Version classiqueVersion mobile

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Première partie. La démocratie et ses ennemis (1789-1870)

La démocratie et ses ennemis (1789-1870)

Texte intégral

1La Révolution française a fait l’objet d’innombrables interprétations et de lectures contradictoires. On y distingue souvent une première phase raisonnable ou réformiste, jusqu’en 1792 ; une période de radicalisation éruptive de 1792 à 1795, suivie d’un temps de réaction ou d’apaisement de 1795 à 1799. À ce découpage en tranches chronologiques, déjà contestable, s’ajoute la compétition des représentations. Certains publicistes ne veulent y voir qu’une aberration, un mouvement erratique de l’histoire ; les auteurs d’obédience marxiste y apercevaient la victoire sans partage de la grande bourgeoisie et du capitalisme naissant ; d’autres encore la réduisent à une production de discours concurrents visant à légitimer tel ou tel groupe de candidats au pouvoir. De fait, la Révolution fut diverse, infiniment complexe dans ses ramifications, traversée de mille courants et de multiples tentations. Et pourtant, sous un autre éclairage, elle constitue, selon le mot de Clemenceau, un « bloc » ; elle a son animus, son âme invariable et puissante. Elle signifie que désormais la politique sera l’expression de la volonté de la nation ou du peuple, qu’elle ne travaillera qu’en se mettant au service du groupe central des Français, qu’on appelle encore, en mai 1789, le tiers état. Nul ne l’ignore : les embûches, les traverses, les obstacles ne manqueront pas ; toujours est-il que le triomphe de la démocratie est devenu le seul horizon de l’histoire, le but vers lequel il faut nécessairement tendre. L’aristocratie d’Ancien Régime a été dispersée ; les nouvelles oligarchies économiques, happées par l’effet de souffle de la démocratie, sont momentanément soumises.

2Elles ne tarderont pas à relever la tête. Les « élites » bourgeoises et aristocratiques, souvent coalisées, appuyées sur des idéologies légitimatrices de l’autorité des minorités, cherchent à stabiliser l’État et l’ensemble des institutions publiques à leur profit. À ce système oligarchique reconstitué, la révolution de 1848, adresse brusquement un coup de semonce. La guerre de 1870, et la proclamation de la IIIe République provoqueront son effondrement et le retour de la démocratie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search