Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IIe Partie. Les nouvelles administrations à l’épreuve du pouvoir

Chapitre VII. Brigandage et chouannerie

Texte intégral

1Dès le début de son mandat, l’administration centrale fut confrontée à Faction des « brigands », plus particulièrement dans les cantons de la partie occidentale du département. Dans leurs rapports ou leurs circulaires, les administrateurs englobaient sous le nom de « malveillance » l’ensemble des actes de désordre menés contre des particuliers ou à l’encontre des autorités constituées. Dans ces documents, ils utilisaient indistinctement le mot « brigands » ou le mot « chouans » pour désigner les auteurs de ces actes. Pourtant, en ce début de régime directorial, il convient d’établir une distinction entre le banditisme de droit commun et le brigandage à caractère politique même si certains individus pouvaient relever des deux groupes. Examinons successivement d’abord le banditisme de droit commun des « chauffeurs » puis l’action des bandes chouannes qui s’infiltraient dans l’Eure à partir des départements de l’Orne ou du Calvados.

A. Les « chauffeurs » : la bande de Robillard

  • 1 ADE, 9 L 3.
  • 2 Louis Chanoine-Davranches, Le Brigandage dans l'Eure à la fin du XVIIIe siècle, procès d’une bande (...)
  • 3 Fabrice Renault, Robillard : le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, mémoire de maîtrise pré (...)

2Dès le 2 frimaire an IV (23 novembre 1795), l'administration centrale constatait que « dans l’ex-district de Verneuil, se produisent de nombreux rassemblements d’hommes armés qui volent les particuliers1 ». Il s’agissait de « chauffeurs » faisant partie de la bande de Robillard. Ce brigandage a donné lieu à une première publication au début du XXe siècle2 puis, en 1987, à une étude très approfondie menée par Fabrice Renault3. Nous nous appuierons sur ces travaux afin de décrire Faction de ces brigands, leur origine sociale, l’organisation de leur bande et leurs motivations.

  • 4 ADSM, LP 6528, LP 6562, LP 6563, LP 6571, LP 6572, LP 6580, LP 6581, LP 6582.
  • 5 Michel Vovelle, Villes et campagnes au XVIIIe siècle : Chartres et Beauce, Paris, Éd. sociales, 19 (...)

3Les pièces du tribunal criminel de la Seine-Inférieure où a été jugée la bande, conservées aux archives départementales de la Seine-Maritime4, ont permis d’identifier 75 brigands sur lesquels des renseignements fiables ont pu être trouvés. Il ne s’agit pas de l’effectif total de la bande. Celui-ci est difficile à connaître avec précision, d’autant que ces « brigands » pouvaient s’associer ponctuellement à d’autres bandes. En tenant compte des receleurs, des aubergistes complaisants et des complices, « le chiffre de 300 brigands est tout à fait plausible », un effectif nettement moins important que celui des « chauffeurs » d’Orgères qui sévissaient à la même époque en Eure-et-Loir5. Les brigands dirigés par Robillard étaient majoritairement originaires du département de l’Eure : 57 bandits, soit les trois quarts des effectifs, avec comme principal secteur de recrutement le pays d’Ouche dans lequel le canton de Rugles fournissait à lui seul le quart des effectifs.

4La bande étendait son influence dans le Calvados, l’Orne, l’Eure-et-Loir, la Seine-Inférieure mais sévissait surtout dans la moitié sud du département de l’Eure. Les brigands s’attaquaient en général à de riches fermiers, entrant par effraction puis se livrant à des violences physiques sur les victimes, le plus souvent avec « chauffage » des pieds afin de connaître la cachette de leur précieux numéraire. Entre le 1er vendémiaire an II (22 septembre 1793) et le 8 floréal an V (27 avril 1797) 36 vols furent effectués, avec une fréquence assez irrégulière : les trois quarts des délits soit 26 vols furent commis en l’an IV tandis que 3 vols seulement avaient été commis en l’an III et 5 en l’an V. La plupart des vols (24 sur 36 vols, soit les trois quarts) furent perpétrés dans le département de l’Eure, la plupart dans les régions boisées du pays d’Ouche.

5En général, le vol mobilisait une dizaine d’hommes ou de femmes. À la tombée de la nuit, ils arrivaient sur place par petits groupes séparés et se faisaient ouvrir la porte sous divers prétextes. Si le propriétaire refusait, les brigands s’introduisaient par effraction. Une fois entrés, les brigands s’emparaient de tout ce qui pouvait avoir une certaine valeur et torturaient les propriétaires pour les faire parler. Le « chauffage » des pieds constituait le moyen le plus classique mais les membres de la bande se livraient parfois à d’autres actes de cruauté, blessant leurs victimes, les tuant et violant les femmes. Les brigands prenaient en premier lieu du numéraire et des assignats mais aussi des habits et du linge, des montres, des bijoux, des armes et des chevaux. Parfois des produits de première nécessité étaient dérobés comme du beurre, du savon, du sucre, du tabac ou de la chandelle, très recherchés en ce début du Directoire où sévissait la misère dans les couches de la population les plus nécessiteuses.

1. Origine sociale des « brigands »

  • 6 Jean Vidalenc, La Petite Métallurgie rurale en Haute-Normandie sous l’Ancien Régime, Paris, 1946.

6Fabrice Renault a réussi à établir la profession de 73 membres de la bande de Robillard. Contrairement à une idée reçue, il n’y avait pas parmi eux de gens « sans état », des mendiants ou des vagabonds. 25 individus, soit le tiers de la bande exerçaient une profession relevant de l’artisanat. Certains brigands pouvaient être rattachés au type mixte du paysan-ouvrier, pratiquant le filage, le tissage et la petite métallurgie rurale dans le pays d’Ouche6, en particulier la fabrication de l’épingle de laiton. La bande comptait peu de femmes (15 pour 60 hommes), mais elles y jouaient un rôle important : peu d’entre elles participaient activement aux expéditions mais elles transformaient les objets volés, en particulier les tissus ou s’assuraient du recel. La moitié de ces « brigands » étaient mariés, ces individus vivaient donc selon les normes de la société civile.

7La bande était organisée selon une hiérarchie dominée par la forte personnalité du « chef historique » François Robillard. Né en 1756 de parents laboureurs à Auvergny, village situé près de Rugles, dans le pays d’Ouche, il fut arrêté le 19 ventôse an IV (9 mars 1796) et fusillé à Lisieux le 21 germinal an IV (10 avril 1796). La direction de la bande fut alors assurée par un lieutenant de Robillard, nommé Duval. La bande disposait de nombreux complices : aubergistes, colporteurs, marchands de chevaux, orfèvres, sans oublier un huissier jouant le rôle d’une sorte de « conseiller juridique ».

  • 7 Bérénice Grissolange, « Le brigandage en l'an III dans les plaines de grande culture : une transit (...)

8S’ils avaient conscience de former une société à part avec son organisation et ses rites, certains brigands continuaient à respecter les usages de la société civile ; non seulement ils possédaient une maison, exerçaient une profession mais ils continuaient à faire enregistrer mariages et baptêmes sur les registres d’état civil. Bérénice Grissolange estime même, non sans humour, que « par comparaison [avec les brigands d’Orgères] les membres de la bande de Robillard font figure de pères tranquilles7 ». En effet, la coupure n’était pas absolue entre les deux sociétés antagonistes : la bande bien structurée et la société civile.

2. Brigandage ou banditisme politique ?

9Dans leurs dépositions lors du procès des membres de la bande, les victimes rapportaient de fréquents propos tenus par leurs agresseurs se présentant comme des « chouans ». Se déclarer « chouan » et agir comme eux ne constituait pas pour autant une preuve réelle d’appartenance à la chouannerie. Sachant qu’une insurrection royaliste se développait en Basse-Normandie derrière Louis de Frotté et qu'elle se répandait dans le pays d’Ouche, ces bandits endossaient l'identité chouanne, ce qui leur permettait de justifier leurs violences et leurs crimes. Bien entendu, la frontière n’était pas imperméable entre le banditisme de droit commun et le brigandage politique ; il a pu exister des connivences ici et là entre brigands et chouans. D’ailleurs la confusion entre les deux catégories était également entretenue par les administrateurs républicains. Afin de discréditer les chouans, le personnel politique directorial les assimilait à de cruels bandits.

10Le développement de ce banditisme était lié à la situation socio-économique de l'an III et de l'an IV. La période thermidorienne et les débuts du Directoire furent marqués par une grave crise de subsistances accompagnée de l’effondrement de l’assignat et d’une inflation galopante. Cette dépréciation du papier-monnaie profita à certains tandis que les catégories populaires s’enfonçaient dans la misère. Ces brigands étaient conscients d’être aussi les victimes de la spéculation. La dégradation du sort de ces gens modestes et fragiles les avait sans doute conduits à franchir le pas de l’action criminelle.

11Il est d’ailleurs symptomatique que, durant l’an IV (26 délits), la courbe des vols avait été en concordance avec la crise hivernale : 16 vols entre brumaire an IV (novembre 1795) et ventôse an IV (février 1796), le brigandage diminuant ensuite durant la seconde moitié de l’an IV. Il est vrai que la crise de subsistances de l’an III et de l’an IV s’atténua à partir de l’été 1796, les vols devenant beaucoup plus rares après fructidor an IV (août 1796). Comme l’écrit Fabrice Renault :

  • 8 Fabrice Robillard, Robillard : le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, op. cit.

La courbe de la criminalité épouse parfaitement les fluctuations économiques. Il s’agit bien d’un banditisme de la misère. On devient criminel par la simple nécessité d’entrer en possession de différentes choses que l’on ne peut obtenir que par la reprise directe chez les plus riches8.

B. Les actions des chouans

  • 9 Léon de La Sicotière, Louis de Frotté et les insurrections normandes, Paris, Plon, 1889, (2 t.), r (...)

12Parallèlement à l’action de ces « brigands montés et armés » de la bande de Robillard, des chouans, souvent venus du Calvados et de l’Orne, entreprirent de mener des coups de main dans l’ouest de l’Eure. Dans les départements de Basse-Normandie, la chouannerie, organisée autour de Louis de Frotté et de son adjoint Williamson, était particulièrement active9. Dans son compte de gestion, l’administration centrale écrivait

  • 10 AN, F1 c III Eure 7.

Trois mois après [notre installation] le 10 pluviôse [30 janvier 1796], des symptômes alarmants annoncèrent que les Chouans, harcelés de toute part du côté de la ci-devant Bretagne, cherchaient à s’établir dans notre département. Ils pouvaient être favorisés dans leurs sinistres projets par des intelligences habilement ménagées et, surtout, par la nature du terrein [sic] couvert d’immenses forêts10.

13Cette agitation correspondait à la première guerre chouanne menée en Basse-Normandie jusqu’à l’accord de pacification de Fontenai-les-Louvets, le 18 messidor an IV (6 juillet 1796).

  • 11 ADE, 7 L 9.

14Dans l’Eure, les chouans menaient différents types d’actions plus ou moins graves, la diffusion de libelles, d’affiches ou d’imprimés royalistes demandant le retour de la monarchie et de la religion catholique constituant une première étape. Ce type d’opération ne demandait pas un gros effectif et, en général se pratiquait la nuit. L’on arrachait les affiches de l’administration centrale puis, à leur place, étaient placardés des « écrits contre-révolutionnaires ». Des « affiches infâmes » furent apposées à Verneuil ou à Rugles et Beaumesnil où le placard annonçait la formation de l’armée catholique et royale11. Entre vendémiaire an IV (octobre 1795) et germinal an V (mars 1797) de nombreux imprimés royalistes furent distribués dans l’Eure non seulement dans l’Ouest du département mais aussi dans l’ancien district des Andelys, ainsi qu’au chef-lieu du département.

15La diffusion de libelles allait parfois de pair avec l’abattage d’arbres de la Liberté. Scier ce symbole de la République prenait un caractère clairement contre-révolutionnaire. Des arbres de la Liberté avaient bien été détruits avant la période directoriale mais il semble qu’on ait assisté à une augmentation des abattages à partir de l’an IV. Ce type d’action ne nécessitait pas l’intervention d’un grand nombre d’individus et, à la limite, une seule personne déterminée suffisait. La destruction d’un arbre de la Liberté pouvait donc constituer un acte isolé, c’est pourquoi ces abattages se déroulaient dans l’ensemble du département et pas seulement dans les cantons « contaminés » par l’action des chouans venus de Basse-Normandie. L’administration centrale imposait aux municipalités cantonales de faire replanter avec la plus grande solennité l’arbre de la Liberté, ce « signe qui nous rappelle à chaque instant les bienfaits de la Révolution ». Cependant parfois, sitôt replanté, l’arbre était de nouveau abattu comme ce fut le cas à Verneuil, sur la place d’Armes.

16Les chouans ne se contentaient pas d’actions de type « propagandiste » mais se livraient à des interventions violentes sur les personnes. Les acquéreurs de biens nationaux constituaient une des cibles préférées des chouans. Enrichis à bon compte aux dépends du clergé et de la noblesse, ces nouveaux propriétaires symbolisaient, aux yeux des royalistes, ce que la Révolution avait de plus haïssable. L’intervention des chouans ressemblait à celle des « chauffeurs » mais le vol ne constituait pas le mobile premier de l’attaque et l’objectif politique était nettement affirmé. Des actions de ce type eurent lieu dans les cantons de Montreuil-l’Argillé, Chambrais et Brionne.

  • 12 Ibid.
  • 13 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux (1740-1830), op. cit.

17Bien entendu, les membres des administrations cantonales étaient particulièrement visés par les chouans. Quelques agents municipaux furent agressés mais ce sont les commissaires, représentants du pouvoir directorial, qui subirent les attaques les plus violentes. Le premier fut celui de Fontaine-sous-Jouy, chef-lieu de canton situé à l’est d’Évreux, tranquille jusque-là. Dans la nuit du 19 au 20 pluviôse an IV (8 au 9 février 1796), une quinzaine d’individus se rendirent au domicile de l’agent municipal nommé Conard où ils trouvèrent le commissaire Fossey12. Ils leur volèrent divers objets, une importante somme d’argent et deux chevaux. Ensuite les deux hommes furent maltraités et traînés à l’extérieur de leur domicile jusqu’à l’arbre de la Liberté. Ayant été dévêtus, l’agent et le commissaire durent s’agenouiller au pied de cet arbre qui fut coupé13. Les « brigands » envisagèrent alors de fusiller leurs victimes, mais leur sort fut mis aux voix et, à la majorité, il fut décidé de ne pas les « homicider ».

  • 14 ADE, 5 L 2.

18La population de Fontaine-sous-Jouy n’ayant pas réagi, l’administration centrale décida d’y faire appliquer la loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795) sur la responsabilité civile des communes. Par jugement du tribunal civil du département, une lourde amende devait être versée aux victimes, l’agent et le commissaire, payée par les vingt citoyens les plus imposés de la commune mais ceux-ci refusèrent de verser leur contribution. Le 4 thermidor (23 juillet 1796), les administrateurs du département menacèrent d’envoyer une force armée à Fontaine-sous-Jouy, les soldats étant logés chez les plus gros contribuables. Finalement, ceux-ci durent s’exécuter et indemniser l’agent Conard et le commissaire Fossey14.

  • 15 Ibid., 196 L 1.
  • 16 Bulletin de l’Eure, no 1, 29 pluviôse an V (17 février 1797).
  • 17 ADE, 9 L 3.

19Quelques jours après, le 17 ventôse an V (8 mars 1797), Petit, commissaire du canton de Damville (ancien district de Verneuil) était assassiné.15 Cet ancien administrateur du département ayant été nommé le 26 nivôse an V (15 janvier 1797) suite à la démission du commissaire. Selon le Bulletin de l’Eure16, il « avait été tué [...] à 8 h un quart du soir, en retournant chez lui, on l’avait trouvé à la pointe du jour avec 8 à 10 chevrotines dans le cœur ». Dès qu’elle apprit cet assassinat, l’administration centrale envoya sur place l’un de ses membres, Pain, avec un détachement de cavalerie. Le 24 pluviôse (13 février 1797) celui-ci, dénonçant les lâches assassins du commissaire, ne put que « mêler sa voix plaintive à celle de l’administration17 ».

20Les chouans ne se contentèrent pas de mener des actions ponctuelles plus ou moins violentes dans le département de l’Eure. À partir du mois de pluviôse an IV (janvier 1796), relativement nombreux et bien organisés, ils entreprirent une série de coups de main dans les cantons du pays d’Ouche : La Barre, La Ferrière et La Neuve-Lyre.

C. Les incidents du pays d'Ouche

  • 18 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux (1740-1830), op. cit., p. 107.

21Le 7 pluviôse (26 janvier 1796) des « brigands » attaquaient les villages de Cernay (canton de La Neuve-Lyre) et de Champignolles (canton de La Ferrière) avant de se réfugier dans le château de l’émigré d’Homey, sur la commune de La Barre-en-Ouche. Dans les jours qui suivirent, une quarantaine d’entre eux investissaient La Barre puis La Neuve-Lyre. Dans les deux chefs-lieux de canton, ils agirent de la même façon : l’arbre de la Liberté fut abattu, l’agent municipal et le commissaire cantonal neutralisés puis les chouans se rendirent à la salle des séances de l’administration municipale, y enlevèrent le drapeau de la garde nationale, volèrent la caisse du receveur et s’en prirent à certains citoyens qu’ils désarmèrent18. À La Neuve-Lyre, chez le percepteur, ils s’emparèrent des rôles de l’emprunt forcé ainsi que d’une somme trouvée sur place. Parallèlement, ils réunirent les habitants qu’un chef harangua, prônant le rétablissement de la royauté et le retour de la religion catholique.

  • 19 ADE, 12 L 13.

22La population, prise de panique, n’osa opposer aucune résistance dans ces deux localités. Certains s’enfuirent même dans les forêts des environs. Les chouans les poursuivirent, ne souffrant aucune résistance dans les villages traversés : à Sainte-Marguerite-de-l’Autel (canton de La Neuve-Lyre) ils tuèrent le garde Lemercier et son fils qui voulaient leur résister. Les « brigands royaux » se réunirent ensuite dans un château des environs avant de se disperser dans les forêts19.

  • 20 Ibid., 9 L 3.
  • 21 Ibid., 5 L 1.

23Ces actions avaient des objectifs nettement politiques : à chaque fois, le local de l’administration cantonale était visé, l’argent de la République était dérobé et un discours contre-révolutionnaire délivré. Inquiète après ces attaques, l’administration centrale envoya l’un de ses membres, Langlois, à Paris afin d’alerter le ministre de la Police générale20. Les administrateurs départementaux furent indignés par l’attitude de la population qui n’avait pas réagi alors que les incidents s’étaient déroulés en plein jour. De plus, l’administration centrale informée de ces incidents qu’avec retard, dénonça le silence de certains administrateurs et des commissaires. Le département décida alors d’envoyer des troupes dans les cantons de La Barre et de La Neuve-Lyre. Le 10 pluviôse an IV (30 janvier 1796) une force armée, dirigée par le général Martin, partit pour Conches. Le commissaire central Crochon prit la tête d’un détachement de 90 hommes d’infanterie accompagnés de 10 cavaliers21. Le général de division Huet, commandant de Rouen, vint se joindre à eux avec un demi-bataillon d’infanterie et de cavalerie. Le lendemain, la troupe se dirigea vers Le Fidelaire puis se divisa ; certains fouillèrent les zones forestières de Breteuil et de Bourth, d’autres, avec Crochon, se rendirent vers La Neuve-Lyre puis rejoignirent Breteuil en passant à Rugles mais les troupes ne réussirent pas à surprendre les chouans qui s’étaient dispersés.

24L’administration centrale avait pris d’emblée des mesures de suspension à l’encontre des administrateurs et des commissaires restés inactifs. Parallèlement, les citoyens étrangers au canton furent obligés de se munir d’un passeport et les bataillons de la Garde nationale étaient réorganisés, tout refus de servir étant sévèrement sanctionnés. Enfin les agents étaient tenus d’informer immédiatement l’administration centrale de tout nouvel attentat. Les administrateurs départementaux espéraient que ces mesures allaient ramener le calme mais le répit fut de courte durée.

  • 22 ADE, 12 L 13.

25Suite à ces incidents, Crochon présenta un long rapport rendant compte de sa « mission dans les cantons infestés par les brigands » à la séance de l’administration centrale du 30 pluviôse an IV (19 février 1796). Le texte en fut imprimé et diffusé dans le département sous forme d’une brochure de quarante-huit pages22. Crochon relatait les faits, dénonçait les carences de certains administrateurs et préconisait des mesures énergiques, constatant en conclusion, que les chefs des « brigands », venant de l’Orne et du Calvados, n’appartenaient pas au département de l’Eure. Ces « malveillants » comprenaient probablement quelques émigrés ainsi que des jeunes gens de la première réquisition et d’autres forcés à marcher avec eux. Le commissaire, après s’en être pris à « l’engourdissement et l’égoïsme des communes rurales », exhortait tous les habitants à se dresser contre les « brigands ».

D. Les forces de maintien de l'ordre : Garde nationale et Gendarmerie

26La mission de Crochon n’avait pas permis de frapper les bandes chouannes et d’une manière générale, l’administration centrale se trouvait relativement désarmée face aux violences perpétrées par les chouans et les « brigands ». Que faire face à cette « malveillance » ? Comme elle le constatait dans son compte de gestion de l’an V :

  • 23 AN, F1 c III Eure 7.

Cette partie essentielle de l’administration demandait tous nos soins : aussi n’avons-nous rien négligé pour maintenir l’ordre et la tranquillité publique, assurer le respect des personnes et des propriétés et rallier tous les esprits à la charte constitutionnelle. Mais nous devons dire que nous n’avons eu que du zèle et que nous n’avons pas été secondés ; la gendarmerie n’est plus ce qu'elle était, la garde sédentaire est à peu près nulle. Nous avons eu pour y suppléer, peu de troupes de lignes à notre disposition23.

1. La Garde nationale

  • 24 Bernard Gainot, « Quelle place pour la Garde nationale pendant le Directoire ? » dans Serge Bianch (...)
  • 25 ADE, 225 L 3.
  • 26 Ibid., 207 L 1.
  • 27 Ibid., 224 L 6.
  • 28 Ibid., 180 L 1.
  • 29 Ibid., 214 L 2.

27La Garde nationale sédentaire constituait « à la fois une réserve militaire, dans laquelle peuvent puiser les corps d’armée [...] et une force de maintien de l’ordre non professionnelle24 [contrairement à la Gendarmerie nationale] ». Cette force armée, composée de « tous les citoyens et fils de citoyens de dix-huit à soixante ans, en état de porter les armes était chargée de maintenir l’ordre et la tranquillité publique dans chaque commune ». Sous son titre IX intitulé « De la force armée », la Constitution de l’an III lui consacrait huit articles, signalant qu’« aucun Français ne peut exercer les droits de citoyens s’il n’est inscrit au rôle de la Garde nationale sédentaire ». Après l’insurrection royaliste parisienne du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), l’administration centrale encouragea la réorganisation des gardes nationales dans les cantons, multipliant les circulaires mais cette remise en ordre s’avéra difficile. Plusieurs municipalités de canton s’efforcèrent bien de réactiver leur Garde nationale : Sainte-Colombe-la-Campagne25, Ivry26, Saint-André27 ou La Barre-en-Ouche28. Toutefois, malgré ces efforts de restructuration recensés sur les registres de délibération, dans la réalité, la situation n’était guère brillante et les Gardes nationales s’avéraient peu efficaces. Au Neubourg, le 15 pluviôse an IV (4 février 1796), Dupont, commissaire cantonal, répondant à une enquête du ministère de la Police générale estimait d’ailleurs ne disposer que d’une garde nationale « sans ordre et discipline29 ».

  • 30 Ibid., 224 L 6.
  • 31 Ibid., 196 L 3.
  • 32 Ibid., 45 L 2.
  • 33 AN, F1 c III Eure 7.

28Il est vrai que les gardes nationaux se montraient peu efficaces dans leurs interventions. À Saint-André, ceux qui furent chargés de ramener l’ordre dans une « halle très orageuse », le 28 frimaire an IV (29 décembre 1795), furent désarmés par les habitants des cantons voisins et il fallut faire appel à des troupes extérieures30. À Damville, une douzaine de « brigands » sévissant le 29 pluviôse an V (17 février 1797) chez un cultivateur républicain, ne furent pas inquiétés, la municipalité regrettant « l’engourdissement de la garde nationale » lors de cet incident31. Face à cette situation, l’administration centrale continuait à lancer des appels à la fermeté comme le 14 ventôse an IV (4 mars 1796), où elle déclarait vouloir « ranimer la vaillance des gardes nationales32 » mais sans se faire trop d’illusions. D’ailleurs, dans son compte de gestion de l’an V, elle écrivait : « En général, la garde nationale ne répond plus à l’objet de son institution primitive. Cette ardeur qui enflammait tous les citoyens au commencement de la révolution, a disparu ; on ne remarque plus qu’insouciance dans le service33 ».

2. Les colonnes mobiles

  • 34 ADE, 45 L 1.

29Afin de rendre la garde nationale plus efficace et plus rapide dans ses interventions, le Directoire décida le 17 floréal an IV (6 mai 1796) de mettre en place dans chaque canton une colonne mobile composée d’un sixième des effectifs. Les membres de la colonne mobile étaient désignés par l’administration municipale pour trois mois. Ces détachements devaient se tenir prêts à se porter dans toute l’étendue du canton seulement pour effectuer fouilles et patrouilles et servir d’escorte aux convois et aux voitures publiques. Dans ses interventions, la colonne mobile pouvait être appuyée par les brigades de gendarmerie. Le 8 prairial an IV (27 mai 1796), le ministre de la Police générale Cochon de Lapparent encouragea par circulaire la mise en place rapide des colonnes mobiles estimant avec un grand optimisme que « déjà les perturbateurs du repos public tremblent à l’aspect de cette force importante34 ». En effet le ministère de la Police générale, créé par la loi du 12 nivôse an IV (1er janvier 1796) avait dans ses attributions « la Garde nationale sédentaire pour tout ce qui est relatif au maintien de l’ordre public ».

30Suite à l’arrêté du 17 floréal an IV (6 mai 1796), l’administration centrale incita les municipalités cantonales à créer des colonnes mobiles mais les choses traînaient. Par une circulaire imprimée du 9 messidor an IV (27 juin 1796), elle renouvela sa demande, regrettant que

  • 35 Ibid., 45 L 2.

si l’on excepte quelques administrations, presque toutes sont dans l’inaction ou opèrent contradictoirement, [...] là on assemble la Garde nationale, on la consulte, on la rend délibérante alors que c’est interdit par la constitution, plus loin, les agents veulent opérer isolément dans leurs communes respectives35.

  • 36 Ibid., 211 L 1.
  • 37 Ibid., 224 L 2.
  • 38 Ibid., 213 L 1.
  • 39 Ibid., 180 L 1.
  • 40 Ibid., 197 L 1.
  • 41 Ibid., 216 L 5.
  • 42 Ibid., 193 L 1.

31Effectivement, certaines administrations municipales s'étaient efforcées de mettre en place leur colonne mobile, si l’on en croit leur registre de délibération. Dès le 27 prairial an IV (15 juin 1796), à Mainneville, on créa un détachement de 149 membres36. Dans le même temps, un sixième des gardes nationaux était désigné dans les cantons de Saint-André37, Montreuil-l’Argillé38, La Barreen-Ouche39, Écos40 et Nonancourt41. À Conches, le 3 thermidor an IV (21 juillet 1796), était établie la liste des 186 membres de la colonne mobile comprenant 151 fusiliers encadrés par deux capitaines, quatre lieutenants, quatre sous-officiers, six sergents, huit caporaux et un tambour42.

  • 43 Ibid., 45 L 2.
  • 44 Ibid., 184 L 4.
  • 45 Ibid., 196 L 1.

32Le 17 vendémiaire an V (8 octobre 1796), l’administration centrale prit un arrêté décrétant la réunion de toutes les colonnes mobiles le 2 brumaire (23 octobre 1796) dans chaque canton, tous les citoyens désignés devant être présents sous peine de sanctions. Au cours de cette réunion, les gardes nationaux devaient reconnaître leurs officiers et sous-officiers, le contrôle de chaque compagnie étant remis au capitaine43. La réunion eut bien lieu à Évreux, à « la maison commune » mais à Beaumesnil, l’assemblée des gardes nationaux comptait tant d’absents qu’il fallut convoquer une nouvelle réunion44. La mise en place de la colonne mobile fut également difficile à Écos et dans le canton de Damville45.

  • 46 Bulletin du département de l'Eure, no 1 du 15 frimaire an V (5 décembre 1796).

33Dans son journal nouvellement créé, le Bulletin du département de l’Eure, le journaliste Touquet suivait de près la mise en place des colonnes mobiles dans les différents cantons, notant toutefois : « Il est impossible de se procurer des renseignements sur les cantons d’Ivry, de Grossœuvre et Lyons46 ». Cette information provoqua une réaction de l’administration cantonale d’Ivry qui estimait avoir « rempli son devoir » et demandait au journaliste une mise au point, ce qui d’ailleurs ne vint pas.

34Finalement, chaque canton se dota d’une colonne mobile. On en trouve trace dans les registres de délibérations des administrations municipales où la liste des gardes nationaux choisis s’allonge sur plusieurs pages. L’organisation se mit en place lentement car les hommes désignés redoutaient d’être versés un jour dans la « garde nationale en activité » c’est-à-dire dans l’armée, comme le laissait entendre une rumeur lancée par les adversaires du régime. L’administration centrale le reconnaissait dans son compte de gestion de l’an V :

  • 47 AN, F1 c III Eure 7.

L’on ne parvint que très difficilement à les organiser [les colonnes mobiles] en Fan IV parce que la malveillance, qui s’efforçait d’en éloigner les citoyens, avait insinué que les colonnes étaient destinées à être employées par la suite aux armées ; cette erreur, partagée par un certain nombre d’administrations municipales, ne fut dissipée qu’avec peine ; l’administration vint à bout d’éclairer les citoyens et les colonnes mobiles furent organisées dans tous les cantons47.

  • 48 ADE, 45 L 5.

35Celles-ci devaient être renouvelées tous les trois mois et le 22 brumaire an V (12 novembre 1796), l’administration centrale demanda aux municipalités de canton de choisir de nouveaux membres parmi les gardes nationaux le 10 frimaire prochain (30 novembre 1796) pour entrer en activité le 1er nivôse (21 décembre 1796). Elle les invitait à nommer de nouveaux membres « pour ne pas fatiguer les mêmes citoyens48 ».

36D’une manière générale, la garde nationale ne se tenait pas à l’écart des conflits politiques qui pouvaient exister au sein des cantons et elle constituait même un révélateur de ces discordes, la situation de Verneuil où la garde nationale restait plutôt hostile au régime en constituait un bon exemple. Dans ces conditions, les administrateurs républicains ne pouvaient guère compter sur la garde nationale vernolienne pour réprimer les menées des « brigands » et des chouans dans un secteur sensible du département. Plus généralement, les gardes nationales et les colonnes mobiles n’avaient pas réussi à retrouver une réelle efficacité. Il est vrai que ces forces de maintien de l’ordre étaient composées de citoyens ordinaires, vivant au sein de la population, connaissant parfois les brigands et les chouans ainsi que leurs complices. Dans ces conditions, il leur arrivait de ne pas s’engager avec toute la résolution souhaitable dans la lutte contre le brigandage et la chouannerie. L’administration centrale devait-elle plutôt compter sur un corps militaire, la gendarmerie, pour lutter contre la « malveillance » ?

3. La Gendarmerie

  • 49 Les missions de la gendarmerie furent redéfinies par la loi fondamentale du 28 germinal an VI (17 (...)

37La maréchaussée royale avait été remplacée en 1790 par la Gendarmerie nationale, chargée du maintien de l’ordre. Par la loi du 12 nivôse an IV (2 janvier 1796), le Directoire plaça la gendarmerie sous la tutelle du ministère de la Police générale, nouvellement créé, puis institua 1500 brigades de cinq hommes réparties sur le territoire national suite à la loi du 25 pluviôse an V49 (13 février 1797).

  • 50 ADE, 45 L 13.
  • 51 Ibid., 45 L 7.

38Comme chaque département, l’Eure comprenait deux compagnies, chacune d’entre elle étant constituée de trois lieutenances. Chaque lieutenance regroupait plusieurs brigades forte chacune de cinq hommes disposant normalement de chevaux. Les brigades de la première compagnie étaient localisées à Vernon, Bernay, Le Neubourg, Beaumont-le-Roger, Conches, Verneuil, Nonancourt ainsi qu’à Évreux qui comptait deux brigades, l’une à pied, l’autre à cheval. Les trois lieutenants de la première compagnie, résidaient à Évreux, Bernay et Verneuil avec pour titulaires Le Prévost, Jolivet et Payen en fructidor an V (septembre 1797). La seconde compagnie regroupait les brigades des Andelys, Écouis, Pont-de-l’Arche, Gisors, Lyons, Louviers, Bourg-Achard et Pont-Audemer, les trois lieutenants étant, à la même époque, Deschamps aux Andelys, Jacquin à Gisors et Prévost à Louviers50. L’Eure comprenait donc 17 brigades et leur nombre varia très peu durant le régime directorial. Le capitaine Lefèbvre, en poste à Évreux, commandait la gendarmerie du département qu’il quitta le 10 germinal an VI (30 mars 1798), étant remplacé par Auger51.

  • 52 Ibid., 45 L 13.
  • 53 AN, F1 c III Eure 8.

39Chaque brigade comptait théoriquement cinq hommes – un sous-officier et quatre gendarmes – mais le nombre total de gendarmes du département varia entre l’an III et l’an VIII. En germinal an III (mars 1795) les deux compagnies regroupaient respectivement 56 et 45 hommes soit un total de 101 gendarmes52. Cet effectif eut tendance à diminuer ; en effet, il n’était plus que de 85 en fructidor an III (septembre 1795) et de 74 en fructidor an V (septembre 1797). Dans son compte de gestion de l’an VI53, l’administration centrale se plaignait de la faiblesse du nombre des gendarmes dans le département, estimant que « son étendue territoriale, sa position topographique, sa situation politique et sa population » justifiaient une augmentation des effectifs. Le ministre de la Guerre fut sollicité mais ne donna pas suite.

  • 54 ADE, 45 L 7.

40La diminution du nombre des gendarmes du département avait plusieurs raisons. Tout d’abord, certains étaient parfois tués par les « brigands » ou bien démissionnaient et n’étaient pas remplacés, enfin d’autres étaient exclus à cause de leurs opinions politiques. Dans son compte de gestion de l’an VI, l’administration centrale déclarait : « Depuis longtemps, on sentait la nécessité d’une épuration dans le corps de la gendarmerie. » La loi du 25 pluviôse an V (13 février 1797) avait prévu la mise en place d’un jury chargé d’examiner les convictions des gendarmes et de renvoyer ceux pour lesquels l’attachement à la République était assez douteux. Ce jury était composé d’officiers et de deux administrateurs élus, Guilbert et Pain. L’administration centrale ayant fait mener une enquête au sujet des opinions politiques des gendarmes, le jury fut convoqué par le ministre de la Guerre, le 25 fructidor an V (1er septembre 1797), pour épurer la gendarmerie et faire des propositions concernant la nomination des sous-officiers. Mais il ne suffisait pas d’éliminer les gendarmes hostiles au régime, il fallait également en recruter de nouveaux. Les candidats devaient être issus des troupes de ligne, avoir participé à trois campagnes militaires sous la Révolution, être d’une moralité irréprochable, savoir lire et écrire et être âgés de vingt-cinq à quarante ans. Le jury s’efforça de pourvoir les places vacantes par décès, par démission ou suite à une épuration. Ainsi, en l’an VII, furent recrutés d’abord quatre gendarmes puis trois remplaçant les militaires tués par des « brigands54 ».

  • 55 Ibid.

41En général ces brigades de gendarmerie étaient mal logées ; en effet toutes ne disposaient pas de casernes. Ainsi, les brigades d’Évreux, du Neubourg, de Pacy, de Bernay ou de Pont-Audemer étaient installées dans des « maisons nationales » mais pour d’autres, l’administration centrale devait louer la maison d’un particulier, comme à Conches ou à Lyons. Ces locaux étaient mal entretenus et des réparations urgentes ne pouvaient être entreprises faute de crédits. Le 22 pluviôse an VII (10 février 1799), l’architecte départemental entreprit une visite des casernes et des locaux loués afin d’établir une liste des travaux à effectuer55.

42Chargée de maintenir l’ordre dans le département, la gendarmerie accomplissait des missions assez variées. Il fallait souvent accompagner les convois de grains afin d’éviter les pillages, surveiller les marchés et les halles pour prévenir les désordres ou réprimer les émeutes liées à la cherté du pain. Les gendarmes devaient encore arrêter les déserteurs, ils étaient également sollicités pour disperser des fêtes patronales ou des festivités se déroulant selon l’ancien calendrier mais leur tâche essentielle consistait à lutter contre les chouans et les « brigands », une activité très prenante et très dangereuse.

43Fréquemment sollicitée par les administrateurs, la gendarmerie ne leur donnait pas toujours entièrement satisfaction. Plusieurs commissaires cantonaux se plaignirent de leur brigade de gendarmerie qui refusait d’obéir à leurs réquisitions comme à Breteuil ou se montrait inefficace, faute de moyens. Ainsi, la municipalité cantonale du Neubourg alertait le 21 nivôse an IV (11 janvier 1796), l’administration centrale au sujet de sa brigade qui ne faisait « qu’imparfaitement son service ». Deux gendarmes ne disposaient pas de chevaux tandis qu’un autre ne résidait pas à la caserne mais « à Iville, commune située à trois quarts de lieues du Neubourg ». Dupont, commissaire cantonal au Neubourg alerta l’administration centrale, lui demandant de remédier à la situation et soulignant le rôle essentiel de la gendarmerie dans un département où chouans et « brigands » troublaient constamment l’ordre public : « Il est plus important que jamais de compléter et organiser fortement la gendarmerie afin de comprimer les malveillants et les voleurs qui lèvent audacieusement la tête de tout côté. »

44Ainsi, de brumaire an IV (novembre 1795) à germinal an V (mars 1797), l’administration centrale et les nouvelles municipalités de canton avaient dû affronter toute une série de difficultés : organiser leurs services, lever l’emprunt forcé, veiller à l’approvisionnement des différentes halles, lutter contre le brigandage et les chouans... Dans cette période de crise, les élections de l’an V allaient constituer le premier véritable test pour les autorités locales et, plus généralement, pour le nouveau régime. L’union des républicains était certes sauvegardée mais serait-elle suffisante pour contenir les royalistes qui jouaient sur les deux tableaux, menant comme on l’a vu, des actions violentes tout en s’efforçant de jouer la carte électorale pour investir les institutions mises en place par la Constitution de l’an III ?

Notes

1 ADE, 9 L 3.

2 Louis Chanoine-Davranches, Le Brigandage dans l'Eure à la fin du XVIIIe siècle, procès d’une bande de chauffeurs, Sotteville-lès-Rouen, Impr. É. Lecourt, 1900.

3 Fabrice Renault, Robillard : le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, mémoire de maîtrise préparé sous la direction de Claude Mazauric, faculté de lettres de Rouen, 1987.

4 ADSM, LP 6528, LP 6562, LP 6563, LP 6571, LP 6572, LP 6580, LP 6581, LP 6582.

5 Michel Vovelle, Villes et campagnes au XVIIIe siècle : Chartres et Beauce, Paris, Éd. sociales, 1980.

6 Jean Vidalenc, La Petite Métallurgie rurale en Haute-Normandie sous l’Ancien Régime, Paris, 1946.

7 Bérénice Grissolange, « Le brigandage en l'an III dans les plaines de grande culture : une transition ? », dans Michel Vovelle (dir.), Le Tournant de Van III, réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, actes du 120e congrès des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 23-29 octobre 1995, Paris, CTHS, 1997, p. 347.

8 Fabrice Robillard, Robillard : le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, op. cit.

9 Léon de La Sicotière, Louis de Frotté et les insurrections normandes, Paris, Plon, 1889, (2 t.), rééd. 1989.

10 AN, F1 c III Eure 7.

11 ADE, 7 L 9.

12 Ibid.

13 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux (1740-1830), op. cit.

14 ADE, 5 L 2.

15 Ibid., 196 L 1.

16 Bulletin de l’Eure, no 1, 29 pluviôse an V (17 février 1797).

17 ADE, 9 L 3.

18 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux (1740-1830), op. cit., p. 107.

19 ADE, 12 L 13.

20 Ibid., 9 L 3.

21 Ibid., 5 L 1.

22 ADE, 12 L 13.

23 AN, F1 c III Eure 7.

24 Bernard Gainot, « Quelle place pour la Garde nationale pendant le Directoire ? » dans Serge Bianchi et Roger Dupuy (dir.), La Garde nationale entre nation et peuple en armes : mythes et réalités, 1789-1871, actes du colloque de l'université Rennes 2, 24-25 mars 2005, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 399.

25 ADE, 225 L 3.

26 Ibid., 207 L 1.

27 Ibid., 224 L 6.

28 Ibid., 180 L 1.

29 Ibid., 214 L 2.

30 Ibid., 224 L 6.

31 Ibid., 196 L 3.

32 Ibid., 45 L 2.

33 AN, F1 c III Eure 7.

34 ADE, 45 L 1.

35 Ibid., 45 L 2.

36 Ibid., 211 L 1.

37 Ibid., 224 L 2.

38 Ibid., 213 L 1.

39 Ibid., 180 L 1.

40 Ibid., 197 L 1.

41 Ibid., 216 L 5.

42 Ibid., 193 L 1.

43 Ibid., 45 L 2.

44 Ibid., 184 L 4.

45 Ibid., 196 L 1.

46 Bulletin du département de l'Eure, no 1 du 15 frimaire an V (5 décembre 1796).

47 AN, F1 c III Eure 7.

48 ADE, 45 L 5.

49 Les missions de la gendarmerie furent redéfinies par la loi fondamentale du 28 germinal an VI (17 avril 1798) qui ne comptait pas moins de 236 articles.

50 ADE, 45 L 13.

51 Ibid., 45 L 7.

52 Ibid., 45 L 13.

53 AN, F1 c III Eure 8.

54 ADE, 45 L 7.

55 Ibid.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search