Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Conclusion générale

Texte intégral

1Quelles mutations sont intervenues dans l’Eure durant la République directoriale, à la fois sur le plan administratif, politique, religieux ainsi que dans le domaine de la citoyenneté ? Quelles spécificités ce département a-t-il présenté pendant la période considérée ? Quels en furent les prolongements sous le Consulat, l’Empire et la monarchie constitutionnelle ?

2L’Eure n’avait pas accueilli favorablement le régime directorial et les nouvelles institutions prévues par la Constitution de l’an III. Celles-ci n’avaient pas été adoptées dans l’enthousiasme mais, comme dans toute la France, à partir de brumaire an IV (novembre 1795), elles se mirent peu à peu en place. Il semble intéressant de tenter de faire un bilan de leur fonctionnement.

3La Constitution de l’an III avait prévu la nomination par le Directoire d’un commissaire central auprès de chaque administration départementale. Ce fonctionnaire était appelé à jouer un rôle essentiel car, s’il ne disposait pas du pouvoir en tant que tel, il devait contrôler l’action de l’administration centrale en veillant à l’application des lois votées par le Corps législatif ainsi que des mesures décidées par le Directoire. Il était donc « l’homme fort » du département.

  • 1 Bernard Gainot, « L’administration territoriale sous la Révolution française », art. cité.
  • 2 Il s’agit de la Haute-Marne, du Mont-Terrible, des Basses-Alpes, du Calvados, de la Creuse et de l (...)
  • 3 Il s’agit de l’Ain, de l’Ailier, des Ardennes, de la Haute-Garonne, de l’Indre-et-Loire, de la Loi (...)
  • 4 Sylvie Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transitio (...)
  • 5 Marcel Reinhard, Le Département de la Sarthe sous le régime directorial, op. cit.
  • 6 Alphonse Aulard, Histoire politique de la Révolution française : l’origine de la démocratie et de (...)

4Quatre commissaires centraux se sont succédés dans l’Eure durant le Directoire : Crochon en place de la création du régime jusqu’aux élections de l’an VI, Savary en poste depuis cette consultation électorale jusqu’à celle de l’an VII, enfin Rever et Thomas Lindet, nommés durant quelques mois chacun, à la veille de Brumaire. Il s’agit là d’un nombre assez élevé de commissaires puisque, dans les différents départements, leur effectif varia de un à cinq. En effet, selon l’enquête menée par Bernard Gainot1, six départements où la vie politique fut particulièrement stable n’ont connu qu’un seul titulaire2 et dix départements où les enjeux de pouvoir étaient importants ont vu cinq commissaires se succéder3. Dans l’Orne, Sylvie Denys-Blondeau a même dénombré huit commissaires, cinq en fait, puisque l’un d’entre eux, Thoumin, a été désigné deux fois et que deux autres furent nommés à titre provisoire4. Des départements comme la Manche ou le Puy-de-Dôme n’ont connu que deux commissaires ; la Sarthe quant à elle en a eu trois5. Dans l’Eure, ces quatre commissaires n’ont pas exercé leur mission durant une période équivalente. Crochon fut en poste de brumaire an IV (novembre 1795) à germinal an VI (avril 1798) soit vingt-neuf mois. Savary lui a succédé pendant un an, étant, en France, l’un des quatre commissaires en place entre deux élections. Rever et Thomas Lindet ont ensuite exercé des commissions de courte durée après les élections de l'an VII. Alphonse Aulard considérait que la « la durée moyenne d’une commission » était de deux ans6 ; dans l’Eure, seul Crochon dépassa ce laps de temps, figurant parmi les trente-six commissaires (12 %) restés en poste deux ans et plus.

5Comme nous l’avons montré, ces quatre commissaires exercèrent leur fonction de façon différente, chacun ayant sa personnalité propre et œuvrant dans une situation politique nouvelle. L’ancien fédéraliste Crochon s’efforça d’être l’homme du « juste milieu », ce qui lui valut d’être attaqué à la fois par les royalistes et contesté par les néo-jacobins, risquant même la destitution. Pendant un an, l’ancien conventionnel Savary, ayant siégé dans les rangs de la Plaine, poursuivit dans la ligne de son prédécesseur sans toutefois, mener une action aussi déterminante. Enfin, après les élections de l’an VII, Rever, le fondateur de l’École centrale, accepta d’exercer la commission avec bonne volonté mais sans réussir à vraiment habiter la fonction. Son successeur Thomas Lindet se lança avec énergie dans cette mission mais il ne disposa pas d’assez de temps pour mener une action soutenue.

  • 7 Il s’agit des cantons de Pont-Audemer campagne, Beuzeville, Bourgtheroulde, Routot, Saint-Georges- (...)
  • 8 Il s’agit des cantons de Verneuil-ville, Damville, Andely-ville, Gisors, Étrépagny, Chambrais, tan (...)

6Relais du commissaire central auprès de chaque municipalité de canton et exerçant un contrôle sur leur action, siégeait un commissaire cantonal. Dans les 62 cantons du département, exceptés les 16 citoyens ayant refusé la fonction dès leur nomination, 181 citoyens furent nommés à ce poste. Sur l’ensemble, quatre ont exercé la fonction à deux reprises, après avoir démissionné ou avoir été destitués. Au total un corpus de 175 commissaires, soit une moyenne de près de trois commissaires par canton. Sept de ces circonscriptions ont connu une grande stabilité avec un seul commissaire durant la période directoriale7. En revanche, cinq cantons ont eu six commissaires en quatre ans8, en général des villes à la vie politique troublée : le chef-lieu du département et deux anciens sièges de district ainsi que des cantons ruraux n’ayant pu trouver un véritable équilibre politique.

7Qui étaient ces commissaires cantonaux ? Il a été possible d’étudier un échantillon de 75 des 175 commissaires cantonaux, soit 42,85 % d’entre eux. Parmi ceux-ci, la part des anciens fonctionnaires de district ou du département est prépondérante, représentant 28 % de l’échantillon. Les anciens « ministres du culte » représentant 24 % du total. Dans le département, on sut utiliser les compétences de ces anciens prêtres, ralliés à la Révolution. Les autres catégories sociales les mieux représentées parmi les commissaires cantonaux étaient les hommes de loi (14 %) et les cultivateurs (7,2 %). Si la plupart se montraient favorables à la politique directoriale, certains pouvaient être néanmoins classés parmi les « républicains avancés », tels Harou à Bernayville, Lemasle à Étrépagny, Mailloc à Andely-campagne, Delafolie ou Leclerc à Pont-Saint-Pierre. Ces commissaires cantonaux se trouvaient en première ligne pour représenter le pouvoir directorial, une position parfois dangereuse ; nous avons pu observer ainsi que celui des cantons de Fontaine-sous-Jouy, d’Ivry-la-Bataille et de Bourth fut agressé entre pluviôse an IV (février 1796) et ventôse an V (mars 1797) ; celui de Damville fut même assassiné le 26 nivôse an V (8 mars 1797).

8L’appartenance à l’administration centrale n’était pas moins périlleuse car les chouans et leurs alliés n’hésitèrent pas à tirer sur les élus du département, assassinant même l’ancien président Goubert, toujours membre de l’instance administrative, le 6 messidor an V (24 juin 1797). Comprenant cinq membres élus par l’assemblée électorale, l’administration du département connut une période calme durant le premier Directoire, mais, après le coup d’État de Fructidor, vint le temps de l'instabilité. Constituée en brumaire an IV (octobre 1795) par plusieurs anciens procureurs syndics de districts disposant d’une bonne expérience administrative, elle réussit tant bien que mal à relever les graves défis se présentant à elle : mise en place des municipalités cantonales, levée de l’emprunt forcé, crise de subsistances, lutte contre le brigandage et la chouannerie. L’heure était à l’union des républicains et l’administration centrale put faire face de façon assez cohérente à une situation difficile. Il en alla tout autrement sous le second Directoire, période caractérisée par de fréquentes suspensions d’administrateurs. Ayant perdu son ancien président, l’administration centrale comme son commissaire, fut de plus en plus contestée par le Bulletin de l’Eure, journal de Touquet, qui lui reprochait, comme à Crochon, son « modérantisme », critique reprise dans nombre de cercles constitutionnels se créant dans le département. Mais surtout, déjà largement renouvelée aux élections de l'an VI, elle fut frappée par une série de destitutions dont la signification politique n’était pas toujours lisible. Dans ces conditions, après Fructidor, on assista à une véritable déstabilisation de l’administration centrale alors que la situation devenait de plus en plus difficile.

  • 9 Sylvie Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transitio (...)

9Le district ayant disparu avec la Constitution de l'an III, l’administration centrale du département eut pour relais les municipalités de canton, flanquée d’un commissaire cantonal et regroupant les délégués de chaque commune ; l’une des premières tâches de l’administration centrale fut de superviser la mise en place des municipalités cantonales. La nouvelle institution suscita une grande réserve de la part de la population ne comprenant pas clairement ce nouveau découpage sans tradition territoriale, entraînant la disparition de la commune identifiée à l’ancienne paroisse rurale, le maire et ses officiers municipaux étant maintenant remplacés par un simple agent municipal et son adjoint. Comme le note Sylvie Denys-Blondeau, ce « fut une audace trop brutale dans un pays ou l’essentiel des cadres locaux [n’avait] pas acquis une expérience suffisante des affaires9 ». D’ailleurs, au début du Directoire, dans l’Eure comme dans de nombreux départements, nous observons un refus massif des agents municipaux et de leurs adjoints à siéger dans les nouvelles instances du canton. Ensuite, l’administration centrale se plaignit des carences des municipalités de canton et du retard avec lequel elles répondaient aux différentes enquêtes. Pourtant, le personnel des municipalités cantonales eut bien du mérite car il dut s’initier rapidement à la chose administrative et intervenir dans des domaines extrêmement variés.

  • 10 Denis Woronoff, La République bourgeoise : de Thermidor à Brumaire, 1794-1799, op. cit., p. 53.

Ces notables de chef-lieu devaient assurer l’exécution des lois, veiller en particulier à la levée des contributions, à l’ordre public, à l’approvisionnement des marchés. Tâches écrasantes que le système d’élections partielles - comparable à celui du Directoire - ne facilitait certainement pas10.

10Les municipalités cantonales devaient encore traquer les prêtres réfractaires, surveiller les instituteurs ou organiser les fêtes civiques, dans une situation souvent troublée. Sans compter l’épée de Damoclès pesant sur la tête de ces élus menacés de suspension ou de révocation selon des aléas de la vie politique.

  • 11 Gérard Hurpin, dans La Révolution en Haute-Normandie, 1789-1802, ouvrage collectif publié en coédi (...)

11Celle-ci était rythmée par les consultations électorales généralisées revenant chaque année, au mois de germinal. Les autorités soulignaient ce temps fort de la vie civique à l’occasion de la fête de la Souveraineté du peuple, le 30 ventôse (20 mars) et dans de multiples proclamations du Directoire reprises par l’administration centrale du département de l’Eure et par son commissaire. Ce fréquent retour des élections eut tendance à lasser les citoyens actifs et le taux de participation ne fit que baisser dans les assemblées primaires. « En dépouillant les résultats des élections de 1795 à 1799, on fait l’histoire d’une désaffection. Les masses semblent étrangères à la vie politique dont elles sont en partie exclues. Le pays réel s’éloigne du pays légal qui semble se restreindre11. » Il est vrai que l’exercice du droit de vote devenait de plus en plus compliqué. Comme le note Jean-René Suratteau :

  • 12 Jean-René Suratteau, « Heurs et malheurs de la “sociologie électorale” pour l’époque de la Révolut (...)

Les Thermidoriens [...] avaient posé de telles bornes à l’exercice du pouvoir censitaire [...] que les opérations électorales étaient devenues d’un mécanisme très délicat. [...] on doit noter que toutes ces règles compliquées rendaient l’exercice du plus sacré des devoirs des citoyens sans cesse plus difficile et plus rebutant12.

12Les résultats des différentes élections observés dans l’Eure furent le plus souvent en concordance avec les résultats nationaux. En l’an IV, le vote des électeurs de l’Eure fut conforme à la tendance observée en France : furent choisis des modérés sauf l’ancien député montagnard, Thomas Lindet, élu autant pour sa notoriété que pour son passé jacobin. D’ailleurs, il n’arriva qu’en dernière position de la liste principale et ne fut désigné qu’au bénéfice de l’âge. L’année suivante, dans le département comme dans l’ensemble du pays, nous observons une poussée à droite avec la victoire de députés royalistes. Cette orientation valut à l’Eure de figurer parmi les quarante-neuf départements dans lesquels les élections furent annulées par la loi du 19 fructidor an V (5 septembre 1797). En effet, durant le Directoire, lorsque les résultats des élections n’étaient pas satisfaisants, ils étaient « corrigés » par des coups d’État entraînant localement des destitutions. Ainsi, dans l’Eure, après le 18 Fructidor, une quarantaine de municipalités de canton furent réorganisées en tout ou en partie et 22 commissaires cantonaux furent remplacés, soit plus du tiers.

  • 13 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme : la démocratie représentative, une alternative à bru (...)

13Comme dans toute la France, les élections de l’an VI furent marquées par la pratique des scissions et, à Évreux comme dans l’ensemble du pays, nous observons une certaine poussée néo-jacobine avec l’élection emblématique des deux frères Lindet parmi les cinq représentants choisis. La dernière consultation du régime directorial, celle de l’an VII, vit le département se distinguer de la tendance nationale : si la France rejetait la plupart des candidats gouvernementaux, l’Eure en choisissant quatre députés favorables au Directoire figurait parmi la dizaine de départements marqués par une « reconquête conservatrice » selon la formule de Bernard Gainot13.

14Les différentes consultations électorales ne furent guère influencées par le néo-jacobinisme qui, pourtant, pesa dans la vie politique du département, y disposant de plusieurs atouts. Tout d’abord un journal, le Bulletin de l’Eure rédigé par un journaliste de talent, Touquet, ayant d’abord prôné l’union des républicains, se lança ensuite dans une attaque en règle de l’administration centrale et du commissaire Crochon, jugeant leur « républicanisme » douteux. Ce périodique était lu dans la quinzaine de cercles constitutionnels du département, héritiers de la pratique jacobine des nombreuses sociétés populaires constituées en l’an II. Ces cercles fonctionnèrent surtout dans le chef-lieu de cantons ruraux, les militants néo-jacobins de ces bourgs patriotes retrouvèrent, après Fructidor, le chemin de la défense républicaine, lisant le Bulletin de l’Eure, multipliant les adresses au Directoire et au Corps législatif, tout en s’en prenant aux administrateurs départementaux dont le « républicanisme » ne leur semblait pas assez ferme. Notons qu’il est assez surprenant de ne pas trouver un cercle constitutionnel dans trois anciens chefs-lieux de districts : Pont-Audemer, Louviers ou Les Andelys.

  • 14 François Watrelle, « Lindet Robert-Thomas », dans Albert Soboul, Dictionnaire historique de la Rév (...)

15Dans l’Eure, les frères Lindet, anciens députés montagnards, auréolés par leur action passée, constituèrent des figures du néo-jacobinisme, mais il est difficile de les considérer comme des meneurs du mouvement. Robert avait refusé d’emblée le poste de commissaire central de l’Eure ; il fut accusé d’avoir participé à la conspiration des Égaux mais il n’eut aucune action politique réelle dans le département. Une fois blanchi, choisi comme député de l’Eure en l’an VI, Robert Lindet fut presque aussitôt « floréalisé », ne revenant sur le devant de la scène qu’au cours de l’été 1799, lorsqu’il accepta le poste de ministre des Finances du Directoire. Quant à Thomas, élu par le département aux Anciens en l’an IV, « il adopta des positions très modérées14 », se consacrant d’abord à la défense de son frère jugé à Vendôme puis intriguant auprès des ministres pour obtenir des destitutions et pour tenter de faire nommer des « républicains avancés » dans les municipalités cantonales. Comme Robert, il revint aux affaires durant l’été 1799, acceptant alors le poste de commissaire central de l’Eure dans une situation quasi désespérée, marquée par le renouveau des violences perpétrées par les brigands et les chouans.

16En effet, le département de l’Eure a ressenti les contrecoups des deux guerres chouannes menées dans les départements de Basse-Normandie. Cette agitation, alimentée par les déserteurs et soutenue par des brigands cherchant à donner une coloration politique à leurs exactions, se développa surtout dans le sud-ouest du département, près de la frontière avec l’Orne. Il faut noter qu’en 1792, c’est dans ce même secteur que se déroula un mouvement de taxation populaire consécutif aux problèmes d’approvisionnement en subsistances et aux difficultés monétaires, entraînant des troubles graves, durement réprimés alors. Cette agitation chouanne constitua-t-elle une sorte de prolongement de cet important mouvement de taxation ? Dans ces pays bocagers, toujours très enclavés par manque de bonnes routes, faiblement urbanisés, où les paysans restaient grandement soumis à l’influence du clergé et encore dominés par les nobles n’ayant pas émigré, les institutions locales mises en place sous le Directoire n’avaient sans doute pas permis aux aspirations populaires de s’exprimer dans le cadre légal. Faut-il alors considérer cette chouannerie, surtout cantonnée sur le flanc sud-ouest du département, comme une nouvelle forme de révolte populaire, dévoyée sur les chemins de l’anti-Révolution plutôt qu’un mouvement contrerévolutionnaire, foncièrement réactionnaire, souhaitant le retour à l’Ancien Régime ?

17Pour que la République fût largement admise, il ne suffisait pas de réprimer les adversaires les plus résolus du régime, encore fallait-il gagner des esprits souvent rétifs et poursuivre le processus d’acculturation républicaine engagé. Le pouvoir disposait d’abord de l’enseignement pour tenter d’asseoir la République. Mais le Directoire, par manque d’argent, de temps et de volonté politique, ne sut pas instaurer un système éducatif efficace dans l’enseignement primaire. En revanche, le régime directorial fit un gros effort dans l’enseignement secondaire et supérieur avec la mise en place des écoles centrales devant marquer une rupture décisive avec les collèges d’Ancien Régime. Celle de l’Eure fut particulièrement novatrice, comme le remarqua Ferdinand Buisson, ce pédagogue proche de Jules Ferry. Comme partout, y était pratiquée une pédagogie expérimentale dans le cabinet de physique, avec l’observation des plantes cultivées dans le jardin botanique mais, surtout l’École centrale d’Évreux programma des sorties pédagogiques tout à fait originales. Il convient de souligner le rôle de François Rever, membre du jury d’instruction, l’inlassable animateur de l’établissement, intervenant auprès des administrateurs pour que l’École centrale disposât de locaux corrects, assurant la fonction de bibliothécaire et de professeur d’arts mécaniques. L’ancien député à la Législative voulut doter l’École centrale d’Évreux d’un pensionnat, il organisa l’établissement en fonction d’un règlement hérité des Lumières et, dans ses écrits, il souhaitait la mise en place d’une « instruction publique [...] véritablement gratuite ». Malheureusement, l’École centrale d’Évreux ne scolarisa qu’une frange très réduite de la jeunesse, ne formant qu’une modeste élite républicaine.

18L’éducation républicaine ne se limitait pas à l’enseignement, les fêtes et les religions républicaines devaient alimenter et renforcer le civisme de la population. Un cycle de fêtes citoyennes était mis en place pour rythmer la vie de la population. Dans l’Eure, le manque d’argent, de motivation politique, l’indifférence grandissante de nombre de citoyens conduisirent bien des municipalités à choisir quelques dates seulement dans ce calendrier voire à produire de faux procès-verbaux. Il semble que le caractère répétitif des discours et des symboles ait lassé les citoyens à la longue et que, plus la célébration se ritualisait, plus elle perdait sa valeur festive, attirant de moins en moins de citoyens. Au contraire, lorsque la fête civique était agrémentée de réjouissances populaires (danses, banquets ou jeux), l’assistance venait en plus grand nombre. Comme partout en France, les autorités eurent beaucoup de mal à imposer le calendrier républicain et, dans l’Eure, surtout en milieu rural, les habitants continuèrent à respecter le dimanche et les jours de fêtes consacrés aux saints patrons.

19Les cultes civiques eurent-ils plus de succès ? La théophilanthropie recruta des adeptes à Bernay et à Verneuil mais le culte décadaire institué en l’an VI sembla s’être épuisé dans des cérémonies assez ennuyeuses. Ces cultes républicains entrèrent en concurrence avec la religion catholique dont les prêtres étaient divisés entre « romains » et « gallicans ». Une coexistence avec le clergé constitutionnel aurait dû être possible dans le cadre d’une première séparation de l’Église et de l’État mais le Directoire choisit d’imposer une politique de lutte contre le « fanatisme », surtout après le 18 fructidor an V (4 septembre 1797), heurtant la majorité de la population et provoquant des affrontements ne permettant pas l’apparition d’une authentique laïcité de l’État républicain.

20Dans l’Eure, le clergé, en majorité jureur, avait plutôt accueilli favorablement les réformes de l’Église durant les premières années de la Révolution. L’offensive de « déprêtrisation » menée dans l’Eure par Siblot en l’an II, fut suivie l’année suivante par un mouvement de restauration catholique, favorisé par les mesures d’apaisement de la Convention thermidorienne. Sous le Directoire, l’histoire religieuse de l’Eure ne présenta pas une grande originalité. La tentative de politique anticatholique menée par l’administration centrale après Fructidor échoua car elle resta globalement impopulaire dans un département pourtant pas particulièrement « fanatique ». Le clergé constitutionnel - ou ce qu’il en restait - était prêt à faire preuve de civisme et de soumission à l’autorité politique, ce qui aurait dû permettre une « coexistence pacifique » dans le cadre de cette première séparation de l’Église et de l’État. Les efforts des gallicans pour reconstruire le diocèse d’Évreux ressemblèrent à ceux rencontrés dans d’autres diocèses normands : désignation d’un conseil presbytéral, réunion d’un synode, préparation du concile. Notons toutefois l’originalité que constitue le Journal du bon sens publié par l’abbé Moulis, délégué au concile national ; ce dernier aurait d’ailleurs bien voulu devenir évêque mais il ne fut pas choisi.

21Soumise aux prêtres qu’ils soient constitutionnels ou réfractaires, foncièrement attachée à la religion catholique traditionnelle et au culte des saints locaux, la population rurale, souvent pauvre, avait tendance à rejeter les manifestations du civisme républicain, qu’il s’agisse de l’application du nouveau calendrier républicain ou de la participation aux fêtes civiques. Les paysans ne se reconnaissaient guère dans les « fonctionnaires publics », agents municipaux et commissaires cantonaux. Un profond décalage existait avec ces derniers, fréquemment des citadins aisés, d’opinion républicaine même modérée, ayant souvent pris leurs distances avec la religion catholique ou même devenus des adeptes de la théophilanthropie.

  • 15 Sylvie Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transitio (...)

22Ces « fonctionnaires publics » soutenant la politique directoriale, constituaient une sorte de « classe politique [départementale] en formation15 » pour reprendre l’expression de Sylvie Denys-Blondeau. En effet, localement, les institutions directoriales avaient besoin d’un personnel politique important pour occuper les fonctions de commissaires et d’administrateurs. Les fréquentes élections permettaient d’assurer la promotion du personnel départemental, certains élus accédant aux fonctions départementales et nationales. Quels hommes composaient cette « classe politique » ? D’abord les électeurs choisis dans les assemblées primaires, plus de trois cent soixante à chaque scrutin, certains d’entre eux étant désignés à nouveau après un délai de deux ans. À ces électeurs, il convenait d’ajouter les commissaires cantonaux et les présidents de municipalités de canton formant cette « classe politique départementale » intéressés par les affaires publiques et dont l’effectif devait être d’un bon millier de citoyens.

23Ce groupe social constituait un vivier dans lequel étaient choisis les administrateurs du département et les députés. Il existait en effet une sorte de cursus politico-administratif permettant de s’élever dans la hiérarchie des fonctions. L’accession au commissariat central ou à l’administration départementale constituait une première étape. Pour devenir député, il était bon d’avoir déjà siégé dans une assemblée révolutionnaire nationale, en l’occurrence la Convention. Ainsi les anciens conventionnels Savary, Thomas Lindet et Topsent furent élus en l’an IV. La fonction d’administrateur départemental prédisposait également à la députation ; ce fut le cas d’Eudes et de Lecerf ayant chacun exercé ces fonctions avant le Directoire. Guilbert et Langlois, membres de l’administration centrale, pour leur part, furent élus en l’an VII.

24De la même façon, le poste de commissaire central constituait également un excellent tremplin pour devenir député. Crochon puis Savary furent élus successivement au Corps législatif aux scrutins de l’an VI et de l’an VII. À l’inverse, avoir siégé dans une assemblée révolutionnaire nationale présentait un avantage pour accéder au commissariat central du département comme le prouvaient les nominations de Rever, ancien législateur, ainsi que de Savary et de Thomas Lindet, anciens conventionnels. La fonction judiciaire permettait également à certains juges de se faire connaître et d’être élus, comme Jan d’Hauterre ou Dupont en l’an VI.

25Les membres de cette classe politique départementale préfiguraient les notables formant l’assise sociale du régime napoléonien et de la monarchie constitutionnelle au début du XIXe siècle. La plupart des députés du Directoire poursuivirent une carrière sous le régime consulaire et impérial. En application de la Constitution de l’an VIII, le Sénat conservateur choisit de nombreux députés des assemblées directoriales pour siéger au sein du nouveau Corps législatif : Ledanois, fan d’Hauterre, Langlois, élus aux Anciens et Leroy et Savary, élus aux Cinq-Cents. En outre, Savary fut nommé chancelier de la quatorzième cohorte de la Légion d’honneur tandis qu’Eudes, élu aux Cinq-Cents de 1795 à 1799, devint président de la cour d’appel de Rouen puis député pendant les Cent-fours. L’exemple le plus caractéristique est celui de Dupont de l’Eure, ancien commissaire cantonal du Neubourg et ancien accusateur public puis député aux Cinq-Cents en 1798, nommé président du tribunal criminel de l’Eure, avant d’entreprendre la carrière parlementaire que l’on sait.

26Sous le Consulat, dans le département, ces anciens députés auxquels venaient s’ajouter, les membres du conseil général, des conseils d’arrondissements, des maires et des conseillers municipaux de villes moyennes allaient constituer cette nouvelle classe dirigeante de notables, formée de propriétaires fonciers, de manufacturiers et d’hommes de loi. La domination de cette couche sociale n’est pas, bien entendu, propre à l’Eure et elle est observée également dans les autres départements français. Ici comme partout en France, elle constituera le socle sur lequel s’appuieront le régime napoléonien et la monarchie constitutionnelle.

  • 16 AN, C 685.

27Un sentiment de lassitude générale s’était emparé de la population à la veille du 18 Brumaire et, après le coup d’État, le Consulat fut largement accepté dans le département de l’Eure, « intermédiaire entre les départements de l’Ouest et Paris » comme disaient les républicains de Pont-de-l'Arche16, oubliant la malheureuse dissidence fédéraliste et préférant se rallier au nouveau régime. Est-ce à dire qu’une page était définitivement tournée et que le régime directorial avait disparu corps et bien en ne laissant aucune trace ? C’est ce que suggérait le préfet Masson de Saint-Amand dans son Mémoire statistique de l’an XIII (1804) :

La teinte des habitants de ce département est généralement uniforme et douce. Les crises de la Révolution, en développant le germe des passions, n’ont pas occasionné de scènes sanglantes. Les différents partis qui pendant longtemps ont été réduits à s’observer, sont réunis en presque totalité par une égale confiance dans le Gouvernement actuel. [...] On s’occupe beaucoup moins d’affaires politiques ; à l’agitation fatigante de la Révolution a succédé une activité industrieuse dont la paix fixera aujourd’hui l’objet en lui donnant un nouvel essor et en ouvrant la carrière des spéculations.

28Il est vrai que si, au lendemain du 18 Brumaire, l’administration centrale néojacobine et son commissaire ne s’étaient pas laissés tromper par la propagande au service de Bonaparte et avaient dénoncé le coup d’État, leur protestation n’avait pas rencontré beaucoup d’échos parmi les républicains ralliés en nombre au nouveau régime. Pourtant, derrière la remise en ordre consulaire, l’héritage du Directoire ne s’était pas complètement évanoui. La tentative de République constitutionnelle menée de façon chaotique entre 1795 et 1799 ne sera pas inutile et contribuera à préparer les futures expériences républicaines dans la France du XIXe siècle. N’est-il pas d’ailleurs symbolique que Dupont, l’ancien commissaire cantonal du Neubourg, devînt le président du gouvernement provisoire de la Seconde République ?

Notes

1 Bernard Gainot, « L’administration territoriale sous la Révolution française », art. cité.

2 Il s’agit de la Haute-Marne, du Mont-Terrible, des Basses-Alpes, du Calvados, de la Creuse et de l’Yonne.

3 Il s’agit de l’Ain, de l’Ailier, des Ardennes, de la Haute-Garonne, de l’Indre-et-Loire, de la Loire, de la Haute-Loire, du Loir-et-Cher, de la Saône-et-Loire et de la Seine.

4 Sylvie Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale, op. cit.

5 Marcel Reinhard, Le Département de la Sarthe sous le régime directorial, op. cit.

6 Alphonse Aulard, Histoire politique de la Révolution française : l’origine de la démocratie et de la République, 1789-1804, Paris, Armand Colin, 1926.

7 Il s’agit des cantons de Pont-Audemer campagne, Beuzeville, Bourgtheroulde, Routot, Saint-Georges-du-Vièvre, La Neuve-Lyre et Tillières.

8 Il s’agit des cantons de Verneuil-ville, Damville, Andely-ville, Gisors, Étrépagny, Chambrais, tandis que quatre ont eu cinq commissaires : Andely-campagne, Charleval, Évreux-ville, Beaumesnil.

9 Sylvie Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale, 1re partie, op. cit., p. 172.

10 Denis Woronoff, La République bourgeoise : de Thermidor à Brumaire, 1794-1799, op. cit., p. 53.

11 Gérard Hurpin, dans La Révolution en Haute-Normandie, 1789-1802, ouvrage collectif publié en coédition avec le comité régional d’histoire de la Révolution française (Haute-Normandie), Rouen, Éd. du P’tit Normand, 1988.

12 Jean-René Suratteau, « Heurs et malheurs de la “sociologie électorale” pour l’époque de la Révolution française », art. cité, p. 566.

13 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme : la démocratie représentative, une alternative à brumaire ?, op. cit.

14 François Watrelle, « Lindet Robert-Thomas », dans Albert Soboul, Dictionnaire historique de la Révolution française, art. cité.

15 Sylvie Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale, 1re partie, op. cit.

16 AN, C 685.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search