Version classiqueVersion mobile

Flaubert en toutes lettres

 | 
Amélie Schweiger

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Pour ce type de lecture de la correspondance, voir, par exemple, Charles Carlut, La Correspondance (...)

1Laboratoire ou exutoire, concurrente ou complémentaire, la correspondance de Flaubert accompagne l’œuvre tout en donnant à entendre une voix propre : celle de l’épistolier. À l’heure où la littérature se veut impersonnelle, grande est la tentation d’écouter dans cette voix ce qui s’exprime de l’homme et des conceptions esthétiques de l’écrivain. Ce que nous entendons alors est certes précieux mais une telle lecture documentaire des lettres1 ne permet de rendre compte ni de la richesse du texte qu’elles forment ni des rapports multiples qu’elles entretiennent avec l’œuvre. Si la correspondance parle abondamment de la création romanesque, il arrive d’ailleurs aussi que la fiction mette en scène la lettre et que nous soyons ainsi invités à tirer de l’œuvre quelques enseignements sur l’épistolaire.

2La correspondance n’est pas uniforme et statique. Ce texte évolue, à l’évidence, au rythme de la vie du sujet qui le produit. Il se modifie sans doute aussi au fil des progrès de l’œuvre car des liens étroits unissent gestes épistolaire et littéraire et dessinent un parcours heuristique dans lequel l’écriture, toujours en travail, n’a de cesse d’explorer et d’ajuster sa propre pratique. Ce cheminement est progressif et continu. Les étapes qu’il comporte ne sont pas étanches ni susceptibles d’être balisées strictement par la chronologie : les aspects dominants d’une période étaient toujours déjà en germe auparavant et ne disparaissent jamais totalement. En outre, les composantes structurelles de la correspondance ont aussi leur pertinence : par exemple « lettres de » (lettres d’amour, lettres de voyage) ou « lettres à » (lorsqu’une tonalité singulière se laisse entendre dans les lettres échangées avec un destinataire particulier) sont autant de configurations signifiantes qui jalonnent l’évolution du texte.

  • 2 Les études de correspondances d’écrivains auxquelles s’est livré Vincent Kaufmann sont à cet égard (...)

3Si cette fameuse modernité dont Flaubert est, à juste titre, considéré comme l’un des parangons consiste, entre autres, à décloisonner les genres, c’est-à-dire à faire du verbe « écrire » un intransitif désignant une action dont la radicalité transcende les produits, l’écriture flaubertienne est à l’œuvre tant dans la correspondance que dans les romans. Il ne s’agit pas, pour autant, de faire fi des affirmations réitérées de l’auteur à propos de l’autonomie d’une œuvre qu’il voulait vierge de toute trace de son créateur – signe aussi de sa modernité que ce dédain à l’égard de l’expression personnelle, voire des épanchements romantiques – mais de chercher à apercevoir l’émergence et la maturation d’une écriture. On comprendra alors peut-être davantage pourquoi la correspondance de Flaubert a pu être le livre de chevet de bien des écrivains2.

Notes

1 Pour ce type de lecture de la correspondance, voir, par exemple, Charles Carlut, La Correspondance de Flaubert. Étude et répertoire critique, Paris, Nizet, 1968 ou Hélène Frejlich, Flaubert d’après sa correspondance, Paris, Société française d’éditions littéraires et techniques, 1933. Pour le premier, la correspondance offre « le portrait ressemblant de l’homme par lui-même » (p. 15). Pour la seconde, « la Correspondance donne la configuration de Flaubert. À côté de son œuvre, image indirecte de lui-même, la Correspondance est son image directe […] La personnalité d’un écrivain n’est souvent révélée que dans ses lettres » (p. 11).

2 Les études de correspondances d’écrivains auxquelles s’est livré Vincent Kaufmann sont à cet égard précieuses. Confrontant le cas de Flaubert, dont il examine les lettres adressées à Louise Colet, à ceux de Kafka, Proust, Rilke, Baudelaire, Mallarmé, Artaud, Valéry et Gide, il analyse le « rôle initiateur » de la pratique épistolaire : « Elle accompagne le travail de l’écrivain, elle lui permet d’éprouver, dans sa relation à un autre déjà absent, une forme de parole avec laquelle il se tient au plus près de l’écriture proprement dite » (L’Équivoque épistolaire, Paris, Éditions de Minuit, 1990, p. 8).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search