Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IIe Partie. Les nouvelles administrations à l’épreuve du pouvoir

Chapitre VI. La crise de subsistances

Texte intégral

1L’abandon du Maximum le 4 nivôse an III (24 décembre 1794) intervenant durant un hiver précoce et rude entraîna une grave crise de subsistances dans le pays. La Normandie ne fut pas épargnée, y compris le département de l’Eure. À la très mauvaise récolte de l’été 1795, s’ajoutèrent les difficultés de circulation liées à un hiver très rigoureux : les rivières étant prises par les glaces et les voies terrestres détériorées, le transport des denrées vers les villes ne pouvait plus s’effectuer convenablement. Ainsi, le 28 nivôse an IV (18 janvier 1796), l’administration municipale du canton du Vaudreuil signalait que le débordement de la Seine empêchait le convoyage des grains sur des voies impraticables. Mal ravitaillées, les villes allaient connaître la disette et même, souvent, une véritable famine.

A. Une grave disette

  • 1 Il s’agit du futur Dupont de l’Eure.
  • 2 ADE, 214 L 2.
  • 3 Ibid., 223 L 3.

2Dès le printemps de l’an III, la population de l’Eure manqua de nourriture. Dans leurs registres, l’administration centrale et les administrations municipales constataient régulièrement cette situation souvent dramatique. Cette disette allait se poursuivre en l’an IV. Au Neubourg, le commissaire Dupont1 signalait que le 13 frimaire an IV (7 décembre 1795), il ne restait plus à la halle que 4 quintaux de blé pour nourrir les 3 000 habitants du canton2 ! Dans nombre de bourgades du département, une situation similaire était constatée, faute d’approvisionnement des marchés. À Rugles, le 18 nivôse an IV (8 janvier 1796), l’assemblée cantonale écrivait : « La disette s’accroît chaque jour de manière effrayante et peut avoir les suites les plus funestes3 ». Même constat à Cormeilles ou à Vernon. La situation devint particulièrement grave dans les villes à vocation industrielle comme Louviers et Pont-Audemer, incapables de ravitailler les ouvriers. Cette disette entraînait un affaiblissement de la population sur le plan sanitaire et des épidémies se développaient dans les villes notamment à Pont-de-l'Arche et à Louviers.

  • 4 AM Évreux, 4 F 14.
  • 5 Édouard Isambard, Histoire de la Révolution à Pacy-sur-Eure, Impr. Gâteau, 1884 (rééd. Page de Gar (...)
  • 6 Paul Duchemin, Histoire de Bourg-Achard, Pont-Audemer, Impr. Dugas, 1890.

3Le prix des céréales augmentait rapidement. À Évreux le quintal de blé en assignats passait de 122 livres le 25 vendémiaire an IV (17 octobre 1795) à 950 livres le 30 ventôse an IV4 (20 mars 1796). Les bourgades du Vexin, situées dans des secteurs de bonnes cultures, connaissaient elles aussi une hausse du prix des grains : à Étrépagny, les quantités de blé étant limitées, le prix du boisseau de froment s’envolait passant de 22 livres en fructidor an III (août 1795) à 150 livres en nivôse an IV (janvier 1796). Des halles vides ou ne proposant que trop peu de grains, le blé à un prix élevé : il n’en fallait pas plus pour provoquer de sérieux incidents comme à Pacy5 ou à Bourg-Achard6. Le 2 frimaire (23 novembre 1795) des cultivateurs transportant des grains de ce chef-lieu de canton à Pont-Audemer afin de s’acquitter de la contribution en nature prévue dans le cadre de l’emprunt forcé de l’an IV furent attaqués et pillés. D’autres villes du département connurent des incidents liés à la pénurie de subsistances : Damville, Bernay, Mainneville, Verneuil. Dans cette dernière ville, le 20 nivôse an IV (10 janvier 1796) des cultivateurs de Tillières qui venaient vendre leur blé subirent de mauvais traitements et durent se retirer en abandonnant leurs grains. Par ailleurs, des voitures chargées de vivres étaient régulièrement arrêtées, notamment dans la traversée des forêts.

  • 7 ADE, 5 L 1.
  • 8 Ibid., 214 L 1.

4À ces violences s’ajoutaient des enlèvements de grains plus discrets, opérés en pleine nuit. Comme à Saint-André-de-l’Eure, le 22 brumaire an IV7 (16 novembre 1795) où des individus profitèrent de l’obscurité pour s’emparer de blé et l’acheminer par des chemins de traverse. L’administration centrale dépêcha un commissaire accompagné de quinze hommes afin de surveiller la commune et d’éviter ainsi la disparition des grains aux marchés. Quelques jours plus tard, la municipalité cantonale de Saint-André8, redoutant un pillage de la halle, décida de tenir le marché dans l’église, bâtiment fermé plus facile à contrôler.

  • 9 Maryvonne Pichon, Recherches monographiques sur la basse vallée de l'Andelle pendant la Révolution (...)
  • 10 ADE, 7 L 6.
  • 11 Ibid., 24 L 6.

5Face à cette situation, la population se mobilisait pour obtenir du pain ; souvent, des femmes, guettant le passage des convois, s’en faisaient délivrer le contenu. Parfois elles venaient assister aux réunions de l’assemblée municipale, réclamant des mesures rigoureuses. Dans la vallée de l’Andelle, à Pont-Saint-Pierre, des femmes multipliaient les interventions lors des séances afin de réclamer du pain9. Dans le canton d’Ivry10, comme en 1792, la taxation populaire se pratiqua. L’administration centrale et les administrations municipales avaient tendance à mettre ces incidents sur le compte de la « malveillance ». Elles s’efforçaient de faire traduire les instigateurs de ces troubles devant les tribunaux, le ministre de l’Intérieur Bénézech félicitant même le commissaire Crochon pour les poursuites engagées contre les auteurs d’attroupements11. Néanmoins, les autorités ne pouvaient se contenter de poursuivre les émeutiers ; elles s’efforçaient également de prendre des mesures afin de faire face à une situation parfois dramatique.

B. Réquisitions et résistance des cultivateurs

6Malgré l’abolition du Maximum le 4 nivôse an III (24 décembre 1794), sous la Convention thermidorienne, les districts avaient été autorisés à opérer des réquisitions afin d’assurer l’approvisionnement des halles. La loi du 7 vendémiaire an IV (29 septembre 1795) imposait la vente des denrées au marché et avait également rendu possibles les visites domiciliaires chez les cultivateurs récalcitrants. Mais qui allait mettre en œuvre ces dispositions ? Sous le Directoire, le district n’existant plus, le pouvoir de réquisition avait été transféré aux administrations cantonales. La nouvelle administration centrale élue en brumaire an IV (novembre 1795) se trouvait face à de nombreuses municipalités de canton, tout récemment installées, théoriquement soumises à son autorité, mais qu'elle avait bien du mal à contraindre à appliquer la loi. De plus, ces municipalités cantonales étaient le plus souvent composées de riches cultivateurs n’ayant aucun intérêt aux réquisitions.

  • 12 Ibid., 24 L 3.

7L’administration centrale sentait bien que la disparition du district, échelon intermédiaire entre le département et le canton, constituait un lourd handicap. Le 11 brumaire an IV (2 novembre 1795), elle déclarait que « la suppression des districts et la cessation de leurs fonctions vont nécessairement mettre des obstacles aux recensements des grains et des fourrages qu’ils étoient chargés de faire en vertu de l’arrêté du représentant du peuple Duval, du 4 vendémiaire dernier12 ». En effet, par son arrêté du 4 vendémiaire an IV (26 septembre 1795), celui-ci, député de la Seine-Inférieure en mission dans l’Eure, avait ordonné un recensement de la récolte, chaque agriculteur devant ensuite fournir la quantité de grains qui lui avait été fixée.

8Certaines administrations n’hésitaient pas à critiquer ces mesures jugées trop autoritaires, comme celle d’Étrépagny, sur le plateau du Vexin, qui, dans son registre, retranscrivait le 20 nivôse an IV (10 janvier 1796) un long rapport favorable à un libéralisme économique bien tempéré :

  • 13 ADE, 199 L 1.

En fait d’économie politique, il ne faut jamais perdre cette vérité élémentaire que toute profession ne peut subsister et fleurir qu’autant que celui qui l’embrasse jouit de la plénitude de sa liberté, qu’il y trouve toute protection et qu’il en retire la juste indemnité de ses soins et de ses avances [...] cependant tout en réclamant pour les professions utiles une grande latitude de liberté, il ne faut pas se dissimuler que pour l’intérêt même de la société, il importe que cette liberté soit quelquefois contenue dans de justes mesures13.

  • 14 AN, F 11 346.

9Beaucoup de cultivateurs soumis à réquisition refusaient de conduire leur blé à la halle. Régulièrement les administrateurs départementaux dénonçaient « la cupidité des agriculteurs » et leur « esprit d’égoïsme » ainsi que les pratiques de certains meuniers qui vendaient au marché de la farine « mélangée ». Le 19 ventôse an IV (9 mars 1796), visant sans doute les cultivateurs acquéreurs de biens nationaux, la municipalité d’Évreux s’en prenait à « ces enfants gâtés de la Révolution qui a tout fait pour eux, ne veulent rien faire pour elle14 ».

10Dans plusieurs cantons, des poursuites furent engagées contre des agriculteurs refusant de satisfaire aux réquisitions, les administrations des villes décidant d’agir auprès des cultivateurs récalcitrants. Le 23 brumaire an IV (14 novembre 1795), la municipalité de Louviers intervenait dans un canton voisin, celui du Neubourg, faisant arrêter Chevallier, propriétaire de grains et agent de Cesseville mais cette mesure, considérée comme illégale, fut annulée par l’administration centrale. Quelques mois plus tard, constatant le refus des réquisitions de la part de cultivateurs d’Amfreville-la-campagne (canton de Tourville) qui bénéficiaient de la complicité d’agents municipaux, l’administration municipale de Louviers décida le 5 ventôse an IV (24 février 1796) de faire ouvrir la grange de Ménil, cultivateur à Amfreville afin d’obtenir les 300 quintaux réquisitionnés.

11Régulièrement, l’administration centrale recevait également de nombreuses pétitions émanant des manufacturiers se plaignant de ne pas disposer de suffisamment de blé pour nourrir correctement leurs ouvriers. C’était le cas de Laboulais, fabricant de rubans à Lieurey ou de Moutardier quincaillier à Bourth. Pour sa part, Blanchet père, propriétaire d’une aciérie de La Guéroulde (canton de Breteuil) n’avait pu obtenir que 12 quintaux sur les 30 qui lui avaient été accordés. À Rugles, le maître de forge Girancourt dénonçait le commissaire cantonal qui s’opposait à la fourniture des 250 quintaux de grains destinés à « la classe indigente ». Les propriétaires de la fonderie de cuivre de Romilly qui souhaitaient acheter des grains pour leurs ouvriers protestèrent plusieurs fois auprès du département, contre les difficultés rencontrées.

12Si les réquisitions étaient impopulaires auprès des cultivateurs, il en allait de même des contributions en nature. La loi du 2 thermidor an III (20 juillet 1795) obligeait en effet les propriétaires à payer la moitié de la contribution foncière de l’an III en nature ainsi que les fermages des domaines nationaux et l’emprunt forcé de l’an IV. Les grains devaient être acheminés dans les magasins militaires pour servir en priorité à la subsistance des troupes. Certains administrateurs ne se privaient pas de critiquer ces contributions en nature, considérant qu’il s’agissait de denrées retirées des marchés traditionnels. Ainsi, les membres de l’administration cantonale de Pacy estimaient que « les contributions et fermages en nature enlèvent presque tous les grains recensés ». Très impopulaire dans les campagnes, la collecte des contributions en nature donnait lieu à des irrégularités et à de fréquentes tensions. Nombre de cultivateurs étaient réticents à transporter une fraction de leur récolte au magasin, d’autant que les routes n’étaient pas sûres. Pour favoriser ce versement, l’administration centrale décida le 1er frimaire an IV (22 novembre 1795) d’accorder une indemnité pour les déplacements supérieurs à trois lieues.

13Sept magasins militaires existaient dans le département : un au siège de chacun des anciens districts (Évreux, Bernay, Louviers, Pont-Audemer, Les Andelys, Verneuil) auquel s’ajoutait l’important entrepôt de Vernon situé à Vernonnet, sur la rive droite de la Seine. Étant donné l’éloignement de ces magasins alors que les transports étaient risqués, la commission des approvisionnements décida le 11 thermidor an III (29 juillet 1795) la création de magasins civils venant s’ajouter aux dépôts militaires. L’administration centrale entreprit donc d’ouvrir seize nouveaux magasins répartis dans chacun des anciens districts, sauf celui des Andelys. L’expérience ne dura qu’un an environ puisque le 9 fructidor an IV (26 août 1796), le ministre de l’Intérieur décida de supprimer ces nouveaux magasins civils.

  • 15 AN, F 11 346.

14Les administrateurs rencontrèrent également des difficultés avec les gardes-magasins. Mal payés et souvent avec retard, ils n’accomplissaient pas toujours leur mission avec sérieux. Certains emportaient les registres et les cultivateurs ne pouvaient prouver leurs versements en nature, d’autres refusaient de remettre des duplicata aux contribuables ayant égaré leurs récépissés et, plus grave, des responsables de magasins militaires n’acceptaient pas de laisser sortir des grains de leur entrepôt alors que la décision avait été prise par les administrateurs locaux et confirmée par le ministre de l’Intérieur. Ce dernier dut plusieurs fois intervenir auprès de son collègue de la Guerre afin d’avoir satisfaction15.

15Les grains entreposés dans ces magasins servaient surtout à l’approvisionnement de Paris pour lequel l’Eure continuait à être frappé de réquisitions. Le département devait également fournir des vivres pour la défense nationale, le Sud et l’Ouest de l’Eure étaient particulièrement sollicités. Bernay et Verneuil devaient procurer 50 000 quintaux pour l’armée des côtes de Cherbourg. Les administrateurs départementaux tentaient de limiter ces réquisitions en faveur des armées. Le 25 frimaire an IV (16 décembre 1795), l’administration centrale voulut empêcher le transport du produit de la contribution foncière et du fermage des domaines nationaux d’un magasin à l’autre. Le ministre de la Guerre Aubert-Dubayet s’en offusqua et alerta son collègue de l’Intérieur.

C. L'« égoïsme » des cantons

16Une fois les contributions en nature versées, le cultivateur devait vendre ses grains au marché, mais où devait-il se rendre ? Par un arrêté du 2 brumaire an IV (24 octobre 1795), l’administration centrale avait décidé de maintenir les arrondissements de marchés mis en place par les anciens administrateurs de district. Bientôt, le ministre de l’Intérieur la rappela à l’ordre et lui demanda d’appliquer la loi du 18 vendémiaire an II (9 octobre 1793) qui prévoyait que « les communes qui étaient dans l’usage avant 1789 de porter leur grain à ces marchés doivent continuer de le faire ».

  • 16 ADE, 182 L 1.

17Ces aires d’approvisionnement des marchés ne correspondaient pas aux cantons alors que chacun d’eux voulait d’abord utiliser sa propre production pour ses habitants, d’où de nombreux conflits entre les administrations cantonales. Les Andelys qui voulait obtenir du blé d’Étrépagny entra en opposition avec la petite ville du Vexin tandis qu’Écouis dénonçait sa voisine Charleval recevant du blé des communes de Marcouville, Villerest et Bacqueville situées dans le canton d’Écouis. Tourville et Bourgtheroulde refusèrent d’accorder des grains à Elbeuf situé hors du département tandis que Beaumont-le-Roger interdisait par arrêté à Pont-de-l'Arche de venir s’approvisionner à la halle de Beaumont16. Une rivalité existait également entre le canton de Louviers et celui du Neubourg. Ce dernier « était plus riche et il était entouré des communes les plus productives ». En revanche, Louviers était plus peuplé et comportait notamment une population ouvrière qu’il fallait nourrir. Dupont défendit avec acharnement son canton du Neubourg tandis que Demante, administrateur de Louviers, mettait en avant, avec la même âpreté, les intérêts du sien. Louviers revendiquait pour son marché les deux grosses communes de Marbeuf et Saint-Aubin, attribuées au marché du Neubourg parce que plus proches de ce dernier.

  • 17 Georges Lefebvre, La France sous le Directoire 1795-1799, op. cit.

18Chaque canton faisait preuve d’« égoïsme », refusant d’approvisionner son voisin. Comme le fait remarquer Georges Lefebvre : « On peut dire qu’au point de vue des subsistances la constitution de l’an III a établi une sorte de “fédéralisme” : chaque administration municipale n’a pensé qu’à elle et n’a rien voulu faire pour aider la municipalité voisine17. » L’administration centrale incita les cantons à se soutenir mutuellement comme elle le rappelait dans son compte de gestion de l’an IV et de l’an V. Les administrateurs départementaux s’efforçaient d’arbitrer entre des administrations cantonales pour fixer le marché attribué à certaines communes.

  • 18 ADE, 24 L 3.
  • 19 AN, F 11 346.

19Cette méthode ne valait que s’il existait des subsistances à répartir ; mais dans les premiers mois de l’an IV, les marchés n’étaient plus guère approvisionnés et de nombreuses communes demandaient des secours. Devant la gravité de la situation, l’administration centrale fut amenée à prendre des mesures d’urgence : la collecte des contributions en nature permit de distribuer des secours aux villes affamées. Verneuil reçut 400 quintaux de riz pris sur les magasins de Rouen, 1 500 quintaux de grains furent mis à la disposition de Louviers « cette commune est dès ce moment-ci absolument sans pain et sans espérance de pouvoir s’en procurer18 ». Le ministre de l’Intérieur accorda un secours à Pont-de-l'Arche où les « indigents étaient attaqués par une funeste maladie » : la ville allait recevoir 500 quintaux à prendre sur la cargaison du navire L’Active entré récemment au Havre19. Parallèlement, Louviers reçut, avec l’accord du ministre de l’Intérieur, un nouveau secours de 1 500 quintaux. En floréal an IV (mai 1796), le commissaire Crochon de passage à Pont-Audemer, constata la situation dramatique de plusieurs cantons de l’ancien district : 1 500 individus n’avaient rien à manger et beaucoup mouraient d’inanition ; Crochon ordonna l’attribution d’un secours de 300 quintaux. Les villes disposant de maisons d’arrêt reçurent des secours particuliers pour nourrir les prisonniers de droit commun auxquels s’ajoutaient parfois comme à Bernay des prisonniers de guerre et des déserteurs étrangers. Évreux dont le marché était presque vide refusait de fournir des vivres en faveur des détenus. Le chef-lieu du département reçut alors des secours tout comme la ville de Bernay. Les plus nécessiteux souffraient durement de cette situation. Lors des distributions, priorité était donc accordée aux plus pauvres, à la « classe indigente » comme il est dit dans les registres. Les autorités leur attribuaient parfois du pain de son comme à Vernon, en utilisant les stocks de la minoterie de Vernonnet.

Figure 6 – Jacques-Charles Dupont président de la municipalité cantonale du Neubourg, ADE, 20 Fi 151.

  • 20 Ibid., 24 L 3.
  • 21 Ibid., 24 L 4.

20Certaines communes de l’Eure devaient approvisionner des marchés extérieurs au département mais n’y apportaient aucun empressement. D’ailleurs, le 24 brumaire an IV (15 novembre 1795), l’administration centrale fut rappelée à l’ordre car le blé qui devait être envoyé par des communes de l’Eure (Lieurey, Cormeilles et Beuzeville) dans les anciens districts de Lisieux et de Pont-l’Evêque, dans le Calvados, tardait à arriver. D’autres communes de l’Eure devaient ravitailler Elbeuf mais les grains une fois achetés étaient souvent bloqués et ne pouvaient passer en Seine-Inférieure. Le même type d’incident se produisit pour l’approvisionnement de la ville de Rouen. Le 17 frimaire an IV (8 décembre 1795), le ministre de l’Intérieur Bénézech demandait à l’administration centrale d’envoyer 20 000 quintaux de grains à Rouen, à prendre dans différents magasins de l’Eure : ceux de Bernay, Pont-Audemer, Louviers et même Verneuil20. Ces mesures ne furent exécutées que partiellement, les responsables du magasin militaire de Bernay refusant de délivrer 3 000 quintaux à Rouen21. La grande ville normande ne recevait pas tout le blé acquis dans l’Eure : des grains achetés par un boulanger rouennais se trouvaient bloqués aux Andelys sur décision de l’administration municipale, des subsistances pourtant destinées à l’hospice de Rouen ne pouvaient quitter le bourg d’Écouis, du blé acheté dans l’Eure n’était toujours pas parti de Jouy-sur-Eure, Fleury-sur-Andelle ou Conches. L’administration centrale de l’Eure devait donc user de son influence afin de rendre les grains et les farines à leurs acquéreurs pour approvisionner les marchés de Rouen.

  • 22 Ibid., F1 c III Eure 7

21Tirant les conclusions de cette crise de subsistances dans son compte de gestion de l’an IV et de l’an V22, l’administration centrale écrivait :

  • 23 Cet arrêté rétablissait les aires d’approvisionnement des marchés existant en 1789.

On peut dire en général, que depuis l’arrêté du 26 ventôse an IV23 [16 mars 1796], les halles ont été approvisionnées avec autant d’abondance qu’elles l’étaient avant la révolution. Cette vérité, jointe à l’expérience de la disette dans laquelle nous nous sommes trouvés avant cette époque, nous a pleinement convaincus que le système des réquisitions n’est propre qu’à engendrer la famine et que l’abondance ne peut naître que de la bonne foi et de la liberté entière du commerce.

22Cette déclaration appelle deux remarques. Tout d’abord, il semble bien que l’approvisionnement normal des marchés ne soit pas intervenu dès ventôse (mars) mais que la situation ne soit redevenue normale que durant l’été, avec la bonne récolte de 1796. D’autre part, afin de se démarquer du Maximum, l’administration centrale renouvelait sa proclamation en faveur de la liberté de commerce. Elle n’ignorait pas pourtant que, durant les premiers mois de l’an IV, avait été mise en place une réglementation du commerce des grains (obligation de vendre au marché, réquisitions) même si, le district ayant disparu, il manquait une autorité pour faire exécuter ces mesures avec un minimum d’efficacité.

  • 24 Georges Lefebvre, La France sous le Directoire, Paris, Éditions sociales, 1984, p. 175.

23Cette crise de subsistances provoqua une grave misère dans les couches les plus pauvres de la population, entraînant un développement de la mendicité et du vagabondage. Comme l’écrit Georges Lefebvre, « en province, le mal s’est manifesté surtout sous la forme du brigandage ou plus exactement, du développement de la mendicité : lorsque les mendiants deviennent trop nombreux, ils deviennent vagabonds puis ils s’attroupent et alors, ils se transforment en brigands24 ». Ainsi, dans l’Eure, l’administration centrale qui avait bien du mal à affronter cette crise de subsistances, dut faire face au développement du brigandage et de la chouannerie.

Notes

1 Il s’agit du futur Dupont de l’Eure.

2 ADE, 214 L 2.

3 Ibid., 223 L 3.

4 AM Évreux, 4 F 14.

5 Édouard Isambard, Histoire de la Révolution à Pacy-sur-Eure, Impr. Gâteau, 1884 (rééd. Page de Garde, 1997).

6 Paul Duchemin, Histoire de Bourg-Achard, Pont-Audemer, Impr. Dugas, 1890.

7 ADE, 5 L 1.

8 Ibid., 214 L 1.

9 Maryvonne Pichon, Recherches monographiques sur la basse vallée de l'Andelle pendant la Révolution française, op. cit.

10 ADE, 7 L 6.

11 Ibid., 24 L 6.

12 Ibid., 24 L 3.

13 ADE, 199 L 1.

14 AN, F 11 346.

15 AN, F 11 346.

16 ADE, 182 L 1.

17 Georges Lefebvre, La France sous le Directoire 1795-1799, op. cit.

18 ADE, 24 L 3.

19 AN, F 11 346.

20 Ibid., 24 L 3.

21 Ibid., 24 L 4.

22 Ibid., F1 c III Eure 7

23 Cet arrêté rétablissait les aires d’approvisionnement des marchés existant en 1789.

24 Georges Lefebvre, La France sous le Directoire, Paris, Éditions sociales, 1984, p. 175.

Table des illustrations

Légende Figure 6 – Jacques-Charles Dupont président de la municipalité cantonale du Neubourg, ADE, 20 Fi 151.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search