Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IIIe Partie. Élections et luttes politiques (Germinal an V - Germinal an VI)

Chapitre IX. L'administration centrale dans la tourmente

Texte intégral

  • 1 ADE, 5 L 4.

1Au cours des élections de germinal an V (avril 1797), un nouvel administrateur du département avait été élu en remplacement de Richard : il s’agissait de Jean-Pierre Herpin, homme de loi. Nous ne savons pas grand-chose de lui mais, choisi par une assemblée électorale dominée par les royalistes, nous pouvons penser qu’il n’était pas un farouche républicain... Ayant été « fructorisé », il n’occupa donc son poste que quelques mois au cours desquels il ne se fit guère remarquer. Herpin fut installé lors de la séance du 15 floréal an V (4 mai 1797), au cours de laquelle l’administration centrale choisit son président, Guillaume Langlois élu « à la majorité des suffrages » en remplacement de Goubert1.

A. L'assassinat de Goubert

2Un mois et demi plus tard, le 6 messidor an V (24 juin 1797), les membres de l’administration centrale accompagnés du député Lecerf, sortant d’un dîner chez La Tour d’Auvergne furent victimes d’une fusillade au cours de laquelle Goubert était assassiné.

1. L'administration centrale visée

  • 2 Bulletin de l’Eure, no 27 du 9 messidor an V (27 juin 1797).
  • 3 Au XVIIIe siècle, un moulin à tan se trouvait le long de cette allée des Quinconces dont le nom ven (...)

3Arrêté en janvier 1794, comme fédéraliste, La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, avait été libéré après Thermidor et était revenu habiter son château de Navarre. Selon Louis Boivin-Champeaux, « il y recevait nombreuse compagnie ». L’ancien seigneur d’Évreux était « sur le point de transférer son domicile à Paris2 » et, à cette occasion, il avait donc invité à souper Lecerf, député aux Cinq-Cents en compagnie de plusieurs membres de l’administration centrale dont Guilbert ainsi que Langlois et Goubert, respectivement nouveau et ancien président. Herpin, nouvellement élu, ne figurait pas parmi les convives, pas plus que Pain, « absent pour congé ». Le repas prit fin vers 21 heures et les quatre élus, quittant le château de Navarre, empruntèrent l’allée des Quinconces afin de regagner Évreux3. Tout à coup, deux individus armés, cachés derrière des arbres, apparurent et firent feu sur le groupe. Langlois fut légèrement blessé mais Goubert tomba foudroyé.

  • 4 Bulletin de l’Eure, no 54 du 15 fructidor an V (2 août 1797).

4Trois domestiques de La Tour d’Auvergne, le garde Vicaire, le plombier Legros, et le cocher Fortier, furent arrêtés. Ils furent jugés le 13 fructidor an V (30 août 1797) par le tribunal criminel de l’Eure. Au terme d’une journée de débats, les prévenus furent acquittés. Touquet qui suivait le procès pour le Bulletin de l’Eure estima que « le jury a prononcé comme il le devait4 ». Plus tard, fut désigné comme pouvant être le coupable un nommé François Teller, dit Le Pelletier l’Aîné, arrêté en 1801 aux environs de Bernay pour avoir tué deux personnes après avoir mis le feu à la maison où il était réfugié. Le Pelletier, convaincu de plusieurs assassinats et de nombreux vols accomplis dans le courant de l’an VIII, fut guillotiné à Évreux, le 9 thermidor an X (28 juillet 1802).

  • 5 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux (1740-1830), op. cit.
  • 6 ADE, 5 L 4.

5Goubert fut inhumé le 7 messidor an V (dimanche 25 juin 1797), c’est-à-dire le lendemain même de l’assassinat, dans le grand cimetière d’Évreux. « Toutes les autorités constituées assistèrent en corps à cette inhumation, depuis la ménagerie de Navarre, où l’on avoit porté le corps du citoyen Goubert, jusqu’à la cathédrale et de là au grand cimetière5. » Le cortège comprenait non seulement les fonctionnaires mais également « un nombre considérable de citoyens de toutes les classes ». Le Bulletin de l’Eure rendit compte de cette « cérémonie lugubre » au cours de laquelle le président Langlois prit la parole, exprimant la tristesse générale. L’administration centrale rendit hommage à la sagesse et aux vertus de Goubert : « homme de bien, administrateur éclairé, sage ami de la Liberté » mettant en valeur « son calme permanent, l’étendue de ses connaissances administratives et l’amour constant du travail6 » Parallèlement plusieurs municipalités de canton lui rendaient hommage dans les jours suivant sa disparition.

  • 7 La clef du cabinet des souverains, no 160 du 10 messidor an V (28 juin 1797).

6L’événement trouva un écho dans la presse nationale, certains journaux se contentant de rapporter les faits comme L’Ami des Lois ou La clef du cabinet des souverains qui estimait que Lecerf et les administrateurs du département étaient visés car ils « ne marchent pas dans la ligne du royalisme7 ». D’autres journaux, après avoir raconté la fusillade, cherchaient des coupables. Le Messager du soir écrivait :

  • 8 Le Messager du soir, no 289 du 19 messidor an V (7 juillet 1797).

Deux administrateurs du département de l’Eure proscrits comme chouans, sont assassinés d’un coup de fusil le 6 messidor à 9 h du soir auprès d’Évreux en revenant dîner avec le duc de Bouillon à son château de Navarre. Qui croyez-vous qu’on accuse d’avoir tué l’un et blessé l’autre ? Les jacobins qui font la guerre aux nobles et aux châteaux ? Point du tout, ce sont les Chouans qui les reçoivent à dîner, les Chouans dont ils protègent les châteaux8 ?

7Le Journal des Hommes libres publia à son tour un long article intitulé : « Détails de l’assassinat de l’administration centrale de l’Eure » rapportant les faits de façon détaillée et dénonçant surtout l’attitude de « quelques-uns des bons journaux, entre autres Le Messager » annonçant que « les jacobins avaient trempé dans ce crime ». Pour Le Journal des Hommes libres, il s’agissait de mensonges, les chouans et non les jacobins étant responsables de l’assassinat de Goubert. Le journal concluait :

  • 9 Journal des Hommes libres, no 47 du 17 messidor an V (5 juillet 1797).

Il est certain que le département de l’Eure est infesté de la plus affreuse chouannerie, que les bandes et les principes du chef des assassins de Normandie, le brigand Frotté, y ont pénétré ; que la sagesse et la fermeté de l’administration centrale y maintient seule quelque force aux lois, quelques obstacles au torrent des assassinats et de la contre-révolution ; que la dissolution est publiquement jurée par les Chouans9.

8Toutefois, de nombreux journaux nationaux, Les Nouvelles politiques, le Journal de Perlet, Le Patriote français, Le Rédacteur, L’ami de la Patrie et le Bulletin politique ne faisaient aucune allusion à l’assassinat de Goubert.

2. L'attitude du Bulletin de l'Eure : de l'indignation à la dénonciation

9Comme le Journal des Hommes libres, Le Bulletin de l’Eure, mit en cause les royalistes :

  • 10 Bulletin de l’Eure, no 27 du 9 messidor an V (27 juin 1797).

Un attentat horrible, atroce dans sa combinaison, dans son exécution, a été médité, exécuté. La mort de tous les administrateurs du Département sans distinction avait été résolue. L’un d’eux est tombé sous le plomb homicide, un second en a été légèrement atteint, les autres ont échappé, comme par miracle au même sort. Quelle que soit notre douleur en reposant sur cet événement déplorable, nous vaincrons les sentiments dont nous sommes pleins, nous présenterons des détails à nos lecteurs, et puissent-ils partager notre indignation pour les auteurs et les complices de ce crime abominable10 !

  • 11 Un exemplaire de ce supplément est conservé dans la bibliothèque du musée Canel de Pont-Audemer.

10L’article, annonçant dans quelles conditions avait été assassiné Goubert, fut tiré à part sur quatre pages et publié sous le titre « Extrait du Bulletin de l’Eure ». Ce supplément au Bulletin fut sans doute largement diffusé auprès des municipalités de canton11.

11Quelques semaines plus tard, Touquet s’en prit à l’insolence des royalistes qui entendaient se disculper de l’assassinat de Goubert :

  • 12 Bulletin de l’Eure, no 47 du 1er fructidor an V (18 août 1797).

Ils cherchent à insinuer que les victimes sont les assassins ; ils publient avec une impudence révoltante que les administrateurs Guilbert, Langlois et le représentant pouvaient bien être d’accord pour assassiner l’infortuné Goubert12.

12En fructidor (août 1797), Le Bulletin de l’Eure publia en première page un poème à la gloire de Goubert rédigé par Fournier, commissaire auprès de la municipalité cantonale de Suzay.

13Le journal néo-jacobin avait donc participé à l’indignation de tous les républicains provoquée par l’assassinat de Goubert, dénonçant les royalistes qui avaient armé le bras des assassins. Mais, après le 18 Fructidor, l’attitude de Touquet changea et le journaliste se lança dans une campagne contre l’administration centrale du département de l’Eure et le commissaire Crochon. Revenant sur l’assassinat de Goubert, Touquet fit un double reproche aux responsables départementaux. Tout d’abord, était-il bien convenable d’aller dîner chez l’ancien seigneur d’Évreux ?

  • 13 Le Bulletin de l'Eure, no 82 du 7 brumaire an VI (28 octobre 1797).

Les républicains ont vu avec peine l’administration aller dîner en corps et fréquemment chez le ci-devant duc de Bouillon ; ce qui n’a cessé qu’à l’époque de l’assassinat de l’administrateur Goubert ou plutôt à l’époque où le citoyen Latour a quitté Navarre pour aller végéter à Paris. Toute une administration aller dîner chez un homme fort riche et qui se disait jadis un haut et puissant Seigneur ! N’en peut-on pas conclure que cette administration lui a de grandes obligations, ou qu'elle lui a rendu de grands services13 ?

  • 14 Ibid.

14Touquet adressait un second reproche à l’administration centrale, au sujet de l’organisation des obsèques. Celles-ci avaient donné lieu à une cérémonie religieuse à la cathédrale : « Pourquoi avez-vous souffert qu’aux funérailles de Goubert, où vous étiez, on ait publiquement chanté l’office des morts, et porté la croix jusqu’au cimetière14 ? » D’autant que le cortège comportait un prêtre et des frères de charité qui « chantaient à gorge déployée dans les rues, qu’on affectait d’y porter la croix, comme dans l’ancien régime, et que l’administration centrale suivait cette croix de fort près ». L’assassinat de Goubert qui aurait pu encourager tous les républicains, unis dans la même colère, à se rassembler pour faire face à la menace royaliste, devenait donc une pomme de discorde entre le courant néo-jacobin s’exprimant dans le Bulletin de l’Eure et les administrateurs du département.

3. Le remplacement de Goubert

  • 15 AM Évreux, 3 D 9.

15L’administration centrale devait remplacer Goubert. Qui allait-elle choisir ? Un libelle imprimé fut diffusé, intitulé Les amis de la Constitution de l'an III aux Administrateurs du Département de l’Eure15. Après s’être inclinés devant « le sort immérité du vertueux Goubert », les rédacteurs anonymes du texte mettaient en garde les administrateurs contre les anciens terroristes toujours prêts à intriguer pour la nomination de l’un des leurs : « La place étoit à peine vacante que les suppôts de l’anarchie convoitoient la proie qu’ils ont quittée avec tant de peine à moitié dévorée. » Et de les dénoncer nommément : « Quoi les Chaumont, les Dupont du Neubourg, les Milsent, les Gosselin, les d’Hauterre, les Fausset et autres monstres semblables tentent de capter vos suffrages. » En conclusion, les administrateurs étaient invités à bannir « les plus cruels ennemis de l’espèce humaine ».

Figure 7 – Jean-Gabriel Jan d’Hauterre élu député aux Anciens en l'an VI, ADE, 21 Fi 986.

16Quels étaient donc ces « terroristes » que l’administration centrale devait, selon les rédacteurs du libelle, écarter à tout prix ?

17– Les deux frères Chaumon-Quitry, des nobles ralliés à la Révolution : Victor, l’aîné, né en 1767, ancien officier au régiment des chasseurs des Alpes, devenu avocat et imprimeur à Évreux et Guy, né en 1771, engagé dans la marine puis avocat à Évreux.

18– Jacques-Charles Dupont, né au Neubourg en 1767, avocat au parlement de Normandie, maire du Neubourg en 1792, administrateur du district de Louviers en 1793 puis commissaire du Directoire près la municipalité cantonale du Neubourg en 1795.

19– Nicolas Milsent, homme de loi, administrateur du département en l'an II et en l’an III et membre des sociétés populaires d’Évreux et de Bernay.

20– Gosselin, né vers 1737, inspecteur « pour le roi » avant la Révolution puis juge de paix ; électeur en mai-juin 1790, membre de la société populaire de Rugles.

21– Jacques-Gabriel Jan d’Hauterre, né à Nonancourt en 1746, homme de loi, lieutenant de bailliage à Verneuil, puis administrateur du district de Verneuil (1790-1791) et juge au tribunal civil.

22– Fausset ou Fossey, ancien chef de bureau au district d’Évreux, nommé commissaire du Directoire à Fontaine-sous-Jouy.

  • 16 Bulletin de l’Eure, no 29 du 19 messidor an V (7 juillet 1797).
  • 17 ADE, 5 L 4.

23Dénonçant cette « nouvelle liste de proscription affichée et distribuée à profusion », le Bulletin de l’Eure écrivait : « Milcent, Dupont du Neubourg, fan d’Hauterre, les Chaumont, Fossey sont nominativement exclus par les prétendus amis de la Constitution de l’an 3, de la fonction d’administrateur16. » L’administration centrale ne choisit aucun d’entre eux ; en effet, au cours de la séance du 15 messidor an V (3 juillet 1797), elle hésita entre Beuzelin, administrateur du canton de Nonancourt et Durand, ancien juge au tribunal civil du district de Pont-Audemer, devenu administrateur de cette commune. Les deux candidats ayant obtenu le même nombre de suffrages au premier tour, il fallut organiser une second tour au cours duquel Beuzelin fut désigné. Ancien contrôleur du Vingtième demeurant à Illiers-l’Évêque, il fut notamment choisi car « respectable par son âge17 ». Cette nomination ne plut guère au Bulletin de l’Eure. Quelques mois plus tard, Touquet écrivait :

  • 18 Bulletin de l’Eure, no 82 du 7 brumaire an VI (28 octobre 1797). Touquet se trompait : le candidat (...)

Beuzelin d’Illiers, tout vieux, tout malade qu’il est, aurait pu faire un bon chef de bureau. Mais en faire un administrateur, ce n’est pas sa place. Est-il patriote ? Je n’en sais rien mais ce que je sais, c’est qu’il a obtenu plus de suffrages après Herpin lors des dernières élections ; et que c’est pour prouver combien ils respectaient les choix du peuple que les administrateurs l’ont nommé18.

24Après l’assassinat de Goubert, l’administration centrale se trouvait fragilisée, d’autant que l’élection d’Herpin et la désignation de Beuzelin ne semblaient pas renforcer le dynamisme de l’institution et accentuer son « républicanisme ». Cette situation nouvelle allait-elle modifier l’attitude du commissaire Crochon ?

B. La gestion Crochon

25Du début du Directoire aux élections de l’an VI, soit de brumaire an IV (octobre 1795) à germinal an VI (avril 1798), pendant près de deux ans et demi, Alexandre Romain Crochon occupa le poste de commissaire central de l’Eure. Comment caractériser la gestion menée durant cette période par celui qui disposait d’une position dominante dans le département ? Pour tenter de juger l’action de ce représentant du pouvoir central, il convient de voir comment celui-ci s’était situé par rapport à l’administration centrale dont il devait contrôler l’action et quels furent ses rapports avec ses interlocuteurs traditionnels, en particulier les commissaires cantonaux. Ses visites dans les cantons lui permettant d’apprécier la situation politique du département furent-ils fréquentes ? Ses domaines d’action ont-ils évolué ? Enhn, dans cette fonction de commissaire, Crochon fut-il plutôt un gestionnaire avant tout soucieux d’une bonne administration locale ou « l’œil du Gouvernement » cherchant constamment à faire progresser « l’esprit public » ?

  • 19 Jacques Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l’Empire·, op. cit., p. 471.

26Dans ses articles 191 et 192, la Constitution de l’an III instituait des commissaires placés auprès de chaque administration et en particulier un commissaire central nommé auprès de l’administration départementale. Ces hommes devaient être pris parmi les citoyens domiciliés depuis un an dans le département, être âgés de vingt-cinq ans au moins et pouvaient être révoqués à tout moment par le Directoire19. Leurs attributions n’étaient définies que de façon fort vague dans la Constitution. En effet, l’article 191 r indiquait seulement : « Ce commissaire surveille et requiert l’exécution des lois ».

27La fonction de commissaire central fut ensuite définie par un décret d’application publié le 21 fructidor an III (7 septembre 1795). Ce représentant du pouvoir central devait résider au chef-lieu du département et assister à toutes les séances de l’administration départementale où il n’avait pas voix délibérative. Toutefois, chaque délibération ne pouvait être prise qu’une fois « qu’il aura été ouï ». Selon ce texte

  • 20 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du D (...)

le commissaire est l’œil du gouvernement, il est placé près des administrateurs pour les surveiller, provoquer l’exécution des lois et la rectification des erreurs, pour faire cesser l’inaction des fonctionnaires et rendre compte au gouvernement dans son rapport décadaire de tout ce dont il juge à propos de l’informer20.

  • 21 Michel Biard, Les Lilliputiens de la centralisation, des intendants aux préfets : les hésitation d’ (...)

28Les missions du commissaire furent encore précisées par l’instruction en date du 12 frimaire an IV (3 décembre 1795) indiquant l’esprit qui devait guider l’action du commissaire central chargé d’agir au nom de valeurs républicaines : attachement à la liberté, volonté, vertu, et foi dans la nouvelle République.21.

29C’est dans ce cadre légal que Crochon exerça ses fonctions de commissaire central. Originaire de Pont-Audemer, il dut venir s’installer à Évreux. Dans les locaux de l’administration centrale, il disposait d’un bureau et était assisté par un personnel composé de trois fonctionnaires : un chef nommé Boucher, un sous-chef et un expéditionnaire, tous chargés de préparer et de recopier l’abondante correspondance de Crochon avec ses nombreux interlocuteurs : commissaires cantonaux, municipalités de canton, commissaires des départements voisins, ministre de l’Intérieur et ministre de la Police générale... Au début de son mandat, comme les membres de l’administration départementale, Crochon dirigeait un des bureaux, le quatrième, chargé plus spécialement des émigrés. Une situation assez surprenante puisque le commissaire se trouvait en quelque sorte impliqué dans la gestion menée par l’administration centrale alors qu’il aurait dû conserver une position extérieure lui permettant de surveiller l’action des administrateurs départementaux.

  • 22 Sylvie Denys-Blondeau, « Aspects de la vie politique de l'Ouest intérieur à l’époque de la transiti (...)

30Crochon assistait aux séances de l’administration centrale mais en cas d’absence, l’un des administrateurs exerçait temporairement les fonctions de commissaire. Au cours des réunions de l’administration départementale, il présentait parfois un rapport, s’exprimait sur les délibérations toujours prises après avoir « ouï le commissaire du Directoire exécutif » et, régulièrement, Crochon signait les registres. De même, le commissaire central cosignait les circulaires élaborées en concertation avec l’administration départementale mais il ne publiait pratiquement pas de documents qui lui étaient propres comme cela se pratiquait dans d’autres départements à l’occasion d’événements importants. Comme le rapporte Sylvie Denis-Blondeau, dans l’Orne, « à intervalles réguliers, une grande circulaire [du commissaire central] vient affirmer la ligne générale22 ».

31S’il surveillait les administrateurs du département comme le lui recommandait la loi, le commissaire Crochon ne les critiqua jamais publiquement, faisant corps avec l’administration centrale. Celle-ci le lui rendit bien en se solidarisant spontanément avec son commissaire lorsque celui-ci fut attaqué, une première fois en pluviôse an V (février 1797) puis par le Bulletin de l’Eure, après Fructidor. Les administrateurs et le commissaire traversèrent ensemble et solidairement les crises qui risquaient de tous les mener à la destitution.

1. Les interlocuteurs

  • 23 ADE, 7 L 12.
  • 24 Ibid., 7 L 9.
  • 25 Ibid.
  • 26 AN, F1 c III Eure 12.
  • 27 ADE, 7 L8.
  • 28 Ibid., 7 L 6.

32Principale autorité administrative du département, le commissaire Crochon se trouvait à la tête d’un réseau de 62 commissaires cantonaux qui, pour beaucoup, lui devaient leur nomination : en brumaire an IV (novembre 1795), leur désignation par le Directoire s’était faite le plus souvent sur proposition de Crochon. Le commissaire cantonal constituait donc un interlocuteur privilégié auprès du commissaire central à qui il devait rendre compte régulièrement de l’état du canton. Lors des destitutions, le commissaire central proposait des remplaçants le plus souvent nommés par lui, même si certains membres de la députation s’efforçaient, de leur côté, d’avancer des noms et de peser sur les décisions du ministre de l’Intérieur. Malheureusement, ces commissaires cantonaux se révélaient souvent défaillants et le commissaire central ne manquait pas de leur adresser des critiques. À certains, il reprocha de ne pas bien saisir leur rôle auprès de la municipalité cantonale, comme cela a été vu précédemment. Au commissaire de Rugles, Chevrier, qui contestait ses décisions, il répliqua sèchement : « Cessez de commenter mes ordres ; je sais ce que je dois faire23. » D’autres commissaires cantonaux négligents furent réprimandés pour ne pas avoir assisté régulièrement aux séances de la municipalité cantonale, comme celui de La Barre-en-Ouche qui ne s’y rendait que deux à trois fois par mois24. Crochon rappela également à l’ordre des commissaires ne l’informant pas au sujet d’incidents se déroulant dans leur canton. Le commissaire central se trouvait alors démuni lorsqu’un ministre, informé par une voie détournée – un parlementaire ou des militants néo-jacobins – l’interrogeait. Au commissaire de Bernay, il écrivait : « Des vols et des assassinats ont lieu dans le canton. Vous devez m’en instruire. Il faut que je l’apprenne par le journal de Touquet25. » Souvent, les commissaires cantonaux tardaient à répondre au courrier. Ainsi le 24 nivôse an VI (13 janvier 1798), alors qu’il avait « écrit circulairement » aux soixante-deux commissaires de canton, il ne disposait que de dix-sept « états particuliers » un mois après26. Plus généralement, Crochon se plaignait du manque de volonté, du peu d’énergie et de l’absence d’initiative de certains commissaires cantonaux. Aussi, le 16 ventôse au VI (6 mars 1798), adressait-il une lettre de reproches et d’encouragements à Fouquet, commissaire du canton de Canappeville27. Heureusement, nombre de commissaires cantonaux donnaient satisfaction comme Ramier, nommé à Ivry à qui Crochon écrivait le 18 floréal an IV (7 mai 1796) : « Vous méritez ma confiance entière : c’est donc à vous que je m’adresse pour obtenir les renseignements capables de tranquilliser le ministre28. »

  • 29 Ibid., 7 L 13.
  • 30 Ibid., 7 L 6.

33Les commissaires cantonaux ne constituaient pas les seuls interlocuteurs de Crochon. Parfois, il s’adressait aux municipalités de canton afin d’inciter les agents à accepter les fonctions auxquelles ils avaient été élus, afin d’obtenir des propositions en cas de remplacement d’administrateurs destitués ou pour obtenir des renseignements sur certains agents. Et que de rappels à l’ordre à des municipalités négligentes oubliant de renvoyer des documents, des tableaux administratifs ! Le commissaire central s’efforçait encore de régler les conflits pouvant naître au sein des municipalités cantonales. D’une manière générale, Crochon tentait d’apaiser les tensions, de prêcher l’union et la conciliation dans ces instances. Par exemple, à Bourgtheroulde, dans l’ancien district de Pont-Audemer, où le secrétaire en chef était source de division, le commissaire central incitait les administrateurs « à retrouver l’union, la paix et la tranquillité » et à « faire taire les petits ressentiments, les petites passions29 ». Parfois le commissaire Crochon correspondait avec des personnalités extérieures au département, le plus souvent ses collègues des départements voisins, de l’Orne ou du Calvados, particulièrement au sujet des questions de maintien de l’ordre30.

  • 31 AN, F1 c III Eure 7 et F1 c III Eure 8.

34Bien entendu, en tant que représentant du pouvoir central, Crochon entretenait une correspondance suivie avec les ministres de l’Intérieur et de la Police générale. Il s’adressait également au Directoire, lorsqu’il se savait mis en cause. Conformément au décret du 21 fructidor an III (7 septembre 1795), le commissaire central du département de l’Eure était tenu d’adresser à Paris des « rapports décadaires », mais nous n’en avons pas trouvé trace aux Archives nationales31. Ont-ils été perdus ? Peut-être Crochon préférait-il se dispenser de cette tâche. Une telle attitude n’était pas isolée. Bernard Gainot note en effet :

  • 32 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du D (...)

Certains commissaires sont complètement silencieux, et n’envoient pas de rapports. Négligence ? Incompétence ? Ou bien prudence d’un fonctionnaire qui sait bien que, dans l’état objectif de la circulation des informations à cette époque, le silence [...] est le meilleur instrument de la durée32.

35Comme tous les commissaires centraux, Crochon entretenait des relations suivies avec la députation du département. Exceptés les députés élus en l'an V, « fructidorisés », il semble avoir eu de bons rapports avec la plupart des parlementaires qu’il avait fréquentés depuis le début de la Révolution, partageant avec eux les mêmes convictions. Beaucoup avaient, comme lui, opté pour le fédéralisme (Lecerf, Eudes, Ledanois) ou étaient des modérés (Topsent). Les relations étaient sans doute plus étroites entre Crochon et Eudes, étant donnés les liens familiaux qui les unissaient ; en revanche, il entretenait des rapports plus conflictuels avec Thomas Lindet, élu aux Anciens. Les désaccords nés lors de la crise fédéraliste perduraient et Crochon n’appréciait pas l’engagement néo-jacobin du député eurois qui proposait souvent ses propres candidats pour remplacer les administrateurs ou les commissaires destitués.

36Les néo-jacobins, Crochon cherchait à s’en démarquer, comme des royalistes. C’était un « homme politique libéral », adepte du juste milieu. Sa position fut assez bien définie dans une lettre adressée le 11 germinal an V (31 mars 1797) à Hébert, commissaire près de la municipalité de la commune des Andelys :

  • 33 ADE, 7 L 7.

Les Jacobins seuls ne sont pas à redouter dans ce moment. Je n’en suis pas plus le partisan que vous. [...] Je ne dois pas vous laisser ignorer que vous êtes désigné ainsi que moi sous la dénomination de jacobin et cependant nous ne le sommes ni l’un ni l’autre dans le sens odieux qu’elle présente. Il importe aujourd’hui plus que jamais de ne pas prendre le change et de marcher invariablement sur la ligne constitutionnelle et de surveiller très exactement quiconque cherche à s’en écarter et tente de l’effacer entièrement, de quelque masque qu’il se couvre et quelle que soit la livrée qu’il affiche33.

2. Les domaines d'activités

37Affirmer « invariablement la ligne constitutionnelle », quelle était la signification concrète de cette voie dans l’action quotidienne du commissaire central ? Quel était son champ d’action ? La lecture de sa correspondance donne un peu l’impression que Crochon s’occupait de tout. Avec des dominantes : le maintien de « l’esprit public » et la préparation des élections, les relations avec les municipalités cantonales, l’attachement au symbolisme républicain et les questions militaires.

  • 34 Ibid., 7 L 12.

38Pour défendre « l’esprit public », Crochon demandait fréquemment des renseignements à ses commissaires, souhaitant être informé tout à la fois sur les rassemblements royalistes ou « anarchistes ». Concernant les élections, le commissaire central reprenait le plus souvent les messages du Directoire et s’exprimait de concert avec l’administration centrale. Crochon alertait souvent les commissaires cantonaux au sujet des réquisitionnaires et des déserteurs. Régulièrement, il invitait les municipalités cantonales à faire conduire à Évreux des conscrits et demandait l’arrestation « des lâches qui abandonnent leur drapeau34 ». La défense du symbolisme républicain tenait une place importante dans la correspondance du commissaire central. Il invitait régulièrement à la replantation des arbres de la Liberté détruits par les chouans. Comme nous le verrons plus loin, la médiocre organisation des fêtes civiques était fréquemment reprochée aux administrations municipales de même que le non-respect du décadi ou les sonneries de cloches. Crochon se préoccupait également des émigrés et des prêtres réfractaires. Il est vrai qu’au lendemain de sa nomination, il se trouvait responsable du bureau des émigrés dépendant de l’administration centrale. Répercutant les ordres du Directoire, après Fructidor, il incitait dans sa correspondance à procéder à l’arrestation des prêtres réfractaires « fanatiques » ou surveiller les anciens nobles. Les subsistances constituaient également une rubrique sur laquelle intervenait régulièrement le commissaire central. Dans ses courriers, il n’hésitait pas à aborder d’autres questions très variées : lutte contre la dévastation des bois ou remise en culture des terres abandonnées.

  • 35 Ibid., 9 L 3.

39Crochon ne se contentait pas de rédiger lettres ou rapports et d’envoyer des courriers, il se rendait souvent en personne dans les différents cantons afin de mieux évaluer la situation. Il mettait ainsi en pratique l’instruction du 12 frimaire an IV (3 décembre 1795) incitant les commissaires centraux à voyager dans leur département. Crochon entreprit donc assez souvent des visites dans le département. Comme cela a été vu, le 10 pluviôse an IV (30 janvier 1796), il partit avec une mission militaire dirigée par le général Martin pour traquer les chouans dans les cantons de La Barre, La Neuve-Lyre et Conches. La mission fut assez longue puisqu’elle dura un mois. Plus tard, en messidor an IV (juin 1796), il se rendit à Verneuil afin de réorganiser cette ville après les incidents de vendémiaire an IV (septembre 1795). Le 28 frimaire an V (r8 décembre 1796), Crochon entreprit une tournée dans l’ancien district des Andelys puis, à partir du 11 nivôse an V (31 décembre 1796), toujours préoccupé par le maintien de l’ordre, il se rendit dans les anciens districts de Pont-Audemer et de Bernay, tout particulièrement dans les cantons limitrophes du Calvados d’où arrivaient les « brigands35 ». Le 9 nivôse an VI (29 décembre 1797), le commissaire central entreprit un nouveau voyage dans les « ci-devant » districts de Louviers, Bernay et Pont-Audemer. Il se déplaça également plusieurs fois à Paris pour rencontrer les ministres et les directeurs notamment après le r8 Fructidor, à l’occasion de son conflit avec le journaliste Touquet.

40Tout à la fois homme de terrain et bureaucrate, Crochon ne se considérait pas comme une sorte de « successeur » des représentants en mission, chargé de « régénérer » son département ; il se voyait avant tout en gestionnaire, marchant dans les pas de l’administration centrale sans éprouver le besoin d’affirmer sa position dominante et d’adresser des proclamations enflammées aux citoyens de l’Eure. Ce qui ne l’empêchait pas d’être pétri d’ambition et d’aspirer à la députation. L’homme qui avait échoué en 1792 lors des élections à la Convention, puis avait été sévèrement battu aux Cinq-Cents lors des élections de l’an V, aspirait à prendre sa revanche.

  • 36 Ibid., 7 L 6.

41En attendant, Crochon s’efforçait de poursuivre son chemin, fidèle à un régime qui prétendait rompre définitivement avec l’Ancien Régime tout en récusant l’épisode terroriste. Ce franc-maçon sincèrement républicain, conscient d’être engagé dans un processus révolutionnaire n’ayant pas encore abouti, savait faire preuve de détermination. Au commissaire de Fontaine-sous-Jouy, il écrivait le 7 ventôse an IV (26 février 1796) : « Nous sommes embarqués sur le vaisseau de la République. Il faut que nous restions à la manœuvre jusqu’à ce que nous soyons rendus au port. Alors, il sera permis de demander du repos36. » Par tempérament, Crochon était un homme du juste milieu, foncièrement hostile aux royalistes mais également effrayé par les audaces néo-jacobines. Recherchant la conciliation plutôt que l’affrontement, plus soucieux de bonne gestion administrative que d’action politique, il appartenait à cette catégorie de commissaires « enclins au compromis » dont parle Bernard Gainot :

  • 37 Bernard Gainot, « La province au crible des rapports des commissaires centraux du Directoire », Ann (...)

Leur préoccupation première est la conciliation entre ordre public et esprit public, ce qui implique un mode de gestion du conflit local fondé sur le compromis avec les cadres sociaux traditionnels, sur la transaction. Compromis que leurs adversaires assimilent bien vite à la compromission avec les ennemis de l’État républicain, voire à la complicité avec les fauteurs de troubles et les brigands37.

42C’est exactement ce qui arriva à Crochon lorsqu’il fut pris à partie dans le Bulletin de l’Eure.

C. Premières attaques contre Crochon et l'administration centrale

43Les critiques de Touquet ne débutèrent véritablement qu’en fructidor an V (août 1797) mais dès pluviôse (février 1797), la situation politique de l’Eure en l’an V fut évoquée par les instances nationales et son commissaire mis en cause. Le département était-il gangrené par les royalistes ? Les prêtres réfractaires pouvaient-ils y célébrer le culte sans difficultés ? Et surtout l’administration centrale et le commissaire du pouvoir exécutif agissaient-ils de façon suffisamment vigoureuse afin de redresser la situation et d’améliorer « l’esprit public » ?

1. Première alerte

  • 38 Bulletin de l’Eure, no 3 du 9 ventôse an V (27 février 1797).

44Dans sa séance du 29 pluviôse an V (17 février 1797), le Conseil des Cinq-Cents évoqua la situation politique de l’Eure. Cochon de Lapparent, ministre de la Police générale avait fourni à l’assemblée 65 pièces concernant le département. Parmi celles-ci aurait figuré un mémoire du commissaire Crochon très pessimiste sur l’état de « l’esprit public » dans l’Eure. Cette information fut reprise dans plusieurs journaux nationaux ainsi que dans Le Bulletin de l’Eure38. Crochon opposa le démenti le plus formel à cette information dans une circulaire du 7 ventôse an V (25 février 1797). Selon lui, il s’agissait d’un faux, le document communiqué au Conseil des Cinq-Cents n’était pas son œuvre mais un rapport du ministre sur l’esprit public du département de l’Eure. Qui était le faussaire ? Qui en voulait à Crochon pour lui attribuer ce document ? Et de qui ce dernier tenait-il les informations ? Vraisemblablement Touquet n’était pas à l’origine de cette manœuvre, en effet à cette époque, il se contentait de rapporter les faits sans adresser de critiques au commissaire et à l’administration centrale.

45À son tour, l’administration centrale du département réagit. Ce même 7 ventôse an V (25 février 1797), elle publiait une déclaration solennelle démentant « les assertions injurieuses et mensongères présentées au Corps législatif et au Gouvernement ». On pouvait y lire : « Ce département a été présenté sous des couleurs défavorables et comme renfermant tous les germes de la rébellion et tous les caractères de l’aversion la plus prononcée contre le Gouvernement républicain. » Les administrateurs soulignaient ensuite que les citoyens de l’Eure payaient convenablement leurs contributions et participaient à l’emprunt forcé. Selon eux, le brigandage ne sévissait pas davantage dans l’Eure que dans le reste du pays, et ils réclamaient la peine de mort contre les brigands afin « d’arrêter ce torrent dévastateur qui menace l’ordre social d’une dissolution entière ». L’action des prêtres non-jureurs était minimisée : « Les réfractaires sont en petit nombre presque tous vieillards et infirmes ». Quant à l’approche des élections, « elle ne fait point présager d’orages » selon les administrateurs de l’Eure. La déclaration se terminait ainsi :

  • 39 ADE, 5 L 3 et 229 L 16.

Le Corps législatif et le Gouvernement peuvent compter sur le dévouement de l’Administration centrale, qui constante dans sa marche, invariable dans ses principes, n’a d’autre but que l’anéantissement de toutes les factions et l’affermissement de la Constitution républicaine de l’an 3 [...], et qui croit servir davantage la chose publique et le gouvernement par une administration paternelle et ces moyens doux qui rendent les lois aimables, qu’en créant des périls imaginaires et, en aliénant par des mesures de rigueur, des esprits qu’il importe d’attacher à la République39.

  • 40 Bulletin de l’Eure, no 5 du 19 ventôse an V (9 mars 1797).

46Cette déclaration fut reprise dans le journal de Touquet40.

  • 41 AN, F1 b II Eure 2.

47Un mois plus tard, le 7 germinal an V (27 mars 1797), l’administration centrale, « surprise par les inquiétudes du ministre de l’Intérieur sur la situation politique » du département, cherchait à rassurer le gouvernement au sujet de « l’esprit public41 ». Les administrateurs de l’Eure reconnaissaient toutefois avoir des problèmes avec une administration municipale (celle du canton rural d’Évreux) tandis que d’autres manquaient d’activité. Étaient également signalés des incidents dans plusieurs assemblées primaires, des brigandages, des menaces contre des acquéreurs de biens nationaux et la présence de « vagabonds et de déserteurs » dans la forêt de Breteuil.

48Les administrateurs se défendaient fort mal car leur pronostic quant aux élections n’allait pas s’avérer très juste et, en signalant un certain nombre de faits relatifs au brigandage, ils accréditaient la thèse du ministre de l’Intérieur. Enfin, en préconisant « une administration paternelle » et des « moyens doux », l’administration centrale reconnaissait à demi-mots faire preuve de manque de résolution face aux adversaires du régime directorial.

2. La municipalité d'Évreux, cible du Bulletin de l'Eure

  • 42 Bulletin de l’Eure, no 23 du 19 prairial an V (7 juin 1797).
  • 43 Ibid., no 14 du 4 floréal an V (23 avril 1797).

49Le Bulletin de l’Eure continuait à préconiser l’union de tous les républicains contre les royalistes et rendait compte sans la critiquer de l’action de l’administration centrale et de celle du commissaire Crochon. S’il épargnait les administrateurs départementaux, le journaliste ne se privait pourtant pas de polémiquer, suscitant la haine de ses adversaires. Ainsi Touquet fut-il traité de « vil folliculaire à la plume venimeuse42 » et, en floréal an V (mai 1797), courut le bruit de son départ pour Paris où l’appelait une fonction publique, rumeur vite démentie par l’imprimeur43.

  • 44 Ibid., no 32 du 1er thermidor an V (19 juillet 1797).

50La municipalité d’Évreux devint bientôt la cible du journal néo-jacobin qui lui reprochait notamment son rôle dans l’organisation des fêtes civiques. Ainsi, selon le journal, le 14 juillet, le seul orateur « s’est déchaîné contre la terreur et a fini par menacer les Jacobins de la vengeance des honnêtes-gens44 ». Quelques jours plus tard, le 9 Thermidor avait donné lieu à une célébration solennelle tandis que le lendemain, la fête du 10 était passée sous silence. De plus, se jouaient à Évreux des pièces contre-révolutionnaires, notamment Les suspects et, au cours de la représentation, les royalistes ne s’étaient pas gênés pour lancer des : « Vive Louis ! »

  • 45 Ibid., no 48 du 3 fructidor an V (20 août 1797).

51L’article de Touquet lui valut d’être convoqué par les autorités municipales à la maison commune où son « journal dégoûtant qui n’est presque pas lu » fut dénoncé. Ayant annoncé que, le 10 août, la Garde nationale avait couvert les airs patriotiques par des roulements de tambour, le journaliste fut assigné devant le tribunal correctionnel d’Évreux ; il était poursuivi par Pierre Debonneville, commandant de la Garde nationale d’Évreux45.

  • 46 Ibid., no 41 du 29 thermidor an V (16 août 1797). Pour la première fois, Touquet écrit « honnêtes z (...)

52Touquet était défendu par son ami Guy Chaumont-Quitry, avocat. Ce procès ne donna pas lieu à condamnation mais le journaliste fut invité à plus de circonspection. Il estima que toutes ces menaces visaient à l’intimider et à donner satisfaction aux « honnêtes zens46 ».

53L’administration centrale avait son mot à dire quant à l’organisation des fêtes civiques au chef-lieu et les critiques adressées à la municipalité d’Évreux au sujet de l’organisation de ces cérémonies commémoratives, constituaient une mise en cause implicite des administrateurs départementaux et du commissaire central. Bientôt, la critique devint plus précise et le Bulletin de l’Eure commença à s’en prendre à l’administration centrale et à Crochon.

Notes

1 ADE, 5 L 4.

2 Bulletin de l’Eure, no 27 du 9 messidor an V (27 juin 1797).

3 Au XVIIIe siècle, un moulin à tan se trouvait le long de cette allée des Quinconces dont le nom venait de la plantation des arbres situés le long de la voie. Il existe aujourd’hui une rue des Quinconces, allant de l’hôpital psychiatrique à la place de Navarre.

4 Bulletin de l’Eure, no 54 du 15 fructidor an V (2 août 1797).

5 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux (1740-1830), op. cit.

6 ADE, 5 L 4.

7 La clef du cabinet des souverains, no 160 du 10 messidor an V (28 juin 1797).

8 Le Messager du soir, no 289 du 19 messidor an V (7 juillet 1797).

9 Journal des Hommes libres, no 47 du 17 messidor an V (5 juillet 1797).

10 Bulletin de l’Eure, no 27 du 9 messidor an V (27 juin 1797).

11 Un exemplaire de ce supplément est conservé dans la bibliothèque du musée Canel de Pont-Audemer.

12 Bulletin de l’Eure, no 47 du 1er fructidor an V (18 août 1797).

13 Le Bulletin de l'Eure, no 82 du 7 brumaire an VI (28 octobre 1797).

14 Ibid.

15 AM Évreux, 3 D 9.

16 Bulletin de l’Eure, no 29 du 19 messidor an V (7 juillet 1797).

17 ADE, 5 L 4.

18 Bulletin de l’Eure, no 82 du 7 brumaire an VI (28 octobre 1797). Touquet se trompait : le candidat arrivé en second derrière Herpin était Chanoine et non Beuzelin.

19 Jacques Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l’Empire·, op. cit., p. 471.

20 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du Directoire », Cahiers du laboratoire collectivités locales, no 3, série histoire, Presses universitaires d’Orléans, 2003, p. 92.

21 Michel Biard, Les Lilliputiens de la centralisation, des intendants aux préfets : les hésitation d’un modèle français, Paris, Champ-Vallon, 2007, p. 245.

22 Sylvie Denys-Blondeau, « Aspects de la vie politique de l'Ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale », Le Pays Bas-Normand, nos 2-3,1997, p. 82.

23 ADE, 7 L 12.

24 Ibid., 7 L 9.

25 Ibid.

26 AN, F1 c III Eure 12.

27 ADE, 7 L8.

28 Ibid., 7 L 6.

29 Ibid., 7 L 13.

30 Ibid., 7 L 6.

31 AN, F1 c III Eure 7 et F1 c III Eure 8.

32 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du Directoire », art. cité, p. 101.

33 ADE, 7 L 7.

34 Ibid., 7 L 12.

35 Ibid., 9 L 3.

36 Ibid., 7 L 6.

37 Bernard Gainot, « La province au crible des rapports des commissaires centraux du Directoire », Annales historiques de la Révolution française, no 4, 2002, p. 143-158., p. 135-142.

38 Bulletin de l’Eure, no 3 du 9 ventôse an V (27 février 1797).

39 ADE, 5 L 3 et 229 L 16.

40 Bulletin de l’Eure, no 5 du 19 ventôse an V (9 mars 1797).

41 AN, F1 b II Eure 2.

42 Bulletin de l’Eure, no 23 du 19 prairial an V (7 juin 1797).

43 Ibid., no 14 du 4 floréal an V (23 avril 1797).

44 Ibid., no 32 du 1er thermidor an V (19 juillet 1797).

45 Ibid., no 48 du 3 fructidor an V (20 août 1797).

46 Ibid., no 41 du 29 thermidor an V (16 août 1797). Pour la première fois, Touquet écrit « honnêtes zens » au lieu d’« honnêtes gens ». Il utilisera ensuite fréquemment cette expression ironique.

Table des illustrations

Légende Figure 7 – Jean-Gabriel Jan d’Hauterre élu député aux Anciens en l'an VI, ADE, 21 Fi 986.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search