Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IVe Partie. À la recherche d’une nouvelle citoyenneté

Chapitre XII. Éduquer le citoyen

Texte intégral

1Faire de chaque enfant un citoyen attaché à la République, telle était l’ambition des hommes du Directoire mais il y eut loin de l’objectif à la réalité. En effet, si les écoles centrales, remplaçant les collèges d’Ancien Régime et destinées à accueillir les adolescents ont représenté une expérience intéressante, tout particulièrement dans l’Eure, pour l’enseignement primaire, le bilan du régime directorial s’est avéré plutôt décevant.

A. L'enseignement primaire

2Sous le Directoire, l’enseignement primaire fut organisé en fonction de la loi Daunou votée par la Convention thermidorienne le 3 brumaire an IV (25 octobre 1795). Cette loi instituait des écoles primaires publiques dispensant un enseignement limité au strict minimum (lecture, écriture, calcul, éléments de morale républicaine). À son article 8, la loi supprimait le traitement des instituteurs et lui substituait une rétribution versée par les parents d’élèves et, normalement, les maîtres devaient être logés, le plus souvent dans les anciens presbytères. Les conventionnels avaient ainsi renoncé à la gratuité après avoir abandonné l’obligation scolaire prévue par la loi Lakanal du 27 brumaire an III (17 novembre 1794).

  • 1 ADE, 29 T.

3Les administrations municipales devaient établir « une ou plusieurs écoles par canton » mais il n’était pas possible d’installer une école publique dans chaque commune et celles-ci devaient être regroupées en « arrondissement scolaire », chacun d’entre eux étant doté d’un établissement primaire. Pour « déterminer d’une manière convenable le nombre et les arrondissements des écoles primaires », une enquête fut menée par l’administration centrale de l’Eure auprès de toutes les municipalités de canton en vertu d’une circulaire du 13 frimaire an IV1 (4 décembre 1795) ; toutefois certaines d’entre elles ne prirent pas la peine d’y répondre, ce qui montre bien le peu d’intérêt qu’elles portaient à l’enseignement élémentaire.

1. Les instituteurs

4La situation de l’enseignement primaire s’était détériorée par rapport à la période de la Convention « montagnarde ». Dans un rapport en date du 11 pluviôse an VI (30 janvier 1798), le jury d’instruction départemental, composé de Rever et Daupeley, écrivait :

  • 2 Ibid.

Dans le cours de l’an II et de l’an III, il y eut presqu’autant d’instituteurs que de communes parce que les salaires publics et le logement dans les presbytères firent de cet état une profession très avantageuse. Mais la cessation de traitement par le trésor public à la fin de l'an III et l’annonce de la vente des presbytères en l’an V diminuèrent le nombre des instituteurs de plus des trois quarts2

5Il est vrai que le métier d’instituteur public n’était plus très attractif depuis que le maître devait attendre la rétribution payée par les parents. Selon l’article 9 de la loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795), le quart des familles pouvaient en être exemptées pour cause d’indigence. Dans sa circulaire du 13 frimaire an IV (4 décembre 1795), l’administration centrale estimait que les instituteurs méritaient un « traitement qui, sans être trop considérable, fut du moins proportionné à l’importance et à l’utilité de leurs fonctions » et se situer entre 800 et 1 000 livres valeur 1790. Souvent, les familles répugnaient à payer l’instituteur de leurs enfants et ce dernier ne disposait que d’un traitement réduit. Afin d’améliorer la situation, le jury d’instruction départemental souhaita que le gouvernement assure « d’une manière fixe et invariable » le salaire des instituteurs.

  • 3 AN, F1 c III Eure 8.

6La question du logement constituait un autre handicap au recrutement d’instituteurs publics. Normalement, l’enseignant devait être logé dans le presbytère de la commune. Néanmoins, dans son compte de gestion, l’administration centrale reconnaissait que « dans la plus grande partie des communes, chefs-lieux des écoles primaires, les presbytères sont vendus3 ». Dans le cas où l’instituteur n’était pas logé, une indemnité devait lui être payée par la municipalité de canton (article 6 de la loi), mais, faute de fonds, celle-ci n’était pas versée. Les locaux manquaient également pour installer les classes. À Pont-Saint-Pierre, compte tenu de l’afflux des élèves venant de divers villages, le président de la municipalité de canton proposa d’installer la classe de l’instituteur David dans le chœur du temple décadaire.

  • 4 ADE, 5 L 15.
  • 5 Serge Bianchi, « L’école primaire sous le Directoire : enjeux civiques et républicains » dans Henri (...)

7Il était donc difficile de trouver des instituteurs en raison de ces problèmes de traitement et de logement ; dans son compte de gestion de l’an V, l’administration centrale « voit avec peine que beaucoup d’écoles manquent d’instituteurs ». Dans ces conditions, en l’an VI, sur 260 écoles, 60 seulement étaient pourvues d’un maître. Il semble toutefois que le nombre des maîtres ait légèrement augmenté au cours du Directoire, variant d’ailleurs beaucoup selon les cantons. Parmi ces maîtres des écoles publiques, figuraient d’anciens ecclésiastiques ou des prêtres encore en exercice. C’était le cas de Maille, curé de Louviers, qui continuait d’occuper son presbytère et se trouvait en conflit avec la municipalité lovérienne. L’administration centrale tout en reconnaissant le 18 messidor an VI (27 septembre 1798) son « attachement à la Révolution », estima qu’aucun ministre du culte ne pouvait exercer les fonctions d’instituteur4. Pourtant d’autres prêtres enseignaient dans les écoles publiques. Cette présence des prêtres dans l’enseignement primaire était très répandue comme le remarque Serge Bianchi en Île-de-France : « De nombreux anciens curés se sont reconvertis, après la renonciation au sacerdoce, dans l’enseignement, n’étant plus astreints aux différents serments5. »

  • 6 ADE, 29 T.

8Les garçons n’étaient pas les seuls à être scolarisés, quelques filles allaient suivre l’enseignement d’institutrices en lecture, en calcul et pour les travaux domestiques. Le nombre des écolières était assez réduit car peu de filles allaient en classe, en raison des réticences des familles. Les membres du jury départemental en prenaient leur parti, estimant qu’« il ne sera jamais ni aussi facile ni aussi convenable d’envoyer les filles à des écoles souvent très éloignées de leurs familles » et que « beaucoup de familles aiment mieux apprendre à lire à leurs filles que de les envoyer aux écoles6 ».

9Compte tenu du grand nombre d’écoles dépourvues de maîtres, il était nécessaire de recruter des instituteurs et des institutrices. La loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) prévoyait à son article 2, l’établissement de jurys de trois membres, six au plus, désignés par l’administration centrale. Dans l’Eure, le 18 frimaire an IV (9 décembre 1795), les autorités nommèrent donc six jurys établis au chef-lieu des anciens districts et composés de citoyens « dont le civisme, les mœurs et les connaissances étaient de notoriété publique ». Les candidats à la fonction d’instituteur ou d’institutrice devaient passer un examen de contrôle, leur nomination étant ensuite enregistrée par le jury appréciant non seulement la compétence des candidats mais aussi leur moralité et de leur attachement aux lois républicaines. Les jurys avaient bien du mal à recruter de nouveaux maîtres, étant donné le petit nombre de candidats et leur faible niveau d’instruction. Le Bulletin de l’Eure de Touquet insistait sur le recrutement des instituteurs estimant que le fonctionnement de l’enseignement primaire devait constituer une priorité afin de faire des citoyens français un peuple libre :

  • 7 Bulletin de l’Eure, no 17 du 19 floréal an V (8 mai 1797).

En attendant l’organisation des lycées, des instituts, des écoles centrales, le défaut d’instituteurs nous replongera dans l’ignorance et la barbarie. L’ignorance nous soumettra aux nouveaux fers de la tyrannie. Un peuple qui ne sait pas lire est nécessairement esclave7.

10L’attachement des maîtres aux principes républicains, considéré comme nécessaire à la « régénération entière du peuple français » était considéré comme essentiel. D’ailleurs, certaines municipalités cantonales ne manquaient pas de rappeler leurs devoirs aux maîtres. Par exemple les administrateurs du cantons de Tilly, adressèrent le 18 frimaire an VI (8 décembre 1797), une longue lettre aux instituteurs leur rappelant leur mission :

Veillez à ce que l’on fasse apprendre les Droits de l’Homme, la Constitution de l'an III, à ce qu’ils [les élèves] s’accoutumassent à se donner entre eux le titre de citoyen, à ne reconnaître d’autre calendrier que le nouveau en y conformant la distribution de leurs jours de vacances et en leur faisant célébrer le décadi, enfin à ce qu’on leur enseigne rien qui puisse être contraire aux mœurs républicaines. Ce n’est qu’en imprimant dans le cœur de nos jeunes citoyens les formes et les principes républicains que nous pouvons prévenir toutes les différences d’opinion qui ont causé jusqu’à tous nos malheurs.

11Pour enseigner les principes républicains, les instituteurs avaient besoin de manuels adaptés au niveau des élèves mais ces ouvrages manquaient. Les maîtres continuaient donc à utiliser les anciens livres à caractère religieux, les « catéchismes et livres d’heures ». Certains instituteurs publics utilisaient néanmoins la Constitution et la Morale et civilité républicaine et les élèves devaient travailler par écrit sur la Déclaration des droits et devoirs des citoyens et en apprendre les articles pour les réciter au cours des fêtes décadaires. Le jury d’instruction départemental regrettait toutefois de voir la plupart des maîtres continuer à pratiquer « l’ancienne routine » alors qu’il aurait fallu faire travailler les écoliers sur de nouveaux manuels.

  • 8 ADE, 213 L 21.
  • 9 AN, F1 c III Eure 8.
  • 10 ADE, 44 T.

12Sur recommandation du ministère de l’Intérieur, l’administration centrale suggéra aux municipalités de canton l’acquisition de trois ouvrages destinés aux écoles primaires : La grammaire de Panckoucke, Les Éléments de grammaire française de Lhomond et Le catéchisme français de Lachabeaussière. Ces trois ouvrages étaient en vente dans des librairies parisiennes8 mais les administrations cantonales ne disposaient pas de fonds pour les acheter. L’administration centrale demanda donc au Gouvernement de faire imprimer des livres élémentaires adaptés aux capacités des enfants et de les fournir gratuitement9. En thermidor an V (août 1797) le ministère adressa un exemplaire de différents manuels destinés aux écoles primaires : outre les ouvrages cités ci-dessus, il s’agissait d’un Abécédaire, d’Éléments d’histoire naturelle et d’une Géographie. Ces livres devaient être déposés à la bibliothèque de l’École centrale et mis à la disposition des instituteurs mais sans doute bien peu d’entre eux vinrent les consulter10.

  • 11 Ibid., 198 L 1.

13Manquant de manuels adaptés, les instituteurs devaient enseigner à un grand nombre d’élèves. Selon le jury d’instruction départemental, en l’an V, chaque maître avait la charge de 50 à 70 enfants. Combien d’élèves fréquentaient les écoles publiques ? Nous ne disposons pas de statistiques globales pour l’ensemble du département, mais nous connaissons le nombre d’enfants scolarisés pour plusieurs cantons : Étrépagny comptait 334 élèves, les écoles du canton de Bourth accueillaient 350 élèves. Certains cantons avaient accompli un effort particulier en faveur de la scolarisation des enfants des deux sexes, comme Mainneville, avec 532 garçons et 343 filles11, Écouis avec 350 garçons et 325 filles. À Verneuil, « plus de 400 enfants des deux sexes de 6 à 12 ans » étaient scolarisés. Vraisemblablement au total, plusieurs milliers d’enfants fréquentaient des écoles publiques du département de l’Eure.

2. Les « écoles particulières »

14Toutefois, beaucoup de parents répugnaient à envoyer leurs enfants dans une école primaire publique où le maître enseignait les principes républicains ; ils faisaient confiance, notamment dans les campagnes, aux établissements privés, les « écoles particulières ». Celles-ci avaient le plus souvent un caractère religieux qui ne fit que croître, étant donné le trop petit nombre d’écoles publiques. Le jury d’instruction départemental constatait d’ailleurs le n pluviôse an VI (30 janvier 1798) :

  • 12 Ibid., 29 T.

La désertion des instituteurs lors de la cessation de leurs salaires et la privation de leurs logements a favorisé l’établissement supplémentaire de plusieurs petites écoles où des insinuations et plus encore des pratiques religieuses ont été mystérieusement transmises12.

15Dans les « petites écoles » accueillant des filles, enseignaient des institutrices, parfois des religieuses. Selon le jury d’instruction départemental, elles n’étaient pas plus de trente et le nombre de leurs élèves s’élevait à peu près à 500. Toutefois ces renseignements restaient assez aléatoires compte tenu du manque de précisions fournies par les municipalités de canton.

16Ces écoles privées faisaient l’objet d’une surveillance particulière depuis le 18 Fructidor, conformément aux directives de l’administration centrale. Les municipalités cantonales étaient chargées d’exercer cette surveillance : des commissaires furent envoyés dans les écoles privées afin de contrôler le contenu de l’enseignement et, en particulier, de vérifier que les Droits de l’homme étaient bien enseignés aux enfants. Selon l’administration centrale, les procès-verbaux de visite étaient dans l’ensemble plutôt satisfaisants cependant certaines administrations municipales n’assuraient pas cette fonction de contrôle. Dans plusieurs écoles ayant des « habitudes inciviques », les instituteurs furent invités à modifier leur enseignement et quelques établissements durent même fermer.

17Cette surveillance ne concernait pas que les écoles privées, les instituteurs publics étaient également contrôlés. Dans leur lettre aux instituteurs, les administrateurs du canton de Tilly le leur rappelait :

L’article 356 de la constitution nous autorise à surveiller tous les établissements d’instruction, les écoles destinées à former la morale publique ; il les soumet à notre censure, nous devons donc nous assurer des principes qu’on y professe, de l’habitude que l’on fait contracter aux élèves.

  • 13 ADE, 55 L 2.

18Dans le canton d’Étrépagny, les administrateurs portaient un jugement mitigé sur les huit instituteurs publics. Si pour la moitié d’entre eux, l’appréciation était plutôt positive : « principes républicains, bonnes mœurs » mais « talents modiques », le « patriotisme » de l’un d’entre eux était considéré comme « douteux » et le rapport estimait que les trois derniers n’avaient « aucun principe républicain13 ».

19Ces instituteurs au patriotisme défectueux ne conduisaient sans doute pas leurs élèves aux fêtes civiques. Pourtant tous les maîtres des écoles publiques et privées avaient l’obligation d’emmener leurs élèves aux fêtes décadaires et nationales du chef-lieu de canton. Des enfants y récitaient parfois des hymnes patriotiques ou des articles de la Déclaration des droits de l’homme. La fête de la Jeunesse, le 10 germinal (30 mars), avait une importance particulière et les meilleurs élèves devaient y être à l’honneur.

  • 14 Ibid., 188 L 25.

20Vingt élèves devaient être choisis en l’an VI, afin de bénéficier de bourses du Gouvernement et devenir pensionnaires de l’École centrale. Ils étaient sélectionnés parmi 40 élèves, 4 de l’École centrale et 36 des écoles primaires. Afin de les choisir, un concours devait être organisé à l’échelon du canton et préparé par les instituteurs sous l’autorité des jurys d’instruction. À l’issue des épreuves, vingt élèves furent choisis et leur nom fut proclamé le 10 germinal an VI (30 mars 1798) au cours de la fête de la Jeunesse14.

21Comme pour La France, le bilan du régime directorial est plutôt médiocre en ce qui concerne les écoles primaires dans l’Eure, en revanche cela est fort différent pour ce qui est de l’enseignement secondaire avec la création de l’École centrale qui donna satisfaction même si peu d’élèves y étaient scolarisés.

B. L'École centrale d'Évreux : un établissement novateur

22Afin de remplacer les anciens collèges religieux, la Convention décida de créer de nouveaux établissements secondaires, les écoles centrales. Organisées par le décret Lakanal du 7 ventôse an III (25 février 1795) modifié l’année suivante par Daunou, les écoles centrales présentaient des innovations intéressantes sur le plan pédagogique. À côté des humanités classiques, ces établissements scolaires accordaient une place plus importante à l’histoire ainsi qu’à des disciplines nouvelles, en particulier les sciences physiques et les sciences de la nature. Grâce aux cabinets de physique, d’histoire naturelle et aux jardins botaniques, les professeurs pouvaient utiliser de nouvelles méthodes fondées sur l’expérimentation, les observations venant compléter les connaissances acquises lors des cours. De plus, les élèves disposaient d’une grande liberté dans le choix des matières étudiées ; dans l’esprit de leurs initiateurs, ces nouveaux établissements scolaires tout en dispensant un enseignement de qualité, devaient également former de bons citoyens, prêts à servir la République.

  • 15 Ferdinand Buisson, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 18 (...)
  • 16 Étienne Pitoiset, L’École centrale du département de l’Eure, Paris, Impr. nat., 1902.

23En l’an IV et en l’an V, 86 écoles centrales furent créées en France, sans compter les départements réunis. L’une d’entre elles fonctionna dans l’Eure. Selon Ferdinand Buisson, « Évreux était devenue, en 1796, le siège d’une école centrale qui fut au nombre des meilleures de la France, et qui s’acquit une certaine renommée15 ». Par rapport aux autres écoles centrales, celle de l’Eure présentait, comme nous allons l’apprendre, une double originalité : elle disposait d’un pensionnat et elle organisa des voyages à caractère pédagogique durant les vacances16.

1. Le jury d'instruction

24Dans l’Eure, conformément à la loi du 18 germinal an III (7 avril 1795), le siège de l’École centrale fut fixé à Évreux. Le représentant du peuple Bailleul, de la Seine-Inférieure, de passage au chef-lieu du département, prit le 5 floréal an III (24 avril 1795) un arrêté qui affectait les bâtiments de l’ancien Grand Séminaire au nouvel établissement scolaire, disposition confirmée par l’administration centrale du département et par le Directoire après passage aux Cinq-Cents.

  • 17 ADE, 9 L3.
  • 18 Rever avait des talents d’arpenteur, il organisa des fouilles archéologiques en mettant à jour le s (...)

25L’organisation de l’École centrale relevait d’un jury d’instruction de trois membres désigné en brumaire an IV (octobre 1795) par l’administration centrale : Marmontel, l’auteur de Bélisaire, réfugié dans l’Eure depuis 1792 ; Daireaux, ancien principal du collège d’Harcourt à Paris et François Rever, ancien député à la Législative17. Marmontel ayant refusé le poste, il fut remplacé le 19 frimaire an IV (19 décembre 1795) par le receveur des domaines Daupeley. En fait, Daireaux, bien qu’habitant à Louviers, était constamment absent, ce qui reste assez étonnant puisqu’il disposait d’une réelle expérience dans l’administration d’un établissement scolaire. Le jury d’instruction se trouva donc réduit à Rever et Daupeley, mais ce dernier ne prenant pas une part très active aux délibérations, l’ancien curé de Conteville joua un rôle essentiel dans la création de l’École centrale. Installé rue Saint-Léger à Évreux, il accepta la mission avec enthousiasme et, entre 1795 et 1803, cet érudit18 fut l’inlassable animateur de l’École centrale.

26Pour un bon fonctionnement de l’École centrale, il fallait d’abord trouver des professeurs. Le jury d’instruction qui avait la charge de leur recrutement, rechercha des candidats, en sélectionnant les plus méritants des rares enseignants prêts à accepter le maigre traitement offert. Un concours fut organisé mais personne ne se présenta. Pourtant, grâce à leur ténacité, Rever et Daupeley réussirent à recruter les deux premiers enseignants de l’école en l’an IV. Ozanne, ancien prêtre fut engagé le 30 floréal an IV (19 mai 1796) comme professeur de mathématiques puis Delzeuzes, officier de santé, ancien professeur d’anatomie, fut présenté le 8 messidor an IV (26 juin 1796) à l’administration centrale avant d’être admis comme professeur d’histoire naturelle. L’École centrale manquant de professeurs pour fonctionner en l’an V, François Rever, nommé bibliothécaire le 21 vendémiaire an V (12 octobre 1796), accepta d’assurer provisoirement l’enseignement littéraire, les langues anciennes, la philosophie et l’histoire tout en conservant sa fonction de membre du jury.

  • 19 ADE, 55 L 2.

27Deux nouveaux professeurs rejoignirent la petite équipe pédagogique le 18 brumaire an VI (8 novembre 1797) : Lartois, ancien professeur de rhétorique à l’école militaire de Beaumont-en-Auge [Calvados] qui fut chargé d’enseigner les Belles-Lettres et Lenoir, ancien directeur de l’école de dessin de Besançon. Mais ce dernier, gravement malade, mourut en thermidor an VI (juillet 1798) et sa succession fut âprement disputée. En effet, deux candidats devenus plus tard des peintres renommés, souhaitaient obtenir le poste. Le premier, Desoria, était soutenu par le jury d’instruction. Le second candidat, Sablet, résidant avec son frère, également peintre, à l’ancien couvent des Pénitents à Vernonnet reçut l’appui de peintres et de sculpteurs. La candidature de Sablet disposait de certains atouts : vivant dans le département depuis quelques années, elle était soutenue par l’administration centrale et par le ministre de l’Intérieur19. Pourtant elle fut écartée et, bénéficiant, semble-t-il, de l’appui de David, Desoria fut définitivement nommé le 19 nivôse an VII (8 janvier 1799).

28D’autres professeurs furent désignés par la suite : d’abord Barcq, ancien commissaire à Montivilliers, chargé de l’enseignement des langues anciennes et Deshayes, ancien instituteur, choisi pour la chaire de grammaire générale. Ensuite, Lerebourg fut choisi comme professeur de législation puis Verdière était nommé professeur de Belles-Lettres pour la rentrée du 1er vendémiaire. À notre connaissance, deux des sept professeurs de l’École centrale, Ozanne et Rever, étaient d’anciens prêtres, soit un peu moins d’un tiers, ce qui correspond à peu près à la proportion observée nationalement. En l’an X, les six professeurs et le bibliothécaire recevaient un salaire annuel de 2 000 francs.

29Le jury d’instruction voulant étoffer ce corps professoral, demanda au ministre de l’Intérieur François de Neufchâteau la nomination de deux professeurs-adjoints en langues anciennes et en mathématiques, mais il n’obtint pas satisfaction. En revanche, en l’an IX, deux adjoints avaient été désignés : Amette pour enseigner la grammaire et Leroux, adjoint de belles-lettres pour le latin. Ajoutons que le personnel de l’École centrale comprenait également un concierge, Landry, ainsi que le directeur du jardin des Plantes Korzinech dit Racine chargé de remettre en état ce jardin botanique indispensable pour les cours d’histoire naturelle.

2. Les locaux : de la prison aux Capucins

30L’École centrale put commencer à fonctionner en l’an V (1796-1797) dans les bâtiments de l’ancien Grand Séminaire déjà occupés par le tribunal criminel, la gendarmerie et la prison. Cette situation indignait le jury d’instruction qui écrivait à l’administration centrale le 14 germinal an VI (3 avril 1798) :

Les seuls professeurs que nous avons pu mettre en activité sont réduits à donner les premières leçons des sciences et de la liberté au rez-de-chaussée d’une prison, sous les barreaux au travers desquels le crime et l’avilissement affichent le scandale et l’image de tous les vices.

  • 20 AN, F 17 1344/15.
  • 21 Ces locaux existent toujours et abritent aujourd’hui le conservatoire de musique d’Évreux où une pl (...)

31D’autres locaux furent donc recherchés d’autant que Rever souhaitait absolument doter l’établissement d’un pensionnat. Le jury d’instruction s’intéressa surtout à l’ancien couvent des Capucins mais des travaux s’avéraient indispensables. Champaigne, architecte du département, fut chargé de chiffrer les dépenses : son devis établi le 6 pluviôse an VI (25 janvier 1798) s’élevait à 16 619 francs, y compris l’installation de « serres chaudes » au jardin des Plantes20. Dès le 10 pluviôse an VI (29 janvier 1798), le jury d’instruction adressa à l’administration centrale un rapport favorable au déménagement de l’établissement scolaire aux Capucins. Celle-ci accepta le transfert dans le « ci-devant couvent » et des crédits furent ensuite affectés à l’aménagement des Capucins mais les travaux prirent du retard, ce qui provoqua à plusieurs reprises des protestations de Rever. Placé sous la direction de Racine, le jardin botanique fut planté et une serre construite. Finalement l’installation eut lieu le 10 germinal an VII (30 mars 1799), date qui figura ensuite sur le timbre de l’établissement21.

Figure 8 – En-tête de lettre en date du 7 floréal an X avec l’écusson de l’École centrale de l’Eure, ADE, 29 T.

3. Les élèves

32Des professeurs, des locaux, il fallait également trouver des élèves. L’administration centrale entreprit donc de faire la promotion de la nouvelle École centrale et le 22 brumaire an VII (12 novembre 1798), elle ordonna l’impression d’un placard diffusé à 2 000 exemplaires destiné à toutes les administrations cantonales et destiné à être affiché dans toutes les communes du département. Les administrateurs commençaient par célébrer les bienfaits de l’instruction publique et rappelaient ensuite l’arrêté du Directoire du 27 brumaire an VI (17 novembre 1797) réservant les fonctions civiles et militaires dépendant de lui, à ceux qui auraient suivi les cours d’une École centrale. L’administration centrale appelait ensuite les parents à inscrire leurs enfants dans le nouvel établissement.

  • 22 ADE, 29 T.

33Au départ, les élèves furent peu nombreux. Répondant à une enquêtes du ministre de l’Intérieur en date du 11 pluviôse an VI (30 janvier 1798), le jury d’instruction estimait que leur « nombre a été depuis trente à cinquante », expliquant : « Les élèves qui suivent les cours actuellement ouverts sont tous du chef-lieu, le défaut de local pour l’établissement de l’école et d’un pensionnat est la cause qu’il n’en est pas venu d’ailleurs22. » Une fois installée aux Capucins, l’École se développa, certains élèves venant de l’ensemble du département. Leur nombre augmenta pour atteindre 190 en l’an IX. Cet effectif était tout de même inférieur à celui du collège d’Évreux en 1789, qui avait compté jusqu’à 280 collégiens.

34Quel enseignement était dispensé aux élèves ? Selon la loi, les cours dispensés dans les Écoles centrales étaient groupés en trois sections successives d’une durée de deux ans chacune. Toutefois l’enseignement pouvait varier d’une école à l’autre et les élèves étaient libres de choisir les cours qu’ils désiraient suivre. À la création de l’École d’Évreux, étant donné le petit nombre des professeurs et les problèmes de locaux, seuls quelques cours purent être dispensés. Dès l’an V, des cours de mathématiques étaient donnés par Ozanne à « un certain nombre d’élèves et de citoyens déjà instruits dans cette science ». Puis, aux Capucins, le nombre de salles augmentant, chaque professeur put donner ses cours.

  • 23 Ibid.
  • 24 AN, F17 1344/15.

35Selon un prospectus de l’an X, l’enseignement était organisé en « degrés d’instruction23 ». Au programme du premier degré, sorte d’année préparatoire, de l’écriture, du calcul et des exercices de mémoire avec des heures passées en salle d’étude. Puis l’enseignement du français et des langues anciennes se faisait selon quatre degrés avec des œuvres d’auteurs antiques ou de Lhomond (1727-1794) et d’Heuzet (1660-1728). Dans l’esprit de ses fondateurs, l’École centrale n’avait pas seulement pour but de diffuser un savoir, mais elle devait également former de futurs citoyens ouverts à l’esprit des Lumières et utilisant les nouvelles mesures inventées par la Révolution. Les élèves devaient donc au plus vite abandonner les anciennes mesures et se servir du système métrique. Pour le faire connaître, le jury d’instruction décida qu’un mètre « mesure fondamentale du nouveau système » serait placé à la porte d’entrée de l’École centrale et qu’un tableau de concordance entre les anciennes et les nouvelles mesures serait affiché dans chaque salle de classe24. En dehors de la littérature, les mathématiques, le dessin, la physique-chimie et les arts mécaniques tenaient une place importante de même que la lecture et la bibliothèque.

36Futurs citoyens, les élèves prirent part régulièrement aux fêtes civiques et décadaires, qui devaient constituer un supplément d’éducation civique. Ils furent notamment les héros de la fête de la Jeunesse du 10 germinal an VI (30 mars 1798) avec laquelle l’on fit coïncider la distribution des prix. Le jury d’instruction prit le 27 ventôse an VI (17 mars 1798) un arrêté instituant différents prix, notamment un prix de patriotisme « pour celui des élèves qui, pendant l’année, aura montré le plus d’attachement aux institutions républicaines ». Cette distinction était décernée après un vote des élèves auquel les professeurs pouvaient également participer. Le scrutin n’était pas dépouillé immédiatement mais proclamé au cours de la fête de la Jeunesse, en présence de la population. Le 10 germinal an VII (30 mars 1799), suite au vote de ses camarades, le prix de patriotisme fut décerné, au jeune Marche qui reçut L’Histoire des Révolutions romaines de Vertot, un exemplaire de la Constitution de l’an III, un recueil des Actions héroïques des républicains et un double-décimètre. D’autres prix étaient décernés, récompensant le travail, l’assiduité, la conduite estimable et le succès dans les études. Ces prix étaient accordés par les professeurs puis confirmés par le jury d’instruction et les administrateurs du département.

  • 25 Dominique Varry, « Aperçu sur les bibliothèques privées de l’Eure confisquées sous la Révolution »,(...)

37La loi générale du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) organisant les écoles centrales avait prévu la création d’une bibliothèque dans chacune d’entre elles. Pour constituer le fonds, en premier lieu il fut décidé de récupérer les ouvrages confisqués dans les maisons religieuses et chez les émigrés25. De nombreux livres furent collectés, complétés par les dons effectués par les professeurs. Le fonds prenant de l’ampleur, Rever, bibliothécaire, fut assisté d’un suppléant, un officier de santé, Bouvey, nommé le 7 brumaire an VII (28 octobre 1798). Pendant que Rever se rendait dans les « dépôts littéraires » du département, ce dernier s’occupait de la gestion courante. L’ancien législateur dut abandonner temporairement ce poste de bibliothécaire à sa nomination en tant que commissaire du Directoire près de l’administration centrale du 28 floréal an VII (17 mai 1799) au4 fructidor an VII (21 août 1799). Pendant son absence, la bibliothèque fut confiée à Bouvey mais celui-ci décéda et Rever reprit ses fonctions de bibliothécaire le troisième jour complémentaire de l’an VII (19 septembre 1799).

4. Le pensionnat

  • 26 AN, F1 c III Eure 7.

38Le décret Lakanal du 7 ventôse an III (25 février 1795) n’avait pas prévu d’internat dans les écoles centrales mais, dans l’Eure, les membres du jury d’instruction et tout spécialement Rever étaient favorables à la création d’un pensionnat. L’administration centrale suivit l’avis du jury et, par arrêté du 13 thermidor an VI (31 juillet 1798), elle se déclara favorable à l’internat26, décision confirmée par le ministre de l’Intérieur, Bénézech. Le pensionnat ouvrit donc le 10 germinal an VII (30 mars 1799) lors du transfert de l’École centrale aux Capucins ; il était placé sous l’autorité de Verdière, professeur de Belles-Lettres, assisté de Leroux.

39Pour organiser le fonctionnement de ce pensionnat, Rever rédigea un règlement qui ne comptait pas moins de 131 pages. Il était divisé en seize titres, auquel s’ajoutait un titre spécial relatif aux cultes. Le règlement précisait l’emploi du temps des élèves. Dans la décade, les jours de congé étaient le quintidi et le décadi (titre 10) tandis que les vacances duraient du 15 thermidor au 1er vendémiaire (2 août au 22 septembre) (titre 16). Les élèves suivaient des cours mais étaient également associés à l’enseignement. En effet, ils devaient se livrer à des études d’histoire naturelle, à des relevés météorologiques et à diverses observations (titre 8).

40Durant l’année scolaire, la journée comportait des récréations et des périodes de détente où les élèves pouvaient pratiquer des jeux de plein air ainsi que de la gymnastique, de l’escrime ou des répétitions de musique (titre 9). À l’extérieur et lors des fêtes civiques, les élèves portaient un uniforme mais pouvaient s’habiller comme ils le voulaient dans le pensionnat (titre 6). Une certaine discipline devait être respectée et, dans la négative, des « peines » pouvaient être appliquées aux élèves. Au contraire, s’ils se conduisaient bien, ils obtenaient des récompenses. Le comportement de chaque élève était noté sur un « registre de discipline » (titre 2). Un titre spécial traitait des cultes. Bien entendu tout enseignement religieux était banni mais le règlement prônait le « respect mutuel des cultes » ainsi qu’un comportement moral guidé par des « mots d’ordre », expression « de pensées morales et de sentiments vertueux » répétés tout au long de la journée et renouvelés chaque mois (titre 4).

  • 27 ADE, 29 T.

41Sauf pour les boursiers, le pensionnat n’était pas gratuit. Un prospectus, largement diffusé, expliquait : « Les directeurs font blanchir, raccommoder les hardes, ils fournissent les livres élémentaires, papier-dessin, papier commun, crayons, carton. Les élèves apportent un lit, deux paires de draps, six serviettes27. » La pension était de 456 francs par an, dont 6 francs pour « les personnes employées dans la Maison ». La somme était payable en quatre fois : trois fois 128 francs puis le reliquat de 72 francs.

  • 28 AN, F17 1344 15.

42Le jury d’instruction se rendait bien compte que toutes les familles ne pouvaient pas payer une telle pension, et il souhaitait le système de la gratuité de l’enseignement : « Un jour viendra, nous l’espérons, où la pension ne coûtera rien et où l’instruction publique sera véritablement gratuite pour tous les élèves comme cela doit être28. »

5. Les excursions pédagogiques

  • 29 Ferdinand Buisson, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, op. cit.

43À son titre 16, le règlement prévoyait que les élèves âgés d’au moins quatorze ans, ayant remporté des prix pouvaient effectuer, sous la direction de leurs maîtres, un « voyage instructif » pendant les vacances. Les jeunes devaient alors parcourir « les endroits du département les plus intéressants par leur situation, par l’antiquité des monuments qu’ils renferment, par les manufactures qui s’y trouvent et par le genre de culture dont on s’occupe en ces endroits ». Ces sorties à caractère pédagogique font l’originalité de l’École centrale d’Évreux et, pour Ferdinand Buisson, elles constituent « le premier essai, à nous connu, de deux institutions qui, de nos jours, sont entrées dans les mœurs : celle des voyages scolaires et celle des colonies de vacances29 ».

  • 30 Voyage des Élèves du Pensionnat de l’École Centrale de l’Eure dans la partie occidentale du Départe (...)
  • 31 Il s’agit vraisemblablement de Rever puisque les élèves firent étape à Conteville.

44La relation du premier voyage accompli par ces adolescents, pendant les vacances de l'an VIII, a été publiée sous le titre : Voyage des élèves du pensionnat de l’École centrale de l’Eure dans la partie occidentale du département, pendant les vacances de l’an VIII, avec des observations, des notes et plusieurs gravures relatives à l’histoire naturelle, l’agriculture, les arts, etc. Ce volume de 179 pages, imprimé chez Ancelle en l’an X (1800-1801), comportait six planches gravées30. Les jeunes élèves étaient accompagnés des directeurs du pensionnat, d’un des professeurs de l’école et d’un membre du jury d’instruction31. Le départ eut lieu le 15 fructidor an VIII (2 septembre 1800). Les élèves et leurs accompagnateurs partirent vers Brionne et Pont-Audemer où ils visitèrent des manufactures : une « corroyrie façon anglaise » et une filature mécanique, s’intéressant à chaque fois aux procédés de fabrication. Ils rejoignirent ensuite la commune de Conteville où ils établirent leur campement. Au cours de leurs déplacements, les élèves étudiaient l’économie rurale, recueillaient des minéraux, des plantes, des insectes pour le musée de l’école et faisaient des observations barométriques. Ils ne manquèrent pas d’admirer les monuments historiques et prirent des notes sur leur histoire. Se rendant ensuite au bord de la mer, à Honfleur, ils traversèrent en barque l’estuaire de la Seine pour aller visiter Le Havre.

45Un second voyage fut organisé durant les vacances de l’an IX (1801-1802). Les élèves avaient été séparés en deux divisions, l’une visitant les confins de l’Eure et de la Seine-Inférieure, l’autre explorant la vallée de la Seine jusqu’aux limites de la Seine-et-Oise. Nous savons que les deux groupes correspondaient entre eux mais le récit de ce second voyage ne fut pas publié.

46Les élèves de l’École centrale avaient-ils monté de petites pièces de théâtre ? C’est vraisemblable mais nous n’en avons pas trouvé trace dans les archives. Pourtant la pratique théâtrale aurait pu utilement compléter la formation des adolescents fréquentant l’ancien couvent des Capucins. Les spectacles sur scène constituaient l’une des distractions favorites de la société directoriale, mais les autorités surveillaient leur contenu, redoutant des désordres.

C. Le théâtre, moyen d'éducation civique ?

47Après Thermidor, dans une société avide de plaisirs, le théâtre allait-il redevenir un simple loisir, permettant de s’évader et d’oublier la Terreur ? Il n’en fut rien. En effet, si les comédies légères du XVIIIe siècle retrouvaient les faveurs du public, les pièces à caractère politique n’avaient pas disparu pour autant. Bien entendu, leur contenu avait changé et des œuvres de circonstance se déchaînant contre les jacobins étaient programmées, certaines répliques provoquant dans le public des réactions contradictoires. Le département de l’Eure, proche de la capitale, reçut de nombreuses troupes et connut, de l’an IV à l’an VIII, une activité théâtrale fort riche.

Figure 9 – Gravure extraite du Voyage des élèves du pensionnat de l’École centrale de l’Eure pendant les vacances de l’an VIII.

  • 32 Gilles Philipps, « Le théâtre d’Évreux du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Connaissanc (...)
  • 33 Cette salle fut détruite au début du XIXe siècle et un nouveau théâtre fut édifié à partir de 1811. (...)
  • 34 Bulletin de l’Eure, no 4 du 14 ventôse an V (4 mars 1797).

48Des représentations avaient lieu dans les principales villes du département : Les Andelys, Vernon, Pont-Audemer et Bernay. Ces villes ne possédaient pas de salle de spectacle et les acteurs devaient se produire dans une salle de danse, sous la halle ou même en plein air. Évreux ne disposait pas non plus de théâtre et les représentations avaient lieu dans une simple salle installée à l’arrière d’un café appelée « La Comédie » et située dans la ruelle du Château, à l’emplacement actuel de la maison des arts32. Les locaux appartenaient à Dhuique fils qui y accueillait des troupes itinérantes33. En dehors des représentations théâtrales, des citoyens s’y retrouvaient pour lire des journaux parisiens bien choisis selon l’imprimeur Touquet34. Cette salle de la Comédie constituait donc un lieu de sociabilité important dans le chef-lieu du département, où les citoyens pouvaient s’informer, se divertir et où les opinions pouvaient s’exprimer, notamment à l’occasion des représentations théâtrales.

  • 35 Le Présent ou l’heureux quiproquo, comédie en un acte de Joseph Patrat (1732-1801), pièce créée au (...)
  • 36 Les Cent Louis, comédie en prose et un acte de Briois dit de Belle-Roche, créée au Palais-Royal en (...)
  • 37 Jean-François Brémont dit Beaulieu, débuta au théâtre du Palais-Royal. Il prit une part active à la (...)

49Régulièrement, Dhuique accueillait pour quelques jours des troupes itinérantes mais l’une de ces compagnies théâtrales effectua un séjour prolongé dans le chef-lieu du département durant l’hiver 1798. D’autres acteurs se produisirent à la salle de la Comédie, sollicitant l’autorisation de jouer à Évreux ou bien furent invitées par Dhuique. Ainsi, le 26 prairial an VI (14 juin 1798), deux directeurs de spectacles à Lisieux, Billouard et Parlex, sollicitèrent l’autorisation de donner quelques représentations à Évreux, précisant bien qu’ils ne jouaient que « des pièces républicaines ». Le Bulletin de l’Eure signalait de temps à autre, l’arrivée à Évreux d’acteurs connus. En germinal an VI (avril 1798), il indiqua que « le citoyen Beaulieu, artiste de variété, de Paris, est ici pour deux jours » pour jouer le rôle d’André dans L’Heureux quiproquo35 et le principal rôle dans Les Cent louis36. Le journaliste Touquet comptait sur sa « gaieté franche et sensible » et sur ses « talents connus » pour attirer un large public. Le journal indiquait également la générosité de l’acteur dans une affaire d’enlèvement d’enfant et signalait encore que Beaulieu37 avait « défendu au tribunal révolutionnaire les 94 nantais ».

50Alors que sous l’Ancien régime, les représentations théâtrales étaient interdites les dimanches et les jours de fêtes religieuses, sous le Directoire elles devaient en priorité se dérouler les décadis et les jours de fête nationale. En général une représentation était donnée par décade mais à Évreux des pièces étaient parfois jouées le quintidi et le décadi, les spectacles étant dans ce cas plus fréquents.

1. Contrôle du répertoire

51Les autorités surveillaient les acteurs et contrôlaient sévèrement le répertoire. Le commissaire central Crochon rappelait régulièrement aux administrations municipales et en particulier à celle d’Évreux, que les troupes théâtrales devaient préalablement lui soumettre les pièces jouées conformément aux exigences du ministère de la Police générale, adressant régulièrement des circulaires en ce sens. Pour sa part, lorsqu’elle accorda son autorisation à Ribou, directeur de spectacle, la municipalité d’Évreux lui rappela que toutes les nouvelles œuvres devaient être soumises à l’examen de l’administration et que n’étaient présentés que des spectacles « qui propagent l’esprit républicain, qui contribuent à l’amélioration des mœurs et ravivent l’esprit public » dans le « respect de la décence ». De plus, la municipalité exerçait un contrôle durant le spectacle puisqu’elle disposait d’une « loge assez grande pour contenir l’officier municipal de police, son secrétaire, le commandant de la place et celui de la garnison ».

  • 38 ADE, 56 Edt 34 (1D6).

52Malgré la réglementation, les pièces n’étaient pas toujours soumises aux autorités, ce qui valait des sanctions aux organisateurs. Ainsi, à Bernay, le 16 thermidor an VII (3 août 1799), Pirault qui devait donner un spectacle sous la halle avait négligé de solliciter l’avis de l’administration cantonale. La séance fut troublée, un militaire réclamant Le Chant du départ s’attirant des huées ; Pirault fut donc sommé de soumettre désormais le texte de ses pièces aux autorités, chaque spectacle se déroulant sous le contrôle d’un administrateur municipal et en présence de cinq membres de la garde nationale38. Aux Andelys, la sanction fut plus grave puisque la salle où se déroulaient les spectacles fut fermée quelques jours en ventôse an VII (février 1799), suite à de troubles lors d’une représentation théâtrale où était joué Figuer ou l’heureuse adoption, une « pièce patriotique » écrite par Fournier, le juge de paix du canton rural.

53Tous les spectacles théâtraux ne donnaient pas lieu à incidents sous le Directoire, lors des nombreuses représentations dans le chef-lieu du département. Selon une liste conservée aux archives municipales d’Évreux, une centaine de pièces furent données dans la ville à partir de l’an IV. En quoi consistait ce répertoire ?

  • 39 Michel Biard, Collot d’Herbois. Légendes noires et Révolution, Lyon, Presses universitaires de Lyon (...)

54D’abord des œuvres de divertissement comme l’indiquent ces titres évocateurs : Guerre ouverte ou ruse contre ruse, L’Honnête Criminel, Le Mari retrouvé, Les Étourdis ou la mort supposée, Les Fausses Infidélités, L’Amant bourru, Oui ou non... Les auteurs les plus joués étaient Jacques-Marie Boutet de Montvel (1745-1812), Dancourt (1661-1725), Beaunoir (1746-1823), Dorvigny (1742-1812), Desforges (1746-1806) et Dumaniant (1752-1828). Plusieurs œuvres de Louis-Sébastien Mercier (1740-1814) furent jouées ainsi que des pièces de Néricault-Destouches (1680-1754), et Regnard (1655-1709). De même, fut présenté Le Paysan magistrat, comédie en cinq actes de Collot d’Herbois, inspirée de Calderon39. Des œuvres d’auteurs importants tels que Molière, Beaumarchais et Diderot furent également jouées durant le Directoire dans le chef-lieu du département.

55Les opéras-satires avaient eux aussi beaucoup de succès auprès du public. Dans cette catégorie nous pouvons ranger : Madame Angot ou la Poissarde parvenue, de Antoine-François Ève, raillant l’ascension des nouveaux riches, La Chaste Suzanne, La Petite Nannette (1796), opéra-comique en deux actes par Louis-Abel Beffroy de Reigny (1757-1811) dit Cousin-Jacques et Guillaume Tell (1791), drame mis en musique en trois actes, de André Ernest Modeste Grétry (1741-1813), livret de Michel-Jean Sedaine (1719-1797). Cet opéra n’eut pas un grand succès à Évreux au grand regret de Touquet.

56La programmation théâtrale constituait un enjeu politique et dans sa polémique avec l’administration centrale, Touquet ne manquait pas de reprocher aux administrateurs du département d’autoriser des pièces qu’il jugeait hostiles à la Révolution comme La Petite Nannette ou surtout L’Intérieur des comités révolutionnaires. En effet Évreux connut des pièces contre-révolutionnaires, notamment Le Souper des jacobins de Charlemagne, L’Intérieur des comités révolutionnaires de Ducantel, L’Enterrement des bonnets rouges ou Les Suspects de Picard et Duval.

  • 40 Jeff Horn, « La lutte des factions au théâtre de Troyes sous le Directoire », dans Philippe Bourdin (...)

57La représentation de ces pièces provoquait bien quelques polémiques mais il ne se produisit pas à Évreux de graves conflits provoqués par des spectacles, alors que ce fut le cas dans certaines villes comme à Troyes40. Le seul incident à caractère politique recensé dans les archives, eut lieu le 8 brumaire an VI (29 octobre 1797), où fut noté « quelque tumulte » parce que les acteurs avaient oublié de « se parer de la cocarde nationale » et avaient employé le terme de « messieurs » au lieu de « citoyens ». Il y eut bien également quelques rixes entre spectateurs comme le 5 ventôse an VI (23 février 1798) mais elles n’avaient pas pour origine des différends politiques et mettaient aux prises des individus « pris de vin ».

2. L'affaire de La Jeunesse du duc de Richelieu ou le Lovelace français

  • 41 Alexandre-Vincent Pineux Duval (1767-1842) fut successivement volontaire dans la marine durant la g (...)
  • 42 Jacques-Marie Boutet de Montvel dit Montvel, (1745-1812) fut acteur et auteur dramatique. Il débuta (...)

58Bien que n’ayant pas provoqué d’incidents violents, une pièce fut temporairement interdite à Évreux, en l’an VI, parce qu’elle était jugée immorale. La Jeunesse du duc de Richelieu ou le Lovelace français, donnée à Évreux en frimaire an VI (décembre 1797) fit scandale. Cette comédie en cinq actes et en prose, œuvre d’Alexandre-Vincent Pineux Duval41 et de Montvel42, avait été représentée pour la première fois à Paris, au théâtre de la République en nivôse an IV (janvier 1796). Elle met en scène un libertin, le duc de Richelieu, aristocrate venant de remporter une victoire militaire. Multipliant les conquêtes féminines, il séduit notamment deux bourgeoises : une veuve, Mme Renaud, et l’épouse d’un marchand de meubles du faubourg Saint-Antoine, Mme Michelin. Cette dernière se trouve écartelée entre sa passion amoureuse et la fidélité à son mari qui, après avoir envisagé de tuer Richelieu, se reprend. Répondant à la prière de son épouse, il consent à lui pardonner. La dernière réplique de la pièce stigmatise la défaillance de l’épouse séduite : « Et voilà où peut nous plonger un seul moment de faiblesse et d’erreur. »

  • 43 AM Évreux, 1 D 13 et 2 R 52.

59Comme le sous-titre de l’œuvre l’indique – Le Lovelace français – la pièce de Pineux Duval et de Montvel s’inspirait du célèbre roman épistolaire anglais de Samuel Richardson, Clarisse Harlowe, publié en 1748 et traduit en français en 1751 par l’abbé Prévost, l’auteur de Manon Lescaut. C’est l’immoralité du comportement du personnage principal qui avait choqué les autorités ébroïciennes. En effet, la pièce n’avait pas de réel contenu politique et l’œuvre ne contenait aucune réplique hostile à la Révolution. Le 25 frimaire an VI (15 décembre 1797), la municipalité d’Évreux décida néanmoins l’interdiction provisoire de La Jeunesse de Richelieu puis demanda son avis de l’administration centrale qui voulut « juger sur pièce ». De son côté, le commissaire central Crochon, considérant l’œuvre comme « contraire aux bonnes mœurs », demanda au commissaire Ruault de faire suspendre le spectacle jusqu’à nouvel ordre. Finalement, après avoir lu la pièce, les membres de l’administration centrale déclarèrent le 4 nivôse an VI (24 décembre 1797) « ne pas empêcher la représentation du Lovelace français43 » et le spectacle put reprendre.

  • 44 AN, F1 c III Eure 12.

60La Jeunesse de Richelieu fut ensuite donnée à Verneuil où le cercle constitutionnel s’en prit à l’administration centrale qui l’avait autorisée44. Le Bulletin de l’Eure appuyait cette critique estimant que ce type de spectacle ouvrait la voie à des pièces nettement contre-révolutionnaires. Touquet estimait en effet que cette représentation

  • 45 Bulletin de l’Eure, no 105 du 27 nivôse an VI (16 janvier 1798).

ne contribuera pas peu à rallumer les passions, aigrir les esprits, malgré les nombreuses corrections qui furent faites par l’administration municipale « régénérée ». On craint qu’après cette pièce immorale, on ne permette Les suspects, L’Intérieur des Comités révolutionnaires et autres pièces que l’administration centrale applaudirait encore avec transport45.

61À Évreux, comme dans l’ensemble du pays, sous le Directoire, les autorités contrôlèrent étroitement la programmation théâtrale et n’hésitèrent pas à interdire des pièces, écartant telle œuvre « immorale » portant atteintes aux « bonnes mœurs » ; elles craignaient les réactions violentes de la part du public en raison des spectacles proposés. Le théâtre était en effet devenu l’un des lieux du débat politique et cette expression artistique constituait un enjeu politique.

Notes

1 ADE, 29 T.

2 Ibid.

3 AN, F1 c III Eure 8.

4 ADE, 5 L 15.

5 Serge Bianchi, « L’école primaire sous le Directoire : enjeux civiques et républicains » dans Henri Leuwers, Jacques Bernet et Jean-Pierre Jessenne, Du Directoire au Consulat : L’intégration des citoyens dans la Grande Nation, Villeneuve-d’Ascq, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 2000, p. 278.

6 ADE, 29 T.

7 Bulletin de l’Eure, no 17 du 19 floréal an V (8 mai 1797).

8 ADE, 213 L 21.

9 AN, F1 c III Eure 8.

10 ADE, 44 T.

11 Ibid., 198 L 1.

12 Ibid., 29 T.

13 ADE, 55 L 2.

14 Ibid., 188 L 25.

15 Ferdinand Buisson, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, article : « École centrale ».

16 Étienne Pitoiset, L’École centrale du département de l’Eure, Paris, Impr. nat., 1902.

17 ADE, 9 L3.

18 Rever avait des talents d’arpenteur, il organisa des fouilles archéologiques en mettant à jour le site du Vieil-Évreux. Il s’intéressait à l’agronomie ; il créa d’ailleurs une variété de pomme appelée « la pomme Rever », toujours cultivée.

19 ADE, 55 L 2.

20 AN, F 17 1344/15.

21 Ces locaux existent toujours et abritent aujourd’hui le conservatoire de musique d’Évreux où une plaque fixée dans le cloître rappelle le souvenir de l’École centrale.

22 ADE, 29 T.

23 Ibid.

24 AN, F17 1344/15.

25 Dominique Varry, « Aperçu sur les bibliothèques privées de l’Eure confisquées sous la Révolution », Annales de Normandie, no 3, sept. 1995, p. 329-351.

26 AN, F1 c III Eure 7.

27 ADE, 29 T.

28 AN, F17 1344 15.

29 Ferdinand Buisson, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, op. cit.

30 Voyage des Élèves du Pensionnat de l’École Centrale de l’Eure dans la partie occidentale du Département, Pendant les vacances de l’an VIII, Évreux, an X, rééd. Page de Garde, 1998.

31 Il s’agit vraisemblablement de Rever puisque les élèves firent étape à Conteville.

32 Gilles Philipps, « Le théâtre d’Évreux du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Connaissance de l’Eure, no 85, juillet 1992, p. 12-19.

33 Cette salle fut détruite au début du XIXe siècle et un nouveau théâtre fut édifié à partir de 1811. L’impératrice Joséphine, installée au château de Navarre, fit un don de 15 000 f. pour aider à la construction du bâtiment.

34 Bulletin de l’Eure, no 4 du 14 ventôse an V (4 mars 1797).

35 Le Présent ou l’heureux quiproquo, comédie en un acte de Joseph Patrat (1732-1801), pièce créée au théâtre des Variétés du Palais en 1793.

36 Les Cent Louis, comédie en prose et un acte de Briois dit de Belle-Roche, créée au Palais-Royal en 1786.

37 Jean-François Brémont dit Beaulieu, débuta au théâtre du Palais-Royal. Il prit une part active à la prise de la Bastille et fut élu capitaine de la Garde nationale parisienne. Généreux, il prit la défense de deux frères condamnés à tort pour fabrication d’assignats. Il fréquenta beaucoup les clubs.

38 ADE, 56 Edt 34 (1D6).

39 Michel Biard, Collot d’Herbois. Légendes noires et Révolution, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1995.

40 Jeff Horn, « La lutte des factions au théâtre de Troyes sous le Directoire », dans Philippe Bourdin et Bernard Gainot, La République directoriale, t. II, op. cit.

41 Alexandre-Vincent Pineux Duval (1767-1842) fut successivement volontaire dans la marine durant la guerre d’Amérique, ingénieur-géographe, soldat, dessinateur, comédien et poète comique. Incarcéré en 1793 pour une pièce considérée comme royaliste, il devint directeur de l’Odéon de 1810 à 1815 et membre de l’Académie française en 1812.

42 Jacques-Marie Boutet de Montvel dit Montvel, (1745-1812) fut acteur et auteur dramatique. Il débuta à la Comédie française avant de devenir un partisan des idées révolutionnaires. Sa fille, Mlle Mars, devint une actrice célèbre.

43 AM Évreux, 1 D 13 et 2 R 52.

44 AN, F1 c III Eure 12.

45 Bulletin de l’Eure, no 105 du 27 nivôse an VI (16 janvier 1798).

Table des illustrations

Légende Figure 8 – En-tête de lettre en date du 7 floréal an X avec l’écusson de l’École centrale de l’Eure, ADE, 29 T.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 9 – Gravure extraite du Voyage des élèves du pensionnat de l’École centrale de l’Eure pendant les vacances de l’an VIII.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search