Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IIIe Partie. Élections et luttes politiques (Germinal an V - Germinal an VI)

Élections et luttes politiques (Germinal an v – Germinal an vi)

Texte intégral

  • 1 Jean-René Surrateau, « Heurs et malheurs de la “sociologie électorale” pour l’époque de la Révolut (...)
  • 2 Serge Aberdam et al., Voter, élire pendant la Révolution française, 1789-1799, op. cit.

1Pendant longtemps, les études portant sur les consultations électorales de la décennie révolutionnaire ont été quelque peu délaissées. Jean-René Suratteau avait d’ailleurs souligné les difficultés rencontrées dans l’analyse des résultats électoraux sous la Révolution française1 mais, ces dernières années, nous avons assisté à un renouveau des études portant sur les scrutins organisés depuis 1789. L’édition d’un guide pour la recherche sur les élections de la période révolutionnaire, publié en 1999, est venue tout à la fois consacrer et encourager le renouveau des recherches menées sur les différentes consultations2.

  • 3 Patrice Guennifey, Le Nombre et la raison, la Révolution française et les élections, Paris, Éd. de (...)
  • 4 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ? La démocratie représentative, une alternative à bru (...)

2Les élections de la période 1795-1799 ont donné lieu au travail pionnier de Jean-René Suratteau qui a analysé les modalités et les résultats de chacun des scrutins directoriaux. De son côté, Patrice Guennifey a consacré un chapitre de son livre à « une expérience éphémère : la république constitutionnelle, 1795-1797 » mais il s’est borné à étudier les élections de l’an V3. Bernard Gainot, pour sa part, a travaillé sur les élections de l’an VII dans la perspective du « nouveau jacobinisme » de 1799 qu’il a étudié dans sa thèse4.

3Entre germinal an V et germinal an VI, la vie politique ne s’est pas limitée aux élections. Le Directoire, prenant conscience qu’il ne disposait pas d’une assise politique suffisante comprit que pour survivre, il devait se battre sur deux fronts. Pour empêcher la victoire des adversaires du régime, il devenait nécessaire de « corriger » les résultats électoraux par des scissions, des destitutions et des coups d’État lorsque la république bourgeoise était en danger.

Notes

1 Jean-René Surrateau, « Heurs et malheurs de la “sociologie électorale” pour l’époque de la Révolution française », Annales ESC, no 3, mai-juin 1968, p. 556-580.

2 Serge Aberdam et al., Voter, élire pendant la Révolution française, 1789-1799, op. cit.

3 Patrice Guennifey, Le Nombre et la raison, la Révolution française et les élections, Paris, Éd. de l’EHESS, 1994.

4 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ? La démocratie représentative, une alternative à brumaire, op. cit.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search