Version classiqueVersion mobile

Flaubert en toutes lettres

 | 
Amélie Schweiger

Conclusion

Texte intégral

1Laboratoire, exutoire, repoussoir, substitut, la lettre est, pour l’écrivain épistolier, l’indispensable et toujours problématique compagne de l’œuvre. Les aspects de la correspondance que nous avons dégagés ne visent nullement à nier son précieux caractère documentaire. Certes, Flaubert commente ses projets et définit ses conceptions littéraires dans ses lettres. Devons-nous toutefois considérer que la vérité sur l’œuvre s’énonce dans la correspondance ? Bien des critiques font en effet de cette dernière la bouche d’ombre de la création littéraire. Admettons plutôt que toute assertion épistolaire de Flaubert relative à son œuvre est une hypothèse de travail, aussi bien pour lui que pour nous. Circonscrire en tels ou tels termes et à tel ou tel moment sa pratique littéraire permet à l’écrivain, grâce à l’adresse et au-delà de la singularité conjoncturelle du destinataire, de poser des repères, de tester, d’ajuster, d’exercer sa plume. Dans les lettres, l’écriture se travaille, se cherche, se transforme. Elle s’y met à l’épreuve du miroir et de la communication et des liens se tissent forcément entre la voix privée et la voix publique. Flaubert ne constitue pas un cas unique en ce domaine. En son siècle, il fait toutefois figure de précurseur.

2L’écriture moderne tend à dissoudre les cloisonnements entre les genres, voire les genres eux-mêmes. De plus, en tant qu’expérience globale, l’écriture est partout – et la littérature peut-être nulle part. Menacée de blancheur, la page d’écriture du vingtième siècle se cherche sur ses propres marges. Charles Juliet, par exemple, fait acte d’écrivain en publiant les volumes de son Journal, considéré bel et bien comme son œuvre. Pensons également à Roger Laporte dont l’œuvre s’édifie comme récit de son impossibilité même et, bien sûr, à Kafka qui est souvent érigé à cet égard en modèle de référence. Si la correspondance de Flaubert est devenue le livre de chevet de nombre d’écrivains, c’est sans doute par intérêt pour l’homme qui se cache derrière une œuvre qui revendique haut et fort son caractère impersonnel, mais plus encore en raison de l’expérience d’écriture qui s’y exprime et s’y joue, ainsi que nous l’avons montré. L’écriture moderne, et l’art dans son ensemble, ont tendance à préférer à l’œuvre achevée le texte et la représentation de l’expérience créatrice et de ses questionnements. Dans ce privilège accordé au processus d’accomplissement, ou d’inaccomplissement, les frontières de la littérature se déplacent. Le cas d’Artaud est exemplaire et révélateur de ce glissement de la littérature vers ses marges de gestation. Jacques Rivière refuse en effet de publier les poèmes que l’écrivain lui a envoyés et lui propose, à la place, de publier les lettres qu’ils ont échangées à propos de ces poèmes. Artaud entre donc en littérature par voie postale, considéré comme meilleur écrivain en tant qu’épistolier qu’en tant que poète. Flaubert, certes, aurait vigoureusement refusé une telle publication au nom de l’impersonnalisme de l’art souverain. En ce XIXe siècle cependant, ses lettres sont certainement les premières à excéder l’acte de sociabilité pour mettre en question l’exercice de la littérature.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search