ne saurait se désintéresser des besoins religieux des citoyens, mais il n’a pas à s’occuper des questions spirituelles à titre principal, ni à se substituer à l’autorité de l’Église. Quant à l’Église, elle s’efforce de guider les fidèles sur la voie du salut ; elle n’a donc pas à revendiquer un pouvoir politique, une autorité directe sur l’État ; et pas davantage à marquer sa préférence pour telle ou telle forme de gouvernement, monarchique ou républicain par exemple.

8Bien entendu, il est de l’intérêt de la société que l’État et l’Église collaborent étroitement : Saint Augustin, dans sa Cité de Dieu s’est voulu le théoricien de cette collaboration. On sait d’ailleurs que cette coopération – qui n’allait pas sans heurts – fut particulièrement étroite au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime : elle prit la forme de concordats ; le clergé était le premier ordre de la nation, et jouissait d’une situation matérielle et morale prééminente ; le roi Très chrétien se voulait défenseur du christianisme. Mais collaboration n’a jamais signifié confusion. Même lorsque le roi (ou l’empereur) s’entendent bien avec le pape – et c’est loin d’être toujours le cas – il n’en demeure pas moins qu’il y a un pape et des rois, une Église et des États. Les conditions de la laïcité sont donc réunies en Occident dès le Moyen Âge. On peut même aller plus loin, en observant qu’il n’y aurait jamais eu de laïcisation en Occident, de séparation de l’Église et des États si, dès l’origine, notre culture commune, le christianisme, n’avait pas rendu possible la séparation en pensant la distinction des deux domaines.

LA CRISE DU XIXe SIÈCLE

Les difficultés de principe

9La laïcisation de l’État, c’est le refus d’une religion d’État établie ou seulement privilégiée. Cette situation entraîne deux conséquences :

10 – L’État laïc ne reconnaît, ne soutient, ne subventionne aucun culte.

11L’entretien du clergé, les frais du culte relèvent de la générosité des fidèles. Les cultes ne sont pas considérés comme services publics.

12 – L’État ne connaît que des citoyens tous égaux devant la loi, et dont les opinions religieuses, philosophiques ou politiques ne le regardent pas.

13Les citoyens sont donc libres de professer et de pratiquer la religion de leur choix – ou de n’en professer ou de n’en pratiquer aucune. L’État n’a pas à leur imposer une croyance, ou simplement à peser sur les consciences. Au contraire, il doit faire respecter en ces matières la liberté de chacun, contre la pression des groupes familiaux et sociaux. Comme les individus, les Églises sont libres dans les limites de l’ordre public et du respect des lois. Il n’en est évidemment pas de même des sectes : à la différence de celui des Églises, et c’est ce qui l’en différencie, leur enseignement est contraire à l’ordre public, attentatoire à la liberté, à la dignité de la personne humaine, voire à l’intégrité physique et à la vie des individus. L’État, dans ces cas, est appelé à réprimer et à interdire.

14Cette neutralité de l’État est aujourd’hui bien acceptée, et semble même avantageuse à tous les intéressés ; elle n’est pas antipathique au christianisme qui a posé en principe la séparation des autorités temporelle et spirituelle. Pourtant, l’entreprise de laïcisation rencontre, à la fin du XIXe siècle, bien des obstacles :

15 L’Église a longtemps considéré qu’elle avait besoin de la protection de l’État pour assumer sa mission.

16L’Église française n’est pas habituée à une liberté qui lui fait peur, qui remet en cause des habitudes, des conforts, des intérêts. Elle accepterait une séparation-collaboration, au fond conforme à son enseignement traditionnel. Elle ne s’accommode pas à l’idée d’une séparation-rupture.

17 L’État lui-même n’a pas l’expérience de la neutralité.

18Toujours, sous l’Ancien Régime, il est intervenu dans les questions religieuses et spirituelles. Est-il même désireux de s’en tenir à la neutralité ? Au XIXe siècle, l’entreprise de laïcisation ne sera souvent qu’un moyen de réduire l’influence de l’Église, voire de l’anéantir, pour des États gagnés aux idéologies modernes. Une conciliation des positions était concevable au plan des principes ; le poids de l’histoire rendit le conflit inévitable.

L’anticléricalisme républicain

19À la fin du XIXe siècle, qui dit anticlérical, dit républicain. Et qui dit républicain dit anticlérical.

Le poids de l’idéologie

20Le libéralisme et le matérialisme sont les fondements idéologiques de l’anticléricalisme républicain.

21Le libéralisme, répandu au XVIIIe siècle par la philosophie des Lumières, est un système de pensée qui privilégie les droits, les libertés et l’indépendance de l’individu. Le libéralisme a foi dans l’homme. L’homme est bon ; et le mythe du « bon sauvage », de la bonté originelle de l’homme s’oppose à la représentation chrétienne d’un homme pécheur, déchu depuis le péché originel, capable de faire le bien, mais tenté en permanence par le mal. Le libéralisme croit également au progrès, individuel et collectif. L’homme est indéfiniment perfectible. Ainsi, la foi en l’homme a remplacé la fois en Dieu. L’homme est la mesure de toutes choses, l’homme ou plutôt la raison humaine. Contre la fois transmise par la Révélation, le libéralisme proclame donc des droits de la raison. Chaque homme doit pouvoir s’exprimer, penser librement. Les libéraux dénoncent le respect aveugle du passé, le poids des traditions, le magistère de l’Église. Ainsi, le libéralisme est naturellement anticlérical.

22Le matérialisme découle directement du progrès des sciences. Les découvertes scientifiques paraissent en effet remettre en cause toutes les données transmises par la Bible, renverser les enseignements de la tradition. L’esprit scientifique avive le sens critique : l’authenticité des textes sacrés, de la tradition, est systématiquement constestée. Un seul exemple : en 1859, Robert Darwin publie De l’Origine des espèces par voie de sélection naturelle. La démonstration porte sur l’évolution des espèces à travers les millénaires. L’espèce humaine est elle-même l’aboutissement d’une longue mutation : l’homme descend du singe. Cette doctrine « transformiste » semble remettre en cause la représentation traditionnelle d’une création instantanée de l’homme par Dieu. Elle provoque un ébranlement de la conscience occidentale même si, dans la réalité, l’enseignement de l’Église n’est pas touché, qui affirme que l’homme est né dans ce moment de l’histoire où il a pris conscience de lui-même et du mystère de la mort : moment de l’hominisation où, selon l’Église, Dieu a conféré à l’homme son âme immortelle.

Religion contre religion

23Pas de socialisation sans religion : l’homme n’est un « animal social » que parce qu’il est un animal métaphysique affamé de sens. Inlassablement, il quête une réponse à l’angoisse existentielle née de la condition humaine. Sans trêve, il fabrique des croyances. Le besoin religieux est donc une disposition naturelle, inscrite de toute éternité dans la configuration de notre destin individuel et collectif. L’athéisme est une parenthèse, une audace intellectuelle : l’humanité ne se complaît que dans la foi. Rousseau le comprend si clairement qu’il termine son Contrat social par l’exposé d’une religion civile ; et son disciple Robespierre, en pleine période de persécution de l’Église, s’efforcera de promouvoir des religions de substitution, le culte de la Raison ou celui de l’Être suprême.

24Religion, le terme est emprunté au verbe latin religare. Lier, relier : l’étymologie est bien respectée par ceux qui font de la religion la grande fabrique du social, qui lui attribuent une sorte de monopole de la socialisation. Or voici que dans le sillage de Marx et de Nietzsche, qui avait prophétisé la mort de Dieu à la fin du XIXe siècle, se déploie l’armée des publicistes contemporains de formation et d’inspiration « laïque ». Pour eux tous, la religion appartient à une époque révolue ; la modernité, plus encore qu’elle privilégie le monde d’en bas, exclut résolument toute foi et toute espérance dans le monde d’en haut. La sécularisation est instituée en paradigme fondamental de la modernité. Le présent nous ferait basculer d’une situation de domination globale et explicite du religieux à une situation de « privatisation » de la religion. Nous voici contraints de vivre dans un « monde désenchanté », vidé des dieux et du sacré.

25Est-ce bien sûr ? On remarquera, au contraire, que sans une foi unificatrice, une société ne peut, à long terme, sauver son identité et se préserver des risques de dissolution. L’exemple français est caractéristique. Dès la fin du Moyen Âge, la religion traditionnelle commence à décliner. Aussitôt et sans intervalle, le besoin inextinguible des masses fait apparaît une autre divinité et jaillir une nouvelle espérance eschatologique. Cette espérance, qui finira par triompher complètement, désignons-la, par commodité, sous le terme de « religion politique ».

26L’expression peut susciter des réserves. Elle se calque pourtant sur les religions traditionnelles. Au-delà des calculs de pouvoir et d’intérêt, elle prétend définir et embrasser le sens et la finalité ultime de la vie pour l’individu et la société. La nation, le peuple, sont mis à la place de Dieu, forment des représentations transcendantes, des objets de foi, de culte, de dévouement jusqu’au sacrifice. La nouvelle religion consacre la suprématie d’une divinité collective séculière, considère les siens comme une communauté d’élus. Sans doute, on ne croit plus à l’existence d’une puissance surnaturelle ; mais l’essentiel tient à l’exaltation de l’individu, poussé à se dépasser dans une ambiance unanimitaire.

27Avec la Révolution française, la figure du sacré s’est transformée en un absolu terrestre. S’il y a eu sortie de la religion, immédiatement la religion a été réinventée. Croyance à la souveraineté du peuple, au progrès, à la science. On proclame, avec Condorcet, la perfectibilité absolue de l’espèce humaine. L’imaginaire collectif a tout misé sur le futur. La construction de la meilleure cité accapare les énergies ; du coup, la recherche du salut dans le paradis chrétien paraît illusoire. La terre a remplacé le ciel dans la préoccupation des hommes. Et la régénération de la France n’est que le prélude à la régénération de l’humanité entière. La Déclaration des droits de l’homme, et la constitution sont les tables de la loi de la religion politique.

28L’entreprise révolutionnaire a donc une nature séminale inaugurale : elle entend tout dissocier, pour tout recomposer autrement. La politique se pense sur le mode religieux, comme un absolu. L’État s’est approprié la légitimité, expression de la souveraineté populaire ; il invoque la transcendance des droits de l’homme et du peuple, ou de l’humanité, mis à la place de Dieu. Tocqueville l’a écrit mieux que personne : la Révolution a procédé à la manière des révolutions religieuses ; elle a enflammé une passion que les révolutions politiques, jusqu’alors, n’avaient pas pu produire ; elle s’apparente au message évangélique, a inspiré le prosélytisme, rendu acceptables les plus grands sacrifices. Par elle, le monde a vu ce que peut l’esprit religieux. Car c’est vraiment une religion nouvelle qui se fonde en 1789. Elle s’appuie sur son propre clergé, sur ces écrivains, ces publicistes qui se sont arrogés, depuis le milieu du XVIIIe siècle, un véritable pouvoir spirituel.

Le raidissement de l’Église

La condamnation du modernisme

29Les papes du XIXe siècle condamnent le libéralisme. Affirmer, écrivent-ils dans leurs encycliques, que le catholicisme ne sera sauvé que par la liberté est une erreur ; le christianisme vaut par lui-même, et non par dépendance d’une idéologie particulière. Le Syllabus édité en 1865 par Pie IX énumère les principales erreurs modernes : le rationalisme (qui repousse la divinité du Christ) ; le socialisme (qui soumet la famille à l’État) ; et l’indifférentisme (qui attribue une même valeur à toutes les religions). Autre signe du raidissement doctrinal : le concile de Vatican I (1870) proclame le dogme de l’infaillibilité pontificale (en matière dogmatique) : apothéose du pape Pierre IX qui a condamné, cinq ans auparavant, les idées modernes dans le Syllabus.

Le défi lancé au rationalisme

30Il consiste à opposer l’acte de foi à la raison. À cet égard, l’essor de la piété mariale est significatif : le XIXe siècle, le siècle de la science et du positivisme, est aussi le grand siècle de la dévotion à la Vierge Marie. En 1854, Pie IX a proclamé le dogme de l’Immaculée Conception : la Vierge, mère du Christ, est la seule des êtres humains, à être née sans la tache du péché originel. À Lourdes, entre février et juillet 1858, la Vierge serait apparue à plusieurs reprises à une jeune fille de la région, Bernadette Soubirous. Autour de la grotte miraculeuse, le pèlerinage connaît d’emblée un engouement extraordinaire : de 1870 à 1880, plus d’un million de personnes se rendent à Lourdes, malades et fidèles confondus.

31Le désastre de 1870 est présenté dans certains milieux catholiques comme le châtiment d’une société qui a oublié Dieu. La basilique du Sacré-Cœur, édifiée à partir de 1872, sur la colline de Montmartre, est destinée à expier les « péchés » de la Commune.

32En outre, tout au long du XIXe siècle, en France comme ailleurs, l’Église soutient les régimes conservateurs, combat les idées libérales et révolutionnaires.

LES ÉTAPES DE LA SÉPARATION

La première offensive républicaine (1879-1886)

33Elle est conduite par Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique en 1879, président du conseil à deux reprises, en 1881-1882, puis de 1883 à 1885. Terrain d’affrontement : la question scolaire.

Les grands débats mobilisateurs

34Pour les républicains, en cette fin du XIXe siècle, le progrès capital, celui qui commande tous les autres, c’est le progrès de l’instruction. Dans la droite ligne du XVIIIe siècle, on croit au progrès par les Lumières ; on attend de l’école le remède à l’injustice sociale, à la délinquance, à l’immoralité. Pour donner pleine efficacité à l’instruction scolaire, trois idées sont défendues :

  • L’obligation. Elle est la condition même de l’égalisation des chances, de l’accès de tous les Français à la culture, de la diffusion générale des valeurs communes. Les conservateurs objectent vainement que l’éducation est seulement un devoir moral qui incombe au père de famille ; qu’elle doit d’abord et pour l’essentiel être assurée dans le cadre de la famille ; que le seul but des républicains est de créer un monopole de diffusion au bénéfice des idées laïques et républicaines.
  • La gratuité. Les républicains font valoir que l’obligation scolaire suppose la gratuité. Ainsi, les enfants de tous les milieux se côtoieront-ils sur les bancs de l’école, comme plus tard et sur la base de la loi de conscription obligatoire de 1872, les garçons de toutes conditions seront-ils amenés à se rencontrer, à vivre en commun la période du service militaire. Le mélange, le brassage des enfants et des jeunes gens des conditions les plus diverses, ne peuvent que profiter à l’unité nationale. Les conservateurs objectent sans succès que la concurrence des écoles publiques gratuites risque d’être fatale aux écoles privées payantes ; que la gratuité n’est qu’une fiction, car l’école a toujours un prix : si les parents sont exonérés, ce sont les contribuables qui paieront.
  • La laïcité. Les trois arguments des conservateurs ont un grand poids. D’abord, disent-ils, l’Église est une école de civisme et de morale ; toujours, elle a prêché l’obéissance au pouvoir légitime, a plutôt encouragé les citoyens à la docilité. La République qui arrive au pouvoir aurait donc bien tort de se priver de son appui et de son influence. Jules Ferry écarte l’argument : la formation civique incombe à l’État seul, d’ailleurs capable d’assumer cette mission.

35Mais les catholiques avancent une autre idée : la morale, déclarent-ils, suppose toujours une croyance religieuse ; seule la peur de la damnation, du châtiment éternel peut arrêter l’expansion de l’immoralité. Nietzsche le dira autrement, quelques années plus tard : « Si Dieu est mort, tout est permis. » Les républicains sont peu sensibles à de telles considérations ; ils croient, avec Jules Ferry, à la force d’attraction d’une morale positiviste, indépendante de la religion.

La réalisation de l’œuvre scolaire

36À la veille des réformes Ferry, l’enseignement primaire public est en progrès, même s’il est encore insuffisant dans les campagnes. Dans les années 1870, environ 80 % des enfants sont scolarisés. Cet enseignement est, la plupart du temps, donné gratuitement : dès 1870, les deux tiers des enfants scolarisés sont exemptés de droits d’inscription par les commissions locales où siègent les maires et les curés. Enfin, cet enseignement public n’est pas laïc. Faute de personnel d’État en nombre suffisant, des frères et des sœurs appartenant à des congrégations religieuses tiennent les classes de l’école publique ; quant aux instituteurs laïcs, ils sont placés sous la surveillance du curé et doivent faire réciter le catéchisme à leurs élèves. En outre, cet enseignement primaire public n’est pas en situation de monopole ; à ses côtés existent aussi des écoles primaires privées catholiques, et vers 1870, le tiers des garçons scolarisés fréquente de telles écoles.

37Le principe posé, la réforme de Jules Ferry porte sur trois points :

  • Les titres de capacité. En vertu de la loi du 16 juin 1881, il faut désormais pour enseigner, un brevet de capacité de l’enseignement primaire. L’obstacle sera contourné par les congréganistes masculins, les « frères », qui se présentent en masse à l’examen, et sont souvent admis. D’où la loi du 30 octobre 1886, qui exige la laïcisation du personnel des écoles publiques. Les frères, mêmes titulaires du brevet, seront remplacés dans les cinq ans par des laïcs ; et les « sœurs », à mesure des vacances.
  • La gratuité. Le principe est consacré dans la loi du 16 juin 1881.
  • L’obligation et la neutralité découlent de la loi du 28 mars 1882.

38L’enseignement primaire est obligatoire pour les enfants des deux sexes de six à treize ans (l’âge limite de la scolarité obligatoire sera porté à quatorze ans en 1936, à seize ans en 1959). La loi édicte des sanctions contre les parents négligents. Un « certificat d’études primaire » est créé, véritable couronnement de ce cycle d’enseignement. Les cours de catéchisme sont supprimés, remplacés par une instruction morale et civique ; mais le jeudi est jour de congé, afin de permettre aux parents qui le désirent de donner une instruction religieuse à leurs enfants.

39Dans l’enseignement secondaire, les réalisations de Jules Ferry sont moins nombreuses. Les programmes sont réformés : à côté de la filière dite « classique », une filière « moderne » est créée où le latin est remplacé par une langue vivante. Un enseignement secondaire de jeunes filles est mis en place, en vue de concurrencer les collèges catholiques. Les premiers lycées de jeunes filles sont organisés par la loi du 21 décembre 1880. Pour former les professeurs des lycées de jeunes filles, une école normale supérieure est ouverte à Sèvres, l’équivalent de l’école de la rue d’Ulm, réservée aux garçons.

40Les réformes scolaires s’inscrivent évidemment dans le cadre d’un plan général de sécularisation de la société. C’est ainsi qu’en 1880, la loi de 1814 qui interdisait de travailler le dimanche est abrogée ; c’est ainsi qu’en 1884, la loi Naquet rétablit le droit de divorcer, qui avait été abrogé sous la Restauration, en 1816.

La persécution radicale et la rupture du Concordat (1899-1905)

41L’affaire Dreyfus rejette l’Église, compromise avec les antidreyfusards, dans le camp de l’opposition. Et les républicains modérés, après vingt ans d’exercice du pouvoir, sont remplacés à la direction du pays par le Bloc des gauches, dominé par des radicaux soutenus par les socialistes. L’anticléricalisme, sous une forme virulente, inspire à nouveau la politique gouvernementale.

La dissolution des congrégations

42Le gouvernement radical de Waldeck-Rousseau fait voter la loi du 2 juillet 1901 sur la liberté d’association. Les associations « ordinaires » sont désormais soumises au régime libéral de la simple déclaration à la préfecture, en préalable d’une création. En revanche, les congrégations religieuses doivent pour exister obtenir une loi d’autorisation adoptée par le parlement ; ensuite, ce premier obstacle surmonté, chacun de leurs établissements devra être autorisé par décret du gouvernement.

43Nous sommes bien en présence d’un régime d’exception : Waldeck-Rousseau cherche à le justifier en faisant valoir que les congrégations sont nuisibles à l’État et inutiles à l’Église. En fait, ce sont les congrégations enseignantes qui sont visées, leur influence sur la jeunesse, sur les enfants des classes dirigeantes ; leur richesse aussi, reconstituée depuis 1789 par la générosité des fidèles : on évoque volontiers, dans les milieux républicains, le « milliard des congrégations ». En 1900, la France compte 200 000 religieux.

44Dans l’application de la loi, le ministère Combes, à partir de 1902, va faire preuve d’une totale intransigeance : toutes les demandes d’autorisation présentées par les congrégations d’hommes ou de femmes, en application de la loi de 1901, sont rejetées en bloc par la chambre des députés. Les congrégations non autorisées sont dissoutes, tous leurs établissements fermés et leurs biens purement et simplement confisqués.

La séparation de l’Église et de l’État

45Les relations diplomatiques entre la France et le Vatican sont exécrables ; elles sont rompues en 1904. Dans ce contexte, le Concordat de 1801 n’est plus viable. La séparation est inscrite dans le programme républicain depuis 1869 et la campagne électorale de Gambetta à Belleville. Elle est souhaitée à court terme par les radicaux et les socialistes. Beaucoup de protestants ne refusent pas cette perspective, acceptée aussi par une minorité de catholiques qui souhaitent une Église plus libre de ses mouvements. Cependant, la grande majorité des catholiques reste attachée au Concordat. Deux arguments sont ici invoqués :

  • L’État s’est engagé à subvenir aux besoins du clergé, en contrepartie de la nationalisation des biens de l’Église opérée sous la Révolution.
  • Un contrat entre deux États ne peut être rompu unilatéralement.

46Mais le gouvernement Combes veut en finir. Un projet de loi est déposé en novembre 1904 ; Aristide Briand en est le rapporteur devant la chambre des députés. Ce projet, après une longue discussion, deviendra la loi du 9 décembre 1905, toujours en vigueur aujourd’hui (L’Alsace-Lorraine, allemande en 1905 reste par exception soumise à un régime concordataire.) Le Concordat de 1801 est abrogé unilatéralement. La loi dispose, dans son article 1er que « la République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes ». L’article 2 précise que « la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne » aucun culte. En conséquence, le budget des cultes est supprimé. Les Églises et presbytères sont transférés à des « associations cultuelles » qui ont un an pour se constituer. À défaut de ces cultuelles, les immeubles seront attribués aux établissements communaux d’assistance. Le pape ayant condamné le principe de la séparation, une loi de 1907 laissera finalement les églises à la disposition des fidèles ; le culte y est autorisé sans formalités particulières. Les communes, propriétaires des églises, doivent les entretenir.

47L’Église, désormais, est indépendante de l’État, qui n’intervient plus dans la nomination des évêques. Mais ses structures sont fragilisées. Pour la deuxième fois depuis 1789, elle a perdu une partie de son patrimoine. Et l’État ne verse plus de traitements aux prêtres et aux évêques. L’Église, privée du soutien de l’État, semble désorientée. Or, non seulement l’État ne souhaite plus collaborer avec elle, mais, dirigé par les radicaux, il lui est irréductiblement hostile. Pour les républicains, la loi de séparation a sanctionné l’incompatibilité des vues. La lutte, cependant, doit se poursuivre. Avec le Gambetta des années 1870, les républicains du début du XXe siècle continuent de penser que « le cléricalisme, voilà l’ennemi ».

L’ENTREPRISE COLONIALE, OU LE PATRIOTISME FRANÇAIS À TRAVERS LE MONDE

48À la fin du XIXe siècle, l’empire colonial le plus vaste est l’empire britannique. L’Angleterre, qui contrôle les Indes, le Canada et l’Australie se lance avec un appétit intact, dans la compétition pour le partage de l’Afrique. Elle établit en 1882 son protectorat sur l’Égypte et annexe en 1890 le Nigeria. En 1914, elle contrôle toute l’Afrique de l’Est, de l’Égypte à l’Afrique du Sud.

49La France renoue sous la IIIe République avec la tradition coloniale de la monarchie. En 1763, au traité de Paris, Louis XV avait cédé à l’Angleterre les Indes et le Canada. En 1803, Napoléon a vendu la Louisiane aux Américains. Le premier empire colonial français a disparu. L’expansion reprend en 1830 avec la prise d’Alger qui prélude à une longue entreprise militaire de conquête du pays, puis de peuplement et de colonisation civile. Embarrassé par cette conquête et soucieux de ménager l’Angleterre, Louis-Philippe met un terme à l’expansion coloniale, qui ne reprendra que sous Napoléon III avec l’annexion du Sénégal et de la Cochinchine. Ainsi sont désormais jetées les bases de l’expansion française dans les trois parties du monde, que réalisera la IIIe République.

50Entre l’établissement du protectorat sur la Tunisie en 1881 et de celui sur le Maroc en 1912, la France assoit sa domination sur une grande partie de l’Afrique occidentale et centrale, sur Madagascar, sur l’ensemble de la péninsule indochinoise (Annam, Laos, Tonkin).

LE CONTEXTE DE L’EXPANSION COLONIALE

Les justifications de la colonisation

51À l’origine des entreprises coloniales, il y a évidemment des appétits et des espoirs économiques. L’expansion économique exige l’ouverture de débouchés pour les productions manufacturières, le contrôle des sources de matières premières. On connaît la formule célèbre de Jules Ferry : « La politique coloniale est fille de la politique industrielle. » Pour ne prendre qu’un exemple : en 1842, au terme de la guerre de l’opium, Anglais et Français obligent la Chine à ouvrir ses ports de commerce ; et le régime des concessions permettra aux Européens de prendre pied sur l’immense marché chinois. Dans un livre publié en 1916, L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, Lénine tend à ramener les conquêtes coloniales aux seuls mobiles d’ordre économique. L’explication est un peu réductrice. Il y a aussi des motifs politiques. Le XIXe siècle est le siècle du nationalisme. Les États européens trouvent dans les entreprises coloniales un immense champ d’expansion, un fort moyen d’expression. Ainsi les Anglais ressentent-ils une grande fierté lorsque la reine Victoria est proclamée en 1877 impératrice des Indes. L’impérialisme contribue sans doute à l’apaisement des tensions qui traversent l’Angleterre industrielle ; il explique en partie le caractère modéré des revendications syndicales. En outre l’empire britannique est rentable, ce qui n’est pas le cas de l’empire français avant 1914.

52Le nationalisme pousse les États européens à se concurrencer dans les colonies ; et cette concurrence attise et ravive les nationalismes. Car le fait est là : la politique coloniale est une compétition permanente. Entre la France et l’Angleterre, puis, à la fin du XIXe siècle entre vieilles puissances et nouvelles venues, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique. En France, un « parti colonial » est très actif au parlement et dans la presse. Il est animé par le publiciste Paul Leroy-Beaulieu, par le député d’Oran Eugène Étienne, et par le député de Bône Gaston Thomson. Cependant, on lui résiste, et l’opposition à la colonisation est forte. Jusqu’en 1890, elle émane surtout de la droite nationaliste pour laquelle les colonies coûtent cher, ne rapportent rien, et détournent la France de son objectif primordial, la revanche. Cette opposition de droite, alliée pour la circonstance aux radicaux de Clemenceau, provoquera la chute de Jules Ferry à la suite d’une rumeur de défaite militaire à Lang-Son, en Indochine.

53À partir des années 1890, l’opposition au fait colonial émane surtout des partis de gauche. En réalité, la colonisation est désormais acceptée par l’opinion ; elle offre à l’orgueil national ravalé en Europe par la puissance allemande, un baume bienfaisant ; et l’activisme des jeunes générations trouve à s’employer, sous le drapeau du patriotisme, de l’extension aux « peuples primitifs » des bienfaits de la civilisation et du bénéfice des droits de l’homme. Précisément, ces droits de l’homme, dont la France se veut le champion, il conviendrait de les propager et de les respecter dans les colonies. Ce sont donc désormais les méthodes de la colonisation, et non le principe même de la domination que les chefs de la gauche, et Jaurès le premier, remettent en cause. Dans la presse socialiste du début du siècle, la gestion des colonies est présentée comme une suite de massacres, de pillages et de trafics.

54Mais dans son principe, la colonisation est d’autant mieux acceptée par les opinions, qu’en dépit des abus qui se peuvent corriger, cette entreprise de « mondialisation » repose sur la conviction, partagée par les Européens dans tous les milieux, de la suprématie de leur civilisation, de leur culture et de leur « race », donc d’une responsabilité particulière de direction et d’éducation des peuples « arriérés » ou « primitifs ». Ces thèses sont vulgarisées dans le livre de Kipling, Le Fardeau de l’homme blanc, qui paraît en 1899.

Les moyens de la colonisation

55L’Europe dispose d’une supériorité objective écrasante, qui lui permet d’asseoir son emprise sur le monde.

Les moyens humains

56Jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’Europe occidentale est la seule région du monde à bénéficier d’une expansion démographique. La natalité, sauf en France, y reste forte ; et la mortalité est en chute libre. Dans les autres parties du monde – à l’exception de l’Amérique du Nord – l’équilibre ancien entre natalité et mortalité persiste.

Les moyens techniques

57Toutes les grandes innovations techniques du XVIIIe et du XIXe siècle sont d’origine européenne. D’où suprématie des produits industriels européens, supérieurs en qualité et moins coûteux que les rares fabrications concurrentes. Seuls les États-Unis – à partir de 1890 – et le Japon – à la veille de la guerre 1914 – ouvrent une brèche, encore étroite, dans cette suprématie.

Les moyens financiers

58L’accroissement du produit national brut est spectaculaire : en France, la richesse produite est multipliée par dix de 1789 à 1914. Une épargne importante peut désormais s’accumuler. Une partie de cette épargne est exportée, car les taux d’intérêt offerts par les vieux pays déjà équipés sont insuffisants.

Les moyens militaires

59En 1914, l’Angleterre dispose de la première flotte de guerre du monde, l’Allemagne de la première armée de terre. Quant à la France, elle possède la deuxième armée de terre et la troisième flotte de guerre de la planète.

LES RÈGLES DE L’ADMINISTRATION COLONIALE

60Il existe, en la matière, trois grands types de situations.

Les colonies de peuplement à population blanche majoritaire ou exclusive

61Le gouvernement britannique – car ces colonies sont toutes ou presque des colonies britanniques – fait preuve de libéralisme. Pour des raisons de principe : on ne peut refuser à des citoyens britanniques expatriés sur une terre d’Empire des droits politiques dont ils eussent bénéficié s’ils étaient restés en Angleterre. Aussi par opportunisme : l’Angleterre veut éviter les conflits qui avaient abouti, un siècle plus tôt, à l’indépendance américaine.

62Le principe du « self-governement » aboutit progressivement à la constitution de « dominions » : le Canada en 1867, l’Australie en 1900, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande en 1909. Les entités évoluent vers l’indépendance complète en conservant des liens politiques, diplomatiques et culturels avec l’ancienne métropole. Pour maintenir l’unité de l’empire, des conférences coloniales sont organisées ; un tarif douanier préférentiel est mis en place au bénéfice des productions de l’empire ; enfin, les flottes de l’Angleterre et des dominions sont placées sous commandement unique.

Les colonies à fortes minorités blanches : l’exemple de l’Algérie

63En 1914, l’Algérie compte 5 millions d’habitants, dont 600 000 Européens. Longtemps, le pays a été organisé comme partie intégrante du territoire métropolitain. En conformité avec l’idéal jacobin, c’est en effet une politique d’assimilation administrative qui est définie au début de la IIIe République. En vertu des « décrets de rattachement » de 1881, tous les services administratifs de l’Algérie dépendent des ministères métropolitains correspondants. Le budget de l’Algérie est voté chaque année par le parlement français où ne siègent que de rares députés et sénateurs des trois départements algériens. Cette politique est très critiquée par les colons, qui entendent participer à la gestion, voire diriger seuls les affaires algériennes. En 1893, une commission parlementaire présidée par Jules Ferry – la commission sénatoriale des XVIII – dresse un réquisitoire impitoyable contre l’assimilation et la centralisation. Conséquence directe de son rapport, en 1896, les services algériens sont directement placés sous l’autorité du gouverneur général, les décrets de rattachement sont abrogés. Une assemblée locale créée en 1898, les Délégations financières, est appelée par une loi de 1900 à voter le budget de l’Algérie, collectivité désormais dotée de la personnalité morale, de la capacité budgétaire et financière, habilitée à lancer les emprunts nécessaires à l’équipement de l’Algérie. On évolue, au profit des colons, vers un régime de libre gouvernement à l’anglaise.

Les colonies à très faible population blanche

64Deux systèmes sont utilisés à la fin du XIXe siècle.

  • L’administration directe : la métropole envoie ses fonctionnaires administrer directement la colonie. C’est la règle en Afrique noire anglaise et française, en Inde depuis 1858, et la fin des privilèges de la Compagnie des Indes orientales, compagnie à charte dotée de privilèges commerciaux et de puissance publique.
  • Le protectorat ou association. Appliqué par l’Angleterre en Égypte depuis 1882, par la France en Tunisie depuis 1881, et au Maroc à partir de 1912. Dans cette hypothèse, le souverain local conservera autorité sur une administration indigène. Les métropoles se contentent de contrôler le pays sous protectorat par l’intermédiaire d’un résident général soutenu par un personnel administratif peu nombreux. Cette solution, qui avait la préférence de Jules Ferry, présentait des avantages : elle sauvegardait la spécificité des sociétés colonisées, leur organisation traditionnelle, évitait le heurt trop brutal des méthodes et des solutions ; encore fallait-il que le pays concerné disposât d’institutions suffisamment solides, d’une administration étoffée et éprouvée.

L’ASSUJETTISSEMENT DU COLONISÉ

65Parce que l’indigène est considéré comme un incapable majeur, inapte à la gestion de ses propres affaires, il convient de l’encadrer, de le guider dans son propre intérêt.

Le régime de l’indigénat

66L’indigénat est un régime d’exception au droit pénal, appliqué aux seuls indigènes. L’exception au droit pénal tient :

  • À l’existence d’infractions pénales, de certains délits qui ne sont ni prévus ni punis par les lois ordinaires. Exemples d’infractions spéciales aux indigènes définies par le code indochinois de 1903 : propos calomnieux ou offensants tenus contre l’autorité française ; propagation de nouvelles fausses ou mensongères de nature à troubler la tranquillité publique ; cris ou tam-tam d’alarme sans nécessité reconnue.
  • Au prononcé de peines spéciales. Ainsi le Code forestier algérien de 1903 permet-il d’imposer aux tribus des pénalités collectives contraires au grand principe de la responsabilité individuelle : contributions en espèces ou en nature, séquestre, internement.
  • À la mise en place de juridictions spéciales. Dans les faits, les condamnations spéciales ne sont pas prononcées par des tribunaux de l’ordre judiciaire, donc par des autorités en principe indépendantes, mais par des agents administratifs : en Algérie le gouvernement général et les administrateurs de communes mixtes. Atteinte est ici portée à la règle de séparation des autorités judiciaires et des autorités administratives.

L’exception de droit civil

67En matière civile, les citoyens sont soumis au Code napoléon de 1804 ; et dans les colonies de culture musulmane, les sujets, eux, restent placés sous l’autorité du droit musulman et tributaires de la juridiction particulière des cadis. Pourquoi cette exception ?

68Les colonisateurs font ici valoir des arguments d’opportunité ou de fait. Les musulmans sont attachés à leur loi civile ; y toucher risquerait de remettre en cause la paix civile. Et précisément le droit français et le droit musulman sont d’inspirations très différentes :

  • Dans leurs fondements. La loi française, notamment civile, est une loi laïque. Elle est l’œuvre des pouvoirs politiques, et par conséquent relative, transitoire, réformable. La loi musulmane, quant à elle, est incorporée à la loi religieuse, au texte du Coran ; elle fait partie intégrante du document sacré, elle est la parole même de Dieu. Aux yeux des fidèles, elle n’est donc pas susceptible d’être modifiée ou réformée ; car ce que Dieu, un jour, a édicté, est véritable et immuable pour toujours. (En ce sens, certaines tentatives contemporaines de juristes orientaux visant, sous l’influence de l’Occident, à donner une interprétation libérale, et non plus littérale, des versets coraniques, ont rencontré la résistance instinctive de la société traditionnelle.)
  • Dans leurs contenus. En droit familial, le Coran admet la polygamie (dans certaines limites), la répudiation unilatérale de la femme par le mari, l’inégalité successorale entre les hommes et les femmes (celles-ci n’ayant droit qu’à une demi-part). L’adoption d’enfants est en principe prohibée.

69Ces observations sont exactes. Et si le colonisateur s’y attarde avec complaisance, c’est que le maintien d’un régime de « statut personnel » en matière civile paraît justifier l’établissement d’une sorte de statut personnel en matière politique, autoriser la consécration de l’inégalité des droits politiques.

L’inégalité de droits politiques

70Précision utile : inégalité ne signifie pas absence de droits politiques. Prenons l’exemple classique de l’Algérie. Les Algériens musulmans ne bénéficient pas de la citoyenneté française ; mais ils ont la nationalité française et possèdent, au titre de sujets français, certains droits politiques. Ces droits, le système dit du « double collège » leur permet de les exercer, à l’occasion principalement des élections aux Délégations financières, l’assemblée créée en 1898, qui vote depuis 1900 le budget de l’Algérie. Chaque communauté vote donc séparément. Les citoyens désignent 24 élus « colons » et 24 élus « non colons » ; les sujets musulmans 15 élus « arabes » et 6 élus « kabyles ». Si donc les sujets ne sont pas privés de tous les droits politiques, le déséquilibre n’est pas moins évident. En 1914, cinq millions de sujets désignent au total 21 mandataires aux Délégations, tandis que 500 000 Européens sont représentés par 48 délégués : 10 fois moins nombreux que les sujets, les citoyens ont deux fois plus de délégués ; les suffrages des uns pèsent donc vingt fois plus lourd que les voix des autres.

71Mais après tout, rétorquent les publicistes de l’époque, les musulmans, avant l’établissement des Français, n’avaient pas la moindre idée de la vie politique à l’occidentale ; désormais ils votent, et même si leur opinion ne compte guère, il s’agit là d’une première initiation à la vie démocratique. D’ailleurs, poursuivent les analystes, on ne peut accorder la pleine égalité des droits politiques qu’à des hommes qui se sentent et se veulent complètement Français. Que les sujets musulmans acceptent donc d’être soumis à la législation française dans toutes ses parties, qu’ils se rendent aux principes de l’égalité devant la loi ; et s’ils veulent que la loi soit la même pour tous en matière politique, qu’ils conviennent enfin que la loi doit être aussi la même pour tous en matière civile.

72La démonstration semble imparable. Et pourtant, l’argument de principe n’est en réalité qu’un argument d’opportunité : le colonisateur sait trop bien que l’octroi de la citoyenneté, donc de l’égalité politique à la majorité autochtone, reviendrait à noyer les suffrages européens dans une majorité musulmane à terme indépendantiste. L’avenir de la colonisation suppose le maintien du mécanisme de « double collège ».

73Si donc les sujets musulmans veulent devenir des citoyens, ils doivent en faire la demande. L’acquisition de la citoyenneté française est possible, mais toujours elle découle d’un choix individuel. En vertu du Sénatus-consulte de 1865, tout sujet musulman d’Algérie peut solliciter cette faveur (et ce droit sera étendu par une loi de 1919 à tous les sujets de l’empire colonial français). Pour obtenir satisfaction, il faut répondre à des conditions restrictives : un service dans l’armée française ; ou bien la détention d’un emploi public ou d’un mandat électif ; ou encore savoir lire et écrire le français. Peu d’Algériens sont avant 1914, en position de remplir l’une de ces trois conditions. D’autant que le législateur de 1865 a posé une barrière supplémentaire, celle-là presque infranchissable : tout candidat à la citoyenneté doit, en matière de droit privé, renoncer à l’application du droit coranique, accepter de se soumettre aux règles posées par le Code civil français, en vertu du principe de l’égalité des citoyens devant la loi, qui ne peut être que la même pour tous. Or pour les musulmans, renoncer à leur statut personnel, et notamment aux règles du droit familial formulées par le Coran, équivaut à une abjuration religieuse. Aux yeux de ses coreligionnaires, le transfuge n’est plus qu’un m’torni, un apostat, autant dire un pestiféré coupé de sa société naturelle. Rien d’étonnant, dès lors, que les demandes d’acquisition de la citoyenneté française aient été si peu nombreuses : cinq à dix candidatures par an, jamais davantage, dans l’entre-deux-guerres, à l’apogée de la colonisation en Algérie. En 1936, le Front populaire tentera de faire admettre aux Chambres que la citoyenneté française pouvait être conciliable avec le respect du statut personnel musulman. Mais ce projet dit « projet Blum-Violette » de citoyenneté dans le statut fut rapidement écarté.

LES PROFITS LIMITÉS DU COLONISATEUR

74La colonisation a-t-elle enrichi les colonisateurs ? Il faut savoir ici de quoi on parle, et distinguer l’État et les particuliers, qui ne font pas bourse commune.

75La colonisation, dès avant 1914, a enrichi les particuliers et les sociétés. Les particuliers, planteurs et gros colons, font souvent des fortunes rapides. Les actionnaires qui ont misé sur les sociétés coloniales n’auront pas à le regretter. En 1913 et en moyenne, les dividendes versés par les sociétés coloniales françaises représentent 30 % de la valeur nominale des actions. Ceux qui s’aventurent à spéculer sont encore plus chanceux : ainsi par exemple, les actions de la Banque de l’Indochine, qui valaient 100 francs en 1900, se négocient à 1 500 francs en 1913.

76En revanche l’État ne profite guère de la situation, car il doit supporter de lourdes charges : dépenses de conquête et surtout d’administration. Il a fallu créer des services, assurer le maintien de l’ordre par des moyens militaires et de police. Des infrastructures plus ou moins importantes, plus ou moins coûteuses, sont mises en place progressivement : routes, chemins de fer, barrages, ports, villages de colonisation, hôpitaux, écoles. En fait, à elles seules, les dépenses militaires représentent 70 % de toutes les dépenses engagées par la métropole dans l’ensemble de ses colonies de 1870 à 1914. Par comparaison, les dépenses civiles, qui ne représentent donc que 30 % de la charge totale, paraissent plutôt légères. C’est qu’elles ont été en grande partie transférées sur les budgets des colonies, la France ne finançant, sur le budget de l’État, que les dépenses de souveraineté. En vertu d’une loi de 1900, chaque colonie française dispose en effet d’un budget propre, voté par une assemblée locale composée, sur le modèle des Délégations financières algériennes, d’une majorité de colons et de représentants de l’administration. Ces budgets coloniaux assument les charges d’administration générale, les traitements des fonctionnaires, les frais de maintenance de la gendarmerie, le remboursement des emprunts d’infrastructure. À partir de 1900, grâce à cet ingénieux mécanisme de transfert, l’État ne couvre lui-même que moins de 10 % du total des dépenses civiles engagées dans les colonies.

77Qu’en est-il du commerce extérieur ? Tout est fait pour favoriser l’intensification des échanges à l’intérieur de l’empire français. Les « colonies assimilées » (l’Indochine) bénéficient d’un régime d’union douanière ; les colonies « non assimilées » d’un régime de taxes réduites pour la production entrant en métropole. La métropole n’y trouve pas son compte, puisque chaque année elle achète plus qu’elle ne vend dans ses colonies. À cela, deux explications :

  • La métropole a sans doute impérativement besoin des matières premières et des produits tropicaux ; mais en voulant se fournir dans ses colonies, elle se contraint souvent à acheter au-dessus des cours mondiaux.
  • Le pouvoir d’achat dans les colonies est, à cette époque, trop faible pour autoriser l’importation de grandes quantités de produits manufacturés en provenance de la métropole.

78L’importance de ces observations doit cependant être minimisée. Si la balance commerciale française est déficitaire, il faut aussitôt préciser que la part des colonies dans le commerce extérieur de la France est faible : en 1913, 10 % environ des importations et des exportations françaises se font avec ses colonies.

DÉSÉQUILIBRES ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX

79En dépit de certains progrès, l’économie traditionnelle des colonies est comme bouleversée et traumatisée sous les premiers assauts de la modernité occidentale. Les déséquilibres confèrent à l’économie coloniale une « structure asymétrique ». Vers le secteur moderne, dominé par les colons et une minorité d’autochtones, convergent les capitaux et les techniques.

80Le secteur traditionnel de l’économie, où se trouve cantonnée la masse des habitants vivant en autarcie d’une production de subsistance, reste en effet à l’écart des circuits administratifs, financiers et techniques modernes. Or les ressources dont disposent les populations locales ont tendance à diminuer pour différentes raisons : parce que la population commence à augmenter de manière significative ; au motif que les meilleures terres sont accaparées par les colons ; car les manufactures européennes concurrencent de plus en plus durement l’artisanat local (Engels a longuement décrit la situation dramatique du tissage indien, victime de l’industrie textile anglaise.) Les colonies paraissent en définitive vouées aux activités satellites ou complémentaires de celles de la métropole.

81Au total, dans cette période qui s’achève en 1914, il n’est pas excessif de parler de paupérisation des populations indigènes. Pourtant, jusqu’en 1914, les mouvements nationalistes n’inquiéteront guère les métropoles. La France ne trouve, face à elle, que le Destour ou parti de la constitution, en Tunisie ; et une opposition pro-chinoise ou pro-japonaise en Indochine.

82Tout d’ailleurs n’est pas négatif dans la réalité coloniale. La modernisation a ses bons côtés. D’abord, les sociétés traditionnelles sont touchées par le progrès technique. Des infrastructures sont mises en place ; des biens utiles font leur apparition dans le commerce local ; des colonies entières se consacrent à des productions spécialisées : arachide au Sénégal, cacao au Ghana et en Côte d’Ivoire. (On apercevra mieux, mais seulement dans la période suivante, les effets pervers d’une spécialisation excessive.)

83L’état sanitaire des populations s’améliore lentement. Les découvertes de Pasteur, Laveran et Koch, ont permis de faire reculer les maladies infectieuses : peste, choléra, lèpre, paludisme, fièvre jaune. La mortalité infantile se réduit. Bien davantage sous l’effet de la vaccination que d’une augmentation des ressources alimentaires disponibles, la mortalité baisse, entraînant une augmentation de la population des colonies. Celle de l’Inde passe de 200 à 320 millions de personnes entre 1870 et 1914 ; celle de l’Algérie, dans le même intervalle, progresse de 3 à 5,5 millions d’habitants.

84Une politique de formation des élites se dessine également. L’action éducative vise surtout à former les auxiliaires de la colonisation, instituteurs ou infirmiers. À cet égard, l’école d’instituteurs de Bouzaréah, en Algérie, accomplit un énorme travail, comme l’école William-Ponty de Dakar. Cependant, l’école primaire ne concerne encore qu’une infime minorité de la population d’âge scolaire. Dans l’Algérie de 1914, seuls 3 % des garçons indigènes, et moins de 1 % des filles fréquentent régulièrement une école. Une politique plus audacieuse dans un pays encore peu peuplé n’eût pas coûté très cher ; elle aurait rendu en peu d’années tous les Algériens francophones. Mais les colons s’opposèrent à l’extension des lois Ferry au bénéfice des sujets musulmans ; sans doute craignaient-ils la formation de concurrents pour les postes du secteur public et du secteur privé ; et plus encore, l’éveil d’une conscience politique. De leur côté, les musulmans n’étaient guère demandeurs d’une instruction porteuse d’une grave menace d’acculturation, et dont l’utilité n’apparaissait guère.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540