Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Ve Partie. Les ultimes missions de deux commissaires (Germinal an VII - Brumaire an VIII)

Chapitre XIX. Brumaire et l'élimination des néo-jacobins

Texte intégral

1Depuis sa mise en œuvre, la Constitution de l'an III était violée chaque année pour éviter soit la victoire des royalistes, soit le succès de « l’anarchie ». Dans ces conditions, beaucoup estimaient qu’une révision constitutionnelle était devenue indispensable. Sieyès prit la tête de ces « révisionnistes ». Le titre XIII de la Constitution avait bien prévu les modalités de modification du texte mais la procédure était longue et extrêmement complexe et le nouveau directeur eut donc recours au coup d’État, cherchant « une épée ». Bonaparte qui avait abandonné son armée en Égypte et était arrivé à Paris le 22 vendémiaire an VIII (14 octobre 1799) était disponible pour le coup de force. Après le transfert des conseils à Saint-Cloud, le 18 brumaire (9 novembre), le pouvoir fut transféré à trois consuls : Bonaparte, Sieyès et Ducos. L’entreprise brumairienne donnait satisfaction aux couches sociales redoutant une poussée jacobine et aspirant au calme : paysans propriétaires, bourgeoisie d’affaires ainsi qu’aux militaires.

  • 1 AM Évreux, 1 D 5.

2Curieusement, le 19 brumaire an VIII (10 novembre 1799), alors que l’administration centrale n’était pas encore prévenue, la municipalité d’Évreux reçut le décret annonçant le transfert du Corps législatif à Saint-Cloud. Elle s’empressa d’aller informer les administrateurs départementaux qui firent publier le décret vers midi. Les deux administrations décidèrent alors de siéger en permanence1.

A. L'accueil du 18 Brumaire à Évreux

  • 2 Après le coup d’État, deux commissions législatives de 25 membres chacune étaient substituées aux d (...)

3Compte tenu des « bruits répandus sur la situation de la République », l’administration centrale du département de l’Eure prit ensuite des mesures de sécurité et répercuta loyalement les déclarations reçues de Paris, faisant notamment afficher dans les communes la Proclamation au Peuple français datée du 19 brumaire ainsi que des textes du ministre de la Police générale Fouché et de celui de la Justice Cambacérès. Conformément aux instructions de ce dernier, Thomas Lindet prit le titre de commissaire du gouvernement. Toutefois, selon une lettre adressée à Roger Ducos, quelques jours plus tard, cette administration centrale de l’Eure désapprouva le coup d’État. En effet, le 26 brumaire an VIII (17 novembre 1799), sept membres de la Commission législative des Cinq-Cents2 (dont Jacqueminot, Émile Gaudin, Bara, Girot-Pouzol, Thiessé et Vilietard) écrivaient au consul Roger Ducos :

  • 3 AN, F1 b II Eure 2.

Nous sommes informés par des collègues de la députation de l’Eure que l’administration centrale de ce département n’approuve pas la révolution du 18 de ce mois. La correspondance reçue parle d’un rassemblement qui a eu lieu dans le local des séances de l’administration, d’un serment à la constitution de l'an III et d’une protestation contre les derniers événements. Le courrier de ces sept hommes ajoute même que l’administration municipale d’Évreux prévenue que les mécontents voulaient faire sonner le tocsin a pris des mesures pour s’y opposer. La composition détestable de l’administration centrale donne des inquiétudes à nos collègues députés3.

4Les signataires suggéraient aux consuls d’envoyer deux commissaires dans le département : Crochon, ancien commissaire central dans l’Eure et Bourdon, député de Seine-Inférieure.

1. La députation hostile à l'administration centrale

5Parallèlement, la plupart des députés du département (Crochon, Lecerf, Langlois, Savary, Guilbert et Leroy) s’en prenaient aux membres de l’administration centrale choisis par Quinette, dernier ministre de l’Intérieur du Directoire, écrivant le 27 brumaire an VIII (18 novembre 1799), au ministre de l’Intérieur :

  • 4 Ibid.

Contre le vœu unanime de la députation, contre l’avis de son collègue le ministre de la Police générale, le ministre Quinette a peuplé l’administration centrale d’hommes déjà connus par leurs principes démagogiques [...] Depuis trois mois, notre département gémit sous le sceptre de fer et il attend avec l’impatience du besoin qu’un gouvernement paternel soit substitué aux vexations de tout genre qu’il éprouve : armées révolutionnaires, réquisitions, fouilles nocturnes, désarmement général, arrestations arbitraires, taxe exorbitante à l’emprunt forcé ; expulsion des meilleurs républicains, des pères de défenseurs de la patrie, d’anciens pensionnaires de l’État [...] remplacés par d’anciens membres de comités révolutionnaires de la moralité la plus douteuse, sachant à peine écrire et n’ayant pas les premières notions de l’administration et des lois4.

6Les députés du département non seulement dénonçaient les administrateurs de l’Eure mais demandaient également leur destitution ainsi que celle du commissaire central. Pour les remplacer, ces députés proposaient le retour de Lehec, Gattier et Dulong éliminés en thermidor an VII (juillet 1799) auxquels viendraient se joindre Lereffait, ancien constituant et Carillon, commissaire près l’administration municipale de Verneuil, destitué récemment. Comme commissaire central, les députés proposaient Lampérière, ancien secrétaire au département. Des pétitions hostiles à l’administration centrale circulaient à Verneuil et à Évreux, la qualifiant d’« anarchiste ». À noter que la députation n’avait pas été unanime à réclamer la destitution des administrateurs départementaux et de Thomas Lindet. Deux « représentants du peuple », Dupont et Jan d’Hauterre, n’avaient pas signé avec leurs collègues, manifestant ainsi leur sympathie pour l’action menée par Lindet et par l’administration centrale présidée par Morel.

7En revanche, cette politique était contestée par Fouché, ministre de la Police générale, qui l’estimait contraire à la volonté de réconciliation exprimée par les consuls. Quelques jours avant le 18 Brumaire, un arrêté avait été pris, dénonçant auprès de l’autorité judiciaire divers administrateurs du canton de Conches et les suspendant de leurs fonctions. Fouché demanda alors à l’administration centrale de rapporter cette mesure considérant que l’action vigoureuse menée par cette administration néo-jacobine risquait de se trouver en contradiction avec la politique de juste milieu et de réconciliation voulue par les consuls. L’arrêté fut bien rapporté le 9 frimaire an VIII (30 novembre 1799) mais l’administration centrale de l’Eure fit part de ses craintes : l’impunité pourrait bien encourager le crime...

8La radicalité de l’action menée par Thomas Lindet et l’administration néojacobine était contestée à la fois par Fouché et par la députation du département. Même s’ils avaient demandé la nomination de Lindet au commissariat, ensuite la plupart des députés de l’Eure n’avaient pas apprécié ses méthodes « musclées ». Cette intervention de plusieurs « représentants du peuple » provoqua l’indignation de l’administrateur Harou qui s’en ouvrit au consul Sieyès :

  • 5 ADE, 12 L 11.

Des hommes aveuglés par la jalousie, par toutes les passions humaines, veulent faire servir la révolution du 19 brumaire à leur vindicte particulière et à la promotion de leurs créatures. Pour cela, ils crient que l’Eure est aussi un département où l’anarchie compte beaucoup de partisans [...] Ces cris sont des cris de mort contre ce que le département contient de Républicains5.

9En conclusion de sa lettre à Sieyès, Harou refusait d’être assimilé à ces anciens terroristes « animés de cet esprit de vertige et fureur qui nous ont causé tant de maux ». Il expliquait que son intervention n’était pas motivée par la « conservation du pouvoir » mais qu’il se battait pour « l’honneur et la vérité ». Il aspirait d’ailleurs à quitter l’administration centrale pour reprendre son enseignement de l’architecture à Paris.

2. Brumaire sur scène : Les Mariniers de Saint-Cloud

10Tandis que les députés de l’Eure s’efforçaient d’obtenir la destitution de l’administration centrale, était jouée à Évreux le 25 brumaire an VIII (16 novembre 1799) Les Mariniers de Saint-Cloud, une pièce de théâtre favorable au coup d’État de Brumaire. Cet impromptu-vaudeville avait été créé à Paris, au théâtre de l’Opéra-Comique quelques jours avant, le 22 brumaire (13 novembre 1799).

11L’auteur, Charles-Augustin Sewrin, ayant déjà écrit de nombreuses pièces de théâtre et plusieurs romans, s’était empressé de rédiger une œuvre courte, inspirée par les événements des 18 et 19 brumaire ; le titre de l’œuvre constituait une allusion au transfert du Corps législatif au château de Saint-Cloud. La pièce mettait en scène quelques mariniers et leurs épouses dans le jardin d’une guinguette. Les dialogues des personnages étaient rythmés par des chœurs de mariniers, de femmes, de jeunes garçons et de jeunes filles. L’œuvre constituait une célébration de l’action de Bonaparte bien que le nom du général ne fût jamais cité. La pièce débutait par une allusion au « jeune héros » qui « va rendre à la France le bonheur et la paix » après cette « fière journée ». L’un des personnages, Noiraud, qualifié de « factieux », hostile au 18 Brumaire, qui en appelait au « patriotisme », aux « droits du citoyen » ou aux « lois », était chassé. Les mariniers pouvaient alors célébrer la « gentille petite bonne révolution », œuvre de ce militaire qui avait pris une dame - la France - par le bras afin de la guider. La pièce se terminait par un appel à l’union des Français sur l’air de La République nous appelle.

  • 6 AM Évreux, 1 D 15.

12La représentation de cette œuvre de circonstance fut suspendue à Paris avant d’être à nouveau autorisée le 28 brumaire (19 novembre 1799). À Évreux, après une première séance, la municipalité fit interrompre le spectacle : « Tout en louant l’intention qui l’a dictée, cette pièce a paru rappeler des souvenirs, des haines, des passions qu’il est de l’intention du gouvernement et de l’administration municipale d’éteindre6. » La municipalité d’Évreux, pourtant favorable au coup d’État, craignait sans doute que cette pièce au contenu politique assez explicite provoquât des réactions hostiles. À son tour, l’administration centrale de l’Eure décida d’interdire la pièce.

13Les administrateurs du département allaient-ils prêter le nouveau serment exigé par les consuls ? Le 3 frimaire an VIII (24 novembre 1799), l’administration centrale de l’Eure organisa une séance publique à cette occasion. La cérémonie se déroula à 4 heures de l’après-midi en présence des autorités constituées. Dans son discours, Lindet, devenu commissaire du gouvernement, après une brève allusion au 18 Brumaire, dénonça l’audace des « brigands royaux » et s’en prit aux complicités dont ils bénéficiaient, notamment dans la ville d’Évreux. Le commissaire se lança alors dans un violent réquisitoire contre cette commune :

Elle a pompé les richesses du Département sans accroître sa richesse locale. En échange de l’or que dépensent dans son sein tous les habitants du département, elle ne leur donne à remporter que l’exemple de l’insouciance, de l’amour des plaisirs, du regret des anciennes institutions et, ce qui est plus funeste, celui de l’audace des brigands contre-révolutionnaires.

  • 7 ADE, 10 L 2.

14Nous retrouvons dans ces imprécations, la vieille haine qu’éprouvait Thomas Lindet à l’égard du chef-lieu du département. Pour sa part, le président Morel tint des propos tout à fait conformes au discours officiel7.

15Après ces discours, le serment fut prêté par les présents. Ils déclarèrent : « Je jure d’être fidèle à la République une et indivisible, fondée sur l’égalité, la liberté et le système représentatif. » Après s’être opposés à la « révolution » du 18 Brumaire, les administrateurs départementaux et le commissaire central de l’Eure avaient décidé en définitive de se soumettre en prêtant le nouveau serment.

B. L'occupation de Pacy-sur-Eure par les chouans

16Bien que réservés à l’égard du coup d’État du 18 Brumaire et contestés par la majorité de la députation du département, le commissaire et l’administration centrale de l’Eure devaient continuer d’assurer la gestion du département et poursuivre la lutte contre les « brigands royaux ». Ils se trouvèrent confrontés à une situation difficile, devant faire face à l’occupation de Pacy-sur-Eure par les chouans, le 3 frimaire an VIII (24 novembre 1799).

1. Les chouans à Pacy

17Dans la seconde quinzaine d’octobre 1799, les chefs chouans décidèrent de mener de façon concertée des attaques contre les principales villes de l’Ouest : Nantes, Redon, Le Mans, voire des villes moins importantes comme Couterne... Dans l’Eure, Hingant de Saint-Maur ne voulut pas être en reste et, incapable de s’attaquer à Évreux, il décida d’occuper Pacy-sur-Eure.

  • 8 Ibid., 12 L 1.

18Ce gros bourg de 1 510 habitants, évoquée par l’abbé Prévost dans Manon Lescaut, était un lieu de passage et une ville étape sur la route Paris-Caen. Les chouans, bien informés, sachant qu’un courrier de la marine allait y passer dans la journée du 3 frimaire (24 novembre), entendaient récupérer les dépêches et décidèrent d’occuper Pacy au petit matin du 3 frimaire (24 novembre 1799). Les hommes d’Hingant de Saint-Maur contrôlèrent le bourg encore endormi puis investirent les bâtiments publics, la mairie où ils prirent le drapeau de la garde nationale, le tribunal où ils se firent remettre des fonds, la gendarmerie enfin, où ils volèrent des uniformes8.

19Bientôt, deux cavaliers arrivèrent par la route de Bonnières. Les chouans les arrêtèrent et les interrogèrent : il s’agissait bien de courriers de la marine portant des dépêches à Brest où la flotte franco-espagnole était bloquée. Leur sacoche fut confisquée tandis qu’Hingant de Saint-Maur leur remettait avec un brin d’humour et de provocation un reçu au nom du roi Louis XVIII. Malgré le dispositif de contrôle de la ville, quelques habitants de Pacy réussirent à s’échapper dans l’après-midi et à donner l’alerte. La nouvelle de l’attaque royaliste fut donc rapidement connue à Évreux et, aussitôt, l’administration centrale rassembla des troupes devant se rendre à Pacy.

  • 9 Édouard Isambard, Histoire de la Révolution à Pacy-sur-Eure, op. cit.

20Se jugeant sans doute incapables de résister à une attaque d’envergure, les chouans préférèrent évacuer la petite ville, entraînant avec eux deux otages. Pendant ce temps, à Pacy, l’ancien maire Depresles, commandant de la garde nationale et son épouse battaient le rappel. Une petite troupe composée de gendarmes et de gardes nationaux se lança à la poursuite des « brigands ». Franchissant l’Eure à Breuilpont, la colonne rattrapa l’arrière-garde des chouans et un combat s’engagea. Au cours de cet affrontement, furent tués le gendarme Sadoux et Depresles, commandant de la Garde nationale9.

  • 10 Les deux hommes furent retrouvés quelques jours plus tard, attachés à un arbre, mourant de faim.

21Après cet accrochage, les chouans s’enfuirent vers Garennes et Nantilly où ils furent rejoints par les gardes nationaux du canton d’Ivry. Le combat fit des victimes dans les deux camps. Poursuivant alors leur retraite vers le sud, les royalistes traversèrent Anet avant de pénétrer dans la forêt de Dreux pour y abandonner leurs deux otages10. Les chouans se réfugièrent au château de Pinson, sur la commune d’Illiers-l’Évêque, dans le canton de Nonancourt. Cependant un détachement de deux cents « Bleus » attaqua le château et les chouans durent battre en retraite.

  • 11 AN, F1 b II Eure 2.

22Apprenant que les chouans occupaient Pacy, l’administration centrale se déclara en permanence. Les autorités de l’Eure restaient très inquiètes car, selon des proclamations royalistes diffusées largement, cette occupation ne constituait qu’une étape, l’objectif étant de s’en prendre à Évreux. Dans une lettre au consul Sieyès, Harou, membre de l’administration centrale, après avoir évoqué l’occupation de Pacy-sur-Eure, soutenait que les chouans avaient « le projet, conçu il y a longtemps, de s’emparer du chef-lieu du département, d’égorger les membres composant l’administration centrale actuelle et tout ce qui s’y trouve de républicains11 ».

2. Une cérémonie civique

  • 12 ADE, 13 L 3.

23Quelques jours plus tard, le 6 frimaire an VIII (27 novembre 1799) à midi, l’administration centrale organisa à Évreux une grande cérémonie civique en hommage aux hommes tués par les chouans suite à l’occupation de Pacysur-Eure. Un cortège se forma jusqu’à la place Saint-Léger où furent brûlées les proclamations d’Hingant de Saint-Maur et de Williamson. Puis la foule honora la mémoire de Depresles ainsi que celle des membres de la garde nationale et des gendarmes tués par les chouans. Dans son discours, Morel, président de l’administration centrale, exhorta à nouveau les habitants d’Évreux à éviter toute complicité avec les « brigands » leur lançant : « Imitez Pont-Audemer, Cormeilles et les autres communes, dans lesquelles des bataillons se sont formés à l’approche des brigands. Imitez les cantons où sont maintenant les brigands : trois mille hommes sont armés et marchent sur eux. » Le procès-verbal de cette « cérémonie civique » terminée aux cris de : « Vive la République ! Périssent les brigands ! » fut affiché dans tout le département12.

  • 13 BNF, 4-L2C 736-738.
  • 14 Ibid., 4-L2C 732.

24L’occupation de Pacy-sur-Eure provoqua une réelle inquiétude parmi la population. Après cette attaque, les habitants du département avaient tendance à accueillir toutes sortes de fausses rumeurs concernant des actions menées par les chouans. À Paris même, l’initiative d’Hingant de Saint-Maur eut un certain écho. Aussi le Journal des Républicains du 5 frimaire an VIII (26 novembre 1799), publié dans la capitale, signalait-il que « Pacy-sur-Eure, ville assez considérable [...], à 18 lieues de Paris est tombée cette nuit au pouvoir des brigands13. » Le Journal des hommes libres, très bien informé, rendit compte sur plusieurs numéros des suites de l’occupation de Pacy par les chouans. Le 9 frimaire an VIII (30 novembre 1799), il critiquait le manque d’empressement des « autorités d’Évreux » à intervenir à Pacy : « Les républicains pour n’être pas réduits à désespérer de la cause de la liberté ont besoin d’autres encouragements que la vaine cérémonie d’autodafé d’Évreux14. » Morel, président de l’administration centrale contesta ces affirmations le 14 frimaire (5 décembre 1799), rappelant que celle-ci avait immédiatement réagi, invitant le journal à se « défier de ceux qui cherchent à déverser le ridicule sur la cérémonie civique [...] et qui se couvrent du masque du patriotisme pour la calomnier. »

C. L'administration centrale destituée

  • 15 Né à Alençon en 1768, ancien professeur au collège de cette ville, Desprez avait servi en Vendée pu (...)

25L’administration centrale du département de l’Eure et son commissaire Thomas Lindet subissaient les attaques incessantes de leurs adversaires qui, après les avoir critiqués pour leur action zélée cherchaient maintenant à les dénigrer dans le presse parisienne au sujet de l’affaire de Pacy ; les diatribes allaient continuer auprès du délégué des consuls. En effet, afin de renforcer l’assise du nouveau régime en écartant ses adversaires déclarés, dans chacune des vingt-cinq divisions militaires, un délégué des consuls avait été nommé, conformément à la loi du 19 brumaire an VIII (10 novembre 1799). Dans la XVe division qui comprenait les départements de la Seine-Inférieure, de la Somme et de l’Eure, le délégué, prenant le titre de « représentant du peuple », fut Guillaume Desprez, élu de l’Orne au conseil des Cinq-Cents15.

1. Un représentant du peuple sous influence

26Peu de temps après sa nomination, Desprez, fut soumis à la pression de la plupart des députés de l’Eure ; les élus du Corps législatif reprenaient les critiques déjà signalées à l’encontre de l’administration centrale du département et du commissaire central à qui il était reproché des méthodes héritées de 1793, en particulier la volonté de s’appuyer sur « ces espèces de comités révolutionnaires composés de tous les hommes les plus immoraux établis dans chaque canton ». Les députés, s’adressant à leur ancien collègue, estimaient que

la cause des malheurs qui affligent le département de l’Eure est dans la composition de l’administration centrale [...], la journée du 18 brumaire n’a point encore été sentie dans notre département. Nous gémissons sous le poids de l’oppression. Chacun vous désire et vous appelle comme le restaurateur de l’ordre et de la tranquillité.

  • 16 ADE, 10 L 5.
  • 17 AM Évreux, 1 D 15.

27Arrivé à Évreux le 11 frimaire an VIII (2 décembre 1799) Desprez, reçu avec les honneurs militaires, assista, en présence des autorités, à la cérémonie civique de présentation du drapeau destiné au premier bataillon auxiliaire du département ; le représentant rencontra les membres de l’administration centrale sans leur faire part, semble-t-il, d’aucune critique16. Lindet affirma avoir passé plus de six heures avec ce légat du nouveau pouvoir afin de « rédiger une lettre d’envoi des dépêches enlevés aux courriers de la Marine par les brigands de Pacy » sans avoir été mis en cause par celui-ci. Toutefois, le bruit d’une éventuelle destitution de l’administration centrale courait à Évreux et Desprez refusa d’assister au « banquet fraternel » organisé après la cérémonie de présentation du drapeau17.

  • 18 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du D (...)

28Quelques jours plus tard, le 15 frimaire an VIII (6 décembre 1799), le délégué des consuls décidait, par arrêté, la destitution complète des cinq membres de l’administration centrale : Morel, Harou, Vallée, Delacroix et Delafolie ainsi que du commissaire Thomas Lindet. L’Eure était le seul des trois départements placés sous l’autorité de Desprez où l’administration centrale fût ainsi révoquée. Après Brumaire, selon Bernard Gainot, il n’y eut que neuf révocations de commissaires centraux « qui éloignèrent quelques personnalités trop ouvertement “jacobines” », nommées postérieurement au « sursaut républicain du 30 prairial an VII18 ». Thomas Lindet était donc l’un d’entre eux.

29Pour remplacer l’administration néo-jacobine, Desprez avait désigné Lehec, Gattier, Dulong, administrateurs destitués quelques mois plus tôt, auxquels venaient s’adjoindre Carillon, ancien commissaire près du canton de Verneuil et Lereffait, ancien constituant, tandis que Lecerf, élu aux Anciens, allait occuper le poste de commissaire du Gouvernement. Lehec retrouva la présidence qu’il exerçait quelques mois plus tôt ; la nouvelle administration centrale qui rétablit immédiatement Roussel dans ses fonctions de secrétaire, s’affirma, bien entendu, favorable au coup d’État, déclarant le 19 frimaire an VIII (10 décembre 1799) : « Le 18 Brumaire faisant évanouir le projet d’une faction désorganisatrice a fait naître les plus douces espérances. »

2. Les protestations des républicains

30Ces destitutions provoquèrent de vives réactions dans l’Eure. Le commissaire Thomas Lindet réagit immédiatement, estimant cette suspension imméritée. Le 15 frimaire (6 décembre 1799), il écrivait :

Une main invisible nous frappe, le délégué des consuls de la République que nous n’avons pas vu dans nos séances, qui ne nous a pas notifié même ses pouvoirs, suspend [...] tous les membres de l’administration centrale ainsi que le commissaire du gouvernement.

  • 19 AN, F7 7691.

31Dans une seconde lettre datée du lendemain, Lindet critiquait la manière dont les membres de l’administration centrale avaient été informés de la décision de Desprez : « Comme s’il s’agissait d’une expédition militaire, il charge l’adjudant commandant le département de le notifier et de le mettre à exécution » avant de conclure : « Quant à moi, je n’entrerai pas en lice avec les hommes qui ont investi le représentant. Je vais retourner dans mes foyers, désirant bien qu’on ne me force plus d’en sortir pour remédier à de nouvelles calamités19. »

32Les administrateurs destitués réagirent à leur tour auprès du ministre de l’Intérieur, dans une lettre de sept pages datée du 23 frimaire an VIII (14 décembre 1799). Ils lui rappelaient leur bilan positif tant en ce qui concerne la lutte contre les chouans que la constitution du premier bataillon auxiliaire de l’Eure ; les révoqués estimaient surtout que le délégué Desprez avait été manipulé par « une coterie d’intrigants qui n’aiment la République que pour les places qu'elle donne et les places pour l’argent qu’elles procurent » ; ils mettaient nommément en cause Vallée, ancien conventionnel, mais surtout Lecerf, député de l’Eure aux Anciens. Selon les administrateurs destitués, la décision les concernant avait été prise le 3 frimaire (24 novembre 1799) au cours d’un dîner parisien à l’hôtel de Marigny auquel Lecerf et Desprez participaient : le bruit de la révocation de l’administration départementale courait à Évreux plusieurs jours avant l’arrivée du délégué des consuls. Les signataires s’en prenaient ensuite aux administrateurs nommés Lecerf, nouveau commissaire, qualifié de « réacteur, ambitieux à l’excès, rempli de fiel » et Lehec, nouveau président, critiqué à cause « de son ivrognerie, de sa brutalité et de ses liaisons avec tous les agioteurs ». Lehec était d’ailleurs accusé d’avoir favorisé l’attribution illicite d’un marché de plusieurs lots de barrières à l’un de ses amis. Carillon, commissaire qui avait été révoqué de Verneuil en son temps, était considéré comme un « intrigant, tourmenté de la fureur d’occuper les places publiques ». En revanche, les deux administrateurs Lereffait et Dulong trouvaient grâce aux yeux des administrateurs révoqués car il s’agissait de « républicains aussi prononcés que probes ».

33La destitution de l’administration centrale provoqua de vives réactions parmi les républicains de l’Eure. Contrairement à la plupart des députés du département qui avaient manifesté leur hostilité à Lindet, Dupont, membre du Conseil des Cinq-Cents, critiqua la destitution du commissaire de l’Eure ainsi que des membres de l’administration du département. Dès le 20 frimaire an VIII (11 décembre 1799), Dupont réagit auprès du ministre de la Police générale. Il soulignait l’action positive de l’administration centrale, reconnue récemment par plusieurs ministres qui l’avaient même félicitée :

Il n’est pas de vrai républicain [...] qui ne s’afflige et ne craigne une nouvelle réaction en voyant frapper des administrateurs qui viennent de sauver leur pays des horreurs de la guerre civile, de déjouer les projets révolutionnaires des agents de Louis 18 dans le département.

  • 20 Ibid.

34Comme les administrateurs destitués, Dupont dénonçait le rôle des « contrerévolutionnaires, réacteurs, caméléons politiques » ayant influencé le délégué des consuls20.

35Cette destitution fut commentée dans la presse nationale : le député Dupont prit position dans le numéro du 22 frimaire an VIII 13 décembre 1799) du Journal des hommes libres, déclarant :

  • 21 BNF, 4-L 2c (736-738).

Je suis convaincu que les consuls, trop grands pour faire servir leur autorité à des vengeances individuelles, trop justes pour frapper des hommes dévoués à la République, ne confirmeront pas la destitution d’une administration qui vient de sauver son pays des horreurs de la guerre civile, de battre les chouans, d’envoyer un bataillon de conscrits aux frontières et de mériter, par sa fermeté et son dévouement, les félicitations des ministres de la guerre et de la police générale21.

36Dupont, comptant sur l’impartialité des consuls, souhaitait connaître les motifs de cet arrêté. Accompagnant sa requête de lettres de républicains indignés, le député aux Cinq-Cents renouvela sa demande aux deux ministres de l’Intérieur successifs, Laplace et Lucien Bonaparte. Dupont espérait que les consuls annuleraient la décision du délégué mais ces derniers, s’apprêtant à nommer un préfet dans chaque département, ne revinrent pas sur la position du délégué nommé à titre provisoire.

37À son tour, l’ancien administrateur Harou, publia une lettre dans L’Ami des lois du 30 frimaire an VIII (21 décembre 1799), protestant contre la décision du représentant Desprez qui « s’est laissé circonvenir par quelques lâches, quelques réacteurs et quelques fripons qui l’ont été trouver dans l’auberge où il était descendu ». De son côté l’ancien député Vallée fit insérer dans le no 1573 de L’Ami des lois un texte justifiant la révocation de l’administration centrale. Le Journal des hommes libres s’efforça de réfuter les arguments de Vallée, reprenant les arguments des administrateurs révoqués. Décidément, la presse parisienne s’intéressait à la destitution de l’administration centrale et du commissaire du département de l’Eure.

3. Les dix propositions de Lindet

  • 22 AN, AF IV 1065.

38Thomas Lindet ressentit beaucoup d’amertume après son renvoi alors qu’il estimait avoir obtenu des résultats positifs dans la lutte contre les « brigands royaux » en quelques mois. « Je vais retourner dans mes foyers » écrivait-il, sans doute découragé. Pourtant quelques jours après sa suspension, le 20 frimaire (11 décembre 1799), il adressa aux consuls des propositions concernant la réorganisation du pays. Lui qui avait « vu faire trois constitutions » et « avoir prédit leur chute », dans une lettre de quatre pages, développait dix « points essentiels » à prendre en compte dans la future constitution22. Il ne s’agissait pas vraiment d’un projet constitutionnel mais plutôt de remarques tirées en grande partie de son expérience.

39Dans ses quatre premiers paragraphes, Lindet estimait que le fonctionnement d’une constitution est lié à la législation qui l’accompagne. Il estimait que trop de lois avaient été votées depuis le début de la Révolution et préconisait « l’autodafé de toutes les lois qui ont inondé la France depuis 1789 ». L’ancien conventionnel estimait que la publication de « lois invariables » dans des codes civil et criminel éviterait le « besoin d’un pouvoir législatif en permanence ». « Des hommes instruits dans toutes les diverses parties de l’administration publique » rédigeraient des chapitres de codes afin de « dégager l’édifice de la législation des décombres et des échafaudages accumulés depuis dix ans ». Bonaparte mettra cette idée en œuvre en faisant rédiger le célèbre Code civil.

40En matière judiciaire, Lindet recommandait une « justice près des justiciables et accessible à tous », ce qui restait assez vague. En ce qui concerne l’administration locale, l’ancien conventionnel proposait d’en revenir au district car les administrations municipales des cantons ruraux se sont révélées « trop près des administrés » et les administrations centrales « trop loin ». Selon l’ancien commissaire central, le recrutement des conscrits aurait beaucoup mieux été effectué à l’échelon du district. Lindet insistait également sur la nécessité des « institutions civiles » dans la République.

  • 23 Albert Mathiez, La Théophilanthropie et le culte décadaire (1796-1801), essai sur l’histoire religi (...)

41Comme l’a noté Albert Mathiez, « Dans le curieux projet de constitution qu’il adresse d’Évreux aux consuls le 20 frimaire an VIII, Robert Thomas Lindet conseillait la prompte réorganisation des “institutions civiles” ». Dans le système de fêtes qu’il rêvait d’établir « Le vieillard et l’enfant, l’époux et l’épouse, la mère et la fille trouveraient l’instruction et l’amusement, le plaisir avec l’exemple et les leçons de la vertu ». Outre la réorganisation des fêtes civiques, Lindet voulait fixer des limites à la liberté des cultes et mettre en œuvre « l’éducation d’une génération23 ».

42Plus surprenante était sa volonté de « gouverner les colonies par les lois civiles » en trouvant « un juste milieu entre l’esclavage des nègres et la dévastation de ces riches contrées ». Par contre, l’appel à l’union de tous les républicains « contre les brigands qui désolent les diverses contrées par les vols, l’assassinat et les incendies » apparaissait très classique sous la plume de l’ancien montagnard qui concluait : « Si le gouvernement est assez grand pour pardonner, ne doit-il pas attendre qu’il soit assez fort pour empêcher qu’on ne se prépare à de nouveaux troubles, à de nouveaux attentats ».

43Aussi, Thomas Lindet qui, après sa destitution, aurait pu remâcher sa rancœur et se murer dans le silence, préféra-t-il adresser son point de vue avant la rédaction de la nouvelle constitution. Fallait-il y voir une offre de service ? Ou s’agissait-il d’une sorte de testament adressé par un républicain qui estimait avoir bien servi son pays et qui, ayant repéré les faiblesses de l’organisation des pouvoirs, entendait faire bénéficier les consuls de son expérience ?

D. La réaction anti-jacobine

44La nouvelle administration centrale présidée par Lehec prit le contre-pied de la politique menée par Lindet. Les nouveaux administrateurs dénoncèrent les « actes arbitraires » de leurs prédécesseurs, notamment certaines arrestations opérées sur ordre des commissaires civils Harou et Delafollie envoyés par l’administration centrale néo-jacobine. Par une circulaire imprimée du 9 frimaire an VIII (30 novembre 1799), le nouveau commissaire Lecerf stigmatisait l’action de l’administration néo-jacobine, évoquant les « vexations que les citoyens ont éprouvées depuis quelque temps sur plusieurs points de son arrondissement ». En attendant de faire la lumière « dans ce dédale affreux », il décidait la suspension des mesures prises par l’ancienne administration centrale. Dans le canton de Saint-André, toujours en état de siège, le représentant Desprez décida de faire le bilan à la fois humain et financier de la situation, cherchant à savoir si les habitants avaient été victimes de « pressions », d’amendes arbitraires, de pillages. Le 18 frimaire an VIII (9 décembre 1799), il décida la levée de l’état de siège mais un détachement de 80 hommes resta sur place.

  • 24 AN, F7 7691.

45Parallèlement, en accord avec le représentant des consuls, la nouvelle administration centrale rétablit dans leurs fonctions les administrateurs destitués par l’ancienne tandis que la destitution de l’administration municipale d’Évreux, demandée par l’administration néo-jacobine ne fut pas mise à exécution sur intervention du nouveau commissaire Lecerf. Parallèlement les administrateurs ou des commissaires républicains d’opinion avancée étaient révoqués. Le représentant Dupont jugeait ces destitutions « révoltantes », notamment celles des commissaires de Bourgtheroulde et d’Harcourt, « deux excellents patriotes, fonctionnaires publics depuis 1789, ayant la confiance générale [...], excepté celle des royalistes ». Peut-être inquiet de ces représailles, Fouché mit en garde la nouvelle administration centrale contre tout esprit de vengeance, lui rappelant que « les premiers magistrats de la République se sont prononcés contre toute réaction » et « ont pris l’engagement formel de s’opposer à tout esprit de vengeance24 ».

46Même si la destitution de l’administration néo-jacobine, décidée par le représentant des consuls, provoqua des réactions indignées parmi les républicains du département, Brumaire fut, semble-t-il, généralement accueilli avec une certaine indifférence dans l’Eure. Le souvenir des victoires de Bonaparte, l’aspiration à la sécurité et l’indifférence à l’égard du régime directorial peuvent expliquer cette acceptation tacite du coup d’État. Pour une opinion lassée par les changements intervenus depuis dix ans, ce coup d’État fut souvent interprété comme marquant la fin du processus révolutionnaire. Dans ces conditions, pourquoi continuer à utiliser le calendrier républicain, marquant profondément la vie quotidienne ? Et pourquoi ne pas se débarrasser complètement de ce calendrier déjà si mal appliqué ? Dans le canton de Tilly, un bruit se répandit au lendemain de Brumaire : les fêtes décadaires allaient être supprimées et les gens allaient pouvoir travailler dans les champs le jour du décadi. Attribué aux « ennemis du gouvernement », cette rumeur inquiéta le commissaire du Gouvernement d’autant que, dans le même temps, les ministres du culte n’hésitaient plus à faire sonner les cloches. Les administrateurs d’Évreux eux-mêmes déclaraient le 20 nivôse an VIII (10 janvier 1800) que les institutions républicaines allaient tomber dans l’oubli et engageaient le commissaire de police à ne plus s’opposer à l’ouverture des boutiques le décadi.

  • 25 AM Évreux, 1 D 15.
  • 26 ADE, 225 L 5.
  • 27 AM Pont-Audemer, 1 W 5.

47Brumaire fut accueilli avec joie par de nombreuses administrations cantonales. La municipalité d’Évreux, se déclara favorable aux « événements des 18 et 19 brumaire » et adressa un message de soutien aux consuls seulement le 7 frimaire (28 novembre 1799) « au moment où elle recouvre pour ainsi dire sa liberté d’opinion ». Elle avait réagi tardivement s’estimant « jusqu’à ce jour [...] comprimée par l’administration centrale25 ». D’autres administrateurs ou commissaires cantonaux applaudirent au coup d’État, celui de Sainte-Colombe allant même jusqu’à déclarer : « Qu’importe de vivre en royauté ou en république pourvu que nous ayons un bon gouvernement. Nous l’avons26. » Même son de cloche parmi certains agents municipaux comme celui du Bec qui demandait la réintégration des administrateurs destitués par le Directoire « au nom de la nouvelle révolution qui vient de s’opérer ». À Pont-Audemer, le 24 brumaire an VIII (15 novembre 1799), à l’occasion de la publication de la loi du 19 brumaire, le député Eudes déclara : « Il était temps que le char de la Révolution s’arrête emporté par d’indociles coursiers, il se précipitait d’abyme en abyme [...] O Bonaparte ! Héros à nul autre pareil et sur lequel une main parricide et criminelle a osé27... »

  • 28 ADE, 12 L 11.

48Pourtant, l’acceptation du coup d’État dans l’Eure ne fut pas unanime et une opposition à la mise en place du Consulat se manifesta tout de même dans certains milieux néo-jacobins comme à Étrépagny où subsistait un club politique. Au cours d’une réunion, des participants y tinrent des propos hostiles au Premier Consul : « Le général Bonaparte est un intrus, il faut s’opposer au changement qu’il veut introduire dans le gouvernement et il ne faut pas accepter la nouvelle constitution28. » Justement, la consultation sur l’adoption de la Constitution de l’an VIII fut l’occasion pour des administrateurs du canton de Pont-Saint-Pierre de manifester leur opposition au régime issu de Brumaire. En effet, l’administration municipale et quelques agents municipaux du canton n’avaient mis à la disposition des électeurs qu’un seul registre sur lequel ne seraient portés que les refus. Le ministre de la Police générale, informé de cette pratique, demanda à l’administration centrale de prononcer la suspension provisoire de ces administrateurs afin de ramener « à des idées plus libérales des citoyens égarés par le prestige des passions révolutionnaires ».

E. Les débuts du nouveau régime

49Quelques mois après le coup d’État de Brumaire, la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) instituait la fonction préfectorale. Héritiers des intendants de l’Ancien Régime et des commissaires centraux du Directoire, les préfets devenaient les représentants de l’État dans les départements, y exerçant de très larges prérogatives.

1. Le premier préfet

  • 29 André Goudeau, « Le premier préfet de l’Eure : Masson de Saint-Amand », Connaissance de l’Eure, no (...)

50Le 11 ventôse an VIII (2 mars 1800), le premier préfet fut nommé dans l’Eure : il s’agissait de Bernard Lannes, le frère du général. Toutefois, Lannes n’eut pas le temps de s’installer à Évreux car dès le 18 ventôse (9 mars), il était envoyé dans les Hautes-Pyrénées. Le lendemain, Masson de Saint-Amand29 fut désigné pour le remplacer.

  • 30 Masson de Saint-Amand, Essais historiques et anecdotiques sur l’ancien comté, les comtes et la vill (...)

51Armand-Claude Masson de Saint-Amand naquit à Paris en 1756, devint « maître des requêtes puis avocat et conseiller du Roi » en 1789. Dans l’introduction de ses Essais historiques et anecdotiques30 publiés en 1813, il a raconté dans quelles conditions il commença à s’intéresser à la chose administrative :

Parent et ami de MM. Rouillé d’Orfeuil père et fils, intendants de la généralité de Champagne ; collègue contemporain et intime ami du fils, le compagnon de toute ma vie, je fus engagé par les deux magistrats à les accompagner à une tournée qu’ils firent alors dans leur généralité. [...] J’acceptai avec reconnaissance une offre aussi obligeante et une occasion aussi favorable pour moi d’acquérir tant sur le fonds que sur la forme les notions d’administration pratique dont j’allais incessamment me trouver avoir besoin. Je suivis MM. Rouillé dans toutes les subdélégations de l’Intendance de Champagne.

  • 31 Michel Biard, Les Lilliputiens de la centralisation, des intendants aux préfets, les hésitations d’ (...)

52Aussi, à la fin de l’Ancien Régime, l’expérience d’un intendant ami servit-elle à la formation d’un préfet du Consulat31. Rupture et continuité...

  • 32 ADE, 2 M 30.

53Beaucoup des préfets nommés par Bonaparte en l’an VIII avaient siégé dans des assemblées révolutionnaires. Ce n’était pas le cas de Masson de Saint-Amand qui n’avait exercé aucune fonction publique pendant la Révolution. Durant cette période agitée, il résida dans la capitale, « guidé par des principes libéraux mais sages et modérés ». Il fut sans doute servi par son absence d’engagement politique ; il allait pouvoir remettre de l’ordre dans un département profondément divisé. Masson de Saint-Amand arriva à Évreux le 6 germinal an VIII (27 mars 1800) et son installation officielle eut lieu le lendemain, au cours d’une cérémonie solennelle. Lehec, le président de l’administration centrale, une institution appelée à disparaître, souhaita la bienvenue au préfet, « homme sage [...], venu cicatriser des plaies profondes... » Celui-ci répondit : « Un gouvernement sage a pensé que le pouvoir exécutif [...] réuni dans la main d’un seul, remplacerait avec avantage un pouvoir collectif. » Après avoir exprimé sa gratitude envers les administrations municipales, il déclara : « Oublions les extrêmes. Oublions ces vieilles qualifications que l’exagération seule a pu dicter et qu’un gouvernement sage et fraternel repousse32. »

54Le jour même de son installation, le nouveau préfet visita trois établissements ébroïciens : l’hospice, la prison et l’École centrale. Il estima que la situation de l’hospice méritait des « éloges » et trouva la prison dans un « état assez tolérable ». François Rever, membre du jury d’instruction et bibliothécaire, lui présenta l’École centrale. Dès son arrivée à Évreux, le nouveau préfet décida de s’installer dans le palais épiscopal « dont la distribution offrait dans cette ville le seul local convenable à l’hôtel de la Préfecture ».

55Le nouveau préfet eut la charge de mettre en place les nouvelles institutions départementales prévues par le Consulat, c’est-à-dire le conseil de préfecture et le conseil général. Aucun des membres de l’administration centrale néo-jacobine destituée par Desprez ne trouva un poste parmi les notables du département, qu’il s’agisse de Morel, Harou, Delacroix, Delafolie ou du commissaire Lindet. Pour ce dernier, Brumaire sonnait l’heure de la retraite politique et, d’ailleurs son frère Robert, ancien ministre des Finances à la fin du Directoire, abandonna également toute activité publique. Après le coup d’État, sans mesures répressives, les républicains néo-jacobins disparurent de la scène politique.

56Dans les nouvelles institutions, il n’y avait plus place que pour les républicains « brumairiens » ralliés au nouveau régime. Plusieurs membres de l’administration centrale nommée en frimaire an VIII (décembre 1799) par le délégué Desprez retrouvèrent un poste. Lehec, dernier président, et Carillon entrèrent au conseil de préfecture tandis que Lereffait était nommé au conseil général du département. Pour sa part Gattier devint sous-préfet de Bernay. Seuls Dulong et le commissaire du gouvernement Lecerf ne retrouvèrent pas de place dans les nouvelles institutions départementales.

57Deux anciens commissaires exécutifs près de l’administration centrale qui, bien entendu, avaient accepté le 18 Brumaire, siégèrent au Corps législatif. Il s’agissait de Crochon et de Savary qui avaient siégé aux Cinq-Cents. Langlois, ancien président de l’administration du département, élu aux Anciens en 1799 fut lui aussi appelé au Corps législatif.

2. La fin de la chouannerie

58Souhaitant entreprendre une œuvre de pacification intérieure, le Premier Consul décida d’engager des négociations avec les chefs de la chouannerie de l’Ouest. Mais, parallèlement, il entendait faire preuve d’une grande fermeté à l’égard de ceux qui voudraient lui résister. D’ailleurs la proclamation des consuls du 7 nivôse an VIII (28 décembre 1799), se terminait par ces phrases : « Le gouvernement pardonnera. Il fera grâce au repentir. L’indulgence sera entière et absolue ; mais il frappera quiconque, après cette déclaration, oserait encore résister à la souveraineté nationale. » Les discussions avec les chefs chouans aboutirent à une trêve, d’ailleurs difficilement respectée sur le terrain.

59C’est dans ce climat que Frotté prit contact avec les généraux Guidai et Chambarlhac en vue d’une négociation. Ces généraux, chargés du maintien de l’ordre dans le département de l’Orne, fournirent des sauf-conduits au chef de la chouannerie normande ainsi qu’à ses compagnons. Les laissez-passer expiraient le 27 pluviôse an VIII (16 février 1800) à minuit. La négociation s’engagea à Alençon avec le général Guiral mais les discussions traînèrent et Frotté et ses lieutenants furent arrêtés trois minutes au-delà du délai imparti. Conduits à Verneuil le 29 pluviôse (18 février), ils furent déférés devant une commission militaire de cinq membres qui les jugea rapidement et les condamna à la peine de mort, châtiment sans doute suggéré par des courriers venus de Paris. Dès la fin d’après-midi, Frotté et ses six adjoints étaient fusillés dans un champ situé au nord de la ville. Dans ce « Clos-Frotté », aujourd’hui intégré à la zone industrielle de Verneuil, une stèle rappelle l’événement. De même un bas-relief de marbre blanc représentant Frotté, la main sur le cœur au milieu de ses compagnons, sculpté par David d’Angers, décore le mausolée installé en 1827 à l’intérieur de l’église de la Madeleine pour contenir les restes des suppliciés.

60L’exécution de Frotté sonna le glas de la chouannerie normande. Il y eut bien encore quelques coups de main dans le département mais la cause apparaissait comme perdue. Beaucoup de chouans firent alors leur soumission. Ce fut le cas d’Hingant de Saint-Maur, de ses officiers et de ses hommes en prairial an VIII (mai 1800). Fouché, ministre de la Police générale annonçait cette soumission ainsi que « les conditions de l’amnistie qui est accordée » dans une lettre adressée au préfet de l’Eure Masson de Saint-Amand. La chouannerie « politique » disparaissait donc mais les désordres se poursuivaient, la bande des frères Le Pelletier prenant le relais.

  • 33 ADE, 1 M 176.

61L’aîné des Le Pelletier, qui se présentait comme un ancien lieutenant de Frotté, avait constitué une petite bande autonome qui sévissait dans le département depuis le Directoire. Elle pratiquait des attaques de diligences, commettant également de fréquents vols et des assassinats, notamment celui de Goubert, président de l’administration centrale. Le préfet de l’Eure décida de lutter avec détermination contre le brigandage, usant de la répression et faisant également espionner les « brigands ». Peu à peu, la bande fut démantelée. Le Pelletier le Jeune était arrêté à la ferme du Breuil à Villiers-en-Desœuvre (canton de Pacy) le 11 vendémiaire an X (3 octobre 1801). Son frère aîné fut capturé le 18 frimaire an X (9 décembre 1801) au hameau de la Pilette, près de Bernay, dans la maison d’un complice, Paradis, quelques jours après l’échec de l’attaque de la diligence de Caen à Paris. Son arrestation avait été pour le moins mouvementée33. En frimaire an X (décembre 1801), le chef et dix-sept de ses compagnons furent inculpés puis interrogés le président de la cour spéciale, Dupont qui y gagna une certaine notoriété. Quatre condamnations à mort furent prononcées dont celle de Le Pelletier l’Aîné guillotiné à Évreux, place du Grand-Carrefour, le 17 thermidor an X (5 août 1802).

62L’exécution de Le Pelletier et de ses complices marqua la fin du brigandage dans le département. Néanmoins quelques désordres persistèrent ici ou là, actions relevant le plus souvent du pur banditisme menées avec l’appui de « fuyards » c’est-à-dire de déserteurs bénéficiant parfois de complicités politiques. Au début de l’Empire, en février 1806, la cour spéciale d’Évreux condamnait à mort neuf brigands, pour la plupart anciens de la bande Le Pelletier.

Notes

1 AM Évreux, 1 D 5.

2 Après le coup d’État, deux commissions législatives de 25 membres chacune étaient substituées aux deux Conseils ; elles devaient voter les lois présentées par les consuls et préparer la révision de la constitution.

3 AN, F1 b II Eure 2.

4 Ibid.

5 ADE, 12 L 11.

6 AM Évreux, 1 D 15.

7 ADE, 10 L 2.

8 Ibid., 12 L 1.

9 Édouard Isambard, Histoire de la Révolution à Pacy-sur-Eure, op. cit.

10 Les deux hommes furent retrouvés quelques jours plus tard, attachés à un arbre, mourant de faim.

11 AN, F1 b II Eure 2.

12 ADE, 13 L 3.

13 BNF, 4-L2C 736-738.

14 Ibid., 4-L2C 732.

15 Né à Alençon en 1768, ancien professeur au collège de cette ville, Desprez avait servi en Vendée puis comme commandant au bataillon d’Angleterre.

16 ADE, 10 L 5.

17 AM Évreux, 1 D 15.

18 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du Directoire », art. cité, p. 90-104.

19 AN, F7 7691.

20 Ibid.

21 BNF, 4-L 2c (736-738).

22 AN, AF IV 1065.

23 Albert Mathiez, La Théophilanthropie et le culte décadaire (1796-1801), essai sur l’histoire religieuse de la Révolution, op. cit.

24 AN, F7 7691.

25 AM Évreux, 1 D 15.

26 ADE, 225 L 5.

27 AM Pont-Audemer, 1 W 5.

28 ADE, 12 L 11.

29 André Goudeau, « Le premier préfet de l’Eure : Masson de Saint-Amand », Connaissance de l’Eure, no 119, janv. 2001, p. 10-25.

30 Masson de Saint-Amand, Essais historiques et anecdotiques sur l’ancien comté, les comtes et la ville d’Évreux et quelques endroits remarquables de l’ancien duché de Normandie, enclavés aujourd’hui dans le département de l’Eure, depuis l’origine de la monarchie jusqu’à l’époque de la réunion de la Normandie à la couronne de Philippe Auguste, Évreux, 1813. BNF, 8-LK7-2696.

31 Michel Biard, Les Lilliputiens de la centralisation, des intendants aux préfets, les hésitations d’un modèle français, op. cit.

32 ADE, 2 M 30.

33 ADE, 1 M 176.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540