Version classiqueVersion mobile

Amilec ou La Graine d’hommes

 | 
Charles-François Tiphaigne de La Roche

Amilec ou La graine d’hommes

Texte intégral

LES PAPILLONS

SONGE

1Raisonnable, ou non, tout s’en mêle,

  • 1 Sur cette notion, très en vogue au XVIIIe siècle, voir la thèse de Ioana Galleron Maracescu : La f (...)
  • 2 Le courtaud est « celui [...] qui est de taille courte, grosse et entassée ». « On appelle courtau (...)
  • 3 « Délire passager, qui est ordinairement la suite d’une fièvre violente » (Académie).
  • 4 « Colifichet, babiole, chose de néant, ou de peu de valeur » (Académie).

2disais-je, il y a quelque temps, à la toilette d’une fort aimable dame, qui me faisait, avec beaucoup d’esprit et d’enjouement, l’analyse de quantité de brochures puériles, jetées pêle-mêle sur une grande table : Oui, poursuivis-je, dans les siècles futurs le nôtre sera l’époque célèbre de la frivolité1. Il n’est point, de nos jours, d’écolier nouvellement sorti du collège, point de courtaud de boutique2 un peu déniaisé, point de clerc de procureur qui, la tête farcie de la lecture de ces fadaises, ne veuille à son tour, fagoter quelque allégorie, quelque roman. Le voilà, le transport au cerveau3, en gésine d’une monstrueuse fiction qui n’a ni tête ni queue. Il accoutre cette marotte de brimborions4 de morale, saupoudrés d’antithèses. Il barbouille le tout de quelques couleurs à la brosse qu’il nomme caractères, tableaux, portraits ; il y plaque aussi quelques morceaux de ses cahiers de philosophie. Voilà mon sot, mon pédant érigé en auteur.

3Cette manie épidémique ne guérira que quand ces plats écrivains ne sauront plus de quel côté se tourner pour extravaguer d’une façon neuve, et que lorsque le public sera dégoûté de ne voir dans ces brochures falotes, que des répétitions des mêmes singeries.

4Je voulais, reprit la dame, vous faire lire une de ces risibles productions tout fraîchement éclose ; mais je vous vois si fortement prévenu... Tenez, la voilà derrière mon miroir ; parcourez-la à loisir, peut-être vous amusera-t-elle : vous me direz ce que vous en pensez.

5Ah ! Madame, m’écriai-je, en quoi vous ai-je déplu pour vouloir me martyriser ainsi ? Quoi qu’il en soit, vous serez obéie.

6Le lendemain, sitôt que je parus, on me demanda compte de ma lecture. Madame, répondis-je, comme cet ouvrage est un tissu de rêves, permettez-moi de vous faire récit de celui qu’il m’a occasionné hier au soir. M’étant mis en devoir d’exécuter vos ordres, j’eus à peine lu quelques pages de ce livre, que ses qualités soporatives me le firent tomber des mains. Je m’endormis, et rêvai que je me trouvais dans une vaste plaine, environnée de rochers arides ou couverts de ronces et d’épines : ce charmant séjour était émaillé de fleurs de chardons, et d’une herbe que l’on nomme pissenlit, arrosée des eaux bourbeuses d’un marais. Vous savez, Madame, que ces plantes portent une graine légère garnie d’un duvet, qui lorsqu’elle est mûre, la fait voltiger : l’air était rempli de cette cotonnade ; et une multitude prodigieuse de papillons, sortis des chrysalides que renfermait la fange, couraient après cette nourriture volatile. Ces insectes étaient à leur tour attendus et convoités par quantité de grenouilles à l’affût, la gueule béante sur la surface de leurs demeures humides, ou à califourchon sur quelques touffes d’herbes.

  • 5 Référence à un passage célèbre de La Farce de maître Pathelin, comédie anonyme du XVe siècle, où l (...)
  • 6 « On dit figurément anatomiser un livre, un discours, pour dire, en examiner toutes les parties en (...)
  • 7 Accord au pluriel, alors que le suivant est au singulier.

7Ce spectacle me divertit quelque temps. Ces papillons étaient remarquables, tant par le nombre que par la bigarrure de leurs ailes ; les uns en avaient une cinquantaine, d’autres cent, d’autres enfin plus ou moins ; mais ce plaisir dura peu. Je me vis bientôt assiégé par cette engeance ailée, de sorte que pour m’en défendre, je fus obligé de me mettre à gesticuler comme l’avocat Pathelin5. J’abattis nombre de ces insectes ; quantité s’écrasèrent en poussière entre mes doigts. J’en saisis cependant un tout vivant : Va, lui dis-je, pour me venger de ton espèce importune, tu seras disséqué. Le son de ma propre voix et mon dépit m’éveillèrent, et je fus étonné de trouver sous ma main cette brochure, au lieu de mon papillon. Oh, parbleu, poursuivis-je, brochure mignonne, puisqu’il y a tant de ressemblance entre vous et les héros de mon rêve, vous serez anatomisée6. Il serait à souhaiter, Madame, qu’un certain nombre d’écrivains sensés [voulût7] de temps en temps prendre la peine de faire main basse sur cette vermine, et la fît rentrer dans la fange d’où elle sort. J’ai çà et là fait quelques remarques badines au bas des pages de cette babiole ; je souhaite qu’elles vous fassent rire : ces sortes de riens ne méritent pas une critique sérieuse.

AUX SAVANTS*

  • * Superficiels et volatiles.

8Messieurs,

9Vous savez que j’ai toujours eu pour vous tout le respect possible : c’est dire trop peu ; mes sentiments à votre égard ont été jusqu’à la plus haute admiration. Toute mon ambition était de pouvoir un jour avoir un rang parmi vous ; je ne voyais rien au-delà de cet honneur.

10Que n’ai-je pas fait pour y atteindre ? Que de jours ensevelis dans l’ombre du cabinet ! Que de nuits consumées à la lueur d’une lampe ! Que de volumes parcourus ! Que de systèmes mis sur le métier ! Vains efforts : mes yeux ne s’ouvraient point, ou s’ils s’ouvraient, ce n’était que pour voir des obstacles qui s’opposaient invinciblement à mes progrès, ou des lointains où la vue la plus perçante se serait égarée. Enfin, pour fruit de tous ces travaux, il m’était resté dans l’esprit, que vous et moi nous tendions à des connaissances, auxquelles il n’est pas donné à l’homme de parvenir.

  • ** Fort jolie pensée creuse.

11Je vous demande pardon, Messieurs, je m’étais trompé par réflexion, je me suis désabusé par hasard**. Mon erreur est excusable ; vous ne m’aviez pas initié dans vos mystères, vous ne m’aviez pas dit votre secret, vous ne m’aviez pas indiqué la route qui conduit au sanctuaire de la nature.

12Autrefois je lisais, je réfléchissais, je combinais, je mettais mon esprit à une torture qui en fatiguait les ressorts, et je n’apprenais rien. Aujourd’hui je me tranquillise, je dors, je rêve et je deviens savant.

13Que ne l’ai-je su plutôt, que pour faire des systèmes et des découvertes, il ne s’agissait que de rêver philosophiquement ! Pourquoi, Messieurs, m’avez-vous caché cet important mystère ? La république des lettres y perd, pour le moins, une demi-douzaine d’hypothèses, et je ne doute nullement que je n’eusse déjà fait mon petit monde, comme Epicure, Descartes et quelques autres ont fait chacun le leur.

14Mais tout n’est pas encore perdu ; je suis jeune, et j’ai tout le temps de dormir. J’espère qu’en observant le régime que je me suis imposé, je rêverai souvent, et que par ce moyen j’enrichirai le genre humain des connaissances les plus curieuses.

  • * On vous remercie du récit de vos songes futurs.

15En attendant, vous voudrez bien, Messieurs, que j’aie l’honneur de vous exposer le premier songe philosophique que j’aie fait*. J’espère que vous daignerez l’accueillir favorablement, et le mettre au rang des vôtres.

  • ** Doucement, doucement... il serait plaisant de voir un papillon éphémère devenir immortel.

16Qu’il est doux, qu’il est beau de rêver, quand nos songes peuvent éclairer l’univers et immortaliser notre nom** !

AMILEC OU LA GRAINE D’HOMMES

17Il y avait sept heures que j’étais enfermé dans mon cabinet. J’y étais opiniâtrement collé sur un volume assez ample, où il est parlé de la génération. Je le parcourus avec toute l’avidité dont est capable un homme qui ne sait rien, et qui brûle d’apprendre.

18Que me resta-t-il de cette étude ? ce qui reste de toutes celles de ce genre ; des doutes. Rebuté de ce pénible exercice, aussi ignorant que je l’étais auparavant, je jetai là le volume, et me voilà à invectiver contre tout ce qui s’appelle physicien, naturaliste, médecin, philosophe, etc.

  • * Déclamation puérile et triviale, à peu près dans le goût de celles dont Pétrone se moquait autrefo (...)
  • 8 Allusion à Buffon et à son Histoire naturelle, générale et particulière (Paris, 1749-1767) dans la (...)
  • ** Notre grondeur ne craint-il pas l’application de sa censure ?

19Ô homme* ! m’écriai-je, que ta raison est défectueuse ! Que ta pénétration est peu active ! Que ta science est bornée ! Tu entres par une voie obscure dans la vie, et tu n’en sors que pour te plonger dans une nuit encore plus profonde. Tu te trouves sur la terre, sans savoir comment on t’y a placé ; tu y restes, sans savoir quand tu la quitteras ; tu la quittes, sans savoir où tu vas. Dans toi tu ne connais rien, hors de toi tu ne connais pas davantage. Tu te lèves pourtant quelquefois au milieu de nous, comme un pédant au milieu d’une troupe d’enfants : « Qu’on se taise, dis-tu, et qu’on m’écoute : je vais prendre la chaîne des êtres, et la parcourir d’un bout à l’autre ; je vais dévoiler la nature, et vous faire voir quelle est la fabrique des plantes, des animaux, des hommes, du monde entier8. » Hé bien, parle, nous t’écoutons. Mais à peine as-tu fait un pas, que tu te trouves environné de ténèbres ; tu te donnes pour guide, et tu t’égares à chaque instant ; tu prétends nous faire voir la vérité, et tu ne nous montres que des chimères**.

20La barrière était ouverte, le champ était vaste ; j’aurais, sans doute, porté fort loin ces réflexions. Mais au milieu de ma boutade philosophique, un sentiment de lassitude se répandit subitement sur toutes les parties de mon corps, mes paupières affaiblies se fermèrent, ma tête appesantie tomba sur un tas de volumes in-folio qui était à côté de moi, je m’endormis ; je fis plus, je rêvai.

21Je crus voir venir à moi un jeune homme d’une taille extrêmement avantageuse, et qui avait dans la physionomie quelque chose au-dessus de l’humanité. Je m’appelle Amilec, me dit-il, je suis le génie qui préside à la multiplication de l’espèce humaine. J’ai remarqué les embarras où tu viens de te trouver au sujet de la génération ; j’ai eu pitié de ta peine, et j’offre de te donner sur ce point tous les éclaircissements que tu peux souhaiter.

  • * Défaut ordinaire des gens qui courent après l’esprit.

22Je voulus lui marquer toute la reconnaissance que je devais à tant de bonté. Soit étonnement ou maladresse, je m’embarquai dans un assez mauvais compliment*, qu’heureusement il ne me donna pas le temps d’achever. Trêve de cérémonie, reprit-il, puisque tu veux t’instruire, prête seulement ton attention.

23Il est dans la nature des phénomènes uniques, continua Amilec, et il en est d’autres qui se ressemblent en beaucoup de choses. Les premiers ont des ressorts particuliers, les seconds ont des causes communes, et s’opèrent à peu près de la même manière.

24De tous les êtres qui t’environnent, l’homme seul réfléchit, raisonne, agit conséquemment. Il y a donc dans lui un ressort, un principe particulier, qui pour être approfondi, doit être examiné dans lui-même, sans qu’on en puisse trouver aucun exemple ailleurs.

25Mais ainsi que l’homme, l’animal a du mouvement ; il voit, il entend, il est sain et malade. Voilà autant de phénomènes qui se ressemblent dans l’homme et dans la brute. La cause est donc générale, le ressort commun ; qui le connaîtra dans l’un, le connaîtra dans l’autre.

26De plus, comme les hommes et les animaux, les plantes naissent, vivent, meurent ; comme eux, elles croissent et multiplient ; tout cela est commun aux uns et aux autres, tout cela doit donc suivre certaines règles générales, dont les variations ne sont pas un objet. Ainsi quand on saura comment s’exécute la génération des plantes, on saura, à peu de choses près, comment s’opère celle des hommes et des animaux. En général les plantes viennent de graine, les hommes et les animaux doivent en venir aussi.

  • 9 La fleur contient les parties de la fructification, qui sont les étamines et le pistil. Pour une d (...)
  • 10 Écussonner : « greffer en écusson » (Encyclopédie).

27Les graines de végétaux se font principalement remarquer dans deux sortes d’endroits. Dans les fleurs ou les parties de la fructification9 qui en sont comme le réservoir, et dans de petites cavités, de petits vides qui se rencontrent entre le corps de la plante et son écorce. Celles qui se trouvent dans les fleurs y sont fécondées, y croissent, y mûrissent, et tombent ensuite, ou sont cueillies par les hommes. Celles qui se trouvent dans les petites cavités à la surface de la plante, font plus de progrès, elles s’y développent et donnent bientôt naissance à d’autres petites plantes écussonnées10 en quelque sorte sur la première, et qu’on appelle rejetons. Autour de ces rejetons et par la même mécanique, il en naîtra plusieurs autres, et ainsi successivement.

28On voit par là que ce qu’on nomme un arbre, un chêne, par exemple, n’est pas un chêne unique, mais un amas de plusieurs chênes entassés les uns sur les autres. Tel est le progrès de la végétation, telle est dans les plantes la destination des graines.

29Si les animaux étaient faits pour rester immobiles comme les plantes, l’accroissement et la multiplication des uns et des autres s’exécuteraient précisément de la même manière. Mais les animaux doivent se mouvoir, doivent agir. Il ne faut donc pas que sur un animal il s’implante plusieurs autres animaux, comme sur une branche il s’implante plusieurs autres branches : cela ne pourrait se concilier avec le mouvement que chacun d’eux doit avoir.

30Cependant par une juste conséquence de la règle générale, il se trouve des germes dans les animaux, comme il s’en trouve dans les végétaux. Ces germes se font principalement remarquer ou dans des réservoirs particuliers, qui sont aux animaux ce que les fleurs sont aux plantes, ou vers la peau qui pareillement est aux animaux ce que l’écorce est aux arbres. Les premiers se développent lorsqu’ils sont fécondés par l’approche des deux genres, il s’en forme d’autres animaux : au lieu que ceux qui se rencontrent à l’habitude du corps, bien loin de s’y développer, y prennent si peu de volume, que l’œil humain aidé du meilleur microscope, peut à peine les apercevoir. Ils y restent quelque temps, tombent ensuite, ou se répandent dans l’air.

31Ce que nous disons en général des animaux, doit s’entendre en particulier de l’espèce humaine. Il se trouve dans le corps humain des germes, des graines, des rudiments d’hommes. Il y en a dans le réservoir qui leur est destiné dans les deux sexes : il y en a d’autres qui s’échappent par les pores de la peau.

32Mais ces germes, ces graines, ces rudiments échappés aux hommes et aux femmes, auraient-ils pareillement échappé à leur destination ? Deviendraient-ils absolument inutiles, dès l’instant qu’ils se seraient portés à l’extérieur du corps ? La nature est trop économe pour souffrir une perte de cette conséquence.

  • * Fort jolie fiction que tous ces génies moissonneurs, apothicaires ou herboristes. Je suis sûr que (...)

33Nous sommes une troupe de génies, dont l’emploi est de sauver la plus grande partie de ces sortes de graines. On m’a confié en particulier celle des hommes et des femmes, et l’on m’a subordonné nombre de génies qui, sous mes ordres, travaillent à la recueillir*.

34Nous sommes, à votre égard, ce que vous êtes à l’égard des plantes. Vous autres hommes, vous semez, vous cultivez, vous recueillez des fruits ; nous autres génies, nous semons, nous cultivons, nous recueillons les graines d’hommes. Et comme un jardinier ne réserve en graine que les meilleures et les plus belles plantes de son jardin, de même nous ne recueillons de graines humaines que celles qui nous sont fournies par les hommes et les femmes du mérite le plus distingué.

35Au reste ne t’informe point de la nature de ces germes, non plus que de l’usage que nous en faisons ; je ne tarderai pas à t’en instruire. Sortons seulement de ce cabinet ; j’ai eu soin d’aiguiser ta vue, tu vas voir travailler à la moisson des germes humains.

36À ces mots Amilec sortit, et je le suivis. À peine avions-nous fait deux pas, que je vis à peu de distance de nous, cinq ou six génies occupés à recueillir la graine d’hommes. Imaginez-vous un physicien, qui avec toute l’attention et la sagacité possible, s’occupe à sonder le duvet qu’il aperçoit sur l’aile d’une mouche ; telle était à peu près l’attitude de chacun de ces génies moissonneurs. Il n’y avait pas moyen de s’empêcher de rire ; j’allais éclater : j’en fus détourné par Amilec.

  • ** Si cet officier avait été contemporain de notre auteur, il aurait été plus sage ; il serait devenu (...)

37À ta gauche, me dit-il, tu vois un génie qui recueille la graine d’un officier**, qui après un mûr examen, a cru enfin qu’il n’était pas indigne d’un militaire de penser ; et qui en conséquence emploie à l’étude ces temps de repos que les autres donnent à la dissipation, souvent à la débauche.

38Plus loin on recueille précieusement la graine d’un homme qui ne va prendre part à la joie de ses amis, que quand il y est invité, et qui court de lui-même partager leur tristesse, et leur donner, sans les offrir, les secours dont ils ont besoin.

39À ta droite on recueille la graine du gouverneur d’un grand seigneur. Il s’applaudit de ses soins et des heureuses dispositions de son élève ; il n’a employé que dix ans à lui apprendre à se taire.

  • 11 Comprendre : « donne du prix ». La beauté sans vertu est un trésor sans valeur.
  • * Que pensez-vous, Madame, des efforts que fait notre sylphe pour donner un air d’épigramme aux pens (...)

40Vois-tu ces trois génies occupés autour de cette jeune personne ? Devinerais-tu bien pourquoi j’en fais cueillir si soigneusement la graine ? Cela me paraît simple, répondis-je, voilà une des plus belles femmes qu’on puisse voir ; ce serait dommage d’en perdre un seul germe. Si la beauté est un trésor, répliqua Amilec, c’en est un que la vertu seule apprécie11. Ne t’imagine pas que ce soit précisément pour deux beaux yeux que j’occupe trois génies autour de cette femme. Mais elle est mariée depuis cinq ans, elle a de l’esprit, de la beauté, de la jeunesse, enfin elle est de Paris, et elle a toujours été fidèle à un mari qu’elle n’aime pas*.

  • 12 « Nom qu’on a donné à la jeunesse ivre de l’amour de soi-même, avantageuse dans ses propos, affect (...)

41En portant la vue de côté et d’autre, j’aperçus un génie moissonneur qui s’employait à cueillir de la graine de petit-maître12. Eh, quoi ! seigneur Amilec, dis-je avec étonnement, quel est votre but ? quelle provision faites-vous là ? où voulez-vous transplanter cette engeance ? Nulle part, répondit Amilec : ce n’est point dans cette vue que je fais ramasser les graines de petit-maître. Mais quoique je me garde bien d’en réserver aucune, elles ne laissent pas de m’être utiles à quelque chose. J’ai trouvé un secret pour épurer la graine de femme. Je fais jeter dans une boîte pleine de graines féminines, huit ou dix germes de petit-maître : il s’excite aussitôt un mouvement intestin des plus violents. Quand il s’est apaisé, et que tout est en repos, on trouve dans la boîte, autant de gros pelotons, qu’on y avait jeté de germes de petit-maître. Chaque peloton s’est formé par une multitude de graines de femmes qui se sont jetées autour d’un germe de petit-maître, et qui s’y sont accrochées les unes aux autres. Je fais ôter ces pelotons ; et je mets en réserve le peu de graine qui reste dans la boîte.

42Les graines humaines, continua Amilec, ont chacune suivant leur espèce, des propriétés singulières, dont toi-même tu auras bientôt lieu d’être surpris. Par exemple, la graine de gens de robe est pourvue d’une qualité corrosive extraordinaire. Si je n’avais le soin de faire jeter dans la boîte où elle est renfermée, quelques germes de plaideurs, pour amuser cette vertu famélique, je n’en pourrais conserver aucune ; elles se rongeraient plutôt les unes les autres, que de ne pas ronger.

43Entre autres la graine d’avocat a encore cela de particulier, qu’étant une fois mise en mouvement, au lieu de se porter comme tous les autres corps naturels, à décrire une ligne droite, elle tend sans cesse à décrire des lignes courbes et paraboliques.

  • 13 Allusion aux querelles violentes qui opposèrent les facultés de médecine à la reconnaissance de la (...)
  • * Chirurgiens lettrés.
  • 14 Allusion aux membres de l’Académie royale de chirurgie, créée en 1748, qui constitue l’aboutisseme (...)

44Depuis longtemps j’avais observé que la graine de chirurgien présentée à celle de médecin, prenait un mouvement d’effervescence des plus violents13. Aussi a-t-il résulté de ce choc (suivant les règles de l’art) une graine amphibie*, qui, comme tu sais, tient, et de celle de médecin, et de celle de chirurgien, mais qui est pire que l’une et l’autre14.

  • ** Ce génie aérien est bien superficiel et bien peu connaisseur ; il ne nous donne ici que des descri (...)

45Si j’entrais dans le détail de toutes les propriétés des germes humains, je ne finirais jamais**. Je veux te faire voir mon magasin ; partons, chemin faisant je t’instruirai de ma mission, de mes travaux, de l’usage que je fais de la graine d’hommes. En achevant ces mots, Amilec s’élança avec légèreté dans l’air ; je me sentis, non sans étonnement, transporté à ses côtés ; nous ne marchâmes pas, nous volâmes vers le magasin.

46Le croiras-tu, reprit Amilec, cette multitude innombrable de tourbillons, de soleils, de terres habitables, qui composent ce vaste univers, tout cela (non tu ne le croiras jamais) tout cela a été autrefois contenu dans un grain dont la grosseur égalait à peine celle d’un pois. Le développement s’en est fait peu à peu ; mais il n’est pas encore terminé. Il est bien des mondes que l’on peut comparer à de jeunes plantes qui ne commencent, pour ainsi dire, qu’à germer. Ces amas d’étoiles, ces taches blanchâtres que vous autres habitants de la Terre apercevez dans la voûte des cieux, et que vous appelez voies de lait, ne sont autre chose que des paquets de petits mondes, qui ne sont sortis de leur coque, que depuis soixante ou quatre-vingt siècles. Ils vous paraissent fort rapprochés les uns des autres, et ils le sont en effet, parce qu’ils n’ont pas encore pris beaucoup d’accroissement, et qu’en conséquence ils occupent assez peu d’espace.

47Bien plus, notre monde en particulier, notre tourbillon, quoique entièrement développé, n’a pas encore atteint à sa dernière perfection. Les planètes sont, comme personne ne l’ignore, autant de terres habitables ; mais il leur faut un certain degré de maturité, pour qu’elles puissent être peuplées, et toutes ne sont pas encore parvenues à ce degré. Ces différentes terres sont comme autant de grosses pommes, qui quoique attachées au même arbre, ne mûrissent pas toutes à la fois.

  • * Notre génie grainetier allégorise fort bien ici les premiers fonds dépositaires des germes primord (...)
  • ** Je vous l’avais bien dit, Madame, que cette brochure serait, comme la plupart de ces frivolités, f (...)

48Mercure étant le plus proche du Soleil, a mûri le premier ; ensuite Vénus*, puis la Terre. Dès que Mercure fut mûr, j’y fus député avec les germes primordiaux des hommes. Parvenu à cette planète, je semai, je cultivai, je recueillis de nouvelles graines d’hommes. Ensuite je passai dans Vénus, quand j’eus appris par le moyen de quelques courriers que j’y avais envoyés pour reconnaître le pays, que sa maturité était parfaite. Je semai de nouveau, je peuplai cette planète, je fis une nouvelle provision de graines. Enfin, je partis de Vénus il y a environ sept à huit mille ans, et j’arrivai sur la Terre, où j’ai continué de semer et de moissonner. Maintenant je suis sur le point de partir pour Mars, dont la maturité s’avance fort ; de là j’irai m’établir dans Jupiter ; enfin, je finirai ma carrière par Saturne, qui, d’ici à plus de douze mille ans, ne sera en état d’être habité... oui, je compte que pour le moins il lui faudra encore ce temps pour mûrir ; car, comme tu sais, il est extrêmement éloigné du Soleil**.

49Pour ces petites terres qui tournent autour des autres, et que vous appelez lunes ou satellites, je ne me donne point la peine de m’y transporter moi-même pour les peupler ; j’y envoie mes lieutenants. Il y a quelque cinq cents ans que j’envoyai le génie Zamar à votre lune avec bonne provision de graine d’hommes. Je ne doute pas qu’aujourd’hui la multiplication de l’espèce n’y soit sur un bon pied ; je suis surpris de n’en pas recevoir de nouvelles, j’en attends de jour en jour.

  • * Cette apothicairerie était apparemment placée dans les espaces imaginaires.

50Tandis qu’Amilec parlait, nous traversions les airs avec une extrême rapidité. Notre voiture, de quelque nature qu’elle fût, était très douce ; point de cahot, point de secousses ; mais la volubilité d’un pareil équipage porte toujours un peu à la tête. Enfin, nous arrivâmes au magasin*.

51Représentez-vous un appartement fort vaste ; les murs revêtus de tablettes et de boîtes étiquetées ; le milieu occupé par une grande table chargée de petits sacs, de paquets, de cornets de papier ; de tous côtés, des ouvriers actifs qui s’empressent à vanner, cribler, tamiser, emballer ; c’est l’intérieur du magasin d’Amilec.

  • 15 Allusion à la parabole évangélique du bon grain et de l’ivraie (Matthieu XIII, 24-43).

52Vous autres hommes, me dit-il, vous croyez que les génies ne pensent qu’à se réjouir, et que leur vie doit être un tissu de délices. Juge des autres par mes officiers et par moi, et rends plus de justice aux puissances célestes. Tu viens de voir combien de discernement, d’attention, de patience il faut pour recueillir la graine d’hommes ; tu vois par les mouvements que se donnent des génies ouvriers qui travaillent dans ce magasin, quel soin il faut apporter à séparer le bon grain, des mauvais germes qui ne manquent jamais de l’offusquer15, malgré toute l’attention et la sagacité des génies moissonneurs.

  • ** Mettez dans votre laboratoire un bon thermomètre.
  • 16 Le ciron est un insecte si petit qu’on le prend souvent pour objet de comparaison, lorsqu’on veut (...)
  • *** Le génie conservateur de cette graine, rendait de forts mauvais services à l’humanité ; il aurait (...)
  • * Notre follet n’avait pas à balancer.

53Mais si l’on a beaucoup de peine à recueillir et à purifier ces graines, on n’en a pas moins à les conserver. La trop grande humidité les corrompt, la trop grande sécheresse les exténue, une chaleur trop violente dissipe l’esprit qui doit un jour les vivifier, un froid trop considérable les gèle et détruit leur organisation, le grand air les altère, le défaut d’air les suffoque ; il faut donc les tenir dans un certain milieu, et ce milieu est difficile à saisir**. Elles sont encore sujettes à un autre inconvénient, les cirons16 les attaquent. L’autre jour, je ne sais par quel hasard, j’ouvris cette boîte qui porte pour étiquette, graine de conquérants*** ; quelle fut ma surprise, quand au beu de trouver des graines en bon état, je ne trouvai presque que de la poussière ! Les cirons avaient attaqué la source de la grandeur d’âme. Plus des deux tiers de mes héros, ou étaient réduits en poudre, ou avaient servi de pâture à ces petits insectes : c’était une désolation. Tel qui devait un jour faire la terreur des rois, n’avait pu résister à la dent meurtrière d’un ciron. Que de lauriers moissonnés avant le temps ! Que de triomphes manqués ! Que de révolutions étouffées ! Quelle perte pour l’histoire universelle de Mars ! Les plus grands événements qui devaient se succéder dans cette planète, étaient enchaînés l’un à l’autre par des liens dont une graine de conquérant était le nœud : un ciron a rongé ce nœud, et dans le même moment tout l’appareil s’est écroulé, tout a disparu. Lequel aimes-tu mieux de rire ou de pleurer de l’énorme petitesse, où se réduisent les plus grandes choses, quand on les rapproche de leur origine ? Quoiqu’il en soit, dans cette affaire entre les cirons et les conquérants, presque tous mes Alexandres, mes Césars, mes Charles XII et beaucoup d’autres ont été détruits. Et en cela je ne sais si j’ai perdu ou gagné, si je dois me plaindre ou m’applaudir*. De quoi me plaindrais-je en effet ? de ce qu’il ne me reste peut-être pas de quoi détruire dix villes par an ? de ce qu’il n’y aura peut-être dans Mars, que de ces hommes peu héros, qui vivent en paix avec leurs voisins ? de ce qu’il ne s’en trouvera peut-être pas un seul capable d’assembler les uns pour aller égorger les autres ? En vérité, je pense que quand on n’a à s’affliger que de pareilles choses, on ne doit pas être inconsolable.

54Je le veux, repris-je ; mais il est toujours fâcheux que des puissances célestes prennent tant de peine à amasser une nourriture délicate à de misérables cirons, et qu’un animal si vil et si mince puisse se flatter de détruire, en moins d’une semaine, vingt Alexandres et autant de Césars, sans en être plus gras. Au surplus, seigneur Amilec, il me paraît que vous pourriez vous épargner bien des travaux. Prenez sur la Terre deux ou trois graines d’homme seulement, choisissez-en de prolifiques et de bon rapport, vous aurez avec le temps de quoi peupler Mars tout entier. Tu es admirable, repartit vivement Amilec ; va dire au laboureur qui sème : « Pourquoi vous mettre tant en dépense ? remportez chez vous cette multitude de graines que vous prodiguez à la terre. Une seule vous suffira, avec le temps vous en couvrirez toutes vos terres. » Combien de siècles ne me faudrait-il pas ?...

  • * Ce pauvre collecteur de graines de prêtre et de moine, avait bien raison de se plaindre de son emp (...)
  • 17 Rappelle la parabole évangélique du filet (Matthieu XIII, 47-49).
  • 18 Allusion aux couleurs des habits ecclésiastiques, selon lesquels les ordres étaient familièrement (...)
  • * Il fallait mettre tout cela avec les conquérants, et laisser les cirons faire leur devoir.

55Amilec fut interrompu par un génie moissonneur qui entra brusquement en disant : « S’en mêle qui voudra, pour moi j’y renonce. J’aimerais autant chercher la vérité parmi les philosophes. Parce que vous me connaissez un peu de talent, vous m’accablez de tout ce qu’il y a de plus difficile. Quelle peine n’ai-je pas eue à vous pourvoir de graines de juges irréprochables ? Ne méritais-je pas bien de prendre un peu de repos, après avoir rempli une aussi pénible mission ? Au contraire, il faut maintenant vous trouver de la graine d’ecclésiastiques, qui soit de bon aloi. Où voulez-vous que j’en prenne ? Il n’en est plus ; ou s’il en est, elle se trouve confondue avec une multitude prodigieuse de faux germes, dont on ne peut la démêler. Vous croyez cueillir une bonne graine d’ecclésiastiques, et vous vous trouvez les mains pleines de graines de moines. Il fallait me donner cette commission il y a dix ou douze siècles ; je vous aurais pourvu abondamment*. Mais alors vous ne vous imaginiez pas pouvoir en manquer, et vous vous amusiez à faire provision de graines de quelques filles modestes, de quelques femmes vertueuses, de quelques chastes veuves : vous ne pensiez pas pouvoir jamais en avoir assez. Cependant le temps de la moisson des germes ecclésiastiques s’est passé ; vous y avez pensé depuis, mais il n’était plus temps. » Après avoir ainsi harangué, le moissonneur ecclésiastique présenta à Amilec une très petite boîte qui n’était remplie qu’à moitié ; c’était tout le fruit de sa moisson. Amilec la reçut, et lui dit : Allez, faites diligence, et ne perdez pas courage. Si vous cherchez bien, vous trouverez encore de ces hommes pleins de Dieu, de ces savants qui se sont toujours défiés de leur propre raison, de ces riches prélats qui ne reçoivent que pour donner, de ces pasteurs zélés que la mollesse n’endort point au milieu de leur troupeau. Les germes des apôtres ne sont pas encore épuisés : vous en trouvereza peu, mais vous en trouverez encore. Ayant ainsi congédié le génie grondeur, Amilec jeta les graines ecclésiastiques qu’il venait de recevoir, dans un tamis qui gardait le bon et rejetait le mauvais17. Il agita le tamis, et en même temps je vis tomber plus de la moitié des germes qui y étaient contenus. Ceux-là étaient de différentes couleurs ; il y en avait de noirs, de blancs, de gris, de bigarrés18. Amilec continua de tamiser, jusqu’à ce qu’enfin il tombât comme une grêle de molécules sectaires, qui se repoussant l’une l’autre, semblaient se marquer l’aversion mutuelle et le dédain qui devait un jour les animer. Amilec fit jeter au vent tout ce que le tamis avait rejeté, et mit le reste en réserve*.

56À peine la graine d’ecclésiastiques fut-elle empaquetée, qu’il entra un autre génie moissonneur. Celui-ci avait l’air extrêmement las ; il pliait sous le poids d’un sac énorme et rempli exactement. Quel est le genre d’homme qui pullule si extraordinairement, demandai-je à Amilec ? Ce sac, me répondit-il, est rempli de graines d’auteurs. Que leur quantité prodigieuse ne t’étonne pas ; il y a peu de bons germes, beaucoup de mauvais ; séparer les uns des autres, est un de nos plus pénibles emplois : tu vas en être témoin.

  • ** Quoi ! cette prompte évaporation n’a pas guéri notre rêveur de la démangeaison d’écrire ?
  • * Pourquoi ne parle-t-il pas des faiseurs de fictions mal fagotées ? Ah ! j’oubliais qu’ils ont été (...)

57Il futb d’abord ouvrir une fenêtre qui donnait du côté du midi, et une autre qui répondait au nord. Cependant quatre des plus vigoureux génies qui se trouvèrent là, se saisirent du fond du sac, comme s’ils eussent voulu le vider, et l’élevèrent le plus haut qu’il leur fut possible. Alors Amilec s’approcha et lâcha le cordon qui tenait le sac fermé. La graine en tomba tumultueusement ; et je vis se former dans l’instant, comme un torrent de poussière, que le vent qui entrait par la fenêtre ouverte du côté du midi, emportait au nord**. Ce nuage qu’entraîne le vent, me dit Amilec, est composé pour la plus grande partie, de graines d’auteurs de romans, de poètes manqués, de dissertateurs frivoles, de faiseurs de ces petits morceaux qu’on écrit sans y penser, qu’on publie avec confiance, et qui prennent on ne sait pourquoi. Le vent, comme tu vois, a emporté presque tout ce qui était contenu dans le sac ; à peine en est-il resté une millième partie, qui par son poids a résisté à l’impression de l’air. Mais de ce petit reste même, il y en a encore beaucoup à retrancher. En achevant ces mots, il reçut des mains d’un génie qui était à côté de lui, une petite boule, qui me parut d’or. Il plaça cette boule au milieu des graines qui étaient restées sur l'aire ; et j’en vis environ la moitié s’approcher fort rapidement du petit globe, et l’autre moitié s’en écarter avec autant de rapidité. J’appris qu’au centre de ce globe il y avait un germe de sage, qui par des raisons de sympathie et d’antipathie, avait la vertu d’attirer à lui la graine d’auteurs sensés, et d’écarter celle de ces écrivains téméraires, inquiets, séduisants, dont le dangereux talent est de rendre le vice aimable aux yeux des faibles, d’obscurcir ce qui paraissait clair, et de porter les semences du trouble au sein même du repos. Après que les graines se furent ainsi partagées, un génie ramassa celles qui s’étaient approchées du globe, un autre balaya celles qui s’en étaient écartées, un troisième apporta une boîte carrée dont le couvercle était une lame de métal très mince. Voici, dit Amilec, la dernière épreuve où nous mettons la graine d’auteur. Lorsque la boîte fut placée sur une table, on répandit sur le couvercle le peu de graine qui avait résisté aux épreuves précédentes. Quelle fut ma surprise, quand j’en vis tout à coup disparaître plus des trois quarts ! Il ne vous en restera pas, dis-je d’un ton ému. Il en restera peu, reprit froidement Amilec, mais elle sera bien conditionnée. Cette boîte contient un germe de chaque auteur original qui a paru depuis qu’on se mêle d’écrire. Celles des graines répandues sur le couvercle, qui s’évanouissent et disparaissent, ont été tirées des auteurs plagiaires, compilateurs, commentateurs et autres écrivains de ce genre*. Leur substance ne leur appartient pas en propre, mais aux germes originaux contenus dans la boîte ; chacun attire la sienne, il n’en reste plus aux germes plagiaires, ils s’anéantissent.

58Qu’il serait à souhaiter, ajouta Amilec, que les hommes eussent le secret de ressasser les ouvrages des différents auteurs, comme nous avons celui d’éplucher leurs graines ! Que de peines épargnées aux studieux ! Que ces vastes bibliothèques dont l’étendue vous effraie, se trouveraient rétrécies ! Que les sciences humaines se réduiraient à peu de choses ! La mémoire la plus médiocre n’en serait pas surchargée.

  • * C’était fort mal fait, monsieur le vendangeur, de ne pas recueillir de la graine d’un homme qui sa (...)
  • ** Ici le lecteur saute environ huit ou neuf pages de fadaises.
  • 19 Cela correspond au début de la lettre de Zamar à Amilec.

59Pendant qu’on empaquetait la graine d’auteurs qui avait résisté à toutes les épreuves dont je viens de parler, il entra un génie qui fixa toute mon attention. Je ne crus pas d’abord que ce fût un moissonneur ; je ne le voyais pourvu d’aucun sac, ni d’aucune boîte. Il s’approcha d’Amilec, et lui présenta un très petit cornet de papier. « Nous sommes fort heureux, dit-il, d’être à peu près pourvus de ce qu’il nous faut de graines d’amants ; je vous avoue qu’il ne s’en trouve presque plus sur la terre. » Rien ne me surprit tant que d’entendre parler ainsi ce moissonneur. Je l’interrompis. Hé ! d’où venez-vous, mon bon génie ? Où avez-vous vendangé ? lui dis-je d’un air un peu moqueur (car je commençais à me familiariser avec les puissances célestes.) « J’ai vendangé dans ton pays, me répliqua-t-il d’un ton brusque ; je t’y ai vu, et je ne me suis pas avisé de recueillir de ta graine*. » À ces paroles, Amilec fit un éclat de rire, ses officiers l’imitèrent, je perdis contenance. Cela ne m’empêcha pourtant pas d’approcher le plus près que je pus d’Amilec, et de lui dire tout bas : Vous avez là un mauvais ouvrier ; il vient du pays du monde où l’amour règne le plus souverainement. Autant d’hommes que vous y rencontrez, c’est autant d’amants. Qu’un génie tende la main, la graine d’amants va y tomber par milliers. Je ne sais à quoi s’amusent vos moissonneurs quand ils perdent leur temps ; mais je suis très sûr que celui-ci s’est amusé. Encore une fois, vous avez là un très mauvais ouvrier. Pas tant que tu l’imagines, repartit Amilec. Il n’a pas trouvé dans ton pays un aussi grand nombre d’amants que tu le penses**19. C’est l’endroit du monde où l’on parle le mieux d’amour, et où l’on aime le moins. Connais-tu l’amour ? Il en est de deux sortes. Il en est un empressé, pétillant, impétueux, qui parle beaucoup, et dit toujours au-delà de ce qu’il sent. C’est un feu qui tient de l’étincelle ; il en a la vivacité, l’éclat et le peu de durée. Il en est un autre tendre, timide, réservé ; moins brillant, mais plus solide ; moins parleur, mais plus sincère ; moins vif, mais plus durable. Il naît de la nature et non du caprice, croît avec mesure, s’engage avec choix, et une fois uni à son objet, rien ne peut l’en détacher. Le premier ne mérite guère le nom d’amour ; c’est celui de ton pays ; le second n’y est presque point connu. Ce génie que tu accuses de paresse, n’a point entré ici depuis plus de cinquante ans. Il a employé ce temps autour de tout ce qu’il y a d’amants les plus tendres. Tu vois combien la graine en est rare ; à peine a-t-il pu remplir ce cornet. Mais de ce petit nombre même, je ne doute pas que je ne sois encore obligé d’en mettre beaucoup à l’écart.

  • 20 Emploi néologique du mot « probatique », qui « ne se dit que de la piscine près de laquelle Jésus- (...)
  • 21 La matière sympathique ou transpirante est la sueur. Dans la théorie sympathiste, cette matière pe (...)
  • 22 Le couple constitué d’Héro, prêtresse d’Aphrodite, vouée à la chasteté, et de Léandre, qui se voya (...)

60Tandis qu’Amilec parlait, on lui présenta un vase de cristal, rempli d’une liqueur très limpide, et qui répandait une odeur des plus suaves. Il ouvrit le cornet qu’il avait entre les mains, et répandit dans le vase les graines d’amants, qui d’abord surnagèrent toutes. Cette liqueur, reprit-il, est l’eau probatique20 des amants. Quoique extrêmement volatile, elle conserve sa vertu fort longtemps ; et je ne la renouvelle que de trois mille ans en trois mille ans. Pour composer celle-ci, j’ai pris de la matière éthérée, quatre onces ; de l’influence de la planète appelée Vénus, quatre gros ; de la matière sympathique ou transpirante21 de Léandre et de celle de Héro22, de chacune une demi-livre. J’ai rapproché les principes de ces trois fluides, et il en a résulté cette eau probatique. Vois-tu ces germes qui tombent les uns après les autres au fond du vase ? ce sont les graines des vrais amants. Elles ont beaucoup de rapport avec l’eau probatique ; elles s’en imbibent et ensuite se précipitent ; semblables à des feuilles de thé, qui se portent au fond de la théière, quand elles ont été imbibées de l’eau dans laquelle on les infuse. Pour les autres, elles resteraient éternellement sur la surface de l’eau probatique, sans s’en imprégner, sans se précipiter. Dans un quart d’heure on ôtera et on mettra au rebut celles qui surnageront, il y en aura plus de la moitié ; on fera sécher les autres, et on les mettra en réserve.

61J’étais tout étonné de ce que j’entendais et de ce que je voyais. J’aurais juré que mon pays aurait fourni, en graine d’amants, vingt magasins tels que celui d’Amilec. J’étais bien dans l’erreur. Ce qui se passait sous mes yeux, m’engagea à faire une petite supputation ; et tout bien combiné, je trouvai que sur mille soupirants de ma chère patrie, il y en aurait à peu près cinq ou six, dont la graine pourrait se précipiter dans l’eau probatique ; le reste surnagerait.

62Tandis que je faisais mon calcul, j’aperçus un génie qui agitait et secouait avec violence des graines renfermées dans un bocal de verre. Je m’approchai, et lui demandai à quel dessein il les ballottait ainsi. Il nous vient quelquefois, me répondit-il, des germes pourvus d’une qualité qui les distingue des autres ; mais qui sont si exténués, que nous craignons, avec raison, qu’ils ne puissent pas se conserver. Pour obvier à cet inconvénient, nous les amalgamons, comme tu vois, avec de la graine de financier. Celle-ci, à la vérité, manque de qualité distinctive ; mais elle est bien nourrie et regorge de suc. Dans l’amalgame, les germes s’entre-communiquent ce qui leur manque. Le malheur est que la graine distinguée perd de sa qualité en prenant de la consistance, et que la graine de financier perd de sa consistance en prenant de la qualité.

63À peine le génie amalgameur avait achevé, qu’Amilec qui avait mis la tête à la fenêtre, s’écria tout à coup : Enfin, nous aurons des nouvelles de la Lune. Je vois venir un courrier que mon lieutenant Zamar a, sans doute, député vers moi. Un éclair ne fend pas les airs avec plus de rapidité : en un instant le génie courrier fut aux pieds d’Amilec, et lui remit une lettre de la part de Zamar.

64À peine la lettre fut-elle rendue, que les génies qui se trouvèrent alors dans le magasin, entourèrent le courrier ; et chacun s’intéressant pour le travail auquel il s’était occupé, ils lui firent tout à la fois mille questions plus singulières les unes que les autres. Quelles nouvelles des logiciens lunaires ? Que j’ai eu de peine à en recueillir la graine dans ce pays-ci ! Je trouvais assez de logiciens subtils, je n’en trouvais presque point de raisonnables... La physique, comment va-t-elle à la Lune ? Ce doit être un charmant pays, pour faire des systèmes à perte de vue... Et les protecteurs des gens de lettres, les mécènes ont-ils bien pris ? J’en ai recueilli tant de graines sur la Terre, que l’espèce en a manqué... Ils parlaient tous en même temps, on ne s’entendait pas. Amilec les appela, ils s’approchèrent, et firent un cercle autour de lui. Alors il ouvrit la lettre qu’il venait de recevoir, et lut tout haut ce qui suit.

65ZAMAR à AMILEC,

66grand-maître de la manufacture des hommes,

67Salut.

68ILLUSTRE AMILEC,

69Il y a, comme vous savez, cinq cents ans, que par votre ordre je partis de la Terre pour aller peupler la Lune. Le trajet fut de courte durée et des plus heureux. J’avais fait emballer avec tant de soin, les graines d’hommes que vous aviez bien voulu me confier, que sur toute la route je n’en perdis pas une seule.

70Mais quel fut mon étonnement, quand à mon arrivée dans la Lune, je trouvai cette planète beaucoup plus peuplée à proportion, que ne l’était la Terre d’où je partais ! Surpris d’un événement si singulier, je m’appliquai très sérieusement à en reconnaître la cause. Après bien des recherches, je pense l’avoir trouvée ; je vous en fais part.

  • * . Encore de l’atmosphère, de la matière subtile ; mais les machines tournoyantes et voltigeantes de (...)

71Vous avez remarqué sur la Terre que la graine d’étourdi a peu de consistance ; qu’elle est volatile et plus légère qu’un égal volume d’air. Dès qu’un grain se détache du corps d’un homme de cette espèce, au lieu de tomber à terre comme les autres, ou de rester suspendu à peu de distance, il s’élève dans l’air, semblable à ces exhalaisons que la chaleur volatilise et emporte dans l’atmosphère. À mesure que la graine d’étourdi s’élève, à mesure elle se dessèche ; et plus elle se dessèche, plus son poids diminue, plus elle a de disposition à continuer de monter ; enfin, quand elle est parvenue à la plus haute région de l’air, elle entre dans la matière subtile*, où elle reste et est emportée, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, par les différents courants de ce fluide.

72Outre cela, vous saurez, Illustre Amilec, que l’air qui environne la Lune, est fort ténu, fort léger, fort vif, et qu’il a beaucoup de rapport avec la graine d’étourdi. En roulant autour de la Terre, la Lune a rencontré sur sa route quelques-unes de ces graines dispersées çà et là dans la matière subtile ; ces graines, par leur analogie avec l’air de la Lune, s’y sont fécondées, s’y sont unies, s’y sont accumulées, et ont formé différents amas sur la surface de cette planète. Un coup de soleil favorable à l’incubation, est, sans doute, survenu ; et voilà des germes qui s’ouvrent, des hommes qui se développent, des habitants qui se répandent de toute part, et les régions lunaires qui se peuplent. Vous êtes trop bon physicien, Illustre Amilec, pour ne pas être satisfait de ces raisons.

73Les graines d’hommes ne paraissent pas être les seules qui parviennent à la Lune ; il s’y en élève de toutes sortes de plantes et d’animaux, de façon qu’on ne voit rien sur la Terre, dont on ne retrouve une image à la Lune.

  • 23 « Trente ans, c’est la fleur de l’âge pour un homme » (Académie, 1762). La durée de la vie est sur (...)

74Toutes ces graines se sont fort épuisées par le dessèchement qu’elles ont souffert dans le trajet : aussi leurs produits ont peu de consistance, et subsistent peu de temps. La vie des hommes, entre autres, est ici de très courte durée : on est à la fleur de l’âge à dix ans, on commence à vieillir à vingt, à trente23 on est au dernier période de la décrépitude. Mais cela n’est pas surprenant : rien, dit-on, n’est aujourd’hui plus commun sur la Terre que des vieillards de trente ans.

75Il y a plus, et ceci vous surprendra sans doute, Illustre Amilec, il se trouve dans l’air de la Lune certains corpuscules contagieux, qui attaquant les végétaux et les animaux, étouffent en eux toute vertu prolifique. De sorte que dans ce pays-ci, plantes, animaux, hommes, femmes, tout est stérile, aucun être ne se reproduit par soi-même.

76Ne croyez pas pour cela que rien puisse manquer à la Lune ; la Terre y pourvoit et fournirait en graines de toute espèce, surtout en graine d’étourdi, dix lunes et plus, si elle les avait dans sa sphère. Au reste, les enfants éclosent de côté et d’autre sur la surface de la Lune ; et on va les chercher et les cueillir dans certaines saisons, comme sur la Terre on va dans les champs chercher et cueillir des champignons.

77On distribue ces enfants trouvés à différents particuliers, aux uns plus, aux autres moins, suivant leurs facultés et l’abondance de la récolte. Il est singulier de voir le tendre attachement que ces pères de famille ont pour des enfants qui ne sont pas à eux, et qui leur viennent ils ne savent d’où. Mais c’est un trait de la providence, dont vous avez assez d’exemples sur la Terre.

  • * Quoi ! toujours du tournoiement, du pirouettement ! Je vous assure, Madame, que cela affecte mon c (...)

78Sitôt que je me crus suffisamment instruit sur la manière dont la Lune s’était peuplée, et continuait de l’être, je fus curieux de connaître le génie et les mœurs de ses habitants. Avec un peu de réflexion j’aurais pu le deviner, sans en faire aucune autre recherche. Ces peuples tirent leur origine des graines d’étourdi, et pareille origine doit beaucoup influer sur eux. Outre cela, ils habitent une planète qui tourne sur son centre, qui tourne autour de la Terre, qui tourne autour du Soleil ; il n’est pas possible que cette multiplicité de tournoiements n’affecte le cerveau* ; il n’est point de têtes qui tiennent ; il faut qu’elles tournent comme tout le reste : aussi s’en acquittent-elles bien. Rien de moins sage que les habitants de la Lune. Ils poussent l’extravagance jusqu’à croire qu’on ne peut être heureux sans être fou ; et ils regardent l’étourderie comme la plus utile qualité dont un homme puisse être pourvu.

79En conséquence on a établi dans la Lune, des écoles de folie ou d’étourderie, où l’on profite beaucoup ; comme on a établi sur la Terre des écoles de philosophie et de sagesse, où l’on ne profite guère.

  • ** Ces institutions scolastiques ne sont pas si folles : il serait très bon de réprimer sur la Terre (...)
  • 24 « Se dit des ferrements dont la pointe et le tranchant sont usés. Cette cognée est mousse » (Acadé (...)

80Où vous êtes, Illustre Amilec, on trouve l’esprit humain trop borné, et l’on s’efforce de l’étendre : ici on le trouve trop étendu, et l’on tâche de le rétrécir. Les habitants de la Terre se plaignent et disent : Le plus grand génie n’a qu’une petite sphère ; s’il s’y renferme, il reste dans l’ignorance, s’il en sort, il extravague**. Les Lunaires se plaignent aussi, et disent : L’esprit le plus mousse24 est encore trop pénétrant, il voit trop de choses, cela le distrait et l’inquiète ; nous ne sommes pas faits pour connaître, nous sommes faits pour jouir.

81Sur la Terre on exhorte les hommes à mépriser tout, et à ne se plaire à rien de ce qui les environne : à la Lune on les exhorte à estimer tout, et à s’amuser de tout. Mais on a beau exhorter, il y a bien des choses sur la Terre qu’on méprise et qui plaisent ; à la Lune il y en a beaucoup qu’on estime et qui n’amusent pas.

82On s’égare sur la Terre, parce qu’on veut trop approfondir les choses ; on s’égare à la Lune, parce qu’on ne les approfondit pas assez.

83On est malheureux sur la Terre, parce qu’on n’est pas assez sage : on est malheureux à la Lune, (car la félicité ne se trouve nulle part) parce qu’on n’est pas assez fou. On l’est beaucoup ; mais il reste encore un peu de réflexion, et un peu de réflexion n’est propre qu’à tourmenter. Pour être heureux, il en faut beaucoup, ou il n’en faut point du tout.

  • * Ma foi, en cela les habitants de la Lune sont plus sages que ceux de la Terre ; et ce sont, quoiqu (...)

84Cependant les Lunaires courent après la félicité, aussi bien que les habitants de la Terre, mais par d’autres routes. Leurs maximes tendent à émousser la sensibilité pour les peines, et à aiguiser le goût pour les plaisirs* : au lieu que la philosophie des habitants de la Terre n’essaie de les rendre heureux, qu’en tâchant de les engourdir au point qu’ils deviennent insensibles aux peines, aux plaisirs, à toute chose.

85Ici, comme sur la Terre, on crie contre l’amour ; mais pour des raisons bien différentes. Sur la Terre on dit que l’amour est l’écueil de la sagesse : à la Lune on dit que c’est l’écueil de l’étourderie. En effet, dès qu’un étourdi aime, son imagination se fixe, et il commence à penser, peut-être pour la première fois. À peine, disent les Lunaires, est-il donné aux dieux d’être amoureux et étourdis en même temps.

86Au reste, on vieillit beaucoup moins ici que sur la Terre, quoiqu’il n’y ait point de médecins ; la justice s’y rend assez mal, comme ailleurs, quoiqu’il n’y ait ni avocats ni commentaires sur les lois : on y voit peu de gens chastes, quoique personne ne fasse vœu de l’être.

  • 25 L’idée de la pluralité des mondes est ancienne. C’est bien sûr Fontenelle qui l’a récemment mise à (...)

87Les sciences n’y sont ni fort estimées, ni fort cultivées. Il s’y rencontre pourtant un assez grand nombre de physiciens ; mais ils n’osent se donner pour gens de lettres ; ils s’affichent comme commerçants, et s’appellent marchands de physique. Or de ces marchands, les uns le sont en gros, les autres en détail. Les marchands de physique en gros sont des faiseurs de systèmes. Ils partent de quelques principes simples, mais féconds, et de raisonnement en raisonnement ils vous conduisent à des connaissances qu’ils donnent pour merveilleuses. Je vous dirais à leur sujet, Illustre Amilec, qu’ils poussent extrêmement loin l’idée de la pluralité des mondes25. Ils savent que Mercure, Vénus, toutes les autres planètes et leurs satellites, sont autant de terres habitées, ou habitables. Ils savent encore que chaque étoile fixe est un soleil qui éclaire ses terres, comme le nôtre éclaire les siennes. Mais outre cela ils prétendent que chaque globule d’eau ayant, comme personne n’en doute, un mouvement de tourbillon, doit être un petit monde, au centre duquel il se trouve un fort petit soleil, qui éclaire des terres encore plus petites, placées à sa circonférence ; de manière que quand un philosophe lunaire avale un verre d’eau, il se regarde comme un animal monstrueux qui engloutit une multitude prodigieuse de soleils, de terres, de lunes, de mondes. Bien plus, ce qu’un globule d’eau, ce qu’un monde aqueux, disent-ils, est à l’égard du nôtre, le nôtre peut l’être à l’égard d’un troisième. Il se peut faire que notre soleil, nos étoiles fixes, nos tourbillons, ne fassent tous ensemble qu’une goutte de liqueur, que quelque animal énorme, et habitant d’une planète beaucoup plus immense que nous ne pouvons l’imaginer, avalera peut-être au premier jour.

  • 26 Allusion plaisante à l’œuvre de Réaumur sur les insectes et à la mode du temps d’« anatomiser ».

88Les marchands de physique en détail quittent, comme on dit, le tronc de l’arbre pour s’attacher aux branches. Ils négligent le général, et donnent toute leur attention aux particularités. Une pierre, un sel, un insecte, un rien, c’est de quoi les occuper toute leur vie. Donnez à quelqu’un d’entre eux un moucheron et un microscope, voilà mon homme à lorgner, à décrire, à faire nombre d’observations. Trois volumes seront bientôt le fruit de son travail : le premier traitera de la tête du moucheron ; le second, du tronc ; le troisième, des pattes et des ailes. Il pourra même, pour ne rien laisser à désirer au public, donner un supplément où il dissertera fort au long sur la manière de distinguer le mâle d’avec la femelle26.

89En deux mots voici l’histoire de la physique lunaire. On a commencé par raisonner, et l’on ne s’en est pas bien trouvé ; on a ensuite fait des expériences, et l’on ne s’en est pas trouvé mieux. Quelques-uns ont voulu, et raisonner, et faire des expériences en même temps ; mais ils ont été bientôt dégoûtés par la lenteur de leurs succès.

90Ces gens qui assurent que le tout est plus grand que sa partie, et que trois, moins un, égalent deux, se sont présentés aux physiciens, et leur ont dit, vous ne ferez jamais que de fausses marches, si vous ne nous prenez pour guides ; voilà un compas et des jetons, mesurez et calculez, sans quoi point de succès. On les a crus, on a bâti sur leurs fondements, on a imaginé des règles fort claires, fort exactes, fort sûres ; mais quand on est venu à en faire usage, on s’est aperçu qu’à peu près elles n’étaient applicables à rien.

  • 27 Allusion à l’épisode biblique de la tour de Babel (Genèse XI, 1-9).

91Les physiciens lunaires ont tenté une autre voie. L’ouvrage du Créateur leur paraissant trop étendu, ils l’ont divisé, comme une troupe d’héritiers divisent l’héritage qui leur est échu. Les lots faits ont été distribués entre eux ; on s’est retiré, on a travaillé. Mais quand ils se sont rassemblés, ils ont vu, avec surprise, que chacun parlait un langage particulier, et qu’on ne s’entendait pas27.

92Outre cela ils n’ont rien gagné à diviser et subdiviser l’apanage de la physique. Chaque partie, quelque rétrécie qu’elle parût, devint immense sous les yeux de celui qui s’en était chargé. La nature est l’hydre de la fable ; on lui coupe une tête, et il en renaît sept autres.

93Un autre inconvénient, c’est que tous les phénomènes imaginables sont liés et forment une chaîne qu’on ne peut partager sans la détruire. Un physicien qui n’étudie que sa partie, ne peut l’approfondir. Elle tient à tout le reste, et il ignore ces rapports. Pour faire un vrai progrès, il faut être universel.

  • 28 Voir supra « Les sciences à la Lune », dans l’introduction littéraire.
  • 29 Amphion, fils de Zeus et d’Antiope, touche les pierres par les sons mélodieux de sa lyre : elles s (...)

94Au milieu de toutes ces difficultés, la dernière résolution des physiciens lunaires a été de continuer à faire des expériences. Assemblons, ont-ils dit, des matériaux, quelqu’un viendra qui les mettra en œuvre, et bâtira le grand système de la nature28. On a donc préparé les voies à cet homme ; mais il n’a point encore paru. Cependant les fastes grossissent, les faits se multiplient, les expériences s’accumulent, l’esprit s’en étonne et s’y perd, tout est désespéré, à moins qu’il ne survienne quelque Amphion qui au son de sa lyre anime ces assemblages informes de matériaux, et construise par enchantement cet édifice tant attendu29.

  • * Et celui-ci font quatre ; car à la lecture de cette relation lunaire ou lunatique, il était déjà c (...)

95On trouve encore ici, Seigneur Amilec, des littérateurs en différents genres ; et actuellement il court par la Lune trois ouvrages* qui font beaucoup de bruit.

  • 30 Ce titre rencontre un titre réel d’Otto Van Veen, Le Théâtre moral de la vie humaine, représentée (...)

96Le premier a pour titre : Le Théâtre de la vie humaine, ou Recueil de riens30. L’ouvrage est d’un auteur badin qui décompose en riant, les choses dont les hommes ont la plus haute opinion, et les réduit à rien. À peine ce livre eut-il vu le jour, qu’il parut suspect et fut mis à l’index. On assembla les fous les plus renommés, (c’est comme qui dirait sur la Terre, les philosophes les plus célèbres.) L’ouvrage fut examiné étourdiment, et jugé de même. On enferma l’auteur, et le livre fut condamné comme pernicieux, diamétralement opposé à la saine doctrine, et totalement contraire au bien de l’humanité. La censure porte en tête ces belles maximes : Nous connaissons assez la caducité de ce qui est le mieux affermi, la petitesse des plus grands hommes, le néant de toutes choses. Ces sortes de réflexions qui naissent malgré nous dans nous-mêmes, ne nous dégoûtent que trop de la vie. Nous en fournir de nouvelles, c’est achever de nous perdre, c’est rompre les faibles liens qui nous attachent à la société, c’est avilir à nos yeux nos amis, nos femmes, nos enfants, nos concitoyens, le monde entier, c’est nous rendre insupportables à nous-mêmes. Heureux qui ne voit que le bon des choses ! Il a la douceur de s’attacher aux hommes, sans que leur méchanceté l’effraie ; il adore dans sa femme une vertu dont la fragilité ne l’inquiète point ; il jouit des biens sans que leur peu de solidité l’en dégoûte, etc.

  • 31 On peut penser, à cause du titre, au Dictionnaire universel français et latin vulgairement appelé (...)

97Le second des ouvrages lunaires qui actuellement font le plus de bruit, est le grand Dictionnaire universel, où l’on apprend à parler de tout, et à ne raisonner sur rien31 ; ouvrage très utile aux fainéants, et dont aucun demi-savant ne se peut passer.

  • 32 Il s’agit de l’Histoire naturelle, générale et particulière de Buffon (publiée de 1749 à 1767 en 1 (...)

98Le troisième est intitulé : Coup d’œil sur l’univers et tout ce qu’il contient, où l’on démontre l’imbécillité de la nature, par la bizarrerie, la défectuosité et le peu de consistance de ses ouvrages32 : par Ataman, marchand de physique en gros et en détail.

  • 33 Le Cabinet du roi, décrit par Daubenton. Buffon, en charge du jardin botanique royal, avait mis à (...)
  • 34 Des momies, dont il est question dans l’Histoire naturelle de Buffon, ou des fœtus de monstres, qu (...)

99Cet Ataman est un homme célèbre à la Lune. Il a un cabinet de curiosités naturelles où se trouvent mille choses singulières33, et entre autres, Le corps d’un homme manqué et pétrifié dès l’origine du concours des atomes34.

100Un fragment assez considérable de matière pensante.

101Une petite cage faite avec des fibres cervicales, où sont encloses une douzaine et demie d’idées innées.

  • 35 Les esprits animaux étaient des fluides que l’on imaginait se former dans le cœur et le cerveau, e (...)

102Une fiole de cristal qu’Ataman assure être pleine d’esprits animaux35. On ne les voit pas ; mais il vaut autant les croire là, que dans le cerveau et les nerfs.

  • 36 Notion leibnizienne : « substance simple, c’est-à-dire sans parties, qui entre dans les composés »(...)

103Sept pintes de monades, mesure d’Allemagne36.

  • 37 Référence ironique à la théorie de la formation des planètes par Buffon, dans les termes mêmes de (...)

104Une éclaboussure du Soleil, qui en saillit dans le temps qu’une comète vint maladroitement fondre sur cet astre37.

  • 38 Allusion aux natures plastiques de Ralph Cudworth. Pour ce dernier, « il y a une nature plastique (...)

105Cinq masques composés de natures plastiques38.

  • 39 Il s’agit bien sûr ici du paratonnerre expérimenté par Franklin dès 1750. L’expérience, rapidement (...)

106Une verge de fer très pointue, qu’on oppose aux orages, et qui préserve du tonnerre39.

  • 40 Le précieux baume désigne sans doute le baume universel des alchimistes qui doit permettre d’attei (...)

107Le précieux baume. C’est une liqueur extraordinairement subtile, quoique très fixe. On prétend qu’elle a de l’analogie avec l’âme par sa subtilité, et avec le corps par sa fixité ; et qu’elle peut, en servant de lien à l’un et à l’autre, empêcher leur désunion, c’est-à-dire, rendre l’homme immortel40.

  • 41 Référence à l’alchimie, qui se donne pour but la découverte et la fixation d’un certain ferment my (...)
  • * On ajoutera, sans doute, à cette rare collection, ces voyages manuscrits sur des ailes de mouches, (...)

108Une petite boîte très jolie et très riche, qui renferme les principes des trois règnes et la pierre philosophale41. Cette boîte n’est visible que de loin : plus on s’en approche, plus elle devient diaphane, et enfin elle disparaît entièrement, dans l’instant même qu’on se croit à portée de la saisir*.

  • 42 Les esprits élémentaires sont des esprits d’une nature très subtile qui, suivant les cabalistes, p (...)

109Un piège où l’on a surpris et arrêté des esprits élémentaires, des gaz, des archées, des âmes végétatives et sensitives42.

  • 43 Le plein est un présupposé de la théorie cartésienne des tourbillons, il s’oppose en cela au vide (...)

110Une bougie magique, au moyen de laquelle on voit clair dans tout ce qu’il y a de plus inintelligible, même dans le plein, l’attraction, les affinités des chimistes, les qualités occultes de la matière, les controverses des métaphysiciens43, etc.

  • ** Vous devinez déjà, Madame, que la graine de notre auteur y aura très bien fructifié. Lisez encore (...)

111Je n’en finirais pas, si j’entreprenais de détailler toutes les raretés qui se trouvent dans le cabinet d’Ataman. J’en reviens à ce qui concerne ma mission. J’ai été longtemps, Illustre Amilec, à me résoudre sur un point, savoir, si je m’emploierais à augmenter le nombre des habitants d’un pays aussi peuplé que celui-ci. Tout bien réfléchi, je résolus de montrer à ces têtes légères des hommes de poids et de toute autre espèce que la leur. Dans cette idée, me voilà à répandre de côté et d’autre des germes de différente nature. Plusieurs siècles se sont écoulés dans ce travail, et j’ai remarqué qu’en général la graine de femmes prend dans ce pays-ci tout au mieux. La graine d’hommes n’y fait pas si bien à beaucoup près ; cependant celle de la plupart des poètes s’y soutient**. Pour ma graine de sages, autant valait-il la jeter au feu, il ne m’est pas venu un seul homme qui pense ; en sorte que les choses sont à peu près aujourd’hui sur le même pied où elles étaient, quand je suis arrivé.

112Par tout ce que je viens de vous dire, Illustre Amilec, vous voyez que ma présence n’est pas fort nécessaire à la Lune. Dès qu’il vous plaira me donner vos ordres, je me rendrai auprès de vous ; et je remettrai au magasin le peu de graines qui me reste, et que je n’ose plus confier à un terroir aussi ingrat. Je suis avec un entier dévouement,

113ILLUSTRE AMILEC,

114Votre très zélé

115Lieutenant

116Zamar.

117À la pointe gauche du premier quartier de la lune de Mars, l’an cinq cent un de ma transmigration dans les terres lunairesc.

118Pendant qu’on lisait la lettre de Zamar, j’avais remarqué que le courrier lunaired me fixait de temps en temps avec une attention qui à la fin m’inquiéta. La lettre lue, il se tourna du côté des génies qui étaient à côté de lui : Quel est cet homme, leur dit-il, que jee retrouve parmi vous, et que j’ai vu il n’y a pas longtemps à la Lune ? C’est un habitant de la Terre, lui répondit-on, et vous ne l’avez assurément point vu là-haut. J’entends, repartit le courrier, apparemment qu’il est du nombre de ces gens dont la graine légère s’élève et va se développer à la Lune. J’y ai connu un de ses enfants qui lui ressemble si fort, qu’en voyant le père, j’ai cru voir le fils.

119Jusqu’alors j’avais ignoré quelle espèce de graine je fournissais, Amilec ne m’en avait rien dit ; je l’appris en ce moment, et je fus humilié. Mais j’apprenais en même temps que j’avais un fils, cela me toucha, et la tendresse paternelle l’emportant sur l’amour propre, je m’approchai du génie lunaire. Seigneur courrier, lui dis-je, de grâce dites-moi quelques nouvelles de cet enfant dont vous assurez que je suis le père. Quel est son âge ? Quelles sont ses occupations ? Quelle est sa fortune ?

  • * Si cela est, il ne se fera pas imprimer.

120Il est à la fleur de l’âge des Lunaires, répondit-il, mais il en jouit peu : il s’est toujours appliqué à l’étude de la nature, et il commence à en savoir assez pour être convaincu qu’il ne sait rien : la fortune ne lui est pas favorable ; mais il est assez étourdi pour ne pas s’en mettre beaucoup en peine. En vérité, repris-je, voilà un fils qui ressemble bien à son père. Le pauvre enfant ! Je souhaiterais pourtant bien, seigneur courrier, que son étourderie fût au moins quelquefois tempérée par un grain de prudence*.

121De la prudence, répliqua-t-il, de la prudence... Le courrier de Zamar riait si fort, qu’il ne pouvait s’expliquer. Voilà, disais-je en moi-même, un génie dont la tête a, sans doute, un peu souffert à la Lune ; il faut que la folie soit bien contagieuse dans ce pays-là. Enfin, après avoir ri tout à son aise, il reprit : À quoi bon de la prudence à la Lune ? crois-tu qu’en réglant la conduite de ton fils, elle le mènerait fort loin parmi les Lunaires ? tu te trompes. La prudence porte sur cette supposition, que les hommes se comportent suivant les règles du bon sens. Un esprit prudent et clairvoyant combine ces règles avec les différentes circonstances des choses, examine quelle doit être la détermination des hommes, prévoit les événements, et se met en état d’en profiter. À la Lune on se conduit le plus irrégulièrement du monde, le bon sens n’y a aucun lieu, on aurait beau méditer, on ne prévoirait rien. Voilà pourquoi la prudence serait inutile à la Lune, et l’est si souvent sur la Terre. Puisque la sagesse n’est bonne à rien, repris-je, que mon fils soit fou comme les autres ; mais puisse son genre de folie le rendre heureux.

  • * Pour amuser celui à qui il montrait tant de jolies choses, il n’avait qu’à entrelacer son discours (...)

122Tandis que je m’entretenais avec le courrier de Zamar, Amilec s’était retiré un peu à l’écart, apparemment pour réfléchir sur ce qu’il avait à faire. Il ne tarda pas à prendre son parti : il donna ses ordres pour le retour de son lieutenant. Ensuite il entama des réflexions physiques sur l’idée de Zamar au sujet de la manière dont la Lune s’était peuplée : il y ajouta des réflexions morales sur le génie, les maximes, les mœurs des hommes lunaires, et des observations politiques sur le mauvais gouvernement qui devait se trouver dans un pareil pays. Je l’écoutai, je m’ennuyai, je bâillai*.

123Si la Lune est si mal pourvue en habitants, dis-je, dans le dessein de détourner la conversation, en récompense Mars sera habité par des hommes uniques. Vous y porterez des graines cueillies avec tant de discernement, épluchées avec tant d’attention, conservées avec tant de soin, en un mot des graines d’une si bonne nature, que je ne doute nullement que la fable du siècle d’or ne se réalise dans cette planète.

  • 44 Amilec reprend le topos très ancien de l’opposition entre la ville, lieu de corruption des mœurs ( (...)

124On le dirait, reprit Amilec ; mais des meilleures souches il sort souvent de mauvais rejetons. Tu ne peux croire, par exemple, combien la graine de femmes est sujette à dégénérer et à faire dégénérer celle d’hommes. Je fis cette remarque dans Vénus. Dès lors je donnai les ordres les plus exprès à ce qu’il ne me fût apporté de graine féminine, que celle qui aurait été recueillie sur les femmes les plus vertueuses. Pour plus grande sûreté, je recommandai à ceux de mes officiers que je destinais à cette partie de ma moisson, d’en recueillir peu dans les grandes villes, et de s’occuper rarement autour des femmes de qualité ; mais de se répandre dans les campagnes, et de moissonner parmi les femmes d’un état médiocre44. Mes ordres furent exécutés de point en point ; de manière que quand je passai sur la Terre, j’étais pourvu de la meilleure graine de femmes qui fût au monde. Tu vois le peu de succès qu’ont eu mes soins. J’ai semé de la tendresse, et il m’est venu de la galanterie ; j’ai semé de la constance, et il m’est venu de l’opiniâtreté ; j’ai semé de l’économie, et il m’est venu de l’avarice ; j’ai semé du bon sens, et il m’est venu de l’esprit, souvent quelque chose de pire. Il ne faut compter sur rien, encore moins sur la graine humaine, que sur toute autre chose. Actuellement que je te parle, j’ai du philosophe parfait, du métaphysicien admirable, du théologien à l’épreuve, de l’orateur assez pour peupler des régions entières ; je sèmerai tout cela, et il ne me viendra peut-être que des gens à systèmes, des esprits forts, des sectaires et de beaux ‘diseurs. On dirait que la nature s’épuise : s’il sort encore quelque grand homme de ses mains, c’est une fleur que le hasard fait naître, malgré la rigueur des hivers.

125Il en sera des habitants de Mars, comme de ceux de la Terre ; il s’y trouvera du mauvais en abondance, du passable en assez petite quantité, du bon presque point. D’ailleurs ne te persuade pas que les graines que nous y devons porter, soient d’une telle nature qu’on n’ait rien à y désirer. Les personnes sur lesquelles on les a cueillies, pouvaient, pour une bonne qualité, en avoir trois ou quatre mauvaises. Je vais t’en donner une preuve sensible.

  • * Vous aimez la musique, Madame, en voici. Notre Pythagore moderne va vous expliquer d’une façon tou (...)
  • 45 Pythagore a innové en matière de théorie musicale en mesurant la valeur des consonances d’après le (...)

126Un génie qui par le discours d’Amilec prévoyait ce qu’il avait intention de faire, ouvrit une caisse qui était sous la grande table du magasin, en tira une basse de viole*45, la mit d’accord, et la présenta au grand-maître. Ensuite il plaça sur la table plusieurs boîtes remplies de germes, et dont il avait ôté le couvercle.

  • 46 Amilec explique ici au narrateur qu’il existe une analogie entre les passions (tant vices que vert (...)

127Cet instrument, reprit Amilec, est monté sur le ton des passions, chaque ton répond à chaque passion ; de manière que si quelque principe de passion met un germe à l’unisson d’un de ces tons, ce germe, par une nécessité physique, trémoussera quand ce ton se fera entendre46.

128Voici, continua-t-il, en pinçant une corde, le ton de l’avarice. À peine un son obscur eut-il frappé mes oreilles, que je vis trémousser des graines que je n’aurais jamais cru à cet unisson ; c’était les germes de gens qui par leur état semblaient avoir renoncé à toutes les choses de la Terre.

129Voici, continua encore Amilec, le ton de la jalousie. Le son en était encore plus bas et plus obscur que le précédent ; et en même temps, le dirai-je, je vis trémousser la plus grande partie des graines de gens de lettres.

130Un troisième ton se fit entendre, c’était celui de l’orgueil. Beaucoup de graines du nombre de celles qui étaient dans les boîtes se trémoussèrent ; mais ce qui m’amusa le plus, ce fut les sauts merveilleux que je vis faire à quelques autres mises au rebut, et qui se trouvèrent dans les balayures au coin du magasin : je reconnus en même temps que c’était de ces germes blancs, noirs et bigarrés, dont j’ai déjà parlé.

131Enfin, Amilec parcourut deux octaves et demie, tant en vices qu’en vertus ; il n’y eut pas une graine qui n’entrât au jeu ; et si chacune sautait une fois pour quelque vertu, elle sautait trois fois pour certains vices.

  • 47 « Sorte de danse vive et légère, qui a ses figures propres, et où plusieurs personnes dansent ense (...)
  • * Qu’en dites-vous, Madame, tout cela n’est-il pas merveilleusement imaginé ? Patience. Le bal a com (...)
  • 48 Jeu sur le sens général du mot (mouvement) et son sens technique : « espèce de danse de plusieurs (...)

132Je joue un peu de la basse de viole, dis-je à Amilec, voulez vous bien me permettre de faire trémousser en mesure tous ces petits sauteurs ? Amilec y consentit, je pris l’instrument, je jouai une contredanse47. La basse était toujours montée sur le ton des passions ; de manière que suivant que je parcourais les différents tons de l’air que je jouais, différentes graines entraient en danse et bondissaient, chaque classe à son tour, le tout en mesure et sans confusion. Ainsi je donnai le bal aux habitants futurs de Mars. Rois et bergers, philosophes et ignorants, grands et petits, tout dansait, tout voltigeait, c’était une merveille*48.

  • ** Où M. Amilec a-t-il pris tant d’esprit ?

133Ce spectacle me réjouissait infiniment ; et je ne puis vous dire avec quel plaisir je voyais que d’un coup d’archet, je mettais en branle des nations entières. Cependant Amilec qui voyait tout cela comme moi, voyait encore quelque chose de plus. Tu as sous les yeux, me dit-il, une image de la société humaine. L’harmonie de l’air que tu joues, se soutient par les rapports des tons qui le composent : de même la société qui est représentée par la danse méthodique des graines, se soutient par les différentes passions qui agitent les hommes**.

134Las de faire danser les germes humains, je remis la basse de viole entre les mains d’un génie qui était à côté de moi ; on ferma les boîtes, on les remit à leur place.

  • * Je m’imagine voir un de nos petits-maîtres faire deux ou trois tours de café en pirouettant, regar (...)

135Je me levai, je fis un tour dans le magasin, et jetant les yeux de côté et d’autre, je considérais les provisions du grand-maître de la manufacture des hommes*.

  • 49 Les cinq éditions ont adopté la graphie « Microscôme », contraction étonnante de microscope et de (...)

136Voilà donc, disais-je en moi-même, le résultat de toutes les générations qui nous ont précédé, voilà le principe de tous les peuples destinés à habiter les nouveaux mondes. Précieux dépôt de la nature, j’ai l’avantage de vous contempler. Le voile est déchiré, j’ai remonté à la source des êtres, et je les vois dans leur essence. Générations passées, que vous vous êtes terminées à peu de chose ! Races futures, que vous tirerez votre origine d’un principe léger ! Microcosme49, abrégé des merveilles de l’univers, ô homme, que tu es petit à mes yeux ! Un germe échappé du néant entre des millions d’autres qui y retombent, se développe, et tu prends naissance. Qu’il s’en est peu fallu que tu n’aies jamais existé ! Mais à peine as-tu paru sur la surface de la Terre, que tu en es effacé. Naître par hasard, souffrir par état, mourir par nécessité, voilà la carrière brillante que le plus superbe des êtres doit parcourir.

  • ** C’était dommage.

137Amilec interrompit mes réflexions**. Sortons, me dit-il, allons nous asseoir sur ce nuage qui semble former un canapé du côté du nord ; là nous prendrons le frais, et je te ferai part des éclaircissements qui me restent à te donner sur la nature des germes humains et sur la manière dont ils se multiplient. Amilec sortit, je le suivis, nous allâmes du côté du nord, nous nous assîmes sur le nuage ; jamais je ne fus plus à mon aise. Je gardais un profond silence : Amilec après s’être un peu recueilli, jeta les yeux sur moi : « On va assez souvent, me dit-il, chercher fort loin, ce qui est fort près, et plus que personne, le philosophe tombe dans cet inconvénient. Pour l’ordinaire la vérité est sous ses yeux, il n’aurait qu’à se baisser et la saisir. Mais l’imaginerait-il là ? Non, sans doute, il la croit bien plus éloignée, son génie actif s’élève et sa philosophie s’égare.

138Combien d’écarts de cette espèce n’a-t-on pas fait au sujet du système de la propagation ? Que d’opinions, que d’écrits, que d’erreurs entassées les unes sur les autres ! Rien n’est pourtant plus simple que la marche de la nature dans la régénération des êtres vivants : je vais en un moment t’en donner l’idée la plus claire.

  • * Vous allez lire, Madame, ce qu’il y a peut-être de plus ingénieux dans cette sémillante rapsodie ; (...)
  • 50 Le mot rapsodie ne se prend au XVIIIe siècle que dans le sens péjoratif d’ouvrage en vers ou en pr (...)
  • 51 Allusion au moule intérieur auquel Buffon recourt pour proposer son explication du phénomène de la (...)

139Figure-toi*50 d’abord une espèce de cylindre creux, un très petit tuyau dont la partie supérieure est latéralement percée en quelques endroits. Imagine que ce cylindre est un moule51 dans lequel il s’en forme successivement plusieurs autres de la même figure et percés de la même manière. Imagine de plus que chacun de ceux-ci enfile chaque ouverture latérale du moule, et y demeure attaché par son extrémité inférieure. Imagine enfin qu’ils deviennent eux-mêmes autant de moules, où il se forme de nouveaux cylindres qui se glissent à l’ordinaire par les ouvertures latérales, et s’y fixent. Tu vois déjà que le premier cylindre doit être en quelque sorte aux seconds, comme le tronc d’un arbre est aux branches, et que les seconds sont aux troisièmes, comme les branches sont aux rameaux.

  • 52 « Se dit d’une roue dont les dents entrent dans celles d’une autre roue, en sorte que l’une fait t (...)

140Supposons encore que de nouveaux cylindres continuent de se mouler, de s’engrener52 les uns dans les autres, et de se fixer au moyen d’une petite éminence qui, se trouvant à la partie inférieure de chaque cylindre, s’engage dans une échancrure pratiquée à certain point de la circonférence de chaque ouverture latérale. Suis aussi loin qu’il te sera possible, la formation, le développement, l’arrangement successif et continuel de ces cylindres : que penses-tu qu’il doive arriver dans le progrès ?

141De deux choses l’une, répondis-je, ou les cylindres en sortant les uns des autres, s’ajusteront entre eux de manière que dans la progression ils ne se forment jamais d’obstacles, et pour lors l’accroissement continuera toujours de se faire et n’aura point de bornes ; ou bien ces mêmes cylindres se rencontreront et se formeront des obstacles mutuels ; pour lors leur jeu et l’accroissement finiront, quand la résistance sera égale à la force qui les pousse et les emboîte les uns dans les autres ; et de ces cylindres ainsi embarrassés et arrêtés dans leur progression, il résultera des masses de différentes formes, suivant les différentes manières dont ils se seront rencontrés. Mais de grâce, seigneur Amilec, où en voulez-vous venir avec ces moules cylindriques ?

142Le voici, reprit-il ; les germes des plantes, des arbres, des animaux, des hommes même, ne sont ou n’ont d’abord été chacun autre chose qu’un petit cylindre tel que ceux dont je viens de te parler. Les philosophes les ont vus ; mais ils n’ont reconnu ni leur configuration, ni la manière dont ils se développent quand le principe de la fécondation vient à s’y appliquer. Tu as déjà une idée de l’une et de l’autre.

  • 53 Les rudiments de plantes et d'animaux renvoient à la théorie préformationniste de la génération. L (...)
  • 54 Les tubules végétables sont une création (romanesque) de Tiphaigne. Il s’agit de petits tubes qui (...)

143Tantôt on a pris ces cylindres pour des rudiments de plantes et d’animaux, tantôt pour des vers, tout récemment on les a pris pour des molécules organiques53. Mais au vrai ce ne sont que des tubules végétables54, et c’est le seul nom que je leur donnerai dans la suite, soit que nous les considérions dans les plantes, soit que nous les considérions dans les animaux.

144Les tubules végétables diffèrent principalement par leur figure, par le nombre des ouvertures latérales, par les distances proportionnelles qui se trouvent entre ces ouvertures. Cette figure, ces ouvertures, ces distances proportionnelles sont tellement disposées dans les tubules des plantes, qu’il ne s’offre nulle part aucun obstacle capable d’empêcher le développement et l’accroissement continuel. S’il ne survenait point de corruption interne, un germe placé sur un point quelconque de votre globe, pourrait se développer, s’élever, s’étendre, et enfin former un arbre capable de mettre à l’ombre la moitié de la Terre. Mais cela n’arrive point, parce que tandis que de nouveaux tubules se forment et s’arrangent, les tubules primitifs vieillissent, se gâtent, se corrompent, le transport des liqueurs est intercepté, l’arbre périt. À peine a-t-il eu le temps de pousser languissamment quelques rameaux.

145Si l’on séparait les nouveaux produits de la végétation, des anciens, et qu’on fournît à ceux-là un suc convenable, l’accroissement continuerait et fournirait de nouveaux arbres, qui eux-mêmes et de la même manière, pourraient en produire une multitude d’autres, et ainsi à l’infini. C’est ce qui arrive dans les greffes, les entes, les boutures, etc.

146Il n’en est pas ainsi des tubules végétables des animaux. Leur figure, les ouvertures latérales, les distances proportionnelles sont tellement disposées, que dans le progrès du développement, les produits se forment des obstacles mutuels, qui augmentant de plus en plus, mettent enfin des bornes à l'accroissement. Une preuve de cela, c’est que si ces obstacles cessent dans quelque partie, (comme il arrive dans les plaies) le jeu des tubules se rétablit, l’accroissement se renouvelle, les chairs se régénèrent ; et tout cela se termine, quand la plaie se dessèche, c’est-à-dire, quand les tubules se rapprochent, et s’opposent à leur progrès réciproques.

  • 55 En 1744, Abraham Trembley avait découvert la régénération chez l’hydre d’eau douce (qui se reconst (...)

147Mais si l’on coupe un membre entier, une main, par exemple, à un homme, il renaîtra de nouvelles chairs ; mais il ne renaîtra pas une nouvelle main. Cela vient de ce que les tubules végétables, sans soutien, tombent les uns sur les autres, et par là se formant des obstacles irréguliers, donneront lieu à la génération d’une masse charnue pareillement irrégulière et informe. Si, au contraire, ces tubules se soutenaient par quelque cause que ce fût, et gardaient dans leur progression un ordre régulier, la partie se régénérerait en entier, par les mêmes causes et de la même manière qu’elle s’était engendrée dans la première conformation : c’est ce qui arrive dans beaucoup d’animaux. Qu’on prive, par exemple, une écrevisse de l’une de ses pattes, il ne tardera pas à en reparaître une autre. La coquille dont cet animal est revêtu, maintient l’ordre dans les tubules végétables, et empêche leur affaissement55.

  • 56 C’est l’expérience de Trembley déjà citée sur les polypes ou hydres d’eau douce : il récolte de pe (...)

148Bien plus, si dans pareille circonstance la partie tronquée (la patte d’écrevisse, par exemple) conservait le principe de vie, elle se fournirait à elle-même, et par la même raison tout ce qui lui manquerait pour faire un animal complet. La régénération des polypes découpés, est une preuve manifeste de ce que j’avance56.

149Je vous entends, repris-je ; on m’assurait il y a quelques jours, que dans le polype, le cerveau et le cœur s’étendent tout le long du corps de cet animal. Si l’on coupe le polype en deux, chaque portion ayant partie du cœur et du cerveau, conserve le principe de vie. L’eau soutient les tubules végétables dans un ordre régulier ; chacune de ces portions doit donc se compléter ; le polype se régénère, au lieu d’un on en a deux.

150Quoique les tubules végétables des plantes, poursuivit Amilec, ne se fassent jamais d’obstacles capables d’arrêter le progrès de la végétation et de l’accroissement, ils s’en forment pourtant d’assez considérables pour s’obliger les uns les autres à s’étendre à droite ou à gauche, à s’avancer en haut ou en bas, en un mot à s’arranger de telle façon qu’il en résulte certaine forme dans la plante et chacune de ses parties. La même chose arrive dans les tubules végétables des animaux ; mais les obstacles vont plus loin, ils vont jusqu’à mettre des bornes à l’accroissement.

151La figure des tubules végétables, le nombre et la situation de leurs ouvertures latérales font varier les obstacles ; les obstacles font varier les formes ; quelle source de variétés ! Suivons-les de degré en degré, commençons par les principales, et déduisons nos idées avec le plus de méthode qu’il sera possible.

152Premièrement, les tubules végétables se ressemblent assez pour produire chacun un être vivant ; mais ils different assez pour produire, les uns des plantes, les autres des animaux.

153Secondement, les tubules dont chacun doit donner l’être à un végétal, se ressemblent assez pour produire tous des plantes ; mais ils different assez pour produire, les uns des plantes de telle famille, les autres des plantes de telle autre.

154Troisièmement, les tubules dont chacun doit donner l’être à un animal, se ressemblent assez pour produire tous des animaux ; mais ils different assez pour produire, les uns des animaux de telle espèce, les autres des animaux de telle autre.

155Enfin, parmi les tubules des animaux, ceux qui fournissent la même espèce, pourront encore différer assez pour causer de légères variations dans leurs produits. De là dans les hommes, par exemple, la diversité des tailles, des traits, des physionomies, des tempéraments, des inclinations, etc.

156C’est apparemment, repris-je, de quelque autre légère différence qui se trouve encore entre les tubules végétables de chaque espèce d’animal, que vient la différence des genres et des sexes.

  • * En peu de mots, Madame, les cylindres ou tubules, sont des tuyaux creux, ajustés comme des tuyaux (...)

157Sans doute, repartit Amilec ; et tu remarqueras à cet égard que l’individu mâle fournit seul des tubules ou des germes mâles, et que l’individu femelle fournit seul les tubules femelles. Mais ni les uns ni les autres de ces germes ne se développeront jamais, que la communication des deux genres, de quelque nature qu’elle soit, n’ait précédé*. La raison en est claire ; mais pour te l’offrir dans un plus grand jour, je reprendrai les choses de plus loin... »

158Amilec fut interrompu par trois ou quatre génies qui étaient venus vers lui avec beaucoup d’empressement. Seigneur, dit l’un d’entre eux, Ismel le moissonneur royal vient d’arriver au magasin ; il est pourvu de tout ce qui est nécessaire pour l’élection des rois, et il nous a envoyé vers vous pour apprendre quel jour il vous plaira qu’on fasse l’épreuve de la graine de souverain. Dès aujourd’hui, répondit Amilec : voyez-vous ces nuages qui s’avancent du côté de l’orient ? Qu’on fixe leur mouvement, et qu’on les prépare à l’ordinaire, je m’y rendrai dans un moment : partez. Je suis charmé, continua-t-il, en m’adressant la parole, qu’il se présente une occasion aussi favorable de te faire voir ce qui se passe de plus curieux et de plus intéressant, mais en même temps de plus long et de plus pénible dans la récolte des graines d’hommes ; c’est l’élection des rois et l’épreuve où nous mettons la graine de souverain.

  • * Il vous semble, sans doute, des gens occupés à préparer la salle du bal, dont notre auteur a fait (...)

159Les génies qu’Amilec venait de congédier, ne tardèrent pas à porter ses ordres. Bientôt tous ceux qui se trouvèrent dans le magasin, se rendirent aux nuages, arrêtèrent leurs cours et mirent la main à l’œuvre. La distance était grande, je ne pouvais discerner ce qui se passait ; mais je n’ai jamais vu travailler avec tant d’activité. Les uns roulaient à force de bras des amas de nuages qui me paraissaient aussi gros que de petites collines. Les autres paraissaient s’employer à les aplanir*. J’en voyais sortir tout à coup du sein d’une nuée entrouverte, et s’y replonger aussitôt. Quelques-uns allaient et venaient de côté et d’autre, avec une célérité que je ne puis vous exprimer ; tout était en mouvement.

160Et comme la nouvelle s’était répandue qu’on allait procéder à l’élection des rois, il arrivait par pelotons de toutes les parties du monde, une quantité prodigieuse de génies que leurs fonctions y appelaient, ou que la curiosité attirait. Les abeilles ne viennent pas en si grand nombre se réfugier dans leurs ruches, quand le soleil obscurci leur annonce une pluie prochaine.

161Cependant Amilec avait repris le fil de son discours. « Dans le progrès de la végétation, disait-il, il se trouve des tubules, qui se détachent des autres, et sont entraînés par le courant des humeurs qui circulent dans tous les corps organisés. Là, par des pressions réitérées, par des frottements successifs, par des lavages continuels, ils sont amincis, assouplis, perfectionnés, et ensuite déposés dans des réservoirs particuliers, pour donner l’être à de nouveaux germes, et pour servir un jour à de nouvelles végétations.

  • 57 Allusion à la génération spontanée, développée par J. T. Needham. Les arguments expérimentaux sont (...)

162Il ne faut donc pas t’étonner si les observateurs ont aperçu des corpuscules mouvants, dans un grand nombre de matières différentes. Ils en ont remarqué dans des infusions de plantes, de feuilles, de fleurs, de semences, aussi bien que dans celles des matières animales ; c’est que ces différents corps sont composés de tubules dont une partie a passé dans la liqueur de l’infusion57. Ils en ont vu dans l’humeur séminale des femelles, aussi bien que dans celle des mâles ; la femelle fournit des tubules de son genre, comme le mâle en fournit du sien. Ils en ont trouvé dans le chyle, aussi bien que dans la semence ; le chyle n’est autre chose qu’un débris de végétaux et d’animaux. Ils en ont découvert qui ressemblaient à des filaments arrangés en forme de ramifications ; il s’était détaché du végétal ou de l’animal, des branches entières de tubules encore emboîtés les uns dans les autres. Ils ont observé que ces rameaux fournissaient dans la suite une multitude de petits corps mouvants ; ces branches se décomposaient, et les tubules se séparaient et s’éparpillaient sous leurs yeux. Peut-on avoir vu tout cela, et n’avoir pas reconnu les tubules végétables ?

  • 58 La matière propre à se jeter en moule est constituée pour Buffon de molécules organiques vivantes.
  • 59 Levain prolifique est ici à prendre au sens de substance propre à exciter la fermentation dans un (...)

163Mais il ne suffit pas d’un tubule pour opérer une végétation, il faut une matière propre à se jeter en moule58 et à en former de nouveaux. Les plantes reçoivent cette matière de la terre, et les sucs qu’elle leur fournit étant par eux-mêmes trop grossiers, il faut qu’ils soient préparés par une espèce de fermentation qu’il ne faut pas confondre avec celles des chimistes. Ils la subissent à l’approche d’un certain levain prolifique59 contenu dans les tubules végétables.

164Beaucoup de raisons prouvent l’existence de ces levains, une seule peut en convaincre. Les saveurs, les odeurs, les émanations, les principes qu’on retire des plantes qui ont été cultivées dans le même terroir, annoncent par leurs différences, qu’il s’est fait dans chaque espèce de végétal, une élaboration particulière, qui a diversifié les sucs qui ont été pompés ; et l’on ne conçoit pas que cette élaboration ait pu se faire autrement qu’au moyen d’un principe, d’un ferment, d’un levain particulier à chaque plante, et qui varie comme les plantes mêmes.

165Considérons ce ferment dans une plante quelconque. Le germe en a d’abord été pourvu ; mais dans le progrès de la végétation, à force de s’étendre dans la sève et dans la plante, il change de nature et varie par nuances, à mesure que la quantité des sucs augmente, et que les tubules se multiplient. De là vient que l’élaboration varie aussi dans les différentes parties de la plante qui fournissent chacune des saveurs, des odeurs, des principes particuliers.

166Par là il est aisé de concevoir que le levain prolifique du germe s’altérant de tubule en tubule, n’est plus reconnaissable dans ceux qui à la suite d’une longue progression et d’une végétation complète, se détachent des autres, pour former de nouveaux germes. Cependant il est nécessaire qu’il s’y en trouve un précisément de la même nature, sans quoi leurs futures productions ne pourraient être exactement semblables à la plante mère.

  • * Vous attendiez, sans doute, avec impatience l’explication de la cause qui fait mouvoir les tubules (...)

167Ainsi, tandis que d’un côté la nature prépare les tubules qui doivent devenir germes, il faut que d’un autre côté elle prépare un levain prolifique nouveau*. C’est ce qu’elle fait par le moyen de la chaleur, du mouvement intestin, de la filtration de certaines liqueurs, de leurs séjours dans certains organes. C’est ainsi que dans le rudiment de chaque bourgeon, il se trouve toujours un couloir particulier qui fournit le principe végétatif au germe qui s’y développe, et donne naissance à la nouvelle plante ou au rejeton. Mais il n’est ici question que du levain dont les graines doivent être pourvues.

  • 60 La matrice désigne donc ici, de manière générique, tout lieu favorable à la fécondation.

168Les tubules végétables étant suffisamment travaillés, le ferment étant tout préparé, il ne reste plus qu’à unir l’un à l’autre, et c’est ce qui se passe dans la fécondation : mais il faut un lieu favorable, et ce lieu, de quelque nature qu’il soit, nous le nommerons en général matrice60. Tubule, levain, matrice, trois choses nécessaires au grand œuvre de la propagation.

  • 61 Dans le cas de la tulipe, la « colonne » qui s’élève au milieu de la fleur est le pistil (organe f (...)
  • 62 Le melon fait partie de la famille des cucurbitacées qui sont des plantes monoïques, c’est-à-dire (...)
  • 63 Le chanvre est une plante dioïque, c’est-à-dire dont les fleurs mâles et les fleurs femelles sont (...)

169La nature se joue, à son ordinaire, dans leur distribution. Tantôt elle les rapproche comme dans la tulipe. La colonne qui s’élève au milieu de cette fleur, contient, et les tubules, et les matrices ; les filets dont cette colonne est entourée, sont les filtres qui ont préparé le levain prolifique. Quand le temps est venu, les filets dispersent leur levain sous la forme d’une poussière, le principe végétatif s’insère dans la colonne, les tubules en sont pénétrés, la fécondation se consomme61. Quelquefois la nature a placé sur le même individu, mais sur différentes fleurs, les instruments de la fructification, comme dans le melon et sa famille62 ; d’autrefois elle les a placés sur différents individus, comme dans le chanvre ; pour lors il y a plante mâle et plante femelle63.

  • 64 Amilec semble ici assimiler la parthénogenèse du puceron à la régénération du polype, alors que le (...)
  • 65 Le limaçon fait partie du genre helix. Il est hermaphrodite mais il ne peut pas s’autoféconder, de (...)

170Tout ce que nous venons de dire des végétaux, doit pareillement s’entendre des animaux. Pour que leur génération s’opère, il faut des tubules, des levains, des matrices ; et toutes ces choses sont distribuées dans le règne animal, avec autant de variété que dans le végétal. Tantôt cet appareil se trouve dans le même individu, et l’arrangement est tel que le jeu de la fécondation peut avoir lieu : pour lors cet animal a l’avantage de se reproduire lui seul, tel est le polype, peut-être le puceron et sa famille64. Tantôt ces instruments se trouvent sur le même individu, mais hors de portée d’agir les uns sur les autres ; il faut à cet animal une communication avec un autre tout semblable à lui ; chacun d’eux donne et reçoit, féconde et est fécondé ; tel est le limaçon65. Ces sortes d’animaux et les précédents n’ont point de sexe ; ils ne sont ni mâles ni femelles, ou plutôt ils sont l’un et l’autre.

171Pour l’ordinaire la nature a transposé les matériaux de la génération, et cela arrive dans toutes les espèces qui ont deux sexes. Le mâle fournit des tubules mâles ; mais le levain qui doit les féconder, ne se trouve que dans la femelle. Réciproquement la femelle fournit les tubules femelles ; mais le levain qui doit les vivifier, est contenu dans le mâle. Pour la matrice, de quelque nature qu’elle soit, elle ne se trouve jamais que dans la femelle. De là vient que la fécondation ne peut avoir lieu, que par l’approche des deux sexes, et que la femelle reste toujours dépositaire des germes.

172Tu vois par là qu’un homme n’est père de sa fille, qu’en tant qu’il lui a communiqué le principe du mouvement végétatif. Une femme n’est mère de son fils, qu’en tant qu’elle lui a transféré le même principe. Mais un fils est une vraie production de son père, une fille est une vraie production de sa mère, comme une branche d’arbre est une vraie production du tronc.

173Tes yeux sont-ils ouverts, continua Amilec, reconnais-tu la nature ? Admires-tu cette noble simplicité, cette variété sans bornes, ces richesses immenses ?

174Est-il un appareil plus simple et qui annonce moins que celui des tubules végétables ? En est-il un dont il résulte de plus grandes choses ? Ils se moulent, s’avancent, se rencontrent, s’arrêtent, la main de la nature les guide, et il en procède ces vaisseaux distribués avec une si belle économie, ces viscères fabriqués avec tant d’intelligence, ces muscles dont le jeu étonne le médecin, et échappe à sa pénétration. Ce sont eux qui s’arrangeant sur un plan fortement dessiné, donnent la majesté à l’homme, et qui se prêtant et se pliant avec douceur, forment les grâces et la beauté de la femme. Le bon leur doit sa force, le cerf sa légèreté, et ils composent également les anneaux de l’insecte qui rampe sur la terre, et l’aile du moucheron qui s’élève dans l’air.

175Qui pourrait suivre leurs différences nuancées presque imperceptiblement, et les variations qu’elles opèrent dans les êtres vivants, à les prendre depuis le ciron jusqu’à l’éléphant, depuis la mousse la plus humble jusqu’au chêne le plus élevé ?

176Qui osera nombrer ces instruments de la propagation, et porter le calcul sur les trésors de la nature ? Une plante, un arbre, un animal, un homme n’est autre chose qu’un amas immense de tubules, dont chacun peut reproduire un végétal ou un animal complet. Ô simplicité ! ô variété ! ô richesses de la nature ! ô sagesse éternelle du Créateur ! »

  • * Monsieur l’esprit follet, vous n’avez comme Ixion, embrassé que du vent, et vous n’en savez pas pl (...)
  • 66 Ixion, accueilli sur l’Olympe par Zeus et ébloui par les charmes d’Héra, a l’insolence de déclarer (...)

177Je finis, ce petit éclaircissement doit te suffire. J’ai tiré la vérité du nuage*66 qui l’enveloppait, je l’ai exposée à gtes yeux, tu peux la contempler à ton aise. Médite, examine, approfondis ; s’il te survient quelque doute, tu m’en feras part, et je l’éclaircirai. Allons ; tout doit être prêt pour l’élection des rois, sans doute on ne fait que nous attendre.

178Nous partîmes, et nous arrivâmes bientôt. Les génies avaient construit avec les nuages qui leur avaient été assignés, une espèce d’amphithéâtre. L’aire en était fort unie, fort vaste et de figure circulaire. Tout autour elle se terminait par de grosses nues qui formaient comme une chaîne de collines. Sur ces collines on avait distribué par groupes de côté et d’autre, une multitude innombrable de génies de toute espèce. Jamais coup d’œil ne fut plus beau ; je crus voir les cieux ouverts et tous les dieux de l’antiquité rassemblés.

179Sur le penchant de l’une des collines, j’aperçus quinze ou vingt grands sacs qu’on me dit être pleins de graine de peuple. Auprès de chacun des sacs était un génie, et le moissonneur royal paraissait au milieu d’eux, tenant en main une boîte d’or enrichie de diamants, et qui était de la grandeur d’une assez petite tabatière.

180À quelques pas de là on avait préparé pour Amilec un fauteuil élevé sur trois gradins, auprès duquel était un tabouret. Le tout était composé de vapeurs fines rapprochées et condensées avec beaucoup d’art. Le grand-maître de la manufacture des hommes prit séance, et me fit signe de me placer à côté de lui sur le tabouret.

181En même temps Ismel vint à Amilec, et lui présenta la boîte qu’il avait entre les mains. Amilec la prit et l’ouvrit : je vis leurs altesses, leurs hautesses, leurs majestés, toutes les grandeurs du monde réunies et rétrécies au point de ne pouvoir remplir tout à fait une très petite tabatière. Cependant (il faut que je sois bien faible, ou que le caractère de souveraineté soit bien imposant) je meh suis senti frappé de respect à la vue de cette pincée de corpuscules presque imperceptibles. Je vous félicite, dit Amilec, en remettant la boîte au moissonneur royal, vous avez fait là une très abondante récolte, elle suffira, sans doute, pour compléter notre provision de graines de souverains.

  • * . Ici comme ailleurs, notre garde-magasin n’est pas heureux en descriptions ; c’est un franc novice (...)
  • * Que ces épithètes sont riches et neuves ! Qu’elles caractérisent bien leurs sujets !

182Satisfait de cet éloge, Ismel se retira, et fit place à un autre génie qui vint présenter à Amilec environ un demi-boisseau de graine de peuple. Amilec la regarda. Le peuple est toujours peuple, dit-il, il change quelquefois en pire, mais jamais en mieux. Jette un coup d’œil sur ce tas de graines, continua-t-il, en m’adressant la parole, tu jouiras d’un spectacle aussi varié que si tu voyais d’un coup d’œil une nation entière*. Discernes-tu la graine d’incrédule, qui n’a ni couleur marquée, ni figure distincte, ni poids fixe ? Elle n’est susceptible que d’un genre de mouvement, c’est celui de vacillation. Elle ne vise à rien, ne tient à rien, ne porte sur rien. As-tu remarqué la secousse qui vient de se faire sentir dans l’intérieur et à la surface de ces molécules ? Elle a été causée par un germe de fanatique. Cette sorte de graine est toujours dans un état violent, elle a sans cesse un mouvement successif et rapide de contraction et de dilatation. Cela va quelquefois au point qu’elle s’électrise, et pour lors la commotion se communique à la ronde à toute la menue graine qui se trouve à sa portée. Aperçois-tu la graine de religieuse, dont l’enveloppe est lisse, douce et polie ? L’extérieur en paraît paisible, mais intérieurement elle renferme un principe de feu qui la mine sourdement ; en sorte qu’après un certain temps on la trouve consumée en dedans, et hors d’état de se reproduire. Et cette graine de couleur changeante, devinerais-tu quelle elle est ? Ce sont des germes de coquettes : ceuxci ont des couleurs vives, et paraissent scintiller, ils nous viennent des spectacles ; ceux-là ont des couleurs plus douces et l’air moins animé, ils ont été cueillis sur les coquettes qui se réservent à jouer les beaux sentiments : les uns et les autres prennent de l’embonpoint à proportion que les graines de dupes que tu vois à côté, perdent du leur. Tu peux encore voir la graine d’ambitieux qui s’élève avec lenteur, et retombe avec précipitation ; la graine d’orgueilleux, qui placée sous le récipient de la machine pneumatique, a la vertu d’empêcher le vide ; la graine d’hypocrites, qui jette de l’éclat en plein jour ; celle d’hommes pieux, qui ne brille que dans les ténèbres ; celle de médisants, qui est aiguë et tranchante ; celle d’envieux, qui se crève d’elle-même. Voilà aussi de la graine pesante d’importants, de la graine légère de courtisans, de la graine précieuse de petits abbés ; enfin, voilà des graines de toute espèce*. Mais ne perdons pas de temps, ajouta Amilec ; nous devrions avoir déjà commencé l’épreuve des germes de souverains.

183Le signal donné, le moissonneur royal plongea la main dans un sac qui était à côté de lui, et en retira une poignée de graine populaire, au milieu de laquelle il plaça un germe de souverain. Ensuite il s’avança vers le centre de l’amphithéâtre, suivi de plusieurs autres génies, qui tous portaient dans leurs mains de la graine de peuple ; mais dans laquelle il n’y avait aucun germe royal.

  • ** N’achevez, Madame, la lecture de ce roman, que sur votre lit de repos ; sans quoi elle vous causer (...)

184Parvenu au milieu de l’amphithéâtre, Ismel jeta en l’air de toute sa force la poignée de graine qu’il portait. Il se forma d’abord comme un jet de poussière, les germes les plus pesants s’étant portés fort haut, et les plus légers ne s’étant élevés que très peu. Mais bientôt après les deux extrémités du jet se rapprochèrent, et je vis avec surprise que les graines formaient un petit tourbillon, circulaient autour d’un centre commun, et restaient ainsi suspendues dans l’air. Tels on voit quelquefois voltiger dans un assez petit espace, une multitude innombrable d’atomes, lorsque les rayons du soleil les éclairent assez pour les rendre sensibles**.

  • *** Ces vertus attractives de la graine de rois ne sont pas plus connues d’Amilec que celle de l’attra (...)

185Toute graine de souverain qui n’a pas dégénéré, me dit Amilec, attire et fait circuler autour d’elle la graine de peuple. Mais les germes royaux ont plus ou moins de cette vertu***. Ceux qui en sont le mieux pourvus, forment des tourbillons plus étendus. Il s’en trouve tel qui emporte autour de lui plus de cinquante poignées de graine populaire. Nous les éprouvons de la façon que tu vois, quand tous les tourbillons sont formés, on les laisse circuler les uns avec les autres. Il s’en trouve quelquefois qui se détruisent et disparaissent, et d’autres qui s’agrandissent et prennent de l’étendue, suivant que la graine dont l’influence les soutient, augmente ou diminue en vertu. Quelque temps après, quand l’équilibre est bien établi, nous cueillons au centre de chaque sphère les germes de souverains qui ont soutenu ces épreuves, et nous les conservons avec soin.

  • * Ce point de saturation est admirable.

186Tandis qu’Amilec parlait, on continuait de jeter de la graine de peuple au germe royal dont la vertu travaillait dans Fair. Il en retint huit poignées, la moitié de la neuvième retomba, le principe dominant était épuisé. On passa à un second germe de souverain, qu’on lança en l’air comme le premier. Mais celui-ci ne forma point de tourbillon ; la force attractive lui manquait, il retomba sur faire de l’amphithéâtre. Le troisième se soutint mieux ; à peine vingt-cinq poignées de graine de peuple suffirent pour le porter au point de saturation*.

187On continua ainsi de jeter en l’air des germes de souverains. Le nombre des tourbillons devint bientôt considérable. À peine l’étendue de l’amphithéâtre suffisait-elle pour les contenir.

  • ** Que ces différents peuples sont bien caractérisés ! Il connaît parfaitement leur allure.

188Vois-tu, me dit Amilec, ces graines qui se détachent, quittent les autres et tombent comme une pluie menue ? Ce sont des germes républicains. On dirait qu’ils voudraient s’affranchir de la nécessité de circuler ; mais il n’y a pas moyen : ils s’arrangent bientôt entre eux et forment des sphères qui ne paraissent pas différer des autres, et qui, en effet, n’en diffèrent qu’en ce que les autres n’ont à leur centre qu’un germe unique ; celles-ci en ont plusieurs. Reconnais-tu le tourbillon d’Espagne, à la marche grave et ferme des germes espagnols ? Celui d’Angleterre, à la marche oblique et inquiète des Anglais ? Celui de France, à la marche légère, mais assurée des Français** ?

  • *** Que dites-vous, Madame, du trémoussement de ces tourbillons politiques, de cette poussière subtile (...)

189Fixons un peu nos yeux sur ce dernier. Fes germes des princes se sont arrangés, comme tu vois, à la file les uns des autres, sur l’axe du tourbillon ; les germes de ministres se sont réunis vers l’un des pôles ; ceux de sénateurs se sont réunis vers l’autre pôle ; ceux de guerriers se sont portés à la surface de la sphère ; la graine de peuple circule intérieurement au milieu. Heureuse distribution qui enchaîne les graines entre elles, tempère leur influence réciproque, maintient l’ordre dans la circulation, et affermit inébranlablement le germe royal au centre du tourbillon***.

  • 67 Après le modèle de la monarchie française, celui du Saint-Empire romain germanique, mosaïque de pe (...)

190Voici un genre de mouvement tout différent. Vois-tu cette multitude de petites sphères qui tournent toutes avec lenteur sur un centre commun ? C’est le tourbillon de l’Empire. Les graines qui le composent, ont, comme tu le remarques, deux mouvements, un particulier qui les emporte autour du centre de chaque petite sphère, l’autre, général qui emporte les petites sphères autour d’un centre commun. Ces deux mouvements s’affaiblissent réciproquement ; de là vient la lenteur de la circulation générale. Sans cela, ce vaste tourbillon serait à craindre ; mais loin de rien envahir sur les autres, à peine se soutient-il lui-même67.

  • * C’est la chandelle de ces lanternes magiques.
  • ** Que le grand Frédéric est heureux ! Tout, depuis le rossignol jusqu’à la pie, depuis le cygne jusq (...)
  • 68 Allusion à la notoriété croissante en Europe de Frédéric II, qui a conquis la Silésie sur l’Autric (...)

191Mais quelle est, repris-je, cette lumière* qui perce au nord de toutes ces sphères mouvantes, et qui a l’éclat et la douceur des rayons qui précèdent le lever du soleil dans les plus beaux jours du printemps ? Cette lumière, répondit Amilec, vient du tourbillon de Prusse**. Tu la compares avec justesse à l’aurore, elle croît de moment en moment ; bientôt tu la verras jaillir au loin, et se communiquer aux tourbillons les plus reculés68.

  • 69 Après l’assassinat, en 1747, du roi de Perse, Nadir chah Afshar, son empire, agrandi par des conqu (...)
  • 70 Depuis 1747, les Provinces-Unies ont un stathouderat unique et héréditaire. L’organisation est cel (...)
  • *** Que ce vois-tu, et ce qui le suit, est bien dit !

192Considère maintenant, poursuivit Amilec, les mouvements respectifs de ces différents corps. Remarques-tu à droite le tourbillon des Perses qui se délabre ? Il tombe en lambeaux sur la surface du tourbillon ottoman ; et ce qu’il y a de singulier, celui-ci n’en absorbe aucune portion69. Regarde plus haut et à gauche le tourbillon de l’ancienne république de Hollande, qui maintenant a pour centre une graine unique. Il semble chanceler, on dirait qu’il va se plonger dans le tourbillon voisin et prendre un nouveau mouvement qui l'emportera autour d'un germe étranger70. Vois-tu*** un peu plus loin la sphère apostolique ? Admire un peu comment, toute petite qu’elle est, elle donne le branle aux vastes tourbillons qui l’environnent.

  • **** Dieu vous bénisse.

193J’écoutais, je regardais, je donnais toute mon attention à ce qui se passait, lorsque tout à coup je fus ipris d’un éternuement aussi violent que si j’avais respiré le plus fort ellébore****, et qui ne cessa qu’après m’avoir agité sans interruption, l’espace de cinq à six minutes. Cela s’accordait peu avec le respect que je devais à la majestueuse assemblée où je me trouvais alors. Mais ce qui me fâchait le plus, c’est que la commotion que j’occasionnais dans l’air, allait porter le trouble dans le mouvement des tourbillons. Tantôt un duché heurtait contre un électorat, et tantôt une république contre un royaume. Peu s’en fallut même que mon dernier éternuement ne culbutât totalement l’empire de la Sublime Porte, qui par lui-même avait déjà un mouvement très ralenti et très irrégulier.

194Que l’accident qui t’est survenu ne t’étonne pas, me dit Amilec en souriant : l’impétuosité du cours des tourbillons a lancé hors leurs sphères d’activité, différentes sortes de germes qui errent de toute part autour de nous : une graine de flatteur voltigeait à peu de distance de toi ; tu l’as attirée avec l’air que tu respires, et elle t’a causé l’agitation que tu viens d’éprouver. Hé, quoi ! répliquai-je, la graine de flatteur est-elle pourvue d’une qualité si irritante ? Cela dépend des circonstances, répondit Amilec : sur un organe peu délicat, elle ne produira qu’un sentiment voluptueux de titillation ; mais sur un organe sensible, elle produira une irritation des plus fortes. Les germes humains peuvent faire et du bien et du mal, suivant le naturel des personnes dont ils sont échappés, et la disposition de celles sur lesquelles ils se trouvent à portée d’agir. D’où vient, par exemple, la plupart de ces maladies singulières, dont les gens de l’art sentent tous les jours (sans toutefois en convenir) qu’ils ignorent la cause ? De graines d’hommes. D’où vient la plupart de ces guérisons inattendues dont le médecin a soin de se faire honneur, sans y avoir en rien contribué ? De graines d’hommes. Que ne s’applique-t-on à faire des microscopes assez bons pour les apercevoir à la surface des corps, et des outils assez déliés pour les y recueillir. On y trouverait des ressources sûres contre les maladies les plus opiniâtres. Il est des germes de toute vertu ; il en est de calmants, comme la graine d’ami ; d’adoucissants, comme la graine d’épouse vertueuse ; d’agaçants, comme la graine de critique ; de sudorifiques, comme la graine de petit-maître manqué...

195Amilec allait poursuivre, il en fut empêché par un bruit confus qui s’était élevé dans l’assemblée. Tous les génies me parurent dans un étonnement qui tenait de l’extase. Ils étaient immobiles et avaient les yeux fixés sur les tourbillons.

196Il était survenu dans les graines circulantes un mouvement tumultueux, qui d’abord y avait porté la confusion au point qu’on ne pouvait plus distinguer les tourbillons les uns des autres. Mais ce mouvement s’étant calmé peu à peu, les sphères commencèrent à reparaître plus distinctes ; et en même temps on en aperçut une qu’on n’avait point encore vue, ou plutôt qu’on ne reconnaissait pas. Elle avait plus d’étendue qu’aucune autre, et son cours était beaucoup plus rapide. D’instant en instant elle s’agrandissait, et les tourbillons qui l’environnaient, diminuaient à proportion, et quelquefois disparaissaient entièrement. Tout jétait entraîné autour du germe dont la vertu se développait avec majesté au centre de cette sphère.

  • * Que cette allusion est subtile !

197Le moissonneur royal ne tarda pas à venir trouver Amilec : Seigneur, lui dit-il, je ne sais quel est le germe dont la grandeur se caractérise avec tant d’énergie ; mais si on l’abandonne encore quelque temps à lui-même, son tourbillon ne manquera pas de détruire et d’absorber tout ce qui l’environne : les autres germes de rois se trouveront confondus avec la graine de peuple autour de celui-ci, nous ne pourrons en reconnaître aucun, nous les perdrons tous. Quel principe de domination, s’écria Amilec ! Ne serait-ce point quelque germe d’Auguste que vous auriez oublié*, et qui jusqu’à présent aurait resté par inadvertance dans votre boîte ? Ne différons pas davantage, cueillons un germe si précieux ; mais ne perdons pas les autres. En disant ces paroles, Amilec courut aux tourbillons, et se plongea au milieu.

  • ** Que cet éloge est bien amené ! Que la louange en est fine et délicate ! Cela mériterait pension, s (...)
  • 71 Allusion à la naissance de Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne, fils de Louis, dauphin (...)

198Cependant les clameurs cessèrent, un silence profond succéda, tous les génies étaient en suspens, tous attendaient avec impatience qu’Amilec revînt et leur annonçât quelle était l’origine du germe qui faisait leur admiration. Il ne tarda pas à paraître, il sortit du sein des tourbillons aussi légèrement qu’un habile plongeur sort du sein des eaux. Cet auguste germe, dit-il, nous vient de l'illustre famille des Bourbons. Priverons-nous les habitants de la Terre d’un trésor si rare ? Rendons aux Français ce germe précieux, que leurs vœux soient accomplis, qu’il naisse un duc de Bourgogne**71.

  • * Ici, avec l’excès de fièvre, cesse le délire.

199À ces mots mille applaudissements se firent entendre de toutes parts, et en mon particulier je ressentis une joie si vive, que je m’éveillai*.

  • ** Consolez-vous, mon cher, et réjouissez-vous du retour de votre raison ; si quelque chose doit vous (...)

200Mais quel chagrin succéda à cette joie, quand je me retrouvai seul dans mon cabinet au milieu de mes tristes volumes, et privé peut-être pour toujours de la compagnie d’Amilec ! Une jeune femme, que d’impitoyables corsaires enlèvent d’entre les bras d’un époux chéri, n’est pas atteinte d’une plus vive douleur. Amilec, m’écriai-je, savant génie, généreux Amilec, pourquoi m’abandonnez-vous ? Mais je l’appelais en vain ; les génies moissonneurs, les génies éplucheurs, le grand-maître Amilec, tout était disparu, tout était perdu pour moi**.

201FIN

202Abréviations utilisées dans les notes et la biographie :

203Académie : Dictionnaire de l'Académie, 1762.

204ADC : archives départementales du Calvados.

205ADM : archives départementales de la Manche.

206Encyclopédie : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Briasson et al., 1752-1772.

VARIANTES

207a. Saut du même au même : « [Les germes des Apôtres ne sont pas encore épuisés : vous en trouverez] encore. » (A5, 1, p. 37).

208b. « fit » (A1, p. 40 ; A2, p. 30, A3, p. 26 ; A5 , 1, p. 39).

209c. « A la pointe gauche du premier quartier de Lune de Mars, l’an cinq cens un de ma transmigration dans les Terres Lunaires. » (A3, p. 59). « L’an 500. de ma résid. a la Lune. » (A5, II, p. 35)·

210d. «  [j’avois remarqué que le Courrier lunaire] qui avoit apporté cette Lettre, me fixoit de tems en tems » (A5, II, p. 36).

211e. «  [quel est cet homme, leur dit-il, que je] trouve parmi vous, & que je crois avoir vû il n’y a pas longtems, là d’où je viens. » (A5, II, p. 36).

212f. «  [il ne me viendra peut-être que des gens à Systêmes, des Esprits forts, des Sectaires & de beaux] Discoureurs. » (A1, p. 100).

213g. « Saut du même au même : « je l’ai exposée à ton aise. » (A3, p. 96).

214h. « je me sentis frappé de respect » (A3, p. 98).

215i. «  [je fus] surpris d’un éternûment » (A1, p. 165).

216j. L’édition A4 fait un saut du même au même par rapport aux éditions antérieures : « Tout cédoit, tout étoit entraîné autour du germe » (A1, p. 170 ; A2, p. 123 ; A3, p. 111).

Notes

1 Sur cette notion, très en vogue au XVIIIe siècle, voir la thèse de Ioana Galleron Maracescu : La frivolité en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, université Paris IV Sorbonne, décembre 2000.

2 Le courtaud est « celui [...] qui est de taille courte, grosse et entassée ». « On appelle courtauds de boutique ou simplement courtauds les garçons de boutique chez les marchands. [...] Il ne se dit que par mepris. » (Académie).

3 « Délire passager, qui est ordinairement la suite d’une fièvre violente » (Académie).

4 « Colifichet, babiole, chose de néant, ou de peu de valeur » (Académie).

5 Référence à un passage célèbre de La Farce de maître Pathelin, comédie anonyme du XVe siècle, où l’avocat Pathelin feint le délire, gesticule et débite un discours incompréhensible pour ne pas payer le drapier auquel il a extorqué une pièce de drap.

6 « On dit figurément anatomiser un livre, un discours, pour dire, en examiner toutes les parties en détail » (Académie).

7 Accord au pluriel, alors que le suivant est au singulier.

8 Allusion à Buffon et à son Histoire naturelle, générale et particulière (Paris, 1749-1767) dans laquelle l’intendant du Jardin du roi entend bien « prendre la chaîne des êtres, et la parcourir d’un bout à l’autre ».

9 La fleur contient les parties de la fructification, qui sont les étamines et le pistil. Pour une description plus complète, voir infra.

10 Écussonner : « greffer en écusson » (Encyclopédie).

11 Comprendre : « donne du prix ». La beauté sans vertu est un trésor sans valeur.

12 « Nom qu’on a donné à la jeunesse ivre de l’amour de soi-même, avantageuse dans ses propos, affectée dans ses manières, et recherchée dans son ajustement. Quelqu’un a défini le petit-maître un insecte léger qui brille dans sa parure éphémère, papillonne, et secoue ses ailes poudrées. [...] Nos petits-maîtres dit M. de Voltaire, sont l’espèce la plus ridicule qui rampe avec orgueil sur la surface de la terre. Ajoutons que partout où l’on tolère ces sortes d’hommes, on y trouve aussi des femmes changeantes, vaines, capricieuses, intéressées, amoureuses de leur figure, ayant enfin tous les caractères de la corruption des mœurs et de la décadence de l’amour » (Encyclopédie, art. « Petit-maître »). Il aurait été difficile à Amilec de trouver graine plus apte à permettre le tri des graines de femmes.

13 Allusion aux querelles violentes qui opposèrent les facultés de médecine à la reconnaissance de la chirurgie comme art médical à part entière.

14 Allusion aux membres de l’Académie royale de chirurgie, créée en 1748, qui constitue l’aboutissement de la promotion de la profession.

15 Allusion à la parabole évangélique du bon grain et de l’ivraie (Matthieu XIII, 24-43).

16 Le ciron est un insecte si petit qu’on le prend souvent pour objet de comparaison, lorsqu’on veut donner l’idée d’un petit volume, d’une chose presque imperceptible.

17 Rappelle la parabole évangélique du filet (Matthieu XIII, 47-49).

18 Allusion aux couleurs des habits ecclésiastiques, selon lesquels les ordres étaient familièrement désignés : les moines noirs sont les bénédictins ; les moines blancs les cisterciens ; les prémontrés étaient aussi en blanc ; les capucins sont vêtus de gris ; les dominicains, les évêques et les cardinaux sont au nombre des « bigarrés ».

19 Cela correspond au début de la lettre de Zamar à Amilec.

20 Emploi néologique du mot « probatique », qui « ne se dit que de la piscine près de laquelle Jésus-Christ guérit le paralytique, et où on lavait les victimes qu’on immolait dans le Temple » (Académie), dans le sens de « qui met à l’épreuve ».

21 La matière sympathique ou transpirante est la sueur. Dans la théorie sympathiste, cette matière permet une explication physiologique de l’amour entre deux êtres. Voir L’amour dévoilé ou le système des sympathistes, où l’on explique l’origine de l’amour, des inclinations, des sympathies, des aversions, des antipathies, etc. (1749) de Tiphaigne.

22 Le couple constitué d’Héro, prêtresse d’Aphrodite, vouée à la chasteté, et de Léandre, qui se voyaient secrètement la nuit, symbolise l’amour véritable et pur. Indice de la vitalité du mythe au milieu du siècle, on compte, pour la seule année 1750, deux tragédies intitulées Léandre et Héro.

23 « Trente ans, c’est la fleur de l’âge pour un homme » (Académie, 1762). La durée de la vie est sur la lune environ deux fois moins grande que sur la terre.

24 « Se dit des ferrements dont la pointe et le tranchant sont usés. Cette cognée est mousse » (Académie).

25 L’idée de la pluralité des mondes est ancienne. C’est bien sûr Fontenelle qui l’a récemment mise à la mode.

26 Allusion plaisante à l’œuvre de Réaumur sur les insectes et à la mode du temps d’« anatomiser ».

27 Allusion à l’épisode biblique de la tour de Babel (Genèse XI, 1-9).

28 Voir supra « Les sciences à la Lune », dans l’introduction littéraire.

29 Amphion, fils de Zeus et d’Antiope, touche les pierres par les sons mélodieux de sa lyre : elles se mettent en mouvement et le suivent jusqu’à Thèbes où elles s’assemblent pour former le rempart de la ville.

30 Ce titre rencontre un titre réel d’Otto Van Veen, Le Théâtre moral de la vie humaine, représentée en plus de cent tableaux divers tirez du poète Horace par le sieur Otho Venius, et expliqués en autant de discours moraux par le sieur de Gomberville. Avec la table du philosophe Cebes, Bruxelles, F. Foppens, 1678. Mais le rapprochement est peu probant, la métaphore du theatrum mundi étant fort répandue. L’épisode de la censure peut être inspiré par des affaires récentes : celle de la Lettre sur les aveugles de Diderot, parue en 1749, qui conduisit son auteur à la prison de Vincennes, ou celle de L’Esprit des lois, paru en 1748, objet d’une vive polémique et mis à l’index en 1751.

31 On peut penser, à cause du titre, au Dictionnaire universel français et latin vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, dont l’édition de 1752 compte sept volumes plus un supplément (soit deux de plus que la précédente), mais c’est surtout l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers dirigée par Diderot et d’Alembert, dont les deux premiers volumes ont paru et dont la publication a été suspendue en 1752, qui est nouvelle et fait alors du bruit. Plus qu’un ouvrage précis, c’est ici sans doute la mode des dictionnaires et leur prétention à synthétiser les savoirs universels qui est critiquée.

32 Il s’agit de l’Histoire naturelle, générale et particulière de Buffon (publiée de 1749 à 1767 en 15 volumes). En 1749, paraissent les trois premiers volumes qui contiennent un discours de la méthode, la théorie de la terre, l’histoire naturelle de l’homme et la description du Cabinet du roi par Louis Daubenton. Le succès fut immédiat et considérable, mais les critiques ne tardèrent pas, comme celles de l’abbé Lelarge de Lignac.

33 Le Cabinet du roi, décrit par Daubenton. Buffon, en charge du jardin botanique royal, avait mis à sa tête son compatriote Louis Daubenton. Le lieu a une grande importance, il est la vitrine du jardin botanique.

34 Des momies, dont il est question dans l’Histoire naturelle de Buffon, ou des fœtus de monstres, qui suscitent l’intérêt des savants.

35 Les esprits animaux étaient des fluides que l’on imaginait se former dans le cœur et le cerveau, et se distribuer ensuite dans toutes les parties de l’organisme, pour y provoquer et y maintenir l’activité vitale. Selon Descartes et Malebranche, les esprits animaux constituent une substance, d’une nature particulière, qui formerait, avec les fibres du cerveau, les organes spéciaux de la pensée. C’est la seconde allusion, après les idées innées à la pensée cartésienne, que l’empirisme remet en question.

36 Notion leibnizienne : « substance simple, c’est-à-dire sans parties, qui entre dans les composés » (La Monadologie). Allusion à l’influence exercée par la monadologie de Leibniz sur les théories de Buffon.

37 Référence ironique à la théorie de la formation des planètes par Buffon, dans les termes mêmes de l’abbé Joseph-Adrien Lelarge de Lignac : « Une comète heurte contre le Soleil, en enlève la 650e partie et tout est fait, même jusqu’aux étoiles ; car il n’est guère probable qu’une éclaboussure de cette espèce, n’ait pas poussé de tous côtés des jets de la matière du soleil que l’auteur dit être dans la plus grande fusion, et je ne sais pourquoi, ni par quelle modeste retenue il n’a pas voulu rapporter la formation des étoiles, aussi-bien que celle des planètes, au choc de sa comète » (Lettres à un Américain sur l’Histoire naturelle, générale et particulière de M. de Buffon, Hambourg, 1751, t. I, p. 6, Ire lettre).

38 Allusion aux natures plastiques de Ralph Cudworth. Pour ce dernier, « il y a une nature plastique sous les ordres (de Dieu), qui, comme un instrument inférieur et subordonné, accomplit servilement cette partie de son action providentielle qui consiste à mouvoir la matière d’une manière régulière et ordonnée » (The True Intellectual System of the Universe, 1678). Les natures plastiques peuvent être vues comme des qualités occultes. Aristote et Platon les admettaient, de même que les paracelsistes, comme Van Helmont, qui les appelaient archées.

39 Il s’agit bien sûr ici du paratonnerre expérimenté par Franklin dès 1750. L’expérience, rapidement célèbre et reproduite dans toute l’Europe, est réalisée près de Paris en 1752 à l’instigation de Buffon.

40 Le précieux baume désigne sans doute le baume universel des alchimistes qui doit permettre d’atteindre à l’immortalité. Il pourrait aussi, peut-être, désigner le bitume de Judée (appelé baume de momie) que les Egyptiens employaient dans la préparation de leurs momies et qui rend, d’une certaine manière, l’homme immortel.

41 Référence à l’alchimie, qui se donne pour but la découverte et la fixation d’un certain ferment mystérieux, grâce auquel la désagrégation des corps, donc la mort, pourrait être presque indéfiniment retardée. Le même agent devait assurer la progression rapide des êtres vers l’état supérieur. Liquide, c’était l’élixir de longue vie ou panacée (dit aussi baume universel), remède universel de toutes les maladies ; solide, c’était la pierre philosophale, qui, introduite à un certain moment dans la masse d’un métal en fusion, assurait son évolution rapide vers l’état désiré, or ou argent.

42 Les esprits élémentaires sont des esprits d’une nature très subtile qui, suivant les cabalistes, présideraient aux éléments. Le terme gaz a été créé par Van Helmont à partir du latin chaos (grec khaos) pour désigner une vapeur invisible et incœrcible qui s’élève de certaines substances ; il a également donné le nom de gaz à l’esprit vital et à un (prétendu) baume ennemi de la putréfaction. Les archées sont, d’après les alchimistes et les anciens physiologistes comme Paracelse et Van Helmont, un principe immatériel de la vie, différent de l’âme et qui était la base de tous les phénomènes vitaux. En alchimie, l’archée désigne le feu central de la terre, qui cuit les métaux et les minéraux, et le principe de vie des végétaux. La distinction entre âmes végétatives et âmes sensitives date d’Aristote. D’après ce dernier, l’âme végétative (ou nutritive) est commune aux végétaux et aux animaux, l’âme sensitive constitue le principe de la sensation et de la sensibilité chez les animaux. Par cette énumération d’apparence hétéroclite, l’auteur multiplie un peu plus les références aux sciences occultes, à la kabbale et à l’alchimie.

43 Le plein est un présupposé de la théorie cartésienne des tourbillons, il s’oppose en cela au vide nécessaire à la théorie newtonienne de l’attraction. Les affinités des chimistes sont le résultat de l’application de la théorie newtonienne de l’attraction à la chimie. Le mot affinité a été introduit dans le langage chimique par Bœrhaave. Geoffroy l’Aîné publia en 1718 la première table d’affinités. Les qualités occultes de la matière sont des qualités qui restent inconnues ou secrètes. Elles se présentent à l’esprit comme des propriétés données, irréductibles, tels les esprits élémentaires des cabalistes, les principes des trois règnes des alchimistes, les natures plastiques de Cudworth, les archées des paracelsistes et même l’attraction d’après les détracteurs de Newton, ou encore, les affinités des chimistes. Les controverses des métaphysiciens sont comme les qualités occultes, incompréhensibles pour l’esprit humain. La métaphysique, parfois appelée « science de l’absolu », avait dans la scolastique le même objet que la théologie, à savoir l’existence et les attributs de Dieu, ses rapports avec les êtres qu’il a créés, et la vraie nature de ceux-ci. Jacques Roger a montré à quel point ces controverses métaphysiques, pourtant indécidables, influençaient de manière décisive le développement des sciences de la vie dans la pensée française au XVIIIe siècle, puisqu’elles en étaient d’une certaine manière le substrat idéologique.

44 Amilec reprend le topos très ancien de l’opposition entre la ville, lieu de corruption des mœurs (dont les parangons bibliques sont Sodome et Gomorrhe, Babylone et Ninive), et la campagne, lieu de la nature et, partant, de l’innocence et de la pureté. Peut-être ceci peut-il fournir un argument supplémentaire pour ranger Tiphaigne parmi les écrivains du XVIIIe siècle romantique, comme l’a fait J. Bousquet.

45 Pythagore a innové en matière de théorie musicale en mesurant la valeur des consonances d’après les seuls rapports numériques des longueurs des cordes qui les déterminent.

46 Amilec explique ici au narrateur qu’il existe une analogie entre les passions (tant vices que vertus), qui agitent les hommes, et les tons de la basse de viole. Il emprunte divers éléments de la théorie pythagoricienne, selon laquelle l’âme est une harmonie du corps de la même manière que l’harmonie d’une lyre résulte d’un certain rapport entre la longueur des cordes. Tiphaigne utilisa les unissons pour expliquer le fonctionnement du système nerveux dans sa thèse de licence de médecine en 1748 : « N’y aurait-il point plus d’apparence à dire que les Sympathies sont entre elles comme les Unissons, ou plutôt comme les Vibrations des Nerfs occasionnées par les Unissons ? » (Positiones de fibra patiente, sive de animi affectuum mechanismo et usu, p. 4).

47 « Sorte de danse vive et légère, qui a ses figures propres, et où plusieurs personnes dansent ensemble. On finit le bal par des contredanses » (Académie, 1762).

48 Jeu sur le sens général du mot (mouvement) et son sens technique : « espèce de danse de plusieurs personnes qui se tiennent par la main, et qui se mènent tour à tour » (Académie, 1762).

49 Les cinq éditions ont adopté la graphie « Microscôme », contraction étonnante de microscope et de microcosme qui renvoie à l’infiniment petit des graines d’hommes et à l’infiniment grand de l’univers, soulignant ainsi le lien étroit que ce songe philosophique établit entre les graines servant à la génération et la pluralité des mondes.

50 Le mot rapsodie ne se prend au XVIIIe siècle que dans le sens péjoratif d’ouvrage en vers ou en prose fait de morceaux divers mal liés entre eux. L’épithète sémillante est intéressante tout autant pour son sens que pour son étymologie. Elle signifie d’une vivacité plaisante, agréable, gaie. Le terme est le participe présent adjectivé du verbe sémiller, dérivé du nom semille, qui désigne le mouvement, la ruse, la malice (anagramme d’Amilec), et du verbesemer, et qui signifie « lancer la semence », d’où « s’agiter » (les graines d’hommes qui sontagitées). Comment mieux caractériser Amilec ?

51 Allusion au moule intérieur auquel Buffon recourt pour proposer son explication du phénomène de la génération. Le moule est ici détourné par le narrateur pour ne constituer plus qu’un élément de ses tubules végétables, nouveau principe explicatif de la génération tout aussi inconnu des observateurs que les archées de Van Helmont ou les moules intérieurs de Buffon.

52 « Se dit d’une roue dont les dents entrent dans celles d’une autre roue, en sorte que l’une fait tourner l’autre » (Académie). Le terme inscrit, bon gré mal gré, l’explication d’Amilec dans un contexte mécaniste. La graphie originale est : s'engrainer.

53 Les rudiments de plantes et d'animaux renvoient à la théorie préformationniste de la génération. Les vers font référence aux travaux de Nicolas Andry, et plus généralement à la thèse de l’animalculisme. Enfin les molécules organiques appartiennent à la théorie de Buffon, partisan de l’épigénèse.

54 Les tubules végétables sont une création (romanesque) de Tiphaigne. Il s’agit de petits tubes qui peuvent végéter, c’est-à-dire qui ont la propriété de pouvoir croître. L’auteur les présente comme un principe explicatif de la génération chez les végétaux, mais aussi chez les animaux et les hommes. Ces tubules donnent un vernis scientifique aux explications d’Amilec. Mais, surtout, derrière l’innovation sémantique qui ne fait que voiler l’ignorance et l’incapacité à saisir le phénomène de celui qui présente son système, même fondé sur l’observation et l’expérience, se cache sans doute une critique de Buffon qui recourt aux molécules organiques vivantes et aux moules intérieurs, autres innovations sémantiques qui ne closent en rien les « controverses des métaphysiciens » sur la question de la génération.

55 En 1744, Abraham Trembley avait découvert la régénération chez l’hydre d’eau douce (qui se reconstitue après une mutilation) ; très rapidement, cette régénération fut étudiée chez de nombreux animaux, et rapprochée du bouturage des végétaux (où un fragment de plante redonne la plante entière). Réaumur avait déjà fait, parmi d’autres, des observations Sur les diverses reproductions qui se font dans les écrevisses, les homards, les crabes, etc. et entre autres sur celles de leurs jambes et de leurs écailles qu’il avait présentées à l’Académie des sciences en 1712.

56 C’est l’expérience de Trembley déjà citée sur les polypes ou hydres d’eau douce : il récolte de petits tubes avec des sortes de filaments à leur extrémité libre durant l’été 1740. Ces « petits corps organisés » devaient donc être des animaux. Toutefois, Trembley découvre que, coupés transversalement en deux, ils continuent à vivre et à effectuer des mouvements spontanés. Bien plus, neuf jours après la section, chaque partie a régénéré celle qui lui manque. Réaumur, consulté sur le sujet par Trembley, admet qu’on a affaire à des animaux qu’il propose de nommer polypes et en informe l’Académie royale des sciences. En 1744, Trembley consigne ses observations dans des Mémoires, pour servir à l’histoire d’un genre de polypes d'eau douce, à bras en forme de cornes.

57 Allusion à la génération spontanée, développée par J. T. Needham. Les arguments expérimentaux sont tout simplement l’observation de micro-organismes apparaissant, on ne sait d’où, dans diverses infusions de plantes ou de viande (donc à partir de matière organique en décomposition).

58 La matière propre à se jeter en moule est constituée pour Buffon de molécules organiques vivantes.

59 Levain prolifique est ici à prendre au sens de substance propre à exciter la fermentation dans un certain milieu, et qui a la vertu d’engendrer.

60 La matrice désigne donc ici, de manière générique, tout lieu favorable à la fécondation.

61 Dans le cas de la tulipe, la « colonne » qui s’élève au milieu de la fleur est le pistil (organe femelle des plantes à fleurs) qui contient et le style (qui forme généralement une colonne cylindrique, à l’intérieur de laquelle se développeront les tubes polliniques après la pollinisation) qu’Amilec nomme « tubules », et l’ovaire (qui contient les ovules) que ce dernier appelle « matrice » ; de même que les « filets » qui ont préparé le « levain » sont les étamines (organe sexuel mâle des végétaux à fleurs, comprend une partie inférieure grêle, le filet, et une partie supérieure, l’anthère, qui produit et contient le pollen). Le « levain » est donc le pollen (ensemble des diaspores mâles d’une plante à graine, contenues dans les anthères des étamines).

62 Le melon fait partie de la famille des cucurbitacées qui sont des plantes monoïques, c’est-à-dire des plantes à fleurs unisexuées dont les fleurs mâles et femelles sont réunies sur le même pied.

63 Le chanvre est une plante dioïque, c’est-à-dire dont les fleurs mâles et les fleurs femelles sont sur des pieds séparés.

64 Amilec semble ici assimiler la parthénogenèse du puceron à la régénération du polype, alors que leurs mécanismes respectifs sont bien distincts. La parthénogenèse fut observée et décrite pour la première fois par Charles Bonnet en 1740. Le puceron, comme d’autres insectes se reproduit soit de manière sexuée (la femelle pond alors des œufs qui éclosent après un certain temps), soit de manière parthénogénétique, sans fécondation par un mâle (la femelle est alors ovovivipare et donne naissance à de petites femelles).

65 Le limaçon fait partie du genre helix. Il est hermaphrodite mais il ne peut pas s’autoféconder, de sorte qu’il y a nécessairement un accouplement.

66 Ixion, accueilli sur l’Olympe par Zeus et ébloui par les charmes d’Héra, a l’insolence de déclarer son amour à la femme de son hôte. Zeus, pour le punir de sa témérité, forme une nuée à l’image de sa divine épouse. Ixion se laisse prendre au subterfuge et s’unit à cette nuée.

67 Après le modèle de la monarchie française, celui du Saint-Empire romain germanique, mosaïque de petits états, alors composé de plus de trois cents entités séparées entre principautés, évêchés et villes libres. L’Empire a une Diète, mais il n’a, depuis longtemps, plus aucune unité politique.

68 Allusion à la notoriété croissante en Europe de Frédéric II, qui a conquis la Silésie sur l’Autriche. L’importance des isotopies sémantiques de la lumière et du commencement dans ce passage souligne l’image de jeune monarque éclairé que le roi de Prusse entretenait soigneusement.

69 Après l’assassinat, en 1747, du roi de Perse, Nadir chah Afshar, son empire, agrandi par des conquêtes foudroyantes, s’est morcelé. L’empire ottoman est alors en déclin : il a dû céder devant les Autrichiens et les Russes et est dans l’incapacité militaire et stratégique de se lancer à la conquête de la Perse, malgré le délabrement politique de cette dernière.

70 Depuis 1747, les Provinces-Unies ont un stathouderat unique et héréditaire. L’organisation est celle d’une monarchie constitutionnelle où la souveraineté repose toutefois sur les provinces et leurs états. Trois germes étrangers sont en mesure d’emporter le tourbillon de la république de Hollande. Le premier est celui de la France qui vient de démontrer sa capacité à envahir tant les Pays-Bas que les Provinces-Unies. Le deuxième est le germe utrichien, puisque Marie-Thérèse d’Autriche règne déjà sur les Pays-Bas dits autrichiens et pourrait être tentée le moment venu d’étendre son pouvoir sur les Provinces-Unies. Enfin le troisième est le germe anglais, puisque l’Angleterre comme les Provinces-Unies est une puissance maritime et marchande.

71 Allusion à la naissance de Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne, fils de Louis, dauphin de France, et petit-fils de Louis XV, le 13 septembre 1751, qui suscite dans tout le royaume une ferveur et un espoir populaires.

Notes de fin

* Superficiels et volatiles.

** Fort jolie pensée creuse.

* On vous remercie du récit de vos songes futurs.

** Doucement, doucement... il serait plaisant de voir un papillon éphémère devenir immortel.

* Déclamation puérile et triviale, à peu près dans le goût de celles dont Pétrone se moquait autrefois. La mode s’en est renouvelée : elles sont fréquentes dans cette brochure.

** Notre grondeur ne craint-il pas l’application de sa censure ?

* Défaut ordinaire des gens qui courent après l’esprit.

* Fort jolie fiction que tous ces génies moissonneurs, apothicaires ou herboristes. Je suis sûr que l’auteur se sait un gré infini de l’invention.

** Si cet officier avait été contemporain de notre auteur, il aurait été plus sage ; il serait devenu habile homme en dormant. Voyez la préface.

* Que pensez-vous, Madame, des efforts que fait notre sylphe pour donner un air d’épigramme aux pensées les plus communes ?

* Chirurgiens lettrés.

** Ce génie aérien est bien superficiel et bien peu connaisseur ; il ne nous donne ici que des descriptions fort usées de quelques-unes de ses graines : du reste il s’excuse sur l’embarras du détail.

* Notre génie grainetier allégorise fort bien ici les premiers fonds dépositaires des germes primordiaux de notre espèce, parce qu’heureusement Mercure et Vénus se trouvent les premières planètes sur sa route.

** Je vous l’avais bien dit, Madame, que cette brochure serait, comme la plupart de ces frivolités, farcie de termes scientifiques.

* Cette apothicairerie était apparemment placée dans les espaces imaginaires.

** Mettez dans votre laboratoire un bon thermomètre.

*** Le génie conservateur de cette graine, rendait de forts mauvais services à l’humanité ; il aurait dû conserver bien plus précieusement les cirons, destructeurs de cette engeance maudite.

* Notre follet n’avait pas à balancer.

* Ce pauvre collecteur de graines de prêtre et de moine, avait bien raison de se plaindre de son emploi ; mais c’est un nigaud qui fait fort mal valoir ses raisons. Il avait ici beau champ pour ressasser toute cette insolente mitraille.

* Il fallait mettre tout cela avec les conquérants, et laisser les cirons faire leur devoir.

** Quoi ! cette prompte évaporation n’a pas guéri notre rêveur de la démangeaison d’écrire ?

* Pourquoi ne parle-t-il pas des faiseurs de fictions mal fagotées ? Ah ! j’oubliais qu’ils ont été jetés au vent.

* C’était fort mal fait, monsieur le vendangeur, de ne pas recueillir de la graine d’un homme qui sait si bien sentir qu’il est un fat.

** Ici le lecteur saute environ huit ou neuf pages de fadaises.

* . Encore de l’atmosphère, de la matière subtile ; mais les machines tournoyantes et voltigeantes de cette belle fiction l’exigent : cela est dans le caractère de l’ouvrage et de l’auteur, comme on va le voir.

* Quoi ! toujours du tournoiement, du pirouettement ! Je vous assure, Madame, que cela affecte mon cerveau aussi bien que celui de l’auteur ; tout tourne dans ma chambre.

** Ces institutions scolastiques ne sont pas si folles : il serait très bon de réprimer sur la Terre nos écrivains falots et farfadets.

* Ma foi, en cela les habitants de la Lune sont plus sages que ceux de la Terre ; et ce sont, quoiqu’en dise l’auteur de cette missive, des gens qui extravaguent fort sensément.

* Et celui-ci font quatre ; car à la lecture de cette relation lunaire ou lunatique, il était déjà conçu dans le cerveau de notre rêveur philosophique. Gare l’inquisition.

* On ajoutera, sans doute, à cette rare collection, ces voyages manuscrits sur des ailes de mouches, et enfermés dans une bulle de l’air subtil de la Lune.

** Vous devinez déjà, Madame, que la graine de notre auteur y aura très bien fructifié. Lisez encore une page ou deux.

* Si cela est, il ne se fera pas imprimer.

* Pour amuser celui à qui il montrait tant de jolies choses, il n’avait qu’à entrelacer son discours des bigarrures de quelques contes bleus : c’est à présent la façon de moraliser et de rapetasser les pensées les plus communes.

* Vous aimez la musique, Madame, en voici. Notre Pythagore moderne va vous expliquer d’une façon tout à fait neuve, l’analogie qu’il y a entre les passions et les différents tons.

* Qu’en dites-vous, Madame, tout cela n’est-il pas merveilleusement imaginé ? Patience. Le bal a commencé par les contredanses, il finira par le branle.

** Où M. Amilec a-t-il pris tant d’esprit ?

* Je m’imagine voir un de nos petits-maîtres faire deux ou trois tours de café en pirouettant, regarder d’un œil de pitié ceux qui y sont, puis sortir.

** C’était dommage.

* Vous allez lire, Madame, ce qu’il y a peut-être de plus ingénieux dans cette sémillante rapsodie ; mais il faut un commentaire pour l’entendre, surtout aux personnes auxquelles les termes de l’école moderne ne sont pas familiers. J’ai placé quelques éclaircissements à la fin de cette partie du discours d’Amilec.

* En peu de mots, Madame, les cylindres ou tubules, sont des tuyaux creux, ajustés comme des tuyaux à lunettes d’approche : ils se moulent, s’emboîtent, s’insinuent, glissent les uns dans les autres ; ils se développent, s’étendent à peu près comme les cornes de l’escargot : ils s’échappent par des fentes latérales, ramifient en différents sens, suivant les plans tracés par la nature. Tout cela est fort bien trouvé. N’admirez-vous pas ces tubules mâles et femelles, leur merveilleuse sympathie ? Tout est tuyau, tout est étui dans l’univers. Que de carquois pour l’amour ! Malgré la répugnance de son élève pour les systèmes, Amilec sait pourtant lui faire goûter le sien. Ne trouvez-vous pas jolies, Madame, ces insinuations tubuleuses ? elles ont quelque chose de plus gracieux, de plus doux, de mieux arrangé, que les bruyants et tumultueux systèmes de rotation ; ils étourdissent et causent des vapeurs.

* Il vous semble, sans doute, des gens occupés à préparer la salle du bal, dont notre auteur a fait faire un peu plus haut la répétition, ou bien des charlatans qui dressent un théâtre pour débiter leurs drogues.

* Vous attendiez, sans doute, avec impatience l’explication de la cause qui fait mouvoir les tubules qui composent tout ce qui éclôt et végète dans la nature. La voici : c’est un levain prolifique préparé par certaine liqueur. Le bon Amilec n’en sait pas davantage. Vous l’allez entendre raisonner à perte de vue sur le mécanisme de cet élixir inconnu.

* Monsieur l’esprit follet, vous n’avez comme Ixion, embrassé que du vent, et vous n’en savez pas plus que nous autres humains

* . Ici comme ailleurs, notre garde-magasin n’est pas heureux en descriptions ; c’est un franc novice : s’agit-il de peindre quelque vertu, de caractériser quelque vice ? à peine effleure-t-il la superficie la plus mince : il nous berce de lieux communs.

* Que ces épithètes sont riches et neuves ! Qu’elles caractérisent bien leurs sujets !

** N’achevez, Madame, la lecture de ce roman, que sur votre lit de repos ; sans quoi elle vous causerait des vertiges.

*** Ces vertus attractives de la graine de rois ne sont pas plus connues d’Amilec que celle de l’attraction des corps : il n’en dit mot.

* Ce point de saturation est admirable.

** Que ces différents peuples sont bien caractérisés ! Il connaît parfaitement leur allure.

*** Que dites-vous, Madame, du trémoussement de ces tourbillons politiques, de cette poussière subtile, française, allemande, turque, etc. qui voltige autour d’un atome royal ? Ne vous semble-t-il pas voir les Israélites danser autour du veau d’or, ou des moucherons voltiger sans rime ni raison autour d’un brin d’herbe ? Mais avec Amilec, le peuple est toujours peuple.

* C’est la chandelle de ces lanternes magiques.

** Que le grand Frédéric est heureux ! Tout, depuis le rossignol jusqu’à la pie, depuis le cygne jusqu’à la volaille des basses-cours, apprend à jargonner un salut en son honneur.

*** Que ce vois-tu, et ce qui le suit, est bien dit !

**** Dieu vous bénisse.

* Que cette allusion est subtile !

** Que cet éloge est bien amené ! Que la louange en est fine et délicate ! Cela mériterait pension, si la graine de flatteurs n’avait causé à l’auteur un rhume de cerveau.

* Ici, avec l’excès de fièvre, cesse le délire.

** Consolez-vous, mon cher, et réjouissez-vous du retour de votre raison ; si quelque chose doit vous affliger, c’est la crainte d’une rechute.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search