Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IIIe Partie. Élections et luttes politiques (Germinal an V - Germinal an VI)

Chapitre VIII. La réaction de l'an v

Texte intégral

1Après un an et demi de fonctionnement chaotique du régime directorial, les élections de l’an V constituaient un enjeu essentiel pour l’avenir du régime. Le Directoire allait-il réussir trouver un soutien dans le pays ? Après la conjuration des Égaux et l’épuration antijacobine menée à l’occasion de la répression anti-babouviste, le régime issu de la Constitution de l’an III fut tenté de s’appuyer sur la droite royaliste mais celle-ci était divisée entre royalistes purs ou « jacobins blancs » souhaitant revenir à l’Ancien Régime et « monarchistes constitutionnels » admettant 1789. Une partie des royalistes, écartant la voie militaire, s’étaient ralliés à l’utilisation de moyens légaux pour investir les institutions républicaines. Les adeptes de la voie parlementaire allaient-ils réussir à se faire élire dans le cadre de la Constitution de l’an III pour mieux la détruire ? Le Bulletin du département de l’Eure ne s’y trompait pas. Dès le no 3 du 5 nivôse (25 décembre 1796), le journaliste lançait un Appel aux patriotes : « Les assemblées primaires approchent. Perdrons-nous le fruit de sept ans de travaux et de sacrifices ? Un nouveau cours de la Révolution s’ouvrira-t-il au 1er germinal ? ».

A. La préparation de la consultation électorale

2Par rapport à celui de l’an IV, le dispositif électoral de l’an V comportait une innovation : l’établissement de listes de candidatures. En effet, pour cette consultation, fut appliquée la loi électorale du 25 fructidor an III (11 septembre 1795), œuvre de Daunou, qui précisait à son article 1 du titre III : « Durant le mois de nivôse [décembre-janvier], chaque citoyen a le droit de se faire inscrire lui-même, ou de faire inscrire ceux de ses concitoyens qu’il juge à propos, sur la liste des candidats [...] pour une ou plusieurs des fonctions qui sont à remplir dans le mois de germinal [mars-avril] suivant. » À l’occasion du premier renouvellement par tiers des Conseils fut donc mise en œuvre l’expérience des candidatures déclarées.

  • 1 Malcolm Crook, « Le candidat imaginaire ou l’offre et le choix dans les élections de la Révolution (...)
  • 2 ADE, 212 L 7.
  • 3 AM Évreux, 1 K 116.

3Comme le note Malcolm Crook1 « malheureusement, les candidatures de l’an V ne laissent pas souvent de traces aux archives ». Dans le département de l’Eure, seuls deux registres comportant une liste de candidats ont été retrouvés. Dans les papiers de l’administration cantonale de Montfort-sur-Risle2 figure une liste de vingt candidats aux « fonctions dont la nomination appartient aux assemblées primaires, communales et électorales ». Nous y avons trouvé essentiellement des notables du canton, mais aussi Crochon, le commissaire central. À Évreux-ville, le registre3 destiné à recevoir l’inscription des candidats est beaucoup plus complet : il comporte six pages où figurent 154 noms classés selon les différentes fonctions à pourvoir.

  • 4 ADE, 11 L 2.

4Une fois établies, ces « listes des candidats inscrits pour les fonctions dont l’élection appartient aux assemblées électorales » devaient être adressées par les administrations cantonales au département mais quinze administrations cantonales seulement firent parvenir leurs listes et encore n’avaient-elles pas fait la distinction entre les candidatures relevant des assemblées communales et primaires et celles concernant l’assemblée électorale4. Comment dans ces conditions assurer la publication de la liste entre le 20 et le 25 pluviôse comme le recommandait la loi ? L’administration centrale incitait donc les municipalités cantonales à envoyer « sur le champ les listes où sont inscrits les candidats proposés pour les fonctions dont la nomination appartient à l’assemblée électorale ».

  • 5 AN, AF III 154.

5À côté des « royalistes absolutistes » qui souhaitaient le rétablissement de la monarchie d’Ancien Régime, des « monarchistes constitutionnels » regroupés autour du club de la rue de Clichy avaient choisi la voie électorale. Pour eux, les élections de l’an V allaient être déterminantes car ces royalistes modérés pensaient obtenir la majorité dans les Conseils. Ils se lancèrent dans une véritable campagne électorale par l’intermédiaire d’un réseau d’instituts philanthropiques. Dans l’Eure, nous n’avons pas trouvé trace de cet organisme avant la consultation électorale. En revanche, quelques mois après le 18 Fructidor, 70 personnes domiciliées en Eure-et-Loir et dans le sud du département de l’Eure furent arrêtées5. Le ministère de la Police générale les accusait d’être membres de « l’association royale connue sous le nom d’Institut Philanthropique », laquelle disposait de « grandes ramifications » dans les deux départements. Parmi eux, des notaires et plusieurs prêtres. Tout laisse donc à penser qu’un institut philanthropique mena une action souterraine importante dans l’Eure.

  • 6 ADE, 218 L 1.

6Sans soutenir explicitement les candidats royalistes, certaines administrations cantonales appelèrent à barrer la route aux militants néo-jacobins. Dès le mois de nivôse an V (décembre 1796), elles lancèrent des appels à s’inscrire sur le registre civique en vue des élections de germinal. Pour ces administrateurs, il ne s’agissait pas d’abord de favoriser la participation électorale mais de faire désigner des électeurs modérés en agitant le spectre de la période terroriste. Constatant le nombre limité d’inscriptions sur le registre civique, l’administration du canton rural de Pont-Audemer diffuysa le 11 nivôse an V (31 décembre 1796) une proclamation intitulée L’Administration municipale du canton à ses concitoyens. Dénonçant l’apathie de bon nombre d’entre eux, les administrateurs leur rappelaient le « code anarchique de 93, l’espoir d’une faction pour qui dominer et piller sont des besoins réels » poursuivant sur un ton extrêmement véhément : « Considérez encore ces horribles boucheries, ces carnages épouvantables, autorisés pendant deux ans et légalisés par des Tribunaux organisés et dirigés par un monstre anthropophage6. »

7À son tour, l’administration départementale incita les citoyens à s’inscrire sur les registres civiques. Le 15 nivôse an V (4 janvier 1797), dans son adresse à ses administrés, le ton était bien différent : « Germinal approche. Sans doute vos cœurs palpitent de plaisir et d’espérance, à la vue de cette époque auguste où le Peuple doit exercer sa souveraineté, en nommant ses représentants et ses magistrats... » Cet appel fut renouvelé le 1er pluviôse an V (20 janvier 1797) et l’administration centrale répercuta dans le département les proclamations du Directoire en vue des assemblées primaires et des assemblées électorales, hostiles à la « malveillance » et incitant les citoyens à choisir des « hommes fermement dévoués au maintien de la constitution de l’an III ». Ensuite, les administrateurs départementaux firent diffuser 550 exemplaires d’une brochure intitulée L’électeur honnête homme, à ses collègues. Ces appels de l’administration centrale furent publiés par le Bulletin de l’Eure. Dans son no 4 du 11 nivôse an V (31 décembre 1796) le journal républicain exprima son inquiétude car, à Évreux, venait d’être diffusé un libelle royaliste intitulé Adresse aux gens de bien de tous les départements.

  • 7 Hommes de petite taille.

8Le Bulletin lança un nouvel appel dans son no 7 du 29 pluviôse an VI (ou an V) (9 février 1797) (ou 1796) : « Germinal s’avance à grand pas ; et comme vendémiaire, il s’annonce par les provocations des divers partis. Les amis du Gouvernement sont en ce moment les plus silencieux mais le temps arrive où ils doivent prendre l’attitude imposante qui leur convient. » Renvoyant dos à dos les royalistes et les anarchistes, le journaliste appelait à battre les deux factions : « Bons citoyens, Amis de la Patrie, vous qui voulez la République, la Constitution de l’An III et point de nouvelles révolutions [...], réunissez-vous en assemblées primaires [...]. Vous écraserez ces Pygmées orgueilleux, et la masse imposante et redoutable que vous formerez pulvérisera ce ramas de Myrmidons.7 » Dans le premier numéro de sa nouvelle série intitulée le Bulletin de l’Eure, Touquet publia le 29 pluviôse an V (17 février 1797) un appel aux « vrais amis du Gouvernement », leur annonçant qu’un vaste complot royaliste avait été découvert. Enfin dans le no 7 du 29 ventôse V (19 mars 1797), le Bulletin reprenait un appel de La Sentinelle s’adressant aux acquéreurs des biens nationaux et leur rappelant qu’il était de leur intérêt d’écarter « les ennemis de la constitution républicaine, qui seule, garantit vos acquisitions ».

  • 8 ADE, 11 L 1.
  • 9 Ibid., 30 L 8.

9Les propriétaires de domaines nationaux étaient également mis en garde par Louis-Marie Turreau, dans sa brochure non datée de seize pages intitulée Aux électeurs du département de l’Eure, publiée sur les presses de l’imprimerie d’Abel Lanoë et des frères Chaumont. Selon l’ancien maire de Conches, posséder un bien national devait constituer « une des conditions indispensable d’éligibilité » mais il se méfiait des « acquéreurs récents se livrant à un trafic pour s’enrichir ». Il en appelait aux « hommes qui ont fait la révolution, aux républicains énergiques » et appelait les membres des assemblées primaires à se méfier des « honnêtes gens8 ». De son côté, l’administration centrale diffusa trois cents exemplaires d’une adresse « pour raviver l’esprit public et tranquilliser les acquéreurs de biens nationaux9 ».

10À son tour, l’administration municipale du canton rural d’Évreux prit position à la veille des élections. Le 14 ventôse an V (4 mars 1797), elle publia une adresse à ses administrés. Signée de son président, Alexis Riquet, imprimée et placardée dans les vingt communes du canton, elle comportait le passage suivant : « En ce jour [le 1er germinal], le peuple français a le droit d’être debout et d’exercer sa souveraineté pour élire ses représentants. » Les auteurs de la proclamation souhaitaient encore la fin de « la dépravation des mœurs qui augmente de jour en jour » en rétablissant.

  • 10 ADE, 200 L 3.

l’exercice efficace du culte qu’exerçaient nos ancêtres, par la pratique des préceptes de l’Évangile, le seul livre qui contienne la plus sublime et la plus pure morale qu’on puisse enseigner et qui seul convient aux habitants des campagnes comme étant portée de leur esprit naturel analogue à leurs goûts et à leurs habitudes10.

  • 11 Article 25 : « Les membres du Corps législatif ne sont pas représentants du département qui les a (...)

11Rapidement, l’administration centrale réagit. Elle invita fermement l’administration du canton rural d’Évreux à rapporter cette proclamation. Pour justifier cette interdiction, les administrateurs du département avançaient uniquement des arguments juridiques : l’invitation faite aux citoyens de donner un mandat impératif aux membres du Corps législatif était contraire à l’article 52 de la Constitution11. Mais le contenu politique de la proclamation (critique de la politique fiscale du Directoire, allusion à la période terroriste, éloge du catholicisme) n’était aucunement critiqué. Dans son no 6 du 26 ventôse an V (14 mars 1797), Touquet, le rédacteur du Bulletin de l’Eure, signala l’annulation par l’administration centrale de cette proclamation inspirée selon lui par des prêtres :

Si elle n’eut été signée du procureur Riquet président de l’administration rurale, je l’aurais attribuée à quelques-uns de ces pieux fainéants accoutumés à vivre des offrandes des sots.

B. Des assemblées primaires souvent troublées

  • 12 AN, F 20 326.
  • 13 ADE, 200 L 8.
  • 14 Ibid., 181 L 10.

12104 assemblées primaires se réunirent le 1er germinal an V (21 mars 1797) dans le département de l’Eure. Certains cantons avaient été divisés en quatre, en trois ou dédoublés12. Nous ne disposons que de renseignements parcellaires sur les assemblées primaires. La participation fut assez variable selon les cantons. Rogue qui observait les assemblées du chef-lieu du département écrit : « Il y avoit longtemps que l’on n’avoit vu tant de monde aux élections. » Effectivement, à l’assemblée primaire du canton rural d’Évreux tenue à l’ancien grand séminaire, la participation fut presque de 30 % si nous nous référons au nombre de citoyens actifs de l’année précédente13. Ce taux fut de 23,22 % à Étrépagny et de 20,79 % à Beaumesnil14. Beaucoup d’assemblées primaires se déroulèrent sans incident mais ce ne fut pas partout le cas.

1. Des incidents

  • 15 AN, F1 c III Eure 1.
  • 16 Édouard Isambard, Histoire de la Révolution à Pacy-sur-Eure, op. cit.

13Certaines assemblées furent marquées par des irrégularités, dénoncées après coup. À Thiberville, La Barre-en-Ouche, Verneuil-campagne, un certain nombre d’habitants présentèrent des réclamations concernant l’attribution du droit de vote à plusieurs électeurs. À Nonancourt, des citoyens, constatant des erreurs dans le décompte des bulletins, contestèrent les opérations électorales comme à Harcourt et à La Croix-Saint-Leufroy. Parfois, les conflits politiques prirent un tour violent. Dans le canton de Damville, les « républicains » estimèrent que l’assemblée primaire avait été « dirigée par l’intrigue et la cabale », à Pacy, les « prêtres et ci-devant seigneurs ont dirigé le choix par la cabale et la violence ». Le procès-verbal constatait de graves irrégularités15 car « Les réunions furent envahies par des gens soudoyés armés de bâtons16 » et certains assistants en sont même venus aux mains !

14Dans certains secteurs de l’Eure, des pressions furent exercées afin de décourager les électeurs républicains. À Conches, au cours de la réunion de l’assemblée primaire, présidée par le royaliste Nouvel, les républicains furent menacés. D’ailleurs, certains d’entre eux avaient reçu un petit cercueil sur lequel était écrit : « Tombeau de Robespierre » et d’autres furent hués dans la rue. Dans le canton de Suzay, Cornu, tourneur demeurant à Richeville, dénonça les graves désordres intervenus au sein de l’assemblée primaire : injures proférées contre les acquéreurs de biens nationaux, « vociférations de prêtres fanatiques », participation d’un frère d’émigré et diffusion de « listes en forme de scrutin » avec noms des citoyens à élire. À Fontaine-sous-Jouy, l’assemblée primaire fut perturbée par des royalistes influencés par des prêtres.

  • 17 Bulletin de l’Eure, no 9 du 9 germinal an V (29 mars 1797).

15À Évreux, trois assemblées primaires eurent lieu : celle de la section du nord aux Ursulines, celle de la section du midi au tribunal criminel et enfin celle du canton rural à l’église du grand séminaire. Les deux assemblées de la ville désignèrent huit électeurs et le canton rural, trois. Selon Nicolas Rogue dans son Journal d’un Bourgeois d’Évreux, la participation fut importante afin de barrer la route aux anciens jacobins : « Tout le monde s’y porta afin de ne pas laisser nommer électeur aucun des terroristes qui menaçoient que leur règne allait revenir. » Le Bulletin de l’Eure signalait d’ailleurs dans son no 11 du 19 germinal an V (8 avril 1797) qu’une « faction a dominé les assemblées primaires d’Évreux et des environs : c’est une vérité que les Factieux eux-mêmes ne se sont pas donnés la peine de dissimuler ». Selon le journal républicain17, au cours de l’assemblée primaire intra-muros d’Évreux (no 37), un vif incident éclata entre Francastel, ex-conventionnel et Debonneville « ex-général » qui devait se conclure par un duel au pistolet.

  • 18 ADE, 214 L 2.

16Au Neubourg, Dupont, commissaire cantonal, faisant le bilan des élections, constatait le mauvais état de « l’esprit public ». Il écrivait en effet le 14 germinal an V (3 avril 1797) : « Les amis de l’Ancien Régime espèrent un prompt changement. Jusqu’ici, ils avaient dédaigné les assemblées primaires, les assemblées communales. Cette année, ils s’y sont rendus. » Il a vu les « honnêtes gens » cherchant à éliminer les acquéreurs de biens nationaux et les « les patriotes appelés buveurs de sang18 ». Dupont mettait en cause le rôle de certains prêtres et laissait entendre que des journaliers avaient sans doute été soudoyés avant la consultation électorale.

2. Une riposte trop tardive

  • 19 AN, F18 15.

17Sans doute inquiète des informations remontant des assemblées primaires, l’administration centrale décida de diffuser une publication destinée à améliorer « l’esprit public ». Le 18 germinal an V (7 avril 1797), elle fit imprimer une brochure dont le texte lui avait été remis par un citoyen anonyme et qui portait ce titre : Conversation entre Ariste, retenu chez lui par la maladie et Gros-René son fermier, revenant de l’Assemblée primaire19. L’administration départementale, après avoir fait lire cet « ouvrage » par deux commissaires, choisit de le publier car il était dicté par « l’amour du gouvernement actuel, le désir de paix, de la concorde et de la tranquillité ». 1 200 exemplaires de cette brochure de 52 pages in-octavo reprenant le dialogue entre Ariste et Gros-René furent imprimés afin d’être adressés aux administrations municipales et aux agents de chaque commune.

18La brochure rapporte donc le dialogue entre Ariste, propriétaire retenu chez lui par la maladie et son fermier Gros-René qui arrive de l’assemblée primaire. Il n’est que 5 heures de l’après-midi, c’est dire si la réunion a été brève. Gros-René a participé à une assemblée nombreuse : « Nous étions 300 à l’assemblée et 250 du même bord » (p. 13), « tout étoit bien arrangé » et l’on est passé outre aux réclamations des « quelques patriotes qui vouloient des formes » (p. 2). Gros-René apparaît comme un personnage un peu benêt qui s’est fait bourrer le crâne et qui dénonce constamment « les terroristes » et les « acquéreurs de biens nationaux ». Ariste, quant à lui, campe un personnage plus posé, s’efforçant de raisonner et de faire réfléchir son interlocuteur. S’il critique « la tyrannie de Robespierre » (p. 17), il défend le bilan de la Révolution et dénonce ceux qui veulent rétablir la monarchie. Il s’efforce de montrer à son fermier qu’il a été abusé : « Comme l’on se joue de vous, honnêtes et trop confiants villageois » (p. 9).

19L’argument essentiel d’Ariste, c’est que les royalistes ne « peuvent arriver à leur but que par une guerre civile, à travers une mer de sang » (p. 15). Au terme d’un long dialogue, Gros-René se laisse convaincre :

Ah ! Mon cher citoyen, je ne voudrois pas avoir la guerre civile seulement un quart d’heure [...] Ah ! Bon Dieu ! C’est fini, je ne veux plus en entendre parler... Je ne veux plus crier : À bas les patriotes, à bas les acquéreurs de biens nationaux... Je crierois plutôt : à bas les aristocrates... mais non, ce ne seroit pas mieux... je crierai, je ne cesserai de crier : Mes amis, oublions le passé : pardon des injures, réunion des esprits, concorde, paix, attachement au gouvernement... Voilà le bonheur !

20Cette brochure qui prônait la réconciliation de tous les citoyens derrière le Directoire n’eut sans doute guère d’influence dans l’opinion. Certes, sa forme - un dialogue entre deux personnages très différents - pouvait être plus convaincante qu’un texte politique au langage stéréotypé mais sa diffusion fut trop tardive pour peser réellement sur le résultat des élections. Une fois les assemblées primaires réunies, les jeux étaient faits comme allait le prouver l’assemblée électorale tenue au chef-lieu du département.

C. L'assemblée électorale du département dominée par les royalistes

21La séance de l’assemblée départementale eut lieu le 20 germinal an V (9 avril 1797) - c’était le dimanche des Rameaux - à la cathédrale d’Évreux. Contrairement aux autres élections, les archives ne conservent pas la liste des électeurs de l’an V ; seuls 45 noms nous sont connus car ils figurent dans les procès-verbaux des assemblées primaires.

22Il fallut tout d’abord procéder à l’élection du bureau : 330 votants choisirent donc Saint-Aignan comme président avec Liberge de Grandchain au poste de secrétaire et trois scrutateurs, Pavie, Bourdet et Carville. Ce choix indiquait clairement l’orientation politique de l’assemblée et le poids des royalistes en son sein. Aux côtés de Saint-Aignan et Pavie, royalistes constitutionnels notoires, figurait Liberge de Grandchain. Voici comment Louis Boivin-Champeaux le présente :

  • 20 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l’Eure, op. c (...)

Liberge de Grandchain, secrétaire, ex-noble, chevalier de Saint-Louis, ancien capitaine de vaisseau. Il se trouvait encore, à ce moment même, sur la liste des émigrés, et il ne prenait part aux opérations électorales qu’en vertu d’une radiation provisoire. Ses convictions royalistes étaient notoires20.

23Afin d’accélérer les opérations électorales, un second bureau fut constitué, présidé par Dauphin avec Herpin comme secrétaire et comprenant Le Seigneur, Foucault, Auvel.

24L’assemblée passa alors à l’élection des députés. Il fallait tout d’abord désigner un député au Conseil des Anciens. Sur les deux bureaux, Marmontel fut élu avec 303 voix sur 329 votants (92 %). Le scrutin avait le mérite de la clarté puisque qu’il opposait le vieil écrivain au président de l’administration centrale, Goubert, qui n’obtint qu’un score médiocre (25 voix seulement ! - 7,5 %) Marmontel étant absent, une lettre lui fut envoyée afin de l’informer de son élection. Le « vénérable vieillard » n’arriva que trois jours plus tard. Il remercia l’assemblée et, dans son discours, souhaita « la restauration des mœurs et la religion qui en est inséparable ». Son allocution fut publiée dans une brochure de six pages imprimée chez Ancelle avec une Lettre particulière de Liberge de Grandchain, secrétaire de l’assemblée électorale.

25Il fallait encore élire deux députés au Conseil des Cinq-Cents. Dès le premier tour, 324 votants désignèrent deux royalistes : Saint-Aignan et Pavie qui obtinrent respectivement 291 et 261 voix (89,8 % et 80 %). Les deux candidats républicains, le commissaire du Directoire et le président de l’administration centrale, n’obtinrent que des résultats négligeables : 16 voix pour Crochon et 13 pour Goubert (4,9 % et 4 %). Ensuite, un administrateur du département devait être désigné afin de remplacer Richard, sortant. Le scrutin fut plus ouvert que les précédents : avec 164 voix, Herpin fut élu au deuxième tour (50,6 %), 154 voix se portant sur Chanoine (47,5 %). L’assemblée procéda alors à l’élection de juges dans différents tribunaux. Osmont fut désigné comme hautjuré. Leroy, président du tribunal criminel fut reconduit dans la fonction en compagnie de Ragot (accusateur public) et Mary (greffier). Furent élus encore huit juges ainsi que cinq juges suppléants afin de former le tribunal civil. Contrairement à celle de l’an IV, l’assemblée électorale ne se termina pas aux cris de « Vive la République »...

D. L'inquiétude des républicains

26Après ces résultats très inquiétants pour les républicains, le Bulletin de l’Eure tenta de redonner courage à ses lecteurs. Dans le no 13, au lendemain de l’assemblée électorale, tout en dénonçant les ennemis du régime et les risques pour la République, Touquet écrivait : « Consolez-vous républicains, les journaux qualifiés de chouans ou royalistes sont honteux et inquiets de leurs victoires, ils ont peur de leur victoire. » Dans le numéro suivant, l’imprimeur écrivait :

L’horizon est chargé. Nous sommes loin du repos mais il ne faut pas désespérer du salut de la République. L’insolence et audace du Parti royaliste semble annoncer qu’il veut révolutionner [en italique dans le texte] à son tour ; et si les patriotes ne se réunissent pas et n’oublient pour toujours leurs dissensions, les agents de Louis XVIII pourraient parvenir à leur but. La liberté ne manquera point de défenseurs ; en vain a-t-on sonné l’agonie des républicains dans plusieurs parties du département de l’Eure ; tous les agonisants ne meurent pas. La république ne périra pas.

27Ensuite, le journal poursuivit inlassablement sa campagne contre les Clichyens.

28À son tour, dans une lettre adressée au lendemain des élections le 26 germinal an V (15 avril 1797), le commissaire Crochon exprimait sa déception suite aux résultats électoraux. Il joignait à son courrier la brochure imprimée dans laquelle l’assemblée électorale félicitait Marmontel et, compte tenu des « caractères » de Marmontel, de Pavie et de Saint-Aignan, il faisait part de ses « grandes inquiétudes ». Dans son compte de gestion publié le 15 floréal an V (4 mai 1797), l’administration centrale écrivait à propos des élections de l’an V :

  • 21 Ibid., F1 c III Eure 8.

Dès l’an dernier nous annonçâmes l’irrégularité des élections et l’esprit contrerévolutionnaire qui les avoient dirigées et consommées. En Floréal, nous eûmes le courage de dénoncer au peuple les manœuvres impies employées pour renverser la Constitution par la Constitution même. Dans toutes les places administratives s’étoient glissés des hommes qui, fidèles à leur mandat, exécutaient ponctuellement les instructions émanées de Blakembourg et contrarioient la marche du Gouvernement.21.

  • 22 Jean-René Suratteau, « Les élections de Fan V aux Conseils du Directoire », Annales historiques de (...)

29Analysant les résultats nationaux des élections de l’an V, Jean-René Suratteau22 a dénombré 63 départements d’orientation réactionnaire avec un total de 182 députés. L’Eure faisait partie de cet ensemble où l’opposition de « droite » l’emportait, classant l’Eure parmi les 18 départements déjà axés à droite en l’an IV. La consultation de l’an V n’avait fait qu’accentuer la tendance.

30Dans ce département, au lendemain de cette consultation électorale, l’administration centrale et son commissaire se retrouvaient relativement isolés. Les républicains avaient déserté les assemblées primaires et les électeurs censitaires qui s’étaient déplacés avaient manifesté massivement leur hostilité au régime directorial ; nombre d’administrations cantonales étaient infiltrées par des éléments royalistes et devaient « être ramenées au devoir ». Enfin, la députation du département comprenait maintenant trois « monarchistes constitutionnels ». Que pouvaient faire les administrateurs de l’Eure dans cet environnement hostile ?

Notes

1 Malcolm Crook, « Le candidat imaginaire ou l’offre et le choix dans les élections de la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, 2000, no 3, p. 91-110.

2 ADE, 212 L 7.

3 AM Évreux, 1 K 116.

4 ADE, 11 L 2.

5 AN, AF III 154.

6 ADE, 218 L 1.

7 Hommes de petite taille.

8 ADE, 11 L 1.

9 Ibid., 30 L 8.

10 ADE, 200 L 3.

11 Article 25 : « Les membres du Corps législatif ne sont pas représentants du département qui les a nommés, mais de la nation entière, et il ne peut leur être donné de mandat. »

12 AN, F 20 326.

13 ADE, 200 L 8.

14 Ibid., 181 L 10.

15 AN, F1 c III Eure 1.

16 Édouard Isambard, Histoire de la Révolution à Pacy-sur-Eure, op. cit.

17 Bulletin de l’Eure, no 9 du 9 germinal an V (29 mars 1797).

18 ADE, 214 L 2.

19 AN, F18 15.

20 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l’Eure, op. cit., t. II, p. 329.

21 Ibid., F1 c III Eure 8.

22 Jean-René Suratteau, « Les élections de Fan V aux Conseils du Directoire », Annales historiques de la Révolution française, no 5,1958, p. 21-60.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search