Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Première partie. La démocratie et ses ennemis (1789-1870)

Chapitre IV. La poussée de la démocratie (1848-1870)

Texte intégral

11848, l’année décisive. À partir de 1848, et jusqu’à nos jours, tous les régimes politiques qui se succéderont auront reçu l’onction du suffrage universel et se proclameront en apparence ou par conviction, de la légitimité populaire. L’année 1848 sonne le terme d’une vie politique dominée par l’inégalité des droits, la division des Français en deux catégories, et l’opposition entre pays légal et pays réel. L’électorat-fonction est remplacé par l’électorat-droit, la souveraineté nationale s’efface, et la souveraineté populaire triomphe. La démocratie a marqué un point. Le libéralisme censitaire est défait, momentanément.

LA IIe RÉPUBLIQUE (1848-1852)

2Le roi Louis-Philippe s’est enfui, et des institutions de la monarchie de Juillet, il ne reste rien. Il faut improviser.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE (24 FÉVRIER-4 MAI 1848)

3Pour combler le vide politique et institutionnel, un gouvernement provisoire s’improvise, acclamé par le peuple assemblé sur le balcon de l’hôtel de ville le 24 février 1848. Tous les membres du gouvernement, animé par Lamartine, sont au fond des républicains modérés, hostiles à la violence et aux bouleversements sociaux.

L’esprit de 1848

4Le climat politique de 1848 combine trois principales influences :

L’influence de 1789

5La génération de 1848 est idéaliste. Dans l’héritage de la Révolution, elle opère un tri, rejetant la Terreur, la guillotine, pour ne retenir que les grands principes, les droits de l’homme. Geste significatif : dès le 26 février, le gouvernement provisoire abolit la peine de mort en matière politique.

L’influence du romantisme

6Le romantisme a la fibre sentimentale, il s’attendrit sur le peuple, épris de liberté et de culture, en lutte pour son émancipation. Cette idéalisation du peuple trouvera sa meilleure expression dans Les Misérables dont Victor Hugo a commencé la rédaction en 1848. Le romantisme politique, qui prolonge le romantisme littéraire, est aussi d’inspiration religieuse, évangélique. Les hommes de 1848 sont pour la plupart des spiritualistes, ils croient en la Providence, se réclament du Christ, le fils du pauvre charpentier de Nazareth. À leurs yeux, une ère nouvelle commence, ère de progrès placée sous le double signe de l’Évangile et de la démocratie, qui prélude à l’avènement de l’harmonie, de l’amour, de la fraternité.

L’influence du socialisme

7Plus qu’une théorie achevée et donc figée, le socialisme de 1848 est un foisonnement d’idées, un ensemble plutôt confus d’aspirations à une société meilleure où la démocratie politique s’agrandit et s’approfondie en une démocratie sociale. La « question sociale », celle de l’organisation du travail sont à l’ordre du jour. Il ne s’agit pas de déchirer le pacte de 1789, mais de prouver que le grand élan de naguère n’a pas faibli, que le refus du privilège et de l’exclusion est toujours vif. La révolution est faite, reste à donner une assise aux « immortels principes » qu’elle a posés. Marx, qui lance même au moment son Manifeste communiste, pense au contraire que la révolution est à faire, que l’édifice de l’État bourgeois doit être détruit.

L’œuvre politique du gouvernement provisoire

La proclamation de la République par le gouvernement provisoire

8dans la nuit du 24 au 25 février. À cette République qui recueille l’adhésion générale, il faut une constitution. La désignation d’une assemblée constituante s’impose donc.

L’instauration du suffrage universel

9Voici l’innovation capitale : le décret du 5 mars prescrit que l’Assemblée constituante sera élue au suffrage universel direct, sans la moindre condition de cens. Les seules limites ont trait au sexe, à l’âge et à la résidence. Sont en conséquence électeurs tous les Français de sexe masculin, âgés de 21 ans et résidant depuis au moins six mois dans la commune où ils entendent voter. En conséquence, le nombre des électeurs passe de 250 000 à 9 millions. Pour être éligible, il faut avoir 25 ans ; aucune condition de cens n’est exigée, ni de résidence (ce qui rendra possible, jusqu’à leur interdiction, en 1889, les candidatures multiples ou simultanées). Il s’agit bien d’une nouveauté. La Convention de 1792 avait sans doute été désignée au suffrage universel : mais le vote était public, sans isoloirs, et 90 % des électeurs avaient préféré s’abstenir. La constitution de l’an VIII faisait bien une place au suffrage universel : mais ici le système était faussé par la superposition des collèges électoraux, et par le fait que les électeurs n’étaient invités qu’à établir des « listes de confiance » sur lesquelles le pouvoir choisissait ceux qui lui convenaient. Quant aux plébiscites napoléoniens, ils conduisaient à voter pour un homme, et non à arbitrer entre des programmes. L’innovation est donc réelle, et d’autant plus significative qu’à la même époque, aucun pays d’Europe n’a encore renoncé au suffrage restreint.

10Concrètement, le scrutin de 1848 est un scrutin de liste, avec possibilité de panachage entre les listes, dans un cadre départemental. Le bulletin de vote comprendra donc autant de noms que le département a de sièges. Chaque député représente en principe 40 000 habitants.

L’élargissement des libertés

11Toutes les restrictions aux libertés publiques établies par les régimes précédents seront supprimées :

  • la liberté complète de la presse est proclamée. Pour créer un journal, il n’est plus nécessaire d’obtenir une autorisation administrative, ni de déposer la caution qui garantit le paiement d’éventuelles amendes. En l’espace de quelques jours, 274 « feuilles » sont créées à Paris.

  • Complète liberté aussi de réunion et d’association. Les citoyens se voient reconnaître le droit de s’assembler et de former des partis politiques. À vrai dire, ce ne sont pas encore des « partis » au sens moderne, mais plutôt des clubs ou des cercles : 450 groupements de cette sorte s’ouvrent à Paris en quelques semaines, certains réservés aux femmes. Ces clubs ont leurs règlements, leur tribune où les orateurs se succèdent.

  • L’esclavage est aboli dans les colonies, au motif que « nulle terre française ne peut porter d’esclaves ».

  • Les titres de noblesse sont supprimés. Abolis une première fois à 1790, ils avaient été rétablis sous la Restauration.

L’œuvre sociale du gouvernement provisoire

12Les mesures sociales sont inspirées par l’esprit de 1848, mais dictées aussi par les circonstances : crise économique, chômage, augmentation du prix des denrées de première nécessité. Sous l’influence du socialiste Louis Blanc, le gouvernement provisoire décrète une série de mesures :

  • dès le 25 février, il proclame le droit au travail, mais sans en mesurer les conséquences.

  • il crée une commission consultative, composée de délégués patronaux et ouvriers, qui siège au palais du Luxembourg. Elle tente d’apaiser les conflits du travail, d’éviter les grèves. Elle prend des mesures importantes, la limitation de la durée journalière du travail (dix heures à Paris, onze heures en province) ; la création des Ateliers nationaux destinée à procurer du travail aux chômeurs principalement occupés à des travaux de terrassement. L’expérience se révèle décevante, car les capacités professionnelles des ouvriers ne sont pas reconnues ; elle est coûteuse, impossible à financer, les 100 000 travailleurs bientôt embauchés revenant à 200 000 francs par jour ouvrable ; elle est dangereuse, les chômeurs de province affluant à Paris pour s’y engager, masse de prolétaires mûre pour toutes les propagandes. Évidemment, les adversaires du socialisme s’inquiètent ; les valeurs boursières s’effondrent, les porteurs de billets retirent l’or des banques, et les déposants multiplient les retraits aux guichets des caisses d’épargne.

13Pour boucler son budget, l’État doit aussi trouver des ressources nouvelles. D’où une augmentation de 45 % des impôts directs. L’élection de l’Assemblée constituante intervient dans ce contexte difficile.

L’ÉLECTION DE L’ASSEMBLÉE CONSTITUANTE ET SES CONSÉQUENCES

Les élections du 13 avril 1848

14C’est en France la première élection véritable suffrage universel direct. Cette élection, l’extrême gauche républicaine et socialiste cherche à en obtenir l’ajournement. Le pays, affirme-t-elle, n’est pas prêt, les masses ne sont pas « éduquées ». Elle redoute, en fait, le vote des campagnes en faveur des candidats conservateurs. Les élections n’en sont pas moins organisées. La participation électorale est très forte, 84 % des 9 millions d’électeurs se rendent aux urnes. Les craintes de l’extrême gauche sont confirmées, la victoire des modérés et des conservateurs est très confortable. Sur 880 sièges à pourvoir, les républicains modérés en obtiennent près de 500. À droite, les monarchistes ont un peu moins de 300 élus, dont 200 orléanistes et une centaine de légitimistes. À gauche, on dénombre environ 100 élus sous l’étiquette des républicains avancés, des démocrates radicaux ou socialistes.

15Le 6 mai, le gouvernement provisoire démissionne et la nouvelle assemblée constituante désigne pour le remplacer une commission consultative de cinq membres choisis parmi les républicains modérés. L’extrême gauche refuse de s’incliner devant le verdict du suffrage universel.

Les journées révolutionnaires de juin 1848

16En juin, le gouvernement décide la fermeture pure et simple des Ateliers nationaux qui emploient à Paris plus de 100 000 ouvriers. Cette fermeture est directement à l’origine de l’insurrection parisienne, véritable sursaut de désespoir du prolétariat. Pendant quatre jours, du 23 au 26 juin, Paris est le théâtre d’une bataille sanglante. Un homme fort va mater l’insurrection, barricade par barricade, un républicain, le général Cavaignac, muni des pleins pouvoirs avec le titre de président du conseil des ministres. Le bilan du « nettoyage » est très lourd : 5 000 morts au moins, dans l’archevêque de Paris, Mgr Affre, qui avait voulu s’interposer. La répression sera dure : 4 000 insurgés sont déportés en Algérie.

17L’affrontement a une double signification :

  • C’est un mouvement défensif, de lutte contre la prépondérance des oligarchies de l’argent et de l’influence, contre les « notables ». Ces élites considèrent la Révolution comme un point d’arrivée, elles refusent l’élargissement du cens. Ici le mouvement est susceptible d’attirer largement, bien au-delà des classes populaires, une partie non négligeable des classes moyennes. Il obtiendra la victoire : le cens est aboli, le suffrage universel proclamé.

  • C’est un mouvement offensif : les insurgés répètent comme un leitmotiv le slogan : « Oui, nous la voulons, la République sociale ! ». Après l’égalité politique, l’égalité économique : ou plutôt l’égalité politique est le grand moyen d’obtenir l’égalité économique, le droit au travail. Pour les hommes de 48, l’économie doit plier sous une logique politique ; il faut mettre la révolution industrielle au service du plus grand nombre. Mais ici les ouvriers se retrouvent seuls. En 1830, bourgeois et petites gens avaient tenu les mêmes barricades ; juin 1848 les sépare : d’un côté, les « possédants », de l’autre, les « rouges ».

18Le principal souci de la majorité républicaine modérée est d’établir une république forte, protégé de l’agitation populaire.

LA CONSTITUTION DU 4 NOVEMBRE 1848

19Elle est précédée d’un préambule qui reste fidèle à l’esprit de 1848 et proclame quelques grands principes. La souveraineté populaire affirmée, et les buts que doit poursuivre la République sont fixés : la marche vers le progrès moral et matériel, la justice sociale. C’est de ce préambule que date l’introduction, dans la devise française, de la fraternité, à la suite de la liberté et de l’égalité. La constitution énumère les droits garantis aux citoyens : ce sont les libertés individuelles de la déclaration de 1789, auxquelles on ajoute le droit d’association et la liberté de l’enseignement.

20La constitution de 1848 établit deux pouvoirs égaux, distincts, mais procédant d’une même origine, le suffrage universel.

Le pouvoir législatif

21Il est confié à une chambre unique, l’Assemblée législative. Retour à la tradition révolutionnaire du monocamérisme qui permettra selon Lamartine, l’un des inspirateurs de la constitution, de mieux résister aux troubles sociaux, et de ne pas affaiblir le législatif face à l’exécutif. L’assemblée est élue au suffrage universel, selon les modalités déjà utilisées pour l’élection de l’Assemblée constituante en avril 1848.

22Les députés sont indépendants de leurs électeurs. Ils perçoivent une indemnité parlementaire de 25 francs par jour ; la fonction de député devient donc accessible à tous les citoyens, même pauvres. Les députés sont aussi indépendants à l’égard du pouvoir exécutif. En effet, l’Assemblée législative est « permanente », elle se convoque elle-même, sans attendre que le gouvernement l’appelle. Elle ne peut être dissoute.

Le pouvoir exécutif

23Pour la première fois dans notre histoire, la constitution de 1848 crée une sorte de monarchie républicaine, en confiant l’exécutif à un président de la République. Les discussions entre constituants ont porté sur deux points :

La création de la fonction de président de la République

24La véritable tradition républicaine a toujours exclu le gouvernement d’un seul, par crainte d’une dérive, voire d’une restauration de la monarchie. Elle marque sa préférence pour les exécutifs collégiaux (comité de salut public de la Convention, Directoire de l’an III, Consulat de l’an VIII). Mais, en cette année de l’insurrection parisienne, les républicains modérés se déclarent partisans de la thèse du pouvoir fort.

Les modalités de désignation du président

25La solution préconisée par Lamartine triomphe : le président de la République, comme les députés, sera élu au suffrage universel direct. Désigné pour quatre ans, le président n’est pas rééligible immédiatement après l’expiration de son mandat. Cette précaution, destinée à empêcher l’établissement progressif d’une monarchie, sera directement à l’origine du coup d’État du 2 décembre 1851.

26Les attributions du président de la République sont étendues. Il partage l’initiative des lois avec l’Assemblée législative, nomme et révoque librement les ministres. En fait, les deux pouvoirs sont indépendants l’un de l’autre. L’assemblée n’a aucun moyen de contrôle sur le président, qu’elle ne nomme pas et qu’elle ne peut pas révoquer. Le président n’a pas davantage de moyens de pression sur l’assemblée, qu’il ne peut dissoudre. Dans leur désir d’établir un pouvoir fort, capable de tenir tête à la rue, les constituants de 1848 ont doté le pays d’institutions qui vont provoquer la chute de la République.

L’ÉCHEC DE LA IIe RÉPUBLIQUE

27La constitution adoptée, il faut la mettre en œuvre, donc élire au suffrage universel le président de la République, et les députés membres de l’Assemblée législative.

L’élection du président de la République (10 décembre 1848)

28Cinq candidats s’offrent au choix des électeurs. Lamartine, qui incarne l’esprit de 1848, a la faveur des pronostics ; le général Cavaignac, chef du gouvernement provisoire, est ce républicain légaliste qui a écrasé l’insurrection de juin. Plus à gauche, deux candidats : Ledru-Rollin, un républicain radical, et Raspail, porte-parole de la démocratie sociale. Le cinquième candidat, déclaré seulement le 26 octobre, le prince Louis-Napoléon Bonaparte, n’est autre que le neveu de Napoléon Ier. Il n’est connu que pour ses deux tentatives de prise du pouvoir, à Boulogne en 1836 et à Strasbourg en 1840. Condamné à la détention perpétuelle et enfermé au fort de Ham, il s’en est évadé en 1846 et s’est réfugié à Londres. Élu en septembre 1848 par quatre départements, il siège à l’Assemblée constituante. Son avantage est de porter un nom prestigieux, qui n’a cessé de grandir depuis la mort de l’empereur, la publication du Mémorial de Sainte-Hélène en 1822 et le retour des cendres de Napoléon à Paris en 1840.

29L’élection du 10 décembre 1848 est un vrai coup de tonnerre qui foudroie les élites. D’abord parce que le prince est élu. On oublie que, pour les contemporains, rien n’était joué d’avance. Les sondages n’existaient pas. Lamartine partait favori, le général Cavaignac, sorte de candidat officiel, était soutenu par les préfets.

30Plus que le succès du prince, ce qui frappe de stupeur les contemporains, c’est l’énormité de son triomphe, l’ampleur de l’écart qui le sépare de ses adversaires, la violence de cette imprévisible tornade, de ce cyclone qui a tout balayé, tout déraciné sur son passage : 5 500 000 voix pour Louis-Napoléon, moins de 1 500 000 pour Cavaignac, et 18 000 à peine en faveur de Lamartine ; le pauvre poète est étrillé, ridiculisé. L’homme qui vient de recevoir l’onction du suffrage universel dispose d’une autorité dont nul alors ne pressent les implications. Dans sa brutalité, le raz de marée électoral est un mystère pour les contemporains. Au reste, tenter de dissiper les ténèbres reviendrait à égrener les raisons pour lesquelles la masse des électeurs a désavoué certaines manières d’entendre la politique. On s’en tire avec des banalités : l’absence de culture politique des électeurs, qui ne lisent pas les journaux, et dont beaucoup d’ailleurs sont illettrés ; le fait que Louis-Napoléon est un homme neuf, portant un nom prestigieux, bénéficiant de la conjonction de tous les mécontentements. Tout cela est exact, mais il faut creuser plus profond pour découvrir la signification de l’extraordinaire résultat.

31Le fait est que désormais, le suffrage universel est l’unique producteur de légitimité. La volonté du corps politique se décline sur le mode de l’élection. Le véritable sens du monisme est là : il ne peut y avoir d’autre origine du pouvoir que la volonté du peuple. La société politique s’édifie sur le refus des considérations dualistes, sur le rejet des externalités, de tous les droits divins, celui des rois comme celui de ces oligarchies économiques en train d’émerger, au milieu du XIXe siècle, et qui invoque les droits de l’argent contre les décrets du souverain populaire. À cet égard, 1848 ne fait que prolonger, actualiser 1789. La révolution de 1848 est une simple réplique du tremblement de terre de 1789, de la grande Révolution qui a proclamé la souveraineté nationale inaliénable, imprescriptible, infaillible. Manière, pour un peuple impatient de déclarer, sous les termes de « nation » et de « volonté générale », qu’il a décidé de conduire lui-même ses affaires, ou de les confier à des représentants étroitement contrôlés. De la dramaturgie politique des années 1848-1851, le peuple est le seul acteur : les élites ne comptent plus ni même, paradoxalement, Louis-Napoléon. Cette « force qui va » que Victor Hugo a beau, parfois, cingler de son mépris, elle emporte tout, à la manière d’une annonciation religieuse, dans le souffle de son esprit. La puissance d’entraînement de la démocratie est irrésistible, les hommes et les partis sont aimantés, elle happe leurs ambitions, il faut vivre dans son attraction, subir sa loi. À partir de décembre 1848, elle seule cautionne les entreprises du prince-président. Louis-Napoléon n’est plus que l’expression d’une finalité supérieure, d’un choix qui trouve momentanément à se fixer sur lui, il est emporté et noyé, avec le bonapartisme, dans les flots du suffrage universel ; réduit à n’être plus, derrière la phraséologie du « pouvoir personnel » qu’un « homme de service », un César instrumentalisé, assigné par la communauté des citoyens à la réalisation du projet collectif.

32Les électeurs qui ont porté Louis-Napoléon à la présidence ne sont pas des citoyens subjugués, manipulés, mis sous tutelle ; encore moins ces mineurs, incapables de discerner leur intérêt politique, que nous décrivent certains contemporains. Car, pour les « élites » du pays, le coup de tabac de 1848 est un scandale. Les électeurs n’auraient pas mesuré les conséquences de leur vote. Guizot l’affirme : pour gouverner, les paysans ne suffisent pas, il faut les classes supérieures. Les républicains sont proches de ce thème ; leur hostilité à l’égard des manifestations de la démocratie directe les pousse à préconiser l’encadrement des « masses » par les élites progressistes. Victor Hugo est inclassable ; mais à l’instar de Lamartine, son modèle, disgracié par le suffrage universel, il se sent délaissé dans son rôle de mage autoproclamé et cache mal sa jalousie à l’égard du prince favorisé par le peuple. Il lui fait le mauvais procès de n’être soutenu que par les corps d’encadrement de la société : l’armée permanente, l’administration centralisée, le clergé fonctionnaire, la magistrature inamovible. Or, s’il y a une leçon à tirer de l’élection présidentielle, un fait saillant à dégager, c’est justement que les électeurs échappent aux notables, à leurs tuteurs traditionnels, le châtelain, le curé, le grand propriétaire, l’industriel. Délibérément, ils s’exonèrent, adressent une ruade aux classes dirigeantes, donnent un coup de balai dans la fourmilière des installés, des prépondérants, des médiateurs abusifs. Décembre 1848 est la revanche de la France d’en bas sur celle d’en haut, la victoire de la démocratie sur le libéralisme, la déconfiture des oligarchies ; une révolte spontanée, un immense défoulement du sentiment populaire contre tout ce qui vise à le comprimer, à le canaliser : personnel politique, haute administration, notables ruraux, manufacturiers, journalistes et faiseurs d’opinions. En un instant sont anéantis tous ces corps intermédiaires, supprimés par la Révolution, mais qui finissent toujours par se reconstituer.

33Cette hostilité aux corps intermédiaires est la manifestation la plus nette de l’esprit démocratique, qui domine 1848. Pour les démocrates, nul corps, nulle communauté ne doit s’interposer entre la base, les citoyens, et l’État qui les représente, agit en leur nom, et qu’ils doivent pouvoir à tout instant contrôler, surveiller, sans écran, sans obstacle. Entre la base et le sommet, entre le sommet et la base, la volonté qui remonte se transforme en pouvoir et redescend. Cette incessante circulation, ce mouvement de va-et-vient doit toujours être parfaitement fluide. Ces conceptions-là, Louis-Napoléon n’a pas attendu les mois qui précèdent l’élection présidentielle pour les adopter. Elles forment le cœur de la doctrine bonapartiste, dont le prince a rappelé les grandes lignes, empruntées à son oncle, dans ses ouvrages de jeunesse, les Rêveries politiques de 1832 ou les Idées napoléoniennes de 1839.

34Pour le peuple, s’emparer du bonapartisme en vue de faire progresser la cause de la démocratie, ne signifie en rien adhésion au bonapartisme. Le napoléonide, à ses yeux, n’est qu’un mandataire. La direction qu’il devra prendre ? L’aiguille de la volonté générale l’indique, à la manière d’une boussole. Sa mission ? Mettre en œuvre la grande promesse de 1789, assurer, par la réduction des privilèges et l’intégration des exclus, cet élargissement de la classe moyenne, cette dilatation du groupe central des Français qui résume tout notre pacte social. Plus concrètement, il saura, en priorité, jeter les bases d’un ordre stable, rétablir la tranquillité dans les faits et dans les esprits. On devine derrière lui, prêt à le soutenir de toute sa force, la masse des bourgeois, des paysans, des boutiquiers ; on croit entendre le pays s’exprimer par sa bouche lorsqu’il répète que la France doit être dirigée d’une main ferme, lorsqu’il assure vouloir défendre les familles et les propriétés, lorsqu’il exorcise les menaces de l’anarchie et des barricades en jetant à la foule son exclamation : « Que les bons se rassurent, et que les méchants tremblent ! »

35L’ordre, c’est le maintien de ce que le peuple a librement consenti. Cet ordre-là n’est, à l’évidence, pas celui des puissants, ordre fermé sur son égoïsme de classe, dissimulateur d’un désordre ; les conservateurs bornés démolissent tout, sont des casseurs, bien capables, comme ils l’ont déjà prouvé, de déstabiliser les institutions et de pousser à la révolte. Victor Hugo, qui insiste sur cette idée, conseille aux gouvernants, en mars 1851 : « Ne faites pas la république des ouvriers, ni la république des paysans, ni la république des bourgeois, faites la république de tout le monde. » Délégué par cette sorte de tiers état, la masse des Français qui n’appartiennent ni à la grande bourgeoisie, ni au prolétariat, Louis-Napoléon est sur la même ligne : il s’engage à rechercher une voie moyenne entre la réaction et la révolution.

L’élection de l’Assemblée législative (13 mai 1849) et l’impossible cohabitation

36Cette élection est marquée par un fort taux d’abstention (32 %) et par le triomphe du parti de l’ordre qui obtient les 3/5e des mandats. Une assemblée monarchiste face à un président bonapartiste : le conflit est inévitable, est d’autant plus indécis que les deux pouvoirs ont la même origine, donc la même légitimité. Et la constitution n’a prévu aucun moyen de résoudre les conflits.

37Or, l’Assemblée législative commet des maladresses. Elle adopte la loi Falloux du 15 mars 1850, qui consacre la liberté de l’enseignement secondaire, et y favorise donc l’implantation de l’Église. Elle réduit de 9 à 6 millions le nombre des électeurs, sans remettre en cause le suffrage universel, mais en exigeant désormais pour l’électorat, une résidence de trois ans dans le même canton. Très habilement, le président Louis-Napoléon Bonaparte réclame, sans l’obtenir, l’abrogation de cette loi. Et, c’est aussi en vain qu’il demande à l’assemblée la modification de la constitution, qui lui permettrait de se présenter en 1852, au terme de son mandat de quatre ans. Le coup d’État devient inévitable.

Les enseignements d’un coup d’État

38À suivre les détracteurs de Louis-Napoléon Bonaparte, le coup d’État du 2 décembre 1851 serait un acte sui generis, né de l’ambition du prince-président, opportunément justifié sinon vraiment légitimé par l’utilisation du plébiscite. L’entreprise de 1851 serait donc un avènement, le point de départ d’une ère de pouvoir personnel, le début d’une longue période de glaciation pour les libertés publiques. Un rebond aux conséquences démesurées et dramatiques : tout le contraire d’un coup d’épée dans l’eau. Le coup d’État lui-même, et les deux plébiscites qui le suivent et le couronnent, s’enchaîneraient dans un seul mouvement, et seraient au fond, indissociables.

39Ce qui est sûr, que nul contradicteur ne démentira, c’est que le coup de force du 1er au 2 décembre est bien un coup d’État. L’action présente le caractère d’un fait extraordinaire, exceptionnel, insolite ; qui surprend et suspend toutes les habitudes, et rompt toutes les digues. L’affaire a été menée d’une main ferme par Louis-Napoléon Bonaparte, entouré de ses proches, les Morny, Persigny, Saint-Arnaud. Mûrement préparée, l’affaire se termine avec rapidité et brutalité : dans la nuit du 1er au 2 décembre, l’armée occupe les points stratégiques de la capitale. De rares barricades, élevées le 3 et le 4 décembre ont vite été démantelées. Les fusillades font quelques centaines de morts. Au total les victimes sont infiniment moins nombreuses qu’en juin 1848 ; si la résistance est plus forte en certaines provinces, Paris n’a guère bougé : le peuple, dans l’ensemble, accepte le coup d’État, et la « sentinelle invisible » évoquée par l’avocat Michel de Bourges, cette masse compacte de petites gens de Paris, est restée dans l’expectative. Les parlementaires d’opposition ont été arrêtés, et parmi eux, Thiers et Changarnier. Les adversaires les plus résolus ont été déportés en Algérie ou contraints à l’exil. Mais la répression ne s’est pas emballée.

40Le coup d’État provoque évidemment l’émergence d’une nouvelle légalité, le basculement d’un ordre constitutionnel à un autre. Le suffrage universel qui avait été amputé par la loi du 31 mai 1850 est rétabli dans sa plénitude. L’Assemblée législative est dissoute. La constitution de 1848 est abrogée : son sort était scellé dès lors que l’assemblée avait refusé la révision, qui aurait permis au prince-président de solliciter un autre mandat de quatre ans. Car l’objectif de Louis-Napoléon est bien de conserver, à tout prix, le pouvoir, ce pouvoir qu’il convoite et qu’il courtise depuis toujours.

41L’entreprise de 1851 est donc, indiscutablement, un coup d’État. Comme telle, la réprobation de la postérité la flétrit et l’accable. C’est en vain que des circonstances atténuantes sont évoquées : rétablissement du suffrage universel plein et entier, déblocage des institutions ; fait que la République de 1848 était déjà morte ; ratification des changements par une immense majorité des Français. Rien n’y fera : le coup d’État, de 1870 à nos jours, sera considéré comme une des plus grandes forfaitures de l’histoire. Vérité officielle transmise de génération en génération, par les ouvrages de Lavisse, les manuels de Malet et Isaac, plongeant ses racines dans les violents pamphlets de Victor Hugo, qui a poursuivi Louis-Napoléon de sa haine inexpiable. L’auteur de Napoléon le Petit et des Châtiments a criblé son ennemi d’imprécations, de sarcasmes, d’accusations odieuses ou fielleuses. Et de qualifier le 2 décembre de crime « repoussant, infâme, inouï ». S’adressant à la liberté, il prophétise : « Un de ces jours, au moment où l’on s’y attendra le moins… tu lanceras ta flèche d’or, ton ardent et éclatant rayon ! »

42Si les auteurs du coup d’État portent le poids de ces accusations, les partisans du nouveau régime, subissant la pression de cette propagande, en ont mesuré d’emblée le danger et la nocivité. Jamais l’anniversaire du coup d’État ne sera célébré sous le Second Empire. Et Louis-Napoléon, évoquant brièvement son action, comme pour exorciser un cauchemar, ou effacer la trace d’une faute, déclarera le 31 décembre 1851 : « Je n’étais sorti de la légalité que pour entrer dans le droit. Plus de sept millions de suffrages viennent de m’absoudre. » Le 20 décembre, en effet, le premier plébiscite, destiné à entériner le coup d’État et à confier le pouvoir constituant au prince-président, s’est soldé par un triomphe : le oui a obtenu 92 % des suffrages exprimés. Le résultat du plébiscite ratifiant un an plus tard le rétablissement de la dignité impériale est encore meilleur.

43Ces deux consultations ont si mauvaise réputation que le terme même de plébiscite en est devenu un vocable honteux. Le mécanisme plébiscitaire est démonté, qui pousse à voter pour un homme plutôt que sur un programme, exalte le consensus et tend à fabriquer de l’unanimité. Grief plus particulier, le plébiscite de 1851 aurait été biaisé : par l’état de siège décrété sur un tiers du territoire ; par la disparition de la plupart des journaux d’opposition ; par des pressions administratives multiformes ; par l’absence d’isoloirs ; par des erreurs de comptage.

44Victor Hugo, qui lance l’anathème, s’en prend d’abord aux chiffres. Que valent-ils, ces chiffres ? Louis-Napoléon n’aurait eu pour lui que « la tourbe des fonctionnaires », les « parasites du budget », et « à leur suite, les crétins, masse notable ». Des crétins, voilà ce que sont pour Marx et Engels les électeurs du suffrage universel. Marx évoque « la stupidité naturelle » de ces paysans français, qu’il ne parvient pas à inscrire dans son schéma idéologique, en raison de leur attachement obstiné à la propriété ; Engels renchérit dans une lettre à Marx au 29 janvier 1852, en traitant les Français de « véritables andouilles ».

45L’explication est mince, et plus encore blessante. Aussi Victor Hugo préfère-t-il s’établir sur l’Olympe des vérités éternelles. Au-dessus de la volonté des électeurs existeraient des normes, des valeurs intangibles. « Faites déclarer par 7 millions cinq cent mille voix que 2 et 2 font 5… faites déclarer par huit millions, par dix millions, par cent millions de voix, vous n’aurez pas avancé d’un pas. » En effet, « il n’est pas donné à un scrutin de faire que le faux soit le vrai et que l’injuste soit le juste ».

46Le coup d’État de 1851 a été présenté comme une rupture, une déchirure de l’ordre constitutionnel. On l’a voulu le commencement, on a souligné son caractère inaugural. Or, s’il y a un commencement, il date de 1848, non de 1851. Le nouvel élan politique, la nouvelle donne ne découlent pas du coup d’État, mais de l’élection du président de la République au suffrage universel du 10 décembre 1848. Là, pas de plébiscite ; et pourtant, l’élection fut acquise à une écrasante majorité.

47En définitive, l’élection ou plutôt le déluge électoral de 1848, font de Louis-Napoléon beaucoup plus qu’un rouage de l’exécutif, destiné à fonctionner dans le cadre d’institutions régulières. Il lui appartient de trancher le nœud gordien des contradictions politiques que la constitution ne permet pas de résoudre, au prix même d’une violation de cette constitution adoptée par une assemblée, mais que l’élection du 10 décembre vient instantanément, de relativiser. Au fond, le coup d’État sera l’aboutissement d’un insensible et inexorable processus, et non le fruit d’un complot tramé dans l’ombre contre les libertés publiques : une nation telle que la France ne se laisse pas ainsi réduire en servitude. Lorsqu’il intervient, l’opinion considère le coup d’État, depuis longtemps comme accompli. On se gardera donc d’y voir un extraordinaire rebondissement, dont chacun redouterait la menace ; ou d’y déceler une grosse erreur de Louis-Napoléon. Victor Hugo voit plus juste lorsqu’il parle d’une « chimère ». Il serait en effet chimérique, dans la France du XIXe siècle, d’imaginer qu’un coup d’État puisse être autre chose qu’un coup d’épée dans l’eau ; qu’il puisse contraindre la démocratie à rebrousser chemin, en interrompre la marche. Tout au contraire : loin d’avoir la signification qu’on lui prête généralement d’une suppression de la légalité, le coup d’État, par une puissante secousse du suffrage universel, est incorporé à une forme supérieure de légitimité, englobé dans le mouvement de la démocratie, entraîné à l’affirmation plus parfaite des idéaux de 1789.

LA DÉMOCRATIE CÉSARIENNE (1851-1870)

48Investi par la formule même du plébiscite, du pouvoir constituant, le prince-président a désigné les membres d’une commission qui travaille vite, et rédige en vingt-quatre heures une nouvelle constitution promulguée le 14 janvier 1852. La France reste théoriquement en République. Mais le 7 novembre 1852, un senatus-consulte rétablit la dignité impériale en faveur de Louis-Napoléon Bonaparte. La restauration de l’empire est approuvée à une écrasante majorité par un nouveau plébiscite.

49Le Second Empire va durer près de vingt ans, jusqu’en 1870, et cette longue durée se divise en deux phases : celle d’abord de l’Empire autoritaire, jusqu’en 1860 ; celle ensuite de l’Empire libéral, à partir de cette date.

L’EMPIRE AUTORITAIRE (1852-1860)

50Le nouvel empereur entend, comme naguère Napoléon 1er, détenir la plénitude de l’autorité publique.

Les moyens constitutionnels

51Ils sont fournis par la constitution de janvier 1852, modifiée par le senatus-consulte de novembre, rétablissant l’Empire. Le dispositif constitutionnel est calqué sur la constitution de l’an VIII, remaniée en l’an X et en l’an XII.

Le pouvoir exécutif

52Le chef d’État – président de la République puis empereur après les modifications intervenues en novembre 1852 – dispose d’immenses pouvoirs qu’il exerce sans aucun contreseing ministériel. Il commande les forces armées, déclare la guerre, signe les traités de paix, d’alliance et de commerce. Il a seul l’initiative des lois, nomme et révoque librement les ministres. Nous voilà bien loin du régime parlementaire.

53Césarisme donc, mais démocratique, appuyé sur la confiance du peuple. La constitution ne peut être modifiée sans ratification populaire. Le chef de l’État peut à tout moment consulter le peuple par plébiscite. Et les députés au corps législatif sont élus au suffrage universel.

Le pouvoir législatif

54Tout est fait pour l’abaisser :

  • D’abord, il est partagé entre trois assemblées, conseil d’État, corps législatif et sénat.

  • Les membres de deux assemblées sur trois sont nommés par le chef de l’État. Les sénateurs sont nommés à vie ; les conseillers d’État sont révocables. Seuls les membres du corps législatif sont élus au suffrage universel.

  • Enfin, les pouvoirs de ces assemblées sont restreints. Au conseil d’État incombe la préparation des projets de loi ; ces orateurs les défendront devant le corps législatif et le sénat (tâche qui revient normalement aux ministres en régime parlementaire).

55Le corps législatif est une machine à voter ces projets. Il n’a en effet ni l’initiative des lois, ni le droit d’amendement. Il se réunit sur convocation du chef de l’État qui peut l’ajourner, le dissoudre ou le proroger. Les ministres n’ont pas le droit d’entrer à l’assemblée. Celle-ci ne peut recevoir de pétitions. L’adresse et l’interpellation ont disparu. Le procès-verbal des séances publié par les journaux est un document officiel, élagué et édulcoré par les soins du gouvernement. Quant au sénat, il se borne à vérifier la constitutionnalité des lois votées par le corps législatif : assemblée de prébendiers dont le rôle est insignifiant.

56Hors de ces enceintes, il s’agit surtout d’empêcher la formation d’une opposition politique.

Les moyens politiques

Domestiquer le suffrage universel

57Le suffrage universel est rétabli dans les conditions de 1848. Sont électeurs tous les Français âgé de 21 ans au moins, éligibles ceux de 25 ans au moins. Mais les effets de la règle démocratique sont atténués par divers moyens. D’abord par le changement du mode de scrutin. Le scrutin de liste départemental, en vigueur en 1848-1849, favorisait l’action des partis, puisque les listes correspondaient à des sensibilités différentes. Il est remplacé par le scrutin uninominal d’arrondissement. On votera désormais plus sur des personnes que sur des programmes. Le pouvoir procède aussi à un habile découpage des circonscriptions électorales, de manière là encore à peser sur le résultat des consultations. Enfin, la pratique de la « candidature officielle » vise, dans chaque circonscription, a favorisé les amis du pouvoir. Seul le candidat officiel peut faire imprimer des affiches blanches, en principe réservées à l’administration. Il jouit d’avantages matériels et psychologiques : le fait d’être soutenu par tous les fonctionnaires locaux, préfet, maires, instituteurs, n’est pas à négliger. D’ailleurs, l’efficacité de la méthode est indéniable : en 1852, sur 260 députés, huit candidats non officiels sont élus ; en 1857, ils ne sont plus que cinq, et parmi eux Jules Favre et Émile Ollivier. Le pouvoir est populaire, surtout dans les campagnes ; mais cette popularité n’explique pas tout.

Contrôler l’opinion publique

58En matière de presse, on en revient à la législation sévère de 1820. Les journaux sont soumis à l’autorisation préalable, au cautionnement. Les préfets peuvent adresser aux journaux qui leur déplaisent un avertissement, puis décréter leur suspension, et enfin leur suppression. 90 % des journaux politiques disparaissent. La surveillance des réunions, donc des cafés où elles se tiennent, est renforcée. Un régime strict d’autorisation d’ouverture des cafés est institué. Le préfet peut les fermer dès lors qu’ils servent de clubs ou de foyers de propagande politique. L’université est mise au pas. Les cours des professeurs sont épiés. On supprime les agrégations de philosophie et d’histoire considérées comme subversives.

59Ces mesures n’expliquent pas tout. Elles paraissent plutôt bénignes au regard de ce qui se pratique ailleurs à la même époque, et de ce dont se montreront capables les régimes totalitaires du XXe siècle. Une certaine propagande républicaine, fixée en doctrine d’enseignement par les manuels d’histoire, dès le début de la IIIe République, a beaucoup noirci le tableau. Dans les années 1850, Napoléon III profite de la très large confiance du pays. Il est en outre servi par une conjoncture économique favorable. La prospérité est à son apogée. Les banques se créent et se développent, à l’exemple du Crédit Lyonnais et de la Société Générale. Les grands magasins, Bon marché, Printemps, Samaritaine, s’implantent à Paris. La loi de 1867, en supprimant l’autorisation préalable à leur création, facilitera, un peu tardivement, l’essor des sociétés par actions. C’est aussi l’époque des grands travaux. À l’étranger, le canal de Suez est percé par une compagnie française dirigée par Ferdinand de Lesseps. En France, la transformation de Paris est conduite par le préfet de la Seine Haussmann.

L’EMPIRE LIBÉRAL (1860-1869)

La recherche de nouveaux appuis

60Depuis son coup d’État, Napoléon III s’appuie sur l’Église et les milieux d’affaires. Or il va perdre ces deux soutiens pour des raisons de politique extérieure.

  • Napoléon a pris position en faveur de l’unité italienne. À terme, les États pontificaux, qui prennent en écharpe la péninsule et séparent le nord et le sud du pays, sont voués à disparaître. Même si Napoléon III maintient une garnison française à Rome et refuse à court terme la disparition des États du pape, l’opinion catholique française lui fait grief d’une politique qu’elle n’accepte pas.

  • En janvier 1860, la France signe avec l’Angleterre un traité de libre-échange qui mécontente les industriels français plutôt protectionnistes. La bourgeoisie d’affaires va se distancier progressivement du pouvoir.

61Pour compenser ces abandons, l’empereur va chercher des appuis en direction des classes populaires. Ce faisant, il retrouve l’inspiration qui avait été la sienne lorsqu’il écrivait L’extinction du paupérisme. Mesure la plus significative : la loi de 1864, qui revient sur la loi Le Chapelier de 1791, abolit le délit de coalition, et légalise le droit de grève.

Des mesures en faveur des libertés

62Dès 1859, un décret a proclamé l’amnistie pour tous les faits réprimés à l’occasion du coup d’État. En 1868, la presse est en partie libérée, l’autorisation étant remplacée par une simple déclaration. Dès lors, le ton monte dans les journaux d’opposition.

63En 1868 encore, les réunions publiques sont autorisées partout, et les plus bruyantes, dans les quartiers populaires, sont animées par de jeunes républicains « radicaux », c’est-à-dire décidés à aller jusqu’au bout de leur logique d’opposition.

Des mesures en faveur des assemblées

64Un décret de 1860, pris à l’initiative de Napoléon III, rétablit l’adresse, formulée par le corps législatif et le sénat en réponse au discours du trône prononcé par l’empereur à l’ouverture des sessions parlementaires. Un décret de 1867 remplace l’adresse par l’interpellation, dont la portée n’est guère plus large, puisqu’elle ne peut déboucher sur la mise en cause de la responsabilité des ministres.

65À partir de 1863, un ministre d’État est chargé de défendre la politique impériale devant les chambres. Du coup, ce ministre d’État joue le rôle de premier ministre. Un senatus-consulte de 1861 a rétabli la publicité des débats parlementaires. Le Moniteur – l’équivalent, à l’époque du Journal officiel – en publie le compte rendu intégral que la presse peut reproduire. Bon moyen pour les députés de l’opposition de toucher l’opinion publique. Aux élections législatives de 1863, cette opposition, à la fois royaliste et républicaine, gagne du terrain ; elle obtient deux millions de voix et 34 sièges. Ses élus vont tenir une grande place au corps législatif. En janvier 1864, Adolphe Thiers, un opposant orléaniste, l’ancien ministre de Louis-Philippe, y prononce un discours remarqué.

66Il réclame les « libertés nécessaires », c’est-à-dire un véritable régime parlementaire. Animé par Émile Ollivier, un tiers-parti se constitue, favorable à une évolution libérale du régime, et qui prétend faire tampon entre les bonapartistes dogmatiques et l’opposition intransigeante.

L’EFFONDREMENT DU SECOND EMPIRE (1869-1870)

67Les dernières années du régime sont marquées par les hésitations et les contradictions de la politique.

Les contradictions de la politique intérieure

68Le régime impérial a subi un grave revers aux élections législatives de 1869. Avec 4 500 000 voix il ne distance l’opposition que d’un million de voix. De nombreux opposants sont élus au corps législatif : 93, contre 34 en 1863. Et parmi ces opposants, figurent une trentaine de républicains. À Paris, ces derniers enlèvent tous les sièges, sauf celui des Tuileries qui revient à l’orléaniste Thiers. Le chef de file des républicains, Gambetta, a été élu en se réclamant du programme de Belleville. Ce document, appelé à faire référence sous la IIIe République, réclame notamment la suppression des armées permanentes, la séparation de l’Église et de l’État, l’instruction primaire obligatoire et laïque.

69Confronté à cette contestation, Napoléon III hésite entre deux attitudes, entre deux philosophies politiques.

La conception libérale et parlementaire

70En régime représentatif, la ou les chambres incarnent la souveraineté nationale. Elle peut ou elles peuvent, en conséquence, renverser le gouvernement. Le parlementarisme suppose la responsabilité ministérielle.

71Or, suite aux élections de 1869, Napoléon III paraît s’engager dans cette voie. En vertu du senatus-consulte du 8 septembre 1869, le corps législatif partage désormais avec l’empereur l’initiative des lois. Les ministres forment un cabinet solidaire, ils délibèrent en conseil. Cependant, le senatus-consulte précise qu’ils sont responsables devant l’empereur (et non, par conséquent, devant les chambres). L’évolution est encore timide. Mais pour montrer sa bonne volonté, Napoléon III invite en janvier 1870 le chef du tiers-parti, Émile Ollivier, à former le gouvernement : la majorité bonapartiste est écartée au profit de l’opposition modérée. Un nouveau senatus-consulte, le 20 avril 1870, confirme cette évolution libérale ; on y évoque à nouveau la responsabilité ministérielle, mais il n’est plus précisé qu’elle s’exerce devant l’empereur. Le silence des textes permet de supposer que l’on se dirige vers l’acceptation d’une responsabilité des ministres devant les chambres.

Le césarisme démocratique

72L’empereur, ici, est le véritable détenteur de la légitimité. Un tel système est incompatible avec le principe représentatif car les députés font écran, obstacle à une relation directe entre l’empereur et le peuple. D’où le recours au plébiscite. En 1870, les bonapartistes les plus durs s’inquiètent des progrès de l’opposition républicaine. Ils vont donc inviter Napoléon III à replonger son autorité dans la source même de sa légitimité, le peuple. Le 8 mai 1870, l’empereur soumet aux électeurs un plébiscite, en forme d’affirmation, ainsi formulé : le peuple approuve les réformes libérales faites depuis 1860. La réponse est claire : 7 300 000 oui contre 1 500 000 non. Le principe démocratique (le plébiscite) paraît donc l’emporter sur le principe libéral et représentatif. Le régime impérial semble consolidé.

73Louis-Napoléon ou le prince captif : non certes des Anglais, comme son oncle, mais de l’impulsion et de l’exigence démocratique, de cette démocratie dont il se réclame avec un accent de sincérité dont le pays, pourtant méfiant, veut bien le créditer. Et le fait est que le prince ne fut jamais le maître qu’il parut être, toujours au contraire l’employé, le subordonné de la nation. Pas plus qu’un autre, Louis-Napoléon ne pouvait sortir du cadre de la civilisation politique, fixé une fois pour toutes en 1789. Dès l’origine, le césarisme dynastique dut se soumettre à l’implacable loi de son usure, de sa contestation, de son dépassement. Sur ses fins, l’Empire, dévitalisé, va subir l’assaut d’une légitimité concurrente ; l’attraction exercée par la mystique républicaine, considérée comme la quintessence de toutes les vertus, est désormais irrésistible. Le résultat, en apparence brillant, du plébiscite de 1870, est trompeur : les électeurs, loin d’accorder à l’empereur un renouvellement de son bail politique, lui signifient son congé, ou plutôt le remercient, dans les deux sens du terme. Le rôle historique de l’Empire est fini, et l’empereur emporté dans ce courant de la contestation républicaine, porteuse des énergies nouvelles de la démocratie.

Les contradictions de la politique extérieure

74Napoléon III veut apporter à l’organisation territoriale de l’Europe de grandes transformations pour faire triompher le principe des nationalités. Il encourage donc l’union des États italiens et l’union des États allemands. À la faveur de ces remaniements territoriaux, il espérait que la France pourrait recouvrer tout ou partie de ses frontières naturelles. Il ne sut ou ne voulut pas calculer les conséquences lointaines de ses décisions. En 1866, il est resté neutre dans la guerre contre la Prusse et l’Autriche-Hongrie, qui a permis à la Prusse de Bismarck et de Guillaume Ier de devenir un État d’un seul tenant allant de la frontière russe à la frontière française. La Prusse, dont il a facilité l’expansion, n’hésitera pas pourtant à lui faire la guerre en 1870 et à provoquer la chute de son régime.

75Cependant, à partir de 1866, l’opinion française commence à s’inquiéter de l’accroissement de la puissance prussienne. Le gouvernement, de son côté entreprend une œuvre de redressement militaire et diplomatique. Au plan militaire : la loi Niel de 1868, en plus de l’armée de première ligne composée de conscrits tirés au sort pour un service militaire de cinq ans, organise une armée de seconde ligne, ou garde mobile. L’armée est équipée de fusils chassepot ; on fabrique en grand secret une arme nouvelle, le canon à balles, ou mitrailleuse. Au plan diplomatique : en juillet 1870, la France fait savoir à la Prusse qu’elle refuse l’accession au trône d’Espagne d’un prince de la famille des Hohenzollern. Le roi de Prusse Guillaume Ier recule, mais l’affaire va s’envenimer en raison des manœuvres de Bismarck, et des surenchères françaises. Le 19 juillet 1870, la déclaration de guerre de la France est notifiée à Berlin.

La défaite et la proclamation de la IIIe République

76Aux 500 000 Prussiens groupés en trois armées, Napoléon III ne peut opposer que 250 000 hommes. L’Alsace est rapidement perdue. Bazaine, devenu commandant en chef, s’enferme à Metz, et son inaction va permettre aux Prussiens d’encercler Sedan. Napoléon III préfère capituler pour éviter un inutile massacre. Le 2 septembre 1870, la reddition de Sedan livre aux Prussiens l’empereur et 100 000 hommes.

77Le désastre de Sedan entraîne la chute du régime impérial. Le 4 septembre 1870, la foule envahit le corps législatif ou Gambetta fait acclamer la République, troisième du nom. À l’hôtel de ville, les députés élus par Paris en 1869 constituent un gouvernement de la défense nationale composé notamment de Gambetta, Jules Favre, Jules Ferry, Jules Simon. C’est un gouvernement de modérés, qui a pris de vitesse les révolutionnaires, les républicains « exaltés » animés par Blanqui.

78Quel bilan dresser du Second Empire ? L’opposition républicaine a entretenu autour de Napoléon III et du Second Empire une « légende noire » alimentée par les pamphlets de Victor Hugo (Napoléon le Petit, Les Châtiments). Il s’agissait, il est vrai, d’un régime autoritaire dont la libéralisation se heurtait à des contradictions insurmontables ; il est vrai aussi que Napoléon III a commis de graves fautes en politique étrangère. Mais le Second Empire, c’est aussi l’enracinement définitif du suffrage universel, c’est une tradition politique qui associe démocratie et autorités, amour-propre national et souci de l’égalité. Il reste aussi un extraordinaire essor de l’économie, une industrialisation rapide, une vie des affaires très intense, la révolution définitive des communications grâce à la diffusion de la presse et à l’essor de chemins de fer. Il reste Haussmann et Lesseps, le Paris moderne et le canal de Suez. Il y a encore le rattachement de Nice et de la Savoie à la France en 1860.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540