Version classiqueVersion mobile

Les Précurseurs de l’oralité scolaire en Europe

 | 
Roberte Langlois

Conclusion générale

Texte intégral

1L’approche diachronique du lien entre oralité et éducation en Europe montre qu’il y a bien eu dans l’histoire des idées éducatives deux conceptions alternatives de la notion d’oral scolaire. Une représentation rationaliste de l’éducation qui a fait de la parole scolaire un oral, c’est-à-dire une parole normée étroitement liée à la forme scolaire et à la culture écrite. Dans cet espace, le vivant et la communication sont réduits par l’institution, voire occultés au profit du savoir et de la discipline. Il semble qu’une autre conception ait émergé et trouve son origine dans les pays scandinaves où des pédagogues ont fait de la parole et du vivant un axe central du système éducatif. Sans doute peut-on reprocher à ces précurseurs, tels Grundtvig et Kold, les écueils de leur pensée fortement décalée par rapport à l’inévitable modernisation de la société de leur époque. Sans doute peut-on également déplorer une relative conception idéalisée de l’école, mais n’est-ce pas le propre des utopies qui aide à son renouvellement ? Si le système éducatif d’Europe du Nord se distingue aujourd’hui des autres, s’il est reconnu pour ses performances dans le cadre des évaluations internationales, son héritage qui fait de l’oralité une valeur éducative centrale est un indice de réussite pertinent. Car ce sont précisément ces pays où la notation n’intervient que tardivement dans la scolarité, où la pédagogie de l’exercice n’est pas exclusivement valorisée qui parviennent à une bonne maîtrise de la langue. On objectera certainement que ce sont aussi ces pays qui paradoxalement ont une longue tradition de l’écrit, qu’ils bénéficient d’une population homogène pouvant contribuer à ce résultat. Il n’empêche que la place privilégiée faite à l’être et à la parole dans leur modèle éducatif interroge un peu plus notre culture scolaire héritière des « belles-lettres ». En effet, placer l’oralité en tant que valeur éducative centrale au cœur de l’institution, bouscule l’héritage d’une école républicaine qui a fait de la lettre et du savoir la valeur scolaire de référence.

2Les pédagogues de l’oralité, au-delà de leurs excès et de leurs failles, font ici de la complémentarité de deux outils intellectuels à disposition de l’humain, l’écrit et la parole, un atout et non plus un obstacle éducatif. Ils tentent ainsi de préserver ce lien étroit et indéfectible entre lettre et parole, entre savoir et école. De l’oral scolaire à la parole vivante, c’est toute la dimension anthropologique de l’éducation qui s’exprime et renouvelle notre compréhension initiale de la place et du statut de l’oralité dans l’institution.

3La découverte historiographique de ce réseau de pédagogues, dans sa perspective historique et aussi européenne, se situe ainsi, en ce début de XXIe siècle, à la clé de voûte d’une réflexion qui remet en jeu une école fondée sur une opposition entre écrit et oral. La philosophie et l’action pédagogique singulière et originale de ces pédagogues, nous ont amené à élargir le concept étroit de l’oral scolaire républicain pour parvenir à un concept de nature anthropologique de parole vivante, concept qui nous invite à resituer l’oral dans sa dimension dialogique et existentielle universelle.

4Ce qui pourrait être perçu comme une simple utopie pédagogique, s’inscrit alors dans une dimension intemporelle et surtout « universelle » qui ouvre des possibles dans une compréhension plus anthropologique de la pédagogie. Si le domaine des idées pédagogiques valide et tolère l’utopie, cette dernière nous montre que tout système éducatif s’ancre nécessairement dans celle-ci et y puise son héritage à travers la couleur singulière donnée à l’institution qu’elle engendre. Ainsi l’anthropologue se préoccupe de la question « qu’est ce que l’homme ? » et la pédagogie se préoccupe de la question suivante « qu’est-ce qu’enseigner à l’homme vivant ? » pris dans sa dimension existentielle et complexe d’être vivant. De l’oral scolaire à la parole vivante, cette histoire de la pédagogie orale en Europe fait émerger du couple oralité et éducation toute l’importance du vivant.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search