Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IVe Partie. À la recherche d’une nouvelle citoyenneté

Chapitre XIII. Fortifier le civisme républicain

Texte intégral

  • 1 Bulletin de l’Eure, no 81 du 24 floréal an V (13 mai 1797).

Il faut au Peuple des assemblées et des fêtes ; il a besoin de repos et de plaisirs. Si les institutions civiles ne lui préparent pas ces moyens de bonheur et de civilisation, il devient sauvage et féroce, ou superstitieux et fanatique. Le Peuple a attendu les fêtes civiques, on ne lui en a pas donné ; il a repris son calendrier et ses fêtes religieuses1.

1C’est en ces termes que Touquet appelait de ses vœux l’organisation de fêtes civiques, regrettant l’absence ou la mauvaise organisation de ces festivités par les municipalités cantonales et estimant que l’absence de ces manifestations ne pouvaient que favoriser le retour des cérémonies catholiques. Pour y faire pièce, il convenait également, selon le journaliste néo-jacobin, de tenter de développer une religion républicaine et de faire respecter le calendrier institué par la Convention nationale.

A. Les cultes républicains

2Dans la continuité des cultes rendus à la déesse Raison puis à l’Être suprême, sous le régime directorial, on tenta de développer une religion républicaine, avec son rituel et ses pratiques collectives, et se posant en concurrente du culte catholique. Due à une initiative privée, mais encouragée par un directeur et par des membres de l’Institut, la théophilanthropie eut, dans l’Eure, une certaine audience à Bernay et à Verneuil mais le culte décadaire, instauré par les autorités à partir de l’an VI, vint parfois la concurrencer.

1. La théophilanthropie

3Fondée par le libraire Chemin, la théophilanthropie voulait regrouper les « adorateurs de Dieu et les hommes », cherchant à établir une synthèse entre les « religions de toutes les nations du monde ». Ce culte qui reçut la caution de nombreux intellectuels, fut inauguré à Paris en pluviôse an V (janvier 1797) et devint semi-officiel avec le soutien d’un directeur, La Révellière-Lépeaux. La théophilanthrophie fut alors pratiquée dans une quinzaine d’églises parisiennes avant de se développer dans certains départements.

  • 2 Georges Dubosc, « Les Théophilanthropes à Rouen », Journal de Rouen du 16 juillet 1905, repris dan (...)

4Cette « abstraite et officieuse théophilanthropie déiste » se développa en province, dans plusieurs villes importantes, et, tout particulièrement, à Rouen2 où elle connut un certain succès, étant organisée d’abord au Mont-aux-Malades puis à l’église Saint-Patrice. La nouvelle religion fut-elle connue dans le département de l’Eure à partir de la métropole normande ou directement de la capitale ? Dès frimaire an VI (décembre 1797), le culte théophilanthropique existait à Verneuil ; les adeptes s’installèrent d’ailleurs dans « la ci-devant église de la Madeleine ».

  • 3 Frédéric Mallebranche, Le culte théophilanthropique à Bernay, Bernay, novembre 1894, ms., 25 p. (b (...)
  • 4 Abbé Henri Grégoire, Histoires des sectes religieuses qui, depuis le commencement du siècle dernie (...)

5La nouvelle religion se développa également à Bernay où le 10 nivôse an VI (30 décembre 1797), une pétition réclamant un local pour le culte théophilanthropique fut présentée à la municipalité qui attribua la salle d’audience du tribunal de police correctionnelle à ce nouveau culte. D’emblée, la théophilanthropie connut un réel succès puisque, lors de la première cérémonie, 200 personnes se réunirent. Le service eut lieu ensuite chaque décadi. La cérémonie qui empruntait largement au rituel austère des calvinistes était présidée par un chef de famille. Ce dernier entonnait l’hymne d’introduction : « Adorateur de l’Éternel qui dans tout homme aime son frère... », puis des enfants venaient déposer sur l’autel des corbeilles de fleurs. Pour attirer le plus grand nombre, le corps de musique participa aux cérémonies3. Selon Albert Mathiez citant l’abbé Grégoire4, le « chef de ce culte était un certain Mater ».

6Dès le début, ce nouveau culte avait bénéficié du soutien de la municipalité qui voyait dans le développement de la théophilanthropie un moyen d’améliorer « l’esprit public ». Dans l’état du 20 au 30 pluviôse an VI (8 au 18 février 1798), nous lisons sous la plume d’Harou, commissaire du Directoire :

  • 5 Cité par Pierre Bodin, « Les cultes civiques à Bernay sous la Révolution », Les Amis de Bernay, no(...)

Dans la subversion des idées dont nous avons eu tant à gémir, l’amour de la morale n’a point été étouffée chez le peuple ; on a souvent pris pour attachement au culte romain ce qui n’était qu’attachement à la morale [...] Il est incontestable que ce culte sentimental et sublime [il s’agit de la théophilanthropie] va concilier à la république tous ceux qui ont encore un cœur pour aimer et une âme pour sentir ce qui est bien. D’après les renseignements que j’ai eus, j’ai compris que l’esprit public s’était, pourrait-on dire, amélioré vu l’affluence des citoyens de Bernay et de la campagne environnante qui se trouvaient à la célébration du culte5.

  • 6 ADE, 183 L 2.
  • 7 Ibid., 229 L 40.
  • 8 Bulletin de l’Eure, n 132 du 23 ventôse an VI (13 mars 1798).

7La nouvelle religion se développa parallèlement dans quelques communes proches de Bernay et de Verneuil. À Courbépine, petit village situé près de Bernay, le 2 ventôse an VI (20 février 1798) un culte théophilanthropique fut autorisé dans l’église à condition d’un accord avec les catholiques6. De même, à Tillières, les théophilanthropes purent se réunir le décadi dans le « temple » après négociation au sujet de l’horaire avec le curé7. Dans ce chef-lieu de canton, lorsqu’en ventôse an VI (février 1798), Chartrier, le président de l’administration municipale décéda, « l’instruction théophilanthropique servit de direction à la cérémonie » de son enterrement8.

2. Le culte décadaire

8La théophilanthropie resta donc cantonnée à Bernay, à Verneuil et dans les environs de ces deux villes mais le culte décadaire, décidé par le Directoire, fut pratiqué dans tous les chefs-lieux de canton. L’arrêté du 14 germinal an VI (3 avril 1798), pris à l’initiative de Merlin de Douai, rendait, comme nous le verrons, le calendrier républicain obligatoire et une cérémonie devait être tenue chaque décadi selon le protocole décrit en détail dans la loi 23 fructidor an VI (9 septembre 1798). Le ministre François de Neufchâteau multiplia les circulaires relatives aux célébrations décadaires qui devaient être organisées tous les décadis dans chaque canton.

  • 9 ADE, 13 L 2.

9L’une d’entre elles, reprise le 20 fructidor an VI (6 septembre 1798) par l’administration centrale de l’Eure et publiée sous forme d’affiche9, indiquait comment devaient être décorés les temples décadaires, recommandant l’installation d’un autel de la Patrie, l’affichage des emblèmes civiques et de la déclaration des droits et des devoirs des citoyens. Dans les « ci-devant églises », une « enceinte particulière » devait être réservée aux « magistrats », aux vieillards ainsi qu’aux « défenseurs de la patrie », les lecteurs de la tribune et les musiciens étant installés dans un espace particulier.

10Dans les grandes villes disposant de plusieurs églises, certaines d’entre elles avaient été affectées au culte décadaire. En revanche, dans les petites villes de l’Eure qui ne disposaient le plus souvent que d’un seul « temple », les deux cultes devaient organiser leurs cérémonies dans un même édifice, c’est ce qu’on appelait le « simultanéum ». Souvent, une commission était chargée de présenter un plan d’aménagement et de décoration de l’espace spécialement dévolu aux cérémonies décadaires.

11À Vernon, Dubosc, président de l’administration cantonale, et Lemagnen, agent du chef-lieu, furent chargés de faire décorer « avec décence » la partie de l’ancienne collégiale affectée au culte décadaire, occupant la moitié sud de la nef. Une balustrade séparait l’espace réservé au culte républicain et celui où se déroulaient les offices catholiques. Des aménagements complémentaires furent effectués : installation d’un autel de la Patrie, de panneaux avec les emblèmes de la République et d’une tenture ornée d’un œil de vigilance. Une figure de la Liberté dominant une vaste tribune avait été peinte par l’artiste Sablet.

  • 10 ADE, 224 L et 217 L 2.
  • 11 Ibid., 229 L7.
  • 12 Ibid., 56 Edt 34 (1 D 6).
  • 13 Ibid., 206 L 3.
  • 14 Ibid., 219 L 1.

12Des installations similaires furent effectués dans d’autres églises du département. Celles de Saint-André et de Pacy furent partagées en deux, l’une réservée aux cérémonies officielles, l’autre au culte catholique10. Dans le « temple » de Tillières, une tapisserie avait été pendue, séparant la nef du chœur11 ; à Bernay, une enceinte réservée au culte décadaire fut aménagée12, de même fut installé un espace identique paré d’une statue de la Liberté dans l’église d’Harcourt13. À Pont-de-l’Arche, un autel de la Patrie fut construit dans l’église par le maçon Perdu14 tandis que dans leglise Saint-Ouen de Pont-Audemer, furent récupérées des boiseries provenant de la « ci-devant église des Carmes », ayant appartenu à la société populaire, pour orner l’espace destiné au culte décadaire.

  • 15 Ibid., 230 L 2.
  • 16 Ibid., 201 L 2.

13Chaque décadi, dans la matinée, donc ce culte civique était célébré au cheflieu de canton. Les citoyens étaient invités à se rendre à la cérémonie à laquelle participaient les membres de la municipalité cantonale, le commissaire du Directoire et les fonctionnaires. Les instituteurs étaient tenus de conduire leurs élèves à ces cérémonies considérées comme des leçons de civisme républicain. Les mariages étaient célébrés exclusivement ce jour-là où l’on proclamait également les actes d’état-civil. La cérémonie comportait ensuite des chants, des hymnes et des prières à l’Éternel. Organisées selon la réglementation minutieuse mise au point par le ministre François de Neufchâteau, se déroulant en respectant un rituel monotone, les cérémonies décadaires restaient souvent ternes et ennuyeuses. Parfois, des réjouissances populaires étaient organisées : après un banquet arrosé de cidre, l’après-midi se poursuivait par des danses comme à Montfort-sur-Risle, à Tilly15 ou La Ferrière16.

14Malgré ces divertissements, les administrations cantonales se plaignaient du peu de fréquentation des cérémonies décadaires. De tels regrets furent notamment exprimés à Louviers, à Verneuil-campagne, et à Nonancourt. Cette trop faible fréquentation était parfois mise sur le compte du manque de moyens financiers dont disposaient les municipalités de canton. Ainsi l’administration municipale de La Ferrière-sur-Risle écrivait le 20 vendémiaire an VII (11 octobre 1798) :

  • 17 Ibid.

Tant que les administrations n’auront aucun moyen pour donner quelqu’éclat à ces fêtes décadaires, leur monotonie finira par ennuyer le peuple qui ne sera jamais assez philosophe pour chérir la vérité dépouillée de tous ces ornements dont les plus sages législateurs ont senti qu’il falloit l’environner.17

  • 18 AN, F1 c III Eure 11.

15Dans ses circulaires, le ministre de l’Intérieur rappelait constamment que les cérémonies devaient se dérouler dans « le silence » et « la décence ». Pourtant, il n’a pas été relevé de manifestations bruyantes émanant de catholiques au cours de cérémonies décadaires ; en revanche, les incidents provoqués par la cohabitation du culte décadaire et du cérémonial catholique dans le même édifice religieux furent fréquents. Une réglementation stricte imposait notamment aux catholiques de masquer « les signes de leur culte » dans les églises. À Pont-de-l’Arche, en vendémiaire an VII (septembre 1798), il fut décidé que la messe devait cesser le décadi à 8 heures, les signes du culte catholique étant enlevés ou voilés. Même consigne à Nonancourt où les catholiques devaient cacher « les images de leur culte » les jours de décade le 10 ventôse an VII (28 février 1799). À Pacy, l’agent Hébert écrivait au ministre de l’Intérieur le 25 vendémiaire an VII (16 octobre 1798) : « Pour éviter toute entrave à faire célébrer le décadi, il faudrait obliger et même contraindre les administrations municipales à faire retirer tous les signes religieux qui existent dans les temples destinés à la réunion des citoyens18. »

  • 19 ADE, 206 L 3.
  • 20 André Goudeau, « La cohabitation des cultes décadaire et catholique dans la collégiale de Vernon s (...)

16Mais ce code de bonne conduite qui devait permettre de faire fonctionner sans problème le « simultanéum » ne fut pas toujours respecté et des incidents éclatèrent dans différents chefs-lieux de canton. À Nonancourt, le 30 vendémiaire an VII (21 octobre 1798), l’autel de la Patrie fut détruit dans « le temple » tandis qu’à Harcourt, le 20 messidor an VII (8 juillet 1799), la statue de la Liberté et des bustes de Brutus et de Guillaume Tell avaient été « mutilés » dans le temple décadaire19. Un grave incident se déroula également dans la ci-devant collégiale de Vernon le 12 prairial an VII (31 mai 1799). Dans la nuit, la statue de la Liberté dominant la tribune avait été souillée d’excréments. L’enquête menée par le juge de paix Donat ne permit pas de trouver les responsables de ce « crime atroce » mis sur le compte du « fanatisme » et de la « frénésie incivique20 ».

  • 21 Jacques Godechot, Les Institutions de la France sous la révolution et l’Empire, op. cit., p. 535.
  • 22 AN, F1 c Ill Eure 12.
  • 23 Albert Mathiez, La Théophilanthropie et le culte décadaire, 1796-1802. Essai sur l’histoire religi (...)

17Selon Jacques Godechot, « le culte décadaire eut pour principale conséquence le déclin de la théophilanthropie qu’il concurrençait21 ». Y eut-il une concurrence voire une opposition entre les cultes décadaire et théophilanthropique dans l’Eure ? Peut-être en fut-il ainsi dans les secteurs de Bernay et de Verneuil où le culte lancé à Paris par le libraire Chemin avait connu un certain essor. Le cercle constitutionnel de Verneuil dénonça les théophilanthropes dans une déclaration non datée, mais rédigée sans doute au milieu de l’an VII : « Les sectaires du culte théophilanthropique poussent la témérité jusqu’à y porter atteinte [aux institutions républicaines] par leurs menaces, transgressent les instructions et arrêtés sur la fermeture des boutiques22. » Se fondant sur cette dénonciation, Albert Mathiez écrit : « Dans l’Eure, les théophilanthropes auraient été ouvertement hostiles au culte décadaire23 ». À notre avis, il s’agit d’une réaction locale qui ne peut être généralisée.

18En effet, le journaliste Touquet, fervent soutien du culte théophilanthropique, décrivant les cérémonies du décadi à Bernay, semblait indiquer que les deux cultes se succédaient sans problème dans cette ville :

  • 24 Le Bulletin de l’Eure, no 118 du 23 pluviôse an VI (11 février 1798).

Depuis 9 heures jusqu’à 11, on célèbre le culte théophilanthropique ; à 11 heures, on se rend au temple décadaire ; les corps administratifs, la Garde nationale, les républicains, les musiciens s’y trouvent ; on prononce des discours, on chante des hymnes, on lit des lois, ces leçons de républicanisme durent jusqu’à une heure ; à 3 heures, bal gratuit ; à 5, les républicains se réunissent en cercle constitutionnel. C’est ainsi que varié d’instruction et de divertissement, le décadi se trouve passé et qu’on attend impatiemment un autre24.

19Le culte décadaire était donc organisé en fonction du calendrier républicain qui devait être strictement appliqué, la municipalité cantonale s’efforçant de veiller scrupuleusement à ce que la population ne vivât plus au rythme du calendrier grégorien. Étant remplacé par le décadi, le dimanche cessait d’être le jour de repos, tandis que disparaissaient les fêtes patronales et que les dates des marchés et des foires étaient modifiées. Ces changements venaient bouleverser des habitudes ancestrales, notamment dans les campagnes.

B. L'application du calendrier républicain

20Après le coup d’État du 18 Fructidor an V (4 septembre 1797), les directoriaux estimèrent que le calendrier républicain, devenu « l’annuaire de la République », devait s’imposer à tous. Le 29 brumaire an VI (19 novembre 1797), le ministre de l’Intérieur Letourneux chargea les départements et les municipalités « d’inviter » les prêtres à « sanctifier » le décadi au lieu du dimanche, c’est-à-dire à déplacer la grand’messe au décadi mais le clergé constitutionnel, seul en cause, n’apprécia guère cette « invitation ». Dans plusieurs cantons, la mesure ne fut pas appliquée et la messe avait toujours lieu le dimanche.

21L’application du calendrier républicain ne concernait pas que les cérémonies religieuses. En effet, l’arrêté du 14 germinal an VI (3 avril 1798) pris à l’initiative de Merlin de Douai, rendait le calendrier républicain obligatoire, notamment pour les marchés, les foires, les spectacles, le départ des diligences et l’ouverture des écluses. Selon la loi les écoles vaquaient les décadi et quintidi tandis que les administrations et les tribunaux chômaient le décadi. Tous les actes notariaux, les affiches et les journaux devaient utiliser exclusivement le calendrier républicain, le « vieux style » étant banni.

22Dans l’Eure, l’administration centrale prit le 15 frimaire an VI (5 décembre 1797) un arrêté pour rappeler à ses administrés que le décadi était désormais le seul jour de repos. Mais si cette mesure était appliquée par « les autorités constituées et les fonctionnaires publics, tous les autres citoyens étoient retenus dans leur ancienne routine, par la fixation des jours de foire et de marché, qui continuoit d’être basée sur l’ancien calendrier ». Dans leur compte de gestion publié le 15 floréal an VI (4 mai 1798), les administrateurs du département se disaient convaincus

  • 25 AN, F1 c III Eure 8.

que le meilleur moyen d’attacher les citoyens à la Constitution, est de leur faire contracter l’habitude des institutions qu'elle a créées et que ce n’est qu’ainsi qu’on pourra parvenir à assurer la tranquillité publique, en ramenant les opinions à une seule et même opinion25.

  • 26 AM Louviers, 1 D 7.

23Pourtant l’application du calendrier républicain ne se fit pas sans difficultés : la population, en particulier les ruraux, restait attachée au calendrier grégorien et l’instauration du repos décadaire à la place du dimanche était très impopulaire. Alors, beaucoup s’ingéniaient à tourner la loi ou s’y opposaient même carrément. Les administrations municipales expliquèrent à la population de leur canton que le décadi devait être chômé et que le « ci-devant dimanche » devait désormais être un jour consacré au travail. Les travaux des champs étaient prohibés les jours de décade et de fêtes nationales, les seules exceptions admissibles ne pouvaient concerner que les travaux urgents comme les semailles et les récoltes26. Mais beaucoup de paysans devaient estimer que la plupart des tâches ne pouvaient attendre...

  • 27 ADE, 197 L 3.

24Dans leurs registres de délibérations, les administrations cantonales notaient donc à regret que les arrêtés du Directoire concernant l’application du calendrier républicain n’étaient pas suivis d’effet. À Écos, en brumaire an VII (octobre 1798), la municipalité de canton regrettait que le repos décadaire ne fût pas respecté par les cultivateurs alors qu’ils honoraient « les fêtes supprimées de la catholicité27 ». Même constat à Étrépagny, dans le canton de Verneuil-campagne ou à Saint-André. À Vernon, les mesures imposant l’application du calendrier républicain ne furent pas mieux acceptées. Dans une lettre au ministre de la Police générale en date du 14 prairial an VII (2 juin 1799), Lefebvre, commissaire du Directoire près l’administration municipale reconnaissait « l’inexécution de la loi du 17 thermidor an VI (4 août 1798) » dans le canton. Il devait y envoyer la gendarmerie chaque décadi afin de vérifier si la loi était observée et de dresser contravention aux récalcitrants. Mais très souvent les représentants de l’État et les gendarmes étaient « hués et repoussés par les habitants des cantons voisins qui se livrent publiquement à leurs travaux les décadis au mépris des lois », recevant même parfois des pierres et des coups de bâton.

  • 28 Ibid., 289 L 10.

25De nombreux habitants furent poursuivis devant la justice de paix, pour non respect du décadi. Ainsi des paysans et des vignerons furent frappés d’une amende à La Ferrière-sur-Risle et à Nonancourt28. Les cultivateurs n’étaient pas les seuls à enfreindre la réglementation relative au chômage du décadi. À Louviers ou à Pont-de-l’Arche, de nombreux commerçants et artisans furent convoqués devant la justice de paix pour avoir exercé leur profession ce jour-là.

26Les réjouissances n’étaient autorisées que le décadi, en particulier la danse qui constituait l’un des divertissements préférés sous le Directoire. Des historiens ont écrit qu’après l’attitude rigoriste des autorités sous la Terreur, un besoin de détente se faisait sentir et que la population cherchait à s’étourdir. Cette attitude concernait surtout la bourgeoisie des parvenus et la jeunesse dorée des « muscadins » et des « incroyables ». Dans l’Eure, ces catégories sociales étaient très peu représentées, ce qui n’empêchait pas une frange de la population de s’adonner aux plaisirs de la danse. À Évreux, Dhuique le propriétaire de la salle de la Comédie, donnait régulièrement des bals et des salles de danse furent également ouvertes dans les autres villes du département : à Verneuil, au Grand-Andely, à Pont-Audemer ou à Vernon.

27Le citoyen pouvait donc se divertir mais il ne devait le faire que dans l’ordre et « la décence » car la République refusait les débordements et les « bacchanales ». Outre le culte décadaire, les citoyens devaient donc participer à des fêtes civiques, cérémonies à caractère pédagogique, nettement codifiées. Le Directoire fructidorien, appuyé par les néo-jacobins, accorda une grande importance politique à ces célébrations à caractère politique destinées à se substituer aux fêtes religieuses et qui devaient permettre de créer de nouvelles représentations collectives.

C. Les fêtes civiques

28Le Directoire avait hérité du système festif mis en place sous la Convention thermidorienne. La loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) avait institué sept fêtes nationales : des commémorations de grands journées révolutionnaires et des « fêtes morales », célébrant les âges de la vie, l’activité agricole et les succès militaires de la République. À celles-ci, furent ajoutées trois grands anniversaires : le 21 janvier, souvenir de l’exécution de Louis XVI, le 14 juillet et le 10 août. Enfin au lendemain du coup d’État de Fructidor an V, on décida la célébration du 30 ventôse dédié à la Souveraineté du peuple et du 18 Fructidor en souvenir de cette journée considérée comme un grand succès des républicains. Au total, douze fêtes venaient donc ponctuer l’année civile, énumérées ci-dessous :

  • 1er vendémiaire (22 septembre) : célébration de la fondation de la République ;
  • pluviôse (21 janvier) : commémoration de la « juste punition du dernier roi des Français » ;
  • 30 ventôse (20 mars) : fête de la Souveraineté du peuple ;
  • 10 germinal (30 mars) : fête de la Jeunesse ;
  • 10 floréal (29 avril) : fête des Époux ;
  • 10 prairial (29 mai) : fête de Reconnaissance et des Victoires ;
  • messidor (23 juin) : fête de l’Agriculture ;
  • 26 messidor (14 juillet) : commémoration de la prise de la Bastille ;
  • et 10 thermidor (27 et 28 juillet) : fêtes de la Liberté ;
  • 23 thermidor (10 août) : anniversaire du 10 août 1792 ;
  • 10 fructidor (27 août) : fête des Vieillards ;
  • 18 Fructidor (4 septembre) : anniversaire du coup d’État de l’an V.
  • 29 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976.

29À ces fêtes, il convient d’ajouter les « pompes funèbres » organisées à l’occasion de la mort des « héros de la République » : le 26 vendémiaire an VI (17 octobre 1797), pour rendre hommage au général Hoche mort quelques jours auparavant et 11 prairial an VII (30 mai 1799) suite à l’assassinat des plénipotentiaires de Rastatt ainsi que la cérémonie en l’honneur du général Joubert mort le 28 thermidor an VII (15 août 1799). Les fêtes civiques avaient avant tout un caractère pédagogique. Elles permettaient d’abord de commémorer, c’est-à-dire de se remémorer les grands événements de la Révolution et, ensuite, de célébrer les valeurs du civisme républicain. Enfin, elles devaient venir se substituer aux célébrations religieuses, opérant ce « transfert de sacralité » dont parle Mona Ozouf29.

  • 30 ADE, 13 L 1.

30L’organisation des fêtes civiques incombait aux « institutions civiles », à savoir les administrations centrale et cantonales. Régulièrement, le ministre de l’Intérieur leur envoyait des instructions rappelant la nécessité d’organiser des festivités avec indication des thèmes et des modalités de chaque journée. De nombreuses circulaires furent donc adressées au département par les ministres de l’Intérieur successifs, Bénézech, Letourneux et François de Neufchâteau, ce dernier étant sans doute le plus prolixe30. L’administration centrale répercutait ces recommandations auprès des municipalités de canton, les enjoignant à organiser chaque fête et à envoyer le procès-verbal des festivités comme elle le rappelait dans son premier compte de gestion pour la période allant de floréal an V (avril 1797) à floréal an VI (avril 1798) :

  • 31 AN, F1 c III Eure 8.

Le Département a eu soin cependant, aux approches de chacune d’elles, de rappeler aux administrations municipales, les devoirs que ces lois leur imposent ; et pour connoître la manière dont elles les auront remplies, il les a chargées de lui faire passer les procès-verbaux de chaque fête31.

  • 32 ADE, 197 L 1.

31Qu’en fut-il dans le département de l’Eure ? Il faut bien reconnaître que ces consignes ne furent pas scrupuleusement suivies. Des administrations cantonales se dispensèrent d’organiser certaines des fêtes civiques prévues tout au long de l’année et d’ailleurs, elles le reconnurent honnêtement dans leur registre de délibérations. À Écos32, le 5 floréal an IV (24 avril 1796), la municipalité prit la décision de ne pas célébrer la fête des Époux à cause des travaux des champs. D’autres administrations cantonales avouèrent n’avoir pu organiser certaines célébrations en raison de l’urgence des récoltes, mais il s’agissait là d’exceptions.

  • 33 AN, F1 c III Eure 7.

32Dans l’Eure comme dans l’ensemble du pays, de très nombreux procès-verbaux de fêtes civiques nous sont parvenus. Pour certains, ils figurent dans les registres de délibérations des municipalités cantonales, pour d’autres ils ont été adressés à l’administration centrale ou au ministère de l’Intérieur. Toutefois, l’existence d’un procès-verbal ne prouve pas que la fête a été réellement organisée et que la population y a participé. Le secrétaire ayant rédigé le programme de la fête pouvait très bien s’en inspirer pour établir un compte rendu destiné à satisfaire les autorités supérieures. D’ailleurs, dans son second compte de gestion couvrant la période allant du 1er brumaire an IV (23 octobre 1795) au 14 floréal an V (3 mai 1797), l’administration centrale reconnaissait le manque de succès des fêtes républicaines33.

1. Une fête ritualisée...

33Les célébrations civiques du Directoire connaissaient toujours un peu le même rituel sur lequel venaient parfois se greffer des variations correspondant à la spécificité de la journée, à la plus ou moins grande mobilisation de l’administration municipale, aux ressources locales ou encore au talent de certains participants comme le signalait l’administration centrale dans son compte de gestion :

  • 34 Ibid., F1 c III Eure 8.

Les cérémonies se bornoient à des discours analogues à l’objet de la fête, à des chants patriotiques, à des danses, et quelquefois un repas frugal. Cependant, par le zèle qui a distingué quelques administrations, on peut juger ce quelles feroient si elles avoient plus de moyens. Des discours civiques, des couplets assez heureux ont été envoyés par les administrations municipales de Bernay, Pont-Audemer, Le Vaudreuil34

34Souvent, des commissaires chargés de préparer la fête étaient désignés à l’avance. Dans les municipalités importantes, notamment au chef-lieu, un « ordonnateur » devait élaborer le programme des festivités. À Évreux, c’était le plus souvent l’administrateur Pain, versificateur impénitent, qui était nommé, parfois flanqué de maîtres de cérémonie comme Charles, administrateur municipal, ou Ozanne, professeur à l’École centrale, tous deux chargés de superviser chacune des activités prévues.

  • 35 ADE, 13 L 3.

35En général, la fête civique était annoncée la veille ou le matin par des coups de canon, par des roulements de tambour ou par une sonnerie de cloches. Toutefois, le 13 brumaire an VIII (4 novembre 1799), l’utilisation des cloches fut interdit car elles avaient « trop souvent servi le fanatisme » et rappelaient « un culte particulier35 ». Les festivités commençaient en général par la lecture des lois ou des arrêtés indiquant l’objet des réjouissances, puis les spectateurs entendaient des chants, des morceaux de musique et des discours prononcés le plus souvent par le commissaire ou par le président de la municipalité, discours souvent emphatiques que les procès-verbaux qualifiaient invariablement d’« analogues à la fête » et qui étaient fréquemment imprimés. Souvent, un cortège se formait, mais dans les municipalités rurales ou dans les petites communes, généralement la fête se réduisait à un simple rassemblement sur la place publique.

  • 36 Ibid., 188 L 5.
  • 37 Aujourd’hui place Dupont-de-l’Eure.
  • 38 Ivan Cloulas, « La place Saint-Léger, haut-lieu des manifestations révolutionnaires à Évreux », Co (...)
  • 39 Le château d’Évreux s’élevait à l’emplacement de l’hôtel de ville actuel.

36Les fêtes civiques pouvaient donc avoir lieu à l’extérieur mais elles se déroulaient parfois dans un bâtiment, le local de la municipalité ou encore l’église rebaptisée « temple décadaire ». Parfois, les festivités comportaient une séquence en plein air et une autre à l’intérieur. La cérémonie dans le « temple » présentait plusieurs avantages : elle offrait un cadre solennel convenant au caractère de certaines célébrations, constituait un bon moyen de masquer la faible participation de la population et permettait surtout d’échapper aux caprices de la météorologie. Ainsi, à Breteuil, le 10 prairial an VI (29 mai 1798), la fête des victoires se déroula dans l’ancienne église « à cause de l’inconstance du temps » puis le 5 messidor (23 juin), pour la fête de l’Agriculture, les discours furent prononcés dans le « temple » à cause des fortes chaleurs36. À Évreux, où les célébrations étaient organisées conjointement par l’administration centrale et les municipalités cantonales intra et extra-muros, le lieu des fêtes civiques varia au cours du Directoire. Traditionnellement, depuis la Révolution, les festivités se déroulaient sur la place Saint-Léger, rebaptisée place de la Fédération puis de la Révolution37 mais cet espace fut abandonné en l’an IV (1796). Les « fêtes du culte républicain ont pour cadre, au moins pour la formation des cortèges, la cour de l’ancien château. La place Saint-Léger est déchue de son rôle de forum et de théâtre révolutionnaire : elle est, il est vrai en cours de réaménagement par le nivellement de l’ancien cimetière38 ». Les célébrations se déroulèrent alors dans les parages du château39 et notamment sur les promenades plantées de tilleuls, à proximité de l’ancien évêché occupé alors par la municipalité. En l’an VI (1798), les organisateurs renouèrent avec la place Saint-Léger où eurent lieu les rassemblements populaires marquant l’anniversaire de la mort de Louis XVI, la fête de la Souveraineté ou celle des Époux. Au chef-lieu, la population se rendait souvent en cortège dans l’ancienne cathédrale, devenue « temple décadaire », où se dressait maintenant l’autel de la Patrie orné d’une statue de la Liberté. Ainsi, un défilé eut lieu à l’occasion de la fête du 1er vendémiaire an VI (22 septembre 1797) pour l’anniversaire de la fondation de la République, ou le 2 pluviôse an VI (21 janvier 1798), lors de la commémoration de la mort de Louis XVI.

  • 40 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux 1740-1830, op. cit.
  • 41 Bulletin de l’Eure, nos 80 et 81 des 3 et 5 brumaire an VI (24 et 26 octobre 1797).

37Dans l’ancienne cathédrale, les autorités organisèrent également le 30 vendémiaire an VI (21 octobre 1797) la cérémonie en l’honneur du général Hoche décédé le 23 fructidor an V (9 septembre 1797). Dans le « temple décadaire », « la municipalité avoit fait dresser un mausolée dans le chœur40 » : les différents corps constitués vinrent rendre hommage au général avant les deux discours prononcés par Langlois, président de l’administration centrale et Ruault, administrateur municipal d’Évreux. Le Bulletin de l’Eure rendit compte longuement de cette « fête funèbre » puis publia le texte d’un « chant républicain » composé pour la circonstance et à chanter sur l’air de Plaignez le vieillard éperdu41.

  • 42 ADE, 181 L 5.

38La cérémonie en l’honneur du général Hoche se déroula également dans chaque chef-lieu de canton mais, à Beaumesnil, la municipalité, prévenue trop tardivement, décida de différer la cérémonie qui eut lieu seulement le 9 brumaire an VI (30 octobre 1797). Devant un « mausolée recouvert d’un drap funéraire sur lequel on avait mis des bandes tricolores et des cyprès aux quatre angles », un discours fut prononcé par Lamy, agent municipal, futur évêque d’Évreux l’année suivante42.

  • 43 Ibid.y 196 L 2.
  • 44 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux 1740-1830, op. cit.

39Le 20 prairial an VII (8 juin 1799) se déroula la fête funéraire suite à l’assassinat des ministres plénipotentiaires français le 9 floréal an VII (28 avril 1799). À Damville, comme dans beaucoup de municipalités de canton, le cérémonial comprenait des « airs lugubres » exécutés par la musique et un discours ponctué de cris. « Vengeance ! », « Guerre à l’Autriche ! » s’écriait la population présente43. Au chef-lieu du département, la cérémonie connut une certaine ampleur et elle fut l’occasion de lancer un nouvel appel aux conscrits. Des drapeaux noirs portant le mot : « Vengeance » avaient été installés sur les bâtiments des différentes administrations. Un cortège se rendit à la place Saint-Léger où deux colonnes avaient été érigées ; sur l’une dite « de gloire », fut affiché le nom des conscrits partis à l’armée, sur l’autre dite « de honte », fut placardé le nom des déserteurs. Près de l’autel de la Patrie, Lehec, président de l’administration centrale, prononça un discours violemment hostile au gouvernement autrichien, considéré comme responsable de l’assassinat de Bonnier et Roberjot. Sa harangue était ponctuée de cette formule : « Ils les ont massacrés ! » La population cria vengeance mais, selon le bourgeois d’Évreux, « les larmes ne couloient pas de tous les yeux comme le dit le procès-verbal, car en cela on embellit toujours ces sortes de fêtes44 ».

  • 45 ADE, 199 L 3 et 192 L 2.
  • 46 Ibid., 13 L 3.

40La mort du général Joubert, le 28 thermidor an VII (15 août 1799) ne sembla pas avoir donné lieu à beaucoup de cérémonies. Nous en avons trouvé traces dans quelques registres comme ceux d’Étrépagny ou de Beaumesnil45. À ces pompes funèbres, organisées dans l’ensemble du pays, peuvent rattacher les fêtes ou commémorations organisées suite à des événements locaux, comme la « cérémonie civique » du 6 frimaire an VIII (27 novembre 1799) tenue à Évreux et au cours de laquelle l’administration centrale et le commissaire Lindet rendirent hommage en l’honneur des victimes des chouans suite à l’occupation de Pacy-sur-Eure46.

2.... avec des variations

  • 47 Ibid., 5 L 6.
  • 48 Ibid., 188 L 1.
  • 49 Ibid., 230 L 2.
  • 50 Ibid.,224 L 2.

41Comme cela a été souligné, les fêtes civiques du Directoire obéissaient à un rituel uniforme mais, parfois, des séquences particulières venaient s’y ajouter, par exemple la plantation d’un arbre de la Liberté. Il s’agissait le plus souvent d’une replantation, l’ancien arbre étant mort ou ayant été coupé dans la nuit par la « malveillance », ce qui arrivait fréquemment. Dès le 5 floréal an IV (24 avril 1796), l’administration centrale encouragea les administrations de canton à faire replanter rapidement les arbres de la Liberté détruits47. Souvent, les municipalités profitaient d’une fête pour organiser la plantation qui venait alors s’intégrer dans le programme des festivités, comme à Breteuil, le 30 ventôse an IV48 (20 mars 1796) ou à Tilly, le 2 pluviôse an VI49 (21 janvier 1798). Parfois l’arbre était planté à l’emplacement d’un « signe du culte catholique », un calvaire ou une statue de la Vierge, comme à Saint-André, le 10 germinal an IV (30 mars 1796) à l’occasion de la fête de la Jeunesse50.

42Cherchant à effacer les marques du culte catholique, la fête civique entendait également rendre hommage aux héros de la Liberté : Brutus, Guillaume Tell, Sidney, Voltaire, Rousseau... Le buste de ces personnages était placé sur l’autel de la Patrie ou promené durant le défilé. Lorsque la commune ne possédait pas de statuettes, il fallait se contenter d’un portrait voire seulement d’une banderole où figurait le nom du héros. Ainsi, lors de la fête marquant l’anniversaire de la mort de Louis XVI, le 2 pluviôse an VII (21 janvier 1799), les participants portèrent des bustes de Sidney et Guillaume Tell précédés de bannières comportant des inscriptions rappelant leurs exploits.

L’administration centrale avoit également le projet d’offrir à la vénération publique les bustes de Jean-Jacques Rousseau et de Brutus, une circonstance imprévue l’a privée de cette satisfaction ; mais au défaut du spectacle des images de ces hommes illustres, on lisait gravés sur des bannières des inscriptions

  • 51 AN, F1 c III Eure 11.

43en leur honneur51.

  • 52 François-Antoine Daubermesnil, Rapport au nom de la commission chargée de présenter les moyens de (...)

44D’autres héros de la Liberté étaient évoqués au cours de certaines des fêtes civiques : les citoyens français engagés dans les grandes journées révolutionnaires. Les cérémonies commémoratives avaient pour but de rappeler à la population et de faire connaître aux jeunes l’intervention populaire lors des journées fondatrices de la Révolution. Comme l’écrivait Daubermesnil, « c’est là [dans la fête] que l’enfant viendra lire le nom et les hauts faits des héros ; c’est là que son âme s’imprégnera de l’amour de la patrie et du goût des vertus52 ». Pour rappeler le déroulement de chacun de ces épisodes et son contenu, les festivités comportaient souvent un jeu scénique en ayant recours au simulacre.

  • 53 AM Verneuil, registre des délibérations no 3.
  • 54 ADE, 56 Edt 34.

45Les fêtes de la Liberté des 9 et 10 thermidor furent souvent l’occasion de ces mises en scène. À Verneuil, le 9 thermidor an IV (27 juillet 1796), le trône et la Constitution de 1791 étaient détruits par le feu ; le lendemain, un exemplaire de la Constitution de 1793, « emblème de la Terreur » fut brûlé à son tour53. La destruction des symboles de la royauté et de la Terreur revint d’ailleurs fréquemment lors de ces célébrations de thermidor. Autre mise en scène, à Bernay, lors de la fête de la Souveraineté du peuple, le 30 ventôse an VI (20 mars 1798), avait été dressé « un ancien écusson de France formé de trois fleurs de lys » qui fût embrasé. Le blason « se consume puis se métamorphose et laisse voir, au milieu d’une gloire éclatante, la République française représentée par une belle femme d’une proportion grandiose tenant sous ses pieds et terrassant avec un faisceau l’hydre dont une seule tête s’élève54 ». Encore une allusion à l’Antiquité : comme Héraclès terrassant l’Hydre de Lerne en coupant les têtes qui repoussaient, la République terrassait ses ennemis capables de réapparaître et il ne subsistait qu’une seule tête...

  • 55 Ibid., 13 L 2.

46Les fêtes ébroïciennes connurent également de tels simulacres, souvent préparés par l’administrateur Pain proclamé ordonnateur. Pour la commémoration du 14-Juillet, le 26 messidor an VI, les organisateurs avaient édifié sur la place du château, « un monument représentant la Bastille, avec des tourelles, des créneaux et un pont-levis », surmontée d’un drapeau blanc avec « un glacis entouré de gazon » où étaient placées des « batteries de canons ». Au cours de la fête, des militaires investirent la petite Bastille, déchirèrent l’emblème royal et le remplacèrent par des « étendards tricolores » puis placèrent la statue de la Liberté écrasant la tête de l’hydre au milieu du monument tandis qu’était disposée une inscription en l’honneur des « Vainqueurs de la Bastille ». Enfin, quatre esclaves furent libérés de leurs chaînes par le président de l’administration centrale qui leur remit une pique55. Le même type de cérémonial fut mis en œuvre pour la fête du 10 août, le 23 thermidor an VI, à Évreux, mais, cette fois, la petite Bastille fut remplacée par une maquette des Tuileries.

  • 56 AN, F1 c I/86.
  • 57 AM Pont-Audemer, registre de délibérations no 3.

47Ces jeux scéniques mimant la prise de la Bastille puis celle des Tuileries se déroulaient en musique. Une fanfare exécutait des morceaux propres à susciter l’ardeur de la foule comme Veillons au salut de l’Empire, Le Chant du départ ou Mourir pour la Patrie. Dans les communes de moindre importance où les responsables ne disposaient pas d’un orchestre, les organisateurs chantaient, ce qui constituait un bon moyen de faire participer la population aux festivités. Les présents entonnaient bien entendu La Marseillaise mais aussi des chants connus de tous, comme Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille ?, ou des chansons diffusées dans toute la République. Certaines communes souhaitaient recevoir d’autres chants comme la municipalité de Bernay qui, le 12 nivôse an VII (1er janvier 1799), réclama au ministre de l’Intérieur des « hymnes, des partitions de musique56 » mais dans bien des communes, des auteurs locaux composaient des chants sur des airs connus. À Pont-Audemer, l’instituteur Viot était un auteur inépuisable qui écrivait de multiples strophes en toutes occasions. Par exemple, le 10 prairial an IV (29 mai 1796), à l’occasion de la fête des Victoires, il composa cinq couplets à chanter sur l’air de La Victoire en chantant, adressés successivement au peuple, à Bonaparte, aux habitants de Rome, au pape et à la Liberté57.

  • 58 ADE, 13 L 4.

48À Évreux, le 2 pluviôse an VI (21 janvier 1798), lors de la commémoration de la mort de Louis XVI, le chant d’imprécation contre le gouvernement britannique avait été rédigé par l’administrateur Pain sur l’air de La Marseillaise58 tandis que l’année suivante, un autre administrateur du département, Harou, chanta l’Hymne du 21 Janvier dont il était l’auteur. À Vernon, le 2 pluviôse an VII (21 janvier 1799), à la fin du banquet civique, l’agent municipal Lemagnan interpréta lui aussi un chant sur l’air de La fête des bonnes gens.

49Au cours des fêtes, des élèves venaient chanter ou réciter des textes. Des enfants ou des adolescents lisaient le préambule de la Constitution de l’an III (Droits et devoirs du citoyen) et parfois, ils récitaient un texte préparé par leur instituteur ou leur professeur. À Évreux, les élèves de l’École centrale participaient régulièrement aux fêtes civiques, les professeurs du nouvel établissement scolaire étant fréquemment sollicités : non seulement ils rédigeaient des hymnes ou des poèmes que leurs élèves déclamaient ou chantaient mais composaient également des « imprécations contre les parjures ». La participation d’enfants introduisait dans la fête une fraîcheur qui tranchait avec son rituel trop rigoureux et souvent sclérosé. Comme au Vaudreuil où, dans son procès-verbal de la fête du 2 pluviôse an VII (21 janvier 1799), le secrétaire notait :

  • 59 Ibid., 13 L 4.

Une jeune élève des écoles particulières a été admise à répéter l’invocation à l’Être suprême et son innocence, sa candeur, sa voix mal assurée, tout dans cet enfant ajoutait un nouveau lustre à l’hymne sacré et concourait à imprimer dans l’âme des spectateurs un saint respect pour l’auteur et le Gouverneur du monde59.

3. La fête après la fête

  • 60 AM Les Andelys, 1 D 5.

50Souvent, au rituel traditionnel, succédaient des réjouissances auxquelles participait volontiers la population. C’était la fête après la fête. Étaient organisées parfois des courses à pied à l’intention des jeunes gens. À Évreux, ces épreuves avaient lieu au pré du Bel-Ébat. Le 16 ventôse an VI (6 mars 1798), à l’occasion de la fête de la Souveraineté du Peuple, se déroulèrent plusieurs compétitions pédestres ; des pistolets étaient offerts aux vainqueurs. Des courses à pied furent également organisées dans d’autres villes comme aux Andelys.60.

  • 61 ADE, 230 L 2.
  • 62 AN, F7 7392.
  • 63 ADE, 13 L 4.
  • 64 AN, F1 c III Eure 11.

51Un banquet venait souvent clôturer les réjouissances. Invariablement qualifié de « frugal » et de « fraternel », il permettait à la communauté de se rassembler. À Tilly, le 2 pluviôse an VI (21 janvier 1798), lors de la commémoration marquant la « juste punition du dernier roi des Français », le banquet constituait une « réunion d’autant plus intéressante que c’est le moyen d’entretenir les charmes de la fraternité et d’électriser toutes les âmes61 ». À Vernon, à la même date, à l’issue de la fête, la population se rendit au « banquet fraternel où la joie la plus vive et la décence ont régné » ; le repas se termina par de nombreux toasts et des chants patriotiques62. À Évreux, pour la célébration de la fondation de la République, le 1er vendémiaire an VI (22 septembre 1797), un banquet de trois cents couverts fut organisé à la « ci-devant abbaye Saint-Taurin63 ». Le 2 pluviôse an VII (21 janvier 1799), toujours à Vernon, la fête commémorant l’exécution de Louis XVI se termina par un « banquet civique ». Après les toasts et les chants, un spectacle théâtral L’Honnête Criminel fut proposé puis les « autorités » partagèrent un « souper frugal » avec les acteurs64.

  • 65 AM Louviers, 1 D 4.
  • 66 ADE, 13 L 2.

52Parfois, les organisateurs ne prévoyaient pas de banquet, mais des danses succédaient à la fête civique et se prolongeaient dans la nuit, sur les places illuminées ; plus rarement, était tiré un feu d’artifice. Les danses étaient fréquentes à Évreux mais aussi dans d’autres municipalités de canton comme à Louviers le 1er vendémiaire an IV (23 septembre 1795) à l’occasion de la célébration de la fondation de la République, mais il était bien précisé que « tous les citoyens et principalement la jeunesse, sont invités à se livrer aux plaisirs décents que la morale permet65 ». Les « citoyennes » notamment « celles qui composent les familles des fonctionnaires, employés et salariés publics » étaient conviées à participer à ces danses. À Évreux, selon le programme de la fête du 26 messidor an VI (14 juillet 1798), elles pouvaient « prendre part aux divertissements attachés aux institutions républicaines » mais avec un rôle de pure figuration puisqu’elles étaient seulement « invitées d’embellir la fête de leur présence66 ».

  • 67 Ibid., 182 L 1.

53Les danses se déroulaient au son du violon. À Évreux ou dans les villes, se produisaient de petits orchestres mais dans les campagnes, le violoneux était un personnage recherché. Il faisait danser la population et accompagnait également les chants solennels. Les municipalités de canton rémunéraient leur musicien comme à Beaumont-le-Roger, en floréal an VII67 (avril 1799).

4. Des fêtes très politiques

  • 68 Bulletin de l’Eure, no 32 du 1er thermidor an V (19 juillet 1797) et no 70 du 13 vendémiaire an VI (...)

54La fête civique ne se résumait pas à une commémoration, un retour sur le passé destiné à rappeler les grandes journées révolutionnaires mais elle constituait en elle-même un événement politique. L’ardeur des administrations à organiser les fêtes civiques permettait d’apprécier leur républicanisme ; la participation de la population aux festivités pouvait être considérée comme un critère de l’état de « l’esprit public ». Avec la présence aux assemblées primaires, la mobilisation des conscrits ou l’esprit de résistance aux chouans, le succès des fêtes constituait également un indice de l’attachement de la population au régime directorial. Les républicains avancés observaient d’ailleurs avec attention cette sorte de « baromètre » de la vie publique. Le Bulletin de l’Eure donna régulièrement des informations au sujet des fêtes civiques. S’il regrettait la morne commémoration du 14-Juillet à Évreux le 26 messidor an V, le journal se félicitait au contraire de la célébration de la fondation de la République organisée le 1er vendémiaire an VI (22 septembre 1798) « en grande pompe » à Évreux et « avec enthousiasme dans presque toutes les communes du canton de Vernon68 ».

  • 69 Ibid., no 37 du 11 thermidor an V (29 juillet 1797) et no 39 du 15 vendémiaire an VI (7 août 1797) (...)

55Pour les administrateurs, toutes les fêtes commémoratives n’avaient pas la même signification politique. Si les anniversaires du 14-Juillet et du 10-Août se faisaient dans une relative unanimité, il n’en était pas de même pour la fête dite de la Liberté les 9 et 10 thermidor car deux thèmes devaient être célébrés successivement : la fin de la Terreur puis l’avènement de la Liberté. En l'an V (1797), le Bulletin de l’Eure reprocha notamment à la municipalité d’Évreux et à l’administration centrale d’avoir privilégié la commémoration de la chute de Robespierre le 9 thermidor au détriment de la fête de la Liberté le lendemain. Selon le journal de Touquet, l’anniversaire du 9 Thermidor avait été célébré en grande pompe : « Depuis longtemps, aucune fête d’institution républicaine n’avait été célébrée avec autant de pompe [...] Rien d’étonnant, c’est celle de la reconnaissance pour une infinité de victimes échappées de la hache dictatoriale », marquée par un discours violemment anti-terroriste de Pain, lui-même incarcéré pendant une quinzaine de mois mais, une décade après, le journaliste néo-jacobin écrivait : « L’administration du département a oublié de faire célébrer la Fête de la liberté, le 10 thermidor69. »

  • 70 Bulletin de l’Eure, no 115 du 17 pluviôse an VI (5 février 1798) et no 116 du 19 pluviôse an VI (7 (...)

56D’ailleurs, lorsque deux thèmes étaient proposés pour une même fête, l’un des deux était souvent privilégié. Le 2 pluviôse an VI (21 janvier 1798), les citoyens devaient célébrer simultanément la « juste punition du dernier roi des Français » et les victoires sur l’empereur d’Autriche. Le Bulletin de l’Eure regretta que, dans les discours, la célébration de la paix eût supplanté le souvenir de l’exécution de Louis XVI. Le journal de Touquet indiquait en effet que « selon les notices de fête du 2 pluviôse [21 janvier] dans 34 cantons de ce département, la paix avait effacé le 21 janvier ». Une exception : Bernay où la « fête a été partagée en deux actes et, avant de se réjouir de la paix, il a fallu chanter la chute des tyrans70 ». Thomas Lindet protesta d’ailleurs auprès du ministre de l’Intérieur au sujet de l’organisation de cette fête du 2 pluviôse :

  • 71 AN, F1 c III Eure 12.

Plusieurs républicains des diverses parties de l’Eure me témoignent leur surprise de ce que l’administration centrale prend une mesure tendant à faire disparaître la fête du 21 janvier sous les enveloppes de la fête de la Paix. Vos ordres peuvent encore arriver assez tôt pour que les républicains n’éprouvent point cette contradiction qui les scandalise avec raison. Ces deux cérémonies peuvent bien être l’objet de deux fêtes nationales71

57Politique par son contenu, la fête civique constituait également un moment du contrôle politique exercé sur les corps constitués qui, dans cet instant solennel, devaient prêter ou renouveler les serments de fidélité au régime. À partir du 20 ventôse an IV (10 mars 1796), tous les fonctionnaires et les prêtres devaient jurer « haine à la royauté », puis, à partir du 23 nivôse an V (12 janvier 1797), la « haine à l’anarchie » fut ajoutée. Ce serment était prêté le 2 pluviôse (21 janvier) lors de la commémoration de la mort de Louis XVI. Sur le registre et sur les procès-verbaux, le secrétaire notait scrupuleusement le nom de tous les participants qui prêtaient serment puis signaient à tour de rôle. Souvent le nom des absents était signalé et ceux d’entre eux qui disposaient d’une excuse valable ne manquaient pas de le signaler : l’identité des « fonctionnaires publics » qui s’étaient abstenus de prêter serment était transmise à l’autorité supérieure.

  • 72 ADE, 193 L 1.

58Se déroulant selon un cérémonial préparé d’avance, soumise au contrôle politique des autorités et cherchant à renforcer l’adhésion de la population au régime républicain, la fête directoriale n’admettait guère les débordements. Pourtant, de temps à autres, ici ou là, lors des célébrations, se produisaient des incidents qui nous sont rapportés dans les procès-verbaux. À Conches, le 9 thermidor an IV (27 juillet 1796), un attroupement contestataire se forma puis un cortège hostile défila durant la fête72. À Évreux, pour l’anniversaire du 9 Thermidor, en l’an V (27 juillet 1797), à l’issue de la cérémonie, des groupes n’hésitèrent pas à parcourir la ville en criant : « Vive Louis ! » À Thiberville, le 2 pluviôse an VII (21 janvier 1799), un incident se produisit à l’issue de la cérémonie organisée pour l’anniversaire de la mort du roi. La fête était presque terminée quand l’horloger Le Villain

  • 73 AN, F1 c III Eure 11.

reconnu pour turbulent [...] s’est emparé de la tribune et a entamé un discours qui dès les premières phrases a excité les murmures dans l’assemblée et le président, prévoyant la suite d’un pareil début a prudemment déclaré la cérémonie terminée73

59S’agissait-il d’un discours politique ? Ce personnage « turbulent » était-il un royaliste ou l’un de ces « anarchistes partisans du régime de 1793 » ? D’autres incidents du même type avaient bien dû se produire au cours des fêtes, mais les secrétaires omirent de les rapporter dans les procès-verbaux.

5. La participation

  • 74 ADE, 192 L 2.

60La population participait-elle régulièrement aux fêtes civiques ? Souvent, dans les registres, les administrateurs se plaignaient du peu de citoyens présents. Première raison de cet absentéisme : les caprices de la météorologie. À Étrépagny, le 18 Fructidor an VI (4 septembre 1798), il a fallu se réfugier dans la « ci-devant église » à cause des intempéries74. À Sainte Colombe-la-Campagne, au contraire, le cortège ne put se « se rendre au temple éloigné d’un quart de lieue » lors de la fête du 2 pluviôse an VII (21 janvier 1798), et se dispersa à cause de la « pluie continuelle ». De même, lors de la même fête, à L’Isle, dans le canton des Andelys, « l’inconstance du temps a bien ralenti la marche ».

  • 75 Ibid., 230 L 1.
  • 76 Ibid., 223 L 3.

61L’urgence des travaux des champs constituait également une cause d’absentéisme. Les fêtes de l’Agriculture qui se déroulaient le 5 messidor (23 juin) furent souvent boudées par les paysans qui auraient dû en être les héros. À Tilly, en l’an IV, l’administration cantonale constatait « avec peine le peu de monde75 » tandis qu’à Rugles, en l’an V, le registre reconnaît qu’il n’y avait personne à la fête de l’Agriculture76. De même, lors des fêtes des 9 et 10 thermidor, il n’y avait souvent que quelques membres présents et beaucoup d’absents en raison de la moisson.

  • 77 Ibid., 188 L 1.
  • 78 AM Verneuil, registre 3.
  • 79 ADE, 197 L 2.

62Parfois les municipalités de canton s’estimaient prévenues trop tard par l’administration centrale, comme à Breteuil le 10 floréal an IV (29 avril 1796) pour la fête des Époux qui, dans ces conditions, n’eut guère d’éclat77. En fait, cette excuse n’était pas recevable puisque, sauf pour les pompes funèbres, le calendrier des fêtes civiques était connu de tous à l’avance. Des administrations municipales reconnurent qu’il était difficile de mobiliser la population, surtout deux jours de suite. À Verneuil, le 9 thermidor an IV (27 juillet 1796), « cette administration le consigne avec peine [...] mais elle croit qu’il est de son devoir de le faire : le concours des citoyens n’a pas été aussi grand qu'elle l’espéroit78 » ; de même à Écos, le compte rendu constate le manque d’enthousiasme pour la célébration de la paix avec l’empereur en frimaire an VI79 (décembre 1797).

  • 80 Ibid., 225 L 4.
  • 81 AN, F1 c Ill Eure 11

63Le maigre succès des fêtes civiques était-il alors causé par le manque de moyens financiers des municipalités de canton ? Souvent, elles avaient tendance à se retrancher derrière cet argument. À Sainte-Colombe, la municipalité cantonale expliqua « le manque d’éclat » de la fête des Victoires, le 10 prairial an VI (29 mai 1798) par le peu de fonds dont elle disposait80. À Vernon, le commissaire cantonal n’hésita pas à expliquer au ministre de l’Intérieur le 11 prairial an V (30 mai 1797) qu’il n’organisait pas les fêtes nationales par insuffisance de crédits, ce qui lui valut de se faire vertement rappeler à l’ordre : selon l’autorité supérieure, « il est possible de célébrer les fêtes sans dépenses81 ».

64L’administration centrale elle-même avançait cette excuse pour expliquer le succès très relatif des « fêtes nationales » dans son compte de gestion du 15 floréal an VI (4 mai 1798). Elle écrivait en effet :

  • 82 Ibid., F1 c III, Eure 8, p. 95.

Jusqu’à présent elles [les fêtes] n’ont obtenu qu’un faible succès, parce que les administrations municipales, n’ayant pas à leur disposition des fonds suffisants pour acquitter leurs dettes, étoient hors d’état de faire la moindre dépense. Elles étoient donc forcées de donner à ces fêtes un appareil très simple, peu fait pour attirer le peuple82.

  • 83 Ibid., F1 c III Eure 11.

65Et pourtant, à lire les procès-verbaux de toutes les festivités organisées le 2 pluviôse an VII (21 janvier 1799) pour la commémoration de la « juste punition du dernier roi des Français », nous avons eu l’impression que cette célébration n’était pas de pure forme. Les procès-verbaux des nombreuses commémorations organisées dans le département de l’Eure constituent un important dossier de près de 200 documents conservé aux Archives nationales83. Ces pièces avaient été collectées par l’administration centrale pour le ministre de l’Intérieur afin d’assurer un contrôle strict de la fête.

66L’anniversaire de la mort de Louis XVI a d’abord été fêté par les municipalités de canton comme le note l’administration centrale :

On a cherché à donner à cette importante cérémonie toute la pompe qu'elle exige et à la rendre intéressante par tous les accessoires que les localités permettaient. Quoique la saison fût rigoureuse, on s’est empressé de se rendre à la cérémonie, et beaucoup d’administrations nous présentent cette foule réunie au temple comme une preuve des progrès de l’esprit public et de l’attachement pour les institutions républicaines.

67Dans un dizaine de cantons, la célébration ne s’est pas limitée au chef-lieu mais a également été organisée dans de simples communes, même si la commémoration y a revêtu moins d’éclat comme le souligne l’administration centrale :

Tous les agents et adjoints municipaux, avec des sentiments droits et républicains ne sont pas en état de parler en public et d’entrer dans ces développements propres à inspirer l’enthousiasme. Ce n’est que dans les réunions nombreuses des cantons où il est facile de trouver parmi les fonctionnaires publics un citoyen qui puisse donner une forme oratoire aux vérités qu’il importe de faire sentir au peuple.

68Les procès-verbaux comportent la liste des agents, souvent sous forme de tableaux avec bien entendu de nombreuses signatures. En les envoyant à Paris, l’administration centrale du département de l’Eure voulait prouver que tous les fonctionnaires avaient bien prêté le serment de haine à la royauté et à l’anarchie.

69Les organisateurs de ces fêtes s’efforcèrent de leur donner toute la solennité possible. Beaucoup de municipalités ne s’en tinrent pas au rituel traditionnel – lecture de la circulaire ministérielle, discours, chants – mais ajoutèrent des séquences rendant la commémoration plus attractive : déclamations par des enfants de l’école primaire, banquets civiques ou même danses. Certaines programmèrent des plantations d’arbre de la Liberté mais furent souvent victimes de la saison. Ainsi à Blandey, l’agent municipal raconta une plantation ratée, dans une langue presque phonétique.

  • 84 AN, F1 c III Eure 11.

70Bien entendu, comme nous l’avons déjà signalé, il faut sans doute faire la part des comptes rendus de complaisance, rédigés pour satisfaire les autorités supérieures. Faut-il suivre l’administration centrale qui voyait dans cette « foule rassemblée dans les temples » une adhésion au régime ainsi qu’une « preuve des progrès de l’esprit public et de l’attachement aux institutions » ? Il semble bien tout de même que cette ultime célébration de la « juste punition du dernier roi des Français84 » avait connu un réel écho dans le département.

Notes

1 Bulletin de l’Eure, no 81 du 24 floréal an V (13 mai 1797).

2 Georges Dubosc, « Les Théophilanthropes à Rouen », Journal de Rouen du 16 juillet 1905, repris dans Par-ci, par-là : études d’histoire et de mœurs normandes, Defontaine, 1922.

3 Frédéric Mallebranche, Le culte théophilanthropique à Bernay, Bernay, novembre 1894, ms., 25 p. (bibliothèque municipale de Bernay, no 12517-V).

4 Abbé Henri Grégoire, Histoires des sectes religieuses qui, depuis le commencement du siècle dernier jusqu’à l'époque actuelle, sont nées, se sont modifiées, se sont éteintes dans les quatre parties du monde, Paris, Potey, 1810.

5 Cité par Pierre Bodin, « Les cultes civiques à Bernay sous la Révolution », Les Amis de Bernay, no 51, oct. 2001.

6 ADE, 183 L 2.

7 Ibid., 229 L 40.

8 Bulletin de l’Eure, n 132 du 23 ventôse an VI (13 mars 1798).

9 ADE, 13 L 2.

10 ADE, 224 L et 217 L 2.

11 Ibid., 229 L7.

12 Ibid., 56 Edt 34 (1 D 6).

13 Ibid., 206 L 3.

14 Ibid., 219 L 1.

15 Ibid., 230 L 2.

16 Ibid., 201 L 2.

17 Ibid.

18 AN, F1 c III Eure 11.

19 ADE, 206 L 3.

20 André Goudeau, « La cohabitation des cultes décadaire et catholique dans la collégiale de Vernon sous le Directoire », Les Cahiers vernonnais, no 16, 1994, p. 55-62.

21 Jacques Godechot, Les Institutions de la France sous la révolution et l’Empire, op. cit., p. 535.

22 AN, F1 c Ill Eure 12.

23 Albert Mathiez, La Théophilanthropie et le culte décadaire, 1796-1802. Essai sur l’histoire religieuse de la Révolution, Paris, 1903, p. 560.

24 Le Bulletin de l’Eure, no 118 du 23 pluviôse an VI (11 février 1798).

25 AN, F1 c III Eure 8.

26 AM Louviers, 1 D 7.

27 ADE, 197 L 3.

28 Ibid., 289 L 10.

29 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976.

30 ADE, 13 L 1.

31 AN, F1 c III Eure 8.

32 ADE, 197 L 1.

33 AN, F1 c III Eure 7.

34 Ibid., F1 c III Eure 8.

35 ADE, 13 L 3.

36 Ibid., 188 L 5.

37 Aujourd’hui place Dupont-de-l’Eure.

38 Ivan Cloulas, « La place Saint-Léger, haut-lieu des manifestations révolutionnaires à Évreux », Connaissance de l’Eure, no 3, déc. 1971, p. 3-9.

39 Le château d’Évreux s’élevait à l’emplacement de l’hôtel de ville actuel.

40 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux 1740-1830, op. cit.

41 Bulletin de l’Eure, nos 80 et 81 des 3 et 5 brumaire an VI (24 et 26 octobre 1797).

42 ADE, 181 L 5.

43 Ibid.y 196 L 2.

44 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux 1740-1830, op. cit.

45 ADE, 199 L 3 et 192 L 2.

46 Ibid., 13 L 3.

47 Ibid., 5 L 6.

48 Ibid., 188 L 1.

49 Ibid., 230 L 2.

50 Ibid.,224 L 2.

51 AN, F1 c III Eure 11.

52 François-Antoine Daubermesnil, Rapport au nom de la commission chargée de présenter les moyens de vivifier l'esprit public (Cinq-cents), Paris, Impr. nat., an IV.

53 AM Verneuil, registre des délibérations no 3.

54 ADE, 56 Edt 34.

55 Ibid., 13 L 2.

56 AN, F1 c I/86.

57 AM Pont-Audemer, registre de délibérations no 3.

58 ADE, 13 L 4.

59 Ibid., 13 L 4.

60 AM Les Andelys, 1 D 5.

61 ADE, 230 L 2.

62 AN, F7 7392.

63 ADE, 13 L 4.

64 AN, F1 c III Eure 11.

65 AM Louviers, 1 D 4.

66 ADE, 13 L 2.

67 Ibid., 182 L 1.

68 Bulletin de l’Eure, no 32 du 1er thermidor an V (19 juillet 1797) et no 70 du 13 vendémiaire an VI (4 octobre 1797).

69 Ibid., no 37 du 11 thermidor an V (29 juillet 1797) et no 39 du 15 vendémiaire an VI (7 août 1797)·

70 Bulletin de l’Eure, no 115 du 17 pluviôse an VI (5 février 1798) et no 116 du 19 pluviôse an VI (7 février 1798).

71 AN, F1 c III Eure 12.

72 ADE, 193 L 1.

73 AN, F1 c III Eure 11.

74 ADE, 192 L 2.

75 Ibid., 230 L 1.

76 Ibid., 223 L 3.

77 Ibid., 188 L 1.

78 AM Verneuil, registre 3.

79 ADE, 197 L 2.

80 Ibid., 225 L 4.

81 AN, F1 c Ill Eure 11

82 Ibid., F1 c III, Eure 8, p. 95.

83 Ibid., F1 c III Eure 11.

84 AN, F1 c III Eure 11.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search