Version classiqueVersion mobile

Les Précurseurs de l’oralité scolaire en Europe

 | 
Roberte Langlois

Partie 2. Les pédagogues de l’oralité

Christen Mikkelsen Kold (1816-1870) : le maître d’œuvre de la pensée de Grundtvig

Texte intégral

BRÈVE PRÉSENTATION BIOGRAPHIQUE1

  • 1 Biographie inspirée de Lawson, 1994 et de Kold, 2003.

1Christen Kold est né au Danemark, dans le Jutland, en 1816, soit 33 ans après Grundtvig. C’est l’aîné de six enfants. Son père est cordonnier, sa mère, très pieuse, est une figure importante et marquante de son enfance. Elle est considérée par son entourage comme une femme intelligente et travailleuse. Kold la qualifie de « femme singulière », mais dans un sens positif, signifiant ainsi qu’elle se distingue des autres par le désir de vivre « sa propre vie », en toute liberté et indépendance (Kold, 2003, p. 11). C’est une femme intellectuellement libre qui ne se lasse pas de raconter des récits, des contes à ses enfants. Kold entend sa mère expliquer que raconter des histoires procure joie et réconfort aux enfants. Montrant très vite peu de dispositions pour le métier de cordonnier auquel il était destiné, bon élève, sa mère décide qu’il deviendra instituteur et l’oriente vers l’enseignement. À cette époque, au Danemark, artisan et enseignant étaient des fonctions de niveau social comparable. Ainsi Kold entre à l’École normale (nommé Seminary) de Snedsted en 1834 et obtient, deux ans plus tard, son diplôme d’instituteur (Bjerg, 1994).

2Le « Teaching Seminary » de Snedsted est une institution renommée où sont formés les instituteurs qui doivent instruire tous les enfants du Danemark. Ceci conformément à la réforme de l’État, actée en 1814, qui fait de l’instruction une priorité nationale pour tous. La formation professionnelle que reçoit Kold est alors fortement imprégnée de l’idée de réforme. Certains pasteurs-enseignants de l’École normale sont conquis pas les idées de Grundtvig et se veulent être des réformateurs. C’est à leur contact que Kold découvre l’idée que l’amour de Dieu conduit avant tout à l’amour de l’humanité. C’est donc « une certaine idée de l’homme » qui est à la source de son action pédagogique future, sa préoccupation sociale et éducative s’appuyant sur des idées novatrices et un idéal démocratique fort. Un pasteur, Peder Larsen Skraeppenborg, lui fait par exemple découvrir que l’on peut aimer Dieu sans renier son humanité ni le bonheur sur terre. Cette découverte est pour Kold fondamentale, car il fera de l’homme et du bien-être sur terre une priorité. Cela marquera toute sa pédagogie.

3À l’École normale de Snedsted où sont formés les futurs maîtres chargés de faire fonctionner une école ouverte à tous, Kold s’inspire fortement des idées de Pestalozzi. Cette première culture scolaire, où l’homme et la liberté sont des valeurs dominantes, constitue pour Kold la base de départ d’une pensée éducative qui va évoluer jusqu’à rejoindre celle du philosophe N. F. S. Grundtvig.

4En 1838, Kold débute sa carrière en tant que précepteur auprès de riches fermiers. C’est là qu’il fait l’expérience de la pédagogie narrative. Kold, contrairement à Grundtvig, est et restera un praticien avant tout. Son action nourrit sa pensée éducative. Il expérimente ainsi plusieurs manières de faire de la pédagogie, n’oubliant pas les préceptes de Pestalozzi transmis lors de sa formation initiale d’instituteur. Il élabore ainsi une pédagogie de la parole, de l’éveil, contraire à l’éducation rationaliste faite d’écrits et de règlements qu’il a reçue enfant. Il se souvient aussi de sa mère et de sa confiance en la pédagogie narrative qui procure à l’enfant joie et réconfort. Il pense que donner du sens à l’enseignement est source de joie pour l’enfant. Il considère que c’est le principal moteur du désir d’apprendre (Kold, 2003, p. 18).

5Bien qu’intrigué et intéressé par les idées réformatrices de Grundtvig, il ne s’est montré que tardivement un disciple actif de sa philosophie. La lecture du livre majeur de ce précurseur, Histoire du monde, le bouleverse. Il prend alors conscience du lien entre le développement d’un humain et celui du monde (Kold, 2003, p. 27). C’est à la suite de cette prise de conscience du caractère ontologique de l’éducation qu’il décide d’appliquer les principes éducatifs de Grundtvig. Il deviendra alors le principal maître d’ouvrage de la pédagogie du philosophe et s’impliquera directement, devenant le premier instituteur responsable de la première école primaire populaire, issue des idées de Grundtvig, située à Ryslinge.

6Christen Kold va ainsi mettre en œuvre les idées pédagogiques de son aîné et maître à penser, Grundtvig : il va ainsi organiser et créer des collèges populaires, mais également des écoles libres destinées aux enfants de paysans entre 7 et 14 ans, où le chant, le débat et la pédagogie narrative seront pratiques courantes. Les hautes écoles qui subsistent aujourd’hui encore au Danemark, lui doivent une grande part de leur organisation. De même les programmes scolaires danois sont aujourd’hui encore imprégnés des règles établies par Kold, comme, par exemple, l’idée que la notation ne se fait qu’à partir de la huitième classe (14 ans) (Bjerg, 1994).

7C’est en tant que praticien que Kold se fera connaître. Personnage charismatique, il marque son temps par ses actions plus que par ses écrits (fig. 2). Il n’a en effet presque rien consigné, excepté en 1850 où il rédige un pamphlet d’une trentaine de pages intitulé : L’Éducation domine sur l’instruction. À l’occasion d’un concours sur l’éducation des enfants organisé par le diocèse de Funen, il définit sa conception de l’éducation comme un mélange de trois ingrédients : l’instruction (la transmission d’un savoir), l’éducation et l’édification de l’esprit. Il est convaincu qu’il faut d’abord éveiller l’élève, pour ensuite l’instruire. Ces trois concepts se retrouveront dans le texte de loi sur l’enseignement primaire danois, promulgué en 1975 (Bjerg, 1994). Ce n’est qu’après sa mort que son texte sera mis à jour et retiendra l’attention. Toutefois, ses propos ont marqué les siècles suivants et se seront installés durablement dans le système éducatif danois jusqu’à aujourd’hui (Kold, 2003, p. 46). C’est pourquoi ce praticien garde dans son pays une influence considérable, devenant presque un mythe.

Figure 2. Portrait de Christen Kold, gravure extraite de Danske Stormænd fra de seneste aarhundreder af L. F. La Cour og Knud Fabricius, 1912.

8Klaus Berntsen, un des premiers ministres du Danemark dans la première moitié du XXe siècle, ancien élève de Kold lui-même, le désignera comme « le Socrate danois ». Il signifiait ainsi que c’était un homme hors du commun, un orateur hors pair à qui le système éducatif des pays nordiques doit beaucoup (Kold, 2003). Ce parlementaire devenu responsable des établissements privés, qui sont directement issus de l’héritage de Grundtvig et de Kold, fera en sorte que l’organisation des enseignements selon ces précurseurs perdure au sein des programmes d’enseignement nationaux. L’idée centrale de Kold s’appuie sur la conviction, à l’image de Grundtvig, que religion et éducation doivent être avant tout au service de l’humanité. L’homme, au sens anthropologique du terme, est premier avant même l’État et les Églises (Kold, 2003). Comme son maître, Kold a toujours combattu le modèle rationaliste dominant. Comme lui, il confère à la liberté de parole la vertu d’être l’expression première de l’humanité. C’est pour cette raison qu’il faut la développer et la valoriser dans tous les domaines, et surtout au niveau de l’éducation.

9Kold mène un long combat de praticien pour défendre une école libre et alternative, sur le modèle des hautes écoles populaires, mais adaptée aux enfants. Il n’a cependant pas la tâche facile, rencontrant de nombreux problèmes. Ainsi est-il, toute son existence, en prise avec des soucis financiers qui constituent des obstacles au bon fonctionnement de ses établissements. De plus, sa personnalité charismatique, mais complexe et écrasante, nuit à sa succession ainsi qu’au bon fonctionnement des établissements qu’il dirige. C’est le cas du collège de Darum qui ne lui survivra pas et fermera peu de temps après sa mort, faute de leader à la hauteur du personnage (Bjerg, 1994).

ORIGINALITÉ DES PRATIQUES ÉDUCATIVES DE KOLD

Les idées pédagogiques de Kold

10Pour présenter les idées de Kold, nous allons nous appuyer sur son unique traité de pédagogie, qu’il a écrit à 35 ans, Thruth and Reality (Vérité et réalité), publié par B. Fahnoe Lund sous le titre de Thoughts on the Primary School (Réflexions sur l’école primaire) (Kold, 2003).

La pédagogie narrative au cœur de la pratique éducative

11Enseigner signifie, pour Kold, rendre plus humain. Il choisit pour cela la pédagogie narrative, notamment à travers les contes oraux, les légendes, sagas, histoires afin de transmettre au moyen de la tradition l’âme de cette humanité. La pédagogie narrative, à l’image de ce que préconisait Grundtvig, est au cœur de sa pratique. Le but premier de l’école primaire est pour Kold, de conduire l’enfant dans son état d’humain en devenir, sans l’entraver dans sa vie future (Kold in. Fahnoe, 2003, p. 85). C’est à travers la tradition orale et sa culture que les membres d’une même communauté sont en accord. Par ailleurs, le souvenir de sa propre mère qu’il considère comme un modèle d’éducatrice, elle-même convaincue que raconter des histoires procure joie et réconfort aux enfants tout en leur donnant le désir d’apprendre, conduit ce pédagogue à faire de l’oralité et notamment de la narration, une clé de voûte de la pédagogie.

12L’école selon lui doit être organisée dans des maisons où est reconstituée la chaleur familiale : les enfants doivent s’y sentir en sécurité, dans un climat de confiance (Kold, 2003). Kold, formé aux idées de Pestalozzi, pense en effet que les parents ont un droit de regard et les convie à participer activement à l’éducation de leurs enfants, tout simplement parce qu’ils les aiment et se montrent attentifs à leur bien-être. C’est pourquoi il tient à recréer une atmosphère domestique et sécurisante, qui est pour lui une condition de joie et de motivation à l’étude chez les enfants. Joie et désir d’apprendre sont des indicateurs importants de la pédagogie de Kold qui jouent aujourd’hui encore un rôle dans l’école danoise. L’aspect affectif, sensitif n’est pas incompatible avec une éducation de qualité.

13Par ailleurs, l’enseignement doit être adapté aux capacités des enfants. C’est pourquoi Kold a placé l’enfant au centre de sa pratique pédagogique. Cette idée, novatrice dans la tradition éducative de son époque, se rapproche des préoccupations des pédagogies actives qui organisent la pratique de classe en premier lieu en fonction de la nature de l’élève et, secondairement, en fonction de la nature des savoirs. Nous sommes ici, à l’opposé d’une pédagogie didactique ou encore d’une volonté de normalisation. L’idée de Kold est que l’on ne peut séparer les savoirs de l’être et de sa réalité existentielle. Il est nécessaire d’avoir une motivation et « une joie intérieure d’apprendre » afin d’atteindre la meilleure éducation. D’autre part, la pluralité et la diversité sont à préserver, car c’est à l’humanité que l’on s’adresse à travers les enfants. C’est l’humain en tant que génération future qu’il importe de développer et d’éveiller. Les idées de Kold sont novatrices car elles ne font pas l’impasse sur la difficulté paradoxale de toute éducation qui est de respecter la singularité dans le collectif, l’unité dans la diversité tout en ne s’éloignant pas du projet initial d’instruction. Cette conception fait émerger une certaine idée de l’homme car c’est l’humain dans son humanité qui est visé, ceci avant même le citoyen.

14Les savoirs ne sont pas pour autant minorés. Il propose des exercices écrits, des lectures, sans pour autant que cela prenne la majeure partie du temps de classe. Il n’y a pas d’évaluation, d’examens ni de notes. Notons qu’au Danemark, aujourd’hui encore, l’institution ne note pas les élèves avant 14-15 ans. Ainsi, comme Grundtvig, il souhaite se démarquer du rationalisme hérité des idées des Lumières, ainsi que de la tradition religieuse de la faute, de l’imperfection originelle qui doit être sanctionnée, la faute étant devenu un terme scolaire par transfert de la conception religieuse. Comme Grundtvig, Kold s’insurge contre ce transfert et remet en cause les principes austères et contraints d’une éducation qu’il juge trop rigide. La liberté dans l’éducation, pour les enseignants, les parents, mais aussi pour les élèves, est un principe pédagogique fondamental que tente de mettre en œuvre, toute sa vie, Kold. L’expérience d’une mère éducatrice qui fait de la liberté un principe éducatif, la formation initiale inspirée de Pestalozzi, puis des années plus tard la rencontre avec la pensée de Grundtvig ont alimenté tour à tour cette profonde conviction.

Le chant au cœur de la méthode

15Dans les années 1875, deux types d’écoles existent au Danemark : les unes appelées « les écoles du réveil », lesquelles s’inspirent directement de la pensée pédagogique de Grundtvig et de Kold et les autres, nommées « les écoles du savoir », initiées par un pédagogue danois rationaliste, Bjornback, dont la pédagogie est plus dogmatique.

16Les écoles du réveil ont développé une pédagogie de l’oralité, tandis que les autres ont adopté une pédagogie plus conventionnelle, proche des pratiques dominantes dans l’Europe de l’époque. Un inspecteur, Matias Steenstrup, chargé d’inspecter les écoles pour le gouvernement, note cette année-là que dans les écoles du réveil, c’est par le chant que débute chaque leçon. Il manifeste son étonnement face à la créativité pédagogique de ces établissements, démontrant qu’il se trouve toujours possible de trouver un chant qui correspond au sujet de la leçon du jour (Michelsen, 1983). On peut y entendre des chants historiques, patriotiques et chrétiens. Le chant tient là une place naturelle, pénétrant toutes les familles danoises, car il facilite la mémoire naturelle disponible et commune à tous les humains, idée que Marcel Jousse, anthropologue du XXe siècle théorisera, comme nous le verrons un peu plus loin. Grundtvig justifie cette pédagogie par le chant en expliquant que « depuis la nuit des temps, c’est le chant qui, pratiqué de façon naturelle, a été la méthode d’éducation la plus fructueuse, et qu’il doit jouer un rôle central là où la jeunesse se réunit et désire apprendre » (Michelsen, 1983). Kold fait de l’oralité, notamment à travers de la tradition orale, un axe central de la pratique pédagogique à l’école primaire. Cependant il combat farouchement l’apprentissage oral du « par cœur », refusant la répétition mécanique de mots qui n’ont pas de sens pour l’enfant. Cette opposition est en lien avec celle qu’il a pour l’église de son temps et la façon dont il considère qu’on endoctrine les enfants plus qu’on ne les éduque. Si le chant et l’oralité transmet avec bonheur, la répétition mécanique pour Kold est contreproductive.

Une éducation de cœur et par le cœur

17La conception éducative repose sur le chant, mais aussi l’échange, le lien, c’est pourquoi les parents sont invités à participer et à coopérer avec les enseignants. Ils prennent part aux décisions, aux actions pédagogiques et ne sont absolument pas considérés par les enseignants comme des concurrents, car, pour Kold, l’idée fondamentale est d’encourager les habiletés individuelles et de les développer. Il s’attache à ce que tous les aspects de la vie entrent dans l’école, contrairement au principe de l’école sanctuaire revendiqué en France, notamment par les Jésuites. Son éducation est basée sur la confiance et la diversité. La parole est qualifiée de vivante, car elle permet de mettre en lien les générations, de stimuler l’imagination et la création à travers l’écoute de contes et légendes, et n’est pas le simple écho d’un texte écrit. C’est pourquoi la pédagogie narrative qui fait appel à la sensibilité et l’émotion reste un pilier de l’action éducative de ce pédagogue. Kold écrira dans son pamphlet :

Nous nous souvenons de nos maîtres qui nous procuraient joie et bonheur lorsqu’ils racontaient des histoires.
L’école populaire doit transmettre des connaissances vivantes et non mortes. Le but de l’instruction est de permettre aux enfants de s’instruire, non pas seulement d’acquérir des savoirs mais aussi d’être des citoyens solidaires, dans la religion comme dans la société (Kold, 2003, p. 48 et 80).

18Cette tradition d’une éducation solidaire héritée de Grundtvig et Kold permet, peut-être, de justifier l’attitude du roi du Danemark, Christian X, lors de la seconde guerre mondiale, lorsque celui-ci décide de façon unique en Europe de porter l’étoile jaune, démontrant son empathie avec le sort fait aux juifs de son pays par les nazis. Nous pouvons y voir le résultat d’une éducation solidaire et empathique, telle que Kold et Grundtvig la souhaitaient. Si Kold critique le rationalisme dans la pédagogie des écoles de son époque, il ne combat pas la rationalité, mais sa domination : « l’école paroissiale s’est adressée à la raison et partiellement aux émotions, ignorant, délaissant le pouvoir de l’imagination et de la perception » (Kold, 2003, p. 39).

19Oralité et rationalité ne sont pas incompatibles pour Kold, pas plus que la raison et les émotions, contrairement à ce que pensent les rationalistes fidèles à la philosophie des Lumières dont s’inspirent les intellectuels de toute l’Europe. C’est pourquoi les idées de Grundtvig et de Kold auront plus d’impact sur le petit peuple que sur l’élite danoise. Pour ces pédagogues, la parole n’efface pas le lien, mais le renforce tout en faisant passer le savoir. La connaissance ne peut être le seul but dans l’éducation, car celle-ci a pour terrain l’homme, un être en devenir, à la fois sensible et autonome. C’est pourquoi le métier d’enseignant est celui de passeur, passeur de savoir tout autant que d’humanité, qui permet à une génération de se construire et de se perfectionner sans renier son passé. C’est une pédagogie ontologique qui tient compte de l’avant et de l’après, sans nier les étapes nécessaires qui permettent à l’individu d’évoluer en collectif tout en se construisant de l’intérieur.

20Kold résume son projet éducatif par ces mots : « Clarté et vision ; vie et désir de vivre ; qualification et indépendance pour y parvenir. Il faut pour cela accorder le meilleur à chacun, selon ses possibilités » (Kold, 2003). Ce projet d’éducation devant être autant celui de l’enfant que celui de l’adulte, il ne peut rester extérieur et doit être accepté non par la contrainte, mais grâce à la parole vivante et la confiance.

Un praticien au service de la pensée de Grundtvig

21Si Grundtvig avait déjà préparé le terrain en rompant avec l’Église et les écoles chrétiennes, Kold s’impose en pédagogue pour affirmer une pédagogie orale, une pédagogie de communication, en rupture avec la tradition de l’enseignement en latin, essentiellement livresque, dominé par un apprentissage mécanique caractérisé par le « par cœur ». Ainsi Kold s’inscrit-il dans l’histoire en tant que pédagogue, car il est en rupture avec l’autorité religieuse de son temps, mais aussi la bureaucratie. Les méthodes de Kold sont jugées par les autorités comme un danger, une rébellion contre le pouvoir central et contre tout ce qui depuis la Renaissance a fait la norme culturelle dans les milieux intellectuels danois (Kold, 2003). Comme Grundtvig, il est sceptique face à toute forme d’autorité spirituelle ou politique Il souhaite une « école de la vie », où « la parole vivante » domine, une école de la liberté qui éveille l’individu et mène la nation à la démocratie.

22Toute sa vie, il rencontrera des rejets et exclusions (interdiction d’enseigner dans les écoles publiques, par exemple) et aura des relations difficiles avec les autorités, religieuses notamment. Il connaîtra des échecs : il sera privé de sa liberté de parole, privé des aides financières qui lui permettraient de bâtir ses écoles. Sa pensée va cependant se diffuser de l’intérieur, au cœur des familles, et permettre de laisser une empreinte réelle dans la société danoise. Aujourd’hui encore, le système scolaire danois perpétue la tradition d’une école ouverte sur la vie, de liberté et d’implication des parents dans les établissements. Comme Grundtvig, Kold privilégiait la dimension interactive et vivante de la transmission, préférant la relation et l’échange à une liste abstraite de savoirs.

23Si Kold répond à certains critères du pédagogue, il a néanmoins peu théorisé sa pratique par écrit, alors qu’il l’a fait à de nombreuses reprises lors de conférences orales. Aujourd’hui, grâce aux moyens techniques modernes, ses propos auraient été consignés par d’autres, filmés ou encore enregistrés. Ceci aurait permis une meilleure diffusion et un archivage fidèle de ses théories pédagogiques, comme cela a été le cas par exemple pour Marcel Jousse dont les cours à la Sorbonne ont été sténotypés. Or Kold, contrairement à son maître Grundtvig, en pédagogue de l’oralité, s’est montré cohérent avec ses convictions initiales et sa pratique pédagogique. Il a basé sa pédagogie sur la transmission orale, fixant et transmettant le savoir par le chant, les récits, les échanges entre individus, c’est-à-dire faisant confiance à une transmission interactive.

Points de convergence avec Grundtvig

24Même s’il ne se considère pas lui-même comme un véritable disciple de Grundtvig, la vie et la pensée de Kold portent incontestablement les idées révolutionnaires de ce penseur, notamment en ce qui concerne la nécessité de réformer le système scolaire, et aussi la volonté de changer la société par l’éducation à la démocratie (Bjerg, 1993, p. 4). Kold a suivi le maître dans sa lutte contre une Église et une école soumises à un clergé dont l’idéologie devient de plus en plus rationaliste, à l’image des idées de la philosophie des Lumières dominante chez les intellectuels européens de son époque. Comme pour Grundtvig, les idées des philosophes des Lumières comme Rousseau, Basedow ou Kant ne le séduisent pas. Au contraire, il les rejette, car il perçoit en elles un danger pour la nation danoise. Kold, à l’image du philosophe, souhaite une nation forte, ayant, grâce à l’école, construit un réel sentiment d’identité nationale. Tous deux incarnent historiquement l’exaltation de l’idée de nation. Leurs propos seront malheureusement repris plus tard afin d’alimenter un discours nationaliste, indépendamment de leurs auteurs, du contexte de l’époque où ils ont été tenus, dans l’oubli des objectifs initiaux, entièrement tournés vers le projet de parvenir à une société équilibrée et démocratique (Bjerg, 1993).

25De même que Grundtvig, Kold est hostile à toute autorité spirituelle ou politique. Comme lui, il se rebelle contre celle de l’Église, qui repose sur un discours mettant en avant la crainte de ne pas accéder « à la vie éternelle ». « La merveilleuse découverte » faite par Kold au Séminaire de Snedsted est d’entendre certains pasteurs formateurs, proches et adeptes des idées de Grundtvig, déclarer que Dieu aime d’abord l’humanité et qu’avant toute chose, sur terre, c’est l’homme en tant qu’humain qui est premier (Kold, 2003). Cette révélation le bouleverse et transforme définitivement sa manière de penser la religion et l’éducation. Il rompt alors avec une pratique religieuse faite de censure, d’une perception manichéenne du bien et du mal. L’homme doit s’éveiller à lui-même par l’éducation, pense-t-il. Il considère désormais que Dieu n’est pas seulement un censeur, un juge ou un « père fouettard » que l’on craint : il dit avoir eu la révélation que Dieu aime l’homme pour lui-même. (Bjerg, 1993). Il rejoint sur ce point les convictions de Grundtvig, qui place l’homme et l’humanité avant l’Église. C’est pourquoi celui-ci, dès 1825, a entamé une croisade contre l’Église officielle qui tente de rationaliser la religion chrétienne en théorisant des dogmes. D’autre part, Kold et Grundtvig rejettent tous deux les enseignements classiques en latin imposés par le clergé, éloignés de la langue du peuple et de sa réalité. Ainsi Kold et Grundtvig se rejoignent-ils dans le fait qu’ils ne s’opposent pas à la foi, mais aux Églises et à leur institution trop dogmatique et négative, notamment dans le champ de l’éducation. Pour ces précurseurs, la religion ne doit reposer que sur la foi et la foi seule, qui est de la responsabilité individuelle, car l’homme doit pouvoir dire « je » avant « nous ». Kold déclare qu’il est important que chaque individu comprenne qu’il est unique (Kold, 2003). Les pratiques éducatives de Kold seront largement imprégnées de cette nouvelle approche religieuse par les prédicateurs piétistes acquis aux idées de Grundtvig. Tout comme ce dernier, il résistera au clergé de son temps en refusant d’enseigner le catéchisme officiel. Ce qui lui vaut bien des difficultés pour trouver un emploi d’instituteur dans une école publique. Toute sa vie, il sera ainsi mis à l’index par l’Église, mais aussi par l’école traditionnelle qui est plus acquise aux idées rationalistes qu’à l’idéal des pédagogues oralistes.

26De même que pour Grundtvig, le principal objectif de l’éducation ne consiste pas pour Kold en une élévation sociale d’une classe par rapport à une autre, mais à un éveil personnel de chacun, qui participe à fédérer tout un peuple dans une identité nationale incarnant la démocratie. Même si sa principale ambition est de créer des écoles pour les enfants entre 7 et 14 ans, notamment pour les enfants de paysans, Kold est convaincu que l’éducation peut se faire tout au long de la vie et qu’il est nécessaire d’éduquer les enfants autant que les adultes. En cela, il rejoint non seulement Grundtvig, mais, avant lui, Comenius qui, dans La Grande Didactique, publiée au XVIIe siècle, avait émis déjà ce postulat de l’éducabilité de chacun, quelque soit son âge. Toutefois, si Kold rejoint la pensée de Grundtvig sur bien des points, des divergences subsistent.

Points de divergences avec Grundtvig

27Pour Grundtvig, toute action éducative doit avoir pour principal objectif de préparer à la vie sur terre, la foi chrétienne et l’existence humaine étant deux choses bien distinctes. L’école est une école de « vie » et non de « vie éternelle » explique-t-il. Ce philosophe est en effet l’un des premiers penseurs de l’éducation à anticiper la séparation entre Église et État, entre Église et école, que l’on peut comprendre également de façon sous-jacente et innovante comme une volonté de sécularisation, cherchant à distinguer la religion de l’idée de nation. Bien qu’il se prétende un homme de foi, il n’en est pas moins convaincu que les hommes doivent être instruits dans le but universel de leur humanité. C’est pour cela que le bonheur sur terre et non un paradis probable semble le moteur de sa philosophie et de son action. Pour Grundtvig, l’existence humaine domine et ne peut être étalonnée sur un idéal chrétien. Il revendique alors non seulement une instruction, mais aussi la liberté d’être soi, c’est-à‑dire dans une dimension de sujet au sens psychologique du terme. Il souhaite favoriser le développement de l’esprit critique sans renier l’accès aux plaisirs terrestres. C’est une éducation à l’éveil de la vie, indépendamment de toute religion qui doit rester de l’ordre du cheminement personnel. Grundtvig propose ainsi une philosophie portant en elle l’esprit d’une laïcité en marche.

28Kold, à la différence de Grundtvig, n’adhère pas à cette conception du christianisme, c’est pourquoi son projet éducatif n’a jamais été totalement le même, notamment par rapport au concept d’« éveil ». Il ne peut y avoir pour lui instruction sans éducation religieuse, même s’il place l’homme en premier, avant tout dogme religieux, dans sa pratique. Si la révélation que Dieu aime l’homme en tant qu’humain a transformé la représentation que se fait Kold de la religion et de la transmission, son idéal éducatif reste néanmoins de conquérir le salut éternel sans pour autant s’inscrire ou approuver les méthodes d’intimidation du clergé. Pour lui, il est tout aussi important d’éveiller les esprits en vue d’une vie future sur terre que pour une vie éternelle. L’« éveil », selon Kold, doit être compris comme un « éveil religieux », contrairement à Grundtvig, qui vise l’éveil de la conscience de soi et du collectif, c’est-à-dire la conscience d’une nation qui doit se suffire à elle-même et être équilibrée et forte grâce à la démocratie. Ainsi ne nous méprenons pas, si Kold et Grundtvig ont employé parfois les mêmes termes pour définir leur idéal pédagogique, comme par exemple celui d’« édification de l’esprit », cela n’implique pas pour autant le même projet éducatif. Grundtvig voulait affranchir l’homme des contraintes du christianisme, alors que Kold reste dans une perspective théologique et veut éveiller les esprits afin de les rapprocher de l’amour divin. Cette distinction est importante pour comprendre que, si Kold est le maître d’œuvre de la pensée éducative de Grundtvig, il lui importe cependant de transmettre le message religieux et sa foi. Dans cette perspective théorique, nous remarquons que Kold est plus proche de Comenius et même d’Oberlin que de Grundtvig.

29Si la « parole vivante » est pour Grundtvig à la fois charnelle et désincarnée, reconnaissant aux hommes le libre accès aux plaisirs des sens, la peur de la damnation est une réalité qui hantera toute la vie de Kold. La parole vivante ne peut être pour lui qu’une parole divine qui s’exprime à travers les hommes, signe du divin et indépendante de leur propre volonté. Ainsi le christianisme de Grundtvig vise à s’affranchir des lois et des peurs obscures imposées par le clergé à cette époque, alors que celui de Kold en reste encore fort imprégné.

30Nous observons que, pour l’un, l’éveil de l’individu sur terre reste le principal chemin qui mène au divin, alors que, pour l’autre, l’éveil religieux dans l’éducation conserve une place prépondérante dans le projet éducatif. Kold, tout en étant le maître d’œuvre des théories éducatives de Grundtvig, ne se réclamera jamais ouvertement de sa philosophie. Ce pédagogue novateur a construit sa pédagogie sur deux sources d’inspiration : celle de Pestalozzi et celle de Grundtvig.

FILIATION IDÉOLOGIQUE : LE « PESTALOZZI » DE GRUNDTVIG

Un praticien de l’oralité

31Klaus Bernsten, parlementaire danois du XXe siècle, désignait Kold sous le nom de « Socrate danois » voulant montrer ainsi à la fois son talent puissant d’orateur mais, surtout, l’empreinte durable laissée par ses idées et actions pédagogiques dans le système éducatif danois. Néanmoins, nous lui préfèrerons dans ce travail le terme de « maître d’œuvre de Grundtvig », car, de même que Pestalozzi a tenté de mettre en pratique l’idéal pédagogique de Rousseau, Kold a permis aux idées du philosophe danois de s’incarner dans une réalité pédagogique. Praticien avant d’être théoricien, il s’est confronté à la réalité et tente de conserver le fragile équilibre entre idéal et action. Ainsi, en metteur en scène, il organise, dirige, met en place une réalité scolaire qui va marquer les esprits danois au point d’en faire un mythe. Son action se pérennisera à travers le mouvement des friskoles, écoles privées indépendantes. Kold laissera une empreinte durable, notamment dans l’organisation des programmes qui sont à la base du système scolaire danois encore aujourd’hui.

32Sans son action de praticien, la théorie du philosophe danois n’aurait pu s’épanouir et perdurer, restant sans doute « lettre morte », comme cela a été le cas pour son projet de grande université du Nord. Kold n’est cependant pas seulement le disciple de Grundtvig, mais aussi un héritier de Pestalozzi. Formé à l’École normale d’instituteurs, sur la base d’une idéologie reposant sur les trois forces, tête, cœur et main, il a été structuré par cette triade pédagogique indissociable. Cet idéal éducatif repose sur un sujet pris dans sa dimension d’être intelligent et autonome, conservant sa liberté et sa faculté de décider par lui-même (Soëtard, 2000). Jamais Kold ne se réfèrera cependant publiquement à ce précurseur, mais certaines de ses approches pédagogiques, comme la place majeure de la communication orale à l’école, la notion de liberté, l’importance des parents, la dimension de la relation, la pédagogie narrative, ne sont pas sans lien avec les idées qui alimentent sa pratique. La parole vivante, la confiance dans l’oralité restant des atouts majeurs de la transmission. Nous rappellerons ce qu’évoquait Jean-Henri Pestalozzi (1746-1827) à propos de la posture de l’enseignant : il ne doit pas être « un censeur sans âme » mais le porteur d’une « parole vivante ». Les mots transmis doivent être incarnés, porteurs d’exemple et de sens à la fois pédagogique mais également spirituel (Bjerg, 1994). Rappelons qu’à l’époque de Kold, l’enseignement était basé exclusivement sur la mémoire, une mémorisation mécanique, le « par cœur », méthodes héritées des pratiques religieuses médiévales, qui prévalaient dans les écoles et les églises du Danemark encore au XIXe siècle.

33Kold, formé aux idées de Pestalozzi, est comme lui convaincu que le jeune enfant appartient à la famille et que les parents ont un droit de regard et de participation à son éducation. Il revendique ainsi la liberté et la responsabilité des parents dans le choix éducatif. Kold, avant même de se faire le metteur en scène de la théorie de Grundtvig, a ainsi été acquis aux idées novatrices de Pestalozzi, tout comme Grundtvig. Ces trois pédagogues se rejoignent ainsi sur une pensée et une pratique éducative qui conçoit l’enseignement comme un acte intérieur, volontaire, dans une dimension de personne active et réactive. Tous trois sont en accord sur les trois dimensions : connaître, vouloir, pouvoir, qui constituent les piliers de l’éducation selon Pestalozzi. En effet, le savoir est en lien avec le vouloir, mais également avec la liberté d’exercer cette volonté, laquelle est elle-même est en lien avec l’affect (Soëtard, 2000).

34Le désir, la motivation de l’élève sont au cœur de l’action éducative de ces trois acteurs de l’éducation. Comme Pestalozzi, Kold fait de l’enseignant un « modèle » en tant qu’être humain, mais qui reste en collaboration étroite avec l’élève. C’est la relation qui est au cœur de sa pédagogie, la relation affective qui crée du lien et dont le vecteur principal est la parole. Dans cette conception éducative, le savoir et la transmission orale constituent une part importante de l’enseignement. Kold ne néglige pas pour autant les savoirs fondamentaux, mais propose une alternative pédagogique à un mode de transmission plus dogmatique, axé principalement sur la rationalité au dépend de la réalité de l’humanité. Ainsi met-il au cœur de son école la communication, mais aussi la tradition orale, prenant en compte toutes les facettes de l’oralité. Comme Grundtvig, ce pédagogue rejette le livre et le « savoir mort ». Et la liberté, thème majeur du philosophe, est une clé pédagogique à tous les niveaux de l’institution scolaire.

35Le succès de Kold s’explique par le contexte social et politique de l’époque. Le Danemark connaît vers 1840 un large mécontentement populaire, venant notamment des paysans. Par ailleurs, des tensions avec l’Allemagne poussent Kold à organiser des réunions afin de susciter un « réveil national ». Il a pu agir ainsi grâce à des conditions idéologiques favorables, profitant du travail philosophique et politique de Grundtvig en amont, mais aussi de la bienveillance de l’État, qui a participé financièrement à la création des collèges populaires. Par ailleurs, homme de conviction et issu du petit peuple, il ne reniera jamais ses origines modestes.

L’oral et la culture orale, pilier du système scolaire danois

36Kold est profondément ancré dans une dimension spirituelle : son éducation et ses convictions religieuses transparaissent dans sa pédagogie. Il n’est donc pas ce que nous nommons un laïc. La notion de « parole vivante », thème récurrent chez Grundtvig et déjà présent chez Pestalozzi, reste pour Kold un concept lié à la religion et sous-tend, comme c’est le cas aussi chez son maître, un lien évident entre la parole humaine et la parole divine. Le « verbe » chez Kold conserve une place privilégiée, car il reste étroitement lié à la « parole du Christ ».

37La pédagogie de Kold est particulièrement originale, car elle met en avant la culture orale, proche de l’expérience et de la tradition orale d’un peuple. Pour lui, comme pour Grundtvig, « la source de la connaissance est parole » (Bjerg, 1993). Or, cette pédagogie constitue à la fois une rupture et une innovation incontestable pour l’époque. Les pratiques scolaires habituelles reposent sur le latin et le livre, comme c’est le cas en France et dans bon nombre de pays d’Europe où l’éducation par la lettre est devenue la norme. La culture de l’écrit, depuis les humanistes de la Renaissance, amplifiée par la montée rationaliste des idées des Lumières, symbolise en effet le progrès. Les idées nouvelles, la modernité s’incarnent alors dans le texte imprimé et la science. Dans toutes les sociétés évoluées, les élites s’en emparent et la culture écrite devient un véritable enjeu social et politique, un enjeu de pouvoir. C’est une des raisons pour lesquelles Grundtvig et Kold ne seront pas suivis par les élites danoises. Mais si leur héritage est parvenu jusqu’à nous, ils le doivent beaucoup aux petits paysans, souvent illettrés, qui ont bénéficié des principes éducatifs et qui se sont transmis de générations en générations les idéaux et les valeurs de ces deux précurseurs de l’éducation. C’est pourquoi les hautes écoles populaires vont perdurer et continueront longtemps de diffuser, au cœur des familles et dans la culture danoise, l’idée de liberté véhiculée par les chants mais aussi une certaine culture pédagogique.

38Grundtvig et Kold seront des repères pour l’ensemble d’une société danoise qui a pu ainsi s’élever et s’émanciper d’un État trop prégnant. Cet ancrage profond et tenace va par la suite pénétrer l’école publique à travers des programmes scolaires donnant une identité pédagogique spécifique et originale. Néanmoins, comme l’écrit Birte Fahnoe Lund, elle-même enseignante et spécialiste danoise de Kold, la tendance actuelle de ce début du XXIe siècle est de rationaliser de plus en plus les programmes. La mise en place des évaluations comme PISA incite l’institution scolaire danoise à adopter les normes internationales axées sur la mesure de l’écrit, modifiant ainsi progressivement la culture scolaire initiale où l’oralité tient une large place.

39Pour Kold, l’étude de l’histoire ou de la religion doit passer nécessairement par le récit. Comme chez Grundtvig, la narration est le moyen d’éducation privilégié dans les collèges populaires. Ainsi ces écoles pensent favoriser l’imagination, éveiller et élever l’esprit à travers le pouvoir de la parole, « parole de vie ». L’empathie et l’imagination y sont également considérées comme le moteur de la réflexion. L’intelligence abstraite et la réflexion rationnelle ne venant qu’au second plan. L’évaluation, l’émulation ne sont pas non plus des valeurs dominantes. La culture de l’élitisme, comme cela peut être le cas dans le système français, ne trouve pas d’écho dans l’action pédagogique de Kold. Ce praticien place à la base de l’instruction primaire la nécessité de mêler trois éléments fondamentaux : l’instruction, l’éducation et l’édification de l’esprit (au sens religieux du terme), objectif ultime. Pour lui, il faut avoir soif de connaissance avant d’apprendre à lire, il faut expérimenter, acquérir des savoirs et des savoir-faire qui ont un sens avant d’acquérir « un savoir mort » (Kold, 2003). Il se fait ainsi l’écho de la pensée de son maître : « La vie ne peut être décrite avant d’avoir été vécue », disait Grundtvig (Bugge, 1983).

40« Donner du sens à l’école » et « libérer la parole » est une préoccupation réelle du praticien Kold, qui fait de l’envie d’apprendre et du bien-être scolaire des conditions d’apprentissage (Kold, 2003). Par ailleurs, l’émotion et l’affection constituent la base sensible qui conditionne l’accès aux apprentissages. L’enseignant est un modèle face aux enfants, un modèle non pas parfait mais un exemple d’être humain. C’est pourquoi dans cet idéal pédagogique, la personnalité de l’enseignant est fondamentale.

HÉRITAGE ACTUEL DE GRUNDTVIG ET DE KOLD AU DANEMARK ET DANS LE MONDE

41Il est sûr que les idées de Grundtvig concernant les hautes écoles populaires ont joué un rôle important pour la paysannerie danoise de l’époque. L’émancipation du monde paysan, population nombreuse dans la société danoise essentiellement rurale du XIXe siècle, va lui donner la possibilité de s’autogérer en inventant le concept de coopérative et ainsi de se renforcer et de mieux résister aux pressions économiques et politiques. Grâce à ces écoles, les paysans ont acquis une maturité et une assurance qui leur permettent de profiter des droits démocratiques spécifiés dans la constitution de 1849. Dans un premier temps, les hautes écoles populaires sont principalement ancrées dans les campagnes et souvent associées à la paysannerie. Elles vont néanmoins subir des mutations au fil des évolutions sociales telles que l’industrialisation et l’urbanisation. Au début du XXe siècle, les ouvriers vont fonder à leur tour quelques hautes écoles populaires, afin d’affirmer une conscience culturelle commune.

42Jusqu’au milieu du XXe siècle, les collèges populaires sont considérés comme un phénomène rural et de plus en plus marginal. Cependant, alors que le Danemark opère une véritable mutation économique vers l’industrie, les années 1980 connaissent une renaissance du mouvement des hautes écoles populaires. De nombreux pays du nord de l’Europe (Suède, Norvège, Allemagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas…), comptent alors de nombreuses écoles populaires. Elles seraient à ce jour 90 au Danemark. Si ces établissements diffèrent entre eux, tous revendiquent l’héritage de la pensée éducative de Grundtvig. Cependant aujourd’hui elles concernent une population sociale mixte et souvent étrangère au pays. Ce sont souvent des lieux réservés à la formation des adultes, qui accordent beaucoup d’importance aux activités créatrices et artistiques. Néanmoins, ce ne sont pas des écoles où l’on passe des diplômes. L’objectif étant principalement de permettre à l’individu de « s’éveiller à soi-même », d’accéder à l’éducation et la culture à tout âge et sans tri social, si ce n’est qu’elles sont privées et donc payantes. S’y trouve, aujourd’hui encore, une réelle mixité sociale. Le principe d’études courtes, en internat, laisse toujours une large place à l’expression et la transmission orale, imaginé par Grundtvig. La notion d’« éducation toute la vie » insufflée par Grundtvig est désormais reconnue comme un projet éducatif européen.

43Klaus Berntsen, élève de Kold devenu premier ministre du Danemark au cours de la première moitié du XXe siècle, a été également président des friskoles, écoles privées qui s’inspirent au plus près des idées de deux pédagogues présentés ici. Cet homme a désigné publiquement Kold comme étant « le Socrate danois ». Il souhaitait ainsi montrer l’importance de son héritage et la valeur de sa pédagogie, notamment dans sa dimension orale (Fahnoe, 1983). Ces établissements scolaires privés sont destinés aux enfants et sont fréquentés actuellement par environ 12 % des élèves (Mons, 2000). Cet enseignement dit « libre » est paradoxalement privé, organisé autour de conseils où enseignants et parents gèrent ensemble l’établissement et ses programmes. Ce sont des écoles qui fonctionnent au plus près des principes de Kold. Elles ne réduisent pas la tâche scolaire au simple apprentissage des fondamentaux (lire, écrire et compter), mais on s’y appuie sur le potentiel naturel de l’élève, sur les aptitudes inhérentes à l’esprit de l’enfant. La parole, les récits tiennent une large place. La personnalité des enseignants, leur capacité de travailler en étroite collaboration avec les parents sont des points toujours mis en avant. Toutefois ces principes ne sont pas éloignés de l’ensemble de la pédagogie des écoles d’État au Danemark.

44On peut lire, dans un article du Monde du 10 septembre 2008 intitulé « Choyée par les adultes, la jeunesse danoise fait preuve d’une confiance en l’avenir qui tranche avec le pessimisme des jeunes Français », ces propos significatifs : « Tout idée de classement est inacceptable, assure Stefan, 20 ans. Elle irait à l’encontre de l’égalité sur laquelle est fondée notre école et notre social-démocratie. Les profs comme les parents tentent toujours de trouver du positif. Ce qui compte c’est d’être soi-même et de se sentir bien. » Ce jeune danois résume aujourd’hui l’idéal éducatif de nos deux précurseurs qui ont toujours fait confiance en la richesse de la diversité humaine et n’ont pas souhaité contraindre à une norme imposée. C’est pour cette raison que la notation n’intervient que tard dans la scolarité. Mais pour combien d’années encore ? En effet, si cet idéal scolaire a su résister au temps, il semble aujourd’hui plus que jamais en danger. Birte Fahnoe Lund écrit, en 2008, que l’on assiste à une pression étatique récente au Danemark, notamment sur les friskoles, car le pouvoir politique tend à rationaliser les programmes actuels afin de se conformer aux exigences des évaluations internationales. Aussi est-il question, dans les années à venir, de noter les élèves dès les petites classes. Ce qui signifierait remettre l’écrit au cœur du système, à l’image des systèmes scolaires majoritaires en Europe et donc renoncer à un système éducatif alternatif à l’éducation dogmatique.

  • 2 On peut accéder à la liste de ces établissements en consultant le site danois consacré à Grundtvig (...)

45Si les friskoles mettent en œuvre au plus près la pensée de Grundtvig et Kold, les programmes scolaires nationaux danois sont également imprégnés de leurs idées et de leurs pratiques. En effet, si l’instruction publique reste dans la tradition danoise si liée à la notion « d’ouverture sur la vie », à la liberté, au respect de la diversité avant même toute normalisation, on le doit à l’héritage de leurs pensées éducatrices novatrices. La philosophie de Grundtvig a dépassé les frontières du Danemark au XXe siècle et émigré vers d’autres parties du monde, notamment chez les peuples où l’oralité tient une place prépondérante. Ainsi existe-t-il des hautes écoles populaires en grand nombre dans le monde entier, notamment en Afrique, en Inde, aux États-Unis et Canada (anglophone). Nous comprenons que la pédagogie orale séduise des peuples africains, dont la culture n’est pas d’emblée niée et perçue comme négative, mais valorisée, tout en ne négligeant pas l’objectif légitime d’alphabétisation. Toutes ces écoles sont des établissements le plus souvent destinés à la formation adulte2.

46Ainsi les idées de Grundtvig ont-elles traversé les époques et aussi les espaces. Si la pédagogie de l’oralité et le concept de « parole vivante » peuvent sans doute paraître anachronique dans les besoins d’un monde moderne où domine la culture écrite, cette pédagogie a jusqu’ici résisté au temps, parce que la parole reste fondamentalement l’apanage de toute humanité et qu’elle est inévitablement liée à la transmission entre générations, et ceci indifféremment des époques et des lieux.

47Le concept de « parole vivante », initié par Grundtvig en pédagogie, a non seulement pénétré l’éducation nordique mais a été relayé par d’autres penseurs qui se sont inspirés de la pensée de Grundtvig, bien plus tard. C’est le cas du philosophe et pédagogue autrichien et israélite, Martin Buber, qui partira des théories pédagogiques de Grundtvig pour bâtir sa propre pensée éducative reposant sur la relation et le dialogue. Si nous nous sommes attardés sur Grundtvig et Kold, c’est parce qu’ils sont les précurseurs du concept de « parole vivante » en pédagogie. Néanmoins d’autres, comme Buber, vont s’appuyer sur cet idéal et tenter de l’enrichir par d’autres concepts. C’est pourquoi nous allons nous arrêter et présenter Martin Buber comme philosophe de l’éducation et pédagogue de l’oralité.

Notes

1 Biographie inspirée de Lawson, 1994 et de Kold, 2003.

2 On peut accéder à la liste de ces établissements en consultant le site danois consacré à Grundtvig: www.nfs-Grundtvig.dk

Table des illustrations

Légende Figure 2. Portrait de Christen Kold, gravure extraite de Danske Stormænd fra de seneste aarhundreder af L. F. La Cour og Knud Fabricius, 1912.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search