Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945

 | 
Jacques Bouveresse

Avant-propos

Texte intégral

1L’expression « histoire contemporaine », accolée à la période 1789-1945, sonne étrangement. À la lumière des événements des trois dernières décennies, et des comportements des Français d’aujourd’hui, ce qui s’est passé avant 1945, et plus encore au XIXe siècle, ne fait plus partie de notre vécu, de notre actualité. Ce monde-là, on a beau le qualifier de « contemporain », il n’est plus le nôtre. Nous vivions dans un monde de croyants. Il y avait, selon la formule d’Aragon, « ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas ». Mais ces derniers croyaient à la République, ou à la Révolution, au socialisme, au paradis sur terre. Notre pays était un centre de foi. La foi des uns paraissait s’opposer irréductiblement à la foi des autres ; ces croyances pourtant se fédéraient, s’additionnaient dans l’espérance d’un meilleur avenir, dans la mise en œuvre d’un projet collectif. La démocratie, depuis 1789, n’avait cessé de pousser sa pointe ; la citoyenneté trouvait dans le contexte de l’État-nation, un cadre naturel d’expression. La primauté de la politique était hautement revendiquée, et son emprise de plus en plus forte sur l’économie. La société industrielle, en plein épanouissement, servait en effet d’assise à des services publics qui s’étoffaient, à des systèmes d’éducation et de soins en veine d’ambitions, à des droits sociaux finalement rassemblés dans de vastes réseaux de sécurité sociale. L’époque restait dure au plus grand nombre, et il ne convient pas de l’idéaliser au-delà du plausible et du raisonnable. Mais elle était traversée d’un rai de lumière, parcourue d’une confiance invincible dans la marche de la « démocratie », mot magique qui captait toutes les aspirations, résumait toutes les exigences.

2Donc ce mot, ou plutôt ce slogan, « la démocratie », confère son unité à cette longue période ouverte en 1789 et qui s’est prolongée, bien après la deuxième guerre mondiale, jusqu’à la fin des années 1970. Ces deux siècles, remplis d’événements brusques et contrastés, de luttes confuses, de soubresauts surprenants, donnent parfois une impression de chaos. La progression inexorable de la démocratie sert ici de fil conducteur : elle avance à la manière d’un rouleau compresseur et, dans le même mouvement, s’insinue dans tous les recoins de la vie sociale. La famille toujours solide, la propriété largement diffusée, le travail et le mérite exaltés par le civisme ambiant, tout concourt à en consolider les positions. Aussi, pour en bien comprendre les ressorts, faut-il refuser de se limiter à l’étude des institutions publiques. La démocratie, en se ramifiant dans le droit privé, en a fait une branche essentielle de l’organisation politique générale de la société. Marquer l’histoire contemporaine du sceau de la démocratie c’est avouer implicitement, puisqu’il s’agit de saisir cette démocratie dans toutes ses implications, que la vieille séparation opérée par les facultés de droit, entre ce qui relève du droit public et ce qui revient au droit privé, n’est pas véritablement opératoire. Le but de cet ouvrage est de lier étroitement ces deux grandes branches du droit, de montrer en quoi elles concourent, chacune à leur manière, à l’édification de la société démocratique voulue par le corps social.

3La distance s’est élargie, un fossé s’est creusé entre ce que nous sommes et ce qu’étaient nos ancêtres : au point que leurs croyances et leurs idéaux nous sont devenus presque incompréhensibles, en un moment où il est de bon ton de ne plus croire à rien. Cette distance, paradoxalement, se révèle propice à la réflexion ; elle autorise des comparaisons, nous rend plus lucides, plus méfiants. Nos réticences à l’égard du présent, nous les reportons dans le passé. En démonter et en remonter la mécanique, en débusquer les faux-semblants et, à l’inverse, en interpréter avec ce qu’il faut de bienveillance, les énonciations généreuses, revient peut-être à se donner les moyens de mieux mesurer la portée du grand basculement de la fin du XXe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540