Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Ve Partie. Les ultimes missions de deux commissaires (Germinal an VII - Brumaire an VIII)

Chapitre XVIII. Robert-Thomas Lindet commissaire ou l'impossible retour à l'an ii

Texte intégral

  • 1 AN, F1 b II Eure 2.

1Après la démission de Rever, le 15 fructidor an VII (1er septembre 1799), plusieurs élus de l’Eure au Corps législatif (Dupont, Eudes, Jan, Leroy et Langlois) proposèrent la candidature de Thomas Lindet dans « l’intérêt public et celui du département1 ». Quatre autres députés du département n’avaient pas signé cette lettre : Lecerf, Savary, Crochon et Guilbert. C’était sans doute trop demander à ces anciens fédéralistes de faire appel à l’ancien conventionnel montagnard. Il ne semble pas pourtant qu’ils aient cherché à faire obstacle à sa nomination, du moins aucune source ne le prouve. Il est probable que Robert Lindet, devenu ministre des finances, appuya la candidature de son frère auprès de son collègue Quinette.

  • 2 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ?, op. cit., p. 399.

2Ce dernier suivit l’avis de la majorité de la députation et le 16 fructidor an VII (2 septembre 1799) fut pris l’arrêté de nomination signé de Sieyès. Le Moniteur le publia le 23 (9 septembre) et la lettre d’acceptation de Thomas Lindet était du 30 fructidor (16 septembre), le jour même de son entrée en fonction. Pour Bernard Gainot, la désignation de Thomas Lindet, s’inscrivait dans une série de nominations cherchant à « revenir partiellement sur les épurations de l’année précédente ». On avait fait appel à d’anciens « floréalisés » pour renouveler l’administration centrale de la Seine et choisir de nouveaux commissaires centraux dans un certain nombre de départements2.

A. L'installation du nouveau commissaire

3Le 30 fructidor an VII (16 septembre 1799), dans deux lettres adressées l’une au Directoire et l’autre au ministre de l’Intérieur, Robert-Thomas Lindet déclarait accepter le poste de commissaire central. Il écrivait à Quinette :

  • 3 AN, F1 b II Eure 2.

Ma retraite étoit plus conforme à mes goûts et presque de nécessité pour ma santé. J’ai cédé au désir de contribuer au rétablissement de l’ordre et à la résurrection de l’amour de la République dans ce département, en me chargeant de l’exécution de vos ordres3.

4Lindet, député aux Anciens « floréalisé », avait sans doute quelque peu perdu le contact avec un département dont il ignorait les récentes évolutions, mais l’ancien évêque constitutionnel comptait bien renouer rapidement avec la réalité : « je vais prendre langue et étudier la carte de ce pays dans lequel je me trouve presqu’étranger. »

  • 4 Léon Dubreuil fait référence à un document intitulé Précis de la situation politique de la commune (...)

5Ce même 30 fructidor, se déroula la passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau commissaire. Lindet s’adressa aux membres de l’administration centrale et rendit hommage à Rever, son prédécesseur. Le lendemain, l’ancien député adressa une circulaire aux commissaires cantonaux. Dans ce texte, faisant référence à « cet enthousiasme qui illustra les premières années de la Révolution » il lançait un véritable appel à la dénonciation : « Pourquoi hésitez-vous à démasquer nos ennemis ? Ne redoutez aucune indiscrétion, le secret le plus inviolable vous sera gardé. » Selon Léon Dubreuil, Thomas Lindet fut assez mal accueilli par la municipalité d’Évreux4, mais il est vrai que cette administration était composée de modérés, obsédés par le « péril jacobin ».

1. « L'administration centrale régénérée »

6La destitution des trois administrateurs Lehec, Gattier et Dulong avait été définitivement prononcée le 11 fructidor (28 août), cinq jours avant l’arrêté de nomination de Thomas Lindet et dix-neuf jours avant son acceptation. Deux membres nouvellement nommés Blin et Milcent, « propriétaires cultivateurs », démissionnèrent le 8 vendémiaire an VII (29 septembre 1799), quelques jours après l’arrivée de Lindet au commissariat. Quels étaient leurs motifs ? Pour le nouveau commissaire central « leur éloignement [...] est moins l’effet de la crainte des dangers auxquels sont exposés les Républicains de ce département que de l’opinion répandue avec affectation d’un prochain remplacement de l’administration entière ». En effet, des pétitions étaient adressées au ministre de l’Intérieur, réclamant la réintégration de Lehec, Gattier et Dulong. Ce fut le cas notamment d’un groupe de « républicains » du canton de Thiberville, d’habitants du canton rural des Andelys d’où était originaire Lehec, ainsi que de citoyens de Grossoeuvre, et de Suzay, mais Quinette ne donna pas suite à ces réclamations.

  • 5 ADE, 9 L 9.

7Le nouveau commissaire trouvait donc une administration centrale dans un état de « désorganisation la plus complète », paralysée par « l’inertie des administrations municipales de canton » et réduite « à trois républicains » (Morel, Harou, Delafolie). Il fallait la compléter mais également la « régénérer » en nommant « d’anciens et invariables amis de la République » prêts à suivre Lindet dans sa tâche de réorganisation de l’administration départementale et dans sa volonté d’organiser la conscription et de lutter contre les « brigands royaux ». Plusieurs citoyens sollicités pour remplacer les démissionnaires se récusèrent mais, finalement, deux nouveaux administrateurs furent nommés : Vallée, obscur agent de Theillement, dans le canton de Bourgtheroulde, et Delacroix, ancien commissaire à Verneuil. Morel fut élu président à titre définitif le 24 fructidor5 (10 septembre 1799). Désormais la nouvelle administration centrale « régénérée » était composée de « républicains avancés » et, aux côtés du nouveau commissaire, fonctionnait maintenant une instance d’orientation nettement néo-jacobine.

  • 6 AN, F1 b II Eure 2.

8Lindet obtint la révocation du secrétaire Roussel, jugé bien trop négligent et responsable de la désorganisation des bureaux où « s’étaient glissés des abus monstrueux ». L’ancien administrateur Pain, évincé en l’an VI, fut rappelé au secrétariat général et flanqué de Rousselin au poste de secrétaire adjoint. En accord avec Lindet, Pain se chargea de la réorganisation des bureaux, écartant les employés ayant « une négligence coupable, une probité ou un civisme équivoque ». Les fonctionnaires connus pour leurs opinions royalistes furent renvoyés et l’administration se mit au travail, mais comme le notait Lindet dans une lettre à Quinette le 16 vendémiaire an VIII (8 octobre 1799) : « Il faudra du temps pour rétablir l’ordre, les abus sont au delà de ce qui est croyable6. » Dix jours plus tard, le commissaire annonçait la réorganisation des bureaux au ministre de l’Intérieur qui apporta un complet soutien aux mesures prises par Lindet, lui écrivant le 17 vendémiaire (9 octobre) :

  • 7 ADE, 9 L 8.

J’ai vu avec satisfaction le soin que vous avez eu de retracer à vos collègues les devoirs que leurs fonctions leur prescrivent. Je ne doute pas que vous parveniez à faire passer dans leurs âmes toute l’énergie de votre zèle civique et qu’en suivant la route que vous leur tracez, ils ne parviennent bientôt à relever l’esprit public dans leurs arrondissements respectifs7.

  • 8 AM Évreux, 2 D 38.
  • 9 ADE, 9 L 8.

9Un arrêté du 14 vendémiaire (6 octobre) nommait chacun des cinq administrateurs, avec le titre de commissaire, à la tête d’un des bureaux du département. Le premier bureau, placé sous l’autorité de Delafolie, chargé du recouvrement des contributions, des monnaies, des douanes ainsi que de la comptabilité des cantons et des communes, comptait neuf employés. Le deuxième bureau, contrôlé par Delacroix, s’occupait de l’administration des domaines nationaux ainsi que des émigrés, il employait dix fonctionnaires. Le troisième bureau, placé sous la houlette de Harou, disposait de larges compétences comprenant les prisons, les hôpitaux, les voies de communications et toutes les questions économiques mais n’employait que quatre personnes. Le quatrième bureau, sous la direction du président Morel, avait en charge les questions électorales, la surveillance des autorités administratives et l’exécution des lois relatives à la police avec neuf employés. Enfin, le cinquième bureau, confié à Vallée, supervisait toutes les questions militaires et comptait six fonctionnaires8. Le secrétariat et le commissariat employaient respectivement six et quatre agents, l’effectif total des bureaux du département s’élevait ainsi à 46 membres en ajoutant l’huissier et le concierge9. Parallèlement un règlement des bureaux, établissant les obligations de chacun, fut adopté et publié sous forme d’affiche.

2. Une tâche difficile

10Ces administrateurs, rebaptisés commissaires, allaient affronter une situation difficile que ne cherchait pas à cacher Lindet. Durant les quelques mois où il occupa le poste de commissaire central, il adressa de nombreuses lettres au ministre de l’Intérieur et à celui de la Police générale afin de leur décrire l’état du département et de leur présenter son action. Le 16 vendémiaire an VIII (8 octobre 1799) il dressait à l’intention de Quinette un « Tableau de la situation physique, morale et politique du département pendant le mois de fructidor an VII » dans lequel il ne pouvait que constater la détérioration de « l’esprit public » :

  • 10 AN, F1 c III Eure 8.

Dans tous les cantons de ce département, douze à quinze au plus excepté, [l’Eure comptait alors soixante-deux cantons], le royalisme et le fanatisme ont fait des progrès si rapides et si alarmants que la République n’existe plus que dans le cœur d’un très petit nombre de citoyens dont les mains sont restées pures et dont les principes sont invariables. Ces hommes brûlant toujours du même feu, toujours animés d’un amour aussi vif pour la liberté et l’indépendance, triompheraient bientôt de la multitude des contre-révolutionnaires qui ont juré leur perte, s’ils n’étaient pas abandonnés à la faiblesse de leurs moyens, s’ils étaient puissamment soutenus par les autorités supérieures et si on mettait à portée de réduire à l’impuissance de nuire les bandes éparses qui circulent dans ce département et dont la réunion, si elle s’opérait sur un point quelconque, causerait des désastres, des malheurs plus grands que ceux dont nous avons à gémir depuis trois mois et dont la réalité, longtemps contestée, doit être enfin reconnue par ceux mêmes chargés d’appliquer le remède à tant de maux10.

11Quelques jours plus tard, le 20 vendémiaire (12 octobre), le commissaire central confiait au ministre Quinette ses inquiétudes au sujet du climat politique du chef-lieu du département :

  • 11 Ibid., F1 b II Eure 2.

L’administration est placée dans une commune où les brigands et les déserteurs sont plus en sûreté que dans les forêts. Malveillance du plus grand nombre, apathie, inertie, stupeur de ceux qu’on regarde comme n’étant pas les ennemis dans la république ; nous sommes ici à deux siècles de la révolution et à 200 myriamètres du territoire de la république. Tous les habitants du département reportent dans leurs cantons le poison qu’ils viennent respirer ici. On peut comprimer les ennemis de la république mais il faudra un siècle pour faire aimer république dans cette commune ; on ne doit craindre aucune entreprise de la part de ses timides habitants11.

  • 12 Dominique Soulas de Russel, Un révolutionnaire normand : Robert-Thomas Lindet à travers sa corresp (...)

12Il convient sans doute de nuancer les appréciations de Lindet au sujet de l’opinion des habitants d’Évreux ; en effet l’ancien évêque constitutionnel n’avait aucune sympathie pour cette ville. Le député montagnard à la Convention, issu de la très jacobine ville de Bernay n’aimait guère le chef-lieu de l’Eure qui, derrière Buzot, avait opté en faveur du fédéralisme normand. Nommé commissaire en fructidor an VII (août 1799), il « retournait dans la ville exécrée d’Évreux qu’il avait quittée comme évêque en 179312 ». Le mauvais accueil reçu à son arrivée ne l’avait pas réconcilié avec le chef-lieu du département.

13Pour affronter cette situation, Lindet, estimait que « la diversité des opinions proférées à diverses époques de la révolution » n’avait plus d’importance. Il prônait l’union de « tous les républicains [...] pour le rétablissement de l’ordre et le maintien de la constitution de l’an trois ». Toutefois, les destitutions décidées le 11 fructidor (28 août) avaient laissé des traces : les républicains modérés, éliminés de l’administration centrale étaient passés à l’opposition. Comme le constatait Lindet dans son tableau du département, « les adresses et les proclamations les plus incendiaires [étaient] affichées et répandues partout avec profusion » ; il promettait de récompenser ceux qui lui indiqueraient les imprimeurs, les afficheurs et les colporteurs de libelles, mais sans obtenir beaucoup de résultats.

3. L'emprunt de l'an VII

14En même temps que la levée en masse, sur proposition de Jourdan, la nouvelle administration centrale et son commissaire durent lever l’emprunt forcé de 100 millions « sur la classe aisée des citoyens » voté le 9 messidor an VII (27 juin 1799). Cette loi promulguée le 19 thermidor (6 août) fut complétée par un nouveau texte du 6 fructidor (23 août) qui fixait les modalités de perception. Il s’agissait donc d’un emprunt de 100 millions de francs, obligatoire et progressif,

  • 13 Georges Lefebvre, La France sous le Directoire, 1795-1799, op. cit., p. 474.

établi seulement sur ceux qui paient au moins 300 francs d’impôt foncier, par conséquent avec une exemption à la base et qui va toujours en s’accentuant à mesure que la somme grandit, pour arriver à représenter, dans les classes supérieures, à partir de 40 000 francs d’impôt foncier jusqu’aux trois quarts du revenu annuel13.

  • 14 François Pascal, L’économie dans la Terreur : Robert Lindet, 1746-1825, op. cit., p. 335.
  • 15 ADE, 33 L 93.

15Nommé ministre des finances par arrêté du 2 thermidor (20 juillet), Robert Lindet n’était pas à l’origine de l’emprunt. « Il est clair que [Robert] Lindet n’a pu intervenir en rien dans cette loi » écrit son biographe, François Pascal14 a propos de la décision du 19 thermidor (6 août). Ensuite, le ministre adressa diverses circulaires aux départements au sujet de l’emprunt forcé ; dès le fructidor an VII (29 août 1799), il informait l’administration centrale de l’Eure des modalités de recouvrement15. L’emprunt devait être payé très rapidement : « Un sixième dans les dix jours, un second sixième dans le mois et les quatre sixièmes restants par quart, de deux mois en deux mois à compter du 1er vendémiaire. » Des sanctions graves étaient prévues en cas de non-paiement. En effet, celui qui tentait d’y échapper ne pouvait pas obtenir son certificat de résidence et risquait d’être inscrit sur la liste des émigrés.

16Les sommes demandées aux « prêteurs » devaient être fixées par un jury taxateur composé des membres de l’administration centrale auxquels étaient adjoints dix citoyens non passibles de l’emprunt et choisis parmi les « citoyens dévoués à la chose publique ». Ce jury disposait d’un délai d’un mois pour établir la liste des « prêteurs » et, dans une lettre du 15 vendémiaire an VIII (7 octobre 1799), l’administration centrale estima ce délai trop court et demanda sa prorogation mais il fallait faire vite et, le 2 brumaire (24 octobre 1799), le ministre des Finances incitait le jury à faire un gros effort et à ne se séparer que « lorsque toutes les taxes seront établies ». Afin d’informer le jury, l’administration centrale nomma un indicateur par canton, chargé de se faire remettre les rôles de l’an V et de « se transporter auprès du jury de taxation ». Huit d’entre eux refusèrent et il fallut remplacer ces « indicateurs » parmi lesquelles se trouvaient des commissaires cantonaux, des présidents de municipalité de canton, des agents municipaux, d’anciens maires, des maîtres de poste, des hommes de loi et des cultivateurs.

Figure 13 – Emprunt forcé de l'an VII : injonction à payer sous peine de sanction, ADE, 33 L 94.

  • 16 ADE, 33 L 94.
  • 17 Ibid.

17Le Conseil des Anciens avait prévu que le contribuable mécontent pouvait s’adresser à un jury d’appel, ou jury de révision, composé des membres de l’administration centrale et de douze contribuables non atteints par l’emprunt16. De nombreux citoyens soumis à l’emprunt forcé présentèrent des demandes d’exonération et de dégrèvement auprès du jury d’appel puis s’adressèrent à l’administration centrale et au ministère des Finances. Parmi eux figurait Denis Lemaréchal, manufacturier, négociant en épingles à Rugles, ancien constituant et ancien président de la municipalité cantonale de Rugles. Il envoya le 3 brumaire an VIII (25 octobre 1799) un long mémoire de réclamation : devant payer 15730 francs, il s’estimait victime d’une « injustice criante ». Il se voyait au bord de la faillite, menacé de se retrouver sans ressources avec une femme et huit enfants et risquant de mettre ses ouvriers au chômage17.

  • 18 Ibid.

18Peu à peu, les sommes versées au titre de l’emprunt forcé furent envoyées au ministre des Finances. Le 6 vendémiaire an VIII (28 septembre 1799), le ministre Robert Lindet déclarait avoir reçu 622 333 francs du département de l’Eure puis, le 4 brumaire (26 octobre), il constatait : « Le recouvrement se ralentit de manière sensible », invitant les administrateurs à « donner une nouvelle impulsion aux recettes » et de « faire cesser cette espèce de langueur si funeste au trésor national18 ». Finalement, 1158 « prêteurs » de l’Eure versèrent une somme de 2 993 068 francs qui furent adressés au ministère des Finances.

19Le commissaire Thomas Lindet et l’administration néo-jacobine de l’Eure devaient donc assurer la gestion administrative du département et, tout particulièrement, lever cet emprunt forcé mais, dans une situation extrêmement difficile, ils décidèrent de se mobiliser sur deux autres grands objectifs : d’abord organiser la conscription et ensuite, se lancer dans une lutte résolue contre les « brigands royaux ».

B. Organiser la conscription

20La levée du 10 messidor an VII (28 juin 1799) devait mobiliser sur place les conscrits afin de constituer des bataillons auxiliaires entretenus sur le produit de l’emprunt de 100 millions. À partir de fructidor an VII (août 1799), le général de brigade Delarue, commandant du département de l’Eure, entreprit donc de réunir le premier bataillon auxiliaire du département. Un chef de bataillon et quatre capitaines devaient travailler conjointement avec l’administration centrale pour « l’organisation du bataillon auxiliaire et à tout ce qui est relatif à son habillement, armement et équipement ».

21Le département de l’Eure peina à constituer et à entretenir son premier bataillon auxiliaire. Le général de division Hédouville, commandant des 1re, 15e et 16e divisions, invita l’administration centrale à se hâter. Le 19 fructidor (6 septembre), selon un état numéraire des conscrits incorporés dans le premier bataillon auxiliaire, r 320 conscrits auraient dû se présenter mais 980 avaient manqué à l’appel et le bataillon ne comptait donc que 340 hommes. De nombreux cantons n’avaient fourni aucun conscrit : Andely-campagne, Le Vaudreuil, Gaillon, Damville, Écouis, Grossoeuvre, Canappeville et SaintAndré. D’autres n’avaient envoyé qu’un nombre limité de conscrits : 15 sur 190 à Tourville, 9 sur 90 à Pont-de-l’Arche et 2 seulement sur 116 à Pacy ! Finalement, le 26 frimaire an VIII (17 décembre 1799), à la veille de son départ, le premier bataillon auxiliaire ne comptait que 760 hommes.

  • 19 Alain Roussel, La conscription dans l’Eure de 1798 à 1807, op. cit.
  • 20 Antoine-Audet Hargenvilliers, Compte général de la conscription, op. cit.

22Les autorités s’efforcèrent ensuite de constituer un second bataillon de réserve qui devait regrouper sept compagnies. Au 21 frimaire 12 décembre 1799) sur r 130 conscrits mobilisables, il y avait 453 présents et le 26 pluviôse (15 février 1800), il n’y avait plus que 418 présents. Selon Alain Roussel, « le second bataillon de réserve était en peine décomposition avant même d’avoir quitté le département pour l’armée19 ». Au total, d’après Hargenvilliers20, sur un total de 1 680 conscrits demandés pour cette troisième levée, r 439 se sont présentés et ont été incorporés.

1. Armement et fournitures militaires

23L’administration centrale assurait difficilement l’armement et l’équipement des bataillons auxiliaires. Le commissaire Lindet reprochait à l’ancienne administration centrale et à son président Lehec d’avoir passé des marchés « avec des aventuriers et des intrigants pour la fourniture de l’habillement des conscrits de ce département ». Il les accusait de concussion en favorisant des fournisseurs véreux « avec lesquels ils faisoient des festins scandaleux ». Les fournitures n’ayant pas été livrées, le nouveau commissaire central constatait : « Il paroit évident que les entrepreneurs étaient des émissaires chargés de désorganiser les bataillons auxiliaires, au même moment où les bandes de brigands s’organisent avec la plus grande activité. » Lindet décida de poursuivre devant les tribunaux les adjudicataires agréés par les anciens administrateurs et « l’administration centrale régénérée » traita avec de nouveau fournisseurs, mais à qui il fallait un certain temps pour livrer certains équipements. Le commissaire central gardait l’espoir :

  • 21 AN, F1 b II Eure 2.

À force d’activité nous parviendrons à réparer les moyens de désorganisation que nous a laissé l’ancienne administration et trouverons des moyens d’habiller, d’équiper, d’armer promptement une partie d’un bataillon dont les grenadiers et les chasseurs montrent le meilleur esprit21

24Afin de hâter l’arrivée des fournitures destinées aux conscrits, l’administration centrale fut invitée par le général Hédouville à envoyer des garnisaires chez les fournisseurs qui ne feraient pas leurs livraisons aux termes convenus.

25Les officiers signalaient d’ailleurs que l’effectif du bataillon était très fluctuant en raison du retard constaté dans la fourniture de son habillement :

Il est facile de reconnaître et contenir des soldats habillés uniformément mais il n’en est pas de même des nôtres qui conservent encore le costume avec lequel ils sont arrivés ici ; aussi ces hommes vont et viennent comme ils veulent sans être reconnus et rendent illusoires toutes les peines et le soin qu’on se donne pour les contenir. Depuis plusieurs jours, il existe un mouvement perpétuel et alarmant ; dans les appels, il y manque depuis 40 jusqu’à 100 à 150 hommes qui reviennent le lendemain et donnent pour raison de leur absence qu’ils ont été chercher des vêtements ; ce mouvement s’opère tous les jours de sorte que nous ne pouvons distinguer les hommes sans mauvaise intention d’avec ceux qui ont celle de déserter. Au lieu que le bataillon soit armé en entier ainsi qu’il devrait l’être actuellement, il n’a pas seulement la quantité de fusils nécessaires à ses gardes de police. Enfin nous avons manqué et nous manquons de tous les moyens qui étaient dûs et qui nous sont nécessaires.

  • 22 Ibid., F7 7649 B.

26Le 28 vendémiaire an VIII (20 octobre 1799), le commissaire Lindet reconnaissait encore que « notre bataillon auxiliaire [...] ne peut être promptement équipé, habillé, armé22. »

2. Les déserteurs

  • 23 Ibid., F7 3675-5.
  • 24 Ibid.

27Ces conscrits, mal équipés, mal armés, les chouans les incitaient à déserter et diffusaient des textes en ce sens. Une proclamation royaliste, datée du « 18 juillet 1799, le 4e du règne de Louis XVIII » incitait les citoyens à ne pas payer l’impôt, à ne pas souscrire à l’emprunt et comportait un appel à la désertion destiné aux gardes nationaux et aux conscrits23. De son côté, un conducteur de conscrits du canton de Suzay reçut une lettre revêtue d’un cachet portant « La loi et le Roi », « respirant le royalisme et le fanatisme et annonçant sous peu la Saint-Barthélémy » des républicains. Le 22 vendémiaire an VIII (14 octobre 1799), Lindet adressa à Fouché la copie de deux écrits royalistes. Le premier, intitulé Avis au public, et l’autre, s’adressant aux Camarades conscrits et réquisitionnaires, promettaient l’exécution de tout « membre de la colonne mobile qui concourra à l’exécution des lois contre les conscrits ou les réquisitionnaire24 ».

28De nombreux conscrits étaient sensibles à ces appels. Certains se cachaient au chef-lieu du département, provoquant la colère des officiers du bataillon : « Les aubergistes et les habitants de la ville d’Évreux se prêtent à la dissolution du bataillon en gardant et logeant chez eux les conscrits » ; les militaires demandaient aux colonnes mobiles « d’employer tous les moyens qui sont en [leur] pouvoir pour réprimer ces abus, l’intérêt n’en est pas le seul mobile et la malveillance entre pour beaucoup dans cette hospitalité dangereuse ». Dans plusieurs cantons ruraux, très peu de conscrits se présentaient. Les déserteurs étaient enrôlés par des « recruteurs » ou des « embaucheurs » qui sévissaient notamment dans les cantons d’Évreux, de Charleval, de Suzay et d’Écos puis les « fuyards » se rassemblaient dans les forêts, notamment dans celle de Lyons. Ils étaient également nombreux dans les cantons d’Ivry, de Nonancourt et de Saint-André et surtout dans les environs de Breteuil et Verneuil. Dans l’Est du département, des bateliers leur faisaient traverser clandestinement la Seine.

29Ces déserteurs qui bénéficiaient de nombreuses complicités, alimentaient ces « brigands royaux » sévissant dans le département, au grand regret de Lindet :

Sans exagérer, on peut porter le nombre des déserteurs du département à deux mille. Les mesures employées jusqu’ici contre eux sont insuffisantes. Ils se réfugient dans les bois et forêts dont ce département est couvert. C’est à eux qu’il faut attribuer la plus grande partie des délits commis depuis trois mois. Ce sont eux qui menacent chaque jour la tranquillité publique.

30Le commissaire central mettait en cause « l’insuffisance de la législation sur les passeports » qui permettait à « des embaucheurs, des chefs de chouans, des incendiaires et des brigands » de s’introduire dans le département.

C. La lutte contre les « brigands royaux »

  • 25 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », Annales de Normandie, art. cité, p. 10 (...)

31Bien organisés, extrêmement mobiles, ces « brigands royaux » étaient capables d’agir rapidement et simultanément en différents points du département, ce qui rendait plus difficile les réactions des autorités. La situation s’était détériorée durant l’été 1799 et fut marquée par une multiplication des incidents. Brigandage ? Chouannerie ? Comme l’écrit Gérard Hurpin : « Dans l’Eure, il est impossible de savoir où finit la chouannerie et où commence le brigandage. Sans cesse les autorités républicaines assimilent l’un à l’autre25. » Attaques de diligences, vols, incendies, assassinats, cette « malveillance » se manifestait sous plusieurs formes. À La Barre-en-Ouche, des chouans n’hésitaient pas à se montrer en armes avec des cocardes blanches. Des « républicains » étaient attaqués tandis que deux percepteurs étaient agressés.

32Les administrations cantonales restaient souvent impuissantes devant ces événements, au grand désespoir de l’administration centrale. Pourtant, les brigands rencontraient parfois une résistance de la part des habitants. Une quinzaine de membres de la colonne mobile du canton de Bourth, réussirent à repousser les brigands ayant attaqué le chef-lieu de canton dans la nuit du 1er brumaire (23 octobre). Au cours de l'affrontement, le « scélérat Marche », ancien receveur de Verneuil fut tué et quatre brigands furent blessés. Deux jours plus tard, Belzeaux, adjoint municipal de Bosc-Renoult réussit, avec son fils, à repousser des bandits l’attaquant chez lui, le 3 brumaire an VIII (25 octobre 1799). Pour le général Verdière, commandant de la 15e division militaire, la résistance devenait vitale pour la population. Dans un ordre du jour commun en date du 5 brumaire (27 octobre), les militaires et les membres de l’administration centrale félicitaient les « républicains » de Bourth. Dans cet appel, tous les gardes nationaux étaient invités dans un appel final à imiter ceux de ce canton.

1. Le recours aux espions

  • 26 AN, F7 3675-4.

33Pour lutter efficacement contre ces « brigands royaux », encore fallait-il disposer de renseignements précis sur leur organisation, leurs caches et leurs complices. Comme Rever, Lindet continua donc à faire appel aux agents du ministère de la Police générale. Jugeant la mission de l’espion Lambert « infructueuse », le commissaire central demanda le 18 vendémiaire an VIII (10 octobre 1799) au ministre de la Police générale de mettre fin à sa mission dans l’Eure26.

  • 27 Ibid., F7 3675-5.

34Un nouvel agent fut alors envoyé par Fouché en mission dans l’Eure. Il s’agissait de Jean-Vincent Le Canu, inspecteur général de la police27, accueilli par Lindet le 17 vendémiaire (9 octobre) ; Le Canu fit bonne impression à Lindet qui écrivait à Fouché : « Je crois que son activité et son intelligence nous serons bien utiies pour éventer toutes les mines sur lesquelles nous marchons. » Le Canu n’était pas seul, il disposait de cinq agents secondaires : Levasseur, François, Husson, Vivien et Buhot. La répartition des tâches entre ces agents ne fut sans doute pas facile comme Lindet le signalait au ministre : « Je crains qu’ii ne s’élève quelques brouilleries entre vos agents » et le commissaire se proposait de confier à chacun une mission particulière. Levasseur dit Gaspard fut chargé de recueillir des informations sur le territoire situé sur la rive droite de la Seine et il surveilla tout particulièrement les cantons de Pont-Saint-Pierre, Charleval et Lyons. Lindet se félicita de son action et lui rendit hommage. François, pour sa part, se chargea de la vallée de la Seine, de Vernon à Pont-de-l'Arche en poussant même jusqu’à Elbeuf. Chambellan dit Husson surveilla le secteur de Verneuil ainsi que les environs de l’Orne et de l’Eure-et-Loir ; il réussit à fournir des renseignements utiles. Le Canu qui assurait la coordination entre tous ces agents enquêtait lui-même sur Louviers et ses environs.

  • 28 Ibid.

35Ces hommes parcouraient donc le département à la recherche de renseignements sur les « brigands royaux ». Lindet fit mettre des chevaux à leur disposition. Les agents qui souvent, travaillaient deux par deux, fournirent des rapports détaillés sur la situation des différents cantons. En général ils constataient que « l’esprit public » y était mauvais et donnaient leur avis sur les commissaires cantonaux et les membres de l’administration municipale. Ils fournissaient également des indications sur les déserteurs ou sur les prêtres réfractaires se cachant dans le canton. Ces rapports comportaient également le nom de personnes d’opinion royaliste susceptibles de participer aux actions des chouans. Le 1er brumaire an VIII (23 octobre 1799), Husson, accompagné de Vivien, rédigea un rapport très détaillé sur la situation du canton de Verneuil. Jugeant que « l’esprit public des habitants du canton ne vaut rien », il mettait en cause le commissaire Carillon, ajoutant que si « le président de l’administration municipale n’est pas mauvais, les autres membres ne valent rien ». Le rapport citait de nombreux royalistes, les uns marqués d’une étoile, les plus actifs, et d’autres dont le comportement nécessitait une vérification. À Verneuil, les deux agents n’avaient trouvé qu’une seule personne pour les informer : le jeune Pie mais, n’étant pas riche, cet « excellent patriote » demandait à être payé pour continuer à leur fournir des renseignements28.

  • 29 Ibid.

36Le Canu reçut 1 988 francs dont 416 francs pour lui-même, le reste étant distribué aux autres agents. Lindet, qui par leur intermédiaire obtenait des renseignements précieux demanda au ministre s’il fallait leur verser une gratification supplémentaire. Cependant bientôt Thomas Lindet dut déchanter : en effet, le 8 brumaire (30 octobre), les deux agents envoyés à Verneuil furent « dépistés par la contre-police des Chouans » et, bien entendu, ne purent continuer à « paraître dans ces contrées ». Les royalistes en repérèrent deux autres, enquêtant dans le secteur de Pacy, l’un d’entre eux fut même arrêté et « la maladresse ou la malveillance du juge de paix [donna] de la publicité à la mission de cet agent ». Ces incidents avaient fait échouer l’arrestation de quelques chefs de brigands. Pour réussir à les capturer, Lindet demanda à Fouché d’autres agents29.

2. Deux cantons en état de siège

  • 30 Ibid., F7 7649 B.

37Une fois les chouans et leurs complices démasqués, la répression s’imposait. Pour pourchasser les « brigands royaux » et opérer des arrestations, les autorités ne disposaient pas d’un grand nombre d’hommes. L’effectif des troupes de ligne était limité. « Nous ne possédons qu’une compagnie de grenadiers et une de fusiliers, qui ne s’élèvent pas à plus de 120 hommes avec une centaine de cavaliers. L’escorte des caisses nécessiteroit une plus grande force30 » écrivaient les administrateurs du département tandis que, de son côté, dans la plupart de ses courriers, Lindet se plaignait de moyens jugés trop faibles et sur lesquels étaient opérées des ponctions pour répondre aux besoins des départements voisins.

38Faute de troupes de ligne, il fallait compter sur les colonnes mobiles, sorte d’élite de la garde nationale, pour assurer le maintien de l’ordre. Chaque colonne était constituée du sixième de la garde de chaque canton. Renouvelée tous les six mois, structurée en pelotons et en escouades, elle était mise à la disposition de l’autorité militaire. Les administrations municipales avaient beaucoup de mal à organiser les colonnes mobiles, souvent accusées « d’insouciance et de négligence » par l’administration centrale ; la restructuration des colonnes était régulièrement à l’ordre du jour. Pour suppléer le manque de troupes de ligne à Évreux, des détachements des colonnes mobiles des différents cantons étaient appelés tous les quinze jours dans le chef-lieu du département, mais les hommes envoyés par les cantons ne donnaient pas toujours satisfaction.

  • 31 ADE, 9 L 9.

39Lorsque la situation se dégradait gravement, les cantons étaient placés en état de siège, ce qui fut le cas à Saint-André et à Ivry. Dans la nuit du 2 vendémiaire (24 septembre), après avoir capturé six hommes de la colonne mobile se rendant à Évreux, des membres de la bande des frères Le Pelletier se rendirent à Saint-André, y volèrent la caisse du receveur d’enregistrement, détruisirent des papiers de l’administration municipale et s’emparèrent des armes et du drapeau de la garde nationale ; Désormeaux, un « patriote » qui résistait, fut fusillé. D’autres brigands se dirigèrent vers Damville puis vers Ivry afin de voler les caisses des receveurs de ces cantons31.

  • 32 Ibid., 207 L 3.

40Suite à ces graves incidents, l’administration centrale demanda la mise en état de siège des cantons de Saint-André, d’Ivry et de Damville, la nomination d’une commission militaire pour juger « plus de cent conspirateurs » et des renforts de troupes de ligne. L’administration centrale n’obtint pas entièrement satisfaction. Les deux cantons de Saint-André et d’Ivry32 – mais pas celui de Damville – furent bien mis en état de siège par ordre du général de division Hédouville, commandant des 1re, 15e et 16e divisions militaires. En accord avec les administrateurs du département, le général Delarue arrêta les moyens de rétablir l’ordre dans ces cantons. En nivôse an VIII (décembre 1799), dans le cadre de l’état de siège, les gardes nationaux et les colonnes mobiles, à l’efficacité d’ailleurs toute relative, devaient être amalgamés aux troupes de ligne dont les effectifs étaient trop peu nombreux, des cavaliers étant envoyés dans les deux cantons en appui. Immédiatement, le général Delarue fit marcher sur les points occupés par les brigands, 80 hommes d’infanterie, dont 40 des colonnes mobiles et 13 cavaliers, effectifs complétés le lendemain par 35 hommes d’infanterie dont 20 des colonnes mobiles. Grâce à certaines informations, plusieurs des auteurs des forfaits commis à Saint-André furent arrêtés.

41Le commissaire cantonal d’Ivry, Guersant, avait-il manifesté toute la vigueur nécessaire au cours de ces incidents ? Il fut dénoncé au ministre de l’Intérieur ; il lui était notamment reproché d’avoir chanté Le Réveil du peuple ! Guersant se défendit en proclamant sa fidélité à la Révolution et en produisant une lettre de Guilhaumat, « commandant de la place d’Ivry » qui affirmait avoir bénéficié de l’aide du commissaire durant les opérations militaires.

D. Prendre des mesures d'exception

42Écouis, Pacy, Bourth, Saint-André, Ivry... L’action des brigands ne se limitait plus aux zones forestières du pays d’Ouche, désormais l’ensemble du département était touché. Comme le note Gérard Hurpin :

  • 33 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », art. cité.

D’autres contrées de l’Eure, généralement considérées comme loyalistes, les plaines du Roumois et du Lieuvin, connurent aussi quelques mouvements isolés à Cormeilles, à Beuzeville et, dit-on, jusque dans la très conformiste et directoriale ville de Pont-Audemer33.

  • 34 Gabriel François d’Oilliamson (ou Williamson) naquit en 1740 et serait descendant d’un archer de l (...)
  • 35 Hilarion Henri Hingant de Saint-Maur naquit vers 1740 en Bretagne. Devenu officier en 1771, il émi (...)
  • 36 Louis de La Sicottière, Louis de Frotté et les insurrections normandes, 1793-1832, op. cit.

43En cette fin de l’année 1799, le brigandage était devenu nettement politique et le commissaire Lindet devait affronter plusieurs centaines de chouans parfaitement structurés. Rentré d’Angleterre en 1798, le comte de Frotté avait réorganisé les bandes chouannes et avait pris la tête de l’Armée catholique et royale de Normandie. En son absence, il avait confié le commandement de ses troupes à Oilliamson34 et placé la division d’Évreux de son « armée » sous l’autorité d’Hingant de Saint-Maur35 qui avait réussi à fédérer de jeunes royalistes et de nombreux réfractaires36. Face à une telle détermination, le commissaire Lindet décida d’user de mesures exceptionnelles dans la lutte contre les chouans et tous ceux qui, par conviction ou par passivité devenaient leurs complices.

1. Sanctions contre la passivité de certaines communes

44Dans certaines communes, les habitants avaient courageusement résisté aux chouans et les avaient mis en fuite. Lindet se félicita des réactions des citoyens de Saint-Vincent-du-Boulay, de Chambrais, du Bois-Renoult, d’Écauville et la colonne mobile de Bourth. En revanche, le commissaire attaquait les « lâches » qui, dans de nombreuses communes n’avaient pas réagi aux intrusions des « brigands royaux », cet attentisme confinant selon lui à de la complicité.

  • 37 ADE, 9 L 5.

45Le 6 brumaire an VIII (28 octobre 1799), Lindet dénonça les administrateurs d’une vingtaine de communes devant le tribunal civil du département. Celles-ci devaient être condamnées aux dommages et intérêts pour leur absence de réaction face aux brigands royaux. Saint-Nicolas-d’Attez (canton de Verneuil) était déféré pour des crimes remontant à l’an V tandis qu’Évreux l’était pour l’assassinat de Goubert ! Trois communes, Coudray, Harcourt et Tourny, se voyaient poursuivies pour leur passivité en messidor et thermidor an VII (juin-juillet 1799). Treize autres communes Tétaient pour leur inaction en fructidor an VII et vendémiaire an VIII (août-septembre 1799) ; dans neuf d’entre elles, des vols avaient été commis. À La Roquette ou à Boissy, il s’agissait d’un incendie, à Lyons, la colonne mobile avait été désarmée, à Verneuil des fusils avaient été volés. Le sursis à dénonciation était prononcé pour les cinq autres communes37. À l’issue d’un long réquisitoire de sept pages, les conclusions du commissaire central devinrent un arrêté décidant que les habitants des communes apathiques paieraient les réparations des dommages causés par les chouans.

Figure 14 – Louis de Frotté, chef de la chouannerie normande, ADE, 20 Fi 195

  • 38 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », art. cité.

On peut dire que le 6 brumaire an VIII (28 octobre 1799), après les grands épisodes de brigandage dans l’Eure, Lindet fit un coup de force en franchissant les bornes que la Constitution avait fixée à la compétence des commissaires en leur ordonnant de surveiller et non d’administrer – ce qui restait l’attribution des élus, au moins en principe. Comme les élus de l’Eure paraissaient apathiques et abouliques, Lindet, loin de se contenter de requérir l’application de la loi, indiqua par quelles voies on devait y parvenir38.

46Est-il possible réellement de parler de « coup de force » ? Contre qui ? Contre l’administration centrale « régénérée » ? En fait, celle-ci agissait de concert avec le commissaire. Dès son accession au commissariat, Lindet ne s’est pas contenté d’assister et de contrôler l’action de l’administration centrale. En acceptant la fonction, l’ancien conventionnel entendait bien décider, donner l’impulsion et conduire la politique du département.

2. Loi des otages ou conseil de guerre ?

47Si Lindet voulait sanctionner les communes trop passives, en revanche, il estimait difficile l’application de la loi des otages dans le département. Ce texte avait été voté par les Conseils le 24 messidor (13 juillet 1799) pour tenter de faire cesser le banditisme politique dont étaient victimes les fonctionnaires, les militaires et les acquéreurs de biens nationaux. Les administrations centrales devaient dresser une liste de personnes susceptibles d’être prises comme otages, choisies parmi les nobles, les parents d’émigrés, les complices des chouans ; en cas d’enlèvement ou d’assassinat de républicains, des otages pris sur la liste pouvaient être déportés.

48Le nouveau commissaire central, prêt à faire preuve de la plus grande fermeté à l’encontre des « brigands royaux », estimait cette loi difficile à mettre en œuvre. Le 28 vendémiaire an VIII (20 octobre 1799), il écrivait :

  • 39 AN, F7 7649 B.

La loi sur les otages nous est difficile à appliquer [...] En prenant cette mesure, il conviendrait de se rendre maître de la campagne et de pouvoir garantir les républicains des assassinats et des incendies dont ils sont menacés. On commettrait, ce me semble, une imprudence si on exposait les citoyens au système combiné de vengeance et de représailles que je vous ai annoncé et qui me paraît que trop bien concerté, la présence d’une force armée imposante et le moyen seul efficace et son action sera secondée sur toute la surface du département par les colonnes mobiles, mais ce mouvement sera illusoire s’il n’y a pas quelques troupes de ligne39.

49Lindet écartait l’application de la loi des otages par peur d’éventuelles représailles des chouans mais il réclama à plusieurs reprises la création d’un conseil de guerre à Évreux pour juger efficacement les « brigands », en effet il redoutait « la faiblesse ou la frayeur des officiers de police judiciaire ». La demande fut renouvelée par Harou, membre de l’administration centrale car actuellement « l’instruction a lieu dans trois ou quatre tribunaux correctionnels, ce qui la rend plus dispendieuse, plus difficile, plus propre enfin à faire échapper les coupables, par la dispersion des pièces probantes et la divergence des moyens ». Toutefois, le commissaire n’obtint pas satisfaction, pas plus que pour l’instauration d’une commission militaire après mise en état de siège des deux cantons de Saint-André et d’Ivry.

3. Suspensions d'administrateurs

  • 40 Ibid., F1 b II Eure 2.

50Dans sa lutte contre les chouans, Thomas Lindet voulait frapper leurs complices. Il ne se contenta pas de poursuivre une vingtaine de communes, il proposa la suspension de nombreux administrateurs, écrivant : « L’administration centrale vient de prononcer des suspensions et sollicitera du Directoire exécutif la mise en jugement de quelques agents et adjoints qui entravent l’exécution des lois sur les conscrits ou qui favorisent ouvertement le fanatisme. » Une quinzaine de cantons furent concernés, auxquels il faut ajouter deux municipalités urbaines, celle de Verneuil étant complètement renouvelée et celle de Louviers, trois suspensions furent prononcées. Dans une quinzaine de cantons ruraux, des élus furent suspendus parmi lesquels plusieurs présidents : Massé à Pont de-l'Arche, Guérin à Rugles, Denise à Quillebeuf mais cette dernière mesure fut rapportée. Parallèlement, de nombreux agents ou adjoints furent destitués : onze à Rugles, dix à Damville, six à Saint-André, cinq à Pont-de-l’Arche40.

  • 41 ADE, 229 L 11.

51Les motifs de suspension étaient toujours assez semblables : l’un était l’« auteur de patrouilles royales avant le 18 Fructidor », l’autre était considéré comme « inepte et sans civisme », un troisième est éliminé car il « fréquente les ennemis de la Révolution ». L’administration centrale sanctionna également des administrateurs pour des motifs religieux : celui-ci était qualifié de « fanatique outré », tel autre « protégeait des prêtres insoumis » tandis qu’un troisième était « membre d’une confrérie religieuse ». Toutefois, l’administration centrale eut parfois du mal à remplacer les administrateurs sanctionnés. En effet, après les nombreuses destitutions qui s’étaient déroulées depuis l’installation du régime, il devenait difficile de trouver de nouveaux administrateurs républicains, compétents et prêts à affronter les menaces des chouans. En cet automne 1799, après toutes les suspensions intervenues depuis le début du Directoire, le pays assistait à un réel épuisement du personnel politique local. Pourtant, cela n’empêchait pas l’administration centrale de continuer à rappeler à l’ordre les municipalités de canton. Le 14 brumaire an VIII (5 novembre 1799), elle leur reprochait leur « négligence, leur insouciance et leur apathie », leur « relâchement universel » et dénonçait la « scandaleuse conduite criminelle, l'indifférence et le sauvage égoïsme des agents41 ».

4. Envoi de commissaires civils

  • 42 Ibid., 12 L 1.

52Pour rénover « l’esprit public » dans ces administrations municipales, Thomas Lindet décida le 28 vendémiaire an VIII (20 octobre 1799) d’envoyer des commissaires dans le département. Ils disposaient des pouvoirs étendus, étaient chargés d’organiser à la fois dans toutes les parties du département, la levée des colonnes mobiles et des patrouilles et devaient aussi assurer le désarmement des royalistes, la recherche des brigands et des déserteurs. Les administrations municipales devaient leur obéir. Ils pouvaient également organiser des visites domiciliaires en faisant cerner et visiter les maisons suspectes ; ils étaient tenus de rendre compte régulièrement de leur mission à l’administration centrale42. Enfin, ces commissaires civils pouvaient déléguer leurs pouvoirs « à des fonctionnaires dont ils connaîtraient le civisme, la sagesse et l’énergie ».

53Parmi ces commissaires, figuraient deux membres de l’administration centrale, Harou et Delafolie qui étaient appuyés par Alexandre, président de la municipalité de Pont-de-l’Arche, Blin, président de l’administration municipale de Bourth, Osmont, commissaire à Bourgtheroulde et Juin commissaire à Harcourt. Voici les « arrondissements » confiés aux commissaires :

  • Harou, Osmont et Juin : Bernay et Pont-Audemer ;
  • Delafolie : au delà de la Seine et cantons de Pont-de-l’Arche, Gaillon, Le Vaudreuil ;
  • Blin : Verneuil, Évreux, Pacy et Vernon ;
  • Alexandre : Évreux et Louviers.
  • 43 ADE., 210 L 1, 179 L 8 et 199 L 3.
  • 44 AN, F7 7698.
  • 45 Ibid.
  • 46 ADE, 12 L 11.

54Ces commissaires n’eurent guère le temps d’intervenir dans les différents cantons. Dans les registres de délibérations, nous avons trouvé essentiellement trace de la tournée de Delafolie. À Lyons, il encouragea le renouvellement de la colonne mobile. Quelques jours plus tard, aux Andelys, il organisa des visites domiciliaires. À Étrépagny, la colonne mobile fut réorganisée tandis que l’ancien commissaire néo-jacobin Lemasle se considérait comme délégué de Delafolie43. Ce dernier trouva un appui auprès du club néojacobin d’Étrépagny, dans le Vexin normand, lequel regroupait une vingtaine de membres selon un rapport du commissaire près du canton d’Écouis44. Qualifiés d’« anarchistes », les responsables de cette société politique n’étaient « connus que par les excès auxquels ils se sont portés dans les temps orageux de la Révolution » et « pour leur attachement pour tout ce qui pourrait ramener l’anarchie en France ». Parmi les membres de cette société figuraient donc Lemasle, ancien commissaire à Étrépagny et considéré comme le chef du club, Vaudran ex-président de l’administration de canton d’Étrépagny et Dubois, commissaire du canton de Suzay. Le groupe se réunissait à Étrépagny, chez l’aubergiste Lavertu, ou dans des communes environnantes45. Cette société était active puisque, selon le commissaire d’Écouis, ses membres « se rassemblent journellement ». Des femmes participaient au club, en particulier la « citoyenne Blin » qui assurait même parfois la présidence. Le responsable du club d’Étrépagny faisait de fréquents séjours à Évreux tandis que Delafolie, administrateur du département et commissaire civil pour le Vexin, s’était rendu à plusieurs reprises à Étrépagny, « au moins six fois ». Au cours de ces réunions une liste de proscription comportant quatre-vingt noms aurait été élaborée46.

55Le club néo-jacobin d’Étrépagny n’était pas le seul. Il subsistait dans le département des noyaux de républicains avancés, héritiers des anciens cercles constitutionnels. Comme Bernard Gainot, nous avons repéré leur existence grâce aux adresses envoyées au Corps législatif et au Directoire après les événements du 30 prairial. Des groupes de néo-jacobins existaient donc à Saint-Didier et à Mandeville, dans le canton de Canappeville. Un cercle constitutionnel, les Amis de la République, fonctionnait encore à Pont-de-l'Arche. Mais ces noyaux néo-jacobins n’étaient pas très nombreux, dispersés sur le territoire du département et ils n’apportèrent pas un réel appui à l’action du commissaire et de l’administration centrale. Il n’y eut pas d’action coordonnée entre intervention militante sur le terrain et travail institutionnel mené au niveau du département par le commissaire néo-jacobin et l’administration centrale présidée par Morel. Décidément, on n’était plus en l’an II, ce que regrettait Lindet, nostalgique de « cet enthousiasme qui illustra les premières années de la Révolution ».

56Se sentant assiégé dans un département en proie au brigandage et à la chouannerie ainsi que dans son chef-lieu, Évreux, qu’il n’aimait pas et qui le lui rendait bien, Lindet mena une action résolue, ne se laissant donc pas enfermé dans les limites attribuées à la fonction de commissaire central. L’article 191 de la Constitution de l’an III prévoyait que celui-ci « surveille et requiert l’exécution des lois ». Il est clair que l’ancien conventionnel montagnard ne se borna pas à ce rôle de contrôle. Il décidait et donnait l’impulsion ; ayant à ses côtés une administration centrale fidèle, il s’attribua des pouvoirs importants lui permettant d’agir dans deux domaines qu’il jugeait prioritaires : la réussite de la conscription et la lutte contre les « brigands royaux ». L’instance départementale ne comptant pas de fortes personnalités, accepta de s’effacer derrière son commissaire. L’ancien évêque constitutionnel fut un peu un préfet avant l’heure, ne disposant pas en droit de pouvoirs étendus, mais dirigeant la politique du département dans une conjoncture difficile.

  • 47 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », art. cité.

57Gérard Hurpin écrit : « Le temps a manqué pour que l’on puisse dire si l’expérience d’un sauvetage purement civil de la Révolution eût été concluante, quoique l’action de R. T. Lindet à Évreux nous donne quelques éléments de réponse47. » Le dernier commissaire central de l’Eure n’a été en place que quelques mois et il n’a guère eu le temps de mettre en œuvre sa politique. Pourtant, durant cette brève période, il a tout de même réussi à porter des coups sévères à la chouannerie dans le département comme le reconnut le député Dupont. Toutefois, les mesures d’exception qu’il fut contraint de prendre le coupèrent des républicains modérés et de la grande majorité de la députation du département. Brumaire, nous allons le voir, allait sonner le glas de ce commissariat néo-jacobin.

Notes

1 AN, F1 b II Eure 2.

2 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ?, op. cit., p. 399.

3 AN, F1 b II Eure 2.

4 Léon Dubreuil fait référence à un document intitulé Précis de la situation politique de la commune d’Évreux, dirigé contre Thomas Lindet, texte conservé aux archives municipales d’Évreux qui n’a pu être retrouvé.

5 ADE, 9 L 9.

6 AN, F1 b II Eure 2.

7 ADE, 9 L 8.

8 AM Évreux, 2 D 38.

9 ADE, 9 L 8.

10 AN, F1 c III Eure 8.

11 Ibid., F1 b II Eure 2.

12 Dominique Soulas de Russel, Un révolutionnaire normand : Robert-Thomas Lindet à travers sa correspondance familiale de 1789 à 1799, Luneray, Éditions Bertout, 1997.

13 Georges Lefebvre, La France sous le Directoire, 1795-1799, op. cit., p. 474.

14 François Pascal, L’économie dans la Terreur : Robert Lindet, 1746-1825, op. cit., p. 335.

15 ADE, 33 L 93.

16 ADE, 33 L 94.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Alain Roussel, La conscription dans l’Eure de 1798 à 1807, op. cit.

20 Antoine-Audet Hargenvilliers, Compte général de la conscription, op. cit.

21 AN, F1 b II Eure 2.

22 Ibid., F7 7649 B.

23 Ibid., F7 3675-5.

24 Ibid.

25 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », Annales de Normandie, art. cité, p. 103-130.

26 AN, F7 3675-4.

27 Ibid., F7 3675-5.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid., F7 7649 B.

31 ADE, 9 L 9.

32 Ibid., 207 L 3.

33 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », art. cité.

34 Gabriel François d’Oilliamson (ou Williamson) naquit en 1740 et serait descendant d’un archer de la garde écossaise. Il émigra pendant la Révolution et devint l’un des lieutenants de Frotté.

35 Hilarion Henri Hingant de Saint-Maur naquit vers 1740 en Bretagne. Devenu officier en 1771, il émigra en 1791 et rejoignit l’armée de Condé avant de devenir l’un des chefs des chouans de Normandie.

36 Louis de La Sicottière, Louis de Frotté et les insurrections normandes, 1793-1832, op. cit.

37 ADE, 9 L 5.

38 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », art. cité.

39 AN, F7 7649 B.

40 Ibid., F1 b II Eure 2.

41 ADE, 229 L 11.

42 Ibid., 12 L 1.

43 ADE., 210 L 1, 179 L 8 et 199 L 3.

44 AN, F7 7698.

45 Ibid.

46 ADE, 12 L 11.

47 Gérard Hurpin, « La fin du Directoire en Haute-Normandie », art. cité.

Table des illustrations

Légende Figure 13 – Emprunt forcé de l'an VII : injonction à payer sous peine de sanction, ADE, 33 L 94.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 14 – Louis de Frotté, chef de la chouannerie normande, ADE, 20 Fi 195
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search