Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IVe Partie. À la recherche d’une nouvelle citoyenneté

Chapitre XIV. Liberté des cultes ou lutte contre le fanatisme ?

Texte intégral

  • 1 Jean-René Suratteau, « Le Directoire avait-il une politique religieuse ? », Annales historiques de (...)
  • 2 Bernard Plongeron, « Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820) » dans Paule L (...)

1Avec ses fêtes et son culte décadaire, le régime directorial tenta de mettre en place une religion civique destinée à se substituer au catholicisme mais quelle fut réellement l’attitude du régime à l’égard de l’Église constitutionnelle ? « Le Directoire avait-il une politique religieuse ? » se demandait Jean-René Suratteau dans un article des Annales historiques de la Révolution française1 Durant cette première séparation de l’Église et de l’État, l’attitude du régime connut une certaine fluctuation faisant alterner périodes de répression et périodes de tolérance tandis qu’on assistait à une reprise du culte catholique2 Dans le diocèse d’Évreux où le siège épiscopal était vacant depuis la retentissante démission de Thomas Lindet le 7 novembre 1793, des prêtres, en relation avec les « évêques réunis » et l’abbé Grégoire s’efforcèrent de réorganiser le diocèse et de désigner un nouvel évêque.

A. Renouveau catholique et répression fructidorienne

  • 3 Chanoine Georges Bonnenfant, Histoire générale du diocèse d’Évreux, Paris, Auguste Picard, 1933, t. (...)

2Le 3 ventôse an III (21 février 1795), la Convention thermidorienne proclamait la liberté de culte. Toutefois, si les catholiques pouvaient désormais reprendre leurs cérémonies, toute manifestation extérieure à caractère religieux était proscrite. Les églises ne furent pas immédiatement rendues aux catholiques et des prêtres organisèrent alors le culte dans des lieux privés. Après les accords de La Jaunaye et de La Prévalaye conclus avec les Vendéens et les chouans, la Convention assouplit son attitude à l’égard des catholiques. Le décret du 11 prairial an III (30 mai 1795) rendit au culte les édifices non aliénés et permit aux prêtres d’y officier après un serment de soumission aux lois de la République. Les ecclésiastiques hésitèrent à faire cette déclaration mais un bref papal autorisa la soumission. Dans le district d’Évreux, à partir du 23 prairial an III (11 juin 1795), une cinquantaine de membres du clergé prêtèrent le serment. Parmi eux, figuraient deux anciens chanoines : Fresnay et Narbonne, ainsi que Massy, un futur vicaire général3.

1. Reprise du culte catholique

  • 4 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux 1740-1830, op. cit., p. 92 et 99.

3Des groupes de fidèles soutenus par des prêtres demandèrent alors la réouverture des églises. Parfois, les revendications des fidèles prirent un tour violent et s’accompagnèrent d’actes d’hostilité à la Révolution À Évreux, le 20 pluviôse an III (8 février 1795), les bustes de Marat, Brutus et Pelletier avaient été retirés de la cathédrale « parce que la Convention avait fait de même dans le lieu de ses séances » puis le 26 prairial an III (14 juin 1795), l’enceinte édifiée pour les fêtes décadaires y fut détruite et le culte catholique reprit, les célébrants étant trois anciens chanoines : Fesnay, Bourlet et Buhot4.

4Après le débarquement manqué de Quiberon, la Convention opéra un raidissement anticatholique par la loi du 7 vendémiaire an IV (29 septembre 1795), exigeant des prêtres exerçant un culte public ou privé un serment ainsi formulé : « Je reconnais que l’universalité des citoyens est souverain et je promets soumission aux lois de la République. » Tout ecclésiastique devait faire cette déclaration « en l’honneur du peuple souverain » sous peine d’être aussitôt puni de prison, puis en cas de récidive, de bannissement. À Évreux, les membres du clergé commencèrent à s’y soumettre à partir du 2 frimaire an IV (22 novembre 1795) mais sans grand empressement, semble-t-il.

  • 5 ADE., 230 L 1.
  • 6 Ibid., 7 L 6 et 57 L 1.

5Outre l’obligation de ce serment, cette même loi du 7 vendémiaire an IV (29 septembre 1795) déportait les prêtres bannis à perpétuité et, le 28 ventôse an IV (18 mars 1796), l’administration centrale de l’Eure demanda aux municipalités de canton d’établir une liste des prêtres « sujets à déportation », en indiquant leur attitude face aux différents serments réclamés. À Pont-Saint-Pierre, un réfractaire se cachait à Radepont dans la maison de Dubosc ; à Tilly, l’administration cantonale signala le cas de Leray ancien curé de Fleury-sur-Andelle, résidant à Mézières, « qui ne s’était pas conformé à la loi5 » et au Neubourg, le commissaire Dupont ne repéra « qu’un prêtre sujet à déportation ». Les indications fournies par les municipalités cantonales étaient incomplètes et le commissaire central signala aux municipalités de Conches, d’Étrépagny et de Breteuil que des prêtres réfractaires y résidaient6.

6Conformément à l’article 5 de la loi de vendémiaire an IV, la déclaration des prêtres souhaitant exercer leur fonction devait être « constamment affichée en double placard, dans l’endroit le plus ostensible du local destiné aux cérémonies religieuses ». Pourtant, dans la cathédrale d’Évreux, Fresnay et ses collègues anciens chanoines, avaient arraché les affiches apposées dans l’édifice, ce qui provoqua la colère de Crochon. Dans une lettre au commissaire cantonal, il écrivait le 24 ventôse an V (14 mars 1796) :

  • 7 AM Évreux, 5 P 1.

Qu’est-ce donc que cette conduite ? Voudroit-on que ceux qui ont osé présenter le département comme fanatisé eussent quelque raison ? Que les ministres du culte qui se conforment aux lois soient protégés, garantis de toute insulte mais que ceux qui enfreindront la loi, soient sévèrement réprimés7.

  • 8 AD Eure, 234 L 2.
  • 9 Archives de la Société de Port-Royal, papiers Grégoire.

7Les prêtres qui avaient repris le culte s’enhardissaient et demandaient parfois la restitution de leurs ornements sacerdotaux ou des vases sacrés confisqués durant la Terreur. Des fidèles appuyaient ces demandes : le 7 frimaire an V (27 novembre 1796), 25 habitants de Saint-Just (canton de Vernon) demandèrent à la municipalité cantonale de récupérer des ornements d’église et le 29 ventôse an V (19 mars 1797) c’était au tour d’anciens membres de la fabrique de Notre-Dame de Vernon se déclarant « attachés au service du culte catholique » de venir déposer une réclamation8. D’ailleurs, quelques jours plus tard, dans une lettre à Grégoire, l’abbé Ricquier exprimait le désir de « reconquérir les dépouilles de nos temples » lors de la vente d’ornements enlevés dans l’ancien district d’Évreux et qui devait avoir lieu à Vernon le 15 prairial an9 (3 juin 1797).

8Face à ce réveil catholique, l’administration centrale hésitait entre la tolérance à l’égard des opinions religieuses et la répression contre le « fanatisme », écrivant dans son compte de gestion :

Cette surveillance doit, au terme de la loi, se borner aux actes extérieurs et elle ne peut porter l’œil de l’inquisition sur le fond des cérémonies religieuses ; le domaine de la conscience est impénétrable et sacré ; les rapports de l’homme avec Dieu ne sont point du ressort de la loi.

  • 10 ADE, 7 L 27.
  • 11 Philippe Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit public, op. cit., p. 2 (...)
  • 12 ADE, 7 L 13.

9Cependant, le retour du culte catholique qui n’excluait pas les manifestations publiques, inquiétait le commissaire central ainsi que certaines municipalités cantonales. Crochon alerta les commissaires cantonaux de Saint-André et de Damville au sujet des « troubles occasionnés par le fanatisme ». De son côté, la municipalité cantonale de Vernon constatait que « le fanatisme relève impudemment sa hydeuse tête » ; cette municipalité demandait l’enlèvement des « signes extérieurs d’un culte » tandis qu’à Ivry, ce retour en force du catholicisme provoquait l’étonnement et l’inquiétude des républicains10. Ce renouveau religieux coïncidait avec un climat de réaction politique : beaucoup de réfractaires rentrés d’émigration s’en prenaient violemment aux institutions républicaines. Comme l’écrit Philippe Bourdin à propos du Puy-de-Dôme : « Le discours que le prêtre offrit, dans ces circonstances, à ses ouailles, oublia souvent les cantiques au profit de prêches plus politisés11 » comme à Cormeilles où, au lendemain des élections de l’an V, le prêtre, fit chanter le Te Deum et donna lecture du discours de remerciement de Marmontel12.

  • 13 AM d’Évreux, 5 P 4.

10Après la libération des prêtres âgés, intervenue le 1er pluviôse an III (20 janvier 1795), de nouvelles incarcérations eurent lieu au début de l’an IV. Le 6 brumaire an IV (28 octobre 1795), l’administration centrale demandait à la municipalité d’Évreux de faire préparer le local des Ursulines pour qu’il servît de maison de réclusion et donna l’ordre aux municipalités cantonales d’y reconduire les prêtres réfractaires, libérés pour cause d’infirmité. Ensuite, le 22 ventôse an IV (12 mars 1796) l’administration centrale rapporta tous les arrêtés par lesquels elle avait autorisé quelques prêtres à rester à leur domicile sous la surveillance des autorités constituées, cependant les ecclésiastiques grabataires n’étaient pas concernés par cette mesure. Il était toutefois recommandé « de les traiter avec tous les soins que réclame l’humanité13 ».

  • 14 Ibid., 4 J 6.
  • 15 ADE, 5 L 4.
  • 16 Bulletin du département de l'Eure, no 3, 3 nivôse an V (25 décembre 1796).

11Selon le registre de la maison de réclusion visé par l’officier de santé Vernhes, dix-sept prêtres, anciens curés de paroisse du département, étaient détenus dans l’ancien couvent dont treize sexagénaires14 et le 7 frimaire an V (27 novembre 1796), quatre d’entre eux, « reclus aux Ursulines » très âgés et malades, présentèrent une pétition afin d’obtenir leur libération15 Quelques jours plus tard, le 26 frimaire an V (16 décembre 1796) l’administration centrale décida de « mettre sur le champ en liberté les prêtres reclus à la maison des ci-devant Ursulines d’Évreux » en vertu de l’article 10 de la loi du 3 brumaire an IV16. (25 octobre 1795).

2. La persécution fructidorienne

12Au lendemain des élections de germinal an V (avril 1797), dans son compte de gestion, l’administration centrale suggérait un assouplissement des mesures prises à l’encontre des catholiques :

  • 17 AN, F1 c III Eure 7.

L’expérience a prouvé et prouve journellement qu’on ne peut agir avec trop de précaution dans une matière aussi délicate. Si quelquefois nous avons, d’une main courageuse, fermé les temples, quelquefois aussi nous avons été obligés de ne pas ouvrir les yeux sur quelques abus, qu’il a été plus sage de ne pas apercevoir que de poursuivre, tant les esprits étaient exaltés, tant il eut été dangereux de prendre des mesures inutiles et qui, comme le souffre [sic], n’auraient fait qu’alimenter le feu17.

13Cette attitude nouvelle n’allait pas tarder. Après la victoire de la droite, la majorité prépara des mesures favorables au clergé. Ainsi la loi du 7 fructidor an V (24 août 1797) abolit celle du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) qui remettait en vigueur les lois de 1792 et 1793 et prévoyait la peine de déportation et de réclusion contre les ecclésiastiques. Dans son compte de gestion de floréal an VI (avril 1798) l’administration centrale décrivait le climat en ces termes :

  • 18 Ibid, F1 c III Eure 8.

Ce mot : La religion de nos pères étoit devenu le cri général des prêtres du département et de leurs sectaires [...] Il est vrai que de modernes docteurs, plus amis des pères de l’Église que de Rousseau et de Montesquieu, faisoient de pieux rapports, recrutoient de nombreux pétitionnaires, chargés de demander à grand cri des prêtres, des cloches, des ornements et du haut de la tribune nationale, devenue un banc de théologiens, agitoient les torches du fanatisme et encourageaient la rébellion18.

  • 19 AM Évreux, 5 P 1.

14La loi du 7 fructidor n’eut guère le temps d’être appliquée, en effet le coup d’État du 18 Fructidor allait mettre fin au processus de renouveau catholique. La loi du 19 fructidor supprimait celle du 7 et rétablissait les mesures répressives de 1792 et 1793 : les réfractaires devenaient de nouveau passibles de mort et même les prêtres soumis qui troubleraient l’ordre public pouvaient être déportés par décision du Directoire. Le 9 brumaire an VI (30 octobre 1797), le commissaire Crochon appela les administrations cantonales à la vigilance, leur demandant de faire arrêter les prêtres frappés par les lois de 1792 et 1793. Pour leur part, les ecclésiastiques sexagénaires et infirmes étaient assignés à résidence dans leurs communes où ils devaient être surveillés19.

  • 20 Bulletin de l’Eure, no 60, 27 fructidor an V (13 septembre 1797).
  • 21 Précisions données par le chanoine Georges Bonnenfant, Histoire générale du diocèse d’Évreux, op. c (...)
  • 22 AM Évreux, 5 P 1.
  • 23 ADE, 7 L 8.

15De plus, la loi du 19 fructidor imposa au clergé un nouveau serment ainsi libellé : « Je jure haine à la royauté et à l’anarchie, attachement et fidélité à la République et à la constitution de l’an III. » Les ecclésiastiques se divisèrent devant le choix à effectuer ; les adversaires du serment traitant les autres de « haineux ». À Évreux, de nombreux prêtres s’y soumirent dès le 22 fructidor (8 septembre), à la satisfaction de Touquet qui confirmait dans son journal que « les prêtres de la cathédrale ont prêté le nouveau serment20 ». L’abbé Moulis qui assistait au concile, jura à Paris21 et, quelques jours plus tard, le 6 vendémiaire an VI (27 septembre 1797), Dubusc, ministre du culte à Pont-de-l'Arche se soumit devant l’agent municipal22 mais Maille, tout à la fois prêtre et instituteur à Louviers, refusa de prêter le nouveau serment23.

  • 24 Ibid., 57 L 2.
  • 25 Ibid., 57 L 2.
  • 26 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l’Eure, op. ci (...)

16La loi du 19 fructidor prévoyait que tout ecclésiastique dont la conduite paraîtrait au Directoire de nature à troubler l’ordre public pouvait être déporté sans jugement. Dans l’Eure, le 22 thermidor an VI (9 août 1798), l’administration centrale désignait par affiche huit prêtres touchés par cette mesure24 : Gilles, adjoint municipal de Réanville (canton de Vernon), Debeaussard, prieur d’Ivry et Nuques d’Ézy (canton d’Ivry), Gallot de Fresne (canton de Lieurey), Duval d’Ecquetot (canton de Canappeville), Boucherot, curé de Gasny (canton de Tilly), Morand de La Vieille-Lyre (canton de La Neuve-Lyre), Letellier, de Mussegros (canton d’Écouis). Sur ordre du ministre de la Police générale, un autre prêtre réfractaire, Baugrand, (canton de Montreuil-l’Argillé) devait être conduit le 8 prairial an VI (27 mai 1798) « de brigade en brigade jusqu’à l'île de Ré25 ». Selon Louis Boivin-Champeaux26 « pour échapper à la déportation, quatre ecclésiastiques [Morand, Letellier, Gilles et Duval] alléguèrent des infirmités, les firent constater et restèrent à l’hospice d’Évreux. » Le même auteur estime que les quatre autres (Hugues, Gallot, Debeaussard et Boucherot) furent arrêtés, conduits à l'île de Ré où ils moururent « sans doute » mais, en fait, il ne semble pas que ces quatre ecclésiastiques furent victimes de la « guillotine sèche ».

17En faisant condamner seulement huit prêtres à la déportation, l’administration centrale de L’Eure ne s’était pas montrée très sévère. Il est vrai que la situation variait beaucoup selon les départements. Par exemple, dans la Mayenne, les autorités avaient arrêté plus de 80 prêtres, 3 étant exécutés comme émigrés et 21 étant déportés alors qu’en Côte-d’Or, aucun ecclésiastique n’avait été arrêté.

3. Les prêtres réfractaires

  • 27 Depuis 1846, Saint-Léger-de-Boscdel a été réunie à la commune de Rôtes pour former Saint-Léger-des- (...)
  • 28 Charles Leroy, Sur les routes de l’exil (septembre 1792-mai 1797), Mémoires de M. l’Abbé Sébastien (...)

18Selon Émile Seveste, 399 ecclésiatiques insermentés de l’Eure avaient obtenu un laissez-passer pour partir en exil en 1792. Un certain nombre d’entre eux rentra dans le département après les élections de germinal an V (avril 1797), apprenant que le succès électoral de la droite royaliste allait entraîner la suppression des lois hostiles aux réfractaires. Ce fut le cas des frères Pétel, appartenant à « une famille très pieuse de laboureurs du plateau du Neubourg », réfugiés en Allemagne. Pressé de revenir en France, Honoré Pétel, ancien curé de Saint-Clair-d’Arcey (canton de Beaumesnil) et de Saint-Léger-de-Boscdel27 (canton de Bernay), qui tenait son journal de route, décida de rentrer avec son frère dès le lendemain du scrutin28.

  • 29 Bernard Bodinier, « Prêtres normands en exil », communication au 130e congrès national des sociétés (...)

Mis au courant de ce qui se passait en France, les Pétel prennent le chemin du retour, le 2 avril 1797, par l’Italie du nord et la Suisse. Ils savent que leur entrée en France sera tolérée mais pas autorisée. Aussi prennent-ils des précautions, marchant deux par deux, prenant un guide et franchissant la frontière dans la nuit du 29 au 30 avril 1797, entre Porrentruy et Montbéliard. Ensuite, c’est la chevauchée rapide, pratiquement sans repos qui les amène en quinze jours à Saint-Pierre-des-Cercueils, dans leur famille29.

  • 30 ADE, 9 L 7.

19Ces ecclésiastiques en exil depuis 1792 n’étaient pas les seuls à rejoindre la France. Dans leur compte de gestion de floréal an VI (avril 1798), les administrateurs de l’Eure constataient que « des prêtres déportés avoient trouvé le moyen de rentrer sur le territoire français et n’attendoient plus que l’instant de se montrer impunément ». Le commissaire Crochon demanda aux commissaires cantonaux et aux municipalités de canton de les surveiller et de les faire arrêter. Certains ecclésiastiques diffusaient des libelles hostiles au régime comme Duchesne, ministre du culte à Épaignes, publiant des « lettres pleines de fiel et d’amertume contre les institutions républicaines » et quelques prêtres « fanatiques » du canton d’Andely-campagne, auteurs de pamphlets et d’affiches hostiles aux républicains. Des membres du clergé aidaient également les chouans dans leurs actions violentes. Le 3 germinal an VI (23 mars 1798) un prêtre réfractaire fut arrêté en compagnie d’un « adjudant des Chouans de la Vendée » lors d’une opération de police au château du Blanc-Buisson à Saint-Pierre-du-Mesnil30 (canton de Montreuil-l’Argillé).

  • 31 AM Évreux, 5 P 1.
  • 32 ADE, 57 L 2.
  • 33 Chanoine Georges Bonnenfant, Histoire du diocèse d’Évreux, op. cit.

20Beaucoup de prêtres insermentés disaient des messes clandestinement dans des lieux privés. Le 26 pluviôse an V (14 février 1797), le commissaire Crochon dénonçait ces « cérémonies religieuses sous la conduite de ministres qui n’ont pas fait la déclaration préalable », citant un rassemblement organisé à Évreux, devant le presbytère de Saint-Thomas et la maison de la citoyenne Beaulieu31. Le 8 brumaire an VI (29 octobre 1797), l’administration centrale rappelait par affiche que l’article 5 de la loi du 7 vendémiaire an IV était applicable aux ministres du culte exerçant dans les maisons particulières32 ce qui ne décourageait pas certains insermentés à célébrer le culte clandestinement. Quelques-uns furent arrêtés comme Dauge qui disait sa messe en cachette et qui fut dénoncé puis arrêté le 7 ventôse an VI33 (25 février 1798). Pour sa part, Lemazier qui avait été mis en liberté en raison de son grand âge, disait la messe dans le château de Glos (canton de Montfort), baptisant et mariant clandestinement les fidèles et parcourant la campagne la nuit pour visiter les malades.

21Dans leur compte de gestion de floréal an VI, les administrateurs départementaux affichaient un certain désarroi devant des membres du clergé qui conservaient encore une réelle influence dans la population malgré les mesures dont ils étaient l’objet :

  • 34 AN, F1 c III Eure 8.

Dépouillés aujourd’hui d’une partie de ces attributions, ils reparoissent sous d’autres formes, et cherchent à se rendre nécessaires : tantôt soumis aux lois, tantôt en opposition avec elles, se pliant avec souplesse à toutes circonstances, prenant avec habileté le ton et les couleurs du moment, aujourd’hui abdiquant l'étole, demain reprenant l’encensoir, on les voit tour à tour discutant gravement dans un prétendu concile national, prêchant à la tribune sacrée leurs institutions, qui blesseront toujours les institutions publiques et se glisser dans les magistratures publiques pour se ménager cette influence secrète qui s’attache, on ne sait pourquoi, à tout ce qui présente un air sacerdotal34.

  • 35 AN, F1 b II Eure 2.
  • 36 ADE, 7 L 9.

22« Se glisser dans les magistratures publiques ». L’administration centrale faisait allusion aux prêtres qui s’étaient faits élire agent ou adjoint de leur commune mais elle visait aussi les membres du clergé devenus commissaires cantonaux. Ainsi à Montreuil, le commissaire n’était autre que Godel, curé de La Chapelle-Gauthier, nommé après Fructidor, le 1er frimaire an VI (21 novembre 1797) et considéré alors comme « républicain35 ». Mais il lui était reproché de « célébrer les jours fériés de l’ancien calendrier et de faire obstacle aux fêtes du nouveau ». Le 5 ventôse an VIII (24 février 1800), il fut mis en demeure par Thomas Lindet, devenu commissaire central, de choisir entre sa fonction de ministre du culte et celle de commissaire cantonal36.

B. L'interdiction des manifestations extérieures du culte

23La liberté de culte avait été rétablie le 3 ventôse an III (21 février 1795), à condition qu’elle ne donne lieu à aucune manifestation extérieure. Toutefois cette disposition n’était guère respectée. Le 29 ventôse an IV 19 mars 1796), le commissaire Crochon écrivait dans une circulaire :

La loi du 7 vendémiaire, sur l’exercice des cultes, continue d’être violée par l’annonce, au son des cloches, de la célébration des cérémonies religieuses [...] Il est temps cependant que la loi soit exécutée et que ceux qui oseraient la violer soient sévèrement punis.

  • 37 AM Évreux, 5 P 1.

24Pour lui, les cloches ne devaient servir qu’à « réunir les habitants des communes, pour marcher contre les brigands37 ». L’administration centrale rappela à plusieurs reprises ces dispositions par affiche mais l’interdiction fut ignorée.

  • 38 ADE, 7 L 12 et 7 L 6.

25Nous pourrions multiplier les mentions de sonneries de cloches illégales et des incidents qu’elles provoquèrent ; nous nous bornerons à citer quelques exemples. À Nonancourt, en brumaire an IV (novembre 1795) et Grossœuvre le mois suivant, les commissaires cantonaux furent invités à faire cesser les sonneries de cloche38. À Saint-André, le 25 ventôse an IV (15 mars 1796), l’adjoint municipal qui voulait empêcher une sonnerie de cloche fut molesté et la Garde nationale, venue en renfort, repoussée. Dans le canton de La Croix-Saint-Leufroy, en prairial an IV (mai 1796), « le son des cloches se fait entendre trois fois par jour dans certaines communes ». Au Neubourg, le commissaire cantonal Dupont n’admettait pas le 25 brumaire an V (15 novembre 1796) qu’on sonnât les cloches à Cesseville, à Canappeville ou à Crestot. Dans le canton de Fontaine-sous-Jouy, à Émalleville, les cloches étaient toujours sonnées « les jours connus anciennement sous le nom de dimanche et fêtes » en prairial an VI (mai 1798). Nous retrouvons des situations similaires dans la plupart des cantons.

  • 39 Ibid., 7 L 20.
  • 40 Ibid., 179 L 9.

26Certains administrateurs cantonaux hésitaient à interdire l’usage des cloches qui, outre les cérémonies religieuses, rythmaient la vie quotidienne indiquant l’heure des repas, des travaux et du repos. Le 25 frimaire an VI (15 décembre 1797), l’administration centrale fut interrogée à ce sujet39 mais, bien entendu, elle confirma l’interdiction. Des poursuites furent engagées contre ceux qui avaient sonné les cloches sans autorisation. Comme à Saint-André, les juges de paix furent saisis à Andé et à Saint-Pierre-du-Vauvray, dans le canton du Vaudreuil et le curé de Daubeuf (canton des Andelys) fut même incarcéré pour avoir fait sonner les cloches40.

27Cette querelle des cloches, cette « petite guerre » entre administrateurs et curés pourrait apparaître bien dérisoire. En fait, tolérer les sonneries de cloches, c’était, dans une certaine mesure, réintroduire le sacré dans la vie de tous les jours car, pendant des siècles, les sonneries de l’église avait rythmé la vie quotidienne, notamment celle des ruraux. En ce sens, on pouvait la considérer comme une manifestation du « fanatisme » renaissant. Le ministre de la Police générale Sotin ne s’y était pas trompé, écrivant dans une circulaire :

  • 41 AM Évreux, 5 P 1.

Le son des cloches est un des moyens qu’il [le fanatisme] emploie dans certains départements pour rétablir son empire sur la masse crédule du peuple ; les ministres du culte catholique s’en servent comme d’un levier puissant pour ramener à ses anciens usages41.

  • 42 ADE, 7 L 34.
  • 43 Ibid., 5 L 4.
  • 44 André Goudeau, Trois Siècles d’histoires vernonnaises, Luneray, Bertout, 2002.

28Le contentieux entre les autorités et les catholiques ne concernait pas seulement les sonneries de cloches mais aussi les pèlerinages, les processions, les fêtes patronales, autant de manifestations religieuses proscrites car assimilées à des « rassemblements fanatiques » et interdites par plusieurs arrêtés pris par l’administration centrale que ce fut le 13 floréal an V (2 mai 1797) à Montreuil ou le 27 thermidor an V (14 août 1797) à La Lande42 (canton de Cormeilles). Les fêtes patronales, organisées traditionnellement en l’honneur d’un saint et au cours de laquelle des réjouissances avaient lieu au village, étaient particulièrement visées par les administrateurs. Le 6 messidor an VI (24 juin 1798), à La Heunière, les habitants s’étaient réunis pour « l’assemblée » à l’occasion de la Saint-Jean43. La fête fut vite perturbée par l’arrivée de l’agent municipal et du commissaire qui voulurent mettre fin aux réjouissances mais Legendre, adjoint municipal et commandant de la Garde nationale de La Heunière, invita les habitants à poursuivre les réjouissances dans sa propriété. Quelques jours plus tard, le 13 messidor an VI (1er juillet 1798) il fut suspendu par l’administration centrale de l’Eure44.

29Le même jour de la Saint-Jean-Baptiste, c’était la louée à Évreux, « un usage de temps immémorial de louer les domestiques » mais

  • 45 Nicolas Rogue, Souvenirs et Journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, op. cit., p. 134.

ce jour avait été renvoyé au 30 dudit mois par arrêté du département, ce qui n’empêcha pas le monde de se mettre le long de la cathédrale comme de coutume ; aussi, on les persécuta et les poursuivit de toutes parts ; mais ceux qui avaient besoin de domestiques les louèrent en se promenant dans les rues45.

  • 46 ADE, 7 L 6.
  • 47 Ibid., 183 L 2.
  • 48 AM. Les Andelys, registre de délibérations, 1 D 7.
  • 49 ADE, 9 L 8.

30Malgré les menaces, les « rassemblements fanatiques » continuaient. Le 26 floréal an VI (15 mai 1798), l’administration municipale de Sainte-Colombe était invitée à faire disperser les rassemblements catholiques46, puis, le 15 fructidor an VI (1er septembre 1798), dans la commune de Plasnes (canton de Bernaycampagne), la fête de la Sainte-Anne était célébrée47. Aux Andelys, le 21 prairial an VII (9 juin 1799) un « rassemblement » à la fontaine Sainte-Clotilde fut dispersé par la Garde nationale, mais quelques jours plus tard, le 8 thermidor (26 juillet) un nouveau regroupement catholique se tenait à l’occasion de la Sainte-Anne48. Dans ces conditions, le ministre de l’Intérieur Quinette ne pouvait que constater le 14 messidor an VII (2 juillet 1799), que « les fêtes ci-devant patronales se chôment publiquement dans le département », demandant la destitution de plusieurs administrateurs du canton de Tilly49.

  • 50 Ibid., 214 L 2.

31Dans la plupart des paroisses du diocèse d’Évreux, à la veille de la Révolution, existaient des confréries de charité chargées de l’inhumation des défunts. Lieu de sociabilité ayant ses propres règles, ses propres rites, la confrérie participait activement à la vie de la communauté paroissiale, rehaussant parfois le cérémonial des offices. Les confréries furent interdites par la loi du 18 août 1792, votée par la Législative, et la plupart d’entre elles se mirent en sommeil sous la Convention. Sous le Directoire, elles commencèrent à réapparaître, notamment dans le canton du Neubourg. Le 17 prairial an IV (5 juin 1796), Dupont, commissaire cantonal, pourtant assez tolérant au sujet de l’exercice du culte, refusait de voir défiler, avec le « ministre du culte catholique » Pilon, les « Frères de charité en habit à l’extérieur, avec croix, draps mortuaires et torches50 ».

  • 51 Ibid., 234 L 3.
  • 52 AN, F 19/433.
  • 53 AM Évreux, 5 P 1.

32À Saint-Pierre-d’Autils, dans le canton de Vernon, la confrérie de charité, d’abord discrète, se réunit à nouveau et recommença à participer aux inhumations. En germinal an V (avril 1797) lors d’un enterrement, Monsçavoir, agent municipal, ceint de son écharpe tricolore, défila à la tête du convoi funèbre mené par « douze citoyens revêtus de robes des anciens frères de la Charité, bonnet carré, croix devant51 ». Quelques jours plus tard, le 26 germinal an V (15 avril 1797), le commissaire Bellier dénonça le comportement de Monsçavoir et, après une tentative de conciliation, la municipalité de canton transmit l’affaire à l’administration centrale du département qui décida la destitution de l’agent, laquelle fut confirmée par le Directoire le 17 floréal an V52 (6 mai 1797). Dans sa circulaire aux administrations cantonales du 27 floréal an V (16 mai 1797), l’administrateur Pain, suppléant du commissaire central s’indignait : « Des confrairies se rétablissent et se montrent avec leurs anciens costumes.53 » Effectivement, d’autres confréries de charité se manifestaient à leur tour à Pacy ou à Aveny. Dans sa circulaire, Pain regrettait de voir les emblèmes du culte catholique réapparaître : « Les signes particuliers au culte, loin d’être démolis ou abattus, reparoissent de nouveau et l’on porte même l’audace jusqu’à scier, mutiler les arbres de la Liberté, pour y substituer ces signes extérieurs expressément défendus par les Lois. »

33La persécution anticatholique visait surtout les prêtres réfractaires mais le clergé jureur souffrait également des tracasseries menées par les autorités. Prenant au sérieux la liberté des cultes proclamée par le régime directorial, des prêtres constitutionnels, en liaison avec Grégoire et les « évêques réunis », réussirent à tisser des liens entre eux, s’efforçant de reconstruire un diocèse privé d’évêque et en pleine crise.

C. Les gallicans et la tentative de reconstruction du diocèse

34Durant la Révolution, pendant cinq ans, le diocèse d’Évreux resta sans titulaire. En effet, de la démission de l’évêque constitutionnel Thomas Lindet proclamée à la tribune de la Convention le 7 novembre 1793 jusqu’à l’élection à Louviers de Charles-Robert Lamy le 9 thermidor an VI (27 juillet 1798), le siège épiscopal resta vacant.

  • 54 Bernard Plongeron, L’Abbé Grégoire ou l'Arche de la Fraternité, Paris, Letouzey et Aîné, 1989.
  • 55 Annales de la religion, ou Mémoire pour servir à l’histoire du 18e siècle par une Société d’Amis de (...)

35À partir de 1795, nombre de prêtres constitutionnels s’efforcèrent de réorganiser le diocèse et de désigner un nouvel évêque. Ces ecclésiastiques se rattachaient aux « évêques réunis » qui tentaient de reconstruire l’Église gallicane. Suite à la proclamation de la liberté des cultes par la Convention thermidorienne le 3 ventôse an III (21 février 1795), cinq évêques parmi lesquels se trouvaient Jean-Baptiste Gratien, métropolitain de Rouen, et Henri Grégoire54, titulaire du siège épiscopal de Blois, s’étaient rassemblés se proclamant les « évêques réunis ». Au printemps 1795, ces prélats avaient fondé une revue : les Annales de la religion55 et, le 25 ventôse an III (15 mars 1795), ils y publiaient une lettre-encyclique dans laquelle ils lançaient un appel à la réunion d’un concile national. Ils y proposaient également une nouvelle organisation du clergé et, faisant référence à l’Église primitive, ils recommandaient notamment la mise en place dans chaque diocèse d’un presbytère représentatif de tous les prêtres, instance chargée de gouverner le diocèse en cas de vacance du siège épiscopal.

  • 56 Né le 6 juin 1723, Jean-Baptiste Moulis, accepta la constitution civile du clergé et devint curé de (...)
  • 57 André Goudeau, « Un correspondant de l’abbé Grégoire : Troussel, curé de Rouvray et de Chambray », (...)
  • 58 Né en 1761, fils d’un fabricant de velours d’origine anversoise installé à Vernon, Pierre Ricquier, (...)

36Dans l’Eure, cet appel trouva un écho favorable auprès de plusieurs prêtres constitutionnels qui s’abonnèrent aux Annales et entrèrent en contact avec l’abbé Grégoire. Plusieurs d’entre eux devinrent d’ailleurs ses correspondants réguliers : Démaret, curé de Rougemontiers, Lesure, curé de Rouge-Perriers, Moulis, curé de Chrétienville56, Troussel57, curé de Rouvray et enfin Ricquier58.

1. Les difficultés des prêtres constitutionnels

  • 59 Toutes les lettres citées sont conservées dans les archives de la Société de Port-Royal, dossier Gr (...)

37L’état du diocèse, la situation de l’ancien chapitre d’Évreux, les nombreuses difficultés du clergé : tels sont les thèmes revenant le plus souvent dans cette correspondance qui contient également des propositions concernant l’organisation future de l’Église gallicane après la tenue du concile59. Dans leur courrier, ces ecclésiastiques intervenaient parfois auprès de Grégoire, évêque mais aussi député au Conseil des Cinq-Cents, en faveur de prêtres réfractaires emprisonnés et lui signalaient également la misère de bon nombre de leurs confrères, souvent âgés.

38Il est vrai que la situation des prêtres constitutionnels n’était guère facile, ayant à subir l’hostilité des réfractaires ainsi que des royalistes et redoutant les exactions des chouans. Par exemple, dans une lettre du 14 ventôse an IV (4 mars 1796), Troussel se plaignait d’être « environné de Chouans qui par leurs excursions fréquentes ne cessent de donner l’éveil aux patriotes. Je me couche toujours dans l’attente que je serai réveillé par ces messieurs-là... » Mais les jureurs étaient également brimés par certains membres de l’administration centrale et par des républicains avancés et, dans ses lettres, l’abbé Troussel s’en prenait aux « Jacobins, ces patriotes à bonnet rouge » violemment opposés aux prêtres. Foncièrement hostile aux réfractaires, l’administration centrale du département redoutait également l’action du clergé constitutionnel cherchant à réorganiser le diocèse, les administrateurs les plus virulents étaient souvent d’anciens ecclésiastiques ayant remis leurs lettres de prêtrise, s’étant mariés et se trouvant maintenant installés à des postes de responsabilité. Ce fut notamment le cas de deux administrateurs du département de l’Eure : Lecerf, ancien procureur général syndic du département et élu au Conseil des Anciens ainsi que Rioust, ancien vicaire général de Nevers qui avait pourtant été l’un des derniers prédicateurs à la cour de France...

39« Les prêtres ont peur » écrivait l’abbé Troussel dans une lettre du 30 messidor an IV (18 juillet 1796) adressée à Grégoire. En effet, les prêtres constitutionnels se trouvaient dans une situation difficile, notamment financièrement car non seulement ils étaient privés de traitement puisque la Constitution civile du clergé était devenue caduque, mais des décisions prises par le Directoire contribuaient à leur appauvrissement, en particulier la vente comme biens nationaux des presbytères pourtant souvent construits avec l’aide des paroissiens. Troussel avait pu racheter son presbytère mais beaucoup de prêtres ne purent récupérer le leur, faute du soutien des fidèles : « Les paroissiens qui partout affluent aux églises ne rougissent pas d’employer le temps et le loisir d’un prêtre sans songer à lui porter le moindre secours » écrivait-il dans une lettre du 15 thermidor an IV (2 août 1796). Dans son courrier, Troussel signalait souvent la misère de bon nombre de prêtres souvent âgés. « Ne devrait-on pas être honteux de donner à des hommes 800 francs en assignats, somme qui suivant le cours ne vaut pas plus de 4 francs. Quelle barbarie ! Quelle scélératesse ! »

2. Un diocèse en crise

40Dans leur courrier, ces prêtres considéraient que, malgré la déchristianisation, la religion n’avait pas disparu. Ils notaient même un renouveau de la piété populaire à l’occasion du carême ou du temps pascal et signalaient que le nombre des premiers communiants avait tendance à augmenter dans certaines paroisses. Troussel écrivait le 24 floréal an IV (13 mai 1796) :

Les travaux du temps pascal qui, Dieu merci, n’ont pas été infructueux m’ont occupé jusqu’à présent. Vu que les circonstances m’ont forcé de les prolonger jusqu’à l’Ascension, dans les quatre paroisses que j’administre où, Dieu merci, j’ai trouvé plus de vrais chrétiens que je n’osais l’espérer.

41ajoutant : « Je vous assure que partout les églises sont pleines. » Malgré ce renouveau de la piété populaire, l’état du diocèse d’Évreux restait très préoccupant en effet, contrairement à d’autres, il était complètement désorganisé : « L’esprit de parti, l’isolement, le défaut de point de réunion ont fait du nôtre ce que nous voyons dans nos vieux contes bleus : la cour du Roi Pétaud » écrivait-il le 24 pluviôse an V (12 février 1797). Tout d’abord il n’y avait plus d’évêque. Le curé de Rouvray avait des mots très durs pour Thomas Lindet, démissionnaire en novembre 1793 ; « ses concitoyens regardent [Lindet] comme un cafard, un ambitieux et un fripon », écrivait-il le 15 thermidor an IV (2 août 1796). Quelques jours plus tard, Troussel signalait que « Lindet est depuis quinze jours de retour à Bernay. À Évreux, il n’ose paraître en public de crainte des huées et peut-être des pierres [...] des poissardes. » Le curé de Rouvray se montrait également très sévère pour les prêtres du diocèse qui manquaient « d’énergie, de science et de connaissance » (lettre du 8 fructidor an IV, 25 août 1796), une situation particulièrement préoccupante à Évreux, dotée selon lui d’un clergé notoirement médiocre.

  • 60 L’expression est du chanoine Georges Bonnenfant, Histoire du diocèse d’Évreux, op. cit.

42En l’absence d’un évêque, Troussel et Ricquier cherchaient à réunir un presbytère diocésain mais la situation se compliquait en raison de l’attitude de l’ancien chapitre d’Évreux qui avait repris la célébration du culte dans la cathédrale dès prairial an III (juin 1795). Des chanoines comme Fresnay ou Narbonne estimaient détenir du cardinal de La Rochefoucault, ancien archevêque de Rouen exilé à Maëstricht, le droit de réorganiser le diocèse et de nommer des vicaires généraux. Les partisans de Fresnay récusaient le projet de presbytère, répétant : « Aux chanoines seuls appartiennent tous les droits. » Une sorte de « tiers-parti60 » s’était donc formé entre les réfractaires et les constitutionnels.

43Ces derniers se demandaient s’il n’était pas souhaitable de faire cause commune avec les chanoines :

Nous sommes forcés d’abandonner le projet de former le presbytère, [écrivait Ricquier à Grégoire, le 21 floréal an V (10 mai 1797)] depuis que le chapitre s’est emparé de la juridiction et est venu à bout d’y soumettre les trois quarts des ecclésiastiques, lesquels se sont rétractés [...] Au reste, je ne verrais pas de difficultés à reconnaître la juridiction du chapitre, si premièrement, il n’exigeait pas la rétractation du serment constitutionnel, sur quoi, je ne le crois pas très rigoureux et deuxièmement s’il reconnaissait lui-même l’autorité métropolitaine de M. Gratien.

44Pour sa part, Troussel n’appréciait pas l’attitude des chanoines d’Évreux. Compte tenu de la situation ébroïcienne, le curé de Rouvray envisagea d’ailleurs de réunir le presbytère diocésain à Vernon. Il y travailla en regroupant régulièrement les prêtres des environs, Gratien, métropolitain de Rouen, se joignant parfois à eux comme il l’annonçait dans sa lettre du 14 ventôse an IV (4 mars 1796), mais, finalement, Troussel y renonça.

45Organiser le presbytère diocésain restait l’objectif des prêtres constitutionnels correspondants de Grégoire. Dans ce but, une réunion des ecclésiastiques du diocèse avait été prévue pour messidor an IV (juillet 1796) mais l’administration de l’Eure décida de l’interdire par un arrêté en date du 28 messidor an IV (16 juillet 1796), signé du président Goubert, qui leur reprochait de vouloir élire un chef spirituel, de chercher à recevoir les actes d’état-civil, d’empêcher la vente des biens du clergé et de vouloir intimider les acquéreurs de biens nationaux. Les administrateurs interdirent la « diffusion de circulaires à l’effet d’opérer des réunions défendues par les lois ». Dans les lettres qu’il envoya à Grégoire suite à cet arrêté, Troussel protestait et s’en prenait vivement à certains membres de l’administration centrale en particulier à Rioust, qualifié de « tyranneau ».

  • 61 Annales de la religion, no 15 du 26 thermidor an IV (13 août 1796), p. 345-361.

46Troussel ayant adressé des éléments d’information aux Annales de la Religion, suggéra au périodique de prendre position contre cet arrêté, demande qui fut renouvelée plusieurs fois. Finalement, s’inspirant des écrits du curé de Rouvray, un rédacteur des Annales de la religion, Pilat, critiqua sévèrement la décision des administrateurs de l’Eure61. Sous le titre : « Défense des prêtres du département de l’Eure, contre un arrêté calomnieux et vexatoire de l’administration centrale de ce département », le texte récusait point par point le contenu de l’arrêté sur une quinzaine de pages. Quelques exemplaires de ce texte furent diffusés par Troussel parmi ses confrères.

3. Le Journal du bon sens

  • 62 Éric Wauters, article « Eure » dans le Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, o (...)
  • 63 BNF, 40 Le 11/339 mais la collection est incomplète : les nos 19 à 26 sont manquants.

47Pour faire connaître le point de vue des constitutionnels, durant l’année 1797, l’abbé Moulis publia chaque décade le Journal du bon sens62. 33 numéros parurent du 18 pluviôse an V (6 février 1797) au 19 frimaire an VI (9 décembre 1797), le premier sur trois pages seulement, les autres sur quatre63. La création du Journal du bon sens fut annoncée dans les Annales de la Religion avec ce commentaire :

  • 64 Annales de la religion, no 21 du 5 germinal an V (25 mars 1797).

Les principes seront conformes à la plus saine théologie, aux libertés de l’Église gallicane en opposition par conséquent aux prétentions ultramontaines et à la doctrine des dissidents. Il présentera un tableau raccourci de toutes les nouvelles d’intérêt général et relatives à la législation, au commerce, aux lettres et à la politique64.

48Dans le numéro 33 du Journal du bon sens daté du 19 frimaire an VI (9 décembre 1797), Moulis annonçait que le journal allait désormais paraître à la fin de chaque mois, mais le prêtre, qui avait sans doute des difficultés financières, ne put mettre à exécution ce projet de publication mensuelle.

49Les articles probablement entièrement rédigés par l’abbé Moults lui-même n’étaient pas signés sauf dans les nos 28 et 29 où le prêtre signa un Rapport d’un député à ses commettants consacré au concile national où il avait été délégué. Les premiers numéros du Journal du bon sens s’adressaient à un « Cher citoyen » remplacé par « Monsieur » du no 13 au no 15. Le Journal était imprimé chez Ancelle, à Évreux, et les lecteurs pouvaient s’y abonner soit à Évreux, chez le libraire Lalonde, soit à la librairie Chrétienne, rue Saint-Jacques à Paris, qui publiait les Annales de la Religion, pour un tarif relativement élevé, 15 francs pour l’abonnement mensuel. Ce périodique se voulait très théorique et le rédacteur commençait souvent par poser des principes et par définir différents concepts. L’auteur se lançait ensuite dans de longs développements assez confus et souvent ennuyeux. Dans chaque lettre, parfois émaillée de citations littéraires, le prêtre abordait les questions religieuses, présentant le point de vue des « évêques réunis ». Mais il ne traitait pas que de questions religieuses et abordait également des problèmes politiques et économiques, soutenant des positions personnelles parfois assez surprenantes.

  • 65 Journal du bon sens, no 3 du 10 ventôse an V (28 février 1797).
  • 66 Ibid., no 6 du 10 germinal an V (30 mars 1797).
  • 67 Ibid., no 1 du 18 pluviôse an V (6 février 1797).
  • 68 Ibid., no 12 du 10 prairial an V (29 mai 1797).

50Le Journal du bon sens se préoccupait en premier lieu du sort de l’Église gallicane et critiquait les « docteurs ultramontains65 ». Considérant la vente des biens du clergé comme légitime66, Moulis était farouchement hostile aux réfractaires ainsi qu’aux prêtres ayant rétracté leur serment et il classait les prêtres d’Évreux en quatre catégories : les réfractaires et les constitutionnels mais aussi les « mixtes » et les « insouciants ayant pour devise : “Mangeons et buvons car nous mourrons67. » Le siège épiscopal d’Évreux étant vacant, Moulis ne reconnaissait que l’autorité de Gratien, archevêque métropolitain de Rouen : le prêtre publia ainsi la lettre pastorale de Gratien en date du 14 floréal an V (3 mai 1797) qui répondait aux adversaires de l’Église gallicane68. Le curé de Chrétienville entendait prendre toute sa part à la réorganisation du diocèse, considérant milles et non avenues les prétentions des chanoines d’Évreux. Faisant l’éloge de l’action de Grégoire, le Journal du bon sens attendait avec impatience le concile national, avançant des propositions sur l’organisation de l’Église gallicane, notamment en ce qui concerne la procédure de nomination des évêques. Dans cette situation difficile pour le diocèse d’Évreux et pour l’Église gallicane, Moulis restait optimiste.

  • 69 Ibid., du no 14 du 30 prairial an V (18 juin 1797) au no 16 noté 15 par erreur, du 20 messidor an V (...)

51Ce périodique ne se limitait pas aux problèmes religieux, il se préoccupait également de questions politiques et économiques. Dans plusieurs Lettres, le curé de Chrétienville développa une théorie politique vaguement inspirée de Rousseau et, sur plusieurs numéros, il formula des propositions en vue d’une nouvelle constitution69. Dans un souci de rationalisation, il voulait scinder chaque commune en quatre classes : administrateurs, auxiliaires, candidats et administrés et il envisageait de diviser le territoire national en carrés afin d’améliorer l’administration de la France. Il entendait également réaliser une meilleure répartition des hospices, des moulins et des boulangeries, des auberges sur le territoire et voulait rationaliser l’organisation du commerce, proposant que, dans chaque département, il y eût six marchands en gros, agréés par le Directoire, nommant les marchands de détail dans les villes et les bourgs. Dès la parution du Journal du bon sens, le néo-jacobin Touquet s’en prit au « citoyen Moulis » dans Le Bulletin de l’Eure, traitant le plus souvent son confrère avec ironie, aussi bien en ce qui concerne les questions religieuses que dans le domaine politique.

52La diffusion du Journal du bon sens fut sans doute assez faible, mais ce périodique eut certainement une influence dans le diocèse. Malgré son caractère très théorique et l’ambiguïté de ses positions politiques, il contribua à la diffusion des idées et des thèmes de réflexion des « réunis » et surtout, il permit d’établir des liens entre des ecclésiastiques souvent isolés. D’ailleurs, en fructidor an V (août 1797), faisant le bilan de l’action des « évêques réunis » lors du concile national, l’abbé Grégoire mentionna l’existence du Journal du bon sens d’Évreux.

4. Le synode préparatoire au concile

  • 70 ADE, 57 L 4.
  • 71 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux, 1/40-1830, op. cit., p. 122-123.

53Moulis, répercuta dans le diocèse d’Évreux la convocation de Gratien, métropolitain de Rouen, à une assemblée ecclésiastique préparatoire au concile du fait qu’« il n’y a qu’un concile national qui puisse remédier aux maux de l’Église gallicane70 ». Après la réunion manquée de thermidor an IV (juillet 1796), les constitutionnels désiraient se rassembler pour désigner un député au concile national prévu pour le 28 thermidor an V (15 août 1797), « tous les prêtres jureurs, même ceux mariés71 » y étant invités par le curé de Chrétienville. Après la victoire de la droite aux élections de germinal an V (avril 1797), l’administration centrale du département n’osa pas interdire une réunion des prêtres du diocèse programmée le 1er thermidor an V (19 juillet 1797) et elle l’autorisa par un arrêté du 5 messidor (23 juin 1797). Celle-ci eut lieu à la cathédrale d’Évreux, désertée par les anciens membres du chapitre qui avaient refusé d’y participer, ce que regrettait le curé de Rouvray.

54La réunion débuta par la messe, célébrée par Dubusc, curé de Pontde-l'Arche puis un assistant donna lecture d’une lettre de Gratien qui n’avait pas pu se rendre à l’assemblée. Le bureau fut ensuite formé avec Moulis comme président. Il y eut 119 votants, présents ou ayant donné procuration, la municipalité d’Évreux était représentée par le commissaire Rossignol. Moulis fut largement élu député au concile national par 110 voix sur 119, tandis que Dubusc était désigné comme suppléant.

Figure 10 – Première page du no 1 du Journal du bon sens, ADE, 1 Mi 31.

55L’assemblée envisagea de nommer un évêque mais, dans l’immédiat, elle se contenta d’élire un conseil presbytéral de seize membres chargé d’administrer le diocèse. Parmi eux, dans un but d’apaisement, avaient été désignés Fresnay et Narbonne, anciens chanoines d’Évreux. Les autres membres de ce conseil, outre Moulis, Dubusc et Ricquier, avaient souvent en charge des paroisses importantes. À noter l’absence de Dumouchel, curé de Vernon ainsi que de Troussel, curé de Rouvray, pourtant très préoccupé par la réorganisation du diocèse mais ayant sans doute la charge d’une trop petite paroisse. C’était également le cas de Lamy, curé de Saint-Clair-d’Arcey qui avait été proposé comme député au concile par un prêtre ayant adressé une procuration arrivée au lendemain de la réunion. En nommant les deux chanoines d’Évreux membres du conseil presbytéral, l’assemblée avait voulu faire un geste de réconciliation, mais cet effort ne fut pas récompensé. En effet, Fresnay et Narbonne, ne reconnaissant pas l’autorité de Gratien, refusèrent cette désignation dans une Lettre circulaire adressée aux ecclésiastiques et aux fidèles du diocèse d’Évreux, datée du 27 juillet 1797.

56Moulis assista donc aux réunions du concile national tenu à Notre-Dame de Paris de thermidor an V à brumaire an VI (d’août à novembre 1797) et, reprenant la tradition des députés aux États généraux, il adressa par le canal du Journal du bon sens des Lettres d’un député à ses commettants destinées aux prêtres et aux laïcs du diocèse d’Évreux par lesquelles il rendait compte des travaux du concile et des décisions prises. Du no 27 au no 33, il publia les décrets du concile consacrés aux curés, à l'élection des évêques, aux insermentés et aux réfractaires, à l'éducation de la jeunesse ainsi qu’au sacrement de mariage, assortissant cette publication de commentaires personnels. Durant le concile national, lors d’une réunion tenue à Louviers le troisième jour complémentaire de l’an V (19 septembre 1797) en son absence, l'abbé Moulis fut nommé président du presbytère, considérant sans doute que cette fonction constituait pour lui la dernière étape avant le titre d’évêque...

5. La désignation de l'évêque

  • 72 Bulletin de l’Eure, no 111 du 9 pluviôse an VI (28 janvier 1798).

57Le rédacteur du Journal du Bon sens avait nettement inspiré la Lettre pastorale au clergé et aux fidèles du département adressée le 22 frimaire an VI (12 décembre 1797) par le presbytère diocésain d’Évreux. Ce document de huit pages, imprimé chez Ancelle, reprenait les principaux décrets adoptés par le concile et faisait des propositions en vue de l’organisation de l’Église : avoir un curé dans chaque paroisse, un archiprêtre dans chaque canton, un évêque par diocèse. La lettre critiquait les perturbateurs de l’ordre et dénonçait les « épicuriens modernes qui se sont livrés à tous les excès qu’inspirent le libertinage d’esprit et la dépravation ». Touquet ne manqua pas de réagir, écrivant dans le Bulletin de l’Eure : « Au moment où le pape essayait de défaire les Français à Rome, l’abbé Moulis, président du soi-disant presbytère diocésain d’Évreux, donnait des étrennes à ses diocésains : sa lettre pastorale », et le journaliste néo-jacobin en faisait une analyse critique72.

58Les proclamations publiques en faveur du culte demeurant interdites, le ministre de la Police générale alerta le commissaire central le 28 nivôse an VI (17 janvier 1798). Moulis, président du presbytère, fut convoqué devant un tribunal de police correctionnelle, incarcéré puis libéré après quelques jours. Le Bulletin de l’Eure relata cette poursuite contre le curé de Chrétienville :

  • 73 Ibid., nos 122 et 123 des 1er et 3 ventôse, an VI (19 et 21 février 1798).

L’illustre abbé Moulis a été incarcéré et relâché sous caution presqu’aussitôt. On lui reproche la drogue fanatico-royale qu’il avait distribuée pour six sols, dont il avait empoisonné les campagnes et que nous avons annoncée dans le no 111 du Bulletin de L’Eure73.

59L’administration centrale du département fit également poursuivre quelques prêtres qui avaient diffusé cette brochure.

60Désormais, le diocèse disposant de son presbytère, il était possible de procéder à l’élection d’un évêque. Pour sa part, Moulis qui briguait le poste, n’était pas pressé de procéder à cette désignation : « Les avis sont partagés sur le parti à prendre. Je pense qu’il est de la sagesse de temporiser. Du reste, rien ne périclite, tout va aussi bien que si nous avions un premier pasteur. » Pourtant, le 7 thermidor an VI (25 juillet 1798), sous la présidence de Gratien, six membres du conseil presbytéral se retrouvèrent à Pont-de-l'Arche en l’absence de Moulis, président, souffrant, ne pouvant se déplacer, et le petit groupe décida néanmoins de choisir un évêque, invitant

le clergé et les fidèles de chaque paroisse à nommer six commissaires, trois ecclésiastiques pris en dehors du presbytère et trois laïcs pour élire aux deux tiers des voix, en leur nom et place, un évêque, en présence et sous la présidence de l’évêque métropolitain.

61Ces nominations se firent dans la précipitation puisque dès le 9 thermidor (27 juillet), l’élection devait se dérouler dans l’église de Louviers. Mais celle-ci ayant été fermée par la municipalité, la désignation eut lieu dans des conditions assez insolites ; en effet les votants s’installèrent dans une salle voisine, celle de l’auberge du Mouton. Bien que n’ayant guère pris part à la reconstruction du diocèse, Charles-Robert Lamy, curé de Saint-Clair-d’Arcey, près de Bernay, fut élu.

62Né à Bernay en 1747, Lamy, licencié en théologie, était devenu professeur au collège de la ville en 1777 tout en exerçant la fonction de vicaire à la paroisse Sainte-Croix. Curé de Saint-Clair-d’Arcey en 1784, il accueillit la Révolution avec sympathie et devint maire de sa commune en 1790, il prêta le serment exigé par la Constitution civile du clergé puis remit ses lettres de prêtrise en juillet 1794. Ayant repris ses fonctions ecclésiastiques l’année suivante, Lamy fut admis comme instituteur, conservant son presbytère. Ayant prêté le serment de haine à la royauté, il devint agent municipal de Saint-Clair-d’Arcey et, à ce titre, prononça dans sa commune l’oraison funèbre du général Hoche.

63La désignation d’un nouvel évêque aurait dû marquer l’aboutissement des efforts du clergé constitutionnel mais, loin de faire l’unanimité, elle suscita des polémiques. Aussi Moulis qui escomptait sans doute être désigné, considéra-t-il comme nulle la nomination de Lamy :

  • 74 Archives de la Société de Port-Royal, papiers Grégoire.

Nous sommes ici tous d’accord sur la nécessité de nous donner un évêque. Mais pouvons-nous ou devons-nous procéder à cette élection avant d’avoir constaté par un acte légal ou authentique la mort naturelle ou civile du citoyen Lindet ? Peut-on priver de ses droits un citoyen quelconque et encore plus un évêque, sans un jugement préalable ? Sommes-nous en droit de mépriser les vœux et les suffrages des citoyens et prêtres réfractaires ou mariés ou divorcés74.

64De son côté, Troussel critiquait également ce nouvel évêque.

65C’est sans doute à cause de ces oppositions que le sacre du prélat fut retardé pendant près d’un an. Celui-ci devait avoir lieu le 19 messidor an VII (7 juillet 1799) à Louviers mais Rever, devenu commissaire du Directoire exécutif, s’opposa à l’organisation de cette cérémonie qui eut donc lieu une semaine plus tard à Notre-Dame de Paris, Lamy étant sacré par Royer, évêque de l’Ain en présence de Saurine, évêque des Landes et de Grégoire. Par sa présence ce dernier cautionnait ainsi la désignation de Lamy. Pourtant, Troussel, toujours réservé à propos du nouvel évêque, écrivait à son ami le 22 pluviôse an VIII (11 février 1800) : « L’élection du citoyen Lamy à l’épiscopat est bien loin d’avoir opéré du bien. »

66Dans ce département où une nette majorité de prêtres avait prononcé le serment exigé par la constitution civile du clergé, passée la politique de « déprêtrisation » de l’an II, les mesures d’apaisement prises par la Convention thermidorienne en ventôse an III (février 1795), accordant la liberté du culte furent bien accueillies et auraient dû permettre la normalisation des rapports entre la République et le clergé constitutionnel. Mais, après Fructidor, l’administration centrale du département, encouragée notamment par d’anciens prêtres ayant rompu avec le sacerdoce, reprit la politique anticatholique du Directoire. Dans ce climat défavorable, le clergé constitutionnel souffrit de ses divisions, de l’attitude des chanoines d’Évreux ainsi que du caractère assez fantasque de l’abbé Moulis, délégué au concile et qui visait le poste d’évêque. Malgré tout, les gallicans réussirent à réunir leur presbytère, à tenir un synode et à désigner finalement un évêque, dans des conditions certes assez inattendues.

Notes

1 Jean-René Suratteau, « Le Directoire avait-il une politique religieuse ? », Annales historiques de la Révolution française, no 283, 1991, p. 70-92.

2 Bernard Plongeron, « Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820) » dans Paule Leroux, Raymond Darteville, et Bernard Plongeron (dir.), Pratiques religieuses, mentalités et spiritualités dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), [Chantilly, 27-29 nov. 1986], Turnhout, Brepols, 1988, p. 525-533.

3 Chanoine Georges Bonnenfant, Histoire générale du diocèse d’Évreux, Paris, Auguste Picard, 1933, t. II

4 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux 1740-1830, op. cit., p. 92 et 99.

5 ADE., 230 L 1.

6 Ibid., 7 L 6 et 57 L 1.

7 AM Évreux, 5 P 1.

8 AD Eure, 234 L 2.

9 Archives de la Société de Port-Royal, papiers Grégoire.

10 ADE, 7 L 27.

11 Philippe Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit public, op. cit., p. 229.

12 ADE, 7 L 13.

13 AM d’Évreux, 5 P 4.

14 Ibid., 4 J 6.

15 ADE, 5 L 4.

16 Bulletin du département de l'Eure, no 3, 3 nivôse an V (25 décembre 1796).

17 AN, F1 c III Eure 7.

18 Ibid, F1 c III Eure 8.

19 AM Évreux, 5 P 1.

20 Bulletin de l’Eure, no 60, 27 fructidor an V (13 septembre 1797).

21 Précisions données par le chanoine Georges Bonnenfant, Histoire générale du diocèse d’Évreux, op. cit.

22 AM Évreux, 5 P 1.

23 ADE, 7 L 8.

24 Ibid., 57 L 2.

25 Ibid., 57 L 2.

26 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l’Eure, op. cit.

27 Depuis 1846, Saint-Léger-de-Boscdel a été réunie à la commune de Rôtes pour former Saint-Léger-des-Rôtes.

28 Charles Leroy, Sur les routes de l’exil (septembre 1792-mai 1797), Mémoires de M. l’Abbé Sébastien Jean Honoré Pétel, curé de Saint-Léger-du-Bosdel (Doyenné de Bernay), Rouen, Lestringant, 1929.

29 Bernard Bodinier, « Prêtres normands en exil », communication au 130e congrès national des sociétés historiques, Voyages et voyageurs, La Rochelle, 2005.

30 ADE, 9 L 7.

31 AM Évreux, 5 P 1.

32 ADE, 57 L 2.

33 Chanoine Georges Bonnenfant, Histoire du diocèse d’Évreux, op. cit.

34 AN, F1 c III Eure 8.

35 AN, F1 b II Eure 2.

36 ADE, 7 L 9.

37 AM Évreux, 5 P 1.

38 ADE, 7 L 12 et 7 L 6.

39 Ibid., 7 L 20.

40 Ibid., 179 L 9.

41 AM Évreux, 5 P 1.

42 ADE, 7 L 34.

43 Ibid., 5 L 4.

44 André Goudeau, Trois Siècles d’histoires vernonnaises, Luneray, Bertout, 2002.

45 Nicolas Rogue, Souvenirs et Journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, op. cit., p. 134.

46 ADE, 7 L 6.

47 Ibid., 183 L 2.

48 AM. Les Andelys, registre de délibérations, 1 D 7.

49 ADE, 9 L 8.

50 Ibid., 214 L 2.

51 Ibid., 234 L 3.

52 AN, F 19/433.

53 AM Évreux, 5 P 1.

54 Bernard Plongeron, L’Abbé Grégoire ou l'Arche de la Fraternité, Paris, Letouzey et Aîné, 1989.

55 Annales de la religion, ou Mémoire pour servir à l’histoire du 18e siècle par une Société d’Amis de la Religion et de la Patrie, (M. Grégoire, Royer, Mauviel, Lanjuinais et autres), An III – 1803, 18 vol.

56 Né le 6 juin 1723, Jean-Baptiste Moulis, accepta la constitution civile du clergé et devint curé de Chrétienville, commune rattachée à Harcourt en 1792. Comme nous le verrons, durant l’année 1797, il publia le Journal du bons sens. Le chanoine Porée, biographe de l’évêque Lamy, le considérait comme un « cerveau exalté ». Selon Nicolas Rogue, Moulis « ne voulut pas reprendre l’exercice de son ministère » après le concordat, « ne disant même pas la messe ». Il mourut le 17 juillet 1809 « sans vouloir le secours de l’Église et voulut être enterré sans sonnerie et sans luminaire ».

57 André Goudeau, « Un correspondant de l’abbé Grégoire : Troussel, curé de Rouvray et de Chambray », Les Cahiers vernonnais, no 20, 1998.

58 Né en 1761, fils d’un fabricant de velours d’origine anversoise installé à Vernon, Pierre Ricquier, ancien oratorien, était prêtre constitutionnel à Évreux.

59 Toutes les lettres citées sont conservées dans les archives de la Société de Port-Royal, dossier Grégoire, Lettres (Eure).

60 L’expression est du chanoine Georges Bonnenfant, Histoire du diocèse d’Évreux, op. cit.

61 Annales de la religion, no 15 du 26 thermidor an IV (13 août 1796), p. 345-361.

62 Éric Wauters, article « Eure » dans le Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, op. cit.

63 BNF, 40 Le 11/339 mais la collection est incomplète : les nos 19 à 26 sont manquants.

64 Annales de la religion, no 21 du 5 germinal an V (25 mars 1797).

65 Journal du bon sens, no 3 du 10 ventôse an V (28 février 1797).

66 Ibid., no 6 du 10 germinal an V (30 mars 1797).

67 Ibid., no 1 du 18 pluviôse an V (6 février 1797).

68 Ibid., no 12 du 10 prairial an V (29 mai 1797).

69 Ibid., du no 14 du 30 prairial an V (18 juin 1797) au no 16 noté 15 par erreur, du 20 messidor an V (8 juillet 1797).

70 ADE, 57 L 4.

71 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux, 1/40-1830, op. cit., p. 122-123.

72 Bulletin de l’Eure, no 111 du 9 pluviôse an VI (28 janvier 1798).

73 Ibid., nos 122 et 123 des 1er et 3 ventôse, an VI (19 et 21 février 1798).

74 Archives de la Société de Port-Royal, papiers Grégoire.

Table des illustrations

Légende Figure 10 – Première page du no 1 du Journal du bon sens, ADE, 1 Mi 31.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search