Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IIe Partie. Les nouvelles administrations à l’épreuve du pouvoir

Chapitre V. L'administration centrale et la renaissance du jacobinisme

Texte intégral

  • 1 Isser Woloch, Jacobin legacy, the democratic movement under the Directory, Princeton, Princeton Un (...)
  • 2 François-Alphonse Aulard, « L’exercice de la souveraineté nationale sous le Directoire » dans La R (...)
  • 3 Gabriel Deville, Thermidor et Directoire, dans Histoire socialiste de la Révolution française, t.  (...)
  • 4 Marcel Reinhard, Le Département de la Sarthe sous le régime directorial, op. cit.
  • 5 Raymonde Monnier, « Néo-jacobins », dans Albert Soboul, (dir), Dictionnaire historique de la Révol (...)

1Longtemps, l’historiographie a assimilé le jacobinisme renaissant au babouvisme mais depuis une quarantaine d’années, grâce au travail pionnier d’Isser Woloch1, les historiens ont reconnu « la persistance et le renouvellement d’un courant démocratique héritier du jacobinisme et largement irréductible au babouvisme » durant le Directoire. Faut-il parler de « jacobins » tout court ? De « républicains démocrates » comme Alphonse Aulard2 ? De « républicains avancés » avec Gabriel Deville3 ou d’« exclusifs » selon l’expression de Marcel Reinhard4 ? Avec Bernard Gainot, nous qualifierons désormais ce courant politique de « néo-jacobinisme » : s’il est incontestablement l’héritier du club de la rue Saint-Honoré et du jacobinisme de l’an II, il se renouvelle. Pour Raymonde Monnier5, la « vitalité » et la « permanence » de ce « courant républicain de gauche » n’est pas une « simple lutte pour la survie » mais témoigne jusqu’au Consulat de la « résurgence d’une pratique politique et réaffirmation d’une idéologie » tout en reconnaissant que le « programme des néo-jacobins était limité ».

2C’est dans le cadre de cette renaissance du jacobinisme au début du Directoire que se situait la création par l’imprimeur Touquet d’un périodique, Le Bulletin de l’Eure. Comment ce journal allait-il se situer par rapport aux administrateurs départementaux ? Dans le climat d’union de tous les républicains, ce journal allait-il exprimer le point de vue de l’administration centrale ou conserver son autonomie et son droit de critique à l’égard des autorités départementales ?

A. Le Bulletin de l'Eure, organe officiel du département ?

  • 6 Bibliothèque nationale de France, 8-Lc 10 127 (4).
  • 7 AN, L 2617025, dossier « Légion d’honneur ».

3Le 15 frimaire an V (5 décembre 1796), l’imprimeur Touquet publia le premier numéro du Bulletin du Département de l’Eure6. Né le 3 janvier 1775 à Bailleul-la-Vallée (canton de Cormeilles, Eure), Jean-Baptiste-Pierre-Louis Touquet s’était engagé comme volontaire en juin 1792. Devenu lieutenant à la fin de l’année 1792, employé à l’état-major général en mai 1793, puis envoyé au 14e régiment de ligne7, il quittait l’armée et venait ensuite s’installer comme imprimeur à Évreux. N’étant pas membre de la société populaire d’Évreux, il ne semble pas avoir participé à la vie politique dans cette ville. Cependant, dans l’un de ses articles, il indiquait qu’en l’an II, il fut « proscrit par les Comités révolutionnaires » et que Robert Lindet, député de l’Eure et membre du Comité de Salut public, favorisa sa libération.

  • 8 Michel Prévost et al., Dictionnaire de biographie française, Paris, 1958 (t. VIII).
  • 9 Guy de Chaumont-Guitry, Essai sur les causes qui depuis le 18 fructidor devaient consolider la Rép (...)

4Le principal collaborateur de Touquet au Bulletin de l’Eure était Guy Chaumont-Guitry8. D’origine noble, né en 1767, d’abord officier au régiment des chasseurs des Alpes, Chaumont-Guitry fut emprisonné quatre mois comme suspect bien qu’ayant adhéré aux idéaux de la Révolution. Après sa libération, il devint avocat à Évreux comme son frère François, exerçant avec ce dernier le métier d’imprimeur ; les deux frères étaient devenus des partenaires de Touquet dans l’édition du journal. En thermidor an VII (juillet 1799), Guy de Chaumont-Guitry publia un Essai sur les causes qui depuis le 18 fructidor devaient consolider la République en France et sur celles qui ont failli la faire périr9.

  • 10 Éric Wauters, Une presse de province en révolution. Journaux et journalistes normands pendant la R (...)
  • 11 Christine Peyrard, Les Jacobins de l'Ouest : sociabilité révolutionnaire et formes de politisation (...)
  • 12 Isser Wolloch, Jacobin Legacy. The Democratic Movement under the Directory, op. cit.

5Mentionné une seule fois seulement dans l’ouvrage de Louis Boivin-Champeaux, le Bulletin de l’Eure est bien entendu signalé dans la thèse d’Éric Wauters sur la presse normande sous la Révolution10 ainsi que dans celle de Catherine Peyrard consacrée au jacobinisme dans l’Ouest11 ; le périodique a également été étudié par l’historien américain Isser Wolloch12. Il a en effet dépouillé une quinzaine de journaux provinciaux d’orientation néo-jacobine paraissant sous le Directoire, regrettant que, pour beaucoup d’entre eux, nous ne possédions qu’un petit nombre de numéros. En revanche, il s’est félicité que la totalité des numéros du Bulletin de l’Eure nous soit parvenue :

Le journal publié à Évreux, chef-lieu de l’Eure, est par conséquent remarquable : il parut pendant près d’un an et demi, couvrant toute la période du nouvel essor jacobin de 1798 ; il est devenu inhabituellement explicite dans ses commentaires politiques et sociaux ; il est bien conservé à la Bibliothèque nationale où il a été négligé, ce qu’il ne méritait pas.

6Ce périodique qui, au départ, paraissait toutes les décades, comptait vingt pages et chaque numéro, de format in-octavo comportait un sommaire à la première page. À la fin du journal se trouvait un fac-similé de la signature de Touquet, « cas unique dans la presse normande » selon Éric Wauters. La publication était livrée avec un supplément : le Bulletin de Législation et du Département de l’Eure. Dès le premier numéro du Bulletin du département de l’Eure, il fut annoncé que le prix de la souscription pour ce supplément était de 6 francs pour 360 pages. À partir du 29 pluviôse an V (17 février 1797), le journal parut deux fois par décade : le 4 et le 9. Ce Bulletin était daté à la fois selon le calendrier républicain et le calendrier grégorien, ce qui ne manque pas d’étonner.

7Quelques mois après la création du journal, Touquet adressa à chaque municipalité de canton un prospectus présentant le Bulletin du département de l’Eure. Cet avis indiquait la liste des rubriques et le contenu du journal qui devait également exprimer « de temps à autre quelques idées du Rédacteur ». Optimiste, Touquet signalait que le Bulletin « a obtenu le succès qu’on en pouvait attendre. Le nombre des souscripteurs tous les jours croissant en assure la réussite ». Pour amplifier ce succès, l’imprimeur invitait chacun à diffuser ce prospectus et à multiplier les abonnements : l’opération sembla réussir même si le nombre des abonnés ne nous est pas connu. Plusieurs administrations cantonales s’abonnèrent au Bulletin du département de l’Eure et ce périodique eut donc une réelle influence dans certaines municipalités de canton. D’autre part, des militants néo-jacobins, anciens membres des sociétés populaires, s’abonnèrent à titre individuel.

8Dans les premiers numéros, le directeur du Bulletin du département de l’Eure se déclarait « Imprimeur de l’administration centrale du département de l’Eure ». Cette précision, l’allusion au « département de l’Eure » dans le titre et la publication de nombreux arrêtés de l’administration centrale, tous ces éléments contribuèrent sans doute à laisser croire que ce journal était l’organe officiel du département. Afin de ne plus être considéré comme le bulletin officiel de l’administration centrale, Touquet décida de changer de titre. Après sept numéros, à partir du 29 pluviôse an V (17 février 1797), le journal devint le Bulletin de l’Eure, paraissant tous les cinq jours. En effet le no 7 et dernier du Bulletin du département de l’Eure comportait en dernière page cette mise au point en caractères gras, signée de Touquet :

Je déclare formellement que ce Journal n’est point le Bulletin officiel de l’Administration centrale du département de l’Eure et comme le titre pourrait le faire croire aux personnes qui s’imaginent que des mots Département et Administration sont synonymes, je substitue au Titre jusqu’ici usité, celui de BULLETIN DE L’EURE [en majuscules dans le texte].

9Mais cette assimilation du Bulletin de l’Eure à l’administration centrale persista et le bruit courut que Pain, administrateur du département, collaborait au journal. Dans le no 14 du 4 floréal an V (23 avril 1797), Pain publia un démenti.

  • 13 Le Bulletin de l’Eure, no 15 du 9 floréal an V (28 avril 1797).

10Le Bulletin donnait des informations sur la progression des armées françaises : à plusieurs reprises, le journal célébra les victoires de Bonaparte en Italie. Ainsi dès le deuxième numéro du Bulletin du département, étaient reproduits les couplets chantés par les troupes marchant sur Rome et les États du pape et les « brillantes opérations » des armées du Rhin qui avaient provoqué l’allégresse à Évreux, étaient également célébrées13. Le journal informait aussi ses lecteurs sur l’activité du Directoire et celle des Conseils. Il contenait également ce que nous appelons aujourd’hui des faits divers ou des nouvelles d’ordre judiciaire.

11Toutefois, dans le Bulletin, les articles à caractère politique tenaient une place prépondérante. Il s’agissait le plus souvent de textes dénonçant des activités royalistes. Le journaliste s’en prenait fréquemment aux « honnêtes gens » qu’il écrivait parfois « honnêtes zens » pour se moquer d’eux. Les articles politiques publiés par le Bulletin jusqu’aux élections de germinal an V (avril 1797) furent essentiellement constitués par des appels aux républicains en vue de ce scrutin. Nous analyserons ces appels en étudiant la préparation de cette consultation électorale. L’article publié dans le no 7 du 21 pluviôse an V (9 février 1797) est intéressant, car il permet au Bulletin de se situer par rapport aux forces politiques. Dans cet écrit, Touquet se range parmi « les amis de l’ordre, les vrais Républicains, les hommes probes réellement attachés à la Constitution de l’an 3 » renvoyant dos à dos les « anarchistes » et les royalistes. Le Bulletin classait les Français en « deux classes distinctes, celle des bons et celle des mauvais, les amis de la constitution de l’an III et ses ennemis ». Le journal poursuivait : « Celui qui n’est pas pour moi est contre moi disait le doux et paisible révolutionnaire de la Judée. Appliquons à l’état actuel de la République cet axiome de son Évangile : celui qui n’est pas pour la Constitution est contre la Constitution ».

  • 14 Bulletin de l’Eure, no 8 du 4 germinal an V (24 mars 1797).
  • 15 Ibid., no 18 du 24 floréal an V (13 mai 1797).
  • 16 Bulletin du département de l’Eure, no 6 du 5 pluviôse an V (27 janvier 1797).

12S’il respectait le Christ, Touquet manifestait une nette hostilité envers les prêtres. L’anticléricalisme constituait un thème récurrent du Bulletin de l’Eure, le rédacteur ne manquant pas d’attaquer les prêtres réfractaires, mais s’en prenant aussi aux jureurs. D’une manière générale, il leur conseillait, comme en Angleterre, de « se tenir tranquille et se taire14 ». Dans un article consacré aux les fêtes publiques, Touquet voyait dans la religion dominante une menace pour la paix civile15. Ces dénonciations de principe n’allaient pas sans ironie sur les pratiques cultuelles. Ainsi, sous le titre « Grande pluie dans la cathédrale d’Évreux », le journaliste rapportait que l’édifice avait été abondamment aspergé d’eau bénite après une série de prestations de serment de haine à la royauté et à l’anarchie, se demandant : « Que sera-ce lorsque l’assemblée électorale viendra y faire ses Pâques le jour des Rameaux et toute la sainte Semaine.16 »

  • 17 BNF, Lcn 339.
  • 18 Bulletin de l’Eure, no 6 du 24 ventôse an V (14 mars 1797).

13Dans le premier numéro du Bulletin de l’Eure – nouvelle appellation du journal – daté du 29 pluviôse an V (17 février 1797), Touquet entamait une polémique avec l’abbé Moulis, curé de Chrétienville qui venait de commencer à publier de son côté chaque décade un périodique intitulé le Journal du bon sens17, à partir du 18 pluviôse an V (6 février 1797). Dans presque chaque numéro, Touquet critiquait le Journal du bon sens, souvent sur le ton de l’ironie. Parfois le ton devenait plus vif et Touquet s’en prenait aux « vieux lazzis théologiques » de « l’illustre abbé », derniers avatars de la lutte séculaire entre religion et philosophie en France. Le rédacteur du Bulletin de l’Eure n’attaquait pas seulement celui qu’il appelait « l’abbé Bon-sens » sur des questions religieuses ; il s’en prenait également à ses propositions en matière économique, critiquant ses vues en matière commerciale comme « un projet digne de Babeuf18 ». Touquet allait d’ailleurs être amené à s’exprimer au sujet du babouvisme car Robert Lindet était poursuivi dans le cadre du procès qui suivit l’échec de la conspiration des Égaux.

B. Robert Lindet et le babouvisme

14Dès le début du régime directorial, Babeuf développa dans son journal Le Tribun du Peuple une théorie égalitaire fondée sur l’abolition de la propriété individuelle et la mise en commun des richesses. Inquiets de la propagande babouviste, les directeurs décidèrent de réprimer le mouvement. De son côté, Babeuf décida de mettre en place un « comité insurrecteur » de sept membres.

  • 19 AN, F7 4278 et W 563.
  • 20 Après l’exécution de Babeuf, Turreau adopta Camille, le plus jeune fils de Babeuf.

15Le mouvement, surtout influent à Paris et dans l’armée, disposait de certaines ramifications dans quelques départements : le Pas-de-Calais, le Rhône et la Marne où Drouet était populaire. En revanche, le babouvisme n’avait guère d’influence en Normandie et plus particulièrement dans l’Eure comme le confirme la liste des abonnés au Tribun du Peuple, récupérée par la police dans les papiers de Babeuf. Sur 642 abonnés, huit seulement résidaient dans les cinq départements normands dont un seul dans l’Eure19 : le général divisionnaire Turreau, résidant à Conches-en-Ouche près d’Évreux, localisé par erreur dans le département de la Seine20. Ni les frères Lindet, ni le journaliste Touquet n’étaient abonnés à ce périodique.

16Les babouvistes cherchèrent à s’allier aux anciens conventionnels, notamment Robert Lindet et Drouet avec lequel Babeuf était en contact. L’alliance fut nouée sur les bases d’un manifeste rédigé par Sylvain Maréchal et prévoyant notamment le « rétablissement de la Constitution de 1793, de la liberté, de l’égalité et du bonheur de tous ». La décision du gouvernement de muter aux frontières la légion de police, où l’influence babouviste était forte, précipita le mouvement. Le « comité insurrecteur » choisit de passer à l’action, mais la conjuration des Égaux révéla alors son impréparation. Régulièrement informé par un agent double nommé Grisel, le Directoire prit les conjurés de vitesse et le 20 floréal an IV (9 mai 1796), le nouveau ministre de la Police générale Cochon de Lapparent fit arrêter les principaux dirigeants babouvistes.

  • 21 AN, W 559 (18).
  • 22 Robert Lindet épousa d’ailleurs la fille de Pierre Mesnil, Marie-Agathe, le 18 floréal an VI (7 ma (...)

17Pourquoi Robert Lindet fut-il mêlé à cette conspiration ? Il n’avait pas participé aux réunions préparatoires à la conjuration mais son nom fut cité dans un rapport d’Armand au ministre de la Police générale. Un arrêté pris le 21 floréal an IV (10 mai 1796) par les membres du Directoire (sauf Barras) ordonna l’arrestation de Lindet, son interrogatoire par le ministre de la Police générale suivie d’une perquisition à son domicile 30 rue Saint-Honoré le 23 floréal an IV (12 mai 1796). Dans son rapport, le juge de paix de la place Vendôme signalait que Lindet était sorti, qu’aucun papier suspect n’avait été trouvé et que des scellés avaient été apposés au domicile de l’ancien conventionnel21. Un mandat d’arrestation fut alors pris contre lui le 23 prairial an IV (11 juin 1796) mais Robert Lindet avait quitté Paris ; parti pour Bernay dès le 22 floréal (11 mai), il s’était rendu à Caen, au domicile de Pierre Mesnil qu’il avait sauvé de la guillotine après la révolte fédéraliste22 ; il y resta jusqu’à la fin du procès de Vendôme.

Figure 5 – Première page du no 1 du Bulletin de l’Eure, ADE, 1 Mi 31.

18Quelques mois après l’arrestation des dirigeants de la conjuration, les démocrates parisiens désemparés tentèrent d’amener à la rébellion les soldats du 21e régiment de dragons stationnés à Grenelle. Lorsque plusieurs centaines de jacobins se présentèrent au camp pour fraterniser avec les dragons, dans la nuit du 23 au 24 fructidor an IV (9 au 10 septembre 1796), ils furent accueillis par une fusillade faisant une vingtaine de tués et de nombreux blessés. La répression menée par le Directoire fut vigoureuse, à la mesure de l’inquiétude provoquée par l’événement, qui se communiqua dans les départements proches de Paris.

  • 23 ADE, 5 L 2.
  • 24 Ibid., 233 L 1.

19Ainsi l’administration centrale de l’Eure délibéra le 26 fructidor an IV (12 septembre 1796) au sujet de « la conspiration des brigands qui ont marché sur le camp de Grenelle ». Elle signalait que « 6 ou 700 brigands » s’étaient présentés au camp aux cris de : « La constitution de 1793 ! » Selon l’administration départementale, le nombre de tués s’élevait à 30 ou 40 et les arrestations à 132. « Les autres vont-ils se réfugier à Évreux ? » s’interrogeaient les administrateurs de l’Eure qui s’empressèrent de prendre des mesures strictes par arrêté. La délibération imprimée devait être placardée dans l’ensemble du département et la Garde nationale était mise en alerte23. La proclamation de l’administration centrale provoqua une réelle inquiétude dans certains cantons comme à Verneuil24.

20L’un des accusés, Drouet, étant député, il devait être traduit devant la Haute Cour de justice et tous les prévenus furent déférés devant cette juridiction qui siégea à Vendôme. Prévue par la Constitution de l’an III (articles 265 à 273), la Haute Cour était formée de cinq juges et de deux accusateurs nationaux tirés au sort parmi les membres du Tribunal de cassation ainsi que de vingt-quatre hauts-jurés tirés au sort sur une liste nationale établie chaque année suite au vote des départements. Leprévost, haut-juré désigné par l’assemblée électorale de l’Eure en vendémiaire an IV (octobre 1795) fut choisi.

  • 25 Pierre Serna, « Réal ou la république réaliste », dans Michel Vovelle (dir.), Le Tournant de Van I (...)
  • 26 Ces lettres ont été conservées par la famille. Des extraits ont été publiés dans François Pascal, (...)
  • 27 Robert-Thomas Lindet, représentant du peuple, à la Haute-cour de justice, sur l'accusation contre (...)
  • 28 Robert-Thomas Lindet, Second mémoire pour Robert Lindet, accusé devant la Haute-cour de justice, B (...)

21Durant le procès qui débuta le 2 ventôse an V (20 février 1797), Thomas Lindet, député aux Anciens, qui était en relation avec Réal25, défenseur officieux des accusés, envoya régulièrement des lettres à son frère Robert au sujet du déroulement des événements26. Le député aux Anciens rédigea et publia deux mémoires afin d’assurer la défense de son frère. Dans le premier, daté du 30 nivôse an V (19 janvier 1797), imprimé à Paris27, il rappelait notamment le rôle modérateur que joua Robert Lindet lors la répression qui suivit l’insurrection fédéraliste en faveur des municipaux de Conches et d’Évreux ainsi que des Nantais. Le second mémoire, non daté, imprimé à Évreux, par Touquet28 visait surtout à réfuter les accusations de Grisel qui prétendait que Robert Lindet avait assisté aux « assemblées » chez Drouet.

22Le no 2 du Bulletin du département de l’Eure daté du 25 frimaire an V (15 décembre 1796) publia des extraits du premier mémoire de Thomas Lindet, afin d’informer les lecteurs au sujet « des persécutions qu’a éprouvées [Robert Lindet] cet infortuné plébéien ». Finalement l’ancien conventionnel fut acquitté le 8 prairial an V (27 mai 1797) et Thomas demanda alors à Touquet de publier une note dans le Bulletin de l’Eure afin d’informer « un grand nombre de citoyens qui ont pris un grand intérêt à la persécution suscitée contre Robert Lindet mon frère ». Touquet fit part de sa « plus vive satisfaction » suite à l’acquittement du prévenu. Pour Isser Woloch, Touquet soutint Robert Lindet pour des raisons personnelles mais également pour des motifs politiques : le journaliste estimait en effet que derrière le procès du babouvisme, c’était le procès du jacobinisme qu’on faisait :

  • 29 Isser Woloch, Jacobin legacy, the democratic movement under the Director, op. cit., p. 191.

Alors que Touquet, en aucune manière ne cautionna le babouvisme, le qualifiant plus tard comme « un idéal théorique et peut-être chimérique », il s’opposa de façon vigoureuse et explicite à l’antijacobinisme du Directoire29.

23En ce début de l’an V, le paysage politique du département avait été modifié avec la publication du Bulletin de l’Eure. Touquet encourageait l’union de tous les républicains, l’union des « amis de la Constitution de l’an III » et soutenait l’action des administrateurs du département, publiant régulièrement les arrêtés l’administration centrale. Celle-ci avait bien besoin de l’appui de tous les républicains dans une période très difficile, marquée par une mauvaise récolte et un hiver rigoureux entraînant une grave crise de subsistances.

Notes

1 Isser Woloch, Jacobin legacy, the democratic movement under the Directory, Princeton, Princeton University Press, 1970.

2 François-Alphonse Aulard, « L’exercice de la souveraineté nationale sous le Directoire » dans La Révolution française, t. XL, 1901, p. 5-30.

3 Gabriel Deville, Thermidor et Directoire, dans Histoire socialiste de la Révolution française, t. V, Paris, éd. Jules Rouff, 1920 (chapitres xx et xxi).

4 Marcel Reinhard, Le Département de la Sarthe sous le régime directorial, op. cit.

5 Raymonde Monnier, « Néo-jacobins », dans Albert Soboul, (dir), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 785-786.

6 Bibliothèque nationale de France, 8-Lc 10 127 (4).

7 AN, L 2617025, dossier « Légion d’honneur ».

8 Michel Prévost et al., Dictionnaire de biographie française, Paris, 1958 (t. VIII).

9 Guy de Chaumont-Guitry, Essai sur les causes qui depuis le 18 fructidor devaient consolider la République en France et sur celles qui ont failli la faire périr, Paris, Impr. De Vatar-Jouannet, an VII, BNF, 8-Lb 42-2393.

10 Éric Wauters, Une presse de province en révolution. Journaux et journalistes normands pendant la Révolution française, 1787-1800, Paris, CTHS, 1993.

11 Christine Peyrard, Les Jacobins de l'Ouest : sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse-Normandie (1789-1799), Paris, Publ. de la Sorbonne, 1996.

12 Isser Wolloch, Jacobin Legacy. The Democratic Movement under the Directory, op. cit.

13 Le Bulletin de l’Eure, no 15 du 9 floréal an V (28 avril 1797).

14 Bulletin de l’Eure, no 8 du 4 germinal an V (24 mars 1797).

15 Ibid., no 18 du 24 floréal an V (13 mai 1797).

16 Bulletin du département de l’Eure, no 6 du 5 pluviôse an V (27 janvier 1797).

17 BNF, Lcn 339.

18 Bulletin de l’Eure, no 6 du 24 ventôse an V (14 mars 1797).

19 AN, F7 4278 et W 563.

20 Après l’exécution de Babeuf, Turreau adopta Camille, le plus jeune fils de Babeuf.

21 AN, W 559 (18).

22 Robert Lindet épousa d’ailleurs la fille de Pierre Mesnil, Marie-Agathe, le 18 floréal an VI (7 mai 1798) à Caen.

23 ADE, 5 L 2.

24 Ibid., 233 L 1.

25 Pierre Serna, « Réal ou la république réaliste », dans Michel Vovelle (dir.), Le Tournant de Van III, Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Paris, CTHS, 1997, p. 231-245.

26 Ces lettres ont été conservées par la famille. Des extraits ont été publiés dans François Pascal, L’Économie dans la Terreur, Robert Lindet, 1746-1825, op. cit.

27 Robert-Thomas Lindet, représentant du peuple, à la Haute-cour de justice, sur l'accusation contre Robert Lindet, BNF, 8-Lb42 1229.

28 Robert-Thomas Lindet, Second mémoire pour Robert Lindet, accusé devant la Haute-cour de justice, BNF, 8-Lb42 1230.

29 Isser Woloch, Jacobin legacy, the democratic movement under the Director, op. cit., p. 191.

Table des illustrations

Légende Figure 5 – Première page du no 1 du Bulletin de l’Eure, ADE, 1 Mi 31.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search