Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Introduction

Texte intégral

  • 1 Edmond Meyer, Histoire de Vernon et de son ancienne châtellenie, Les Andelys, Delcroix, 1874-1875, (...)

Le règne des titans de la Convention nationale avait pris fin ; les muscadins du Directoire leur avaient succédé. Écrasés par les actes de leurs énergiques devanciers, ils n’avaient su donner au monde que le spectacle de leur impuissance et de leur démoralisation ; la décadence était complète. Bonaparte [...] renversa ce gouvernement de satrapes et fonda le Consulat1...

1C’est en ces termes que l’historien vernonnais Edmond Meyer évoquait, au début de la IIIe République, le Directoire, exprimant assez bien le mauvais souvenir que ce régime, coincé entre deux périodes flamboyantes, le temps du Gouvernement révolutionnaire et celui de l’épisode napoléonien, a laissé dans la mémoire nationale. Il est vrai que la propagande diffusée par les thuriféraires du Consulat n’a pas manqué de distiller des clichés convenus, contribuant à alimenter une véritable « légende noire » au sujet du régime directorial. Ces quatre années – de 1795 à 1799, soit près de la moitié de la décennie révolutionnaire – au cours desquelles la France s’est efforcée de « terminer la Révolution » en expérimentant un régime républicain constitutionnel, ont longtemps été considérées comme une époque bien terne de notre histoire, période de médiocrité, « interrègne sans éclat » auquel sont associées des images négatives subsistant toujours dans la mémoire collective.

  • 2 Bulletin de l’Eure, no 46 du 19 thermidor an V (6 août 1797).

2En premier lieu, la corruption. Le Directoire fut le temps des fortunes édifiées trop rapidement par une minorité, alors que les masses populaires vivaient dans une misère que renforcèrent, dès les lendemains de l’installation du régime, une grave crise de subsistances et la chute de l’assignat puis du mandat territorial. Cette République qui proclamait haut et fort l’égalité civile dans sa Déclaration des droits et des devoirs fut surtout celle de la « fracture sociale » pour reprendre une expression d’aujourd’hui. Le Directoire a donc laissé le souvenir d’une société frivole dominée par une minorité de parvenus étalant leurs richesses, avec la jeunesse dorée des muscadins, les incroyables aux tenues excentriques et les merveilleuses fort peu vêtues. Ces femmes aux mœurs légères vivaient surtout dans la capitale et le département de l’Eure en comptait sans doute bien peu. Toutefois, dans l’un de ses numéros, Le Bulletin de l’Eure, journal néo-jacobin publié à Évreux, relata tout de même que dans cette ville, « deux femmes [...] ont été poursuivies depuis Saint-Taurin jusqu’au faubourg Panette, à cause de l’indécence de leur costume2 ».

  • 3 Michel Troper, Terminer la Révolution : La Constitution de 1795, Paris, Fayard, 2006.

3Autre reproche fait au régime directorial : l’instabilité. Selon une opinion largement répandue, la Constitution de l’an III en serait la cause car elle instituait une séparation des pouvoirs tellement rigide que seuls les coups de force pouvaient dénouer les conflits politiques. Cette interprétation a été contestée par Michel Troper pour qui la mécanique constitutionnelle n’est pas en cause3. C’est pour conserver son pouvoir et des droits de propriété récemment acquis que la bourgeoisie thermidorienne dut se résoudre à avoir recours aux expédients, le plus souvent l’armée. Le système représentatif s’en trouva discrédité ; non seulement les masses populaires, vaincues en prairial an III (mai 1795), se désintéressèrent de la vie politique mais, au fil des élections annuelles, les « citoyens actifs » boudèrent de plus en plus les assemblées primaires.

4Les contemporains auraient pu se consoler en se montrant fiers d’un régime qui s’imposait au dehors, la « Grande Nation » installant des républiques sœurs à ses frontières. À vrai dire, les soldats français ne se comportaient guère en libérateurs mais, plutôt avec arrogance ; l’occupation des territoires par les armées de la République passait bien souvent par le pillage des territoires occupés, les pays conquis étant de plus contraints à verser de lourdes indemnités de guerre. L’image des troupes de Bonaparte revenant d’Italie chargées de nombreuses œuvres d’art, est restée dans les mémoires.

  • 4 Isser Woloch, Jacobin legacy, the democratic movement under the Directory, Princeton, 1970.
  • 5 Denis Woronoff, La République bourgeoise, de Thermidor à Brumaire, 1794-1796, Paris, Seuil, 2e éd. (...)

5Ce discrédit explique sans doute le peu de faveur que le régime directorial a trouvé auprès des historiens et que l’étude de la période 1795-1799 ait été délaissée. Certes, des travaux pionniers ont été menés durant la première moitié du XXe siècle par de grands universitaires, qu’il s’agisse d’Albert Mathiez, de Marcel Reinhard ou de Georges Lefebvre. Plus récemment, d’autres chercheurs se sont intéressés à différents aspects de la République directoriale : Jean-René Suratteau a étudié en détail les scrutins du Directoire, permettant ainsi une meilleure connaissance du fonctionnement institutionnel du régime, Isser Woloch4 a mené une étude approfondie du jacobinisme tandis que Denis Woronoff réalisait une nouvelle synthèse consacrée à la période allant de Thermidor à Brumaire5.

  • 6 Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir.), La République directoriale. Actes du colloque de Clermo (...)
  • 7 Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers, Christine Le Bozec et Pascal Dupuy, Du Direct (...)
  • 8 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Du Directoire au Consulat, 3° Brumaire dans l’histoire du lien politi (...)

6Depuis quelques décennies, le Directoire est devenu à nouveau un champ de la recherche historique, exploré par une nouvelle génération d’historiens qui se sont employés à combattre la désastreuse représentation du régime directorial imprimée dans la mémoire nationale, et ont procédé à une réévaluation de cette première tentative de république constitutionnelle, en particulier Bernard Gainot, Philippe Bourdin, Pierre Serna, ou Sylvie Denys-Blondeau, à tel point que ce chantier occupe aujourd’hui une position stratégique dans les études révolutionnaires. À côté de ces recherches individuelles, de nouvelles perspectives ont été ouvertes au cours de plusieurs colloques organisés ces dernières années. Celui de Clermont-Ferrand, qui s’est tenu les 22-24 mai 1997, a permis de faire le point sur le moment directorial, sur cette tentative de stabilisation de la Révolution, essentiel pour comprendre la France contemporaine6. Ces recherches ont été reprises et prolongées les années suivantes au cours de tables rondes organisées à Valenciennes et à Lille7 portant notamment sur le lien politique local dans l’État directorial, puis lors d’un colloque organisé à Rouen à l’occasion du bicentenaire de Brumaire8.

  • 9 Sylvie Denys-Blondeau, « Sur la place du Directoire. Interprétations », dans Christine Le Bozec et (...)
  • 10 Titre de la loi du 5 fructidor an III (22 août 1795) qui proposait la ratification de la Constitut (...)

7Beaucoup de chantiers ont été ouverts, prouvant que la période directoriale ne pouvait être comprise comme une médiocre transition mais un moment d’expérimentation. Pour Sylvie Denys-Blondeau, « le Directoire, c’est en effet un extraordinaire laboratoire politique : des innovations institutionnelles comme la place de l’élection, de l’exécutif, le travail sur les valeurs républicaines et la laïcisation de l’espace public, les municipalités cantonales et les commissaires directoriaux pour n’en citer que quelques uns9 ». Autant de thèmes d’études. Le Directoire cherchait à « se donner les moyens de terminer la Révolution10 » en assurant une stabilisation politique et sociale après la crise révolutionnaire. La bourgeoisie thermidorienne voulait établir un système qui garantît ses conquêtes, mais le régime, fondé sur la Constitution de l’an III, ne sut pas instaurer une république solide, l’étroitesse de sa base sociale étant la cause fondamentale de l’instabilité du régime. À partir de ce constat, les recherches actuelles préfèrent mettre l’accent sur les innovations apportées par le Directoire pour voir en quoi ce régime constitue un moment fondateur de la République en France.

  • 11 Malcom Crook, Elections in the French Revolution : an apprenticeship in democracy, 1789-1799, Camb (...)
  • 12 Sylvie Denys-Blondeau, « Sur la place du Directoire. Interprétations », art. cité, p. 521.

8Les élections annuelles constituent l’une de ces nouveautés et la place de ces consultations dans le fonctionnement du régime, l’un des chantiers actuels. Jean-René Surrateau avait étudié en détail les différents scrutins, ses recherches furent prolongées par Malcom Crook qui s’est notamment intéressé à la participation électorale sous le Directoire11. Les études actuelles portent plutôt sur les élections « comme lieu d’apprentissage du métier de citoyen » et sur ces scrutins qui, sous le régime directorial, rythment la vie politique : « On peut affirmer qu’après les quatre consultations, il existe bien un temps des élections qui devient à partir de l’an V le rythme central de la vie politique, première modernité directoriale12 », écrit Sylvie Denys-Blondeau.

  • 13 Kåre Tønnesson, « Pouvoir central, pouvoir local et population : le Roussillon sous le Directoire  (...)
  • 14 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du (...)

9Le Directoire fut-il centralisateur ou décentralisateur ? Beaucoup de recherches ont porté sur le pouvoir local, en effet le régime innova en supprimant le district et en instituant des municipalités cantonales rurales, mais il voulait contrôler les administrations locales en flanquant les départements et les municipalités de canton d’un commissaire. Des recherches sur le pouvoir local « composante de la dynamique nationale » ont donc été menées, notamment dans le cadre du colloque Pouvoir local et Révolution, avec en particulier les communications de Kåre Tønnesson13 et de Bernard Gainot ayant entrepris par ailleurs une étude prosopographique des commissaires centraux14.

  • 15 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme : la démocratie représentative, une alternative à bru (...)
  • 16 Catherine Kawa, Ronds-de-cuir en révolution ; étude prosopographique des employés du ministère de (...)

10L’étude des idéologies politiques a également connu un certain renouveau, en particulier le jacobinisme militant qui, même après un véritable effondrement après Thermidor, persista en tant que courant politique, ne s’identifiant pas au babouvisme, mais prenant la forme d’un néo¬-jacobinisme étudié par Isser Woloch, comme cela a déjà été signalé. Pour sa part, Bernard Gainot a observé dans sa thèse15, durant l’année 1799, un renouveau de cette tendance de l’opinion, porteur d’un projet politique propre : la « démocratie représentative ». D’autres recherches ont été menées concernant certains groupes sociaux, en particulier les fonctionnaires étudiés par Catherine Kawa16, formant une bureaucratie souvent compétente, parfois débordée par une tâche considérable mais publiant de nombreux documents qui font le bonheur des historiens.

11À bien des égards, l’épisode directorial ne peut être assimilé à une sorte d’intermède et doit plutôt être considéré comme un moment fondateur. Comme l’écrit Claude Mazauric :

  • 17 Claude Mazauric, préface à Sylvie Denys-Blondeau, « Aspects de la vie politique de l’Ouest intérie (...)

Derrière le désordre ou le chaos apparent, s’était établi en profondeur le soubassement institutionnel et sociologique, en un sens « culturel » de la France balzacienne et bourgeoise, qui a orienté toute l’histoire de notre dix-neuvième siècle. Le Directoire préparait ainsi à sa manière le ralliement à cette république conservatrice qui finit par avoir la faveur de grands notables et de politiciens avertis comme Thiers au sortir du Second Empire17.

  • 18 Marcel Reinahard, Le Département de la Sarthe sous le régime directorial, Saint-Brieuc, Les Presse (...)
  • 19 Jean-René Suratteau, Le Département du Mont-Terrible sous le Directoire, (1795-1800), Annales litt (...)
  • 20 Pierre Clémendot, Le Département de la Meurthe à l’époque du Directoire, Raon-l’Étape, Impr. Fetze (...)
  • 21 Philippe Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire : vie politique et esprit public, Clermont-Fer (...)
  • 22 Sylvie Denys-Blondeau, « Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transit (...)

12Quelle fut la situation de la province sous le régime directorial ? Y eut-il des décalages, des dissonances entre les différentes régions ? Avons-nous observé une autonomie de décision de certains administrateurs ou de commissaires localement ? La consultation des fonds d’archives a permis de tenter de répondre à ces questions. Des monographies départementales sont venues compléter, corroborer ou infirmer les recherches menées au niveau national. Après l’ouvrage pionnier de Marcel Reinhard consacré à la Sarthe18 et l’étude de Jean-René Suratteau sur le département du Mont-Terrible19, d’autres travaux sont venus s’ajouter, portant parfois sur l’ensemble de la décennie révolutionnaire ou plus spécifiquement consacrés au Directoire. Citons trois études portant sur le régime directorial dans la Meurthe, le Puy-de-Dôme et l’Orne : les auteurs sont respectivement Pierre Clémendot20, Philippe Bourdin21 et Sylvie Denys-Blondeau22. Ces monographies ont permis de mettre en avant tel éclairage particulier et de confirmer ou de critiquer des présupposés avancés dans la recherche générale.

  • 23 Jacques Rougerie, « Faut-il départementaliser l’histoire de France ? », Annales ESC, t. XXI, no 1, (...)

13Fallait-il ajouter à ces travaux une nouvelle monographie consacrée au département de l’Eure ? Et fallait-il inscrire à nouveau notre étude dans le cadre géographique du département ? Depuis l’article de Jacques Rougerie publié dans les années 1960, il est bon de se demander s’il faut « départementaliser l’histoire de France23 » au risque d’aboutir à un émiettement de la recherche. Il est possible de rétorquer que « départementaliser » l’histoire du Directoire peut sembler légitime car, lors de cette première expérimentation républicaine, le cadre départemental récemment mis en place, s’affirme comme un espace cohérent où se déroule une vie politique locale ayant son propre rythme et se démarquant des événements parisiens.

  • 24 André Goudeau, Trois Siècles d’histoires vernonnaises, Luneray, éd. Bertout, 2002.
  • 25 André Goudeau, Recherches sur Vernon et la Seine pendant la Révolution française, 1789-1795, mémoi (...)
  • 26 Bernard Bodinier (dir.), L’Eure de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Éd. Bordes-sou (...)

14Nous avons donc choisi d’étudier le département de l’Eure durant la période directoriale. Différentes recherches concernant l’histoire de la ville de Vernon24 et notre mémoire de DEA relatif à la Révolution dans cette ville25 nous ont conduit à nous intéresser à ce département durant la décennie révolutionnaire. Pour avoir rédigé les chapitres consacrés à la Révolution et à l’Empire dans un ouvrage sur l’histoire du département de l’Eure26, nous avons pu constater que de nombreuses études avaient été publiées au sujet de l’épisode révolutionnaire dans le département et que la bibliographie relative à la période est riche ; néanmoins les développements concernant l’épisode directorial restent limités.

  • 27 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l’Eure, Évreu (...)

15Seul l’ouvrage de Louis Boivin-Champeaux27, publié en deux volumes à la fin du XIXe siècle, couvre l’ensemble de la décennie révolutionnaire. Sur les quarante-deux chapitres de l’œuvre, cinq sont consacrés dans le second volume à la période directoriale, soit 77 pages. Pour rédiger l’histoire du Directoire dans l’Eure, Boivin-Champeaux s’est appuyé sur des archives, mais, comme certains érudits du XIXe siècle, il ne cite pas ses sources. L’auteur qui présente un récit événementiel de la période directoriale, depuis l’adoption de la Constitution de l’an III jusqu’à la « révolution du 18 brumaire », est donc pratiquement le seul à retracer brièvement les événements de cette période de la Révolution dans l’Eure.

16Alors que le régime directorial bénéficie d’un regain d’intérêt de la part des historiens, il nous a donc semblé intéressant de mener une étude approfondie sur l’histoire du Directoire dans le département, d’autant que les sources sont riches, dans les différents dépôts d’archives publiques. Les archives départementales de l’Eure, dans la série L, disposent d’une documentation abondante. Les dossiers conservés aux Archives nationales permettent de compléter utilement la documentation trouvée à Évreux lorsque le Directoire ou les ministres sont appelés à arbitrer certains conflits politiques locaux. Les fonds conservés dans des services d’archives municipaux permettent de mieux connaître l’activité des municipalités urbaines, en particulier à Louviers, Pont-Audemer, Verneuil et Évreux, les papiers conservés au chef-lieu étant particulièrement intéressants.

  • 28 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, Évreux, Impr. Hérissay, 18 (...)
  • 29 Bulletin de l’Eure, BNF, 8-LC10-127 (4).

17Deux sources imprimées nous ont été d’une grande utilité : une chronique tenue au jour le jour et un périodique publié deux fois par décade et déjà cité : le journal tenu à Évreux par Nicolas Rogue28 et le Bulletin de l’Eure du journaliste néo-jacobin Touquet29.

  • 30 Laurent Brassart, « Des décisions parisiennes aux municipalités cantonales : la mise en œuvre de l (...)

18À partir de ces sources, nous avons tenté de retracer l’histoire du département sous le régime directorial, en nous efforçant de tenir compte de ses spécificités. L’Eure n’ayant pas joué un rôle de tout premier plan pendant la période révolutionnaire, mais étant proche de Paris, ressentit rapidement les contrecoups des soubresauts parisiens. Les communications relativement faciles avec la capitale par la vallée de la Seine contribuaient à une circulation rapide de l’information, les événements parisiens étant connus dès le lendemain à Évreux. Ce voisinage influença-t-il la vie politique du département durant la période directoriale ? Comment appliqua-t-on les décisions parisiennes dans le département ? Furent-elles été mises en œuvre rapidement ou le pouvoir local disposa-t-il d’une certaine autonomie face au centre parisien comme cela a été observé dans d’autres départements30 ? Toujours en raison de sa proximité avec la capitale, le département contribuait à l’approvisionnement de Paris en céréales mais, les années de mauvaises récoltes, les habitants de l’Eure acceptaient mal de voir le blé partir vers la capitale alors que leurs propres besoins n’étaient pas assurés, ce qui donna lieu à de fréquentes émeutes dès la guerre des farines et durant la Révolution. Qu’en fut-il au début du Directoire, lorsque la mauvaise récolte entraîna une grave crise de subsistances en l’an IV ?

19Proche de la capitale et donc soumise à l’influence parisienne, l’Eure se trouvait aussi, par les cantons bocagers du pays d’Ouche, proche de l’Ouest rebelle et chouan de la Basse-Normandie. Le département dont les massifs forestiers constituaient autant de refuges, fut donc « contaminé » par la chouannerie normande, relayée par un brigandage endémique qui tentait de se donner des couleurs politiques. Nous devrons voir comment les autorités ont réagi face à cette « malveillance » et comment ces violences pesèrent sur la vie politique locale.

20Le pouvoir parisien avait tendance à se méfier d’un département rallié au fédéralisme normand, sous l’influence de Buzot. La dissidence concerna moins la population que des élus au département ou aux districts qui refusaient de voir les sans-culottes parisiens dominer le processus révolutionnaire. Certains de ces administrateurs connurent la répression et furent emprisonnés pour fédéralisme à la demande des comités de surveillance puis libérés après le 9 Thermidor. Beaucoup d’entre eux devinrent ensuite les cadres du régime directorial dans l’Eure et nous devrons nous interroger sur ce personnel politique départemental certes républicain mais qui, marqué par le fédéralisme, manifesta une hostilité envers les néo-jacobins sous le Directoire. L’union de tous les républicains était-elle impossible ?

21Grâce aux travaux de Danièle Pingué, nous savons que, sous le Gouvernement révolutionnaire, le département disposait d’un réseau dense de sociétés jacobines. Qu’en resta-t-il sous le Directoire ? Après le 18 fructidor, des cercles constitutionnels apparurent, héritiers des sociétés populaires et un courant néo-jacobin se manifesta dans l’Eure, avec l’appui du journal de Touquet, Le Bulletin de l’Eure. Quelle en était l’ampleur et quel était son contenu ? Les deux frères Lindet qui avaient joué un rôle essentiel durant les premières années de la Révolution, se situaient dans cette mouvance. Nous nous efforcerons de décrire leur relatif effacement durant le Directoire, ne servant de recours qu’à la toute fin de la période, Robert devenant ministre et Thomas commissaire central du département.

22Thomas Lindet avait été auparavant le premier évêque constitutionnel du nouveau diocèse d’Évreux correspondant au département de l’Eure, dans lequel 62 % du clergé paroissial avait prêté le serment à la constitution civile du clergé, ce taux variant quelque peu selon les districts. Cette forte proportion de « jureurs » a-t-elle permis un renouveau rapide de l’Église constitutionnelle sous le Directoire, dans un diocèse profondément désorganisé après la démission de Thomas Lindet du siège épiscopal.

23Pour tenter de saisir l’originalité de la période directoriale dans l’Eure, nous procéderons en cinq temps. Après avoir présenté le département en 1795, nous décrirons la mise en place des nouvelles institutions, avant de voir comment le commissaire Crochon, l’administration centrale et les nouvelles municipalités cantonales se sont efforcés de faire face à leurs tâches administratives. Nous poursuivrons notre étude en analysant la période allant des élections de l’an V à celles de l’an VI. Notre quatrième partie, intitulée « Vers une nouvelle citoyenneté » nous permettra de voir l’œuvre des autorités départementales dans le domaine de l’éducation, dans celui des fêtes, des religions civiques ainsi qu’en faveur de la modernisation de l’économie. Enfin, dans une dernière séquence, nous verrons qu’après les élections de l'an VII, deux commissaires centraux – François Rever et Thomas Lindet – s’efforcèrent d’affronter une situation extrêmement difficile pour faire face aux actions de la chouannerie jusqu’à ce que Bonaparte vienne renverser le régime directorial en brumaire an VIII (novembre 1799).

Notes

1 Edmond Meyer, Histoire de Vernon et de son ancienne châtellenie, Les Andelys, Delcroix, 1874-1875, t. 1, p. 292.

2 Bulletin de l’Eure, no 46 du 19 thermidor an V (6 août 1797).

3 Michel Troper, Terminer la Révolution : La Constitution de 1795, Paris, Fayard, 2006.

4 Isser Woloch, Jacobin legacy, the democratic movement under the Directory, Princeton, 1970.

5 Denis Woronoff, La République bourgeoise, de Thermidor à Brumaire, 1794-1796, Paris, Seuil, 2e éd., 2004 (1re éd., Paris, Seuil, 1972).

6 Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir.), La République directoriale. Actes du colloque de Clermont-Ferrand (22-24 mai 1997), Société d’Études robespierristes, Centre d’histoire des entreprises et des communautés, Centre de recherches révolutionnaires et romantiques, 1998.

7 Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers, Christine Le Bozec et Pascal Dupuy, Du Directoire au Consulat, 1° Le lien politique local dans la Grande Nation, 2° L’intégration des citoyens dans la Grande Nation, Villeneuve-d’Ascq, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 1999.

8 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Du Directoire au Consulat, 3° Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-nation, Rouen, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, université de Lille III et GRHIS (université de Rouen), 2001.

9 Sylvie Denys-Blondeau, « Sur la place du Directoire. Interprétations », dans Christine Le Bozec et Éric Wauters (études réunies par), En hommage à Claude Mazauric, Pour la Révolution française, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1998.

10 Titre de la loi du 5 fructidor an III (22 août 1795) qui proposait la ratification de la Constitution de l’an III.

11 Malcom Crook, Elections in the French Revolution : an apprenticeship in democracy, 1789-1799, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 et id., « Élections et comportement électoral sous le Directoire, 1795-1799 », dans Roger Dupuy (dir.), Pouvoir local et Révolution, 1780-1780-1850 : la frontière intérieure, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 415-428.

12 Sylvie Denys-Blondeau, « Sur la place du Directoire. Interprétations », art. cité, p. 521.

13 Kåre Tønnesson, « Pouvoir central, pouvoir local et population : le Roussillon sous le Directoire », dans Roger Dupuy (dir.), Pouvoir local et Révolution, 1780-1850 : la frontière intérieure, colloque international, Rennes, 1993, Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 429-441.

14 Bernard Gainot, « Propositions pour une enquête prosopographique sur les commissaires centraux du Directoire », Cahier du laboratoire des collectivités locales, no 3, série « Histoire », Presses universitaires d’Orléans, 2003, p. 90-104.

15 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme : la démocratie représentative, une alternative à brumaire ?, Paris, CTHS, 2001.

16 Catherine Kawa, Ronds-de-cuir en révolution ; étude prosopographique des employés du ministère de l’Intérieur sous la Première République (1792-1800), Paris, CTHS, 1996.

17 Claude Mazauric, préface à Sylvie Denys-Blondeau, « Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale, l’exemple ornais », Le Pays bas-normand, nos 226-227, 1997-

18 Marcel Reinahard, Le Département de la Sarthe sous le régime directorial, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1936.

19 Jean-René Suratteau, Le Département du Mont-Terrible sous le Directoire, (1795-1800), Annales littéraires de l'université de Besançon, 1965.

20 Pierre Clémendot, Le Département de la Meurthe à l’époque du Directoire, Raon-l’Étape, Impr. Fetzer, 1966.

21 Philippe Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire : vie politique et esprit public, Clermont-Ferrand, Mémoires de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand, 1990.

22 Sylvie Denys-Blondeau, « Aspects de la vie politique de l’Ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale. L’exemple ornais », Le Pays bas-normand, nos 226-227 (1997), no 229 (1998), no 236 (1999)·

23 Jacques Rougerie, « Faut-il départementaliser l’histoire de France ? », Annales ESC, t. XXI, no 1, janv.-févr. 1966.

24 André Goudeau, Trois Siècles d’histoires vernonnaises, Luneray, éd. Bertout, 2002.

25 André Goudeau, Recherches sur Vernon et la Seine pendant la Révolution française, 1789-1795, mémoire de DEA sous la direction de Claude Mazauric, université de Rouen, 1991.

26 Bernard Bodinier (dir.), L’Eure de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Éd. Bordes-soules, 2001.

27 Louis Boivin-Champeaux, Notices historiques sur la Révolution dans le département de l’Eure, Évreux, Hérissey, 1893-1894, 2t. (rééd. Elbeuf, Page de Garde, 1997).

28 Nicolas Rogue, Souvenirs et journal d’un bourgeois d’Évreux, 1740-1830, Évreux, Impr. Hérissay, 1850, (rééd. Elbeuf, Page de Garde, 1996).

29 Bulletin de l’Eure, BNF, 8-LC10-127 (4).

30 Laurent Brassart, « Des décisions parisiennes aux municipalités cantonales : la mise en œuvre de la politique directoriale dans le département de l’Aisne », Annales historiques de la Révolution française, no 4, 2002, p. 115-133.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search