Version classiqueVersion mobile

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Première partie. La démocratie et ses ennemis (1789-1870)

Chapitre III. La monarchie constitutionnelle et censitaire (1814-1848)

Texte intégral

1Deux régimes politiques se succèdent de 1814 à 1848 : la Restauration (des Bourbons), puis à partir de 1830, la monarchie de Juillet (le règne de Louis-Philippe). À ces deux régimes correspondent deux constitutions, deux « chartes », celle de 1814 et celle de 1830, qui ont des points communs : elles établissent toutes deux une monarchie censitaire, fondée sur le suffrage restreint ; elles admettent certaines techniques du régime parlementaire qui se perfectionne au fil des années et de la pratique des assemblées.

LA RESTAURATION DES BOURBONS (1814-1830)

2Restauration, car les deux frères de Louis XVI, Louis XVIII (1814-1824), puis Charles X (1824-1830), vont se succéder sur le trône.

3L’empire de Napoléon Ier s’effondre en avril 1814. L’empereur est contraint à l’abdication ; il est relégué à l’île d’Elbe. Le comte de Provence, frère de Louis XVI et candidat des Alliés victorieux trace son programme dans la déclaration de Saint-Ouen du 2 mai 1814. Il se propose d’accorder, « d’octroyer » une constitution à son peuple.

L’ESPRIT DE LA CHARTE

4La charte est, un peu à la manière du Code civil, un compromis, une transaction entre l’Ancien Régime et les acquis de la Révolution.

Un retour apparent à l’Ancien Régime

5La charte se présente comme une constitution octroyée, donc comme une concession faite par le roi à ses sujets. Elle repose sur les conceptions de la souveraineté de droit divin. Le roi tient son pouvoir de Dieu, de son droit héréditaire, non de la nation ou du peuple. La charte de 1814 est la seule de nos constitutions qui ne se réfère pas à la souveraineté nationale.

6Le choix du mot « charte », puisé dans la terminologie administrative de l’Ancien Régime, étranger au vocabulaire de la Révolution, marque bien cette volonté de renouer le fil des temps. La charte est datée de la 19e année du règne de Louis XVIII, comme si le roi était effectivement au pouvoir depuis 1795, comme si rien ne s’était passé depuis 1789 et que l’on voulait effacer d’un trait de plume la Révolution et l’Empire. Enfin, le roi s’intitule « Louis, par la grâce de Dieu, roi de France » ; son caractère de monarque de droit divin est ainsi bien mis en évidence. Seul titulaire de la souveraineté, le roi détient en principe tous les pouvoirs ; c’est seulement parce qu’il y consent que certains de ces pouvoirs ont été confiés par la charte aux représentants du pays.

Le maintien des acquis de la Révolution

7Le premier chapitre de la Charte, sous le titre de « Droit public des Français » reprend les principes fondamentaux de la Déclaration des droits de l’homme.

  • Égalité des Français devant la loi, les charges publiques, les emplois civils et militaires. La charte consacre l’abolition de la société d’ordres, de privilèges.

  • Confirmation des libertés. Liberté individuelle contre les poursuites et les arrestations arbitraires ; liberté de conscience et de culte ; liberté de la presse, la loi ne sanctionnant que les abus. La charte interdit toute recherche des votes et des opinions émis depuis la Révolution : c’est l’amnistie, notamment pour les régicides de la Convention.

  • Inviolabilité de la propriété. La charte précise que les aliénations de biens nationaux faites sous la Révolution seront respectées. Seule atteinte à la propriété prévue par la charte : l’expropriation pour cause d’utilité publique, mais moyennant versement au propriétaire évincé d’une indemnité préalable.

8Il y a cependant une grande différence entre 1789 et 1814. En 1789, les droits de l’homme étaient considérés comme naturels, donc inaliénables et imprescriptibles. En 1814, au contraire, ces droits ont été concédés par le roi, qui en fixe l’étendue. Les individus, donc, ne possèdent pas de droits qui s’imposeraient au souverain. Ces droits ont perdu leur caractère absolu.

9Pour le reste, l’administration napoléonienne est conservée ainsi que les codifications notamment le Code civil. Seule modification importante : une loi de 1816 abolit le divorce ; il ne sera rétabli dans la législation française qu’en 1884.

L’ORGANISATION DES POUVOIRS PUBLICS

10Les pouvoirs sont partagés entre le roi et les assemblées.

Le roi

11C’est le pouvoir prépondérant. Il est le chef suprême de l’État. Il détient seul le pouvoir exécutif. Il est entouré de ministres qu’il nomme et qu’il révoque. Les ministres ne sont donc responsables que devant le roi, et non devant les chambres.

12Le roi participe en outre au pouvoir législatif. Il a d’abord, seul, l’initiative des lois : les chambres ne peuvent que le supplier de déposer un projet de loi qui les intéresse. Ensuite le roi donne la force législative aux projets votés par les chambres : il les sanctionne pour que la loi devienne obligatoire et exécutoire. Enfin, le roi possède le pouvoir réglementaire ; il fait les règlements et ordonnances nécessaires pour l’exécution des lois et la sûreté de l’État. Charles X se fondera sur cet article 14 de la charte pour prendre les ordonnances qui déclencheront la révolution de 1830. Ajoutons que le roi peut dissoudre la chambre des députés.

Les assemblées

13À l’exemple de l’Angleterre, la charte adopte le bicamérisme.

La chambre des députés

14C’est une chambre élue. Les députés sont élus pour cinq ans avec renouvellement du cinquième d’entre eux chaque année. Ces élections partielles fréquentes sont source d’agitation politique. Aussi une loi de 1824 optera-t-elle pour un mandat législatif de sept ans avec renouvellement intégral.

15Les députés sont élus au suffrage censitaire. La Charte de 1814 abandonne en effet le suffrage universel officiellement reconnu comme fondement des institutions consulaires et impériales. On renoue avec les cens de 1791 et de 1795 : seuls les citoyens les plus fortunés peuvent voter. Pour être électeur, il faut être âgé d’au moins 30 ans et payer au moins 300 francs d’impôts directs. Conditions sévères qui ne sont remplies que par une petite minorité : dans un pays de 30 millions d’habitants comptant 6 millions d’hommes de plus de 30 ans, seuls 100 000 d’entre eux sont électeurs, un sur soixante… Pour être éligible, les conditions sont encore plus rigoureuses : il faut avoir 40 ans et payer 1 000 francs de contributions directes ; 16 000 hommes seulement, en moyenne 200 par département, répondent à ces exigences. La politique est réservée aux membres d’un milieu étroit. Chose curieuse pourtant, le suffrage censitaire paraît refléter, d’élection en élection, aussi exactement que le ferait le suffrage universel, les variations de l’opinion publique : raz-de-marée ultra monarchiste en 1815 ; victoire des libéraux en 1827. Contre la démocratie, le cens marque le retour du libéralisme politique : le suffrage censitaire est considéré comme le meilleur rempart des libertés, la digue la plus solide contre les excès du peuple.

16La chambre des députés est convoquée, prorogée, voire dissoute par le roi. Cette dernière hypothèse n’est pas rare puisqu’il y aura six dissolutions en quinze ans, de 1815 à 1830. Suite à une dissolution, une nouvelle chambre doit être élue dans les trois mois.

17La chambre des députés est compétente pour le vote des lois et notamment pour le vote de l’impôt. L’impôt foncier ne peut être consenti que pour un an alors que les autres impôts peuvent l’être pour plusieurs années. Les chambres, dans la conception libérale, ont d’abord pour rôle de défendre, de protéger les contribuables.

La chambre des pairs

18Les pairs – les égaux – sont nommés par le roi parmi les membres de la noblesse ou dans le monde des grands propriétaires fonciers. Tous sont nommés à vie, et certains peuvent transmettre leur charge, qu’on appelle pour cette raison les pairs héréditaires. Les pairs siègent à l’âge de 25 ans, mais n’ont voix délibérative qu’à 30 ans. À ces pairs nommés s’ajoutent les pairs de droit, membres de la famille royale, princes de sang. Comme la chambre des députés, la chambre des pairs vote les lois. Mais elle ne peut se prononcer sur l’impôt qu’après la chambre des députés.

L’APPRENTISSAGE DU PARLEMENTARISME

Les carences de la charte

19Le régime parlementaire organise la collaboration de pouvoirs d’égale force, l’exécutif et le législatif disposant de moyens d’action réciproques. L’arme de l’exécutif, c’est la menace d’une dissolution du parlement, ou du moins de l’une de ses deux chambres ; il faudra élire de nouveaux députés, et ce sera pour le peuple l’occasion de se prononcer et d’arbitrer.

20L’arme du législatif, c’est la responsabilité ministérielle. Les chambres, dans ce cas, peuvent renverser le gouvernement. Les ministres forment donc un cabinet responsable de sa politique devant les élus de la nation. Ce qui suppose le dualisme de l’exécutif. Le chef de l’État (roi ou président de la République) est irresponsable politiquement, il ne peut être renversé par le parlement. En conséquence, il doit s’effacer, rester hors du jeu politique. Tous ses actes seront donc contresignés par un ministre qui endosse, et lui seul, la responsabilité politique devant les chambres ; telle est la signification de contreseing ministériel. Le rôle du chef de l’État se limite au choix du premier ministre ; encore doit-il le choisir dans la majorité du parlement qui lui accordera l’investiture.

21Ces principes posés, la charte de 1814 organise-t-elle un régime parlementaire ? On y trouve, à l’évidence, certaines traces de parlementarisme :

  • La possibilité pour le roi de dissoudre la chambre des députés ;

  • L’irresponsabilité du roi, déclaré inviolable et sacré ;

  • Le droit pour les ministres d’être membres des chambres, et d’y rentrer pour y prendre la parole.

22On ne saurait pour autant parler de régime parlementaire. Les chambres en effet ne peuvent renverser le ministère. La responsabilité politique des ministres n’est pas admise ; ils ne sont que des agents du roi, et ne dépendent que de lui.

Les facteurs d’évolution

23La durée et la conjoncture vont offrir au parlementarisme des occasions de s’acclimater, de s’enraciner. Trois facteurs, au moins, favorisent cette évolution :

La personnalité de Louis XVIII

24Le comte de Provence a longtemps vécu comme exilé en Angleterre. Il a pu apprécier les avantages d’un régime qui réserve au roi une fonction d’arbitre, et le maintient à l’écart des turbulences de la vie politique. En cas de crise, les chambres et les citoyens, dans un pareil système, s’en prennent aux ministres, jugés seuls responsables de la conduite des affaires.

Un mouvement doctrinal

25En 1814, Benjamin Constant a fait connaître ses Réflexions sur la constitution ; en 1816, Chateaubriand publie La Monarchie selon la charte. Pour ces auteurs, il est nécessaire d’instaurer un mécanisme de responsabilité des ministres devant les chambres.

L’influence des partis

26Les élections législatives de 1815 se soldent par une victoire massive des ultra monarchistes. Or ces ultras jugent Louis XVIII trop faible, trop libéral. Par conviction et par tempérament, ces hommes sont évidemment favorables à l’autorité monarchique, exercée sans contrepoids. Mais par tactique, et puisque face à un roi trop indécis s’installe une chambre ultra monarchiste, ils vont préconiser le contrôle de la chambre des députés sur la politique des ministres, donc un régime parlementaire. Désormais, la vie politique aura ses deux pôles, le roi et les chambres. Entre eux, des ministres forment un cabinet, instrument de liaison et d’accord. Pour durer, le cabinet devra donc bénéficier à la fois de la confiance du roi et de celle des chambres. La charte n’est certes pas modifiée, mais une pratique s’instaure, confirmée par d’autres indices.

La formation d’une coutume constitutionnelle

27L’idée d’un gouvernement de cabinet prend forme progressivement : le roi laisse aux ministres la direction des affaires quotidiennes. Ce cabinet est surveillé par la chambre des députés au moyen de :

L’adresse au roi, procédé aujourd’hui encore en vigueur en Angleterre

28Au début de chaque session parlementaire, le roi prononce le discours du trône dans lequel il passe en revue les événements écoulés, et expose le programme gouvernemental pour l’année à venir. En réponse à ce discours, les députés votent une adresse. Ils y expriment leur opinion sur la politique du gouvernement et, éventuellement, leur défiance. À partir de 1824, le vote de l’adresse intervient sur chaque paragraphe du discours du roi. Le contrôle se fait plus précis.

La discussion des pétitions

29Les pétitions sont des requêtes, des questions écrites que les citoyens ont le droit de déposer sur le bureau de la chambre. Ces pétitions, lorsqu’elles sont discutées, fournissent l’occasion d’un débat permettant à la chambre de donner, dans un ordre du jour, son opinion sur tel ou tel aspect de la politique gouvernementale.

Le vote du budget

30Au départ, le vote est global, le budget est voté dans son ensemble. À partir de 1817, le vote intervient par ministère puis, à partir de 1827, par sections spécialisées à l’intérieur de chaque ministère : c’est le principe de la spécialisation budgétaire, qui permet d’examiner en détail la gestion de chaque ministère, et que nous connaissons encore aujourd’hui.

31Par ces trois moyens, le législatif exerce une sorte de pression permanente sur le gouvernement. Est-ce à dire que les ministres solidaires, confrontés à un vote de défiance, à l’hostilité réitérée de la chambre des députés, sont obligés de s’en aller ? Officiellement non. Les ministres, agent du roi, ne sont pas tenus de partir s’ils n’ont plus la confiance des chambres. La responsabilité ministérielle prend tournure sous une forme coutumière. C’est à ce régime parlementaire en pleine expansion que Charles X va essayer de porter atteinte.

LA RÉVOLUTION DE 1830

32Louis XVIII, qui meurt en 1824, était au fond un modéré. Son frère Charles X, qui lui succède, est un ultra qui veut gouverner seul et imposer sa politique à la chambre des députés. Or, en 1827, les libéraux remportent les élections. Et en 1828, c’est un ultra, Polignac, qui est nommé par Charles X à la tête du ministère, un ultra pris dans la minorité de la chambre. Et dans son discours du trône de mars 1830, Charles X affirme son droit d’imposer une politique contraire au vœu de la majorité parlementaire. La réaction est immédiate ; l’adresse du 221, lancée le 16 mars par la chambre des députés soutient la thèse du « concours des vues » : le cabinet, pour gouverner, doit avoir la double confiance, celle des chambres aussi bien que celle du roi. Charles X réplique par la dissolution de la chambre des députés ; mauvais calcul, car la majorité libérale est confortée par les électeurs censitaires. En bonne logique, le roi devrait maintenant s’incliner, et nommer des ministres libéraux. Il n’en fait rien, et préfère l’épreuve de force. Le 25 juillet 1830, quatre ordonnances sont signées sur la base de l’article 14 de la charte autorisant le roi à prendre les mesures nécessaires à la sécurité de l’État : la chambre des députés est à nouveau dissoute, le cens se fait encore plus restrictif, la liberté de la presse est suspendue.

33Ces décisions ouvrent une crise politique qui tourne très vite à l’insurrection. Paris se couvre de barricades, et les journées révolutionnaires des 27, 28 et 29 juillet 1830 – les Trois Glorieuses – contraignent Charles X à se réfugier en Angleterre. Un nouveau régime commence, la monarchie de Juillet, au cours duquel la France continue de faire l’apprentissage du parlementarisme et de rechercher les modes d’organisation constitutionnelle conformes à son tempérament et à ses vœux.

LA MONARCHIE DE JUILLET LE RÈGNE DE LOUIS-PHILIPPE (1830-1848)

34Les Parisiens, le peuple des barricades, souhaitent la République. Mais les députés élus au début de l’année 1830 sont des monarchistes libéraux, car ils veulent un régime parlementaire, mais hostiles à la République, synonyme d’anarchie. Leur choix se porte sur un cousin du roi, le duc d’Orléans, fils d’un prince régicide, Philippe-Égalité, qui, en 1793, avait voté la mort de Louis XVI. Depuis lors, dissentiments et rancunes séparent la famille des Bourbons de la lignée des Orléans. Les partisans des Bourbons, qu’on appelle maintenant les légitimistes, prônent la monarchie de droit divin et les conceptions traditionalistes ; les zélateurs de la branche d’Orléans, les orléanistes souhaitent l’instauration d’une monarchie parlementaire, et se réclament du libéralisme politique. Louis-Philippe devra, tout au long de son règne, lutter sur les deux fronts : celui de la tradition, et celui de la démocratie radicale. Son pouvoir se soutiendra longtemps, car il peut compter sur la province, sur la grande masse des paysans encadrés par le corps intermédiaires des notabilités locales.

LA CHARTE DE 1830

35La charte de 1814 est à peine retouchée. Mais la légitimité du pouvoir repose désormais sur d’autres principes.

Les bases nouvelles du régime

36La charte de 1814 était octroyée par le roi. Celle de 1830 est contractuelle, elle repose sur un accord entre le candidat à la royauté et les représentants de la nation. Preuve de ce pacte, de cet accord : le roi, en août 1830, a juré d’observer la charte révisée par la chambre des députés. Il n’est plus roi de France, mais roi des Français. Le roi « par la grâce de Dieu » est donc remplacé par le « roi-citoyen ». La souveraineté de droit divin s’efface au profit de la souveraineté nationale. Le drapeau blanc avec fleur de lys de l’ancienne monarchie est remplacé par le drapeau tricolore, celui qui flotta sur la Bastille et consacra toutes les victoires de Napoléon (la cocarde tricolore, que Louis XVI avait épinglée à son chapeau, en octobre 1789, à l’occasion de sa visite à l’hôtel de ville de Paris, intercalait le blanc, couleur de la monarchie, entre le bleu et le rouge, couleur de Paris). La charte de 1830 proclame que « la France reprend ses couleurs ».

La réforme du système électoral

37Le suffrage universel est écarté et le cens à peine élargi.

  • D’abord par l’abaissement de l’âge de l’électorat à 25 ans au lieu de 30 ans en 1814 ; et de l’âge de l’éligibilité à 30 ans, au lieu de 40 ans en 1814.

  • Ensuite par l’abaissement du cens. Mais cet abaissement est faible. Il y avait 100 000 électeurs en 1814 ; ils sont à peine 250 000 en 1848.

L’organisation des pouvoirs publics

38La chambre des députés conserve les instruments dont elle disposait sous la Restauration : l’adresse, la discussion des pétitions, le vote du budget. S’y ajoute, à partir de 1830, l’interpellation. Les députés prennent l’habitude de questionner le gouvernement sur des points déterminés ; un ministre répond ; s’ouvre alors un débat dans lequel tous les députés peuvent intervenir, sanctionné par un « ordre du jour » marquant confiance ou défiance à l’égard du ministère. Sans attendre l’interpellation, à l’occasion de la discussion des projets de loi auxquels il tient, le gouvernement prend l’habitude de poser plus ou moins clairement la question de confiance. Il informe la chambre qu’il démissionnera s’il n’obtient pas la confiance. Moyen de pression qui engage très avant le régime dans la voie du parlementarisme.

39En pratique, deux conceptions du parlementarisme s’affrontent :

40– La conception moniste, soutenue notamment par Thiers, tient que « le roi règne, mais ne gouverne pas ».

41Le chef de l’État, à la manière anglaise, doit être écarté du pouvoir. La vie politique n’a qu’un seul centre, un seul pôle, le parlement, qui fait et défait les ministères.

42– La conception dualiste, défendue par Louis-Philippe et par Guizot.

43« Le trône, dit-on de ce côté-là, n’est pas un fauteuil vide. » La vie politique s’organise autour de deux centres, de deux pôles de pouvoir, le roi le parlement. Entre eux, les ministres se trouvent dans une situation de double dépendance, de double responsabilité. Ils doivent conserver tout à la fois la confiance du roi et celle des chambres.

44Louis-Philippe est un roi très actif : il utilise souvent l’arme de la dissolution de la chambre : six fois en 18 ans. François Guizot, qui dirige le ministère de 1840 à 1848 travaille en plein accord avec le roi. Cette identité de vue introduit une équivoque : la distinction entre l’élément mobile et responsable – le ministère – et l’élément fixe et irresponsable – le roi – tend à disparaître. La politique de l’un est celle de l’autre, les succès sont partagés, mais aussi les revers. Et l’autorité du monarque s’use presque aussi vite que celle de son gouvernement. Bref, l’impopularité de Guizot va finir par retomber sur le roi.

La décentralisation entre doctrinaires et libéraux

45Existe-t-il une tradition de décentralisation en France ? La construction patiente d’un État fort par la monarchie, dès le Moyen Âge, ne plaide pas en faveur de l’affirmative. Pas plus d’ailleurs que le choix de la centralisation par la Révolution, dès son origine : le principe de l’élection des administrations locales ne remet pas en cause cette orientation ; et le régime consulaire abandonna vite l’élection pour la nomination. Un indice parmi d’autres : le mot décentralisation n’est apparu qu’en 1829, à l’occasion de la discussion des projets de loi sur l’organisation départementale et communale.

L’identification des intérêts locaux

46Nulle animosité, chez les publicistes et dans la classe politique de la Restauration et de la monarchie de Juillet, à l’égard de la centralisation. Il n’est question que de reconnaître l’existence d’intérêts locaux spécifiques ; mais les libertés locales n’existent que pour parfaire et prolonger les libertés nationales. L’autonomie des collectivités locales doit s’organiser dans le cadre de l’État ; sinon, à être poussée trop loin, elle risque de le désorganiser. Les autorités nationales ont été élues par les citoyens ; on ne saurait les soupçonner d’arbitraire ou d’incapacité. Seulement, faute d’informations et de moyens, le pouvoir central n’est pas en mesure d’apprécier les intérêts locaux avec la même pertinence que les administrations communales et départementales, mieux éclairées sur les réalités de leurs circonscriptions, et donc plus compétentes. L’opinion générale de la monarchie de Juillet est parfaitement synthétisée par Tocqueville. L’auteur de De la démocratie en Amérique distingue avec soin la centralisation gouvernementale et la centralisation administrative. La première, qui réunit les intérêts nationaux, est louable ; la seconde, qui prétend traiter, depuis Paris, des intérêts spécifiques ou locaux, est condamnable.

Un remède à l’individualisme

47Pour les publicistes de l’époque, tout le mal vient de l’individualisme, hérité de la Révolution. « Nous avons vu, écrit Royer-Collard, la vieille société périr et avec elle, cette foule d’institutions domestiques et de magistratures indépendantes, vraies républiques dans la monarchie. Pas une n’a survécu et nulle autre ne s’est élevée à leur place. La Révolution n’a laissé debout que les individus. C’est ainsi que nous sommes devenus un peuple d’administrés. » Les craintes de Royer-Collard sont partagées par Tocqueville ; lui aussi redoute la conséquence de l’individualisme, le désintérêt pour la chose publique. Cette inertie des citoyens arrange les affaires de l’État et facilite l’entreprise de la centralisation. Mais très vite, la force et l’activité du gouvernement dégénèrent en despotisme de l’uniformité qui fait, nous dit Benjamin Constant, la guerre aux intérêts, aux mœurs, aux coutumes, aux habitudes. La centralisation conduit à une sorte d’anémie morale, elle fabrique des automates placés sous l’autorité des fonctionnaires. La société, écrit encore Tocqueville, va nécessairement à l’égalité, au nivellement, à la démocratie ; et la centralisation est le cadre naturel de l’affirmation démocratique ; elle fabrique des automates placés sous l’autorité des fonctionnaires.

La reconstitution des corps intermédiaires

48La démocratie, les doctrinaires et les libéraux la redoutent et la détestent. Elle postule une relation directe, immédiate, instantanée, entre la base et le sommet, entre les citoyens et les mandataires qu’ils ont installés au pouvoir, qui doivent obéir toujours, en tout et immédiatement au peuple souverain. La démocratie, se disent les publicistes libéraux, entrera en crise dès lors que son principe sera falsifié, qu’elle sera court-circuitée et médiatisée par des notables, par la formation d’élites locales et provinciales. La revendication insistante de la décentralisation ne se conçoit donc qu’en liaison avec la reconstitution de ces « corps intermédiaires » décimés par la Révolution. Il faut qu’ils revivent, afin de faire écran entre le démos turbulent, liberticide, et l’oligarchie dirigeante, qui invoque pour se légitimer, face à la revendication du suffrage universel, la défense des libertés, de ce que nous appelons aujourd’hui « l’État de droit » et en définitive des privilèges conférés par la fortune et par l’influence.

49Former la pépinière de ces élites chargées de préparer la revanche de l’oligarchie des notables sur l’expérience révolutionnaire et le césarisme plébiscitaire, tel est le premier objectif du libéralisme politique. Le grand intérêt de la décentralisation est là : elle offre des places nombreuses et un rôle important à ces notables locaux qu’il faut conforter et récompenser. Le « juste-milieu » de Guizot, c’est le gouvernement de la classe moyenne des propriétaires, solidement adossée au suffrage censitaire. Indépendants matériellement, pris dans le courant des idées de leur temps, les hommes du juste-milieu ne se laisseront pas entraîner par les passions populaires. Contre le suffrage universel, dans la grande entreprise de stabilisation sociale profitable à une nouvelle oligarchie, Guizot cherche à asseoir le pouvoir de la bourgeoisie, à favoriser une classe de notables initiés aux affaires locales, bref à créer les conditions d’une animation de la vie politique en contenant le péril révolutionnaire. Les associations professionnelles, les clubs politiques permettront le regroupement des individus. La commune, surtout, autorisera l’exercice journalier de la politique. Ainsi, pour Royer-Collard, l’institution communale préexiste à la société étatique : « La commune, écrit-il, comme la famille est avant tout l’État : la loi politique la trouve, et ne la crée pas. »

50La loi municipale du 21 mars 1831 consacre donc l’élection des conseillers municipaux par les électeurs censitaires ; mais les maires sont toujours nommés par le roi. La loi électorale de 19 avril 1831 porte abaissement du cens : cens électoral fixé à 200 francs d’impôt direct pour les hommes de plus de 25 ans ; cens d’éligibilité arrêté à 500 francs pour les hommes de 30 ans et plus. Cet abaissement du cens fait passer le « pays légal » des électeurs de 90 000 à 160 000 dans un pays de plus de 32 millions d’habitants, soit un électeur pour soixante-cinq Français majeurs. Enfin, la loi départementale du 25 juin 1833 réserve également aux électeurs censitaires l’élection des membres des conseils généraux de département et des conseils d’arrondissement.

51Bien évidemment, cette modification du procédé de désignation des conseils municipaux et des conseils généraux entraîne élargissement de leurs attributions. Ils n’avaient jusqu’alors qu’une fonction consultative. Par la loi du 18 juillet 1837, les conseils municipaux se voient reconnaître le droit de prendre certaines décisions. De même, la loi du 10 mai 1838 fait du conseil général le principal organe de gestion du département. Mais le but véritable des doctrinaires et des libéraux est de museler la démocratie, dont on ne veut pas, et non de faciliter son essor. L’extension des libertés locales n’est qu’un moyen paradoxal de mieux contrôler voire d’exclure purement et simplement le plus grand nombre de citoyens de la vie politique, et d’en réserver l’accès à ceux qui sont qualifiés de « notables », la partie supérieure de la bourgeoisie. Car les classes moyennes elles-mêmes sont écartées : une application rigide du suffrage censitaire, trop étroitement circonscrit, en a rejeté la plus grande partie hors du cadre de la citoyenneté.

L’ASCENSION DE LA BOURGEOISIE

52L’abaissement du cens, opéré en 1831, n’a pas modifié la nature du régime : l’électorat-droit est toujours supplanté par l’électorat-fonction ; le pays réel, celui de l’ensemble des citoyens, est dirigé par l’étroite minorité, par l’oligarchie constitutive du pays légal. Mais la composition de l’élite dirigeante se modifie : la haute bourgeoisie, l’aristocratie bourgeoise remplace peu à peu l’aristocratie nobiliaire qui colonisait les places sous la Restauration : dans la chambre de 1821, 58 % des députés étaient nobles ; 21 seulement des 81 évêques étaient des roturiers ; et sur 86 préfets, 45 étaient titrés. À partir de 1830, commence le lent reflux politique de la noblesse, qui s’achèvera avec la chute, dans les années 1870, de la « République des Ducs ». La grande bourgeoisie d’affaires, classe conquérante, prend sa place. Elle s’appuie sur une petite et une moyenne bourgeoisie d’artisans et de boutiquiers qui a conservé une mentalité d’Ancien Régime et rêve de promotion sociale assise sur la propriété foncière, les fonctions publiques et les professions libérales. La paysannerie lui est acquise et se montre globalement docile : soutien décisif, car la France de 1848 compte près de 8 millions de propriétaires fonciers. Ce sont, pour la plupart, de petits propriétaires, vivant sur des parcelles trop réduites, que le partage égalitaire des successions menace en outre de morcellement. Mais ils sont satisfaits : la Révolution les a libérés des droits féodaux, leur attachement à la propriété est sans faille, et ils ne songent qu’à accroître leur lopin de terre.

53La révolution industrielle en train de s’accomplir paraît justifier la place prépondérante prise par la bourgeoisie d’affaires à la tête de l’État. Sous la monarchie de Juillet, cette révolution industrielle est d’abord une révolution de la production. Dans l’industrie textile, l’emploi des métiers mécaniques se généralise. L’extraction de la houille se développe rapidement. La métallurgie lourde est en plein essor. La création d’un réseau ferroviaire est favorisée par la loi du 11 juin 1842. Le gouvernement de Guizot a tranché en faveur du système de la concession : l’État se charge de l’acquisition des terrains et de la construction des infrastructures, voies et gares ; puis il concède l’exploitation des lignes à des compagnies privées pour une durée de 99 ans. Les actions émises par les sociétés ferroviaires pour constituer leur capital, ont donné un élan décisif à la Bourse de Paris, à partir de 1840.

54La grande bourgeoisie à l’évidence, mais aussi les classes moyennes au sens large et la paysannerie, toutes ces catégories sont hostiles aux bouleversements sociaux et politiques. L’immobilisme leur convient parfaitement. Elles sont dérangées dans leur quiétude par l’apparition, aux marges de la société, d’un prolétariat industriel encore peu nombreux, dont elles vont brusquement apercevoir qu’il existe, et qui les inquiète de plus en plus.

LE CHOC DE 1840

55Une sorte de choc, ou du moins de glissement, s’est produit à l’apogée de la monarchie de Juillet : la société française a brusquement la révélation, et semble comprendre toute la gravité de la question sociale. On évoquera, bien sûr, ici, le retentissement de l’enquête du docteur Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers travaillant dans les manufactures de coton, de laine et de soie. Désormais, la question sociale est posée dans toute son ampleur, on ne parle plus que de cela. En dehors même du livre de Villermé, cette agitation a suscité une floraison de publications : pour la seule année 1840, celles d’Adolphe Boyer, d’Eugène Buret, de Charles Dupin, de Flora Tristan, du prince de Monaco. Des ouvrages plus conséquents paraissent la même année : Qu’est-ce que la propriété ? de Proudhon ; Les Socialistes modernes de Louis Reybaud ; De l’Humanité, de Pierre Leroux ; le Cours d’économie politique, de Pellegrino Rossi ; L’Organisation du travail, de Frédéric Ozanam. L’année est encore marquée par la création de L’Atelier, journal rédigé pour les ouvriers, par les ouvriers eux-mêmes, ou plus précisément, par une élite d’autodidactes instruits. Une distinction s’établit maintenant entre les formes anciennes de la pauvreté et le « paupérisme », qui frappe les travailleurs eux-mêmes. À cette situation, qui risque de fracturer le corps social, la répression brutale, souvent de mise dans les années 1830, n’apporte évidemment aucune solution : elle s’en prend à des ouvriers qui ne peuvent être tenus pour responsables de leur sort misérable. On voit bien en fait, dès ce moment, que le vrai coupable est à rechercher dans la concurrence impitoyable que se livrent les producteurs, dans le fonctionnement même de l’économie libérale. Que faire ?

Les seules vraies solutions : la vertu, le travail, la propriété

56Pour les réformateurs sociaux, comme pour les hommes de 1789, rien ne sera possible, sans la présence de ce que Robespierre appelait la vertu : sans ce grand régulateur, sans ce balancier social, les meilleures lois seront tournées ou resteront lettre morte. Or, c’est le peuple et lui seul qui est le réceptacle de la vertu. Le peuple, affirme Lamennais, est « toujours plus accessible que ses maîtres au vrai et au bien ». Un peu plus tard, Proudhon décèlera dans l’homme du peuple un instinct sûr, « une tendance au bien-être et à la vertu ». Ce peuple ne doit pas être enfermé dans un déterminisme sans issue ; il faut desserrer les contraintes des pseudo-lois économiques, celles de Ricardo, puis celles de Marx. Ce n’est plus à la vertu du peuple qu’il est maintenant fait appel, mais aux sentiments, à la vertu des classes supérieures invitées, par un christianisme plus ardent que celui du XVIIIe siècle, à conduire une réforme intellectuelle et morale.

57Les publicistes chrétiens ne sont pas seuls à se faire entendre. Les républicains résolus, à la suite de Louis Blanc et de George Sand, jugent que la révolution industrielle doit être d’abord une révolution morale préludant à l’avènement de la fraternité. Mais ils se heurtent à l’aristocratie manufacturière qui, note Tocqueville, « est une des plus dures qui aient paru sur terre ». Le bourgeois du temps de Louis-Philippe est un lutteur pour qui la vie est un continuel combat. Le bourgeois doit toujours travailler, sa fierté vient de ce qu’il s’est fait lui-même. Comme chez Saint-Simon, la société, dans son esprit, est divisée entre producteurs et oisifs ; seul le travail réunit ouvriers et bourgeois dans une entreprise commune ; seul il rend possible l’intégration de ceux qui sont encore des exclus dans le groupe central des Français. Mais la méfiance persiste. Adolphe Thiers stigmatise « la vile populace qui a perdu toutes les républiques ». Et Louis Chevallier a concentré l’opinion de la bourgeoisie du temps de Louis-Philippe dans une formule : « Classes laborieuses, classes dangereuses ».

58Ce langage sans détour, l’élite ouvrière est susceptible de l’entendre, à l’imitation des canuts de Lyon qui portent sur leurs drapeaux, lors de l’insurrection de 1831, cette fière devise : « Vivre en travaillant, ou mourir en combattant ». Ainsi s’exprime cette haute idée que la loi universelle du travail, incorporée au sentiment de la dignité humaine est l’expression de la règle morale liant entre eux droits et devoirs. Mais comme en 1789, ce travail doit être indépendant, proposer à tous ceux qui le souhaitent et le méritent les conditions concrètes de l’autonomie personnelle et professionnelle : la propriété de l’outil de production, ici l’atelier. L’usine est considérée comme un lieu de passage : contrôle du marché du travail, guérilla permanente avec les patrons, incessants allers-retours entre la condition du patron et celle de salarié : autant de signes de la persistante volonté d’être son propre maître. Il est parfaitement vain de dénoncer l’« archaïsme » de ces comportements. Ces hommes, envers et contre tout, veulent rester libres et indépendants. Donc la propriété étant le grand et presque le seul moyen de l’indépendance personnelle et professionnelle, ils souhaitent obstinément acquérir, conserver, consolider la propriété d’un atelier. L’élite ouvrière vient souvent du compagnonnage et rêve d’installation à son compte, de maîtrise.

59C’est en définitive, autour du modèle de la propriété que l’espoir d’une destinée commune continue de prévaloir vers 1840 ; mais le modèle est celui de la petite propriété accessible à tous. Une philosophie à la Béranger prévaut : rien ne doit s’élever trop haut, ni clocher, ni château, ni cheminée d’usine. Le modèle anglais est partout repoussé. Pourtant, on ne reviendra pas en arrière. La grande industrie est là, qui sépare le capital et le travail. À cette situation, le réformisme social français, presque unanime, répond par un seul mot : l’association. Dans le système de Louis Blanc, l’État joue un rôle primordial : il avance le capital, à taux zéro, fournit les instruments de travail, règle les statuts par l’intermédiaire de la représentation nationale, et veille à leur application et à leur respect. Ces associations sont de deux sortes : l’atelier social et la colonie agricole. Leurs membres toucheront un salaire et une part des bénéfices. L’État se retirera bientôt, et les associations seront livrées à la concurrence : elles ne manqueront pas cependant de l’emporter sur les entreprises privées. Pour Louis Blanc, ce n’est pas la propriété qui est source d’oppression, c’est la non-possibilité offerte à chacun d’y accéder.

60Au nom de la justice, Proudhon a condamné la propriété. En fait, ce qu’il condamne en elle, c’est la faculté qu’elle assure au propriétaire de toucher un revenu sans travail : un profit, une rente, un loyer, un fermage. Mais il n’exclut pas toute appropriation privée ; à ses yeux, la libre disposition des fruits du travail est une conséquence de la liberté individuelle. Comme les acteurs de la Révolution, il préconise une république de petits propriétaires, souvenir idéalisé de son Jura natal. On arrêtera la prolétarisation des petits propriétaires indépendants par le « mutuellisme » qui impose aux hommes la réciprocité des services : plus de capitalistes et de salariés, mais seulement des producteurs. Le crédit gratuit, sans intérêt, consenti par une banque nationale, permettra à ces producteurs d’ouvrir leur atelier. Ils toucheront le produit intégral de leur travail. Encore une fois, les réformateurs de 1840, qu’ils soient chrétiens (Lamennais, Lacordaire), utopistes (Cabet), républicains ou démocrates (Louis Blanc, Proudhon), tous considèrent le salariat comme un pis-aller, heureusement encore minoritaire au sein de la population active, mais dont la partie la plus misérable, le prolétariat de manufacture, vit sans espérance d’aucune sorte. Si le pouvoir politique ne répond guère à la poussée de la démocratie sociale, une loi va cependant limiter la durée du travail des enfants dans les manufactures.

La loi du 22 mars 1841

61Cette loi fixe à huit ans l’âge d’admission des enfants au travail. Elle interdit l’emploi d’enfants de huit à douze ans plus de huit heures par jour ; de douze à seize ans, cette limite est portée à douze heures. De plus, il est interdit de faire travailler la nuit avant l’âge de treize ans, et le dimanche avant seize ans ; enfin, il est prévu que les enfants de moins de douze ans devront suivre une scolarité.

62La portée de cette loi est modeste. Elle renvoyait à des règlements pour organiser le contrôle de son exécution, en particulier pour la mise en place d’une inspection : pour des raisons budgétaires, on préféra s’appuyer sur la bonne volonté des notables. L’absence de véritable corps d’inspecteurs, combinée à la faiblesse des sanctions pécuniaires et à la complicité des parents, réduisit à bien peu de choses les effets de la loi.

63Car tel est le paradoxe de cette loi, retentissante dans ses prolongements futurs, bien modeste dans ses avancées immédiates. D’une part, elle marque le début de l’intervention de l’État dans les rapports de travail, jusqu’alors abandonnés, depuis la Révolution, à la liberté des contrats ; elle paraît annoncer le passage de l’État-gendarme à l’État-providence et contenir le germe d’une infinie législation. À cet égard, l’année 1841 est restée comme une date symbolique, le signe du commencement d’une ère nouvelle.

64On ne peut d’autre part qu’être frappé par les hésitations et les timidités des hommes politiques, par l’âpreté et l’incertitude des discussions dans les enceintes officielles, par la minceur des résultats qui rendent mal compte du choc éprouvé vers 1840, dans les profondeurs de la société française, au spectacle de la misère ouvrière. Comme en 1840, une avalanche de brochures avait précédé l’ouverture des États généraux en mai 1789 ; mais le grand mouvement d’idées de la fin du XVIIIe siècle allait déboucher sur la Révolution, tandis que l’agitation intellectuelle de 1840 ne conduisit qu’à l’adoption de la loi de 1841 sur le travail des enfants dans les manufactures. Les Français en effet ne veulent pas d’une intervention plus poussée de la puissance publique, d’un dirigisme systématique susceptible d’affaiblir cette liberté, véritable socle des conquêtes et des droits consacrés par la Révolution. La liberté révolutionnaire a souvent été confondue et mélangée avec le libéralisme. Pourtant la liberté, au sens de 1789, en exaltant le volontarisme, répudie le déterminisme des « lois » de l’économie, repousse la séparation du capital et du travail, écarte la triste perspective de la généralisation du salariat. À l’exception de la « secte » des économistes et des cercles étroits de la classe dirigeante, les Français, décidément, ne veulent pas de ce libéralisme « à l’anglaise », et ne sont pas loin de considérer ses affirmations canoniques, ses dogmes et ses postulats comme autant d’intolérables proférations. En 1840, le nouveau « tiers état » rassemble tous ceux qui ne font ni partie de l’oligarchie des pouvoirs, ni ne sont englobés dans l’exclusion qui frappe les travailleurs de l’industrie. Cette vaste communauté reste dans l’orbite de 1789 : le salariat ne lui dit rien qui vaille, même si l’on admet qu’il est temps désormais de légiférer pour réduire les abus les plus criants. Rien de plus. Si donc l’hostilité à l’égard du libéralisme économique est entière, la méfiance à l’égard de l’interventionnisme étatique est à peine moindre ; on redoute l’établissement par étapes du « socialisme » : le néologisme est tout neuf, et le système qu’il est censé recouvrir effraie la société française dans ses profondeurs.

65Ainsi, le débat de 1840 oppose moins les solutions d’avenir, le libéralisme et le socialisme, qu’il ne dresse face à face les principes de la Révolution, auxquels le pays demeure indiciblement attaché, aux puissances de la massification économique et aux idéologies qui les accompagnent : ces forces et ces idées montent à l’horizon comme de gros nuages noirs.

L’ÉCHEC ET LA SEMENCE DU CATHOLICISME LIBÉRAL

66La révolution de 1830 s’est déployée sous le signe d’une profonde hostilité au clergé, compromis avec les pouvoirs de la Restauration. L’archevêché de Paris est saccagé en 1831, et pendant quelques mois les prêtres n’oseront plus porter la soutane, le costume ecclésiastique. La monarchie bourgeoise est voltairienne, anticléricale : certes, le Concordat de 1801 reste en vigueur, mais il n’est question que d’utiliser le reste d’influence conservé par l’Église, afin de prêcher la soumission à l’ordre établi. Cependant au sein de l’Église même, certains hommes interrogent l’organisation sociale dans son ensemble, et ces injustices qui mènent au paupérisme, à la prolétarisation, à l’exclusion. Ces questions taraudent les « pèlerins » de 1830, Lamennais, Lacordaire et Montalembert, partis pour Rome solliciter le soutien du Pape. Ils viennent de fonder un journal, L’Avenir, où leurs idées sont soutenues avec vigueur. Félicité de Lamennais, prêtre breton que son Essai sur l’indifférence en matière de religion, paru en 1817, a brusquement rendu célèbre, va très vite devenir l’animateur de ce mouvement.

L’impulsion romantique

67Dans son premier article, d’octobre 1830, Lamennais expose l’esprit du nouveau journal. Lui qui passait jusqu’alors pour un traditionaliste en matière de foi, pour un ultra en politique, affirme désormais que si les catholiques se sont défiés de la liberté, c’est parce qu’elle était défendue par une philosophie athée ; la religion s’est donc associée à la « réaction ». Mais le véritable christianisme, compris dans son essence, n’est pas incompatible avec la liberté. Le libéralisme, dégagé de ses fausses théories, est en effet le sentiment qui, partout où règne la religion du Christ, exalte et soulève le peuple. En définitive, au milieu de la dissolution universelle, ne restent debout que deux grands principes : Dieu et la liberté.

68Dans le catalogue des libertés, le parti catholique se contentait d’ajouter deux libertés nouvelles que le libéralisme ne revendiquait que rarement, parce qu’il croyait y voir une arme contre la révolution plutôt qu’une conséquence de cette révolution même. Il s’agissait de la liberté d’association et de la liberté d’enseignement. Enfin, L’Avenir abordait la question de la souveraineté, et se prononçait nettement pour la souveraineté du peuple.

69Le romantisme, qui donne au catholicisme libéral son impulsion, lui interdit de se doter d’un véritable programme. Le cœur seul parle, et il parle le langage d’un christianisme régénéré. Ce cœur, Lamennais l’emploie encore à pratiquer le culte de l’amitié, dont il a écrit qu’« elle est, avec la vertu, une des plus belles choses que nous emporterons de ce monde et qui fleuriront, en se mûrissant, dans l’incorruptible chaleur et lumière de l’éternité ». Cette amitié, il la donne à un jeune prêtre, Henri Lacordaire, dont il soupçonne la valeur, et qui deviendra à partir de 1836 et dans les années 1840 le grand orateur sacré de Notre-Dame de Paris et le restaurateur, en France, de l’ordre des Dominicains. Il l’accorde aussi, cette amitié, au jeune Montalembert, âgé d’à peine plus de vingt ans lorsqu’il rejoint le groupe de L’Avenir, qui deviendra le collaborateur préféré de Lamennais et lui resta longtemps fidèle. Il apportait sa jeunesse, son enthousiasme, sa force de percussion de pamphlétaire précoce et brillant. Hélas ! La suite de sa carrière devait contraster avec les promesses de ses débuts. Il devint, sous le Second Empire, l’animateur du parti conservateur, opposé à Napoléon III, mais singulièrement réactionnaire. Les contemporains ne surent qu’en penser : hypocrisie ? sincérité à éclipses ? amoindrissement de la sensibilité et rétrécissement progressif du cœur ? Un peu de tout cela sans doute.

70Les trois animateurs du catholicisme libéral, Lamennais, Lacordaire et Montalembert s’interrogent : lorsque l’Église aura conquis sa liberté et retrouvé son indépendance à l’égard des pouvoirs, qu’en fera-t-elle ? Elle doit regagner la confiance populaire, perdue depuis longtemps par l’alliance du clergé avec les pouvoirs établis ; il est encore question, dans le groupe de L’Avenir, de soulager l’humanité, de la seconder dans ses aspirations, de faire régner le principe chrétien de l’égalité des droits. Le christianisme doit se régénérer ; en unissant sa cause à celle des peuples, il peut retrouver sa vigueur affaiblie. Prendre modèle sur l’époque de la première prédication de l’Évangile ; le vieux monde croulait de toutes parts ; le christianisme prit la défense des faibles contre les forts, des pauvres contre les riches. C’est ce qu’il faut initier et renouveler. L’Église doit pénétrer dans la société pour la rénover et y veiller au respect de la justice sociale. L’Avenir, en conséquence demande « l’amélioration du sort des classes partout si souffrantes, des lois de protection pour le travail ». Le journal insiste : une législation « sans entrailles » ne doit plus repousser le pauvre dans la misère. Il réclame le droit de coalition ou d’association pour les ouvriers. Parmi les rédacteurs du journal, c’est Charles de Coux qui s’occupe plus spécialement des problèmes économiques et sociaux. Il publiera par la suite deux livres importants : ses Essais d’Économie politique en 1832 ; et son Cours d’Économie sociale en 1836.

71C’en est fait ! La foudre a frappé Lamennais. L’Église doit prendre la tête des multitudes malheureuses. Les petits ne sont-ils pas le levain de l’histoire ? Il faut partir pour Rome, obtenir l’approbation du souverain pontife.

La condamnation romaine

72Lamennais, Lacordaire et Montalembert arrivent dans la Ville éternelle en décembre 1831. Le pape les fait patienter. Une audience de pure forme leur est accordée le 13 mars 1832. Deux jours plus tard, Lacordaire s’en va. Lamennais et Montalembert ne quittent l’Italie qu’en juillet. En août 1832, l’encyclique Mirari vos condamne les doctrines du catholicisme libéral : la séparation de l’Église et de l’État, la liberté des cultes et de la presse. Ce sont des erreurs de méthode qui sont sanctionnées, dira Lacordaire qui s’en prend, implicitement, à Lamennais, avec lequel il a rompu à la fin de l’année 1832. Montalembert résiste plus longtemps ; mais puisqu’il se veut catholique avant tout, il finit à son tour par rompre avec l’auteur de l’Essai sur l’Indifférence.

73Lamennais, désormais, est seul. L’encyclique Mirari vos a ruiné son œuvre, sans ébranler ses convictions et ses espérances qui sourdent dans ses Paroles d’un croyant de 1834. Cette fois une autre encyclique du 25 juin 1834, Singulari nos, va le cingler de formules accablantes : abus impie de la parole de Dieu, propositions fausses, calomnieuses, téméraires, conduisant à l’anarchie, qui poussent les peuples, criminellement, à briser les liens de tout ordre public, à renverser l’une et l’autre autorité, à exciter les séditions… La rupture maintenant est consommée. Et l’ardente passion que Lamennais, depuis son entrée dans le sacerdoce, avait mise au service de l’Église, il songe maintenant à l’investir dans le combat pour la démocratie. Il passe de la religion catholique à la religion de l’humanité : le peuple a pris la place de Dieu comme principe transcendant. Ébranlé par la révolution de 1848, Montalembert s’est, lui, rangé résolument dans la frange la plus dure du parti de l’ordre. Les événements de 1848 ont, au contraire, soulevé l’enthousiasme de Lacordaire, toujours prompt à s’enflammer, mais qui se sentit vite débordé et put constater que la politique est un poison qui altère les sentiments d’impartialité et de miséricorde. Il se retira de la vie publique pour n’y plus revenir.

74En définitive, la monarchie de Juillet fut loin d’être une période d’atonie politique. Manifestations, grèves, mouvements de la rue, attentats se succédaient. Les débats étaient vifs, les clivages accusés et l’opposition, diverse, poussait l’offensive et menaçait le régime de tous les côtés.

LA DIVERSITÉ DES OPPOSITIONS ET LA RÉPONSE DU POUVOIR

75Peu de régimes ont connu des débuts aussi difficiles. Le peuple de Paris, frustré de la République, souffre de la faim et du chômage jusqu’en 1832. Les émeutes, les complots, les attentats se succèdent. En 1835, l’attentat de Fieschi étonne les contemporains : une machine infernale, déclenchée boulevard du Temple, tue 18 personnes de la suite du roi. Le pouvoir paraît cerné.

Des forces politiques résolument hostiles

76Le régime se heurte en fait à une quadruple opposition :

  • Celle des légitimistes, qui souhaitent le rétablissement des Bourbons, en l’occurrence d’Henri V, né en 1820, fils du duc de Berry, petit-fils de Charles X.

  • Celle des bonapartistes. À la mort de l’Aiglon en 1832, les bonapartistes se groupent autour de Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, qui fomente des complots et sera emprisonné en 1846 au fort de Ham, après avoir tenté de soulever la garnison de Strasbourg.

  • Celle des républicains. Pour le régime, c’est la menace la plus grave. Les républicains recrutent dans la petite bourgeoisie, parmi les étudiants et les ouvriers. Ils s’organisent en sociétés secrètes, provoquent en 1834 des émeutes à Paris ; appuient en 1831 et en 1834 les insurrections des ouvriers lyonnais de la soie, les canuts ; fomentent des attentats contre le roi.

  • Celle des socialistes. Les doctrines socialistes se développent dans les années 1830. Au-delà des arguments très divers qu’elles avancent et des alternatives « utopiques » qu’elles laissent entrevoir, ces doctrines partent toutes d’un même constat : la révolution industrielle qui commence ne profite qu’à la bourgeoisie ; le prolétariat est voué à une servitude sans espoir.

77À partir de là, les doctrines les plus diverses se proposent de remédier aux effets de la révolution industrielle. L’école technocratique suit les enseignements de Saint-Simon, l’auteur du Catéchisme des industriels (1823). Ses disciples, qui seront très influents sur le Second Empire, souhaitent hâter la mise en place d’un véritable « gouvernement des industriels », d’une élite de spécialistes, d’entrepreneurs-organisateurs. Il faut libérer les citoyens actifs, les « abeilles » de l’oppression du politique, des « frelons » et non, comme les légistes de la Révolution, s’employer à reconstituer d’autres pouvoirs politiques. Mais attention, Saint-Simon n’est pas un libéral, il donne à son État rénové et épuré, dirigé par une nouvelle élite, un rôle d’animation de la vie économique.

78À l’opposé de ce réalisme s’ouvre la voie de l’utopie, illustrée par Charles Fourier et par Cabet. Le propos des utopistes n’a jamais varié. La Création est ratée, le monde est un désordre corrompu par l’esprit mercantile. Il faut donc le refaire.

79Les ouvriers et les artisans de leur côté s’organisent. La grande révolte des canuts de Lyon de 1831 a servi de catalyseur. Des sociétés de secours mutuel se constituent, et sont tolérées par les pouvoirs publics, malgré la loi Le Chapelier qui prohibe toutes les associations professionnelles. Des sociétés de résistance, plus combatives, organisent des grèves, tentent de discuter un « tarif » des salaires avec les patrons. Une élite d’artisans publie des revues, et assure une liaison avec les milieux républicains.

80À cette offensive multiforme des oppositions, les « orléanistes », qui soutiennent la monarchie de Louis-Philippe, essaient de répliquer. Ils le font en ordre dispersé, en fonction de sensibilités politiques différentes.

Les deux tendances de l’orléanisme

81Le « parti du mouvement » est représenté par des hommes comme Adolphe Thiers ou Alexis de Tocqueville, auteur de De la démocratie en Amérique (1836-1840) et de L’Ancien Régime et la Révolution (1856). Pour ces publicistes qualifiés à l’époque de « libéraux », la charte de 1830 n’est qu’un point de départ ; le régime doit évoluer, avancer dans le sens du libéralisme. On réclame donc, de ce côté-là, l’élargissement du corps électoral et un régime franchement parlementaire sur le modèle britannique.

82Le « parti de la résistance » est d’abord dirigé par Casimir Périer, président du conseil de 1831 à 1832, mort en 1832 dans l’épidémie parisienne de choléra. Mais la grande figure de cette mouvance, c’est indiscutablement celle de François Guizot, publiciste et chef du gouvernement de 1840 à 1848. Pour lui, la charte de 1830 est un point d’arrivée, une sorte de fin de l’histoire. Désignés sous le nom de « conservateurs », les tenants du parti de la résistance veulent maintenir l’ordre et la stabilité à tout prix.

Les excès de la stabilité

83Tout le programme de Guizot et des publicistes « doctrinaires » tient donc en un seul mot : conservation. Le président du conseil, pendant les huit années de son gouvernement, se refuse à réformer. Son programme est simple : paix à l’extérieur, par le rapprochement avec l’Angleterre ; à l’intérieur, priorité absolue au progrès économique, au souci de la prospérité, dans une société solidement encadrée par les notables. « Mes enfants, enrichissez-vous, la richesse apporte la liberté », proclame Guizot. De fait, la France s’enrichit, la révolution industrielle s’accélère et se généralise, l’économie décolle. Dans la monarchie censitaire s’enrichir, c’est aussi le moyen, c’est le seul moyen d’accéder au droit de vote, à la citoyenneté effective. Mais il n’y a que 250 000 électeurs en 1848.

84À mesure que le temps passe, le pays paraît de plus en plus excédé par l’immobilisme de Guizot. L’opposition, toutes tendances confondues, bouillonne de récriminations et d’impatience. Est réclamé surtout l’abaissement du cens ; les républicains, eux, veulent le suffrage universel. Faute d’un véritable droit de réunion, les opposants organisent, à la fin de l’année 1847, une campagne de banquets pour soutenir leurs revendications. Ces manifestations doivent s’achever à Paris le 22 février 1848, mais Guizot interdit ce dernier banquet. Aussitôt, Paris se couvre de barricades. Le 24 février, Louis-Philippe s’est enfui en Angleterre, et Lamartine proclame la République au balcon de l’hôtel de ville.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search