Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IVe Partie. À la recherche d’une nouvelle citoyenneté

Chapitre XV. Soutenir l'agriculture, la manufacture et le commerce

Texte intégral

1Sous le Directoire, le bon citoyen devait être électeur, inscrit sur le registre civique, et participer à la Garde nationale, être instruit, fréquenter les cérémonies décadaires mais il devait également produire pour la collectivité. Comme la Constitution de l'an III l’avait proclamé à son article 16, il devait « exercer une profession mécanique », l’agriculture étant comprise dans ce genre d’activité. Dans un climat de crise monétaire et financière, l’activité économique ne pouvait guère être florissante. Pourtant, dans une conjoncture difficile, la déflation succédant à l’inflation, quelques innovations apparurent. Dans l’Eure, l’agriculture, secteur dominant, restait encore routinière malgré les encouragements ministériels et les efforts tardifs de la Société libre d’agriculture. Parallèlement, l’industrie, très diversifiée, tenait une place non négligeable dans l’économie du département, avec en particulier la métallurgie et le textile. Ce département, proche de Paris et de la mer, aurait donc pu accomplir des progrès dans le domaine économique mais le mauvais état des voies de communication, en particulier le réseau routier, constitua une sorte de goulot d’étranglement ralentissant les échanges commerciaux.

A. La Société libre d'agriculture et de commerce

  • 1 ADE, 26 L 1.

2Durant le Directoire, peu de progrès furent accomplis dans le domaine des méthodes de culture. Le préfet Masson de Saint-Amand s’en plaignait, regrettant « la routine » et le faible recours aux prairies artificielles qui « n’est suivi que dans un très petit nombre de cultivateurs, dans les seuls arrondissements d’Évreux, de Louviers et des Andelys ». Pourtant les incitations officielles au progrès ne manquaient pas, en particulier du ministre de l’Intérieur qui encourageait les agriculteurs à rénover leurs méthodes et à se lancer dans de nouvelles cultures comme la « betterave champêtre1 ».

  • 2 Ibid., 26 L 3.

3L’intervention du ministre portait également dans le domaine de l’élevage du mouton. À plusieurs reprises, des animaux de bergerie nationale de Rambouillet furent proposés aux éleveurs. Le 15 floréal an IV (4 mai 1796), le ministre de l’Intérieur Bénézech informait le commissaire d’une vente publique des animaux d’un « troupeau à laine superfine de race d’Espagne » puis le 15 prairial an VI (3 juin 1798), les autorités annoncèrent la vente à Rambouillet de 150 béliers et brebis de même provenance. Ces moutons devaient fournir environ 400 myriagrammes (800 à 900 livres) de laine de la tonte de cette année2. En prairial an VII (mai 1799), le ministre de l’Intérieur François de Neufchâteau diffusait une brochure de seize pages intitulée Avis aux cultivateurs et propriétaires de troupeaux sur l’amélioration des laines. L’administration centrale appuya ces propositions par circulaires aux municipalités de canton en date du 13 germinal an VII (2 avril 1799) et du 3 messidor an VII (21 juin 1799), invitant les éleveurs à réunir des échantillons, examiner la qualité des toisons, favoriser l’amélioration des laines en se procurant des moutons de race espagnole mérinos. Ces propositions rencontrèrent un écho favorable chez certains éleveurs.

4Afin de favoriser l’innovation, l’administration centrale souhaitait la création d’une société d’agriculture et de commerce dans le département. La Société libre d’agriculture et de commerce de l’Eure fut fondée par l’administration centrale en prairial an V (mai 1797) afin de répondre aux instructions de Letourneux, ministre de l’Intérieur. Dans une circulaire aux administrations centrales, ce dernier écrivait :

  • 3 Jacques Auboin, « La Société libre a 200 ans, chronique d’un bicentenaire », Connaissance de l'Eur (...)

C’est en perfectionnant cet art nourricier [l’agriculture] qui conserve les mœurs, multiplie les hommes, appelle ou maintient la liberté politique, que nous redonnerons une nouvelle vigueur à nos manufactures et à notre commerce, que nous élèverons au plus haut degré possible l’abondance des productions de notre sol et de notre industrie et que nous rendrons les peuples des deux mondes tributaires de la grande Nation. [...] Tous vos efforts doivent tendre à l’instruction du cultivateur ; vous ne devez négliger aucun moyen d’y parvenir. Un de ceux qui peuvent vous paroître les plus utiles et qu’il vous sera le plus facile d’employer, c’est la formation d’une société libre d’agriculture dans le chef-lieu de votre arrondissement3.

5Répondant aux vœux du ministre de l’Intérieur, l’administration centrale présidée par Langlois créa la Société d’agriculture par un arrêté en date du le 4 prairial an V (23 mai 1797). Celle-ci se proposait comme but « l’amélioration et la perfection de l’agriculture, des fabriques et du commerce dans le département » et avait comme première mission de dresser un tableau de la situation actuelle de l’économie rurale et de l’industrie manufacturière et commerciale dans l’Eure.

6Les membres de la société devaient être désignés dans chaque canton par les administrations municipales et choisis parmi « les citoyens les plus instruits dans l’agriculture, la fabrication et le commerce ». De prairial à fructidor an VI (mai-août 1798) beaucoup d’administrations municipales choisirent donc « les citoyens les plus instruits » dans les différents secteurs de l’économie. La société était dirigée par un bureau central établi au chef-lieu du département et comprenant les citoyens désignés pour Évreux et le canton rural, les membres du jury central d’instruction publique assisté par les professeurs de l’École centrale. Les sociétaires d’un même canton devaient se réunir pour communiquer l’état de leurs travaux au bureau central. Une grande liberté de fonctionnement était accordée. Passot, fabricant de coutils à Évreux, depuis 1761, avait été désigné comme président provisoire tandis qu’Ozanne, professeur de mathématiques à l’École centrale, fut choisi comme secrétaire. Une première réunion se tint le 1er vendémiaire an VII (22 septembre 1798) afin d’élaborer les statuts de la société qui devaient être soumis à l’approbation du ministre de l’Intérieur. Les membres se réunissaient « sous les auspices de la franchise et de la loyauté » et devaient prêter le serment de haine à la royauté et à l’anarchie. L’article 23 était assez révélateur des préoccupations de l’époque en matière agricole :

Si la disette se faisait craindre, si quelque épidémie se faisait sentir, si la contagion désolait les troupeaux, chaque sociétaire communiquerait au bureau central le moyens qu’il croirait propres à remédier à ces calamités, et le bureau publierait dans le département ceux dont le succès lui paraîtrait le plus certain, afin que les ressources fussent promptement indiquées.

  • 4 AN, F1 c III Eure 8.
  • 5 Jacques Auboin, « La Société libre a 200 ans, chronique d’un bicentenaire », art. cité, p. 3-5.

7Une fois les statuts communiqués à l’administration centrale, ils furent diffusés dans les cantons. L’administration centrale constata alors la constitution définitive de la Société libre et il était prévu « qu’aussitôt que le local de la bibliothèque centrale sera disposé, la Société et le bureau pourront s’y réunir et une partie des tablettes serviront au dépôt des registres et des mémoires de la Société ». En fructidor an VII (août 1799), le commissaire Lindet comptait beaucoup sur la Société libre pour favoriser les progrès dans le domaine4. En fait, la nouvelle société n’eut guère d’activité à la fin du Directoire. Elle fut relancée par le premier préfet de l’Eure, Masson de Saint-Amand, qui vint saluer les premiers sociétaires au cours d’une réunion tenue le 3 vendémiaire an IX5 (25 septembre 1800). Il demanda à la société de lui fournir des indications lui permettant de dresser un tableau statistique du département. Le nouveau bureau central comprenait Rever (président), Daupeley (viceprésident) et Lerebourg (secrétaire). Cette société ne s’intéressait pas seulement à l’agriculture mais, présidée dès sa fondation par le manufacturier Passot, elle encourageait également le développement de l’activité industrielle.

B. Les échanges

8Pour transporter les marchandises à l’intérieur du département, les véhicules utilisaient le réseau routier mais le mauvais état des voies de circulation rendait les déplacements souvent difficiles. Comment entretenir ces routes ? Après avoir beaucoup hésité, le régime directorial s’était résolu à instituer un péage, le droit de passe. Pour les transports extérieurs au département, on utilisait surtout les voies navigables, en particulier l’axe séquanien.

1. Les routes soumises à un péage

  • 6 Jean-René Suratteau, « Barrières sur les grandes routes » dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire (...)

9Depuis le début de la Révolution, les grands axes routiers avaient été mal entretenus faute de financement. Afin d’assurer l’entretien des voies de communication terrestres, le Directoire décida d’établir un péage. Une taxe d’entretien, payée par les usagers sur toutes les grandes routes de la République fut instaurée par la loi du 24 fructidor an V (10 septembre 1797) : ce système prit le nom de « droit de passe ». De nouveaux textes votés le 9 vendémiaire an VI (30 septembre 1797) et le 3 nivôse suivant (23 décembre 1797) précisaient les modalités de perception du droit de passe6 Il était prévu d’installer des barrières judicieusement placées sur les grandes routes, à des endroits où les voyageurs devaient acquitter le droit de passe. À chaque point de péage, des receveurs étaient chargés de percevoir la taxe ; ces fonctionnaires étaient placés sous l’autorité de quelques inspecteurs installés au chef-lieu du département.

  • 7 ADE, 54 L 5.

10Le ministre de l’Intérieur François de Neufchâteau multiplia les circulaires pour hâter la perception du droit de passe. De son côté, l’administration centrale de l’Eure présidée alors par Langlois publiait des proclamations afin de justifier la perception de cette nouvelle taxe. La proclamation du 21 floréal an VI (10 mai 1798) portait le texte suivant : « Les routes dépérissaient tous les jours et bientôt elles allaient devenir impraticables. Il n’était pas possible de mettre le moindre délai à apporter le remède au mal qui faisait des progrès les plus effrayants », d’où la nécessité de faire payer les usagers « qui contribuent par eux-mêmes à la dégradation des routes7 ».

  • 8 Jean Petot, Histoire de l’administration des Ponts et chaussées (1599-1815), Paris, M. Rivière et (...)
  • 9 ADE, 54 L 5 et 54 L 10.

11Les administrations centrales furent chargées de proposer au ministère de l’Intérieur le nombre et l’emplacement des barrières à installer. Dans l’Eure, les ingénieurs des ponts et chaussées8 entreprirent une tournée afin de déterminer la position exacte des péages à établir. L’ingénieur en chef Durand, démissionnaire le 30 vendémiaire an V (21 octobre 1796) avait été remplacé par Cahouet assisté d’ingénieurs d’arrondissement : Granger, Dutens et Ferat9. Il fut également nécessaire de se concerter avec les départements voisins afin de ménager des intervalles suffisants entre chaque péage.

2. L'installation des barrières

  • 10 AN, F14 10026.
  • 11 ADE, 54 L 14.

12Grâce aux renseignements fournis, le ministère de l’Intérieur, recensa, pour chaque département, la longueur des grandes routes, la quantité de barrières à installer et le nombre d’inspecteurs chargés de contrôler la perception de la taxe. Pour l’Eure, la longueur des grandes routes était estimée à 870 kilomètres ; il était prévu de placer 75 barrières dans le département et de choisir cinq inspecteurs10. Mais on avait vu trop grand et deux arrêtés des 25 thermidor an VI et 13 fructidor an VI (12 et 30 août 1798) réduisirent le nombre des barrières. Dans l’Eure, leur quantité fut ramenée de 75 à 24. Par la suite, il fallut faire quelques ajustements et l’administration augmenta légèrement leur nombre, le portant à 37 en l’an VII11.

  • 12 AM Évreux, 1 O 127.
  • 13 ADE, 5 L 16.
  • 14 Ibid., 54 L 14.

13Dans le courant de l’an VI, la construction des barrières commença ; il fallut trouver un local également à proximité afin d’y installer les receveurs. Les administrateurs cantonaux étaient invités soit à choisir en priorité un bâtiment public, soit à passer un marché de gré à gré avec un propriétaire privé. À la barrière Saint-Léger à Évreux, une maison appartenant au tisserand Miserey fut louée pour abriter les receveurs12 ; à Vernonnet, la veuve Cartier loua sa maison pour y installer le bureau de perception13 ; à Verneuil, les bureaux de recette furent également loués à des particuliers14.

  • 15 ADE, 5 L 15.
  • 16 AN, F14 954/3.

14À l’usage, l’emplacement de certaines barrières ne donnait pas satisfaction et il fallut les déplacer. Certaines d’entre elles étaient trop proches ; d’autres, trop isolées, devenaient des « cibles de la malveillance ». Par exemple trois barrières établies à Boisney, sur la route d’Évreux à Lisieux, furent démolies puis transférées à la Rivière-Thibouville, à Bernay et à Brionne. D’autres péages furent également déplacés à Pont-de-l'Arche, à Pont-Audemer, à Évreux et à Vernon. Suite à une pétition d’habitants de Bernay, appuyée par la municipalité, la barrière située sur le chemin des Ménages, unique accès à la ville en venant de Pont-Audemer, fut supprimée15. Le 22 ventôse an VI (12 mars 1798), le ministère de l’Intérieur fit remarquer à l’administration centrale que les barrières de Nonancourt, Bourg-Beaudouin, Gisors et Bordeaux-Saint-Clair se trouvaient trop près des limites du département et devaient être déplacées16 Des cartes furent alors dressées et envoyées au ministère de l’Intérieur.

3. La perception du droit de passe

  • 17 Guy Arbellot, « Les barrières de l’an VII », Annales ESC, no 4, juillet-août 1975, p. 745-760.

15La loi du 3 nivôse an VI (23 décembre 1797) fixait le montant du droit de passe, stipulant que « tout conducteur de véhicule à deux ou quatre roues, cheval ou mulet monté ou chargé devait acquitter une taxe en proportion de l’usure dont il était responsable ». Très compliqué, ce tarif établissait une distinction entre les voitures suspendues et celles qui ne l’étaient pas et variait selon le nombre de chevaux. Certains usagers de la route étaient dispensés du droit de passe, notamment les cultivateurs approvisionnant les marchés, les ingénieurs des ponts et chaussées, les gendarmes munis d’un ordre de mission ainsi que les équipages d’artillerie et les voitures chargées de subsistances pour les troupes. Mais tous les véhicules militaires n’échappaient pas à la taxe. Pour d’autres usagers, la taxe était réduite aux trois quarts, à la moitié ou au cinquième selon la nature des matériaux transportés17.

  • 18 Ancien militaire, Charlemagne-Adrien Buzot, né le 8 octobre 1762, résidait à Gravigny près d’Évreu (...)

16Des inspecteurs et des receveurs étaient donc chargés de la perception de la taxe. À la tête du service, l’administration centrale nomma trois inspecteurs du droit de passe : Buzot, Girey-Dupré et Dessaux mais ces trois fonctionnaires ne donnèrent guère satisfaction. Buzot qui était le frère cadet du conventionnel girondin François Buzot, fut très vite destitué18. Son collègue Girey-Dupré fut suspendu puis réintégré, enfin Dessaux fut à son tour suspendu le 26 nivôse (pluviôse ?) an VII (14 février 1799). Ces inspecteurs devaient superviser Faction des receveurs installés à chaque barrière.

  • 19 ADE, 54 L 5.

17Normalement, chaque passage devait être contrôlé par trois receveurs choisis parmi les militaires pensionnés ou invalides, l’un des trois étant supérieur en grade et ayant le titre de chef de bureau. Dans l’Eure, les premiers receveurs furent nommés à partir de floréal an VI (mai 1798). Afin de contrôler les voyageurs, ils étaient munis d’un registre à talon et devaient verser la recette de leur bureau à la fin de chaque mois dans la caisse de la barrière de Paris où était affecté Doublet, chef de bureau à Évreux. Souvent, ces receveurs manquaient de compétence et un certain nombre d’entre eux s’avéra peu scrupuleux, laissant passer des rouliers amis ou négligeant d’enregistrer une partie des sommes dues. D’autres, qui conservaient à leur domicile les fonds provenant de la perception, avaient tendance à puiser dans la caisse. Ces indélicatesses provoquèrent la destitution de certains d’entre eux. Ce fut le cas de Fleury, de la Rivière-Thibouville, d’Hébert, du Neubourg ou de Guyon, receveur à la barrière de Mortagne à Verneuil. Quelques-uns protestèrent de leur bonne foi et furent réintégrés. Il est vrai que ces receveurs étaient mal payés ou même pas payés du tout19.

18Pourtant, leur tâche n’était pas facile car le système incitait à la fraude. Pour ne pas acquitter le droit de passe, certains rouliers dételaient leurs chevaux aux abords des bureaux et ne passaient qu’avec un petit nombre d’animaux ; d’autres faisaient un détour par un chemin ou même en coupant à travers champ. À Évreux, l’administration centrale fit creuser un fossé pour contraindre les voyageurs à passer par la barrière. Elle décida également d’ériger des « barrières dormantes » ou « de renvoi » sur les routes secondaires ; néanmoins, trop isolés, ces obstacles étaient souvent détériorés. Les responsables devaient même parfois faire appel aux gendarmes pour arrêter les fraudeurs. Relayant les demandes des receveurs, l’inspecteur Girey-Dupré réclama à plusieurs reprises la présence d’une force armée aux barrières afin de contraindre les voyageurs à payer la taxe mais on avait déjà fort à faire avec les « brigands royaux ».

  • 20 AM Évreux, 1 O 127.
  • 21 ADE, 54 L 5.
  • 22 Bernard Vinatier, « L’entretien des routes dans le Cantal sous le Directoire : marasme monétaire, (...)

19Souvent, des incidents éclataient entre receveurs et rouliers refusant de payer la taxe. À Verneuil, la population dénonça les « barrages irréfléchis » établis pour la perception du droit de passe. Selon l’inspecteur Dessaux, les receveurs des barrières d’Évreux, dès leur installation, furent l’objet « d’injures réitérées et de résistances20 ». Parfois ces incidents dégénéraient et les protagonistes en venaient aux mains. Le 11 brumaire an VII (1er novembre 1798), une bagarre éclata à Pont-de-l’Arche entre Hurel, receveur et Saillard, administrateur de la fonderie de cuivre de Romilly qui refusait d’acquitter la taxe21. Souvent, ceux qui prenaient des chemins de traverse étaient convoqués devant les justices de paix mais, globalement, les incidents survenus dans l’Eure furent bien moins graves que dans d’autres départements comme la Sarthe, l’Isère ou le Cantal22.

20Il fallait également compter avec la « malveillance », c’est-à-dire les brigands ou les chouans cherchant à voler la recette des receveurs. Comme la création de ce droit de passe était impopulaire, les adversaires du régime ne se privaient pas pour exploiter le mécontentement. Ils laissaient entendre que la taxe allait être supprimée sous peu et qu’il ne fallait donc plus l’acquitter, assertion démentie par l’administration centrale qui continuait d’inviter les voyageurs au civisme. Cependant les incidents se multipliant, l’administrateur Rioust fut chargé d’une mission d’inspection des barrières, afin de voir comment était perçu le droit de passe. Comme nous l’avons vu, son comportement lors de ce déplacement contribua à entraîner sa destitution.

C. Foires et marchés

  • 23 Masson de Saint-Amand, Mémoire statistique de département de l’Eure, Paris, Impr. nat., an XIII, A (...)
  • 24 ADE, 18 L 1.

21Les échanges commerciaux se pratiquaient essentiellement à l’occasion des marchés et des foires. Selon Masson de Saint-Amand23, le département comptait une cinquantaine de marchés en 1789 et autant à la fin du Directoire, un marché supplémentaire ayant été créé à Tillières. Quelques uns d’entre eux étaient réputés pour le commerce de certaines marchandises, notamment les toiles à Pont-Audemer, les étoffes de lin à Conteville, les fils à Bernay ou à Bourneville et les grains à Saint-André. D’autres marchés s’étaient spécialisés dans la vente des bestiaux, notamment au Neubourg, à Nonancourt pour les veaux et les vaches et tout particulièrement celui de Routot pour les bœufs gras. Le nombre des foires n’avait guère changé depuis la fin de l’Ancien Régime : 129 en 1789,126 selon le règlement de l’an VI24 et 136 en l’an IX. Dans les villes importantes du département, plusieurs foires se tenaient au cours de l’année : six à Évreux ou à Verneuil, cinq à Pont-Audemer, quatre à Louviers, trois à Bernay et deux seulement à Vernon.

  • 25 ADE, 18 L 1.

22Tout au long du Directoire, la fixation du calendrier des foires et des marchés fut source de difficultés. Les populations souhaitaient conserver des dates établies sous l’Ancien Régime et correspondant souvent à des fêtes patronales. Les ministres de l’Intérieur successifs demandaient régulièrement à l’administration centrale d’abandonner ces traditions et d’établir la liste des marchés et des foires en fonction du calendrier républicain. Le 24 germinal an VI (13 avril 1798) le ministre de l’Intérieur Letourneux demanda la suppression des marchés fixés en fonction de fêtes religieuses, soulignant « combien l’esprit républicain doit trouver d’accroissement dans la destruction des usages du royalisme et des routines théocratiques ». Pour sa part, son successeur, François de Neufchâteau s’indignait que l’administration municipale de Thiberville fixe, au nom de « l’esprit de parti », les dates de marchés en fonction de l’ancien calendrier, passant outre les remontrances de l’administration centrale et demandant à cette dernière de prendre des mesures contre cette municipalité cantonale25.

  • 26 Ibid.

23Les administrateurs du département reçurent fréquemment des demandes de changement de la date des marchés ou des foires. Il s’agissait parfois de reporter le marché lorsque celui-ci tombait un jour de fête religieuse. Le 1er nivôse an IV (22 décembre 1795), des habitants de Saint-André, constatant que celui-ci allait se dérouler « le Saint jour de Noël et le Saint jour de la circoncision » demandèrent son report, cependant ils essuyèrent un refus. Des administrations cantonales qui souhaitaient modifier le jour des foires ou des marchés et même en créer de nouveaux, recevaient un avis négatif de la part de l’administration centrale qui avait strictement réglementé la tenue des marchés, d’abord le 26 ventôse an IV (16 mars 1796) puis le 27 germinal an VI (16 avril 1798). La municipalité de Conches voulant organiser une deuxième foire fut sommée de s’en tenir aux décisions de l’administration centrale. Aux Andelys, la municipalité n’obtint pas l’autorisation de transférer la foire du 24 nivôse (13 janvier) au 2 brumaire (23 octobre) et, lorsque l’administration cantonale de Montfort proposa de modifier les jours de marché afin d’éviter la concurrence avec ceux des communes voisines (Cormeilles, Bourgtheroulde, Bourneville, Routot, Lieurey), l’administration centrale exprima un refus au nom des habitudes prises : « Les changements exposent à de nouvelles secousses26 ». En revanche, les administrateurs du département acceptaient le déplacement de la foire à l’intérieur d’une ville. Ce fut le cas au Neubourg où la manifestation commerciale, sans doute à l’étroit au cœur de la ville, fut transférée au nord-est de la ville, au lieu-dit le Prieuré.

  • 27 Masson de Saint-Amand, Mémoire statistique de département de l’Eure, op. cit.

24Les échanges commerciaux ne se limitaient pas à l’intérieur du département ; bien des marchandises étaient exportées vers les départements voisins, dans la France entière, voire à l’étranger. Les transactions vers l’extérieur se faisaient surtout vers Rouen mais les produits de la vallée de l’Avre ou du pays d’Ouche, au sud-ouest de l’Eure, étaient surtout envoyés vers la région parisienne. Pour les transactions financières, les négociants continuaient à avoir recours à des établissements bancaires rouennais ou parisiens, en effet « on n’a pas vu se former dans le département aucun établissement utile pour la facilité des transactions de commerce27 ».

25La circulation des marchandises était perturbée par l’insécurité régnant dans le département, par le mauvais état des routes, ainsi que par l’importation clandestine de marchandises étrangères et l’étroitesse du crédit. L’administration centrale en était consciente. Dans son compte de gestion de l’an V, si elle attendait une prochaine « paix générale » pour favoriser le développement du commerce, en attendant, les administrateurs du département demandaient au gouvernement

  • 28 AN, F1 c III Eure 7, p. 97.

d’opposer une barrière insurmontable à l’importation des marchandises anglaises, en réprimant le brigandage par des lois sévères [...] en balayant du commerce les agioteurs éhontés, ces véritables corsaires, dont l’infâme talent ne consiste qu’à savoir tirer part des besoins et des fabricants et des consommateurs28.

26Quelques années plus tard, le r6 vendémiaire an VIII (8 octobre 1799), dans son tableau de la situation, le commissaire central Lindet soulignait les maux dont souffrait le commerce local : les difficultés à exporter liées à l’état de guerre, le manque de crédit, véritable goulot d’étranglement et « l’agiotage ».

Notes

1 ADE, 26 L 1.

2 Ibid., 26 L 3.

3 Jacques Auboin, « La Société libre a 200 ans, chronique d’un bicentenaire », Connaissance de l'Eure, no 108, avril 1998, p. 1-7.

4 AN, F1 c III Eure 8.

5 Jacques Auboin, « La Société libre a 200 ans, chronique d’un bicentenaire », art. cité, p. 3-5.

6 Jean-René Suratteau, « Barrières sur les grandes routes » dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 84-86.

7 ADE, 54 L 5.

8 Jean Petot, Histoire de l’administration des Ponts et chaussées (1599-1815), Paris, M. Rivière et Cie, 1958.

9 ADE, 54 L 5 et 54 L 10.

10 AN, F14 10026.

11 ADE, 54 L 14.

12 AM Évreux, 1 O 127.

13 ADE, 5 L 16.

14 Ibid., 54 L 14.

15 ADE, 5 L 15.

16 AN, F14 954/3.

17 Guy Arbellot, « Les barrières de l’an VII », Annales ESC, no 4, juillet-août 1975, p. 745-760.

18 Ancien militaire, Charlemagne-Adrien Buzot, né le 8 octobre 1762, résidait à Gravigny près d’Évreux.

19 ADE, 54 L 5.

20 AM Évreux, 1 O 127.

21 ADE, 54 L 5.

22 Bernard Vinatier, « L’entretien des routes dans le Cantal sous le Directoire : marasme monétaire, droit de passe et rififi aux barrières », Revue de la Haute-Auvergne, no 64, 2002, p. 371-411·

23 Masson de Saint-Amand, Mémoire statistique de département de l’Eure, Paris, Impr. nat., an XIII, ADE, 6 M 897.

24 ADE, 18 L 1.

25 ADE, 18 L 1.

26 Ibid.

27 Masson de Saint-Amand, Mémoire statistique de département de l’Eure, op. cit.

28 AN, F1 c III Eure 7, p. 97.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search