Version classiqueVersion mobile

Le département de l’Eure sous le Directoire

 | 
Goudeau André

Préface

Michel Biard

Texte intégral

1Depuis quelques décennies, les travaux historiques sur le Directoire se sont multipliés, à tel point que les années 1795-1799 sont aujourd’hui perçues comme un moment important de la Révolution française, et non plus seulement assimilées à une sorte de transition sans guère d’intérêt entre la « république jacobine » et le Consulat puis l’Empire. Des pans entiers de la légende noire du Directoire se sont tour à tour effondrés et nul n’oserait plus aujourd’hui se contenter d’évoquer une période de crise, de « décadence », de « médiocrité » politique, jugée à l’aune des parcours individuels d’une poignée d’individus plus ou moins recommandables. Si plusieurs historiens de premier plan, français et étrangers, ont joué un rôle majeur dans cette relecture historique, il convient de leur associer tous les chercheurs qui ont permis la réouverture à nouveaux frais du dossier, ici avec une enquête approfondie sur telle ou telle question, là avec de solides monographies départementales. Le travail d’André Goudeau s’inscrit naturellement parmi ces dernières et vient proposer un exemple passionnant dans la mesure où l’Eure n’est pas n’importe quel département, loin s’en faut. Densément peuplé (pour l’époque), ce département reste avant tout rural et Évreux ne rassemble guère qu’environ 8 000 habitants, pour autant sa proximité de Paris et les événements de 1793 lui ont donné une importance non négligeable. Marqué comme d’autres par le rôle politique de réseaux de clientèles (ceux de Buzot, mais aussi ceux des frères Lindet), le département a basculé de manière éphémère dans la rébellion « fédéraliste » de l’été 1793, avant que la débâcle sans gloire de Pacy amène la plupart des acteurs politiques à soutenir – au risque de la palinodie – une Convention nationale désormais dominée par les montagnards. Ce feu de paille n’en pèse pas moins au cours des années suivantes et le souvenir de l’épisode « fédéraliste » marque donc durablement les mémoires, d’autant que les épurations de l’an III ramènent en partie sur le devant de la scène les vaincus d’hier. La mission du représentant du peuple Bernier, envoyé dans l’Eure et l’Eure-et-Loir en janvier 1795, constitue à cet égard un bel exemple des évolutions aussi bien que des reclassements politiques, le tout dans un contexte de disette terrible au printemps.

2Après avoir ainsi planté le décor, André Goudeau nous offre tout à la fois une étude très complète sur le nouveau maillage administratif mis en place en 1795, sur le rôle des commissaires du Directoire, et sur ce temps fort de la vie politique locale (et nationale) que représentent toujours les élections. Du référendum constitutionnel de l’été 1795 aux élections successives qui voient d’abord la poussée politique des royalistes, puis l’essor du « néo-jacobinisme », André Goudeau décrit de manière minutieuse l’acte de voter et élire, héritage des années précédentes, mais aussi bien sûr le personnel politique et administratif qui se met alors en place à l’issue des scrutins. Administration centrale du département, municipalités de canton, nouvelles institutions judiciaires, composent une armature administrative aux formes en partie modifiées et placée sous le regard d’un personnage nouveau : le commissaire nommé par le Directoire, tout à la fois héritier de l’ancien procureur général syndic né en 1790 et parfois considéré (en partie à tort) comme l’ancêtre du préfet créé en 1800. Si plusieurs personnages se succèdent dans cette fonction pour l’Eure, assurément Crochon attire l’attention et bénéficie ici d’un portrait tout en nuances. Grâce au travail d’André Goudeau, le lecteur pourra sans peine appréhender non seulement le fonctionnement concret des institutions locales (organisation des bureaux, tâches des uns et des autres, relais entre l’administration départementale et les municipalités cantonales, etc.), mais aussi comprendre les enjeux politiques locaux, liés bien sûr aux enjeux nationaux. La percée royaliste de l’an V, la poussée « néo-jacobine » de l’an VI, puis les crises de l’an VII et de l’an VIII, constituent autant de temps forts ici comme ailleurs. Mais, dans ce département normand, les tensions peuvent déclencher des conséquences d’une gravité considérable, ainsi avec l’assassinat de Goubert, alors à la tête de l’administration départementale. « Chauffeurs » de la bande de Robillard qui prolifèrent grâce à la misère, chouans et brigands en tout genre liés notamment aux conséquences de la désertion des soldats, tous rendent le département peu sûr, en dépit des efforts consentis pour tenter d’y maintenir l’ordre grâce à la Garde nationale, à la Gendarmerie et aux « colonnes mobiles ». Dans ce département situé entre Paris et ce qui a pu être nommé « l’Ouest intérieur », aucune activité politique ne peut donc se dérouler dans la sérénité, ni même parfois avec un minimum de sécurité. Et pour peu que surviennent des coups de force dans la capitale (le coup d’État du 18 fructidor, a fortiori celui du 18 brumaire), aussitôt les administrations de l’Eure ont à en subir les conséquences (destitutions de commissaires, d’administrateurs locaux, d’agents, etc.) S’il apparaît délicat de déceler une sorte d’« opinion moyenne », modérée, dans ce département, plus intéressante est sans doute la persistance du courant « néo-jacobin », avec le développement des cercles constitutionnels, le souvenir de l’an II (par exemple dans l’action de Lindet), les conflits politiques dès lors qu’ils deviennent des cibles à éliminer.

3Mais, loin de se contenter de livrer ici une sorte de récit chronologique, André Goudeau entreprend aussi de démontrer comment le Directoire a poursuivi une œuvre d’acculturation des citoyens. Grâce à des analyses fouillées, fondées sur divers exemples remarquables, il retrace les évolutions de l’enseignement (avec, entre autres, une belle étude sur l’École centrale d’Évreux), décrit les fêtes civiques organisées dans le département, insiste sur les cultes républicains et offre une belle synthèse sur la diffusion de la Théophilanthropie aussi bien que sur les querelles internes à l’Église constitutionnelle (notamment à travers le cas de l’abbé Moulis, rédacteur du Journal du bon sens). Enfin, l’agriculture, le développement des manufactures et du commerce, autant de questions susceptibles de jouer sur le ralliement ou non des citoyens au régime, viennent compléter un ouvrage qui, on l’aura compris, entend proposer non une simple histoire politique, mais une vision globale du département de l’Eure sous le Directoire. À ce jeu, il met en lumière les liens entre situation économique et sociale, éducation et encadrement des citoyens, vie politique nationale et locale. Et à ce jeu encore, il met au jour nombre de contradictions d’une période où la quête d’un « juste milieu » (supposé) obséda certains tandis que d’autres rêvaient d’une tout autre république, que d’autres encore persistaient à réclamer un roi, que d’autres enfin se bornaient à un constat quelque peu désabusé : « Tel était l’épuisement causé par la tourmente révolutionnaire qu’on ne cherchait plus qu’à rester obscur et ignoré. »

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search