Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Ve Partie. Les ultimes missions de deux commissaires (Germinal an VII - Brumaire an VIII)

Les ultimes missions de deux commissaires (Germinal an vii – Brumaire an viii)

Texte intégral

1Après le 22 floréal an VI (11 mai 1798), le second Directoire accomplit une œuvre réformatrice non négligeable dans le domaine économique et financier. Deux ministres, Ramel aux Finances et François de Neufchâteau à l’Intérieur, contribuèrent à cette réorganisation du pays malgré une conjoncture économique difficile et une situation monétaire toujours aussi calamiteuse. Plusieurs lois votées en l'an VII préparèrent les réformes du Consulat. À l’extérieur, la paix continentale instaurée depuis le traité de Campo-Formio signé avec l’Autriche le 26 vendémiaire an VI (17 octobre 1797), avait contribué à rendre au Directoire une relative stabilité mais, avec la reprise de la guerre et les échecs de la campagne du printemps 1799, le mécontentement s’accrut, attisé par le marasme économique, l’aggravation de la fiscalité et l’instauration de la conscription. C’est dans ce climat d’insatisfaction générale que se déroulèrent les élections de germinal an VII (avril 1799).

2Lors de cette consultation, les candidats favorables au régime furent souvent écartés mais ce ne fut pas le cas dans l’Eure. Deux mois après les élections, la journée parlementaire du 30 Prairial (18 juin 1799) avait redonné espoir aux « républicains avancés ». Dans le département, on voyait d’un bon œil l’arrivée au ministère des Finances de Robert Lindet, ancien membre du Comité de Salut public. Les événements de Prairial étaient salués par des adresses émanant des républicains de tendance néo-jacobine ou d’administrations cantonales mais ces citoyens redoutaient que la « fermeté » des députés n’ait aucune influence dans le département et s’en prenaient de nouveau à l’administration centrale élue en germinal an VII (avril 1799), jugée bien peu « républicaine ».

3Remplaçant Savary, le nouveau commissaire allait devoir affronter une situation difficile, d’autant que le brigandage et la chouannerie sévissaient de plus en plus dans le département et qu’une lutte vigoureuse contre les royalistes s’imposait. François Rever accéda au commissariat pour tenter de faire face à la situation mais, ne parvenant pas à s’imposer, il fut remplacé au bout de quelques mois par Thomas Lindet. Ironie du sort, ces deux commissaires avait été en concurrence en 1791 pour le poste d’évêque constitutionnel d’Évreux. Épaulé par une administration centrale « régénérée », Lindet engagea une action vigoureuse contre les « brigands royaux » mais il ne disposa guère de temps, le coup d’État de Brumaire venant interrompre ses efforts.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search