Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Ire Partie. L’établissement du régime directorial dans l’Eure

Chapitre Ier. L'Eure au début du Directoire

Texte intégral

1La proximité de Rouen et de Paris contribua à la diffusion des idées nouvelles dans le futur département où, dans la plupart des petites villes, résidaient à la fin de l’Ancien Régime des notables, le plus souvent juristes. En contact avec les élites rouennaises et parisiennes, parfois membres de loges maçonniques, ceux-ci étaient ouverts à l’esprit des Lumières, tout comme une fraction du clergé.

A. L'Eure en Révolution

2Comme dans l’ensemble du royaume, les pays qui vont constituer le département de l’Eure connurent une grave crise à la veille de 1789. Aux difficultés économiques dues au manque de subsistances et provoquant le développement du chômage, de la misère et de la mendicité, s’ajoutait une crise idéologique et politique.

1. Premières ruptures

3Les premiers mois de l’année 1789 furent occupés par la préparation des états généraux. Pour le clergé et la noblesse, la rédaction des cahiers et la désignation des députés se firent directement au cours d’une assemblée tenue au siège du bailliage principal. Pour le Tiers-État, les opérations étaient plus complexes et se déroulèrent en trois étapes : assemblée primaire au niveau des paroisses ou des corporations dans les villes « corporées », assemblée des « comparants » au siège du bailliage secondaire, enfin réunion des délégués au bailliage principal afin de désigner les députés appelés à siéger à Versailles. Dans le territoire du futur département de l’Eure, on comptait quinze bailliages secondaires relevant de trois circonscriptions judiciaires, les grands bailliages ayant pour chef-lieu Rouen, Évreux et Alençon.

4Après une assemblée particulièrement agitée, le clergé d’Évreux choisit deux députés : Thomas Lindet, curé à portion congrue de la paroisse Sainte-Croix de Bernay et Jacques de La Lande, curé d’Ulliers-l’Évêque. Un troisième député du clergé fut désigné par le bailliage de Rouen : François Le Brun, curé de Lyons-la-Forêt. Le comte de Bonneville et le marquis de Chambray représentaient la noblesse. Le Tiers désigna six représentants. Le bailliage d’Évreux élit deux hommes de loi : François Buzot, d’Évreux, et Buschey Des Noes, de Mesnil-Rousset ainsi qu’un industriel : Lemaréchal, de Rugles. À Rouen, l’assemblée choisit deux laboureurs : Lereffait, de Rougemontiers et Lefebvre de Chailly, de Gamaches, ainsi que le manufacturier Decrétot, de Louviers. La députation du futur département de l’Eure comptait donc en son sein des représentants des différentes composantes de la bourgeoisie : juristes, représentants de la paysannerie riche et industriels. Parmi eux, deux fortes personnalités se détachaient : Thomas Lindet et François Buzot.

  • 1 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, A. Colin, 1932 (réed. 1988).

5Pendant la rédaction des cahiers de doléances et la préparation des élections des députés aux États généraux, le climat social se détériora rapidement. La mauvaise récolte de 1788 suivie du très dur hiver de 1788-1789 entraînant une crise de subsistances, la misère se développa, gonflant le nombre des indigents. La « soudure » s’avéra difficile au printemps, le prix du blé continuant à augmenter sur les marchés. Afin de pourvoir sa halle, chaque ville commandait des céréales dans les cités voisines mais les expéditions se faisaient rares et les cours continuaient à grimper. Avec ce manque de subsistances, le climat social devint de plus en plus tendu dans certaines villes. Le 14 juillet 1789, les habitants de Louviers, affamés, se rendirent à Pont-de-l’Arche pour piller du blé stocké sur des bateaux destinés au ravitaillement de Paris. Dans les campagnes, les rumeurs les plus folles couraient, suscitant une grande inquiétude au sein de la population. Certains annonçaient l’arrivée de bandes de mendiants, cette crainte des « brigands » engendrant la Grande Peur qui se propagea rapidement à la fin du mois de juillet 1789. L’un des courants de la peur repéré par Georges Lefebvre1 affecta le sud-ouest du futur département de l’Eure mais ne semble pas avoir touché la vallée de la Seine et le Vexin normand.

6Dans les villes, sous l’effet de l’effervescence populaire, se mirent en place des organismes nouveaux, appelés le plus souvent « comités permanents », chargés de veiller au maintien de l’ordre et de tenter de résoudre les questions d’approvisionnement. En quelques mois et, généralement dans le calme, le pouvoir municipal passa aux mains des notables locaux, le plus souvent membres de la bourgeoisie et favorables à la Révolution. Toutefois, Vernon connut une vive tension car les anciens échevins, au lieu de s’effacer ou de composer avec le nouveau comité permanent, cherchèrent à se maintenir. Dès lors, la Constituante et la municipalité parisienne s’intéressèrent à cette cité disposant d’une importante minoterie et contribuant à l’approvisionnement de Paris en farine. Durant le mois d’octobre, souffrant du manque de subsistances, la population vernonnaise s’en prit au minotier Planter et ces « troubles de Vernon » furent évoqués par Bailly à la Constituante, La Fayette envoyant des troupes pour ramener l’ordre dans la ville. Après la loi du 14 décembre 1789, de nouvelles municipalités furent élues au suffrage censitaire. En général, dans les villes, cette consultation aboutit à la légalisation des révolutions municipales puisque, le plus souvent, les meneurs des comités permanents constitués en juillet 1789 devinrent maires.

7Correspondant au département de l’Eure, le nouveau diocèse d’Évreux comprenait 948 paroisses. En vertu du décret du 27 novembre 1790, les ecclésiastiques durent prêter serment de fidélité à la « constitution décrétée par l’Assemblée nationale ». Pour sa part, l’évêque d’Évreux, M. de Narbonne, s’y refusa et, très vite, émigra. Conformément à la constitution civile du clergé, l’assemblée électorale réunie le 13 février 1791 désigna un nouvel évêque, Thomas Lindet, député à la Constituante, qui l’emporta sur François Rever, curé de Conteville. D’autre part, le clergé se divisa au sujet de la question du serment, les prêtres se partageant en jureurs et en réfractaires. Peu à peu, les tensions religieuses s’accentuèrent et, dans certaines paroisses, deux curés s’opposaient, l’ancien, réfractaire, et un jureur, qualifié d’« intrus » par ses adversaires.

8La nouvelle constitution instaurant une monarchie constitutionnelle, prévoyait l’élection d’une assemblée législative. La Constituante ayant décidé qu’aucun de ses membres ne pourrait participer à la nouvelle assemblée, Buzot et Thomas Lindet ne purent donc se représenter. Réuni le 29 août 1791 à Évreux, le collège électoral de l’Eure désigna onze députés, le plus souvent d’origine rurale. Parmi les personnalités les plus marquantes : Robert Lindet, maire de Bernay et François Rever, curé de Conteville.

2. Le mouvement de taxation populaire

9Parallèlement aux difficultés religieuses et aux incertitudes politiques provoquées par la fuite du roi, la situation économique se détériora. La fin de l’année 1791 fut marquée par une aggravation de la crise de subsistances. Malgré deux années de bonnes récoltes, le prix du blé augmenta. Il est vrai que bien des laboureurs refusaient d’approvisionner les halles et cachaient leurs récoltes, les vendant chez eux en échange de numéraire. À ces difficultés s’ajoutait la détérioration de la situation monétaire. L’assignat perdait régulièrement de sa valeur tandis que la masse de papier-monnaie en circulation était encore gonflée par les émissions de billets de confiance. Rendue nécessaire par l’absence d’assignats de petites coupures ainsi que par la raréfaction de la monnaie de billon, l’émission de ces « billets patriotiques », autorisée par la Constituante en mai 1791, se fit sous l’autorité des municipalités. Mais la multiplication des billets, accompagnée de fraudes et de falsifications, leur fit vite perdre de la valeur. D’où un appauvrissement des catégories modestes obligées d’accepter cette monnaie alors que, pour leur part, les paysans la refusaient.

10Dès la fin de février 1792, des troubles éclatèrent dans le sud-ouest du département. Des rassemblements s’organisèrent à l’occasion des marchés dans des localités du pays d’Ouche et même au-delà, à Chambrais (Broglie), Breteuil, Rugles, Damville. Des ferronniers, des bûcherons, des sabotiers ou des journaliers agricoles se rassemblaient à plusieurs centaines sous la direction de chefs de la garde nationale et sommaient les magistrats municipaux de fixer le prix du blé à un niveau modéré. Devant la gravité de la situation, l’administration du département demanda des secours à l’Assemblée législative. Celle-ci envoya une force armée pour appuyer les gardes nationales venues des principales villes du département. Le maréchal de camp Grimoard, à la tête d’un détachement de 1 500 hommes parcourut le pays d’Ouche pendant cinq jours. En avril, une quarantaine de citoyens passèrent devant le tribunal criminel présidé par Buzot tandis que quatorze maires, officiers municipaux et procureurs de communes du secteur étaient suspendus.

  • 2 Bernard Bodinier, Les biens nationaux dans le département de l’Eure de 1789 à 1827, thèse sous la (...)

11Après la décision de la Constituante de mettre à la disposition de la nation des biens du clergé, ceux-ci furent mis en vente. Dans le département de l’Eure, les recherches menées par Bernard Bodinier2 permettent une connaissance exhaustive des ventes des possessions de l’Église auxquelles s’ajoutèrent ensuite les propriétés des émigrés (lois de 1792 et 1793). Les ventes concernèrent environ 10 % des terres du département qui changèrent ainsi de mains. Il y eut près de 10 000 acquéreurs mais leurs achats furent très inégaux. La vente des biens nationaux ne profita pas également à toutes les catégories sociales. La noblesse fit l’acquisition de biens d’Église et sauvegarda une partie de sa propriété en la rachetant. Dans ses rangs, figurait le plus gros acquéreur, l’ex-chancelier Maupéou, avec 1 460 hectares. Le clergé ne conserva que quelques presbytères et la majeure partie de ses églises. La paysannerie récupéra environ 40 % des ventes et les classes populaires furent pratiquement absentes. La bourgeoisie fut donc la principale bénéficiaire de cette redistribution de la propriété foncière entraînant l’appropriation des terres par des citadins de l’Eure, des Rouennais et des Parisiens.

3. De la monarchie à la République

12Dès le 3 juillet 1791, après la fuite manquée du roi arrêtée à Varennes, l’Assemblée constituante avait décidé de lever des volontaires issus des gardes nationaux. Dans l’Eure, deux bataillons furent formés le 10 septembre rejoignirent l’armée du Nord au printemps 1792. Après la proclamation de « la Patrie en danger », la levée des volontaires fut décidée par un décret du 26 août et encouragée par les commissaires parisiens, Albitte et Lecointre. Les villes manifestèrent beaucoup d’enthousiasme notamment Bernay, Pacy ou Le Neubourg ; Évreux réussit à armer 700 hommes. Le zèle patriotique fut plus limité dans les campagnes où les réquisitions opérées pour le ravitaillement des soldats provoquèrent un très net mécontentement.

13Afin d’élire la nouvelle assemblée, la Convention nationale, le 26 août, les assemblées primaires choisirent des « électeurs », pour la première fois au suffrage universel masculin mais le taux d’abstention fut très élevé. Le collège électoral se réunit ensuite sous la présidence de Buzot à Bernay, à partir du 2 septembre 1792. Les élections à la Convention aboutirent à la désignation de onze députés d’origine urbaine parmi lesquels figuraient quatre avocats, trois fonctionnaires et deux industriels. Très vite, ces élus se divisèrent en fonction de leurs sensibilités politiques. Deux d’entre eux rallièrent les girondins : Buzot et Vallée, quatre autres les montagnards : Robert et Thomas Lindet, Duroy et Bouillerot tandis que les cinq derniers figuraient parmi les modérés, constituant ce qui allait devenir la Plaine de l’Assemblée : Richoux, Lemaréchal, Topsent, Savary et Dubusc.

14La Convention, nouvellement élue, décida de juger Louis XVI et, parmi la commission parlementaire de vingt-quatre députés chargée d’exposer les faits, figurait Robert Lindet. À partir du 14 janvier 1793, l’assemblée discuta du sort réservé à l’ancien monarque. Tous les députés de l’Eure sauf Lemaréchal se prononcèrent en faveur de la culpabilité du roi. Finalement, la moitié des députés du département votèrent en faveur de la mort immédiate : les frères Lindet, Duroy, Bouillerot et Buzot, ce dernier souhaitant l’appel au peuple, Vallée optant pour la mort conditionnelle. Enfin quatre élus (Lemaréchal, Vallée, Richoux, Savary et Dubusc) choisirent la détention ou le bannissement tandis que Topsent, absent, ne prit pas part au vote.

15À partir du n septembre, de nouveaux administrateurs de district furent choisis ainsi qu’un nouveau conseil général de l’Eure, Lecerf remplaçant Lereffait à la tête du directoire du département. Les élections pour le renouvellement complet des municipalités se déroulèrent fin novembre et début décembre, la formation des conseils généraux s’avéra souvent difficile par manque de candidats. La municipalité ébroïcienne ne retrouva que dix de ses anciens membres et parmi les notables, la petite bourgeoisie artisanale et boutiquière renforça sa position.

4. L'échec du fédéralisme

16L’arrestation de vingt-neuf députés girondins parmi lesquels Buzot provoqua une réaction en province, notamment en Normandie. Soutien aux girondins écartés du pouvoir, ce mouvement « fédéraliste » se voulait également protestation contre le centralisme de la capitale. Plusieurs des députés proscrits avaient réussi à se regrouper à Caen pour constituer un comité d’insurrection. Leur but : réunir les départements de l’Ouest et organiser une armée pour abattre la Convention montagnarde.

17Buzot réussit à quitter la capitale et à se réfugier près d’Évreux. Le 4 juin, il organisa un rassemblement dans la cathédrale d’Évreux et rencontra le conseil général du département présidé par Lecerf, ainsi que les représentants de la municipalité ébroïcienne menés par Écalard, le maire. Une assemblée fut convoquée pour le 6 juin, comprenant deux délégués par district, ainsi que des représentants de la municipalité d’Évreux. Accueillant les commissaires du Calvados revenant de Paris, cette assemblée décida d’organiser une force de 4 000 hommes prête à marcher sur Paris, d’envoyer une adresse aux municipalités les invitant à s’associer aux mesures prises et d’entrer en contact avec les départements normands et l’Eure-et-Loir. Dans les villes, sous l’action des sociétés populaires, les décisions arrêtées le 6 juin furent contestées. D’ailleurs la plupart des districts, notamment ceux des Andelys et de Bernay, se déclarèrent nettement défavorables à la dissidence du département. De son côté, la société populaire vernonnaise, particulièrement active, se mobilisa contre l’attitude du département de l’Eure et dépêcha des émissaires auprès de la Convention afin de l’informer de la situation.

18Le « comité d’insurrection » de Caen décida de réunir les départements de l’Ouest et d’organiser une armée marchant sur la capitale. Buzot les rejoignit le 10 juin. Le comité confia au général Wimpffen, commandant l’armée des côtes de Cherbourg, la responsabilité de la force armée en cours de formation, avec pour adjoint Joseph de Puisaye, ancien élu de la noblesse du Perche aux États généraux. Le 18 juin, la Convention décida d’annuler l’arrêt du 6 juin et de transférer le siège du département à Bernay et celui du district d’Évreux à Vernon tandis que Robert Lindet, accompagné de Duroy, fut envoyé dans l’Eure pour tenter de ramener la Normandie à l’obéissance, avec le soutien d’une armée placée sous l’autorité du général Sepher. Quittant la capitale le 9 juillet, ces troupes arrivèrent le 12 au soir à Vernon dans une ville inquiète, redoutant une attaque fédéraliste.

19De son côté, l’armée fédéraliste regroupant des soldats normands et bretons, avait commencé sa marche vers la Seine. Une partie des troupes de Puisaye arriva à Brécourt, à mi-chemin entre Pacy et Vernon. Épuisés par la chaleur, les hommes occupèrent le château ainsi que la ferme voisine et s’y reposèrent. Les soldats de la Convention, arrivant de Vernon, sortant de la forêt de Bizy, tirèrent alors quelques coups de canon en direction de Brécourt. Surpris, les fédéralistes s’enfuirent en désordre vers Pacy et Évreux. Cet affrontement ne fit aucune victime et dans la tradition locale, ce « combat » est connu sous le nom de « bataille sans larmes ».

20Mettant fin aux prétentions fédéralistes, la bataille de Brécourt, même si elle ne fut pas sanglante, n’en constituait pas moins un événement décisif. L’armée de Sepher poursuivit alors les fédéralistes et entra le 16 juillet à Évreux. Robert Lindet et Duroy choisirent alors l’apaisement : ils proposèrent à la Convention le rétablissement dans leurs fonctions des administrateurs s’étant rétractés dans les délais prévus et le maintien à Évreux du siège du département. Du 18 au 24 juillet, la nouvelle constitution élaborée par la Convention était soumise à un référendum, l’acte constitutionnel étant adopté à la quasi-unanimité mais avec un nombre d’abstentions très élevé. Ce vote venait clore l’épisode du « fédéralisme » ébroïcien, « mutinerie d’administrateurs mécontents » sans véritable assise populaire.

21Après l’apaisement voulu par Lindet vint le temps de la répression. À la fin du mois d’août, Delacroix fut envoyé en Normandie avec Legendre et Louchet, amis de Danton. Chargés en premier lieu de régler le problème des subsistances, ils s’efforcèrent de « régénérer » les administrations mais éprouvèrent des difficultés à trouver des administrateurs compétents et résolus. Ils « épurèrent » la municipalité d’Évreux, envoyant devant le tribunal révolutionnaire parisien treize personnalités ébroïciennes ainsi que des officiers municipaux de Conches. En janvier 1794, Robert Lindet intervint auprès du Comité de Salut public et de la Convention à l’occasion de leur procès et réussit à sauver la vie de ses concitoyens de Conches et d’Évreux.

5. Le pouvoir jacobin dans l'Eure

22Après Legendre, Delacroix et Louchet, le conventionnel Siblot fut envoyé en Normandie orientale pour y exercer deux missions de janvier à juillet 1794. S’appuyant sur les sociétés populaires, il agit avec rigueur et compétence. Menant une lutte sévère contre les opposants au Gouvernement révolutionnaire, il demanda le 10 février 1794 aux agents nationaux des districts d’épurer les « autorités constituées ». Quatre condamnations à mort furent prononcées, deux visant des curés réfractaires : René Vallée de Pithienville et François Hallé d’Amfreville. À ces victimes, il fallait ajouter 16 guillotinés parmi les nombreuses personnes arrêtées dans l’Eure et transférées à Paris. Signalons qu’apprenant la mort sur l’échafaud de son épouse le 8 novembre 1793, Roland de La Plâtière, réfugié à Rouen, vint se suicider au château de Coquetot, à Bourg-Beaudouin.

23Peu d’exécutions donc, mais en revanche de nombreuses arrestations de suspects, parfois sur dénonciation. Fréquemment incarcérés dans d’anciens couvents, leurs conditions de détention laissèrent souvent à désirer. Parmi les suspects, outre des adversaires du Gouvernement révolutionnaire se trouvaient également des jacobins quelquefois victimes de leurs sympathies hébertistes mais aussi de vengeances personnelles.

  • 3 Danièle Pingué, Les Mouvements jacobins en Normandie orientale, les sociétés politiques dans l’Eur (...)

24Durant la période jacobine, les sociétés populaires devinrent des auxiliaires du Gouvernement révolutionnaire et des représentants en mission. Dans l’Eure, la densité de ces sociétés politiques est l’une des plus fortes de France. Selon Danièle Pingué3, 108 sociétés fonctionnèrent dans le département durant la période révolutionnaire. Elles étaient surtout implantées dans un secteur s’étendant du sud-ouest au nord-est du département comprenant les districts de Bernay, Louviers et le nord du Vexin ; cet ensemble comptait 70 sociétés soit 65 % du total, quatre chefs-lieux de canton seulement s’en trouvant dépourvus. Le climat de la période post-fédéraliste et, parfois, l’intervention des représentants en mission, semblent expliquer l’essor spectaculaire de ces sociétés politiques dans le département. Intervenant dans des domaines variés, elles constituaient des interlocuteurs privilégiés pour les représentants en mission et les agents nationaux.

25Ces sociétés s’intéressaient au ravitaillement car la question des subsistances continuait à se poser. Bon nombre de cultivateurs réagissaient en ne présentant pas leur blé et, malgré l’abondance des récoltes, les halles restaient souvent vides. Devant cette mauvaise volonté, le représentant Siblot encouragea le développement des réquisitions, accompagnées de visites domiciliaires et du recensement des ressources agricoles. Si ces mesures contribuaient à accroître la méfiance de la paysannerie à l’égard des citadins, elles permirent de nourrir la population, même médiocrement, les troubles frumentaires restant donc assez rares.

26Lors de ses deux missions dans le département, Siblot mit en œuvre une violente politique de « déprêtrisation ». Dans une circulaire aux agents nationaux des districts datée du 10 février 1794, il appela à lutter contre « le fanatisme avec les armes de la philosophie et de la raison » puis il prit un arrêté imposant aux ecclésiastiques de déposer leurs lettres de prêtrise au chef-lieu du district dans les vingt-quatre heures, sous peine d’être considérés comme suspects. Un certain nombre d’ecclésiastiques suivirent l’exemple de leur évêque, Thomas Lindet, qui avait proclamé sa démission de l’évêché d’Évreux à la tribune de la Convention le 7 novembre 1793. En même temps, les prêtres furent incités à se marier, comme venait de le faire Thomas Lindet dès le 18 novembre 1792. Cette politique de « déprêtrisation » s’accompagna d’un mouvement de déchristianisation se manifestant par l’élimination des objets servant à l’exercice du culte. Les communes ne durent conserver qu’une seule cloche, les autres étant réquisitionnées pour les industries d’armement et envoyées à la fonderie de Romilly-sur-Andelle. Des statues furent détériorées notamment à la cathédrale d’Évreux Cette action iconoclaste fut encouragée par les détachements de l’armée révolutionnaire parisienne là où ils stationnaient, notamment à Vernon. Le culte catholique fut supprimé à partir de novembre 1793, beaucoup d’églises devenant comme la cathédrale d’Évreux, des « temples de la Raison et de la philosophie ». L’application du nouveau calendrier suscita beaucoup de difficultés : la majorité de la population avait tendance à ignorer le décadi et continuait à cesser le travail le dimanche. Encouragé par les autorités, un culte révolutionnaire dédié à la Raison, fut organisé dans les églises en substitution des cérémonies catholiques. Il fut remplacé par un culte à l’Être suprême suite au décret du 7 mai 1794 voté à la demande de Robespierre.

27Les localités portant des noms de saints ou dont le patronyme rappelait par trop l’Ancien Régime furent renommées. S’efforçant de substituer des références nouvelles aux valeurs anciennes, une sorte de « révolution culturelle » fut donc engagée par une minorité mais elle ne rencontra qu’une influence limitée dans la population de l’Eure. Cette volonté de laïciser la vie quotidienne ou d’affirmer des convictions républicaines se manifesta également par le choix des prénoms cependant, dans le département, la proportion de prénoms républicains donnés aux enfants resta limitée, de l’ordre de 5 % environ.

28Dans l’Eure, le 9 Thermidor fut accueilli dans le calme. La signification de l’événement échappa le plus souvent aux administrateurs du département, des districts et des municipalités. Ceux-ci envoyèrent un grand nombre d’adresses à la Convention, félicitant les députés après l’arrestation de Robespierre et de son frère, de Saint-Just, Couthon et Lebas, tandis que la plupart des suspects, emprisonnés sous la Terreur, étaient libérés.

B. Après Thermidor, la mission de Bernier

29Après le 9 Thermidor, le représentant du peuple Bernier fut envoyé dans l’Eure et l’Eure-et-Loir. Dans une conjoncture économique difficile, marquée par une mauvaise récolte et l’abandon du Maximum, il eut le plus grand mal à permettre à la population du département de disposer d’un minimum de ration alimentaire, ce qui déclencha contre lui des manifestations d’hostilité. Parallèlement, il pratiqua une politique d’épuration anti-jacobine aboutissant souvent à un retour au pouvoir des bourgeois libéraux de 1789.

1. L'épuration du printemps de l'an III

  • 4 Nicolas Rogue, Journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, op. cit., p. 93.

30À l’automne, un mouvement d’hostilité envers les anciens responsables jacobins commença à se manifester notamment à travers des pamphlets et des couplets vengeurs. Les premiers visés furent les membres des comités révolutionnaires. À Louviers, une affiche anonyme intitulée Liberté, humanité justice s’en prit « aux scélérats composant provisoirement le comité révolutionnaire » tandis qu’à Évreux, une chanson dénonçait les jacobins locaux, membres de la « queue de Robespierre4 ». Parallèlement, des symboles de la période terroriste étaient détruits.

  • 5 Louis-Toussaint Bernier (1761-1801), député de Seine-et-Marne à la Convention, il vota pour la mis (...)
  • 6 Michel Biard, Missionnaires de la République, les représentants du peuple en mission (1793-1795), (...)

31Bernier5, député de Seine-et-Marne, arriva à Évreux au cours du mois de pluviôse an III (février 1795). Il était chargé d’une double mission : épurer les comités révolutionnaires et les différentes administrations du département mais aussi se préoccuper du problème des subsistances, devenu alarmant6. Il fallait assurer la libre circulation des convois de grains destinés à l’approvisionnement de Paris tout en veillant à ce que la population du département dispose d’un minimum de nourriture. Pour mener son action, Bernier circula beaucoup dans l’Eure.

  • 7 ADE, 4 L 7.

32Bernier commença par s’en prendre aux comités révolutionnaires. Dès le 10 germinal (30 mars 1795), « considérant que [leurs membres] ont tous été des instruments de la terreur », il demanda le désarmement de ceux qui avaient composé ces comités et les plaça sous la surveillance des municipalités devant lesquelles ils devaient se présenter chaque jour. De même, il installa dans chacun des six districts un bureau de cinq membres chargé de recevoir les plaintes de ceux qui avaient eu à souffrir de la Terreur7. Le représentant en mission fit arrêter quelques jacobins ébroïciens. À Vernon, en prairial an III (juin 1795), une quinzaine de personnes furent inquiétées pour avoir participé à la « tyrannie », tous qualifiés de « Jacobins, terroristes et buveurs de sang ». Toutefois, dans le département, les poursuites restèrent limitées et l’Eure ne connut pas à une « chasse aux robespierristes ».

  • 8 Ibid., 4 L 10.

33Bernier voulut ensuite remettre de l’ordre dans les différentes administrations du département, des districts ou des municipalités, autant d’institutions qui, pourtant avaient pris position en faveur des thermidoriens. L’épuration politique frappa d’abord le département : dès le 8 germinal (28 mars 1795), un nouveau directoire fut désigné, puis tous les administrateurs remplacés. Dans le nouveau conseil général, réapparaissaient des anciens administrateurs ayant été destitués pour fédéralisme comme Lecerf, ancien président du département8.

  • 9 AM Vernon, registre du conseil général (26 mars 1795-6 mars 1796).

34Le représentant en mission s’en prit ensuite aux districts, quatre d’entre eux étant profondément renouvelés. Dans les villes, des changements intervinrent au sein des municipalités de Louviers, Verneuil, Les Andelys, Le Neubourg, Pont-de-l’Arche et Évreux où Bernier nomma 11 citoyens ayant été détenus pendant la Terreur. Le représentant en mission eut parfois du mal à constituer de nouvelles municipalités notamment à Pont-de-l'Arche ainsi qu’à Louviers et Verneuil. À Vernon qui avait perdu le siège du district d’Évreux, Bernier nomma le 6 germinal an III (26 mars 1795) de nouveaux officiers municipaux9. Comme le note Bernard Bodinier :

  • 10 Bernard Bodinier, « Les émeutes de la faim au printemps de l’an III et l'’épuration politique dans (...)

L'épuration du printemps de l’an III consacre le retour aux affaires des bourgeois modérés qui avaient participé aux débuts de la Révolution. Ils se sont débarrassés entre-temps des nobles qui avaient survécu [...] et des plus révolutionnaires, victimes non de la répression thermidorienne mais des émeutes de la faim du printemps 1795. Toutefois, ce ne sont pas exactement les mêmes, d’abord parce que les anciens ont vieilli et qu’ils ont changé. Quoiqu’il en soit, cette épuration met en place une nouvelle classe politique qui occupera sous le Directoire les postes les plus importants et notamment ceux de députés avec Lecerf, Guilbert, Eudes fils, Dupont [de l’Eure] aux côtés des frères Lindet, toujours présents. N’est-ce pas le souci de l’équilibre - continuité et renouveau - qui l’a emporté dans ce département lors de la réorganisation des pouvoirs au printemps de l’an III10 ?

35Parallèlement à cette épuration, signalons le déclin des nombreuses sociétés populaires de l’Eure : rongées par les divisions et l’absentéisme, elles continuèrent néanmoins à se réunir après Thermidor mais, soumises aux pressions des éléments antiterroristes, elles virent leurs effectifs diminuer. Souvent, ces clubs, abandonnant leurs positions jacobines, devinrent plus modérés.

36Dans ce climat de réaction politique, Robert Lindet, ancien membre du Comité de Salut public, fut attaqué par de nombreux députés. Son frère Thomas s’efforça bien de le défendre mais Robert Lindet fut décrété d’arrestation le 9 prairial an III (28 mai 1795). De nombreuses villes de Normandie (Conches, Évreux, Pont-l’Évêque, Caen, etc.), envoyèrent alors des adresses à la Convention rappelant sa conduite suite à la crise fédéraliste et demandant sa libération, requête appuyée par des négociants de Nantes. La Convention, cédant à ces réclamations, décida de le libérer le 12 thermidor an III (30 juillet 1795) pour « raison médicale » avant de l’amnistier le 3 brumaire an IV (25 octobre 1795).

2. La disette de l'an III

37L’épuration politique menée par Bernier se déroulait sur fond de crise de subsistances. En effet, la rupture de l’ordre jacobin marqué notamment par l’abandon du Maximum, suite à la loi du 4 nivôse an III (24 décembre 1794) entraîna une brusque montée du prix du blé. L’hiver 1795 ayant été très rude, les autorités éprouvèrent de sérieuses difficultés à trouver des grains, d’autant qu’il fallait non seulement approvisionner les villes, les hospices, les casernes mais aussi nourrir les troupes traversant le département et surtout, fournir du blé à Paris. Pour les thermidoriens, l’approvisionnement de Paris, « ville vorace », constituait une priorité absolue, à laquelle on « sacrifie les habitants des provinces limitrophes ». Alors que jusque-là les commissaires rouennais réussissaient à trouver du blé dans le Vexin, maintenant, en l’an III,

  • 11 Richard Cobb, « Les journées de germinal an III dans la zone de ravitaillement de Paris, trois éme (...)

le droit de préemption est réservé à Paris [...], les Parisiens envahissaient non seulement le Vexin et le Santerre [...] mais ils s’emparaient également des maigres ressources des Districts des Andelys et d’Évreux [Vernon], mis en réquisition pour l’approvisionnement des communes rurales du Département de Paris11.

  • 12 Huit onces correspondent à environ 240 grammes.

38La crise culmina au printemps 1795, période pendant laquelle le département de l’Eure connut une véritable disette. Au début de ventôse (février 1795), le district d’Évreux se plaignait de la « rareté effrayante des subsistances » à la halle. À Pont-Audemer, la population en était réduit à manger du pain de son ; à Vernon, pendant huit jours, au début de germinal an III (mars 1795), les autorités ne purent attribuer plus de huit onces de farine12 par individu et à Bernay, du 30 ventôse au 6 germinal (du 20 au 26 mars), il ne fut accordée qu’une demi-livre de pain par tête et par jour. La pénurie de denrées fut telle qu’une effroyable misère se développa : les ouvriers des manufactures n’avaient plus la force de travailler, des hordes de mendiants commençaient à se former et la mortalité augmentait dans les villes.

  • 13 Cité par Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l'Eu (...)
  • 14 ADE, 4 L 9.

39Le manque de grains sur les marchés fut encore aggravé par le refus de nombreux cultivateurs de livrer leur blé à la halle. Fréquemment, ils préféraient cacher leur récolte, ce qui provoquait l’indignation du député Richoux, ancien maire de Gisors, n’hésitant pas à dénoncer les « laboureurs » du Vexin : « Ils oppriment le peuple plus que les ci-devants seigneurs13 ». La pénurie provoquait parfois des pillages. Le 12 pluviôse (31 janvier 1795) à Giverville (canton de Thiberville) un groupe d’une quarantaine d’individus s’introduisirent chez un fermier et s’emparèrent de son blé. Le 24 ventôse (14 mars 1795), à Saint-Ouen-des-Champs (canton de Quillebeuf), des habitants de Pont-Audemer vinrent voler les récoltes d’un cultivateur qui tenta de les poursuivre14.

  • 15 Ibid., 4 L 16.
  • 16 AM Rouen, Y 8; séance du 21 germinal an III.
  • 17 AM Vernon, 1 D 11.

40Afin de protester contre le manque de subsistances, se formaient d’importants rassemblements où, souvent, les femmes tenaient la première place. Bernier le constatait dans un rapport du 20 germinal an III (9 avril 1795) consacré à la situation du district des Andelys15. Le 8 floréal (27 avril 1795), 500 à 600 personnes venues du Bosc-Roger se rendirent à Boscherville (canton de Bourgtheroulde) et contraignirent les cultivateurs à leur livrer du blé. Le 20 prairial (8 juin 1795), un attroupement de plusieurs centaines de personnes se dirigea vers différentes communes du district des Andelys afin de récupérer des grains. Fréquemment, des convois de blé ou de farine étaient attaqués sur les routes. Le 21 pluviôse (9 février 1795) deux cultivateurs allant livrer des grains à Lisieux furent arrêtés à Chambrais, leurs charrettes étant bloquées par une centaine de femmes. Au début du mois de germinal (mars 1795), un bateau de légumes destiné à Rouen fut bloqué à Pont-de-T l'Arche tandis que des convois étaient arrêtés à Fleury-sur-Andelle, à Bourg-Beaudouin et à Richeville, sur la route dite « du Haut » traversant le Vexin16. De même, le 12 germinal an III (1er avril 1795), à la sortie de Vernon, un important convoi de farine de 25 voitures quittant la minoterie de Vernonnet pour Paris, fut cerné par une foule affamée composée surtout de femmes17.

  • 18 François-Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de Salut public, XXI, « Bernier au Comité de (...)

41Les troubles frumentaires les plus graves eurent lieu dans les villes. À la halle d’Évreux, le 10 ventôse (28 février 1795), on arracha les barrières et les officiers municipaux, venus sur place, étaient insultés. Le 15 floréal (4 mai 1795), souffrant du manque de blé, des citoyennes envahirent les locaux du district de Pont-Audemer. Louviers connut toute une série de désordres d’abord en ventôse (février 1795), puis le mois suivant, en germinal. Les incidents furent encore plus sérieux à Évreux le 22 germinal (11 avril 1795) : 30 voitures de grains destinés à Paris étaient bloquées par une population affamée ; le représentant en mission venu sur place pour les dégager y essuya des insultes ; il fut même lapidé par des femmes et blessé à la tête18.

  • 19 Richard Cobb, « Les journées de germinal an III dans la zone de ravitaillement de Paris, trois éme (...)
  • 20 Richard Cobb, « Une émeute de la faim dans la banlieue rouennaise : les journées des 13, 14 et 15 (...)

42Ces incidents de germinal an III (avril 1795) n’étaient pas isolés. Ils faisaient suite aux journées parisiennes des 12 et 13 germinal (1er et 2 avril) et se situaient dans le cadre d’une agitation plus ou moins violente se déroulant dans la zone de ravitaillement de Paris. En effet, en germinal, de nombreux attroupements se produisirent et « des émeutes d’une violence et d’une ampleur exceptionnelle éclatèrent à Rouen, à Amiens et à Saint-Germain-en-Laye19 », l’émeute rouennaise étant accompagnée de troubles graves dans les communes alentour, en particulier à Sotteville-lès-Rouen20. Ces incidents furent souvent exploités politiquement par les adversaires de la Révolution. Ainsi, dans l’Eure, des attroupements se produisirent pour réclamer des subsistances mais aussi pour d’autres motifs, comme la réouverture des églises puisque que la liberté du culte avait été proclamée.

3. Les mesures prises par Bernier

43Devant une telle situation, le représentant en mission prit un certain nombre de décisions afin de favoriser à la fois l’acheminement des subsistances à Paris et l’approvisionnement autant que possible du blé aux habitants du département ; cependant à la différence de Siblot, l’année précédente, il intervenait dans un cadre politique et administratif profondément modifié depuis Thermidor. Non seulement le Maximum général des prix et des salaires avait été aboli le 4 nivôse an III (24 décembre 1794) mais les mesures répressives qui l’accompagnaient avaient perdu de leur efficacité, en particulier pour les réquisitions. Comme le fait remarquer Michel Biard :

  • 21 Michel Biard, « Contrainte ou liberté économique ? Les représentants du peuple en mission et le ra (...)

Un système de réquisitions par les autorités locales afin d’approvisionner en grains les marchés avait [...] été mis en place par le décret du 11 septembre 1793 et avait fonctionné, sous la surveillance notamment des représentants du peuple en mission, pour ravitailler les villes tant que le Maximum existait, mais une fois celui-ci aboli, ce système est là encore vidé de son sens. Il se maintient certes jusqu’au décret du 2 thermidor an III (20 juillet 1795) qui ordonne que toutes les réquisitions de grains soient abolies et cessent désormais à compter du 1er vendémiaire an IV (23 septembre 1795) » mais il ne peut plus de facto être efficace21.

  • 22 AM Vernon, 1 D 11, registre du conseil général (26 mars 1795-6 mars 1796).

44Bernier, préoccupé surtout par l’approvisionnement de Paris, redoutait le blocage des convois destinés à la capitale, concédant des subsistances aux habitants de l’Eure pour calmer leur mécontentement. Dans un arrêté pris le 4 germinal an III (24 mars 1795), le représentant en mission accordait aux habitants de Vernon 400 quintaux de blé à prendre dans la minoterie de Vernonnet car « Vernon est un lieu de passage tant par eau que par terre d’une partie des grains destinés à l’approvisionnement de Paris et qui importe à la libre circulation de ces grains que les citoyens de Vernon ne soient pas totalement dépourvus de subsistances22 ». Bernier donnait en partie satisfaction aux Vernonnais non pas tellement pour eux mais surtout pour éviter une révolte et le blocage des bateaux et des convois.

45Le représentant en mission fit établir un recensement général des grains dans chaque commune pour laquelle un contingent de blé à fournir fut fixé, ce qui provoqua parfois des incidents. Il décida également d’opérer des réquisitions dans les campagnes, mesure prise au nom de la solidarité. Des communes furent autorisées à envoyer des commissaires pour pratiquer les réquisitions, ce qui provoqua de nouveaux incidents. Mais certaines communes faisaient mine d’ignorer les décisions de réquisition ou décidaient même de ne pas les appliquer. À Rougemontiers (canton de Routot), es officiers municipaux refusèrent d’obéir à une injonction du district de Pont-Audemer et le maire fut convoqué devant l’administration du département.

46Dès le 8 ventôse (26 février 1795), Bernier avais prit un arrêté comportant des sanctions contre les cultivateurs récalcitrants. Les céréales dissimulées devaient être confisquées, le directoire du district des Andelys faisant même battre du blé à Puchay et Martagny. Des arrestations de paysans s’opposant aux réquisitions furent opérées au printemps 1795 surtout dans les districts de Bernay et de Pont-Audemer. Des municipalités ayant laissé exécuter des enlèvements de grains ou qui avaient refusé de faire appliquer les mesures de réquisition, furent condamnées et suspendues. Les auteurs des attroupements se virent également poursuivis, mais, bien souvent, il s’avérait difficile d’identifier les meneurs.

47Dans une telle situation, chaque paysan, chaque commune, chaque district avait tendance à penser d’abord à son propre intérêt sans se préoccuper de celui du voisin. Les districts possédant des subsistances avaient tendance à les garder ; pourtant ils étaient encouragés avec insistance par le département à fournir des grains à ceux qui en étaient dépourvus. Le 11 floréal (30 avril 1795), le directoire du département ordonna au district des Andelys de livrer 1 000 quintaux à distribuer aux communes de celui de Louviers en proie à « la famine ». Bernier renouvela cet appel le 9 prairial (28 mai 1795), déclarant : « L’humanité, la fraternité font un devoir indispensable aux districts qui ont encore quelques ressources de les partager avec ceux qui éprouvent les horreurs de la famine. »

  • 23 ADE, 4 L 7.

48Pour le représentant en mission, les « désordres » se déroulant dans l’Eure étaient liés aux manifestations parisiennes, elles-mêmes fomentées par les anciens « terroristes ». Dans la capitale, les difficultés de ravitaillement avaient provoqué un réveil de l’opposition populaire qui avait manifesté d’abord le 1er germinal (21 mars) puis le 12 (1er avril), journée au cours de laquelle la salle de la Convention avait été envahie. Après avoir dénoncé « le désordre que le terrorisme vient d’organiser », le 21 germinal (10 avril 1795), devant le conseil général du département, Bernier s’en prit à « l’horrible conspiration qui a éclaté depuis plusieurs jours dans le sein de la Convention nationale ». Le 5 prairial (24 mai 1795), le département prit un arrêté condamnant l’émeute du 1er prairial et demandant de « rechercher les restes des infâmes agents de la tyrannie renversée le 9 Thermidor dernier23 ». Lors de l’émeute du 1er prairial an III (20 mai 1795), Féraud, député des Hautes-Pyrénées, était massacré et sa tête, mise au bout d’une pique, fut présentée à Boissy d’Anglas qui présidait l’assemblée. Les « crétois », ces députés montagnards siégeant au sommet de la Montagne, à gauche de l’hémicycle, furent accusés de collusion avec les insurgés. Parmi eux figurait Duroy, député de l’Eure. Avec cinq autres « crétois », il fut condamné à mort par une commission militaire puis tenta de se suicider. Seulement blessé, sommairement pansé, il fut emmené sanglant à l’échafaud et guillotiné le 29 prairial an III (17 juin 1795).

49Le mouvement populaire parisien suscité par la famine ayant été écrasé, la Convention décida d’écarter la Constitution de 1793 et d’élaborer de nouvelles institutions. Une commission fut alors chargée de trouver, comme le disait Thibaudeau, « une voie moyenne entre la royauté et la démagogie » et élabora la longue Constitution de l’an III - 377 articles - adoptée le 5 fructidor an III (22 août 1795). Les thermidoriens, redoutant le péril royaliste, votèrent également deux décrets : l’un décidant que dans le nouveau Corps législatif devaient figurer deux tiers d’anciens conventionnels ; l’autre précisant que si cette proportion n’était pas atteinte, les élus devaient compléter le Corps législatif en cooptant d’anciens députés. La nouvelle constitution et les décrets des deux tiers furent ensuite soumis à référendum.

Notes

1 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, A. Colin, 1932 (réed. 1988).

2 Bernard Bodinier, Les biens nationaux dans le département de l’Eure de 1789 à 1827, thèse sous la direction d’Albert Soboul, Paris, 1988.

3 Danièle Pingué, Les Mouvements jacobins en Normandie orientale, les sociétés politiques dans l’Eure et la Seine-Inférieure, 1790-1795, Paris, CTHS, 2001.

4 Nicolas Rogue, Journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, op. cit., p. 93.

5 Louis-Toussaint Bernier (1761-1801), député de Seine-et-Marne à la Convention, il vota pour la mise en détention de Louis XVI et siégea dans la Plaine. Après sa mission dans l’Eure-et-Loir et l’Eure, il fut élu au Conseil des Cinq-Cents de 1795 à 1798.

6 Michel Biard, Missionnaires de la République, les représentants du peuple en mission (1793-1795), Paris, CTHS, 2002.

7 ADE, 4 L 7.

8 Ibid., 4 L 10.

9 AM Vernon, registre du conseil général (26 mars 1795-6 mars 1796).

10 Bernard Bodinier, « Les émeutes de la faim au printemps de l’an III et l'’épuration politique dans le département de l’Eure », dans Michel Vovelle (dir.), Le Tournant de l'an III, 120e congrès des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 1995, Paris, CTHS, p. 431-442.

11 Richard Cobb, « Les journées de germinal an III dans la zone de ravitaillement de Paris, trois émeutes de la faim : Rouen, Amiens, Saint-Germain-en-Laye », Annales de Normandie, nos 3-4, oct.-déc. 1955.

12 Huit onces correspondent à environ 240 grammes.

13 Cité par Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l'Eure, op. cit., p. 189.

14 ADE, 4 L 9.

15 Ibid., 4 L 16.

16 AM Rouen, Y 8; séance du 21 germinal an III.

17 AM Vernon, 1 D 11.

18 François-Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de Salut public, XXI, « Bernier au Comité de Salut public », 21 germinal, Paris, PUF, 1911.

19 Richard Cobb, « Les journées de germinal an III dans la zone de ravitaillement de Paris, trois émeutes de la faim : Rouen, Amiens, Saint-Germain-en-Laye », art. cité.

20 Richard Cobb, « Une émeute de la faim dans la banlieue rouennaise : les journées des 13, 14 et 15 germinal an III à Sotteville-lès-Rouen », Annales de Normandie, no 2, mai 1956, p. 151-157.

21 Michel Biard, « Contrainte ou liberté économique ? Les représentants du peuple en mission et le ravitaillement de Paris en l'an III », Annales historiques de la Révolution française, no 339, 2002.

22 AM Vernon, 1 D 11, registre du conseil général (26 mars 1795-6 mars 1796).

23 ADE, 4 L 7.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search