Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

IIe Partie. Les nouvelles administrations à l’épreuve du pouvoir

Les nouvelles administrations à l'épreuve du pouvoir

Texte intégral

1Dès frimaire an IV (novembre 1795), l’administration départementale, au complet depuis le remplacement de Crochon nommé au commissariat central, s’était mise au travail et s’efforçait de régler les questions en suspend. Ses membres, forts de leur expérience, réussirent à remettre en route la « machine » départementale et l’administration centrale fonctionna à peu près correctement aux côtés du commissaire.

2Il n’en fut pas de même des municipalités cantonales dont les débuts furent plutôt chaotiques. Pour celles-ci, la confection des rôles de l’emprunt forcé de l’an IV fut un peu le baptême du feu et elles durent accomplir cette tâche dans l’urgence. Comme l’administration centrale, ces nouvelles administrations de canton se trouvaient affrontées à bien d’autres problèmes : faire approvisionner les halles en blé et lutter contre les brigands et les chouans qui sévissaient surtout sur le flanc sud-ouest du département.

3La conjuration babouviste n’eut pas de répercussions directes dans le département mais l’ancien conventionnel Robert Lindet, accusé de complicité, fut poursuivi devant la Haute Cour de Vendôme. Son frère Thomas prit sa défense, de même que le journaliste Touquet qui venait de lancer le Bulletin de l’Eure à Évreux, renouant avec la tradition jacobine.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search