Version classiqueVersion mobile

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Deuxième partie. L'apogée de la civilisation démocratique (1870-1940)

L’apogée de la civilisation démocratique (1870-1940)

Texte intégral

1La communauté française, au tournant du siècle, se sent menacée, plus encore que concurrencée par ses voisins anglais et allemands. La maîtrise de la mer est anglaise, celle du continent est allemande. La crise identitaire débouche sur l’affirmation du patriotisme : l’affaire Boulanger et l’affaire Dreyfus l’exaspère. L’école de Jules Ferry diffuse dans les nouvelles générations le patriotisme républicain. En politique étrangère, l’expansion coloniale est une autre forme d’expression de patriotisme, d’un patriotisme de compensation ou de consolation. Malgré tout, les Français paraissent sûrs de leur modèle politique et social. Rien ne semble devoir l’ébranler, ni la guerre de 1914, dont le pays sort victorieux, ni les conséquences de la crise de 1929, ni la montée en puissance des États totalitaires. Les certitudes et les habitudes ne seront remises en cause que par l’effondrement de 1940.

2Le débat politique, sous la IIIe République, est pourtant d’une constante intensité et, à certains moments, virulent comme jamais. Mais il a cessé d’opposer la démocratie à des oligarchies qui oseraient à nouveau se poser en alternative. La vraie signification de la coupure de 1870 est là : la République proclamée le 4 septembre est le seul régime que la France puisse, sinon définitivement, au moins durablement accepter ; le seul qui soit conforme, à l’annonciation, à la promesse de 1789. Le triomphe de la République sera complet à la suite du dénouement de la crise du 16 mai 1877, et de la démission du maréchal de Mac-Mahon en 1879. À partir de là, les oligarchies aristocratique et bourgeoise n’ont plus de place dans le champ politique : c’est en vain que l’aristocrate attend le retour du roi ; et la grande bourgeoisie, tout en faisant largement ses affaires, s’est reconvertie en classe de service attachée au char de l’État républicain. La vie politique est désormais circonscrite dans les limites d’une République incontestable, que les Français ne se privent pas de discuter, de dénigrer, d’interpeller ; qu’ils talonnent sans relâche, qu’ils bousculent à l’occasion. Pas question, cependant, de la renverser : sa disparition est simplement inconcevable. On ne compte en effet que sur elle pour faire advenir plus de justice, pour protéger la liberté. À elle, et à personne d’autre, d’entreprendre et d’agir.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search