Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Ve Partie. Les ultimes missions de deux commissaires (Germinal an VII - Brumaire an VIII)

Chapitre XVII. Rever, un pédagogue égaré en politique

Texte intégral

1Savary ayant été élu au Conseil des Cinq-Cents aux élections de l'an VII (avril 1799), le poste de commissaire central était de nouveau vacant. Qui allait le remplacer et quelle action allait mener le nouveau commissaire alors que le brigandage se développait ?

A. Le retour de Rever en politique

2Le 26 floréal an VII (15 mai 1799), plusieurs membres du Corps législatif du département (Lecerf, Dupont, Eudes, Crochon, Jan d’Hauterre et Leroy) proposèrent au Directoire exécutif de nommer Rever au poste de commissaire, dressant dans leur courrier, un portrait élogieux de l’ancien curé de Conteville :

  • 1 AN, F1 b II Eure 2.

Nous nous sommes fait un devoir de rechercher celui de nos concitoyens que nous pouvions vous indiquer comme le plus digne de votre confiance. Après examen approfondi des personnes, entre lesquelles la concurrence pouvait s’établir, nous avons unanimement reconnu que le citoyen Rever, ex-législateur, est celui qui, sous tous rapports, mérite la préférence. Ce citoyen, dans ses actes comme dans ses discours, a donné des preuves constantes d’attachement à la République et au gouvernement constitutionnel. Ses connaissances en politique et en administration sont très vastes. Il a un caractère ferme, l’esprit conciliant et le tact très fin, et il joint, à un mérite éminent, une rare modestie. Nous ne devons cependant pas vous laisser à ignorer qu’il a été prêtre ; mais aussi qu’il a abandonné les mômeries du culte catholique1.

3Savary, qui venait d’arriver à Paris pour siéger aux Cinq-Cents, appuya lui aussi cette demande, écrivant notamment : « Il a pour lui le vœu des républicains et l’opinion publique du département. » À noter que deux députés, Langlois et Guilbert, fraîchement élus, n’exprimèrent pas leur soutien à la candidature de Rever ; cette absence de prise de position avait-elle une signification politique ?

  • 2 Léon Dubreuil, François Rever, 1753-1826, Paris, Librairie ancienne Edouard Champion, 1924.

4Pour le biographe de Rever, Léon Dubreuil2, en proposant sa candidature, la majorité des députés du département soutenaient l’ancien adversaire de Thomas Lindet au poste d’évêque constitutionnel, le représentant de « l’ancien parti Buzot » qui avait « une sorte de revanche à prendre ». Il semble exagéré de considérer Rever comme membre de « l’ancien parti Buzot » : l’élu à la Législative ne s’était pas engagé dans l’aventure du fédéralisme normand. Il avait été incarcéré neuf mois à Pont-Audemer pendant la Terreur non pas pour fédéralisme mais plutôt pour ne pas avoir remis à temps ses lettres de prêtrise. Peut-être fut-il également sanctionné pour l’attitude de son frère aîné, Julien Rever, qui, compromis dans la conjuration de la Rouerie, émigra à Jersey ? Une fois libéré, après Thermidor, Rever s’était vu proposer un poste d’administrateur du département par le représentant Bernier mais il l’avait refusé. S’étant tenu à l’écart des luttes politiques durant le Directoire, il s’était consacré à sa profession d’arpenteur et à la mise en place de l’École centrale, devenant son bibliothécaire et, en ce printemps 1799, il apparaissait comme l’homme du consensus.

  • 3 AN, F1 b II Eure 2.

5Dès le 29 floréal an VII (18 mai 1799), le ministre de l’Intérieur, suivant le vœu de la plupart des députés, proposa au Directoire la nomination de Rever au poste de commissaire central de l’Eure. Le 13 prairial (1er juin) l’ancien curé de Conteville accepta mais demanda un délai de quinze à vingt jours « pour terminer quelques opérations » relatives à sa profession d’arpenteur3. Le Directoire nomma donc officiellement le 8 prairial an VII (18 mai 1799) Marie-François-Gilles Rever commissaire central du département.

6Pourquoi ce dernier accepta-t-il ce poste alors que le 8 germinal an III (28 mars 1795), il avait refusé la fonction d’administrateur départemental proposée par Bernier ? Pensait-il que son heure était venue ? Est-ce pour cela qu’il s’était fait désigner comme électeur par l’assemblée primaire de Beuzeville ? N’ayant pas été élu député, pensait-il que le commissariat constituait pour lui une sorte de « lot de consolation » ? Son biographe, Léon Dubreuil écrit :

  • 4 Léon Dubreuil, François Rever, 1753-1826, op. cit.

En l'an VI, [...] l’organisation de l’École centrale suffisait à ses préoccupations. Et voici que soudain, au moment où ses idées sur l’enseignement et l’éducation prennent corps, se précisent et se développent, il accepte les fonctions les plus incompatibles qui soient avec son caractère ! Car la politique, en l’an VII, ce n’est précisément ni de la science, ni même de l’administration : c’est une œuvre de police, conduite quelquefois à visage découvert, mais le plus souvent par des sapes souterraines, au moyen de mouchards et d’espions. Lutte sournoise contre la Chouannerie, également sournoise4.

  • 5 Ibid., p. 7,19 et 50.

7En fait Rever manquait d’expérience politique. Il avait bien été administrateur du département, mais dans des temps plus calmes. Il avait certes été député à la Législative mais il n’avait joué qu’un rôle effacé dans cette assemblée, n’intervenant pratiquement jamais dans les débats et se contentant de rédiger quelques rapports. De plus la fonction de député ne préparait pas forcément à des responsabilités « exécutives », à la tête d’un département traversant une crise profonde. Rever n’avait guère de relations à Paris, au Directoire ou parmi les ministres. Robert Lindet, le nouveau ministre des Finances, était originaire de l’Eure et, comme Rever, avait siégé à la Législative mais les deux hommes ne s’appréciaient guère. En revanche, le nouveau commissaire connaissait bien l’un des nouveaux directeurs, Gohier, son « ancien condisciple » au collège de Rennes puis son collègue à la Législative5.

Figure n - François Rever, membre du jury d’instruction, tableau de Desoria, Musée d’art, histoire et archéologie, Évreux © J.-P. Godais.

B. Agir avec la nouvelle administration centrale

8Le commissaire se mit au travail, cependant, durant quelques semaines, il chercha tout d’abord à s’informer. Rever adressa le 23 messidor an VII (1 r juillet 1799) au ministre de l’Intérieur son premier rapport : « Quand on est jeté soudain au travers d’une tempête, il faut un peu de temps pour se reconnaître et je ne suis en fonction que depuis environ quinze jours » écrivait-il. Dans son rapport, le nouveau commissaire pointait les causes de mécontentement :

  • l’emprunt forcé de 100 millions qui « fait moins de mal que le reste parce que les gens riches sont les moins nombreux » ;
  • la taxe des barrières, « bonne en elle-même » mais qui « mécontente - avec fondement - tous les hommes des champs qui en sont voisins » ;
  • l’impôt sur les portes et fenêtres qui « a fait plus de mécontents par ses augmentations successives que par sa création » et pour lequel Rever proposait des réformes.
  • 6 ADE, 9 L 4 et 9 L 11.

9Pour affronter le mécontentement de la population, le nouveau commissaire allait devoir travailler avec une administration centrale largement renouvelée après les élections de l’an VII (avril 1799). Aux côtés de l’ancien administrateur Morel, quatre nouveaux membres y siégeaient maintenant : Lehec, Gattier ainsi qu’Harou et Dulong. La nouvelle équipe se réunit pour la première fois le 15 floréal an VII (4 mai 1799) et choisit Lehec comme président. Rever vint ensuite siéger aux côtés de l’administration centrale, le secrétariat étant toujours confié à Roussel avec Picard comme secrétaire adjoint6.

10Il est possible de considérer la plupart de ces administrateurs comme des « directoriaux », adversaires des royalistes mais redoutant l’action des néojacobins. Le nouveau président Lehec s’était fait remarquer aux Andelys pour son action nettement hostile aux néo-jacobins, s’opposant à son collègue du canton rural, Mailloc, et faisant interdire la diffusion de la Constitution de 1793 dans sa ville. En revanche Morel et surtout Harou se situaient plus à gauche et pouvaient être considérés comme proches des « républicains avancés ». Cette nouvelle administration centrale ne faisait pas l'unanimité parmi les républicains. Dans une situation politique difficile, Rever entamait donc son commissariat avec une administration centrale contestée par les néo-jacobins, alors que l’union de tous les républicains aurait été souhaitable pour affronter les nombreux motifs de mécontentement de la population.

11La mise en place des barrières sur les grandes routes et les conditions de la perception du droit de passe restaient très impopulaires, Rever le reconnaissait lui-même. Par la loi du 14 brumaire an VII (4 novembre 1798), la régie directe avait été abandonnée et l’État avait décidé « la mise en ferme des barrières ». Comme dans chaque département, l’administration centrale de l’Eure avait établi un cahier des charges recensant les obligations des adjudicataires. Les fermiers devaient avant tout entretenir la portion de route pour laquelle ils avaient été choisis et, en contrepartie, les barrières et les bâtiments annexes leur étaient confiés ; ils recrutaient eux-mêmes les préposés chargés de prélever la taxe, ces derniers devant obligatoirement dresser chaque jour un état sur papier timbré des taxes perçues ainsi que des amendes. Plusieurs entrepreneurs ayant travaillé pour le département sans donner satisfaction furent « évincés pour non exécution de leurs baux » et seuls six fermiers furent retenus.

12Les relations entre les administrations cantonales et les fermiers n’étaient pas toujours très bonnes. Le nouveau commissaire central du département demanda aux commissaires cantonaux de régler les conflits qui pouvaient apparaître entre fermiers et voyageurs, leur écrivant le 15 messidor an VII (4 juillet 1799) :

  • 7 AN, F14 813.

Il faut que le fermier d’une barrière jouisse des droits que l’État lui garantit par son bail ; comme il faut aussi accorder la plus grande protection à tous les redevables dès que le percepteur veut en faire la victime de sa cupidité ; en un mot, il faut que la plus exacte justice soit observée par les uns et les autres ; et l’on y parviendra je crois, aisément, en déterminant toutes les circonstances dans lesquelles le taux présumé d’une passe peut souffrir ou des exceptions ou des modifications7.

13Mais la perception du droit de passe par les fermiers continuait à provoquer des incidents, exploités par les royalistes.

C. La lutte contre les « brigands royaux »

14Pour l’administration centrale, contestée par les « républicains avancés » qui réclamaient sa destitution, le danger venait surtout des « brigands royaux ». Sous ce vocable, étaient désignés à la fois les malfaiteurs de droit commun et les chouans. Le brigandage n’avait pas cessé pendant l’année au cours de laquelle Savary avait occupé le poste de commissaire, mais la « malveillance », pour reprendre le terme officiel, connut un net renouveau dans le courant de l’an VII. Avec l’administration centrale, Rever n’allait donc pas œuvrer à une sage gestion du département ; sa tâche essentielle consistait à y rétablir l’ordre. Très déterminé à réprimer les « méfaits » des brigands, mais ne disposant pas de forces suffisantes pour mener une répression efficace, Rever tenta d’infiltrer les bandes chouannes afin d’obtenir des renseignements. Ces actions de police secrète pouvaient-elles avoir une réelle efficacité ?

1. Reprise des incidents

  • 8 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, op. cit.

15Un mois après sa nomination, le nouveau commissaire central fut confronté à un grave incident. Au matin du 2 messidor an VII (20 juin 1799), des gendarmes conduisaient quatre individus, « prévenus de conspiration contre la sûreté intérieure de la République et accusés d’émigration », à Caen où ils devaient être traduits devant la commission militaire. Vers 9 heures, près du bois de Parville près d’Évreux et l’un d’entre eux fut tué8. Dans son compte-rendu au ministre de la Police générale, Rever s’indignait : « Encore un nouvel assassinat exécuté par des contre-révolutionnaires de l’intérieur avec des circonstances qui nous donnent la mesure de leur audace et de leur sang-froid dans la conception du crime. » Suite à cette alerte, 200 à 300 hommes se réunirent pour faire des battues mais la commune de La Bonneville refusa de répondre au son de la cloche et fut sanctionnée par l’administration centrale. Ces actions n’eurent d’ailleurs guère de résultats car si plusieurs individus, prévenus de l’assassinat du gendarme, furent arrêtés mais leur innocence fut ensuite reconnue. Cet événement provoqua une grande émotion dans le secteur d’Évreux. Il ne s’agissait que d’un coup de main réussi mais il prouvait que les chouans étaient bien renseignés et disposaient de complices dans les administrations.

  • 9 ADE, 12 L 10.
  • 10 AN, C 686.
  • 11 ADE, 198 L 3.

16En marge de cette action violente, des libelles royalistes étaient diffusés dans le département. Les « malveillants » s’en prenaient également aux arbres de la Liberté. Une série de destructions eut lieu notamment dans le Nord-Est du département : à Forêt-la-Folie (canton de Suzay), à Bacqueville (canton d’Écouis), à Hennezis (canton des Andelys), à Surcy et Mézières9 (canton de Tilly), à Rosay10 (canton de Lyons). L’abattage d’un de ces symboles de la Révolution fut l’occasion d’un nouvel assassinat. À Coudray, dans le canton d’Écouis, des « brigands », en train de scier l’arbre de la Liberté, furent surpris par Masset, « patriote recommandable ». Les « brigands » se saisirent de lui, le conduisirent au pied de l’arbre de la Liberté et le tuèrent à bout portant11. Signalant cet assassinat au ministre de la Police générale, Rever regrettait l’absence de réaction des habitants de la commune qui, effrayés, étaient restés terrés chez eux. Un autre assassinat se produisit dans la nuit du 27 au 28 thermidor an VII (14 au 15 août 1799). Casse, ancien administrateur du district d’Andeli et agent de Cantiers (canton de Suzay) qui revenait de Civières, dans le canton d’Écos, fut retrouvé battu à mort sur un chemin.

17Afin de réprimer ces forfaits et d’assurer le maintien de l’ordre, Rever comptait sur « la combinaison entre la troupe de ligne et les colonnes mobiles ». Mais celles-ci n’étaient pas encore organisées partout, même si le commissaire les jugeaient « excellentes en quelques endroits ». Cette force armée placée sous l’autorité d’un administrateur, devait parcourir quelques « cantons infestés du département » afin de fouiller certaines maisons et arrêter des suspects.

18Une fois appréhendés, les « brigands royaux » auraient dû être sévèrement punis par la justice mais les juges de paix faisaient souvent preuve de mansuétude à leur égard. Rever se plaignit d’ailleurs de leur attitude dans une lettre au ministre Quinette en date du 15 thermidor an VII (2 août 1799) :

  • 12 Cité par Léon Dubreuil, François Rever, 1753-1826, op. cit.

C’est à l’ordre judiciaire qu’il appartient de poursuivre et de punir les contrerévolutionnaires et, malheureusement les juges de paix, qui forment le premier degré de cet ordre, laissent les coupables s’enhardir à de nouveaux forfaits par l’impunité de ceux déjà commis. Il est difficile de se former une idée de la mauvaise composition des juges de paix12.

2. Obtenir des informations pour lutter contre la chouannerie

19Toutefois, Rever estima que la force et la répression ne suffisaient pas et il jugea nécessaire d’obtenir des renseignements au sujet des faits et gestes des bandes de chouans sévissant dans le département. Afin de les infiltrer, le commissaire souhaitait l’affectation secrète d’espions à son service ; il s’en ouvrit par lettre le 1er thermidor an VII (19 juillet 1799) à Bourguignon, ministre de la Police générale. Dans cette correspondance secrète, Rever réclamait deux espions :

Il me faudrait : premièrement un homme assez bien couvert parlant aisément, pouvant faire quelques dépenses à propos, voyageant à cheval ou à cabriolet, ayant passeport ou sauf-conduit ostensible, soit de Condé, soit de Louis XVIII, [...] L’autre espion dont j’ai également besoin, ne serait ni du même genre, ni pour le même rôle. Il n’aurait pas non plus la même dépense à faire et je me chargerai de l’entretenir sur les fonds que votre prédécesseur m’avait fait passer et dont j’ai encore à peu près les trois quarts. Celui-là serait pour l’intérieur des grandes communes, et, s’il avait de l’instruction, un peu d’habitude du monde, on lui donnerait une petite pacotille de colporteur, et, s’il était possible, quelques lettres de prêtrise [...] S’il n’avait pas assez d’instruction pour jouer ce rôle-là, il ferait celui de vendre quelques aunes de mauvais draps et battrait les buissons dans les cafés et les cabarets décrassés.

20Rever n’obtint qu’à moitié satisfaction puisque le ministre de la Police générale lui accorda un espion. Il s’agissait du dénommé Baudet, un militaire ex-commandant de la place de Saint-Venant, se faisant appeler Lambert. Le commissaire ne fut d’ailleurs informé que tardivement de son véritable nom car la méfiance était de rigueur au ministère de la Police générale. Lambert fut envoyé dans le département de l’Eure muni d’une instruction générale en date du 8 thermidor (26 juillet 1799) :

  • 13 AN, F7 3675 4.

Il prendra tous les moyens de prudence et d’adresse pour connaître les agents principaux de la Royauté, leurs projets, leur correspondance, l’organisation de leur parti. Il s’informera sur le champ de la situation du département relativement aux conscrits et aux troubles que l’on espère fomenter par leur moyen. [...] Ce citoyen se concertera pour ses opérations avec le commissaire du Directoire exécutif ; il gardera du reste le plus profond secret, seul garant du succès de ses observations ; il entretiendra avec le ministre de la Police générale une correspondance exacte dans laquelle il aura soin de ne jamais confondre les objets de nature différente13.

21Lambert devait rejoindre l’Eure le 11 thermidor an VII (29 juillet 1799) mais ayant été retenu à Paris pour maladie, il n’arriva à Évreux que le 21 thermidor (8 août). Il entra immédiatement en contact avec Rever, et s’installa à Évreux, rue de l’Horloge. Le commissaire demanda à Lambert d’attendre quelques jours avant d’entamer sa mission car il voulait le mettre à l’épreuve et juger s’il méritait sa confiance. L’identité de l’espion n’était connue que du commissaire et du capitaine de gendarmerie.

22À partir du 23 thermidor an VII (10 août 1799), Lambert adressait régulièrement une correspondance secrète à Fouché, nouveau ministre de la Police générale depuis le 12 thermidor (30 juillet 1799). Dans son courrier, l’agent secret décrivait un département où de nombreux conscrits déserteurs se cachaient dans les forêts, « moins pour chouanner que pour échapper à la conscription ». À son avis, l’Eure comptait peu de chouans actifs mais beaucoup de complices. Y courait la rumeur d’un « coup » des royalistes qui prépareraient une « vengeance aristocratique » pour le jour de la Saint-Louis (8 fructidor an VII, soit le 25 août 1799) où, selon leur expression, ils voulaient « faire danser » les républicains.

  • 14 Ibid.

23Afin de donner une « couverture » à Lambert dans le département, Rever souhaitait obtenir une fonction militaire pour l’agent secret. Le commissaire central demanda donc à Fouché d’intervenir auprès du ministre de la Guerre, Bernadotte, afin de le nommer membre du jury du département de l’Eure chargé de l’organisation de l’armée auxiliaire. Toutefois les services du ministère ne donnèrent pas suite à cette demande, à la grande déception du commissaire. Ce dernier se mit à apprécier un espion qui avait « de l’adresse et de la bonne volonté » ; un climat de confiance s’établit entre les deux hommes. Lambert réussit à obtenir certains renseignements. Il dénonça notamment le dénommé « Dubuc, ci-devant noble demeurant dans ses propriétés situées dans le canton de Bourgtheroulde14 ».

24L’action de Lambert fut donc assez limitée. Il est vrai qu’il ne disposa de guère de temps. Sur les conseils de Rever, il s’intéressa à

une assez mauvaise troupe de comédiens [...] quelques uns de la bande ont d’autres intentions que celles du théâtre parce que ces gens-là ne font presque rien et parce que leurs recettes, toujours au-dessous de leurs dépenses, ne suffiraient pas à leurs besoins s’ils ne recevaient des secours étrangers.

25Lambert considéra ces comédiens comme des émissaires des chouans et des complices de l’enlèvement des prisonniers conduits à la commission militaire de Caen. Il était prêt à s’introduire dans la troupe comme comédien amateur à condition d’être payé...

26En effet, l’agent Lambert n’était pas désintéressé. Il était appointé par Rever sur les fonds spéciaux dont disposait le commissaire central et avait déjà reçu 48 francs à titre d’avance mais, très vite, il réclama de nouveaux versements. Il avait notamment besoin d’argent pour faire venir de Paris des objets d’habillement et son uniforme. Dans l’un de ses courriers, il annonçait, non sans cynisme, qu’il conditionnait son action à ses émoluments affirmant que, si pour le moment, il fait preuve de prudence, il serait plus actif lorsqu’il connaîtrait le montant de ses appointements.

D. Lutter contre les complices des « brigands royaux »

27Rever considérait que la lutte contre le brigandage et la chouannerie passait par une action résolue contre leurs complices. Il engagea donc une action contre le « fanatisme » qui a ses yeux constituait un allié de la chouannerie et était signe d’un refus de la Révolution. De même, il décida de s’en prendre aux déserteurs et à certains agents siégeant dans les administrations cantonales.

1. Contre le « fanatisme »

28Rever tenta tout d’abord de faire respecter le repos du décadi. Le ministre de la Police générale, bien mieux renseigné que le commissaire, recevait des informations de correspondants vivant dans le département et lui signalant des entorses au repos décadaire. Aussi le ministre demanda-t-il au commissaire pourquoi le marché de Charleval se tenait « le jour du ci-devant dimanche au détriment du décadi ». Rever tenta de minimiser la chose, estimant que le marché du dimanche à Charleval n’en était pas véritablement un :

Les jours fériés de l’ancien calendrier sont exposés et vendus quelques comestibles. Mais cette exposition, cette vente ne constituent point un marché. Elles ont pour but de satisfaire aux petits détails du ménage et elles sont provoquées par la réunion des citoyens aux cérémonies religieuses.

29Il entendait agir avec souplesse, incitant les administrations à respecter le décadi.

30Les célébrations décadaires n’étaient pas toujours organisées par les administrations cantonales et les adversaires de la Révolution s’en prenaient au temple décadaire que ce fût à Saint-André ou à Vernon. Dans un rapport, Rever estimait que les autorités n’étaient pas assez fermes pour lutter contre les traditions anciennes :

Ils [les commissaires cantonaux] savent ni les uns ni les autres comment soutenir les droits du décadi contre les invasions du dimanche. Le rapport de François de Nantes, les silences du Corps législatif et l’assurance des prêtres font déserter les institutions républicaines, rallient toutes les campagnes aux anciennes coutumes et déconcertent les fonctionnaires publics.

31L’administration centrale et le commissaire combattaient les « rassemblements fanatiques » se tenant dans le département. Il s’agissait le plus souvent de la célébration d’anciennes fêtes patronales ou de pèlerinages. De plus, les autorités s’inquiétaient de la diffusion dans le département d’écrits « fanatiques » comme ce libelle intitulé Invitation aux âmes pieuses, diffusé le 2 fructidor an VII (19 août 1799) et se terminant par un appel à réciter cinq Pater et cinq Ave pendant neuf jours.

32Dans sa lutte contre le « fanatisme », Rever voyait d’un mauvais œil la réorganisation du diocèse d’Évreux. L’ancien candidat au poste d’évêque constitutionnel qui avait rendu ses lettres de prêtrise, s’était détaché du catholicisme tout en restant un farouche adversaire des réfractaires. Il redoutait la nomination d’un évêque par ses anciens confrères jureurs. Ce clergé constitutionnel avait désigné un conseil presbytéral puis un évêque avait été choisi le 9 thermidor an VI (27 juillet 1798), à Louviers. Il s’agissait de Lamy, curé de Saint-Clair-d’Arcey qui devait être sacré à Louviers près d’un an après sa désignation, le 19 messidor an VII (7 juillet 1799).

  • 15 AN, F7 7616.

33Le clergé constitutionnel du diocèse fut convié à la cérémonie du sacre mais plusieurs lettres d’invitation furent interceptées et le 15 messidor an VII (3 juillet 1799), le ministre de la Police générale fut informé de ce projet de sacre par Barrault, commissaire de Tilly, puis par Lefèbvre, commissaire à Vernon15. Une fois encore, Rever fut prévenu par le ministre Bourguignon d’un événement qui allait se dérouler dans son département. Dans la précipitation, le commissaire central alerta l’administration municipale de Louviers et décida de se rendre sur place afin d’empêcher la cérémonie.

  • 16 AM Louviers, 1 D 7, registre des délibérations de l'administration municipale (1er sept. 1798-18 m (...)

34Le 19 messidor an VII (7 juillet 1799), trois évêques constitutionnels étaient réunis à Louviers : Bécherel, de la Manche ; Lefessier, de l’Orne et Desbois de Rochefort, de la Somme. Les administrateurs municipaux constatant que leur commune « fût le théâtre d’une cérémonie aussi marquante » craignaient pour l’ordre public. Rever était donc présent à la municipalité de Louviers qui siégeait en permanence. L’un des évêques et Maille, curé de Louviers, se présentèrent à la municipalité et demandèrent l’autorisation de pénétrer dans l’église16. Rever refusa et la cérémonie ne put avoir lieu. N’ayant pu être sacré à Louviers, Lamy le fut à Notre-Dame de Paris le 26 messidor suivant (14 juillet 1799) par Royer, évêque de l’Ain en présence de Saurine, évêque des Landes et de Grégoire.

  • 17 AN, F 7 7616.

35Rever rendit compte au ministre de la Police générale de la manière dont il avait agi en cette circonstance. Celui-ci le félicita pour son action et son « zèle civique ». Toutefois le commissaire avait été vexé d’avoir été prévenu par le ministre de la Police générale et d’avoir reçu des instructions très tardivement. Dans sa lettre au ministre Bourguignon du 28 messidor (16 juillet 1799), il mettait en cause la tolérance des autorités nationales à l’égard des prêtres réfractaires qui ne pouvaient que gêner l’action des administrateurs locaux17.

2. Contre les déserteurs

36Rever entreprit également d’engager la lutte contre les déserteurs qui partaient renforcer les bandes chouannes. Étant donnés les dangers qui menaçaient la France au printemps 1799, par la loi du 28 germinal an VII (17 avril 1799), les Conseils décrétèrent la mobilisation de 150 000 hommes. Étaient appelés sous les drapeaux les conscrits de vingt ans n’ayant pas encore rejoint leur corps puis ceux des deuxième et troisième classes. Pour cette levée, l’administration donna des entorses à la loi Jourdan : les jeunes gens appelés à fournir le contingent pouvaient présenter des remplaçants. Les administrateurs du département se félicitèrent d’avoir pu équiper de nombreux soldats, écrivant le 17 thermidor an VII (4 août 1799) :

Nous avons en un mois et demi, envoyé 1 500 hommes aux armées ; les deux premiers détachements n’ont pu recevoir en partant les effets de petits équipements parce que les administrations municipales ne nous avoient pas alors fait parvenir une quantité suffisante. Ces effets ont été depuis expédiés à Bruxelles.

  • 18 ADE, 7 L 23.

37Pour la mobilisation des deuxième et troisième classes, le contingent du département de l’Eure était fixé à 2 186 hommes sur lesquels seulement 1 169 soit 53,46 % de l’effectif, partirent réellement pour Bruxelles, lieu de leur destination. Les documents n’expliquent pas combien y arrivèrent. Le 21 floréal an VII (10 mai 1799), trois compagnies de conscrits formées de 100 hommes chacune et comprenant quelques réquisitionnaires, partirent d’Évreux pour Bruxelles sous la conduite d’officiers placés sous les ordres du général de brigade Delarue. Leur départ donna lieu à une manifestation civique au cours de laquelle les conscrits se virent offrir de l’eau de vie avant de porter des toasts à la République. Selon un courrier de l’administration centrale, non seulement les jeunes soldats partirent « sans réclamation » mais dans l’enthousiasme, le général « électrisant leurs âmes par des airs républicains [...] entonnant lui-même les chants civiques18 ». Escortés par le général et par un administrateur du département, les conscrits furent accompagnés dans leur marche à deux kilomètres d’Évreux. Selon Nicolas Rogue, leur regroupement et leur départ eurent lieu dans des conditions bien différentes :

  • 19 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux de 1740 à 1830, op. cit.

Ceux qui n’avoient point de caution, ils étoient retenus au dépôt avec une rigidité tyrannique, puisqu’ils n’étoit pas même permis aux pères et mères et même aux épouses de ces malheureux d’entrer pour les consoler et leur donner les aliments nécessaires ; ce n’étoit que larmes et gémissements, tandis que les chefs se réjouissoient en les faisant partir par centaines au son de la musique et les accompagnant jusque dehors la ville où le général les embrassoit en partant19.

38Lorsque la situation militaire s’aggrava encore, les autorités firent appel aux quatrième et cinquième classes. Le 10 messidor an VII (28 juin 1799), enfin, devant l’imminence des périls, toutes les classes susceptibles de se porter sous les drapeaux furent levées et concentrées à Évreux pour former des bataillons auxiliaires comme nous le verrons dans le chapitre suivant.

39Certains conscrits ne se présentaient pas au chef-lieu de canton tandis que d’autres désertaient en chemin, se cachant chez des amis ou des parents ; l’administration envoyait parfois des garnisaires dans leur famille afin d’inciter ces insoumis à reprendre le chemin de l’armée. Cette désertion prit une ampleur considérable dans le département. Selon Alain Roussel :

  • 20 Antoine-Audet Hargenvilliers, Compte général de la conscription, publié d’après le manuscrit origi (...)
  • 21 Alain Roussel, La conscription dans le département de l’Eure de 1798 à 1807, mémoire de maîtrise p (...)

En ce qui concerne les deux premières levées, d’après les chiffres indiqués par le bureau de la conscription du département, 1 139 conscrits seraient partis lors de l’appel du 3 vendémiaire an VII (24 septembre 1798) ce qui fait en tenant compte des réformés des jurys de canton, plus de 1 000 réfractaires ; 260 autres conscrits seraient partis lors de l’appel complémentaire du 28 germinal an VII (17 avril 1799) alors qu’il n’en était demandé que 1186 ce qui fait 926 réfractaires ; à ces réfractaires il faut ajouter pour ces deux levées, le nombre de déserteurs en route, si l’on tient compte des chiffres indiqués par Hargenvilliers20 [...], il y aurait au total 370 déserteurs en route lors de la première levée et 643 lors de la seconde soit un total pour ces deux levées de quelques 3 000 insoumis dont plus de mille déserteurs en route21.

40Comment lutter contre cette insoumission ? Le Directoire usa de la répression et de la clémence. Une loi du 14 messidor (2 juillet 1799) accorda une amnistie pleine et entière aux conscrits des trois premières classes qui n’avaient pas encore rallié leurs régiments et aux soldats coupables de désertion à l’intérieur. Ces militaires avaient dix jours pour faire leur soumission. Cette mesure provoqua des protestations, notamment du bureau de la conscription du département. Cette loi d’amnistie, Rever la critiquait également dans son premier rapport, adressé le 23 messidor an VII (11 juillet 1799) au ministre de l’Intérieur :

  • 22 AN, F1 c III Eure 2.

Le départ forcé des conscrits donne matière à des plaintes que la proximité de la moisson fait accueillir dans les campagnes. Il donne aussi lieu à des reproches fondés sur ce que les nouveaux conscrits sont obligés de partir plus tôt que les déserteurs dont l’amnistie prolonge la demeure dans le pays. Cela fait dire qu’en cela comme en bien d’autre chose ceux qui obéissent les premiers en sont toujours dupes. Les déserteurs que les fonctionnaires faisaient arrêter à leurs périls et risques se montrent déjà avec impudence ; ils se sentent forts de l’amnistie, ils déconseillent déjà les nouveaux conscrits ; ils font entendre qu’ils iront maintenant par les grandes routes rejoindre les bandes de chouans où ils n’allaient auparavant que pendant la nuit et par des chemins détournés22.

3. Contre des agents complices

  • 23 ADE., 9 L 7 et 9 L 11.

41Beaucoup d’administrations municipales faisaient preuve de complaisance à l’égard des conscrits déserteurs. Parfois, elles n’inscrivaient pas tous les jeunes gens sur les listes de conscrits, parfois, elles ne dénonçaient pas les insoumis qui se cachaient sur leur territoire. De plus, un certain nombre d’administrateurs étaient accusés de sympathies avec les royalistes. L’administration centrale et le commissaire Rever décidèrent de sanctionner les agents complices des adversaires de la République et le département connut donc une vague de suspensions d’agents en messidor an VII23 (juillet 1799).

  • 24 Ibid., 9 L 10.

42Dès son arrivée au commissariat, Rever avait demandé secrètement aux commissaires cantonaux de lui fournir la liste des « républicains francs et prononcés », le 11 messidor an VII24 (29 juin 1799). Rever se déplaça jusque dans la vallée de l’Andelle et participa à la réunion de la municipalité de canton de Pont-Saint-Pierre, avant d’annoncer des destitutions d’agents et d’adjoints. Trois agents du canton de Mainneville, deux du canton de Beaumont-le-Roger et de celui de La Bonneville (canton de Conches) furent destitués le 14 messidor an VII (2 juillet 1799). Le même jour, l’administration centrale suspendait six administrateurs de la municipalité de canton de Suzay.

43Quelques jours plus tard, la municipalité de Louviers était destituée mais la mesure fut rapportée, car les autorités s’estimaient mal informées. Plus tard, les suspensions reprirent visant huit membres du canton de Chambrais, huit administrateurs de Pacy, deux de Sainte-Colombe et l’agent de Saint-Sébastien (canton rural d’Évreux). Le 22 thermidor (9 août 1799), d’autres révocations étaient prononcées dans les cantons du Vaudreuil, de Vernon et de Saint-André. Les raisons de ces mesures étaient toujours à peu près semblables : haine du gouvernement républicain, manque de civisme, sympathies royalistes, complaisance à l’égard des déserteurs. Avoir toléré des sonneries de cloches, ou ne pas avoir réagi à la non-observation du décadi constituaient également motifs à sanction.

44Rever comptait sur l’action des commissaires cantonaux pour contrôler l’action des municipalités de canton, louant leur mérite alors qu’ils étaient si mal payés :

  • 25 AN, F1 C III Eure 2.

Plusieurs commissaires du Directoire exécutif dans les cantons tiennent bon contre le torrent de la chouannerie, quelques autres sont un peu faibles, du reste il n’y en a pas un qui depuis six mois ait seulement reçu un centime sur son traitement. Beaucoup sont dans la misère et les chouans se moquent de leur patience et ils leur disent que la république est aux abois et qu’elle ne pourra jamais rien leur donner25.

E. La démission de Rever

45Un mois après le coup d’État du 30 prairial an VII (18 juin 1799), trois membres de l’administration centrale étaient destitués suite à une campagne menée contre eux auprès du ministre Quinette. Après ces suspensions, Rever, découragé, préféra remettre sa démission ne s’estimant pas écouté en haut lieu.

1. La destitution de trois membres de l'administration centrale

  • 26 AN, F1 b II Eure 2.

46Le ministre de l’Intérieur Quinette reçut de « républicains prononcés » plusieurs notes décrivant la situation inquiétante du département de l’Eure, mettant en cause l’action des membres de l’administration centrale et demandant leur destitution. L’une d’entre elle, intitulée « sur le département de l’Eure », non datée, se montrait extrêmement pessimiste : « Entre les départements de l’Ouest et Paris, [ce département] est une espèce d’avant-garde qui, une fois forcée, inondera de brigands la grande commune de la république. » Et les auteurs de décrire le mauvais esprit des habitants, l’audace de la chouannerie, les persécutions contre les acquéreurs de biens nationaux, le pillage des caisses publiques... Après avoir rappelé quelques méfaits des chouans, en particulier l’assassinat de Coudray, les auteurs mettaient en cause « l’administration centrale qui, inepte ou malveillante, ne prend aucune mesure préservatrice » et demandaient « la régénération des autorités constituées, sans laquelle la régénération de l’esprit public est impossible » c’est-à-dire la destitution et le remplacement des membres de l’administration centrale26.

  • 27 La « compagnie noire » ou « bande noire » était composée de propriétaires et de marchands de bois (...)

47Un autre texte, intitulé, Note sur les administrateurs centraux du département de l’Eure s’en prenait nommément à chacun d’entre eux. Lehec, président, était accusé d’avoir « ouvertement manifesté son opinion en faveur des despotes dont prairial nous a délivrés » et d’être complice de la « compagnie noire27 ». Morel était dénoncé pour avoir « ouvertement protégé les commis infidèles ». Gattier, qualifié de « jeune étourdi de 25 ans » n’était pas épargné : « bas, rampant, sans moyens ». Quant à Dulong, « choisi que pour faire nombre », les auteurs dénonçaient sa « profonde nullité ». Seul Harou, qui « au patriotisme joint de l’intelligence et de bonnes intentions » trouvait grâce auprès des rédacteurs de la note qui réclamaient la destitution de Lehec, Morel, Gattier et Dulong et leur remplacement par Pain et Rioust destitués le 29 brumaire an VII (24 octobre 1798).

  • 28 ADE, 9 L 6.
  • 29 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans l'Eure, op. cit., t. II, p. 383

48Le ministre de l’Intérieur suivit l’avis des auteurs de ces notes et le 28 messidor an VII (16 juillet 1799) un arrêté destituait donc Lehec, Gattier, Dulong et Morel qui « n’offrent pas de garanties suffisantes au Directoire exécutif » et dont l’incivisme « paraît compromettre la sûreté publique et la vie des patriotes dans ces contrées ». Ces fonctionnaires étaient remplacés par deux anciens membres de l’administration centrale, Pain et Rioust, ainsi que par Blin et Milcent, ancien administrateur du département en 179328. Louis Boivin-Champeaux considère que ces destitutions étaient l’œuvre de Thomas Lindet qui « fit renouveler entièrement l’administration » avant sa nomination au poste de commissaire central29. L’intervention de l’ancien député aux Anciens en faveur de ces destitutions n’est pas prouvée ; comme on le verra plus loin, nous voyons là plutôt l’action du frère Robert Lindet, devenu ministre des Finances.

49Apprenant ces destitutions, les députés du département (Crochon, Lecerf, Guilbert, Jan, Langlois, Dupont, Savary, Eudes, Leroy) réagirent le 29 messidor (17 juillet) auprès du ministre de l’Intérieur, estimant que l’administration centrale était formée « d’excellents républicains ». Dans une lettre de quatre pages en date du 7 thermidor (25 juillet), la députation de l’Eure prenait la défense des administrateurs départementaux concernant leur attitude vis-à-vis des conscrits. De son côté le commissaire Rever avait réagi en se rendant à Paris dès le 2 thermidor an VII (20 juillet 1799) afin de dresser au ministre « un tableau bien exact » de « l’esprit public » dans le département. Il en avait profité pour plaider la cause des administrateurs destitués mais ne fut pas entendu.

50Robert Lindet, nouveau ministre des Finances, était pour sa part, favorable aux destitutions. Dans une lettre du 20 thermidor an VII (7 août 1799), il écrivit à son collègue de l’Intérieur :

Je crois que tout est fini pour les administrateurs actuels. Je pense qu’ils ne peuvent pas faire le bien. Je vous prie d’accorder vos soins, votre surveillance à tout ce qui concerne ce département où l’homme indifférent ne peut être utile, où le patriote connu peut facilement faire tout le bien disponible et prévenir presque tout le mal.

51Quelques jours plus tard, il ajoutait :

Je connais ce département quoique je n’y aye pas été depuis 1791. Je connais le caractère de ses habitants [...] Vous tirerez un grand parti de ce département si vous vous reportez aux premiers temps de la révolution [...] Ce pays n’aime point les excès il ne produit point de monstruosités mais ses habitants exigent du zèle, de la chaleur et de l’activité dans leurs fonctionnaires.

  • 30 AN, 9 L 6.

52Le Directoire hésita. L’exécution de l’arrêté du 28 messidor fut provisoirement suspendue mais Quinette restait déterminé et, dans un rapport consacré à la situation de l’Eure, il soulignait le dépérissement de l’esprit public, les assassinats de gendarmes, les caisses pillées, le grand nombre de déserteurs... Il y faisait état des accusations contre les administrateurs centraux venant des cantons de Pont-de-l’Arche, du Vaudreuil et de Canappeville ; le ministre de l’Intérieur indiquait avoir l’appui de Robert Lindet, ministre des Finances et de Fouché, nouveau ministre de la Police générale en remplacement de Bourgignon depuis le 12 thermidor30 (30 juillet). Sans doute sollicité par son collègue de l’Intérieur, Robert Lindet adressa à Quinette le 11 fructidor (28 août 1799) deux lettres pour proposer des candidats de remplacement pour l’administration centrale. Il avançait les noms de Blin, Morel, Harou, Milcent et Delafolie.

  • 31 AN, F1 b II Eure 2.

53Finalement, le 11 fructidor (28 août), l’arrêté du 28 messidor fut rapporté en ce qui concerne Morel ; quant à eux Lehec, Gather et Dulong étaient destitués et remplacés respectivement par Milcent, par Blin et par Delafolie. Dans une lettre adressée au consul Sieyès, l’administrateur Harou estimait que si Gattier et Dulong ne méritaient pas d’être destitués, « un seul, nommé Lehec, était indigne de la place » car convaincu « de brutalité, d’ivrognerie et d’improbité31 ». La nouvelle administration centrale comprenait donc trois membres qui avaient été administrateurs du département après 1793 : Morel, de Breteuil ; Blin, président de la municipalité cantonale de Bourth ; Milcent, président de l’administration cantonale de Chambrais ainsi que deux anciens commissaires cantonaux : Harou, (Bernay) et Delafolie (Pont-Saint-Pierre).

Figure 12 – Robert-Thomas Lindet, député aux Anciens puis commissaire central, ADE, 21 Fi 702.

2. Les raisons d'un retrait

54Après un mandat de quelques mois seulement et alors que la situation continuait à se dégrader dans le département, Rever présenta sa démission le 4 fructidor an VII (21 août 1799. Dans une lettre au ministre de l’Intérieur, le commissaire central écrivait :

J’ai dit souvent que la République seroit sauvée si les hommes, chargés de fonctions pour lesquelles ils ne sont pas propres, avaient le bon esprit de le sentir et assez de patriotisme pour y renoncer. Je me fais aujourd’hui l’application immédiate de cette utile vérité ; je remets au Directoire exécutif ma nomination à la place de commissaire près de l’administration centrale et je vous prie de l’inviter à me remplacer sans délai.

55Le lendemain, dans une seconde lettre au ministre, il disait vouloir quitter un poste qu’il n’avait accepté que « contre son gré et dans les seules vues du bien public » et, s’exprimant avec beaucoup d’amertume, il développait les motifs de sa démission : en premier lieu, comme il l’avait fait auparavant, il dénonçait le fait que les commissaires cantonaux étaient si mal payés. Beaucoup n’avaient rien reçu depuis dix mois et vivaient dans la misère alors que « tous les jours, ils sont injuriés et menacés d’assassinat ». Autre motif de sa démission, les conditions de perception de la taxe sur les barrières des grandes routes qui « occasionnent des vexations fréquentes et des murmures fondés ». Bien entendu, la destitution de trois administrateurs départementaux ne pouvait qu’exaspérer le commissaire car elle avait été « prononcée puis suspendue, avant que j’eusse entendu parler qu’il en était question ». Rever soulignait les hésitations du ministre, écrivant :

J’ai dû croire que vous ne vouliez pas connaître mon avis sur ce point et j’ai dû me confirmer encore dans cette opinion quand j’ai vu cette incertitude très funeste durer plus d’un mois et produire mille renseignements pour et contre sans que vous m’ayez enjoint de vous soumettre les miens et je me suis dit qu’avec un commissaire de votre confiance vous eussiez été plutôt déterminé.

56Enfin Rever relevait qu’aucun des noms qu’il proposait pour remplacer les administrateurs destitués n’avait été retenu. Plus généralement, Rever regrettait qu’on ne répondît pas à ses lettres.

57Ainsi prenait fin un mandat de trois mois dont le bilan s’avérait plutôt négatif. Il est vrai que Rever héritait d’une situation difficile, l’administration centrale ayant perdu la confiance d’une frange des « républicains » et le département étant en proie à l’insécurité générée par les brigands et par les chouans. Pour le commissaire central, le rétablissement de l’ordre constituait une priorité mais, en si peu de temps, il n’y parvint pas. Ne disposant que de forces limitées pour mener la répression, dans la lutte contre les chouans, il attendit sans doute trop de l’espion Lambert qui ne réussit qu’à lui fournir d’assez maigres renseignements. Malgré ce recours à un indicateur, Rever était le plus souvent mal renseigné sur ce qui se passait dans son département. Fréquemment, il était informé par Paris des incidents se produisant dans l’Eure. Il était vrai que le ministre de la Police générale disposait de correspondants qui le prévenaient avant d’avertir le commissaire central.

58Rever ne fut guère aidé par les ministres de l’Intérieur et de la Police générale qui, suivant l’opinion des « républicains avancés » du département, décidèrent, après bien des hésitations, de destituer trois membres de l’administration centrale. Comment, dans ces conditions, l’ancien législateur pouvait-il galvaniser les énergies derrière des administrateurs départementaux en sursis ? En réalité, alors que le commissaire central aurait dû être l’homme de confiance du pouvoir central dans le département, il fallait bien constater que les ministres ne semblaient guère accorder grand crédit à Rever.

59L’ancien législateur ne manquait pas de convictions et de détermination mais, suite à un long éloignement des responsabilités politiques, il connaissait mal son département et Rever n’était pas capable de repérer les citoyens sur lesquels il pouvait s’appuyer. C’est sans doute pourquoi il laissa l’administration centrale opérer des destitutions maladroites d’agents parfois réintégrés ensuite. Comme l’écrit Léon Dubreuil, son biographe,

le nouveau commissaire, presque toujours étranger à la politique, vivant de 1792 à l'an IV dans son village de Conteville, occupé ensuite par l’École centrale, avait des notions insuffisantes sur les patriotes auxquels il devenait utile d’avoir recours.

60Après la démission de Rever, l’administrateur Harou fut nommé commissaire suppléant, mais il allait falloir nommer un nouveau commissaire central. Étant donnée la détérioration de la situation, il devenait difficile de trouver un homme de valeur capable de mobiliser toutes les forces républicaines contre la chouannerie. Parmi le personnel politique le plus influent, beaucoup étaient devenus députés et, compte tenu de la situation critique du département, les candidats au poste de commissaire central étaient peu nombreux. Le département de l’Eure avait besoin d’un homme énergique, ayant une réelle expérience politique, prêt à exercer cette fonction difficile.

Notes

1 AN, F1 b II Eure 2.

2 Léon Dubreuil, François Rever, 1753-1826, Paris, Librairie ancienne Edouard Champion, 1924.

3 AN, F1 b II Eure 2.

4 Léon Dubreuil, François Rever, 1753-1826, op. cit.

5 Ibid., p. 7,19 et 50.

6 ADE, 9 L 4 et 9 L 11.

7 AN, F14 813.

8 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, op. cit.

9 ADE, 12 L 10.

10 AN, C 686.

11 ADE, 198 L 3.

12 Cité par Léon Dubreuil, François Rever, 1753-1826, op. cit.

13 AN, F7 3675 4.

14 Ibid.

15 AN, F7 7616.

16 AM Louviers, 1 D 7, registre des délibérations de l'administration municipale (1er sept. 1798-18 mars 1801).

17 AN, F 7 7616.

18 ADE, 7 L 23.

19 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux de 1740 à 1830, op. cit.

20 Antoine-Audet Hargenvilliers, Compte général de la conscription, publié d’après le manuscrit original, Paris, Sirey, 1937.

21 Alain Roussel, La conscription dans le département de l’Eure de 1798 à 1807, mémoire de maîtrise préparé sous la direction de Jean Vidalenc, faculté de Lettres de Rouen, dact., 1968.

22 AN, F1 c III Eure 2.

23 ADE., 9 L 7 et 9 L 11.

24 Ibid., 9 L 10.

25 AN, F1 C III Eure 2.

26 AN, F1 b II Eure 2.

27 La « compagnie noire » ou « bande noire » était composée de propriétaires et de marchands de bois qui dévastaient les forêts de la région. Les membres de ce groupe qui avaient sévi lors des ventes de biens nationaux récidivaient à l’occasion de l’adjudication des coupes de bois.

28 ADE, 9 L 6.

29 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans l'Eure, op. cit., t. II, p. 383.

30 AN, 9 L 6.

31 AN, F1 b II Eure 2.

Table des illustrations

Légende Figure n - François Rever, membre du jury d’instruction, tableau de Desoria, Musée d’art, histoire et archéologie, Évreux © J.-P. Godais.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure 12 – Robert-Thomas Lindet, député aux Anciens puis commissaire central, ADE, 21 Fi 702.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search