Version classiqueVersion mobile

Amilec ou La Graine d’hommes

 | 
Charles-François Tiphaigne de La Roche

Choix du texte et principes d’édition

Texte intégral

Histoire des éditions

  • 1 BNF, ms. français 22 158, f° 145 v°, 47 v° et 155 v°.

1La première édition d’Amilec ou la Graine d’hommes paraît au début du second semestre de l’année 1753. Dans le journal joint à celui de l’inspecteur de la librairie d’Hémery, du samedi 16 juin 1753, figure une annonce de l’ouvrage, « de M. Tiphaigne docteur en médecine d’une faculté de Province, il est de Normandie ». La même source indique, le 14 juin que le volume est débité avec « permission tacite » et, le 21 juin, que « l’auteur est le Sr Tiphaine jeune médecin de Province ». Des précisions plus intéressantes apparaissent en date du 15 juillet 17531 :

  • 2 Sans doute le chirurgien Sauveur-François Morand (1697-1773). Admis à l’Académie des sciences en 17 (...)
  • 3 Louis Phélypeaux, comte de Saint-Florentin, puis duc de La Vrillière, secrétaire d’État à la maison (...)

M. Morand2 le chirurgien m’a assûré qu’il avait lû en manuscrit ce même ouvrage il y a trois ans, que ce Manuscrit courut alors. Ainsi il pourrait bien se faire que le sieur Tiphaigne ne serait que l’Editeur ; il s’en donne pourtant pour l’Auteur ; car il a voulu dédier sa brochure à M. de Saint-Florentin3. Le maistre a refusé d’accepter la dédicace parce que ce n’était qu’une critique.

2On trouve un extrait d’Amilec dans les Lettres sur quelques écrits de ce temps de Fréron en date du 4 juillet 1753 (p. 40-51).

3Il n’est pas à exclure que l’ouvrage ait été déjà partiellement écrit en 1750, mais rien n’est moins assuré. Cela n’empêche nullement que Tiphaigne en soit l’auteur, d’autant plus qu’aucun critique ne fait mention d’un autre nom d’auteur, ni ne conteste au « sieur Tiphaigne » la paternité de l’ouvrage. Les éléments de critique interne pour dater l’écriture du texte sont imprécis. Amilec ou la Graine d’hommes a obligatoirement été écrit après 1749, année de parution des premiers volumes de l’Histoire naturelle de Buffon qui est une des principales personnalités satirisées. D’après le chirurgien Morand, un manuscrit d’Amilec circulait déjà en 1750. Si tel était le cas, il faudrait en conclure que la fin du texte (le tri des graines de souverains) est un ajout plus tardif car Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne (p. 137), petit-fils de Louis XV, naquit le 13 septembre 1751. De plus, si Franklin expérimente le paratonnerre (p. 115) dès 1750, il ne le met vraiment au point qu’en 1752 et c’est cette année-là seulement que l’expérience est menée près de Paris, à l’instigation de Buffon. Enfin, si le « grand Dictionnaire Universel, où l’on apprend à parler de tout, et à ne raisonner sur rien » est bien une référence au Dictionnaire universel françois et latin, plus communément appelé Dictionnaire de Trévoux, il s’applique à l’édition de 1752 ; s’il fait en revanche référence à l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert, le texte aurait pu être écrit dès 1751, année de parution des deux premiers volumes.

4En définitive, le texte peut avoir été écrit dès 1750 (dans cette hypothèse, il a nécessairement été remanié) et jusque pendant le premier semestre de 1753. Il nous semble plus probable qu’Amilec ait été rédigé entre le second semestre de 1752 et le premier semestre de 1753. Le témoignage du chirurgien Morand est en effet sujet à caution, car il lui est difficile de rester objectif quand il a soutenu la nécessité pour un chirurgien d’être lettré, et que Tiphaigne traite la graine de chirurgiens lettrés de « graine amphibie, qui [...] tient, et de celle de médecin et de celle de chirurgien, mais qui est pire que l’une et l’autre » (p. 100). Il n’est guère possible, en l’état actuel des recherches, de dater l’écriture du texte avec plus de précision, ni de comprendre la genèse de l’œuvre.

  • 4 Voir ci-dessous pour la définition des éditions.

5L’éditionA24 semble se fonder sur AI : si toutes deux sont de 1753, A2, qui comporte un plus grand nombre de fautes et d’omissions, ainsi que des signatures très irrégulières, parfois omises, semble être moins soignée. L’édition A3 se fonde sur AI comme en témoignent les variantes (omissions de texte, ou encore sauts du même au même), et non sur l’édition A2 : elle est plus soignée et n’en reprend ni les fautes ni les omissions. A4 se fonde sans doute sur AI, dont elle reprend l’anonymat auctorial ; le soin apporté à l’édition est aussi comparable. Enfin, A5 se fonde en partie sur A4 comme en témoigne la reprise de la note (p. 125) expurgée de son contenu dialogique :

En peu de mots, les Cilindres ou Tubules, sont des tuyaux creux, ajustés comme des tuyaux à lunettes d’approche : ils se moulent, s’emboëtent, s’insinuent, glissent les uns dans les autres ; ils se développent, s’étendent à peu près comme les cornes de l’escargot : ils s’échappent par des fentes latérales, ramifient en différens sens, suivant les plans tracés par la nature. (A5, I, p. 79-80)

6Toutes les éditions sont relativement soignées. AI est ornée sur sa page de titre d’une vignette dessinée par Charles Eisen et gravée par Dominique Sornique (fig. 1 et 2). A5 est imprimée dans un triple cadre. L’édition A4 se distingue des autres par une orthographe souvent plus moderne.

7Enfin, il convient d’ajouter que l’édition A3 a été reproduite en fac-similé en 1985 à Saint-Germain-en-Laye, et qu’à partir de ce fac-similé une nouvelle édition a été établie. Il s’agit d’une édition artistique sans prétention critique et sans principes d’édition clairement définis, si ce n’est la modernisation de l’orthographe. Pour le reste, l’éditeur a usé d’une grande liberté privilégiant le plaisir du livre. Cette édition, avec une brève notice bio-bibliographique de Lambert Barthélémy (alias Nycéphore Burladon), est parue à Montpellier au premier semestre 2001 et est accompagnée d’illustrations réalisées par Emmanuelle D., une jeune artiste contemporaine.

Description bibliographique des éditions

A1 (fig. 1 et 2)

8[s. 1.],1753. (en noir)

9AMILEC, /ou / LA GRAINE /D’HOMMES. / [vignette allégorique de Charles Eisen gravée par Dominique Sornique, illustrant la devise Sunt Bona mixta Malis, Sunt Mala mixta Bonis.] / [double filet]/M. DCC. LUI. /

10Format : in-12 ; cm : 12,8.

11Formes des signatures : A, Ai, Aij, Aiij, Aiv, Avj.

12Signatures : []a6 A-C12 H3.

13Contenu : faux titre, [I] ; [I bl] ; titre, [III] ; dédicace « aux SÇAVANS », V-XI ; [I bl] ; texte, [I]-174.

14Exemplaire examiné : BNF, Y2 7011.

15Autres exemplaires : BM Avignon, 8° 10861 et 8° 11115 ; BM Cherbourg, 4487 in-12, fonds ancien 2.

A2 (fig. 3)

16[s. 1.], 1753. (en noir)

17AMILEC, / ou / LA GRAINE / D’EIOMMES. / [ornement typographique] / [double filet] / M. DCC. LUI. /

18Format : in-12.

19Formes des signatures : A, Aij, Aiij, Aiiij, Av, sauf pour D2, D3, D4, E4, E5 et huit signatures omises.

20Signatures : [] a6 A-E12 F3.

21Contenu : titre, [I] ; [I bl] ; dédicace « AUX SÇAVANS », III-IX ; [I bl] ; texte, [I]-126.

22Exemplaire examiné : bibliothèque municipale de Montpellier, C 230, fonds ancien.

23Autre exemplaire : bibliothèque municipale de Bayeux.

A3 (fig 4)

24[s. 1.], 1754. (en noir)

25AMILEC,/ ou / LA GRAINE / D’HOMMES. /par monsieur/ TIPHAIGNE, / Médecin de la Faculté de/Caën/[ornement typographique]/[double ligne]/M. DCC. LIV. /

26Format : in-8° ; cm : 14,1.

27Formes des signatures : A, Aij, Aiij, Aiv, Av.

28Signatures : a5 A-G8 H.

29Contenu : faux titre, [I] ; [I bl] ; titre, [III] ; dédicace « aux SÇAVANS », V-X ; texte, 1-113 [I bl].

30Exemplaire examiné : BM Lyon, 811 574, CGA.

31Autre exemplaire : BM Caen, EG 84 RES.

A4 (fig. 5)

32Somniopolis, chez Morphée, 1754. (en noir et rouge)

33AMILEC, / OU / LA GRAINE / d’HOMMES. / NOUVELLE ÉDITION, / Avec des Remarques amusantes. / [ornement typographique] / A SOMNIOPOLIS, / Chez MORPHÉE. / [double filet] / M. DCC. LIV./

34Format : in-12 ; cm : 13,3.

35Formes des signatures : [A], A2, A3, A4, A5, A6.

36Signatures : A-F12 G6.

37Contenu : titre, [I] ; [I bl] ; « Les papillons. Songe », [III]-IX ; « aux SAVANS », X-XIV ; texte, [15]-156.

38Exemplaire examiné : BM Aix-la-Chapelle (Aachen), BF 649.

39Autres exemplaires : BNF, 8-BL-5521 et 8-BL-5522, Arsenal ; British Library, 1451.a. 15.

A5 (fig 6)

40Luneville, aux dépens de Chr. HUGENE, [1754]. (en noir)

41AMILEC, / ou / LA GRAINE / d’hommes / qui sert à peupler / Les Planètes. /Par l’a. d. P***. /

42Troisiéme Edition, augmentée très / considerablement. / [ornement typographique] / A Lunéville. / [ligne d’astérisques] / aux dépens de Chr. HUGENE, / A L’enseigne de fontenelle. / [encadrement] /

43Format : in-12 ; cm : 13.

44Formes des signatures : [A], A2, A3, A4, A5, A6, A7, A3 et A4 sont omis et A5, A6, A7 sont ainsi numérotésA3, A4, A5.

45Signatures : A-E12.

46Contenu : titre, [I] ; [I bl] ; texte, [3]-120.

47[sous la même reliure] :

48ZAMAR, / député / A LA LUNE / PAR AMILEC / Grand-Maître de la Manufacture / des Graines d’Hommes. / TROISIEME EDITION, / augmentée de la Relation du / Voyage d’un Sublunaire. / [ornement typographique] / A Lunéville. / [ligne] / aux dépens de Chr. HUGENE, / A L’enseigne de fontenelle. / [encadrement | /

49Formes des signatures : [A], [A2], A3, A4, A5, A6, A7.

50Signatures : A-F12.

51Contenu : faux titre, [I] ; [I bl] ; titre, [3] ; [I bl] ; texte, [5]-144.

52[sous la même reliure] :

53SUITE / DE / ZAMAR / député / A LA LUNE / PAR AMILEC / GrandMaître de la Manufacture / des Graines d’Hommes. / TROISIEME EDITION, / augmentée de la Relation du / Voyage d’un sublunaire/[ornement typographique] / A LUNÉVILLE. / [filet] / aux dépens de Chr. HUGENE, /A l’enseigne de fontenelle. / [encadrement] /

54Formes des signatures : [A], [A2], A3, A4, A5, A6, A7.

55Signatures : A-F12 G6

56Contenu : faux titre, [1] ; [I bl] ; titre, [3] ; [I bl] ; texte, [5]-I56 ; avis du libraire, 156.

57Contenu général : 3 volumes en I.

58Exemplaire examiné : BU Heidelberg, Μ 730.

59Autres exemplaires : BNF, 16-Y2-11289 ; BM Cherbourg.

Traduction anglaise

60AMILEC, / or the / SEEDS / OF / MANKIND. / [ligne] / Translated from the French,/Mdccliii. / [filet] / [ornement typographique] / [double filet] / LONDON, / Printed for W. Needham over-against Gray’s- / Inn Gate in Holbourn; and sold by M. Cooper / at the Globe in Pater-noster-row. Mdccliii. / [Price is. 60£] /

61Format: in-12.

62Formes des signatures : [A], [A2], A3, A4, A5.

63Signatures: A-D12 E8.

64Contenu: titre, [I]; [I bl]; « to the LEARNED. », III-VI; texte, [7]-III.

65Exemplaire examiné : British Library, 12510.c.40. (I).

Description de la diégèse des différentes éditions

A1 (vaut pour A2 et A3 qui sont semblables de ce point de vue)

66Dédicace « aux SÇAVANS ». [p. v-xi]

67Récit à la première personne ; le narrateur se plaint, s’endort et rêve (p. 1-4) ; arrivée d’Amilec (p. 5) ; explications « sérieuses » sur la génération (p. 6-14).

68Le narrateur et Amilec sortent du cabinet (p. 15) ; description des génies moissonneurs récoltant : un officier militaire, un homme vertueux (p. 16), un gouverneur d’un grand seigneur, une femme de Paris jeune, belle et vertueuse (p. 17) ; graines de petit-maître (p. 18) ; graines de femmes (p. 19) ; gens de robe, plaideurs (p. 20) ; avocat, chirurgien et médecin (p. 22).

69Ils partent vers le magasin d’Amilec (p. 22) ; ce dernier explique au narrateur le lien entre la mission des génies et la pluralité des mondes (p. 22-27) ; fin du voyage (p. 27-28) ; description du magasin du Grand-Maître : tablettes, boîtes étiquetées, sacs, paquets, cornets, ouvriers actifs (p. 28-29) ; tri de graines : conquérants contre cirons (p. 30-35), ecclésiastiques (p. 35-39), auteurs (p. 40-46), amants (p. 46-54), financiers (p. 54-55).

70Arrivée du courrier lunaire député par Zamar ; questions des génies au courrier ; lecture de la lettre par Amilec (p. 56-57).

71Lettre de Zamar (p. 58-91).

72Explication du peuplement de la Lune par la graine d’étourdi (p. 58-62) ; Lune, miroir de la Terre (p. 62-72) ; les marchands de physique, en gros et en détail (p. 72-76) ; histoire « abrégée » de la physique lunaire (p. 77-81) ; les trois ouvrages en vogue à la Lune : Le Théâtre de la vie humaine, ou Recueil de riens, d’un auteur badin ; Le Grand Dictionnaire Universel, où l’on apprend à parler de tout, & à ne raisonner sur rien ; Coup d’œil sur l’Univers & tout ce qu’il contient : où l’on démontre l’imbécillité de la Nature, par la bizarrerie, la défectuosité & le peu de consistance de ses ouvrages, par Ataman, Marchand de Physique en gros & en détail (p. 81-85) ; la description du cabinet d’Ataman (p. 85-89) ; fin de la lettre : le courrier lunaire attend les instructions d’Amilec (p. 90-91).

73Le courrier de Zamar remarque le narrateur ; il a vu son fils à la Lune (p. 92-93) ; il lui décrit son fils et ses occupations et les institutions lunaires (p. 93-96) ; Amilec renvoie le courrier (p. 96).

74Discussion sur le devenir des graines de Mars (p. 97-100) ; la basse de viole montée sur le ton des passions (p. 101-107) ; réflexions du narrateur sur la fragilité et l’improbabilité de la vie humaine (p. 107-109).

75Ils sortent et vont s’asseoir sur un nuage en forme de canapé (p. 109) ; nouvelles explications d’Amilec sur la génération et la propagation (p. 109-127) ; annonce de l’arrivée du moissonneur royal, Ismel (p. 127) ; préparation de l’élection des rois (p. 128-130) ; Amilec termine ses explications sur la génération (p. 131-147).

76Le narrateur et Amilec quittent leur nuage et arrivent à l’amphithéâtre (p. 147) ; description de l’amphithéâtre (p. 147-149) ; Ismel présente les graines récoltées à Amilec (p. 149-150) ; considérations sur la graine de peuple : graines d’incrédule, de fanatique, de religieuse, de coquettes, de dupes, d’ambitieux, d’orgueilleux, d’hypocrites, d’hommes pieux, de médisants, d’envieux, d’importants, de courtisans, de petits abbés (p. 151-154) ; tri des graines de souverains (p. 155-159) ; germes de républicains, tourbillons d’Espagne, d’Angleterre, de France (p. 160-161) ; tourbillon de l’Empire (p. 161-162) ; tourbillon de Prusse (p. 162-163) ! tourbillon des Perses et tourbillon ottoman, tourbillon de l’ancienne république de Hollande, la sphère apostolique (p. 163-164) ; éternuements du narrateur qui bousculent les tourbillons (p. 164-165) et sont dus à une graine d’hommes ; pouvoir des graines humaines : graines de flatteur, d’ami, d’épouse vertueuse, de critique, de petit-maître manqué (p. 166-168).

77La conversation entre le narrateur et Amilec est interrompue par un bruit confus (p. 168) ; une graine de souverain attire à elle toute la graine de peuple (p. 169-171) ; Amilec va cueillir cette graine : c’est un duc de Bourgogne (p. 172) ; applaudissements, joie du narrateur qui s’éveille ; plaintes du narrateur qui se retrouve seul : « tout avoit disparu, tout étoit perdu pour moi » (p. 173-174).

A4

78« Les Papillons. Songe. » [p. iii-ix]

79Dédicace « AUX SAVANS ». [p. x-xiv]

80Récit à la première personne ; le narrateur se plaint, s’endort et rêve (15-17) ; arrivée d’Amilec (18) ; explications « sérieuses » sur la génération (19-25). [p. 15-25]

81Le narrateur et Amilec sortent du cabinet (26) ; description des génies moissonneurs récoltant : un officier militaire ; un homme vertueux (27) ; un gouverneur d’un grand seigneur ; une femme de Paris, jeune, belle et vertueuse (28) ; graines de petit-maître (29) ; graines de femmes (30) ; gens de robe, plaideurs (31) ; avocat, chirurgien et médecin (32). [p. 26-32]

82Ils partent vers le magasin d’Amilec (33) ; ce dernier explique au narrateur le ben entre la mission des génies et la pluralité des mondes (33-36) ; fin du voyage (37) ; description du magasin du Grand-Maître : tablettes, boîtes étiquetées, sacs, paquets, cornets, ouvriers actifs (37-38) ; tri de graines : conquérants contre cirons (38-43), ecclésiastiques (43-46), auteurs (47-52), amants (52-58), financiers (58-59). [p 33-59]

83Arrivée du courrier lunaire député par Zamar ; questions des génies au courrier ; lecture de la lettre par Amilec. [p. 59-61]

84Lettre de Zamar. [p. 62-88]

85Explication du peuplement de la Lune par la graine d’étourdi (62-64) ; Lune, miroir de la Terre (65-73) ; les marchands de physique, en gros et en détail (73-76) ; histoire « abrégée » de la physique lunaire (76-80) ; les trois ouvrages en vogue à la Lune : Le Théâtre de la vie humaine, ou Recueil de riens, d’un auteur badin ; Le Grand Dictionnaire Universel, où l’on apprend à parler de tout, & à ne raisonner sur rien ; Coup d’œil sur l’Univers & tout ce qu’il contient : où l’on démontre l’imbécillité de la Nature, par la bizarrerie, la défectuosité & le peu de consistance de ses ouvrages, par Ataman, Marchand de Physique en gros & en détail (80-83) ; la description du cabinet d’Ataman (83-86) ; Fin de la lettre : le courrier lunaire attend les instructions d’Amilec (86-88).

86Le courrier de Zamar remarque le narrateur ; il a vu son fils à la Lune (88-90) ; il lui décrit son fils et ses occupations et les institutions lunaires (90-92) ; Amilec renvoie le courrier (92).

87Discussion sur le devenir des graines de Mars (93-96) ; la basse de viole montée sur le ton des passions (96-100) ; réflexions du narrateur sur la « fragilité/improbabilité » de la vie humaine (101-102). [p. 88-102]

88Ils sortent et vont s’asseoir sur un nuage en forme de canapé (102) ; nouvelles explications d’Amilec sur la génération/propagation (103-117) ; annonce de l’arrivée du moissonneur royal, Ismel (118) ; préparation de l’élection des rois (119-120) ; Amilec termine ses explications sur la génération (121-133). [p. 102-133]

89Le narrateur et Amilec quittent leur nuage et arrivent à l’amphithéâtre (134) ; description de l’amphithéâtre (134-135) ; Ismel présente les graines récoltées à Amilec (135-136) ; Considérations sur la graine de peuple : graines d’incrédule, de fanatique, de religieuse, de coquettes, de dupes, d’ambitieux, d’orgueilleux, d’hypocrites, d’hommes pieux, de médisants, d’envieux, d’importants, de courtisans, de petits abbés (136-140) ; tri des graines de souverains (140-144) ; germes de républicains, tourbillons d’Espagne, d’Angleterre, de France (144-145) ; tourbillon de l’Empire (146-147) ; tourbillon de Prusse (147) ; tourbillon des Perses et tourbillon ottoman, tourbillon de l’ancienne république de Elollande, la sphère apostolique (148) ; éternuements du narrateur qui bousculent les tourbillons (149-150) et sont dus à une graine d’hommes ; pouvoir des graines humaines : graines de flatteur, d’ami, d’épouse vertueuse, de critique, de petit-maître manqué (150-152). [p. 134-152] La conversation entre le narrateur et Amilec est interrompue par un bruit confus (152) ; une graine de souverain attire à elle toute la graine de peuple (152-154) ; Amilec va cueillir cette graine : c’est un Duc de Bourgogne (154-155) ; applaudissements, joie du narrateur qui s’éveille ; plaintes du narrateur qui se retrouve seul : « tout étoit disparu, tout étoit perdu pour moi.* / *[...] si quelque chose doit vous affliger, c’est la crainte d’une rechute. » (155-156). [p. 152-156]

A5

90Absence de « Les Papillons. Songe. » et de la dédicace « aux savans ».

91Première partie

92Récit à la première personne ; le narrateur se plaint, s’endort et rêve (3-6) ; arrivée d’Amilec (6) ; explications « sérieuses » sur la génération (6-15). [p. 3-15]

93Le narrateur et Amilec sortent du cabinet (15) ; description des génies moissonneurs récoltant : un officier militaire (16) ; un homme vertueux ; un gouverneur d’un grand seigneur (17) ; une femme de Paris, jeune, belle et vertueuse (17-18) ; graines de petit-maître (18) ; graines de femmes (19) ; gens de robe, plaideurs (20) ; avocat, chirurgien et médecin (21) [p. 15-21]

94Ils partent vers le magasin d’Amilec (22) ; ce dernier explique au narrateur le lien entre la mission des génies et la pluralité des mondes (22-26) ; fin du voyage (27) ; description du magasin du Grand-Maître : tablettes, boîtes étiquetées, sacs, paquets, cornets, ouvriers actifs (27-29) ; tri de graines : conquérants contre cirons (29-33), ecclésiastiques (34-38), auteurs (38-44), amants (44-51), financiers (51-52). [p. 22-52]

95Discussion sur le devenir des graines (52-55), et sur celui de celles de Mars (55-56) ; la basse de viole montée sur le ton des passions (56-60) ; réflexions du narrateur sur la « fragilité/improbabilité » de la vie humaine (61-62). [p. 52-62]

96Ils sortent et vont s’asseoir sur un nuage en forme de canapé (62) ; nouvelles explications d’Amilec sur la génération/propagation (63-80) ; annonce de l’arrivée du moissonneur royal, Ismel (80) ; préparation de l’élection des rois (81-83) ; Amilec termine ses explications sur la génération (83-98). [p. 62-98]

97Le narrateur et Amilec quittent leur nuage et arrivent à l’amphithéâtre (99) ; description de l’amphithéâtre (99-100) ; Ismel présente les graines récoltées à Amilec (101) ; Considérations sur la graine de peuple : graines d’incrédule, de fanatique, de religieuse, de coquettes, de dupes, d’ambitieux, d’orgueilleux, d’hypocrites, d’hommes pieux, de médisants, d’envieux, d’importants, de courtisans, de petits abbés (102-105) ; tri des graines de souverains (106-110) ; germes de républicains, tourbillons d’Espagne, d’Angleterre, de France (110-111) ; tourbillon de l’Empire (112) ; tourbillon de Prusse (113) ; tourbillon des Perses et tourbillon ottoman, tourbillon de l’ancienne république de Hollande, la sphère apostolique (114) ; éternuements du narrateur qui bousculent les tourbillons (115-116) et sont dus à une graine d’hommes ; pouvoir des graines humaines : graines de flatteur, d’ami, d’épouse vertueuse, de critique, de petit-maître manqué (116-119). [p. 99-119]

98Arrivée du courrier lunaire député par Zamar ; questions des génies au courrier ; lecture de la lettre par Amilec. [p. 119-120]

99Seconde partie

100Zamar, député à la Lune par Amilec Grand-Maître de la Manufacture des Graines d’Hommes. Troisième édition, augmentée de la relation du voyage d’un sublunaire.

101Lettre de Zamar. [p. 5-35]

102Explication du peuplement de la Lune par la graine d’étourdi (5-9) ; Lune, miroir de la Terre (9-18) ; les marchands de physique, en gros et en détail (18-22) ; histoire « abrégée » de la physique lunaire (22-27) ; les trois ouvrages en vogue à la Lune : Le Théâtre de la vie humaine, ou Recueil de riens, d’un auteur badin ; Le Grand Dictionnaire Universel, où l’on apprend à parler de tout, & à ne raisonner sur rien ; Coup d’œil sur l’Univers & tout ce qu’il contient : où l’on démontre l’imbécillité de la Nature, par la bizarrerie, la défectuosité & le peu de consistance de ses ouvrages, par Ataman, Marchand de Physique en gros & en détail (27-30) ; la description du cabinet d’Ataman (30-33) ; Fin de la lettre : le courrier lunaire attend les instructions d’Amilec (33-35)·

103Entretien du sublunaire avec le courrier [p. 36-53]

104Le courrier de Zamar remarque le narrateur ; il a vu son fils à la Lune (92-93) ; il lui décrit son fils, les occupations de ce dernier et les institutions lunaires (93-96) ; Amilec renvoie le courrier (96).

105Le narrateur « sublunaire » et le courrier partent du magasin et arrivent à la planète Vénus. Ils y rencontrent le génie Philandron qui donne au narrateur différentes instructions pour faire d’heureuses réformes, [p. 54-55]

106Réforme de l’éducation [p. 55-67]

107Entretien de la subordination [p. 67-77]

108De la réforme d’un Etat [p. 77-105]

109Moyens de réforme de la judicature [p. 105-143]

110Le narrateur prend copie de ces moyens de réforme proposés par Philandron. Le génie prépare l’expédition pour la Lune. [p. 1441

111Troisième partie

112Suite de Zamar, député à la Lune par Amilec Grand-Maître de la Manufacture des Graines d’Hommes. Troisième édition, augmentée de la relation du voyage d’un sublunaire.

113Philandron demande au narrateur s’il trouve bons les moyens de réforme. Le narrateur les juge plus que nécessaires comme l’atteste ce qui est arrivé à l’un de ses amis. [p. 5-16]

114Départ pour la Lune (17) ; le narrateur rencontre son fils qui lui expose sa condition et lui demande des nouvelles de la Terre, [p. 17-20]

115Description des mœurs des Européens. [p. 20-46]

116Parallèle entre la cour de Charles IX. et celle de Louis XV. (46-56) ; la bonne Compagnie (56-62). [p. 46-62]

117Les dames du Bel-Air (62-71) ; les petits-maîtres (71-79). [p. 62-79]

118Le fils du narrateur lui dit qu’un de ses amis, Polyhistor, avait dans sa jeunesse fait des voyages dont il avait écrit une relation. [p. 80]

119Relation de la Nitramie. [p. 80-106]

120Relation de la Nautopie. [p. 106-155] Le narrateur avoue ne pas pouvoir rapporter toutes les remarques de Polyhistor, il n’en a extrait « que ce peu de lignes ». Zamar le fait appeler. Le narrateur se contente « d’accepter ses secours pour [s’]en retourner heureusement à la Terre. » [p. 155-156]

Conclusion

121Les quatre premières éditions sont identiques dans leur structure narrative. Les quatre textes sont, à quelques variantes près, les mêmes. Le narrateur s’endort dès l’incipit pour se réveiller au moment où la fiction, comme le rêve, s’évanouit. Cette dimension onirique à l’intérieur de laquelle s’organise le texte, inscrit ce dernier dans la continuité de la dédicace aux savants qui est en même temps avertissement et discours de la méthode (celle de l’échappée imaginative et de l’extrapolation scientifique). L’originalité de la quatrième édition est d’ajouter un songe préliminaire intitulé « Les papillons » et 57 notes de bas de page qui apportent une dimension critique métatextuelle et qui mettent autant le rôle du lecteur que le texte en question. Ils permettent à l’auteur de mettre en scène la réception de l’ouvrage, ici dans un contexte tout à la fois mondain et galant.

  • 5 Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, P. Klossowski (trad.), Paris, Gallimard, 1982, II, 101, p. 126.
  • 6 Note **, p. 101. La critique est reprise dans la note *, p. 110 : « Encore de l’atmosphère, de la m (...)

122Le songe est raconté à la toilette d’une fort aimable dame, c’est-à-dire dans un lieu qui peut être désigné par le terme de cabinet. Ce même terme sert à désigner le lieu où le savant étudie, et parfois s’égare comme dans Amilec. Il peut désigner tour à tour deux réalités, deux mondes, que tout oppose. L’auteur rapproche un peu plus son roman des Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle en instaurant un dialogue semblable à celui de Fontenelle et de sa belle marquise d’où est exclu le vocabulaire de la science contemporaine. « Le langage de cour est celui du courtisan qui n’a point de spécialité et qui, même dans les entretiens sur des questions scientifiques, s’interdit toutes les commodes expressions techniques, parce qu’elles sentent trop le métier », explique Nietzsche5. Le lecteur mondain désapprouve l’utilisation du langage et proteste auprès de la dame : « Je vous l’avais bien dit, Madame, que cette brochure serait, comme la plupart de ces frivolités, farcie de termes scientifiques6. » Plus loin, il précise à la dame qu’il faut un commentaire pour comprendre les explications d’Amilec sur les tubules végétables, « surtout aux personnes auxquelles les termes de l’école moderne ne sont pas familiers » (p. 122, note). Le dialogue qui s’est instauré entre le lecteur et la dame est à l’opposé de celui d’Amilec avec le narrateur principal. L’un a pour ambition de divertir, l’autre d’instruire.

  • 7 Gaston Bachelard, L’Air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, Librairie génér (...)
  • 8 Charles Sorel, Histoire comique de Francion (1623), dans Romanciers du XVIIe siècle (1958), Paris, (...)

123La légèreté de ton est de rigueur dans le songe. Le « lecteur mondain » se doit d’être, en partie au moins, superficiel et volatil. Comme le signale Gaston Bachelard : « Le papillon apparaît dans les rêveries amusées, dans les poèmes qui, dans la nature, cherchent des occasions de pittoresque7. » Cependant, derrière cette superficialité, se cache peut-être un lien profond qui l’unit à Amilec et qui pourrait être une même imagination aérienne dynamique : l’air se remplit de la graine légère des fleurs de chardons comme l’atmosphère se remplit de graines d’hommes. Enfin le songe, avec ses papillons que convoitent des grenouilles et qui se mettent à fondre agressivement sur le narrateur, semble mériter une interprétation psychanalytique à l’instar du songe de Francion8, même si l’explication ne peut pas venir du désir érotique du narrateur.

  • 9 Sublunaire se dit de toutes les choses qui sont sur la terre ou dans son atmosphère, au-dessous de (...)

124La cinquième édition est très largement remaniée et augmentée. Les textes sont identiques jusqu’à la discussion entre le narrateur et le génie amalgameur (A5, I, p. 52 ; A4, p. 59). La lettre de Zamar et le dialogue entre le narrateur et le courrier de Zamar sont, à cet endroit du texte, supprimés. Le texte reprend le déroulement narratif des éditions précédentes à partir des considérations d’Amilec sur les meilleures souches qui donnent de mauvais rejetons et sur les futurs habitants de Mars jusqu’aux explications du grand-maître sur la génération. L’éloge du duc de Bourgogne et le réveil du narrateur sont supprimés au profit d’une transition avec la seconde partie : Amilec n’est pas interrompu par un bruit confus, mais aperçoit le génie courrier député par Zamar et interrompt son discours (A5, I, p. 119). La seconde partie débute par la reprise à l’identique de la lettre de Zamar à Amilec, ainsi que de la discussion du narrateur et du courrier. Cette dernière est reprise et allongée. Elle prend pour titre « Entretien du sublunaire9 avec le courrier ». À partir de là, le reste de la seconde partie (A5, II, p. 36-144) et la troisième partie sont entièrement nouvelles. La fin est radicalement différente. Le narrateur secondaire Polyhistor raconte qu’après un repas chez son hôte, le prince de Nautopie, il va se coucher agité, mais finit par trouver le sommeil. Il rêve qu’il retourne dans son pays où il raconte son aventure, mais après quelques débats, il s’assoupit. Le lendemain, il reprend son voyage (A5, III, p. 148). Mais est-il redevenu un voyageur en Nautopie ? Ou est-il encore dans sa patrie d’origine en Onirie, dans un réveil interne au rêve ? Le narrateur principal, lui, clôt brusquement le récit de Polyhistor sur cette incertitude d’un voyage qui s’achèverait en rêve. De manière surprenante, le sublunaire, quant à lui, ne se réveille pas. Bien au contraire, il accepte l’aide du seigneur Zamar pour revenir sur terre (A5, III, p. 156). Le texte acquiert dès lors un nouveau statut. Il passe d’une structure de rêve à une structure de voyage, fût-il imaginaire, et laisse le lecteur dans l’indécision d’un rêve transmué en réalité. Et, dans un même mouvement, Amilec bascule de la satire scientifique, qui cède le pas, à la satire sociale.

125La traduction anglaise de 1753 comporte aussi une dédicace « 7b the learned » (p. iii-vi). Elle a la même structure narrative que les éditions françaises de 1753 (A1 et A2). Quatre variantes significatives sont à noter.

126La première est la modification des germes de médecin et de chirurgien en Whig et Tory, accompagnée d’une note de bas de page explicative, rédigée par le traducteur, qui se justifie en plaidant pour le respect de l’Angleterre, c’est-à-dire l’adaptation culturelle : « The two Species of Seed mentioned in the Original were those of Surgeon and Physician ; as alluding to the Disputes at Paris between these two Professions ; but the Translator with more Propriety, in respect of England, has altered them into Whig and Tory. » (p. 18).

127La deuxième variante est l’explicitation de la référence à l’épisode biblique de la tour de Babel: « But the first Time they assembled together, they perceived, with much Surprise, like the Builders of Babel, that every one spoke his own Language, and was perfectly unintelligible to his Neighbour » (p. 52).

128La troisième variante, et non la moins surprenante et énigmatique, est constituée par l’apparition de quatre livres ajoutés par le traducteur aux trois qui sont en vogue à la Lune dans l’édition originale.

129Le premier de ces nouveaux livres traite de l’esprit de l’architecture : « The third is inscribed, The Spirit of Architecture » (p. 56). Le deuxième traite de la sympathie, à travers l’action des vins, et est dans l’ouvrage du savant Mabba, interprète auprès de l’empereur de la lune: « A fourth Book has for its Title, The Sympathy, or Action of Wines, while their respective Plants or Vines are in flower, explained, and clearly reduced to mechanical Causes, whereby the whole Mystery is plainly demonstrated to the Capacity of every Child in Philosophy, by a new System of effluent and affluent Matter. The Author of the aforesaid Work is the learned ans judicious Mabba, Dragoman to the Emperor of the Moon » (p. 58). Le troisième est un ouvrage consacré à l’étude et à l’utilisation des prévisions météorologiques, très utile aux charlatans d’Etat et aux moissonneurs politiques: « The fifth Work is entitled, The Study and Use of foretelling the Weather, very necessary for State Quacks and Political Corncutters » (p. 58). Le quatrième et dernier ouvrage ajouté à cette fameuse liste n’est autre que Micromégas de Voltaire, présenté comme un génie de premier ordre: « The sixth Work was inscribed, and sent to a famous Institute, or Academy, in the very Heart of Galileo’s Country; the Micromegas it seems, whole History, as I have been lately informed, was published upon the Earth by an aero-ethereal Genius of the first Order » (p. 60).

130Enfin, la quatrième et ultime variante est celle qui concerne l’éloge du duc de Bourgogne, issu de l’illustre famille des Bourbons. Cet éloge est traduit sans explicitation du nom de ce germe d’Auguste : « This august Germ, says he, comes from one of the most ancient and most illustrious Families in Europe. Shall we deprive the Inhabitants of the Earth of so rare a Treasure! Let us present it to our favourite Nation; let their Wishes be accomplished in the Possession of this precious Germ. The best of Constitutions deserves the best of Kings. Inscribe upon the Gold Box that contains it; Detur Digniori. » (p. 110).

131Le traducteur confirme ainsi sa volonté de conjuguer fidélité au texte original et adaptation au goût du public anglais. Sans apparemment y toucher, il fait allusion au bouleversement dans la succession au trône de Grande-Bretagne que venait d’entraîner la mort de Frédéric-Louis (1707-1751), prince de Galles. Ce dernier devait succéder à son père, George II (1683-1760), roi de Grande-Bretagne et d’Irlande et Électeur de Hanovre de 1727 à 1760. C’est finalement le fils aîné de Frédéric-Louis, le futur George III, qui est désigné pour succéder à son grandpère sur le trône par l’application stricte du droit de primogéniture, malgré la désapprobation de nombre de personnes estimant qu’il n’avait pas l’étoffe d’un roi.

Choix de l’édition de référence

132Nous avons retenu l’édition A4 comme édition de référence pour ce livre. En effet, le texte de la quatrième édition est identique à celui de la première, celle dont la page de garde est ornée d’une vignette de Charles Eisen gravée par D. Sornique, de même qu’à ceux des deuxième et troisième éditions. Comme eux, il a une dédicace « Aux savants ». En revanche, A4 est la seule édition qui comporte le songe « Les papillons » et 57 notes d’un lecteur qui n’est autre que le narrateur dudit songe. Elle nous propose ainsi une mise en abyme de la lecture et de la réception mondaine ou galante de l’œuvre. Cette édition permet tous les parcours. Le lecteur peut, à son gré, se contenter de lire le texte isolément du songe et des notes ou, au contraire, explorer le va-et-vient qui s’installe entre le texte et les remarques de ce narrateur-lecteur. De plus, comme nous l’avons dit, elle se distingue des autres éditions par certains usages orthographiques plus modernes, comme savoir (A4, p. 16) au lieu de sçavoir (AI, p 2) ou encore économie (A4, p. 132) au lieu d’œconomie (AI, p. 144).

133La dernière édition est trop différente, elle note une nette inflexion du texte de la satire scientifique vers la satire sociale. De plus, elle a souvent été critiquée pour sa lourdeur. En vérité, elle est excessivement riche de références à la France du milieu du XVIIIe siècle. Pour qui voudrait consulter l’édition originale, une version numérisée est disponible sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France.

Note sur l’établissement du texte de la présente édition

134Les différentes éditions du texte comportent peu de variantes, nous n’en avons relevé que les plus significatives que nous avons placées à la fin du texte, après les notes.

Les aspects graphiques

135Conformément à l’usage moderne, l’esperluette a été systématiquement remplacée par la graphie et : & qui a l’éclat & la douceur —> et qui a l’éclat et la douceur ; Médecin, Philosophe, &c. > médecin, philosophe, etc.

Les majuscules

136Nous avons supprimé les majuscules aux noms communs conformément à l’usage moderne. Nous ne nous sommes pas permis de garder de majuscules au titre du soulignement intentionnel, car il est difficile de déceler l’intention de l’auteur à travers les usages de l’imprimeur, d’autant que l’usage de la majuscule varie d’une édition à l’autre et, dans notre édition de référence, d’une occurrence à l’autre. Le respect de l’usage moderne permet d’éviter la subjectivité, d’autant que l’emploi des majuscules aux substantifs dans Amilec est le plus souvent conforme à ceux qu’en a fait le XVIIIe siècle : pour les lieux (Cabinet, Magasin, Ville, Campagne, Univers, Monde...) ; catégories sociales et les emplois (Juge, Financier, Moissonneur, Eplucheur, Vendangeur, Phisicien, Logicien...) ; les titres (Grand-Maître, Madame, Prince...) ; les termes du domaine littéraire (Roman, Brochure, Livre, Poëte, Ecrivains, Lettre...) ; et ceux du domaine du savoir (Phisique, Chimie, Philosophie...) En revanche, les majuscules ont été maintenues aux noms de planètes (Mercure, Mars, Jupiter, Vénus). L’hésitation est parfois possible pour les mots : Terre, Lune et Soleil. Le mot terre prend une majuscule quand il désigne la planète du système solaire habitée par les hommes, ce qui n’est pas, par exemple, le cas de Terres Lunaires, terres lunaires. Soleil prend une majuscule quand il désigne l’astre central, lumineux, du monde que nous habitons. Et le terme lune prend une majuscule quand il désigne le satellite de la terre. Tous ces termes ressortissent à l’astronomie, ces majuscules mettent donc en valeur l’importance de la théorie de la pluralité des mondes dans le roman.

137Enfin, nous avons maintenu la majuscule au substantif Lunaire, le considérant comme un nom d’habitants d’un pays comme les Anglais ou les Français, et qui, en français moderne, prend une majuscule.

Les caractères typographiques

138Nous avons maintenu les caractères d’origine (romain, italique, petite capitale...) Nous avons conservé les italiques et les petites capitales utilisées pour mettre en valeur certains termes : adresse dans une lettre comme ILLUSTRE AMILEC, titre au sein du texte, formules en latin comme in-folio. Nous avons aussi gardé les italiques qui signalent, sans recourir à l’usage des guillemets, un discours direct comme pour la censure du premier ouvrage lunaire ou les dernières paroles d’Amilec.

Les alinéas

139Nous avons respecté la distribution des paragraphes, et les alinéas de l’édition originale.

La ponctuation

140Le point-virgule est souvent employé dans le texte pour annoncer une explication, là où aujourd’hui nous emploierions les deux-points : « Ce qui reste de toutes celles de ce genre ; des doutes ». De même, la conjonction de coordination et est très souvent précédée d’une virgule. Ou encore, il est assez fréquent de trouver une virgule avant une proposition relative, dont le seul rôle est de marquer une pause rythmique dans la phrase : « une millième partie, qui par son poids a résisté ». Malgré ces petits détails, la ponctuation de l’édition originale ne pose pas de problème de lisibilité et n’induit pas au contresens. Nous l’avons donc conservée.

141Il faut, de plus, noter que les variations dans la ponctuation d’une édition à l’autre semblent être toutes dues à l’imprimeur plutôt qu’à l’auteur, du moins n’influent-elles pas sur le sens du texte.

L’orthographe

142Nous avons procédé à l’uniformisation des usages orthographiques.

Les accents

143Accents aigus : recolte, esclaboussure, refugier, Israelites, Ellébore.

144Accents graves : léves, chiméres, espèce, siécles, antitéses, Poëtes, surnagerent, déja.

145Accents circonflexes : Tréve, boëte, arrivames, ame, entraîne, gout, éclot, poles, entraîné.

146Absence d’accent : dégré, rélation, étourdîment, atomes, suîs.

Les graphies

147affoiblies, reconnoissance, conntre, paroissoient ; Anglois, François.

148Les ai sont également substitués aux oi dans les indicatifs imparfaits et les conditionnels : devois, avoit, étoient, soutenoient, aurois, devinerois, pourroit, régénéreroit, deviendroient.

149La règle encore appliquée au XVIIIe siècle qui voulait que l’s absorbe le t ou le d après une voyelle nasale, comme dans : prétens, éclaircissemens, rudimens, teins, long-tems, Printems, Amans, enfans, habitans, Savans, cens.

150Le maintien de la graphie n provenant de l’adjectif dans des adverbes avec redoublement de la nasale, comme pour conséquenment, abondans, suffisanment, apparenment, récenment.

Traits d’union, apostrophes, coupures et soudures

151Nous avons supprimé, maintenu voire ajouté des traits d’union pour conformer le texte aux règles actuelles. Adjectifs précédés et modifiés par l’adverbe très : très-douce, très-zélé, long-tems.

152Coupures et soudures : mal-adresse, par-là, aussi-tôt, delà, dequoi, tout-à-coup, en même-tems, sur-tout, aussi-bien, entr’autres, tout-à-fait, aussi-tôt, peu-à-peu, entr’ouverte, a-t’il, continua-t’il, demi boisseau.

153Élisions : Enfin, lorsque le français moderne autorise deux graphies, dont celle du texte, nous avons maintenu cette dernière, d’où un usage non unifié de l’élision du mot quoique devant voyelle : quoiqu entiérement, quoiqu’attachées, quoique extrêmement, suivant le texte original.

154De même, Les consonnes internes aux mots sont souvent au XVIIIe siècle doubles ou simples. On trouve donc dans le texte original les graphies falottes, rejetions, appaisé, planettes, fagottées, appanage, caffé, completter, jetter, applanir, appercevoir, appellée, appella, complette, aggrandissent, mais en revanche : colé, Couriers, embaler, balotoit, imbécilité, sale.

155L’usage des « i » et « y » n’était pas fixé, ainsi trouve-t-on : cayers, martiriser, Phisique, cilindre, sistêmes, mistére, hipothéses, lire, chile.

156Différents mots dont l’orthographe serait aujourd’hui considérée comme fautive : Théére, théière ; consistence, consistance ; guères, guère ; vuides, vides ; vuider, vider ; entrelasser, entrelacer ; Méchanique, mécanique ; hazard, hasard ; phiole, fiole ; Microscôme, microcosme ; s’engrainer, s’engrener ; panchant, penchant ; rapsodie, rhapsodie ; eternûment, éternuement ; contes bleux, contes bleus.

157Ces pratiques d’écriture étaient courantes au XVIIIe siècle. Les règles d’orthographe étaient moins contraignantes qu’aujourd’hui. Les auteurs, et peut-être plus encore les imprimeurs, usaient pleinement de cette liberté.

Présentation du discours au style direct

158Les guillemets sont employés à chaque ligne du discours direct, sans noter les changements d’interlocuteur qui sont signalés dans le texte par les incises, sans toutefois que leur usage soit systématique. Nous conservons les guillemets du texte original, mais en nous limitant à des ouvrants au début et des fermants à la fin, conformément à l’usage moderne. Nous avons supprimé tout guillemet dans la lettre de Zamar (lue à haute voix par Amilec), afin de reproduire la forme épistolaire qui se détache d’elle-même du récit et ne nécessite donc pas l’emploi de guillemets.

Notes

1 BNF, ms. français 22 158, f° 145 v°, 47 v° et 155 v°.

2 Sans doute le chirurgien Sauveur-François Morand (1697-1773). Admis à l’Académie des sciences en 1722, plus tard membre de la Société royale de Londres, il est l’auteur d’un Discours pour prouver qu’il est nécessaire à un chirurgien d’être lettré imprimé à Paris en 1743.

3 Louis Phélypeaux, comte de Saint-Florentin, puis duc de La Vrillière, secrétaire d’État à la maison du roi, membre honoraire de l’Académie des sciences depuis 1740, dissout en septembre 1750 l’assemblée du clergé sur ordre royal lors de l’affaire du vingtième.

4 Voir ci-dessous pour la définition des éditions.

5 Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, P. Klossowski (trad.), Paris, Gallimard, 1982, II, 101, p. 126.

6 Note **, p. 101. La critique est reprise dans la note *, p. 110 : « Encore de l’atmosphère, de la matière subtile », s’y exclame le lecteur.

7 Gaston Bachelard, L’Air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, Librairie générale française, « Le Livre de poche. Biblio essais », 1992, p. 89.

8 Charles Sorel, Histoire comique de Francion (1623), dans Romanciers du XVIIe siècle (1958), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, livre III, p. 140-154.

9 Sublunaire se dit de toutes les choses qui sont sur la terre ou dans son atmosphère, au-dessous de la lune. Pris substantivement, c’est ici une manière humoristique de nommer le narrateur principal.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search