Version classiqueVersion mobile

Paul Éluard. Le coeur absolu

 | 
Corinne Bayle

Conclusion. Le cœur absolu

Texte intégral

  • 1 « Poésie pure », Donner à voir, OC, t. I, p. 974.
  • 2 René Char, « Arthur Rimbaud », Recherche de la base et du sommet, dans Œuvres complètes, op. cit.,(...)

1Éluard ne fut pas tendre pour les exégètes : « La poésie a presque toujours vaincu les poètes, mais elle n’a jamais réussi à se débarrasser de ses parasites, critiques rapportant tout aux plus petits besoins artistiques et sentimentaux du lecteur1. » Ce travail s’est efforcé de faire entendre la singularité d’un recueil neuf, qui est l’aboutissement d’une poétique élaborée durant les dix années précédentes, en réfléchissant à ses effets et aux moyens mis en œuvre pour les produire. Si le poème accepte les explications « pour les ruiner bientôt2 », ces mises en garde rappellent qu’il n’existe pas de doxa et que la réflexion sur la poésie doit s’accompagner d’une écoute personnelle, sous peine d’être lettre morte.

  • 3 « L’exactitude du cœur humain », Cours naturel (1938), OC, t. I, p. 810.

2Cette étude de Capitale de la douleur s’est voulue attentive au cœur absolu, à la justesse d’un chant travaillé, souhaitant arracher Éluard à la figure du poète amoureux, au poncif de l’écriture autobiographique, et mettre au jour la réversibilité de l’amour des êtres et du monde avec l’amour de la langue et des mots. La transmutation du vécu ne peut avoir lieu que sur la scène du langage, en un théâtre intime qui redistribue les affects devenus signes universels dans l’espace délimité de la page. Pour saisir « L’exactitude du cœur humain3 », l’écrivain l’explore en un art si savant que son œuvre en offre une impression de limpidité, démentie dès que l’on veut expliquer son fonctionnement, sa source vive.

  • 4 Jacques Rancière, La Parole muette, op. cit., p. 39.
  • 5 Selon sa sœur Isabelle, dans un article intitulé « Rimbaud mystique », paru dans Le Mercure de Fra (...)

3Le poème est à la fois ignorance du monde et expérience du monde qui métamorphose cette ignorance en singularité. Les jeux poétiques entre les sons, les rythmes, les images, les clichés resémantisés, les motifs revisités, l’inventivité de nouvelles figures, de vers inédits, produisent une combinaison de possibles laissant affleurer les rapports profonds entre les choses et le regard, en une parole impersonnelle qui signe le désir de partage. Jacques Rancière a évoqué la poésie comme parole muette, un langage symbolique « qui parle moins par ce qu’il dit que par ce qu’il ne dit pas, par la puissance qui s’exprime à travers lui4 ». Nulle puissance extérieure attribuable à quelque dieu immortel, mais la capacité de reconfiguration du langage et de l’imaginaire révélée dans la construction du texte que nous sommes engagés à entendre « littéralement et dans tous les sens5 ». Éluard a fait sienne cette exigence dans la mouvance d’une période de bouleversements esthétiques, où les injonctions rencontraient ses propres aspirations, conservant la liberté d’ordonner des formes redevables à la tradition poétique, refaçonnant le vers classique, prenant acte du vers libre et du poème en prose, de recherches artistiques nouvelles, dialoguant avec des peintres, tout en témoignant d’indépendance par rapport à cette mémoire ou aux sommations de ses contemporains, désireux de refonder le poème avec les armes mêmes de son apparente défaite, face à la prose du monde et l’usure de la langue.

  • 6 Notes sur la poésie, en collaboration avec André Breton, OC, t. I, p. 475.

4Plus que jamais peut-être avons-nous besoin d’une poésie qui soit « le contraire de la littérature6 », selon une formule d’insurrection contre les normes et les académismes. Le terme est devenu synonyme d’élite, réservé aux gardiens du temple, et la poésie qui a dialogué avec les autres arts durant le XXe siècle, se confronte désormais aux médias, en une banalisation en passe de se scléroser. Capitale de la douleur, paru en 1926, nous fait (re)découvrir le recueil d’un jeune homme de trente ans, qui avait déjà vécu une guerre, des passions et des enthousiasmes révolutionnaires. L’échange se noue par une souffrance intime qu’une attention au monde dépasse, la poésie réconciliant les antinomies, creusant les contradictions jusqu’à une lucidité où les affres sont transcendées par un souffle plus vaste :

  • 7 René Char, « Rémanence », Le Nu perdu, dans Œuvres complètes, op. cit., p. 457.

De quoi souffres-tu ?
De l’irréel intact dans le réel dévasté7.

5René Char, qui fut sans doute son plus proche frère en poésie, a ainsi énoncé la déchirure moderne que le poème dévoile et magnifie. Avec sa propre sensibilité et la lucidité d’un grand poète, Paul Éluard nous demande pareillement de mesurer la difficulté d’être au monde dans ce monde. Il nous invite à retourner en chance ce sort commun.

Notes

1 « Poésie pure », Donner à voir, OC, t. I, p. 974.

2 René Char, « Arthur Rimbaud », Recherche de la base et du sommet, dans Œuvres complètes, op. cit., p. 729.

3 « L’exactitude du cœur humain », Cours naturel (1938), OC, t. I, p. 810.

4 Jacques Rancière, La Parole muette, op. cit., p. 39.

5 Selon sa sœur Isabelle, dans un article intitulé « Rimbaud mystique », paru dans Le Mercure de France en 1914, le mot aurait été dit par Rimbaud à sa mère.

6 Notes sur la poésie, en collaboration avec André Breton, OC, t. I, p. 475.

7 René Char, « Rémanence », Le Nu perdu, dans Œuvres complètes, op. cit., p. 457.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search