Version classiqueVersion mobile

Amilec ou La Graine d’hommes

 | 
Charles-François Tiphaigne de La Roche

Biographie de Charles-François Tiphaigne de la Roche

Texte intégral

  • 1 Pour bien cerner l’intérêt du mineur en tant qu’objet d’étude à part entière, voir l’excellente in (...)

1S’intéresser à un auteur tel que Charles-François Tiphaigne de La Roche soulève un nombre important de problèmes. Le premier d’entre eux est celui des sources et plus largement de toute documentation sur l’auteur, comme souvent pour les minores1. Il est, en l’occurrence, particulièrement aigu. D’une part, notre auteur semble longtemps ne pas avoir suscité un grand intérêt parmi les critiques, lourdement handicapé qu’il a été par son éloignement des cercles littéraires influents, sa classification à la fois comme auteur normand, que rien dans son œuvre ne justifie, et comme auteur de fictions scientifiques et d’utopies, genres mineurs pour auteur mineur. D’autre part, les destructions occasionnées par le débarquement des troupes alliées en 1945 vinrent parachever celles déjà entreprises lors de la Révolution française : Montebourg a été détruit à 90 %, les actes de catholicité de la paroisse de même que les archives et la bibliothèque de l’abbaye ne sont plus aujourd’hui que poussière, privant les chercheurs d’informations précieuses pour la plupart impossibles à retrouver, même par recoupements de sources.

2Le deuxième problème important, que le premier ne fait que compliquer, est celui de la biographie. Parfois l’existence d’un auteur est mise en doute, comme pour Shakespeare ou Louise Labé, et dès lors il s’agit de savoir qui pourrait être l’auteur des œuvres qui lui sont attribuées. Si nul ne doute que Charles-François Tiphaigne de La Roche ait existé, beaucoup s’interrogent sur les ouvrages qui doivent lui être attribués. En effet, il a pour contemporain Guillaume-François Tiphaigne de La Roche, lui aussi médecin et normand. L’éloge funèbre prononcé par un de ses confrères de l’académie de Rouen, d’Ambournay, nous fournit d’utiles informations concernant les grandes étapes de la vie de ce dernier.

  • 2 Marie-Josèphe Le Cacheux, Un médecin philosophe au XVIIIe siècle, le Normand Tiphaigne de La Roche (...)

3Guillaume-François est né à Rouen, paroisse Saint-Herbland, le 22 août 1702. Il se marie le Ier février 1745 avec Marie-Madeleine Jouvin dont il aura trois enfants : Guillaume-François, Louise et Marie-Thérèse. Il fonde avec Dufay, Thibault et Moyencourt le premier jardin botanique de Rouen, qui sera le berceau de l’académie de la ville. Il occupe différents postes : docteur en médecine, agrégé au collège des médecins de Rouen, doyen du collège de médecine de Rouen, conseiller du roi, président en l’élection de Rouen de 1740 à 17652 et directeur de l’académie de Rouen. Il meurt le 3 novembre 1788. Cette homonymie patronymique a conduit nombre de biographes à penser que Charles-François a été membre de l’académie de Rouen, alors que rien n’autorise une telle affirmation.

  • 3 Jacques Marx, Tiphaigne de La Roche. Modèles de l’imaginaire au XVIIIe siècle, Bruxelles, Éditions (...)

4De plus, si Jacques Marx se contente avec prudence de réserver son opinion sur l’attribution des ouvrages non-fictionnels que sont l’Essai sur l’histoire économique des mers occidentales de France (Paris, 1760), ou encore les Observations physiques sur l’agriculture, les plantes, les minéraux, etc. (Paris, 1765) à Charles Tiphaigne, « compte tenu de leur caractère manifestement périphérique par rapport à la production attestée de l’écrivain d’Amilec, de Giphantie et des Galligènes3 », nombreux sont les critiques à les avoir bien hâtivement et à tort attribués à Guillaume-François.

5Il faut aussi signaler l’existence d’un Michel Tiphaine, né à Chartres, connu pour être l’auteur d’une comédie intitulée Les Enfants en 1756. Ce dernier est mort en 1760 mais a, lui aussi, entretenu la confusion quant à l’attribution de certains ouvrages de Charles-François.

  • 4 Amilec, ou la graine d’hommes, fac-similé de l’édition de 1754 par M. Tiphaigne, médecin de la fac (...)
  • 5 Albert-Léon-Marie Le Nordez, Tiphaigne de la Roche ou un moraliste normand du siècle dernier, Pari (...)

6Il convient enfin de préciser comme le fait Albert Le Nordez, imité par le préfacier du fac-similé d’Amilec en 19854, que La Roche n’est pas « un titre nobiliaire, mais un de ces surnoms ou “aver-noms”, qui dans les familles aisées étaient donnés aux divers fils de la maison. C’est ainsi que son frère, l’abbé Tiphaigne, est, dans son acte de décès appelé : Tiphaigne du Haut Pré. Ces surnoms étaient empruntés de tel champ ou telle ferme du patrimoine paternel5. » Dans tous les actes officiels que nous avons pu consulter lors de nos recherches, il est appelé Charles Tiphaigne.

Jeunesse d’un auteur et genèse d’une œuvre (1722-1751)

  • 6 Extrait des registres de l’état-civil de Montebourg dans A.-L.-M. Le Nordez, Tiphaigne de la Roche (...)

Le vingt février mil sept cent vingt-deux, a été baptisé un fils né du dix-neuf, en légitime mariage, pour Maître Jean Tiphaigne et Catherine Feuillie, son épouse nommé Charles-François par dame Françoise Tiphaigne, laquelle a avec nous vicaire soussigné, ce dit jour et an.
Couespel, Vic.6

  • 7 François-Xavier de Feller, Biographie universelle, Besançon, Outhenin-Chalandre fils, 1844 ; A.-L. (...)
  • 8 Notamment : Antoine Sabatier de Castres, Les Trois Siècles de la littérature françoise, Amsterdam- (...)

7Si les biographes ont pendant deux siècles été incertains quant à la date de naissance de notre auteur, il est désormais établi grâce au témoignage d’Albert Le Nordez que Charles-François Tiphaigne de La Roche est né à Montebourg le 19 février 17227 et non en 1729 comme certains l’ont longtemps cru8.

  • 9 Abbé Corbet, Historique sur Saint Germain de Tournebu, 1981, d’après l’abbé Lemennicier, curé de S (...)
  • 10 Saint-Germain-de-Tournebut jouxte Montebourg au nord.

8Montebourg est situé dans l’actuel département de la Manche, et dépendait au XVIIIe siècle de l’élection et sergenterie de Valognes, diocèse de Coutances (fig. 8-17). Le nom de famille Tiphaigne ou Typhaigne est attesté dans la région depuis le XVe siècle9 (1443) à Saint-Germain-de-Tournebut10 dont la famille semble être originaire.

  • 11 Jean-Jacques Bréguet, Charles François Tiphaigne de la Roche. Médecin, écrivain et philosophe cass (...)

9Jean Tiphaigne épouse Catherine Feuillie en 1721. De leur mariage, ils auront trois enfants : Charles-François en 1722, Jean-Antoine en 1723 (qui deviendra prêtre obitier à l’église Saint-Jacques de Montebourg et mourra en 1775), et Jeanne-Catherine en mars 1725 (qui mourra avant ses deux frères, sans doute en bas âge). Que deviennent les enfants Tiphaigne à la mort de leur père Jean en avril 1725 ? Nous ne disposons pas d’éléments certains. D’après Albert Le Nordez, Charles a alors été élevé par le second époux de sa marraine et tante Françoise (née en 1683), Guillaume Le Normand, chirurgien royal à Montebourg, ce qui expliquerait le choix d’entreprendre des études de médecine. Or il s’agit d’une imprécision qui montre qu’Albert Le Nordez n’est pas nécessairement un généalogiste des plus assurés. En effet, comme l’a montré Jean-Jacques Bréguet11, Françoise Tiphaigne se marie par contrat du 21 septembre 1705 avec Charles Laurence, sieur de La Carrière (1679-1729) et donne naissance à treize enfants entre 1706 et 1724 dont seules certaines filles vivent encore en 1775 après la mort des frères Tiphaigne. En revanche, sa sœur Jeanne-Françoise Tiphaigne, qu’Albert Le Nordez n’évoque pas, se marie avec Guillaume Le Normand, sieur de Bordelande, chirurgien royal de Montebourg. Elle donnera naissance à Jeanne Le Normand, qui épousera le 30 septembre 1739 Jacques Besnard, tanneur, bourgeois de Montebourg. Jacques Besnard et Jeanne Le Normand sont très probablement les parents de Guillaume Besnard-Duchesne à qui les biens des frères Tiphaigne échoiront en 1775.

  • 12 M.-J. Le Cacheux, Un médecin philosophe, op. cit., p. 5.
  • 13 Né à Montebourg le 16 août 1841, élève et professeur à l’abbaye de Montebourg, il a été « honoré d (...)

10D’autres affirmations sont aussi à rectifier. Ainsi est-il injustifié d’affirmer, comme le fait Marie-Josèphe Le Cacheux, que Charles « commença tard ses premières études12 ». L’archiviste-paléographe, originaire de Montebourg, se fonde en effet sur une information erronée d’Albert Le Nordez, reprise depuis par tous les biographes, d’après laquelle c’est en 1730, à l’âge de huit ans, que Charles Tiphaigne est parrain de Charles Maubert, en signant d’une croix l’acte de baptême. Or la copie exacte qu’a faite le chanoine Louis-Adrien Le Cacheux13 de l’acte de baptême infirme définitivement cette hypothèse (fig. 51).

11De plus, grâce à nos recherches, nous savons désormais qu’il fait tôt ses premières classes au collège de Valognes, où il était assurément en 1736. Ce collège sans doute fondé au XVIe siècle a été uni en 1731 au séminaire de Valognes, fondé en 1654 par l’abbé François de La Luthumière, proche de certains théologiens de Port-Royal. À l’époque où Tiphaigne fait ses classes à Valognes, le séminaire est dirigé par Jean-François Leclerc, premier supérieur eudiste, de 1723 à 1748. En effet, les eudistes ont été choisis en 1723 pour diriger ce séminaire parce qu’ils dirigeaient déjà celui de Coutances.

  • 14 Émile Sevestre (dir.), Valognes, Valognes, H. Brochard, 1926, p. 154.

12Il est à noter que dès 1654, sous l’impulsion d’un nouveau principal, messire Jean Virey, sieur Du Gravier, le collège de Valognes met en œuvre une démarche pédagogique ambitieuse au sein de laquelle le théâtre occupe une place de choix. En effet, ce principal « entendait demander aux professeurs la garantie des grades universitaires et se proposait de renouveler les méthodes pédagogiques ». « Estimant que le théâtre était de nature à développer les qualités littéraires de ses élèves, il leur fit jouer des pièces bibliques David et Absolon qui eurent en ville un gros succès14. » Au XVIIIe siècle, cette tradition théâtrale se perpétue encore.

  • 15 L. Delisle, « Le théâtre au collège de Valognes », Annuaire de la Manche, t. LXVIII, 1896, p. 11-2 (...)
  • 16 La mort de César, tragédie aura pour intermède le bonheur de la France sous le règne de Louis quin (...)

13C’est ainsi que Charles fait partie des collégiens qui jouent à Valognes le lundi 13 août 1736 la pièce, dont nous avons retrouvé la trace grâce à un article de Léopold Delisle15, intitulée La Mort de César, tragédie avec pour intermède Le Bonheur de la France sous le règne de Louis Quinze, ballet16. Cette pièce de Voltaire a été écrite en 1731. Elle est approuvée par les jésuites et jouée au célèbre collège d’Harcourt le 11 août 1735, et publiée la même année. Les acteurs du Français l’ont représentée sans grand succès le 29 août 1743. À Valognes, on donne pour petites pièces Les Fourberies de Scapin et Le Mariage forcé de Molière. Charles interprète plusieurs rôles. Dans La Mort de César, il tient le rôle du troisième Romain. Dans Les Fourberies de Scapin, il est Silvestre, le valet d’Octave. Enfin, dans Le Mariage forcé, on le découvre dans un rôle inédit et peu flatteur, celui du valet de Sganarelle, L’Épine, un des deux personnages ajoutés à la pièce pour remplacer des personnages féminins. L’Épine est, nous prévient-on dans l’avertissement, un « garçon tout neuf & presqu’imbécille, on ne s’en sert ici que pour faire tomber une lettre entre les mains de son Maître qu’un anonime charitable & compatisséãt veut détourner d’un engagement malheureux. Cette lettre produit le même effet sur le cœur de l’amant sexagénaire, que l’entretien de Doriméne & la repose des Egyptiennes dans la Comedie de Molière, tout le reste est de sa main. » L’auteur de l’avertissement précise également à propos des Fourberies de Scapin qu’il a été ajouté « une nouvelle scène d’Argante & de Silvestre, & la Métamorphose de la Nourrice en un nourricier nommé Hali, le reste est tout de Molière ! »

  • 17 Voir Jean-Jacques Bréguet, op. cit.

14En 1739, Charles Tiphaigne et son frère sont témoins au mariage de leur cousine Jeanne Le Normand et de Jacques Besnard17. Cette cousine est, comme nous l’avons déjà précisé, la fille de leur tante Jeanne Françoise Tiphaigne et de Guillaume Le Normand, chirurgien juré royal de Montebourg. De cette union naît très probablement Guillaume Besnard-Duchesne à Montebourg le 26 septembre 1747. Ce dernier, marié avec Angélique Geneviève Dubourdieu, sera lieutenant particulier au bailliage de Valognes, député aux États généraux et aux Cent-Jours. C’est à lui qu’échoient les biens des frères Tiphaigne en 1775. Il mourra le 29 août 1826 à SaintVaast-la-Hougue.

15Plus intéressante pour saisir la personnalité de Charles, est l’aventure journalistique dans laquelle il se lance en 1743 avec tout l’enthousiasme de la jeunesse. Le récit de cette partie de sa vie nous est parvenu de façon surprenante grâce aux rubriques nécrologiques de l’Almanach historique, ecclésiastique et politique du diocèse de Coutances. Dans l’édition de 1775, il est annoncé que :

  • 18 « Le Dictionnaire de Furetiere » [note de l’auteur de l’article].
  • 19 Almanach historique, ecclésiastique et politique du diocèse de Coutances pour l’année 1775, Coutan (...)

M. Charles-François Thiphaigne-de-la-Roche Docteur en Médecine, est mort à Montebourg, sa patrie, le 12 Août 1774 dans la 53e année de son àge. Ce Savant au sortir des études ordinaires s’appliqua à la Médecine ; il étudia d’abord à Caen, & y prit tous ses dégrés. De la, suivant la coutume, il passa à Paris pour se perfectionner & écouter les grands maîtres. On ne peut nier qu’il n’ait fait de grands progrès en cette science, & ses confrères ont vu de lui avec plaisir différentes observations dans leurs Journaux. Mais sans inclination pour le joug du mariage, & dans l’état d’une heureuse médiocrité, il s’est peu soucié d’exercer. Jamais l’appât du gain ne lui fit faire un pas ; & s’il visita quelques malades, ce furent toujours des amis ou des malheureux. Il craignit même d’écrire sur la médecine, parce que le terns & la mode ont trop d’empire sur elle, & que les ouvrages à conjectures doivent nécessairement céder à d’autres, qui seront oubliés à leur tour. Un très grand nombre de savants Médecins ont pensé que leur art ne donnoit de réputation solide que dans les cures & la pratique ; & quand ils ont voulu devenir Auteurs, ils ont choisi tout autre sujet pour exercer leur plume. Tel a été monsieur Tiphaigne. Au centre du goût & des belles connoissances il eut bientôt occasion de connoître son talent, & matiere à l’exercer. Il s’occupa d’abord à quelques éditions d’Ouvrages & notamment à ce Dictionnaire fameux18 par les débats qu’il excita autrefois dans la république des Lettres. Ces premiers essais ne tarderent pas à lui faire comprendre qu’il étoit capable à plus grands efforts. Il travailla ensuite d’après lui-même, & a produit successivement différents Ouvrages qui ont tous eu un succès mérité19.

16L’auteur cite comme principaux ouvrages L’Amour dévoilé, ou le Systême des Sympatistes qu’il date de 1751, Amilée [sic] ou la Graine d’hommes (1754), les Bigarrures philosophiques (1759), l’Essai sur l’Histoire économique des mers occidentales de France (1760) et Giphantie (1760) dont il nous précise que les deux volumes ont été traduits en anglais et imprimés à Londres en 1761. Et de conclure :

On remarque en tous ses écrits une philosophie aimable, ingénieuse & saine, avec un stile élégant & facile. Tel étoit son caractère. Sans prétentions comme sans désirs, il couloit des jours tranquilles & heureux, qu’il partageoit avec les Lettres & ses amis. Il s’étoit retiré depuis quelque temps dans sa patrie & dans sa famille, où il est difficile de décider s’il vivoit plus pour lui que pour les autres.

  • 20 Jacques-François Chaulieu, né le 15 octobre 1722 à Valognes, fut procureur du roi au bailliage d’A (...)

17Ces informations, parfois inexactes, nous sont toutes déjà connues. En revanche, c’est non sans surprise que nous avons découvert dans l’édition de l’année suivante, 1776, un complément à cette notice nécrologique parmi les « Mort[s] de personnes remarquables ». Nous n’avons pas trouvé dans toute la série des Almanachs du diocèse de Coutances que nous avons pu consulter d’exemple similaire. L’auteur justifie cet ajout par l’importance que revêt un élément biographique oublié précédemment et peut-être rapporté par Jacques-François Chaulieu20 en personne :

  • 21 Almanach historique, ecclésiastique et politique du diocèse de Coutances pour l’année bissextile 1 (...)

L’histoire de M. de Tiphaigne, Médecin à Montebourg, dont nous avons annoncé la mort l’année dernière, offre une anecdote qui mérite d’être raportée. Dès l’âge de 21 à 22 ans, il publia à Valognes, de concert avec son ami M. de Chaulieu, depuis Avocat, un ouvrage périodique sous le nom de Glaneur, qui paroissoit de quinzaine en quinzaine. Cet ouvrage applaudit [sic] ne put se soutenir long temps, parce que peu de personnes offroient aux Auteurs des fleurs à glaner, & qu’ils étoient obligés de les fournir presque seuls. Il finit par un pœme intitulé l’Ecole de la Jeunesse, de la composition de M. Tiphaigne, qui le dédia à M. Devajan [sic], Evêque d’Alais & Abbé de Montebourg. Cette derniere production fit beaucoup d’honneur à son auteur, & annonça tout ce qu’on devoit en attendre un jour21.

  • 22 J. Marx, Tiphaigne de La Roche, op. cit., p. 16. « Le catalogue des imprimés du British Museum ind (...)
  • 23 Le Cacheux, Thomas-Lacroix et Legoy, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures (...)

18Ce récit précis et cohérent a le mérite d’expliquer pourquoi certains auteurs ont cru que Charles Tiphaigne avait collaboré au Glaneur françois alors qu’il n’en a jamais rien été, comme l’a clairement démontré Jacques Marx22. Il est établi que Jacques-François Chaulieu, né le 15 octobre 1722 à Valognes, est un ami très proche de Charles et fait lui aussi ses premières classes au collège de Valognes avant d’entreprendre des études de droit. L’imprimeur est sans nul doute Jacques Clamorgam, seul imprimeur connu à Valognes, mais malheureusement non reconnu officiellement par le pouvoir royal. Précisons que cette aventure journalistique se termine sans doute peu avant le mois d’octobre 1743, date à laquelle Mgr Charles de Bannes d’Avejan (1721-1744), évêque d’Alais et abbé commendataire de l’abbaye de Montebourg, quitte « sadite abbaye23 » pour rejoindre Paris où il mourra le 27 mai 1744.

  • 24 Ode sur la maison de Pindare..., donnée au Palinod de Caen, 1744 (fig. 18-21).
  • 25 Charles Guéry, Palinods ou Puys de poésie en Normandie, avec appendices et bibliographie, Évreux, (...)

19En décembre 1744, Tiphaigne remporte le premier prix au palinod de Caen, célèbre concours de poésie, grâce à une Ode sur la maison de Pindare conservée dans la destruction de Thèbes par Alexandre24. Cette cérémonie avait lieu le 8 décembre. Les poésies étaient en effet lues sur le « Puy de l’immaculée Conception de la Vierge25 ». C’est pourquoi l’ode de Charles Tiphaigne, composée de dix dizains octosyllabiques, se termine par une allusion à l’immaculée Conception :

Au milieu des feux conservée,
La maison d’un fils d’Apollon
En ton portrait, Vierge, Sauvée
D’une vaste corruption.
Par ta vertu sublime et rare,
Tu sus, des feux du noir Tartare,
Préserver tout le genre humain.
Par elle, au Seigneur, Tu sus plaire,
Et pour nous rendis Salutaire
Le Christ né de ton chaste Sein.

  • 26 Gervais de La Rue, Mémoire historique sur le palinod de Caen, Caen, A. Hardel, 1841, p. 8.
  • 27 Eugène de Robillard de Beaurepaire, Les Pays de palinod de Rouen et de Caen, Caen, H. Delesques, 1 (...)

20L’institution du palinod dépend à Caen très étroitement de l’université depuis sa fondation. « Ce fut Jean le Mercier, seigneur de St.-Germain et avocat célèbre à Caen, qui, le 23 octobre de l’an 1527, propose à l’Université l’établissement du palinod26. » Au siècle suivant, Le Marchand, seigneur de Rosel, fonde un prix de cent jetons d’argent pour l’ode française, en 1607. Enfin, dix-sept ans plus tard, Jacques Le Maistre, sieur de Savigny, chanoine d’Avranches, donne à l’université une rente annuelle de cent livres pour soutenir l’Institution palinodique : « Jacques Le Maistre doit être considéré comme le restaurateur ou comme le second fondateur du Palinod27. » Au XVIIIe siècle, le palinod de Caen était sans doute le plus renommé de tous, comme l’atteste la définition du mot donnée dans l’édition de 1762 du Dictionnaire de l’Académie :

Palinod, ou Palinot. s. m. Poësie faite en l’honneur de l’immaculée Conception de la Vierge. C’est à Caën principalement que se donne le prix à la pièce de vers qui a paru la meilleure. Le Palinod se fait ordinairement en chant Royal, Ballade, Ode, Sonnet, &c. au gré du Poëte. On donne aussi le prix du Palinod à Rouen & à Dieppe.

21L’originalité de Tiphaigne est d’ajouter une seconde strophe allusive à la Vierge. Il est, à notre connaissance, le seul participant au palinod de Caen au XVIIIe siècle à se le permettre :

D’une maison privilégiée
La tienne chère à l’Eternel
À nos yeux, ô vierge sacrée,
Dévient le portrait naturel. Elle fut, par sa vertu rare
Et plus sublime que Pindare
Exempte de corruption.
Au Seigneur ta vertu sut plaire,
Et pour nous rendit Salutaire
Le fruit de ta conception.

  • 28 J.-A. Guiot, Les Trois Siècles palinodiques, op. cit.

22Fait notable, Charles est également couronné la même année au palinod de Rouen, pour une autre Ode sur la maison de Pindare (fig. 22-23), comme le signale l’abbé Joseph-André Guiot : « Tiphagne de Montbourg, proche Valognes, connu au Palinod de Rouen pour une ode française sur la Maison de Pindare, en 1744. » Une note, sans doute de l’abbé Tougard, précise : « Tiphaigne de la Roche, docteur en médecine (1722-1774), fut membre des Académies de Caen et de Rouen, et l’un des principaux auteurs de sa région. M. l’abbé Le Nordez a publié sur lui en 1891 un mémoire substantiel28 ». Marie-Josèphe Le Cacheux cite les deux premiers vers de cette ode :

  • 29 M.-J. Le Cacheux, Un médecin philosophe, op. cit., p. 5.

N’est-il que l’horreur de la guerre
Qui mène à l’immortalité29 ?

  • 30 Armand-Gabriel Bellin, Notice historique sur l’Académie des Palinods, Rouen, Nicétas Periaux, 1834 (...)

23À Rouen, l’académie des Palinods a aussi une tradition illustre, remontant à l’époque médiévale. Le « Prix du Miroir » a été fondé en 1611 comme premier prix de l’ode française, avec une bague d’or gravée d’un miroir. En 1627, Hallé d’Orgeville fonde le « Miroir d’argent, prix substitué à la bague d’or30 ». C’est ce prix que remporte Charles. En se distinguant au palinod de Rouen, Tiphaigne ne manque pas de prédécesseurs renommés : Antoine Corneille (couronné cinq fois de 1636 à 1639), Thomas Corneille (en 1641), Fontenelle (en 1670 et 1671), ou encore Jacques-Charles-Louis de Clinchamp de Malfilâtre (quatre fois de 1755 à 1758).

  • 31 E. de Robillard de Beaurepaire, Les puys de palinod, op. cit., p. 232.
  • 32 Voir Vanessa Dottelonde-Rivoallan, Le Concours de poésie de l’académie de l’immaculée conception à (...)

24Ce double sacre la même année à Caen et à Rouen n’est pas étonnant si l’on considère avec Eugène de Robillard de Beaurepaire que « ce serait aussi vainement que l’on chercherait à établir une différence entre les poésies du Palinod de Caen et les poésies du Palinod de Rouen : l’analogie qui existe entre elles est d’autant plus complète que les mêmes auteurs y concouraient et que souvent les mêmes pièces étaient simultanément présentées aux deux concours31. » Il nous faut néanmoins nuancer ce propos. Certes, cette pratique était effectivement possible pour les odes, qui ont toutes la même structure – et sont d’ailleurs les seules pièces couronnées entre 1732 et 1764 en poésie française32 – mais, malgré leur titre commun, les odes que propose Charles Tiphaigne sont différentes. Elles n’ont pas un vers en partage, ce qui nous permet d’apprécier son talent rhétorique avec l’allusion à la Vierge de l’ode rouennaise, qui constitue une troisième variation sur le même thème :

  • 33 Ode sur Alexandre épargnant la maison de Pindare au sac de Thèbes, donnée au Palinod de Rouen, 174 (...)

Plein de fureur et d’arrogance
Ainsi le tyran des enfers,
Sous les efforts de la vengeance,
Faisait plier tout l’univers :
Mais tandis que, jouet du crime,
Le genre humain est la victime
De son implacable courroux ;
Vierge mère, auguste Marie
Vous triomphez de sa furie
Et seule échappez à ses coups33.

  • 34 Voir René Taton, Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, Hermann (...)
  • 35 Antoine van Leeuwenhœk, naturaliste hollandais connu pour ses observations remarquables au microsc (...)
  • 36 J. Marx, Tiphaigne de la Roche, op. cit., p. 15.
  • 37 François Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, P (...)
  • 38 Jean Astruc est né à Sauve le 19 mars 1684 et mort à Paris le 5 mai 1766. Il obtient son doctorat (...)
  • 39 Yves Laissus et Jean Torlais, Le Jardin du Roi et le Collège royal dans l’enseignement des science (...)

25Après le collège où il a obtenu le titre d’Artium Magister, Charles entreprend des études de médecine à la faculté de Caen, sans doute dès l’année 1744, à l’âge de 22 ans34. Cette faculté était au début du siècle, comme le rappelle Jacques Marx, divisée entre deux partis, celui de la tradition mené par le médecin Pierre Ango (mort en 1730), conseiller du roi, docteur et professeur royal, et celui de l’avant-garde scientifique se réclamant du physicien hollandais Leeuwenhœk35 mené par le médecin Jean-François Lecourt, professeur royal et doyen de la faculté, qui adopta « plus facilement et plus librement qu’à Paris les hypothèses vermiculistes36 ». Mais il n’est pas possible d’exclure a priori que Tiphaigne soit allé se former à Paris, comme un grand nombre d’étudiants sous l’Ancien Régime37. Cette hypothèse aurait, entre autres, le mérite d’expliquer la connaissance qu’il a des travaux de Jean Astruc38 sur les fibres nerveuses, ce dernier enseignant au Collège royal dont les cours sont publics et gratuits, comme c’est aussi le cas au Jardin du roi39.

  • 40 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, Cl.-J.-B. B (...)

26Le 23 mars 1745, Charles garantit à son frère une rente de cent livres pour lui servir de titre clérical (fig. 48-50). Le concile de Trente a en effet défendu de promouvoir aux ordres sacrés aucun clerc séculier qui ne soit possesseur d’un bénéfice suffisant pour éviter que la pauvreté ne le contraigne « à faire des métiers sordides, ou à mandier [sic] honteusement [sa] vie40 ». Ce titre clérical de Jean-Antoine Tiphaigne, acolyte, est constitué en vue de sa promotion au subdiaconat. Ce dernier peut donc accéder aux ordres majeurs, c’est-à-dire marquer son engagement définitif dans l’Église. Il deviendra prêtre obitier à l’église Saint-Jacques de Montebourg.

  • 41 An a materia perspirationis Sympathiae et Antipathiae ratio repetenda, Caen, 1747. La thèse est re (...)
  • 42 « Amoris nomen, amoris definitionem prae se fert : nec aliam quaeras ; clariorem enim reperire non (...)
  • 43 « Ergo a materia perspirationis Sympathiae et Antipathiae ratio repetenda. »
  • 44 L’Amour dévoilé ou le système des sympathistes, où l’on explique l’origine de l’Amour, des Inclina (...)

27Charles de son côté publie sa dissertation de bachelier de médecine à Caen, qu’il soutient le mardi 25 juillet 1747 (fig. 24-34). Il étudie le rôle de la sympathie et de l’antipathie d’un point de vue médical qu’il semble vouloir renouveler, dans une thèse intitulée Pour savoir si l’explication de la sympathie et de l’antipathie doit être cherchée dans la matière transpirante41. Il s’interroge sur l’origine de l’amour (« Le nom de l’Amour porte la définition de l’Amour en lui-même : n’en cherche pas d’autre : on n’en peut trouver de plus clair42 »), et conclut à la validité du système des sympathistes : « Donc la raison de la sympathie et de l’antipathie vient de la matière transpirante43. » C’est Jean-Guillaume de Mortreux, professeur royal et membre de l’académie de Caen qui préside la soutenance. Le contenu scientifique de cette thèse sera repris dans L’Amour dévoilé ou le système des sympathistes44, mais développé, illustré par de multiples récits et mis en perspective, car énoncé en regard d’autres théories scientifiques comme celles d’Aristote et de Descartes.

  • 45 Voir Alain Mothu, « La pensée en cornue », Chrysopœia, t. IV (1990-1991), Paris, 1993, p. 307-439·
  • 46 Positiones de fibra patiente, sive de animi affectuum mechanismo et usu discutiendae in scholis me (...)
  • 47 « Fibra patiens est ad spirituum motus, quod auris est ad aëris vibrationes. Quo denique modo acti (...)

28L’année suivante, le jeudi 5 décembre 1748, il soutient sa dissertation de licencié de médecine (fig. 35-45). Il développe avec précision le fonctionnement du système nerveux et le rôle qu’y jouent les esprits animaux45, dans le prolongement de sa thèse de baccalauréat. Cette thèse de licence est intitulée Au sujet de la fibra patiens ou encore au sujet du mécanisme des affections [passions, affects] de l’esprit et de leur usage46. Cette mystérieuse et inouïe fibra patiens serait, à en croire Tiphaigne, une partie solide du cerveau qui servirait d’interface entre le corps et l’âme. Charles précise encore que « la fibra patiens est aux mouvements des esprits animaux ce que l’oreille est aux vibrations de l’air. Comme l’action de l’air sur les oreilles apporte à l’esprit les idées consonantes ou dissonantes des sons, de même l’action des esprits animaux sur la fibra patiens imprime à l’âme des mouvements soit bien soit mal venus, ces mouvements que nous nommons passions47. » La fibra patiens est tellement ce « mécanisme inconnu » que tant d’hommes illustres ont cherché pour expliquer les passions humaines, que Tiphaigne n’en parlera plus jamais.

29En revanche, les doutes dont il fait part dans une longue digression en français ne se dissiperont pas. Ces doutes concernent la capacité de l’esprit humain à parvenir à démêler les causes des « Mouvements sympathiques qui dépendent des Nerfs » : même Jean Astruc, « sans difficulté celui qui y a travaillé avec le plus de succès », ne fait que se tromper « plus ingénieusement » qu’aucun de ses prédécesseurs. C’est Noël-Sébastien Blot, professeur royal de médecine et de botanique et membre de l’académie de Caen, qui préside la soutenance. Tant dans sa dissertation de baccalauréat que dans celle de licence, il est nommé « Carolus Tiphaigne, Constantiensis » (voir fig. 33 et 45).

  • 48 A.-L.-M. Le Nordez, Tiphaigne de La Roche, op. cit., p. 6.

30L’année 1749 est sans conteste une année cruciale dans la vie de notre auteur. Albert Le Nordez précise que Charles « couronna ses études médicales en obtenant devant l’Université de Caen le grade de docteur48 ». Nous n’avons malheureusement pas trouvé trace de la dissertation, ni même du titre de ce doctorat. Seule nous reste la signature de Tiphaigne dans les registres de conclusions de l’université de Caen attestant qu’il soutient son doctorat de médecine le 4 janvier 1749 devant un jury présidé par le professeur Jean-François Callard de La Ducquerie, membre de l’académie des belles-lettres de Caen, et composé des professeurs Jean-Guillaume de Mortreux, Charles Boullard, Antoine-Michel Du Pissot Des Coutures et Noël-Sébastien Blot (fig. 46-47).

  • 49 Élisabeth Badinter, Les Passions intellectuelles. t. I : Désirs de gloire (1735-1751), Paris, Faya (...)
  • 50 Voir Allen G. Debus, The Chemical Philosophy: Paracelsian Science and Medicine in the Sixteenth an (...)
  • 51 Médecin de la faculté de Montpellier. Voir A. Mothu, « La pensée en cornue », art. cité, p. 371.

31L’année même où il obtient son doctorat de médecine, Charles Tiphaigne semble déterminé à réaliser ses désirs de gloire49 et fait ses débuts littéraires en publiant son premier ouvrage : L’amour dévoilé ou le système des sympathistes. Il y traite la question des sympathies et des antipathies, déjà présente dans sa thèse de baccalauréat et définie comme une biochimie du désir amoureux qui circule à travers la matière transpirante, un peu à la manière dont Fontenelle traite la question de la pluralité des mondes dans ses Entretiens, avec un mélange de sérieux et de légèreté. Il montre dans cet ouvrage sa sensibilité à la « philosophie chimique50 » qui remonte à Paracelse et Van Helmont en passant par Daniel Duncan51, largement diffusée en France au début du XVIIIe siècle. Précisons encore que non seulement il y réfute les anciens – Platon, Aristote – et Descartes, mais qu’il prend soin de ne s’enfermer dans aucun système et adopte, comme dans la digression concernant les travaux de Jean Astruc dans sa thèse de licence, une posture distanciée et critique dont il ne se départira guère.

Une carrière sans éclats, une œuvre à succès (1751-1762)

32Charles entame véritablement sa carrière dans la république des lettres en 1753 avec un petit ouvrage intitulé Amilec, ou la graine d’hommes (AI et A2) et publié anonymement. Le livre est traduit la même année en anglais et publié à Londres sous le titre Amilec, or the Seeds of Mankind, et toujours sans nom d’auteur. C’est seulement en 1754 qu’il est fait mention du nom de l’auteur dans une troisième édition : « Amilec, ou la graine d’hommes. Par Monsieur Tiphaigne, Médecin de la Faculté de Caen » (A3). Deux autres éditions vont se succéder. En 1754, une « nouvelle édition » d’Amilec, ou la graine d’hommes est publiée « avec des remarques amusantes ». Elle porte comme lieu d’édition « Somniopolis, Chez Morphée » (A4). La cinquième et dernière édition du vivant de l’auteur est publiée sans date, sans doute en 1754, avec un titre légèrement modifié : « Amilec, ou la graine d’hommes. Qui sert à peupler les planètes. Par l’A.D.P.***. Troisième édition, augmentée très considérablement » (A5). Ici encore le lieu d’édition est fictif : « À Lunéville, aux dépens de Chr. Hugene, à l’enseigne de Fontenelle. »

  • 52 Marie-Joseph Savalette de Buchelay (mort en 1764), gentilhomme ordinaire du roi et l’un des fermie (...)

33L’année suivante, au moins à partir de mai 1755, il se trouve avec certitude à Paris où il réside rue de Tournon, à l’hôtel du Saint-Esprit. Il se lance dans une entreprise éditoriale ambitieuse, sous les encouragements de Malesherbes, Buchelay et Bombarde52 : celle de l’édition des manuscrits de feu François Le Masson Du Parc (1671-1741), inspecteur général des pêches du royaume de France, sur l’Histoire des pêches. En effet, après la mort de François Le Masson Du Parc, sa veuve précise dans une lettre en date du 8 septembre 1753 rédigée à Versailles qu’elle envoie les manuscrits et sollicite la protection face aux libraires. En mai 1755, ces manuscrits sont entre les mains de Buchelay. Malesherbes semble compter sur Charles tant pour l’examen des manuscrits préparatoires de l’inspecteur des pêches que pour leur mise en ordre et l’exécution de l’ouvrage. Buchelay, l’apprenant, de répondre à notre auteur :

  • 53 BNF, ms. fr. 22 144, « Lettres et mémoires sur divers ouvrages composés durant l’administration de (...)

Si monsieur de Malesherbes prend ce parti, non seulement je vous remets sans delai les manuscrits, mais encore je consens à rester charger de la pension, et je me ferai un plaisir et un amusement de travailler quelques morceaux de l’ouvrage53.

34Bombarde conseille alors à Tiphaigne d’écrire au directeur de la Librairie et de le prier de l’honorer d’une lettre qui sera son titre pour entrer en possession des manuscrits. Malesherbes répond à Charles que Buchelay lui a promis de lui remettre incessamment les manuscrits et les dessins sur l’Histoire des pêches. Il ajoute :

  • 54 Ibid., f° 92 : lettre [de Malesherbes à Tiphaigne].

Je ne connais personne à Paris qui soit aussi capable que vous de faire cet ouvrage, et je ne doute pas que votre zèle pour la littérature ne vous engage à vous charger ainsi dès que j’aurai ces manuscrits entre les mains je compte vous les communiquer et vous prier de les examiner avec attention, pour bien connaître quelle est la nature de l’ouvrage et de déterminer le plan qu’on doit suivre54.

35Il assortit cet éloge flatteur d’un avertissement afin que Tiphaigne ne prenne « aucun autre engagement pour aucun autre ouvrage ». Il ajoute que si Buchelay a de l’amitié pour Charles, comme ce dernier l’a affirmé, il pourrait lui confier directement son recueil sans le faire passer par ses mains, ce qui ferait gagner du temps et précise que « le temps est précieux quand on entreprend un ouvrage considérable ».

36Mais l’entreprise n’avance pas au rythme espéré et le libraire Bauche se plaint, sans doute auprès de Buchelay, dans une lettre en date du 13 août 1755 du peu d’avancement de l’ouvrage dont Charles n’a pas encore rédigé le plan que le libraire lui a demandé afin de connaître la composition de chaque volume et les délais dans lesquels Tiphaigne peut promettre de remettre la copie :

  • 55 Ibid., f° 90 : lettre autographe, signée Bauche, Paris, 13 août 1755.

suivant ce que je vois et que nous en sommes convenus avec monsieur de Malesherbes chés qui nous nous sommes trouvés. Le premier volume ne sera en etat d’etre donné a l’impression quen janvier 1757 pour paroitre en janvier 1758. Le second l’année suivante et ainsi des autres cela fait depuis bien long tant pour moy que pour le public je dis pour moy parce que m. Tiphaine voudroit que je commence a entrer engagement des a present [...] En outre je trouve que ses manuscripts ne sont gueres en seureté dans une petite chambre garnie Il m’a parlé de vous demandé ou a monsieur de Malesherbes un appartement soit au Louvre ou autre part il est vrai que cela l’arrangeroit et les Manuscripts seroient egalement plus en seureté Vous vous interessés assés Monsieur a cet ouvrage pour luy procurer les secours necessaires55.

  • 56 Variante : « Histoire des pesches ». Ibid., f° 88 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne (minute au (...)

37C’est ainsi que Malesherbes écrit à Tiphaigne pour lui demander quelles sont ses intentions définitives concernant l’« Histoire des productions de la mer56 » de Le Masson Du Parc qu’il a désormais entre les mains. Il insiste sur l’importance de l’ouvrage et la nécessité de lui faire voir le jour, en reconnaissant le « besoin [...] d’un travail considérable pour être en état de paraître ». Le directeur de la Librairie presse à nouveau Charles de se décider à faire cet ouvrage au plus vite car « il serait sans doute un grand avantage pour le public que le travail fût fait sous les yeux d’un amateur éclairé plutôt qu’aux dépens d’un libraire roide » et rappelle que c’est ce qu’il a espéré de son zèle pour les progrès des sciences et de la littérature, concluant que si quelque raison particulière l’empêchait de suivre « le projet que l’amour des sciences [lui] a dicté », il devrait dès lors voir « les arrangements qu’il faudra prendre ». Dans une lettre ultérieure, envoyée à Montebourg, Malesherbes remercie Tiphaigne de lui avoir fait part du traité conclu avec Bauche et se réjouit en ces termes :

  • 57 Ibid., f° 87 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne (minute autographe).

Un si important ouvrage ne peut être en de meilleures mains et je ne doute pas que vous fassiez sentir au public tout le prix des manuscrits de M. Le Masson du Parc qui avaient, malgré les excellentes choses qu’ils contiennent, besoin d’être présentés sous une forme que l’auteur n’était pas capable de leur donner ; et cet ouvrage ne pouvait certainement être en de meilleurs mains57.

  • 58 Ibid., f° 83 : lettre de Josseaume [à Malesherbes], Paris, 29 septembre 1756.
  • 59 Ibid., f° 81 : lettre de Josseaume [à Malesherbes], Paris, 3 octobre 1756.

38Malgré tout ce zèle, l’affaire ne semble pas avancer. Ainsi le contrat avec Bauche se voit en quelques mois menacé. Dans une lettre rédigée à Paris en date du 29 septembre 1756, Josseaume, docteur en médecine de SaintMalo, collaborateur de l’Encyclopédie et « ami de Charles », comme nous le verrons tantôt, sollicite l’appui de Malesherbes concernant le marché avec Bauche qui aurait dû être conclu depuis deux mois58. Une nouvelle lettre de Josseaume, en date du 3 octobre 1756, confirme que Malesherbes a bien décidé de lui confier la responsabilité de l’Histoire des pêches en lui permettant de conclure un marché avec Bauche59. Quelques jours après, le 13 octobre, Malesherbes informe Tiphaigne que, depuis son départ de Paris au mois de juin, Bombarde a remis les manuscrits entre les mains de Josseaume. Le directeur de la Librairie précise qu’il savait l’intention de Tiphaigne de travailler conjointement avec Josseaume. Le temps presse et la longueur de son séjour en Normandie a donné lieu de croire que Tiphaigne abandonnait l’entreprise :

  • 60 Ibid., f° 79 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne (minute autographe).

Le libraire qui attendait un volume à la fin de cette année s’en est plaint et il faut convenir que les plaintes sont fondées puisqu’il est impossible qu’un volume qui n’est pas encore achevé commencé au milieu d’octobre soit achevé et prêt d’être imprimé à la fin de décembre60.

39Malesherbes annonce donc à Tiphaigne que, dans ces conditions, il est nécessaire d’engager un autre auteur, en la personne de Josseaume « qui est [son] ami et qui a toujours été associé à [ses] travaux littéraires », et précise que le marché qui sera conclu entre Bauche et Josseaume ne lui nuira pas, puisque l’exécution du sien est désormais impossible, en concluant : « Je me suis chargé de vous en instruire et je ne doute pas que vous n’applaudissiez à des arrangements dont l’effet sera de procurer au public un excellent livre ».

40Charles ne semble pas tenir rigueur au directeur de la Libraire de cette décision l’excluant de fait de l’entreprise. Il formule ainsi les vœux qu’il envoie de Montebourg le Ier janvier 1757 à Malesherbes :

41Monsieur,

42La coutume n’a aucune part aux vœux sincères que je renouvelle au commencement de cette année pour le succès de tous vos désirs. Gravés dans mon cœur depuis long-tems et pour toujours, ces vœux ne font dans cet instant que se manifester. Les former pour l’accomplissement de vos desirs, c’est les former pour le bien public et en particulier pour celui de la Littérature, vos vues sont sans cesse dirigées vers ses objets. Ce ne sont point ici les sentimens d’un particulier, la voix qui de l’extremite du royaume parvient en ce moment jusqu’à vous, Monsieur, annonce assés combien ce vœu est general. Puissent donc les Evenemens amener les choses au point où vous les desirez, puisse votre prosperite particuliere accompagner le bien general, que vous vous êtes toujours proposé.

43Je suis avec respect, Monsieur, Votre très humble et très obeïssant serviteur

  • 61 Ibid., f° 75 : lettre autographe signée Tiphaigne [à Malesherbes], Ier janvier 1757.

44[signé :Tiphaigne61].

  • 62 Ibid., f° 74 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne, 7 mars 1757.
  • 63 Ibid., f° 71 : lettre de Josseaume [à Malesherbes].
  • 64 « Ne vous laissez pas détourné [sic] de votre projet continuez l’exécution de cette entreprise [si (...)

45Dans une lettre datée du 7 mars 1757, Malesherbes répond à une autre lettre de Tiphaigne datée du 8 février. Il ne souhaite pas entrer dans la discussion des raisons opposées par Charles, car le libraire, Bauche, est dans le droit strict et ne veut pas s’en départir : le marché est donc annulé et Tiphaigne doit renoncer à l’Histoire des pêches. Il ajoute que Buchelay a fait redemander à Bombarde les manuscrits qui ont été déposés chez lui et demande à Charles de lui envoyer au plus tôt les manuscrits qu’il peut avoir, « M. de Buchelay étant en droit de revendiquer le fonds qu’il [lui] a confié62 ». Cette dernière indication nous laisse penser que Tiphaigne avait emporté et conservé avec lui en Normandie les manuscrits de Le Masson Du Parc concernant la Manche. Enfin, dans une ultime lettre adressée à Malesherbes, Josseaume avoue être accablé d’affaires et n’avoir d’autre usage des manuscrits que de les remettre à Bombarbe, Buchelay et Malesherbes63. La mention manuscrite portée sur cette lettre par le directeur de la Librairie64 ne semble pas avoir suffi et permet de comprendre comment Tiphaigne pourra éditer son Essai sur l’histoire œconomique des mers occidentales de France chez Bauche en 1760.

46Cet échange pressant de lettres nous fait entrevoir l’importance des enjeux liés à cette Histoire des pêches, commencée vers 1720 par François Le Masson Du Parc. Elle s’inscrit dans le monumental projet éditorial entrepris par l’Académie des sciences sous l’impulsion de Colbert puis du régent : la description des arts et métiers. Ceci explique le souhait insistant du directeur de la Librairie de voir cette importante documentation publiée au plus tôt. Ceci explique aussi que Diderot l’ait utilisée pour alimenter les articles relatifs à la pêche de son Encyclopédie. Ceci explique enfin que le projet soit repris dès 1741 dans sa totalité par HenriLouis Duhamel Du Monceau, inspecteur général de la Marine, qui en poursuivra la réalisation pendant une trentaine d’années, aidé de ses neveux Fougeroux. Comme pour Le Masson Du Parc, c’est la mort qui empêchera Duhamel Du Monceau de mener ce projet à son terme. Il n’en reste pas moins l’auteur de l’œuvre la plus considérable consacrée à la pêche en France au XVIIIe siècle avec son Traité général des pesches, et histoire des poissons quelles fournissent, tant pour la subsistance des hommes que pour plusieurs autres usages qui ont un rapport aux arts et au commerce, publié à Paris de 1769 à 1782.

  • 65 Ibid., f° 85 : lettre, signée « R. de Paulmy », à Malesherbes, Versailles, 21 décembre 1755·
  • 66 Ibid., f° 85 : « J’ay repondu que je scavois beaucoup d’eloges à donner à m. Tiphaigne. »

47Ce projet de publication a aussi des répercussions dans la carrière de Tiphaigne. En effet, Charles sollicite dès la fin de l’année 1755 du comte d’Argenson une place de médecin qu’il est question d’établir dans un hôpital de Basse-Normandie où il pourrait être à portée de faire des expériences, en arguant que Malesherbes l’a chargé de travailler à « une histoire Phisique et œconomique de la mer65 ». C’est Antoine-René, marquis de Paulmy et neveu du comte d’Argenson qui s’enquiert auprès de Malesherbes de ce que ce dernier pense sur le compte de Charles. Il lui demande s’il connaît assez Tiphaigne pour juger qu’il est en état de bien remplir cette place. Le premier président de la cour des aides de Paris répond, d’après la mention manuscrite portée sur cette lettre, de façon très positive66. Mais nous ne savons pour l’heure ni si cette place de médecin a été créée, ni si Tiphaigne l’a occupée. En revanche, il est attesté que Paul-Joseph Barthez (1734-1806), docteur en médecine de l’université de Montpellier et père du vitalisme au XVIIIe siècle, fut nommé médecin militaire à l’hôpital de Coutances, non loin de Montebourg, en 1756. Se sont-ils rencontrés ? Ont-ils collaboré ? Ceci éclairerait d’un jour nouveau l’influence et les échos de la pensée vitaliste dans l’œuvre de notre médecin.

  • 67 « Mémoire sur la culture des vignes en Normandie », dans Mémoires de l’Académie des Arts et Belles (...)

48Le 13 février 1758, Noël-Sébastien Blot lit un mémoire rédigé par Charles Tiphaigne lors de la séance publique de l’académie des belles-lettres de Caen : « Cette séance fut remplie par des avis (Economiques. M. Blot fit d’abord la lecture d’un Mémoire sur la culture des Vignes en Normandie, par M. Tiphaigne, Docteur en Médecine, et son ami67. » La dissertation sur la culture des vignes en Normandie est composée en huit parties :

Terroir de Normandie. Qu’au milieu de l’abondance le Vin manque à cette Province. Inconvéniens qui en résultent.
Que la culture des Vignes dans certains Cantons de la Normandie, ne seroit point contraire à l’esprit de l’Ordonnance, qui défend de multiplier les Vignobles.
Que les tentatives qu’on a faites, pour avoir des Vins du crû du Pays, ont été infructueuses, & ont dû l’être. Qu’il reste beaucoup de choses à essayer du côté de la nature des Vignes, qui conviendroient le mieux au Terroir.
Qu’il reste beaucoup de choses à essayer du côté de la culture.
Qu’il reste beaucoup de choses à essayer, pour donner au Moût les qualités qui lui manquent.
Que quand on auroit éprouvé sans succès toutes les variétés de Vignes existantes, il resteroit encore des recherches à faire sur cet objet par la voye des Sémences.
Preuves.
Suite des preuves.

  • 68 La Haye, chez Jean Neaulme [Paris, veuve de François Delaguette].

49En 1759, Tiphaigne publie ses Questions relatives à l’agriculture et à la nature des plantes68. Dans une première partie intitulée « Ne reste-t-il plus d’épreuves à faire sur la nature des Vignes en Normandie, & autres pays qui ne donnent point de vin, ou en donne un sans qualité. » il reprend pour l’essentiel sa dissertation sur la culture des vignes en Normandie à laquelle il ajoute quelques considérations nouvelles. Il structure son exposé en neuf articles :

  • Terroir de Normandie ; tempérament & naturel des Normands : que leur boisson y contribue beaucoup.
  • Que l’établissement des Vignobles en Normandie seroit de la plus grande utilité pour cette province, & n’auroit rien de contraire à l’Ordonnance, qui défend de les multiplier.
  • Que les tentatives qu’on a faites pour avoir des vins du crû de Normandie, ont été infructueuses & ont dû l’être. I° Qu’il reste beaucoup de choses à essayer du côté de la culture.
  • II° Qu’il reste beaucoup de choses à essayer pour donner au moût les qualités qui lui manquent.
  • III° Qu’il reste encore beaucoup de recherches à faire par la voie des semences.
  • Preuves.
  • Suite des Preuves.
  • Que les essais qu’on propose peuvent se tenter pour beaucoup d’autres pays que la Normandie.
  • Précautions à prendre dans les recherches dont on a parlé.

50Dans une seconde partie, il porte sa réflexion sur un domaine plus théorique ou philosophique en se demandant : « Pourquoi les plantes ne seraient-elles pas des animaux ? » Il expose ses différentes réflexions de manière progressive et méthodique en seize articles :

  • Les végétaux sont des corps organiques comme les animaux.
  • Leur génération est la même.
  • La nutrition s’opére dans les uns comme dans les autres.
  • Il en est de même de l’accroissement.
  • Il n’y a qu’une sorte de mouvement essentiel à l’animalité, & les végétaux en sont pourvûs.
  • Que le mouvement progressif se remarque aussi bien dans certains corps brutes, que dans certains animaux.
  • Outre le mouvement essentiel à l’animalité, quelques végétaux en ont encore un d’un autre genre.
  • Que les végétaux pourroient bien être doués du sens du toucher.
  • Que peut-être les plantes sont susceptibles du sentiment de la soif.
  • Qu’il est une sorte de sens qu’on ne peut guéres refuser aux végétaux.
  • Que quand on y regarde de près, on ne sçait plus où borner les sensations des végétaux.
  • Eclaircissemens sur ce qu’on vient d’avancer.
  • Développemens sur ce qui constitue l’animalité.
  • Opinions des Anciens sur la nature des végétaux.
  • De l’ame végétative.
  • Erreurs dans la distribution des corps naturels en trois règnes.
  • 69 La Haye (et se trouve à Paris), N.-A. Delalain.

51Il achève cette seconde partie avec une conclusion dont la teneur n’est pas étonnante : « Ainsi de tout ce que nous avons dit & de ce que nous ajoûtons ici, il se forme un labyrinthe où je laisse le Lecteur, & où il ne doit pas être surpris de se trouver : car tel est le terme de toute discussion philosophique. » Six ans plus tard, en 1765, on représente au public la même impression de l’ouvrage, ce qui est à l’époque une pratique courante, sous un nouveau titre : Observations physiques sur l’Agriculture, les Plantes, les Minéraux & Végétaux, &c69.

  • 70 Amsterdam et Leipsick, chez Arkstee et Merkus, 1759.
  • 71 Dissertatio inauguralis metaphysica, de universali Naturae systemate, Erlangen, 1751.
  • 72 Diderot, De l’interprétation de la nature, 1753.

52Toujours en 1759, il fait paraître ses Bigarrures philosophiques70. Le livre est composé de deux parties. Dans la première partie, il présente les Visions d’Ibraïm, un philosophe arabe. Ces Visions exposées en dix-sept chapitres sont suivies d’un Essai sur la nature de l’âme où le narrateur discute Locke, Leibniz, Voltaire et examine le Système de la Nature de Maupertuis71 et la réfutation qu’en fait « un de nos plus célèbres philosophes », c’est-à-dire Diderot72. Cet Essai sur la nature de l’âme divisé en deux parties, la première composée de douze et la seconde de quatre paragraphes, est aussi une réfutation de la célèbre proposition de Locke : « Dieu peut donner, s’il veut, à certains amas de matière, disposé comme il le juge à propos, la faculté d’apercevoir et de penser. » La seconde partie des Bigarrures commence par un Voyage aux limbes, exposé en seize chapitres, où le narrateur est entraîné par une tornade. Les limbes sont le séjour de « ceux qui ont péché par ignorance, et qui ne méritent ni récompence ni punition ». Le narrateur y retrouve tous les philosophes et les savants européens. C’est l’occasion de faire comme Fontenelle parler les morts, de présenter les systèmes célèbres et de les critiquer. La Suite de l’Essai sur la nature de l’âme se trouve après le Voyage aux limbes.

53L’abbé Trublet rend très justement compte de cet imposant ouvrage dans le Journal chrétien, organe de presse adversaire déclaré des philosophes. En mai 1759, le journaliste perçoit bien la contradiction apparente entre ce que semble promettre le titre et ce que renferme le livre : « Quel titre dans un Journal Chrétien, diront peut-être quelques-uns de nos Lecteurs ! On ne donne sans doute, ajouteront-ils, l’Extrait de ce Livre que pour le refuter. » L’abbé justifie une telle intention en notant que depuis plusieurs années le mot « philosophique » est devenu bien suspect et que celui de « bigarrures » ne peut le rendre que plus suspect encore. Il précise qu’un titre formé de ces deux mots, sans aller jusqu’à l’irréligion et l’indécence, ne peut annoncer que de la frivolité et du badinage. Pourtant, nous en sommes bien loin :

  • 73 Nicolas Trublet, « Article septiéme. Bigarrures Philosophiques [etc.] », dans Journal chrétien déd (...)

Nous prions ceux qui, au premier coup d’œil, auroient pensé ainsi, de suspendre leur jugement. Il est vrai que l’Auteur a cherché à égayer sa Philosophie ; mais il ne l’a égayée qu’avec sagesse, & cette Philosophie est très-religieuse. D’ailleurs, des trois morceaux dont ce Recueil est composé, le principal & le plus étendu (Essai sur la nature de l’Ame) est écrit du style le plus sérieux & le plus convenable au Sujet. On n’y trouve d’autre agrément que beaucoup de clarté & d’élégance, & ce mérite est bien supérieur à celui d’un badinage ingénieux. M. de Fontenelle, par exemple, est encore plus célèbre, plus estimable du moins, par la lumiere qu’il a répandue sur toutes les matières qu’il a traitées, que par les graces dont il les a embellies73.

  • 74 Jean-Paul Belin, Le Mouvement philosophique de 1748 à 1789. Étude sur la diffusion des idées des p (...)
  • 75 Bigarrures philosophiques, t. II, p. 38-42, cité par N. Trublet, dans « Article septiéme. Bigarrur (...)
  • 76 N. Trublet, « Article Troisiéme. Bigarrures Philosophiques, &c. Second extrait », Journal chrétien (...)

54Les Bigarrures philosophiques s’inscrivent pleinement dans ce que JeanPaul Belin appelle « la crise de 1758 - 176274 » où s’expriment vivement certaines réserves des plus tolérants et la franche hostilité des plus intransigeants partisans de l’autorité et des traditions établies à l’égard du mouvement philosophique, qui aboutissent à la condamnation de l’Encyclopédie et de l’Esprit. Tiphaigne rejette dans un même mouvement, les hypothèses que sont le matérialisme – d’un Maupertuis, d’un Diderot – et l’immatérialisme de Berkeley75. En octobre 1759, l’abbé Trublet poursuit et achève son analyse de l’œuvre par l’« Essai sur la nature de l’âme ». Il juge cet écrit « absolument serieux ; la netteté & l’élégance en font tout l’agrément. Il n’en est que plus estimable76. » Si Diderot y est défini comme « un de nos plus célèbres philosophes », c’est Pascal qui est présenté comme « un des plus grands génies qui aient jamais existé » (I, p. 127).

  • 77 Paris, C.-J.-B. Bauche, 1760.

55Durant l’année 1760, Tiphaigne publie deux textes de première importance. Le premier est l’Essai sur l’histoire œconomique des mers occidentales de France77. D’une certaine manière, Tiphaigne l’avait annoncé l’année précédente dans une note de ses Questions relatives à l’agriculture et à la nature des plantes :

  • 78 Questions relatives à l’agriculture, op. cit., p. 2, note.

Non que les côtes de Normandie & des autres provinces de France que baignent l’Ocean, soient actuellement fort poissonneuses ; elles ont été telles, elles peuvent redevenir telles. Une police défectueuse les a dévastées, une police mieux entendue les rétabliroit. J’ai eu lieu d’examiner cet objet, & peut-être dans la suite aurai-je lieu d’en rendre compte78.

56Le nom de l’auteur est imprimé sur la page de titre : « Par M. Tiphaigne, Docteur en Médecine ». L’Essai est précédé d’une « Epître à monsieur Q*** » dédiée « non au rang qui éblouit la foule, mais à l’amitié qui nous unit » et écrite à Paris le 25 juillet 1760. L’ouvrage est imprimé avec une approbation datée du 5 août 1760 et rédigée par Jussieu qui y affirme :

J’ai examiné par ordre de Monseigneur le Chancelier un Manuscrit intitulé : Essai sur l’Histoire Œconomique des Mers Occidentales de France, cet Ouvrage que je juge mériter d’être imprimé, m’a paru intéressant par les Observations curieuses et utiles que l’Auteur a placées à la suite des objets dont il traite.

57Le livre fut salué par les journaux comme sérieux. Les Mémoires pour l’Histoire des Sciences & des Beaux-Arts affirment, par exemple, en janvier 1761 : « Ce n’est point ici un de ces Ouvrages de pur amusement dont la frivolité surcharge notre Littérature. C’est un Essai intéressant sur la Pêche ».

  • 79 Babylone [Paris, Nicolas-François Moreau]. Sur Giphantie, voir Florence Boulerie, « L’objet scient (...)
  • 80 La Haye, chez Daniel Monnier, 1761.
  • 81 Giphantia, or a View of What is Now Passing, and, During the Present Century, What Will Pass in th (...)
  • 82 Giphantie oder die Erdbeschauung, Johann L. Kohler (trad.), Ulm, Bartholomal, 1761. Une autre trad (...)

58Le second ouvrage publié en 1760 est Giphantie, anagramme de Tiphaigne, publié à Babylone, c’est-à-dire Paris79. Dès 1761, Giphantie est réédité à La Haye80 et traduit en anglais81 et en allemand82. L’ouvrage est composé de deux parties dont chacune est divisée en chapitres. La première partie est constituée de vingt chapitres :

  • Chap. I Préface
  • Chap. II L’ouragan
  • Chap. III Belle vue
  • Chap. IV La voix
  • Chap. V Le contre-sens
  • Chap. VI Les apparitions
  • Chap. VII Les surfaces
  • Chap. VIII Le globe
  • Chap. IX Les propos
  • Chap. X Le bonheur
  • Chap. XI Le pot-pourri
  • Chap. XII Le miroir
  • Chap. XIII L’épreuve
  • Chap. XIV Les talents
  • Chap. XV Le goût du siècle
  • Chap. XVI La raisonneuse
  • Chap. XVII Les crocodiles
  • Chap. XVIII La tempête
  • Chap. XIX La galerie ou la fortune du genre humain
  • Chap. XX L’autre côté de la galerie
  • La seconde partie est, elle, constituée de dix-sept chapitres :
  • Chap. I Le repas
  • Chap. II Les pépins
  • Chap. IIII Le vieil amour
  • Chap. IV Les greffes
  • Chap. V La volupté
  • Chap. VI Jeunesse perpétuelle
  • Chap. VII Les démangeaisons
  • Chap. VIII Les compensations
  • Chap. IX Nil admirari
  • Chap. X L’arbre fantastique
  • Chap. XI Les prédictions
  • Chap. XII Le système
  • Chap. XIII Épître aux Européens
  • Chap. XIV Les maximes
  • Chap. XV Les thermomètres
  • Chap. XVI Les lentilles
  • Chap. XVII Chemins sous terre
  • 83 Voir Marianne Dubacq, « Manière dont tel écrivain a vu Giphantie ou le prisme déformant du simulac (...)

59L’auteur utilise une fois de plus son goût pour la satire et dresse un tableau peu flatteur de l’humanité. Il se livre ici particulièrement à une critique des mœurs des Babyloniens, c’est-à-dire des Parisiens83.

  • 84 J. Marx, Tiphaigne de la Roche, op. cit., p. 68.
  • 85 Pour une interprétation jubilatoire de l’ensemble de l’œuvre de Tiphaigne, voir Yves Citton, Zazir (...)
  • 86 Voir Julie Boch, « La bête humaine : satire morale et mystère de l’animalité dans la Zazirocratie (...)
  • 87 Aus dem Französischen, Nebst drey Anmerkungen, 1761.

60En 1761, paraît anonymement L’Empire des Zaziris sur les humains, ou la zazirocratie, dont l’adresse est « Pékin, Chez DSMGTLFPQXZ ». Dans la préface, Tiphaigne affirme l’avoir écrit comme une récréation « après la composition d’un Livre sérieux », c’est-à-dire, d’après nos recherches, l’Essai sur l’histoire œconomique des mers occidentales de France et non, comme le suppose Jacques Marx, Giphantie84. L’auteur recourt une nouvelle fois aux esprits élémentaires, appelés ici Zaziris85. Ils interviennent dans la vie des hommes et contrarient leurs projets. Pour eux, le monde et les êtres qui s’agitent à sa surface sont une source de divertissement, un spectacle : theatrum mundi. C’est une occasion de plus de faire la satire du genre humain86. La même année, ce livre est traduit en allemand sous le titre : Die Herrschaft der Zaziris über die Menschen, oder die Zazirocratie87.

Fin d’œuvre, fin de vie (1762-1774)

  • 88 Amsterdam, Arkstée et Merkus, et Paris, Vve Durand, 1765. Voir Florence Boulerie, « Enquête sur la (...)
  • 89 Amsterdam, s. n.

61Quatre ans plus tard, Tiphaigne fait paraître un nouveau récit, l’Histoire des Galligènes, ou Mémoires de Duncan88 qui dénote une « compréhension de Swift rare au XVIIIe siècle en France », comme l’indique Raymond Trousson dans son introduction à la réédition de l’ouvrage. Toujours en 1765, il publie Sanfrein ou mon dernier séjour à la campagne89.

  • 90 L.-A. Le Cacheux, Histoire de la paroisse de Montebourg pendant la Révolution, conférence ecclésia (...)

62À la date du 24 avril 1768, il apparaît dans les registres de catholicité de Montebourg comme parrain d’un jeune enfant, Charles Maubert. Le document spécifie que le prénom Charles a été donné à l’enfant en l’honneur de son parrain. Notre auteur est présenté comme « Me Charles Tiphaigne, docteur en médecine90 ». En effet, il arrivait qu’un membre distingué de l’Église répondît devant Dieu et devant les hommes du devenir d’un enfant issu d’une famille humble mais considérée comme méritoire. Cet acte était un engagement important puisque Charles acceptait ce faisant, outre une responsabilité morale envers cet enfant, la possibilité d’en devenir le tuteur.

  • 91 Genève et Paris, Humaire, 1770.
  • 92 Genève, chez les frères Cramer ; Paris, Humaire, 2 vol. 

63En 1770, quatre années avant sa mort, sont réédités, sous des titres légèrement modifiés, ses deux derniers livres : La Girouette, ou Sanfrein, histoire dont le héros fut l’inconséquence même91 et l’Histoire naturelle, civile et politique des Galligènes antipodes de la nation françoise, dont ils tirent leur origine. Où l’on développe la naissance, les progrès, les mœurs et les vertus singulières de ces insulaires. Les révolutions et les productions merveilleuses de leur Isle, avec l’histoire de leur Fondateur92.

  • 93 ADC, série C, 3 191, Indemnités payées aux propriétaires des terrains et bâtiments pris pour la co (...)
  • 94 ADC, série C, 822, Hôpital de Montebourg, enfants trouvés, pièce I, 1777 : copie de lettre adressé (...)

64Charles Tiphaigne est resté célibataire sa vie durant. Il n’a pas eu d’enfant, du moins en légitime mariage, car les biens des frères Tiphaigne passent à Guillaume Besnard-Duchesne93, probable fils de sa cousine Jeanne Le Normand, administrateur de l’hôpital de Montebourg et lieutenant particulier du bailliage de Valognes94. Par conséquent, l’affirmation péremptoire et gratuite du préfacier du fac-similé d’Amilec, ou la graine d’hommes (1985) assurant que « notre docteur de Montebourg dans le Cotentin eut sept enfants », relève plus de l’imagination ou du symbole que de la réalité.

  • 95 Noël-Sébastien Blot, « Traité sur les entes ou greffes, première partie », dans Mémoires de l’Acad (...)

65En revanche, Tiphaigne semble s’être lié d’amitié avec celui qui dirige ses travaux de licence en médecine, Noël-Sébastien Blot, membre de l’académie de Caen, professeur non seulement en médecine mais aussi, et peut-être surtout, en botanique et préfet du jardin botanique de Caen. Ce dernier est allé se perfectionner au Jardin royal des plantes à Paris avant de revenir diriger le jardin botanique de Caen en 1745. Après son retour, il obtient le grade de professeur de médecine et écrit un vibrant éloge de Bernard de Jussieu en 1747. Noël-Sébastien Blot est, en 1750, doyen de la faculté de médecine de Caen. Il lit à l’académie la première partie de son Traité sur les entes ou greffes le 13 janvier 175795. Il meurt en mai 1758, trois mois après avoir fait lecture devant ses confrères de l’académie des arts et belles-lettres de Caen du mémoire rédigé par Charles Tiphaigne sur la culture des vignes en Normandie.

  • 96 M.-J. Le Cacheux, Un médecin philosophe, op. cit., p. 6.

66Notre auteur n’a lui-même jamais fait partie de cette académie : c’est la présence de son mémoire dans les Mémoires de l’Académie des arts et belles-lettres de Caen qui a induit la plupart des bibliographes, biographes et critiques en erreur. Seul son ami Noël-Sébastien Blot a été membre de l’académie. En effet, après recherches, force est de constater que Charles n’apparaît dans aucune des listes des membres de cette académie publiées de son vivant. Il nous est dès lors plus difficile de souscrire à l’affirmation de Marie-Josèphe Le Cacheux : « Il ne serait peut-être pas très difficile de retrouver dans ses ouvrages l’influence des travaux des académiciens de Caen et de leurs discussions scientifiques et littéraires96. » Comme nous l’avons vu, Charles Tiphaigne n’a pas non plus été membre de l’académie de Rouen, pas plus qu’il n’a été président en l’élection de Rouen. Comme l’a bien expliqué Marie-Josèphe Le Cacheux, il s’agit ici d’une confusion avec Guillaume-François Tiphaigne de La Roche.

  • 97 ADC, série C, 3 481,1785 : 100 pièces papier, 1 plan. Requête présentée à l’intendant par Jean-Bap (...)
  • 98 « Titre clérical constitué le 23 mars 1745 à Valognes par Charles Tiphaigne, de la paroisse de Mon (...)

67Tiphaigne semble avoir été souvent présent à Montebourg où il est plus que probable qu’il ait eu pour ami ou, du moins, pour connaissance Jean-Baptiste Gardin, sieur du Mesnil97, né en 1720 à Saint-Cyr, non loin de Montebourg. Ce dernier deviendra professeur émérite de rhétorique au collège d’Harcourt, puis principal du collège Louis-le-Grand à Paris, et auteur célèbre de Préceptes de rhétorique à l’usage des écoliers tirés de Quintilien (1762). Plusieurs points les rapprochent : ils sont tous deux d’origine bourgeoise et font partie de la petite société qui constitue l’élite locale, surtout du point de vue intellectuel. Ils étaient peut-être même voisins, à en croire le titre clérical de Jean-Antoine Tiphaigne, qui précise que Charles a affecté au payement de la rente « un corps de logis sis aud lieu de Montebourg ou il demeure actuellement En tout ce quil se contient faisant jouxts et buts en integrité aux s[ieu]rs du mesnil gardin à la place de Montebourg98 ». À tout le moins peut-on affirmer que les familles Tiphaigne et Gardin se connaissaient et se fréquentaient comme en témoigne la présence le 24 avril 1768 d’une demoiselle Marie-Anne Gardin comme marraine au baptême de Charles Maubert dont Charles Tiphaigne est le parrain.

68Il est possible d’ajouter encore deux noms à celui de Gardin dans la liste des proches ou connaissances de Charles en Basse-Normandie. En effet, les personnes se portant caution lors de la constitution d’un titre clérical sont souvent des membres de la famille, ou des amis. JacquesFrançois Chaulieu, avocat bourgeois de Valognes et Pierre Le Blond, sieur de Quénanville de la paroisse de Valcanville font donc, eux aussi, sûrement partie des amis de notre auteur.

69Jacques-François Chaulieu, fils de Jean-François Chaulieu sieur de Montrotot et de Charlotte-Françoise de Beaugendre est né le 15 octobre 1722 à Valognes où il fréquente le même collège que Charles. Avec lui, il se lance en 1743 dans l’aventure journalistique du Glaneur. Lorsqu’il se marie en premières noces avec Jeanne-Elizabeth-Magdelaine Vicq le 8 septembre 1744 à Valognes, il est déjà licencié en droit. Jacques-François, devenu avocat au bailliage de Valognes, se marie en secondes noces avec Marie-Jeanne-Catherine Vicq, fille du sieur Félix Vicq docteur en médecine en l’université de Montpellier et de feue Catherine Le Chevalier, le 17 décembre 1764 à Saint-Cyr-Bocage. Cette seconde épouse n’est autre que la sœur du célèbre médecin normand Félix Vicq d’Azyr, futur membre de l’Académie française, de l’Académie des sciences et secrétaire perpétuel de la Société royale de médecine. Il convient de préciser que JacquesFrançois Chaulieu est aussi parent, par sa mère, d’Hervé de Tocqueville, père d’Alexis de Tocqueville.

  • 99 Épître dédicatoire à l’Essai, op. cit.

70Nous sommes peu renseignés sur Pierre Le Blond, sieur de Quénanville, de la paroisse de Valcanville. Est-il le dédicataire de l’épître précédant l’Essai sur l’histoire œconomique des mers occidentales de France paru en 1760 ? ce monsieur Q*** avec lequel Tiphaigne est lié d’amitié ? cet homme qui reste « loin des grands » auxquels il n’aurait voulu tenir en rien, « loin des gens de lettres » dont il ne voudrait voir que les ouvrages, et à qui les champs ont offert un asile tranquille ? cet homme à qui la nature « soumise dans les végétaux à de nouvelles expériences » présente tous les jours de nouveaux phénomènes ? Cet homme que Tiphaigne sait qu’il reverra bientôt et dont il ira partager les « paisibles travaux99 » ? L’épître rédigée à Paris, « cette sphère d’activité où tout fermente et se heurte », semble en effet être dédiée à une personne proche d’un point de vue tant personnel que géographique. Si ce n’est Pierre Le Blond, sieur de Quénanville, ce pourrait être un Dancel, sieur de Quinéville, proche de Montebourg. Il est difficile d’en dire plus.

  • 100 Notons que Charles Tiphaigne inspira un roman de Suzanne Jacques-Marin, La Fille du joueur de viel (...)

71Il est tout aussi difficile d’affirmer que Tiphaigne a beaucoup voyagé, à l’instar du narrateur de Giphantie, autrement qu’en imagination. S’il est attesté qu’il a séjourné à Paris, nous ne savons pas avec certitude s’il a profité des cours du collège royal et du jardin du roi à l’instar de son ami Noël-Sébastien Blot, ni à combien d’occasions il s’y rendit100.

72Bien des zones d’ombre subsistent autour de la vie de l’auteur d’Amilecou La Graine d’hommes. Ultime certitude, Charles Tiphaigne meurt le 11 août 1774. Sur le registre de catholicité étaient écrits ces mots, d’après Albert Le Nordez :

Le vendredi, douzième jour d’août dudit an [1774], le corps de maître Charles Tiphaigne, docteur en médecine, marguillier d’honneur, décédé d’hier, âgé d’environ cinquante et deux ans, a été inhumé dans l’église de cette paroisse par Monsieur Hilaire de la Haye-du-Puits, ancien Supérieur de la Maison des prêtres de l’Abbaye de Montebourg, de la réquisition de M. le Curé, en présence du clergé aussi soussigné.

  • 101 A.-L.-M. Le Nordez, Tiphaigne de la Roche, op. cit., p. 10.

DUPRÉ, curé de Montebourg.
Curés de Joganville.
de Saint-Cyr.
de Fresville101.

Notes

1 Pour bien cerner l’intérêt du mineur en tant qu’objet d’étude à part entière, voir l’excellente introduction de Régine Jomand-Baudry et Christelle Bahier-Porte, à Écrire en mineur au XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, « L’esprit des Lettres », 2009, p. 9-21.

2 Marie-Josèphe Le Cacheux, Un médecin philosophe au XVIIIe siècle, le Normand Tiphaigne de La Roche, Montebourg, Gourvès, 1987, p. 3.

3 Jacques Marx, Tiphaigne de La Roche. Modèles de l’imaginaire au XVIIIe siècle, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 1981, p. 17 : « Tous ces ouvrages en effet, sans exception, appartiennent au genre de la fiction romanesque. »

4 Amilec, ou la graine d’hommes, fac-similé de l’édition de 1754 par M. Tiphaigne, médecin de la faculté de Caen, Saint-Germain-en-Laye, L’Arbre, 1985. Préface : « Si le nom de Tiphaigne de la Roche est généralement accepté, rien n’est moins sûr que cette roche et sa particule nobiliaire. »

5 Albert-Léon-Marie Le Nordez, Tiphaigne de la Roche ou un moraliste normand du siècle dernier, Paris, Pillu-Vuillaume, 1890, p. 5.

6 Extrait des registres de l’état-civil de Montebourg dans A.-L.-M. Le Nordez, Tiphaigne de la Roche, op. cit., p. 3.

7 François-Xavier de Feller, Biographie universelle, Besançon, Outhenin-Chalandre fils, 1844 ; A.-L.-M. Le Nordez, Tiphaigne de la Roche, op. cit. ; Joseph-André Guiot, Les Trois Siècles palinodiques ou Histoire générale des palinods de Rouen, Dieppe, etc., Rouen, A. Lestringant, 1898.

8 Notamment : Antoine Sabatier de Castres, Les Trois Siècles de la littérature françoise, Amsterdam-Paris, Gueffier, 1772 ; Johann Samuel Ersch, Das gelehrte Frankreich, Hambourg, 1798 ; Jean Roudaut, présentation des Bigarrures philosophiques, dans la NRF, Ier mai 1985.

9 Abbé Corbet, Historique sur Saint Germain de Tournebu, 1981, d’après l’abbé Lemennicier, curé de Saint-Germain-de-Tournebut (1881-1922) « auteur d’un important manuscrit, d’où sont extraites ces notes, conservé à la Brisette ».

10 Saint-Germain-de-Tournebut jouxte Montebourg au nord.

11 Jean-Jacques Bréguet, Charles François Tiphaigne de la Roche. Médecin, écrivain et philosophe cassin, Saint-Lô, 2002 (ADM, EF 59).

12 M.-J. Le Cacheux, Un médecin philosophe, op. cit., p. 5.

13 Né à Montebourg le 16 août 1841, élève et professeur à l’abbaye de Montebourg, il a été « honoré de la sépulture chrétienne » le 24 octobre 1922.

14 Émile Sevestre (dir.), Valognes, Valognes, H. Brochard, 1926, p. 154.

15 L. Delisle, « Le théâtre au collège de Valognes », Annuaire de la Manche, t. LXVIII, 1896, p. 11-24.

16 La mort de César, tragédie aura pour intermède le bonheur de la France sous le règne de Louis quinze ballet, & sera représentée à Valognes. Le lundy treize Aoust 1736 à onze heures précises, si le temps le permet. On donnera pour petites Pièces Les Foureberies de Scapin, & Le Mariage forcé, Valognes, Jacques Clamorgam, 1736, 7 p.

17 Voir Jean-Jacques Bréguet, op. cit.

18 « Le Dictionnaire de Furetiere » [note de l’auteur de l’article].

19 Almanach historique, ecclésiastique et politique du diocèse de Coutances pour l’année 1775, Coutances, G. Joubert, 1775, p. 136-138.

20 Jacques-François Chaulieu, né le 15 octobre 1722 à Valognes, fut procureur du roi au bailliage d’Alençon, bailli et maître des eaux et forêts de la haute justice de Brix et avocat au bailliage de Valognes. Il épousa le 17 décembre 1764 en secondes noces Marie-Jeanne Catherine Vicq, sœur du célèbre médecin Félix Vicq d’Azyr. Il consentit le 22 février 1793 à Valognes comme parent de Hervé de Tocqueville au mariage de ce dernier avec Louise-Madeleine Le Pelletier de Rosanbo, petite-fille de Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes et future mère d’un certain Alexis... de Tocqueville.

21 Almanach historique, ecclésiastique et politique du diocèse de Coutances pour l’année bissextile 1776, Coutances, G. Joubert, 1776, p. 128.

22 J. Marx, Tiphaigne de La Roche, op. cit., p. 16. « Le catalogue des imprimés du British Museum indique parmi les collaborateurs de Dreux du Radier Guillaume-François Tiphaigne (cote 245d45), tandis que celui de la Bibliothèque nationale mentionne CharlesFrançois (cote 24398-24401). Cette dernière attribution ne résiste pas à l’examen. »

23 Le Cacheux, Thomas-Lacroix et Legoy, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Manche, Série H, clergé régulier, no 8152-9526, t. IV, fasc. 2 : abbaye de Montebourg, Saint-Lô, 1942.

24 Ode sur la maison de Pindare..., donnée au Palinod de Caen, 1744 (fig. 18-21).

25 Charles Guéry, Palinods ou Puys de poésie en Normandie, avec appendices et bibliographie, Évreux, impr. de l’Eure, 1916, p. 55. Précisons que le mot puy vient du latin podium qui signifie tribune, jubé.

26 Gervais de La Rue, Mémoire historique sur le palinod de Caen, Caen, A. Hardel, 1841, p. 8.

27 Eugène de Robillard de Beaurepaire, Les Pays de palinod de Rouen et de Caen, Caen, H. Delesques, 1907, p. 263-264.

28 J.-A. Guiot, Les Trois Siècles palinodiques, op. cit.

29 M.-J. Le Cacheux, Un médecin philosophe, op. cit., p. 5.

30 Armand-Gabriel Bellin, Notice historique sur l’Académie des Palinods, Rouen, Nicétas Periaux, 1834, p. 40.

31 E. de Robillard de Beaurepaire, Les puys de palinod, op. cit., p. 232.

32 Voir Vanessa Dottelonde-Rivoallan, Le Concours de poésie de l’académie de l’immaculée conception à Rouen 1701-1789, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2001, p. 17-18.

33 Ode sur Alexandre épargnant la maison de Pindare au sac de Thèbes, donnée au Palinod de Rouen, 1744.

34 Voir René Taton, Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 1986, p. 177.

35 Antoine van Leeuwenhœk, naturaliste hollandais connu pour ses observations remarquables au microscope, né le 24 octobre 1632 et mort le 26 août 1723 à Delft.

36 J. Marx, Tiphaigne de la Roche, op. cit., p. 15.

37 François Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Seuil, 1995, p. 34-35.

38 Jean Astruc est né à Sauve le 19 mars 1684 et mort à Paris le 5 mai 1766. Il obtient son doctorat de médecine à l’université de Montpellier en 1703. Il enseigne dès 1707 à Montpellier, devient professeur d’anatomie dès 1712 à Toulouse puis professeur de médecine à Montpellier dès 1715. Il obtient la chaire de médecine au Collège royal en 1731, puis à la faculté de médecine de Paris en 1743. Il consacre certains de ses travaux à l’irritabilité et au système nerveux, comme An sympathia partium a certa nervorum positura in interno sensorio (Paris, 1743). Il est aussi l’auteur d’attaques épistolaires fortes adressées aux chirurgiens (1737-1738) et d’une Dissertation sur l’immatérialité et l’immortalité de l’âme (Paris, 1755).

39 Yves Laissus et Jean Torlais, Le Jardin du Roi et le Collège royal dans l’enseignement des sciences au XVIIIe siècle, Paris, Herman, 1986.

40 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, Cl.-J.-B. Bauche, 1761, t. II, p. 806.

41 An a materia perspirationis Sympathiae et Antipathiae ratio repetenda, Caen, 1747. La thèse est reproduite intégralement ci-dessous (fig. 28-34).

42 « Amoris nomen, amoris definitionem prae se fert : nec aliam quaeras ; clariorem enim reperire non est. »

43 « Ergo a materia perspirationis Sympathiae et Antipathiae ratio repetenda. »

44 L’Amour dévoilé ou le système des sympathistes, où l’on explique l’origine de l’Amour, des Inclinations, des Simpathies, des Aversions, des Antipathies, etc., 1749. La thèse est reproduite intégralement ci-dessous (fig. 39-45).

45 Voir Alain Mothu, « La pensée en cornue », Chrysopœia, t. IV (1990-1991), Paris, 1993, p. 307-439·

46 Positiones de fibra patiente, sive de animi affectuum mechanismo et usu discutiendae in scholis medicorum celeberrimae academiae cadomensis, pro licentatiusgradu consequendo, Caen, 1748.

47 « Fibra patiens est ad spirituum motus, quod auris est ad aëris vibrationes. Quo denique modo actio aëris in aures, consonantes vel dissonantes sonorum ideas menti referai ; eodem modo actio spirituum in fibram patientem, menti motus gratos, vel ingrates infigit, quos vocamus affectus », ibid., III, Decimo-quarto, p. 5.

48 A.-L.-M. Le Nordez, Tiphaigne de La Roche, op. cit., p. 6.

49 Élisabeth Badinter, Les Passions intellectuelles. t. I : Désirs de gloire (1735-1751), Paris, Fayard, 1999.

50 Voir Allen G. Debus, The Chemical Philosophy: Paracelsian Science and Medicine in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Mineola, Dover, 2002.

51 Médecin de la faculté de Montpellier. Voir A. Mothu, « La pensée en cornue », art. cité, p. 371.

52 Marie-Joseph Savalette de Buchelay (mort en 1764), gentilhomme ordinaire du roi et l’un des fermiers généraux dont Carmontelle fit le portrait dans la force de l’âge ; sur ce bibliophile, voir Joannis Guigard, Armorial du bibliophile, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1870, p. 199. Pierre-Paul de Bombarde, seigneur de Beaulieu et de Sigoine (né vers 1695, mort en 1784), entre au Grand Conseil dès 1720 et est nommé en 1741 surintendant de l’Opéra ; sur cet autre bibliophile, voir Henry Martin, Histoire de la bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Plon, 1900, p. 282.

53 BNF, ms. fr. 22 144, « Lettres et mémoires sur divers ouvrages composés durant l’administration de Malesherbes (1753-1763) », f° 94 : lettre autographe de Tiphaigne [à Malesherbes], Paris, 23 mai 1755 (2 feuillets).

54 Ibid., f° 92 : lettre [de Malesherbes à Tiphaigne].

55 Ibid., f° 90 : lettre autographe, signée Bauche, Paris, 13 août 1755.

56 Variante : « Histoire des pesches ». Ibid., f° 88 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne (minute autographe).

57 Ibid., f° 87 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne (minute autographe).

58 Ibid., f° 83 : lettre de Josseaume [à Malesherbes], Paris, 29 septembre 1756.

59 Ibid., f° 81 : lettre de Josseaume [à Malesherbes], Paris, 3 octobre 1756.

60 Ibid., f° 79 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne (minute autographe).

61 Ibid., f° 75 : lettre autographe signée Tiphaigne [à Malesherbes], Ier janvier 1757.

62 Ibid., f° 74 : lettre [de Malesherbes] à Tiphaigne, 7 mars 1757.

63 Ibid., f° 71 : lettre de Josseaume [à Malesherbes].

64 « Ne vous laissez pas détourné [sic] de votre projet continuez l’exécution de cette entreprise [signé : Malesherbes]. »

65 Ibid., f° 85 : lettre, signée « R. de Paulmy », à Malesherbes, Versailles, 21 décembre 1755·

66 Ibid., f° 85 : « J’ay repondu que je scavois beaucoup d’eloges à donner à m. Tiphaigne. »

67 « Mémoire sur la culture des vignes en Normandie », dans Mémoires de l’Académie des Arts et Belles-Lettres de Caen, Caen, impr. P. Chalopin, 1758, p. 145.

68 La Haye, chez Jean Neaulme [Paris, veuve de François Delaguette].

69 La Haye (et se trouve à Paris), N.-A. Delalain.

70 Amsterdam et Leipsick, chez Arkstee et Merkus, 1759.

71 Dissertatio inauguralis metaphysica, de universali Naturae systemate, Erlangen, 1751.

72 Diderot, De l’interprétation de la nature, 1753.

73 Nicolas Trublet, « Article septiéme. Bigarrures Philosophiques [etc.] », dans Journal chrétien dédié à la Reine par M. l’Abbé Joannet de la Société Royale des Sciences & Belles-Lettres de Nanci, journaliste de Sa Majesté, Paris, Michel Lambert, mai 1759, p. 82-98.

74 Jean-Paul Belin, Le Mouvement philosophique de 1748 à 1789. Étude sur la diffusion des idées des philosophes à Paris d’après les documents concernant l’histoire de la librairie, Paris, Belin, 1913, p. 109-147.

75 Bigarrures philosophiques, t. II, p. 38-42, cité par N. Trublet, dans « Article septiéme. Bigarrures Philosophiques [etc.] », Journal chrétien, Paris, mai 1759, p. 91-93, cité par Sébastien Charles, dans Berkeley au siècle des Lumières. Immatérialisme et scepticisme au XVIIIe siècle, Paris, Vrin, 2003, p. 224-225.

76 N. Trublet, « Article Troisiéme. Bigarrures Philosophiques, &c. Second extrait », Journal chrétien, op. cit., octobre 1759, p. 21-42.

77 Paris, C.-J.-B. Bauche, 1760.

78 Questions relatives à l’agriculture, op. cit., p. 2, note.

79 Babylone [Paris, Nicolas-François Moreau]. Sur Giphantie, voir Florence Boulerie, « L’objet scientifique ou la possibilité du progrès moral : l’exemple de Giphantie, fiction narrative de Charles-François Tiphaigne de la Roche », Lumières, no 5, 2005, « Esthétique et poétique de l’objet au XVIIIe siècle », p. 79-91.

80 La Haye, chez Daniel Monnier, 1761.

81 Giphantia, or a View of What is Now Passing, and, During the Present Century, What Will Pass in the World, Translated from the original French, with explanatory notes, London, printed for Robert Horsfield, 1761.

82 Giphantie oder die Erdbeschauung, Johann L. Kohler (trad.), Ulm, Bartholomal, 1761. Une autre traduction allemande sera publiée en 1803 : Die Geisterinsel. Eine Dichtung über Menschheit und Menschenschicksal (L’île des esprits. Un poème sur l’humanité et la destinée humaine), Leipzig, Steinacker, 1803.

83 Voir Marianne Dubacq, « Manière dont tel écrivain a vu Giphantie ou le prisme déformant du simulacre », mémoire, Yves Citton (dir.), université Stendhal-Grenoble 3, 2008.

84 J. Marx, Tiphaigne de la Roche, op. cit., p. 68.

85 Pour une interprétation jubilatoire de l’ensemble de l’œuvre de Tiphaigne, voir Yves Citton, Zazirocratie. Très curieuse introduction à la biopolitique et à la critique de la croissance, Paris, Editions Amsterdam, 2011.

86 Voir Julie Boch, « La bête humaine : satire morale et mystère de l’animalité dans la Zazirocratie (1761) de Tiphaigne de la Roche », Dix-huitième Siècle, no 42, 2010, p. 181-199.

87 Aus dem Französischen, Nebst drey Anmerkungen, 1761.

88 Amsterdam, Arkstée et Merkus, et Paris, Vve Durand, 1765. Voir Florence Boulerie, « Enquête sur la démarche cognitive des voyageurs philosophes dans les voyages imaginaires au temps de l’Encyclopédie » dans Pierre Hartmann et Florence Lotterie (dir.), Le Philosophe romanesque. L’image du philosophe dans le roman des Lumières, Presses universitaires de Strasbourg, 2007, p. 167-177.

89 Amsterdam, s. n.

90 L.-A. Le Cacheux, Histoire de la paroisse de Montebourg pendant la Révolution, conférence ecclésiastique de 1846, p. 100. Le document est reproduit ci-dessous (fig. 51).

91 Genève et Paris, Humaire, 1770.

92 Genève, chez les frères Cramer ; Paris, Humaire, 2 vol. 

93 ADC, série C, 3 191, Indemnités payées aux propriétaires des terrains et bâtiments pris pour la confection des routes et chemins dans l’étendue de la Généralité de Caen. « Année 1778, indemnité portant sur 1778, acte no 213. Propriétaire indemnisé : “le Sr Thyphagne”, “pour acquit comme héritier et acquéreur des autres héritages de la succession du Sr Typhaine, signé : Besnard. 56 £ 5 s.” »

94 ADC, série C, 822, Hôpital de Montebourg, enfants trouvés, pièce I, 1777 : copie de lettre adressée le 14 novembre 1777 aux administrateurs de l’hôpital de Montebourg par le subdélégué de Valognes, M. de Virandeville, sous forme de questionnaire concernant les enfants trouvés. Cette lettre contient la réponse point par point du bureau de l’hôpital, et parmi les signatures des administrateurs se trouve celle de « Besnard, Lnt Plier du Baâge de Valognes ».

95 Noël-Sébastien Blot, « Traité sur les entes ou greffes, première partie », dans Mémoires de l’Académie des Arts et Belles-Lettres de Caen, Caen, impr. P. Chalopin, 1757, p. 65-70.

96 M.-J. Le Cacheux, Un médecin philosophe, op. cit., p. 6.

97 ADC, série C, 3 481,1785 : 100 pièces papier, 1 plan. Requête présentée à l’intendant par Jean-Baptiste Gardin, sieur du Mesnil, prêtre, professeur émérite de rhétorique au collège d’Harcourt et ancien principal du collège Louis-le-Grand à Paris, pour indemnité de terrain sise paroisse de Saint-Cyr, élection de Valognes, au travers de laquelle passe la nouvelle chaussée de Valognes à Montebourg.

98 « Titre clérical constitué le 23 mars 1745 à Valognes par Charles Tiphaigne, de la paroisse de Montebourg, y demeurant, en faveur de Jean Antoine Tiphaigne, son frère, acolyte, de la paroisse de Montebourg, y demeurant. » Voir fig. 48-50.

99 Épître dédicatoire à l’Essai, op. cit.

100 Notons que Charles Tiphaigne inspira un roman de Suzanne Jacques-Marin, La Fille du joueur de vielle, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet, 1995. Ce roman s’inspirant de la vie du médecin normand fut adapté pour la télévision par Claude Santelli sous le titre La Comète en 1996.

101 A.-L.-M. Le Nordez, Tiphaigne de la Roche, op. cit., p. 10.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search