Version classiqueVersion mobile

Le Rouge et le Noir

 | 
Sylvie Thorel

Annexe 1. Brève histoire de la réception de Le Rouge et le Noir

Texte intégral

1Michel Crouzet a fait le point, dans l’anthologie publiée dans la collection « Mémoire de la critique », aux Presses de l’université de Paris-Sorbonne, sur la réception de l’œuvre de Stendhal au XIXe siècle, en mettant en évidence un malentendu : contrairement à ce que propage une insistante rumeur, l’auteur de Le Rouge et le Noir a immédiatement été lu et commenté, tant par les écrivains (Musset, Balzac, Barbey d’Aurevilly, Gobineau, Mérimée, Zola) que par les grands critiques du temps (Sainte-Beuve, Taine, Bourget, Faguet...) Cependant la fortune du roman de 1830 n’a pas été immédiate même si, comme on l’a vu plus haut, Balzac en a saisi la portée : tandis que les uns intentaient un nouveau procès à Julien Sorel et à son inventeur derrière lui, d’autres tel Flaubert estimaient le roman mal écrit – le reproche stylistique reviendra souvent sous la plume des commentateurs, formés à l’école de Chateaubriand et ignorants des ressources du sénéquisme.

2Stendhal, unique dans son siècle et difficilement situable, a dérangé ou suscité d’irrésistibles admirations dont celle de Balzac fut la première et sans doute la plus éclatante. Autour de 1880, ainsi que l’avait pressenti le romancier, le happy few auquel il dédiait son œuvre semblent se constituer en une sorte de société secrète, attachée à un culte de l’intelligence, de la netteté, de la psychologie stendhalienne qui, Flaubert le relevait déjà en son temps, n’exclut pas le snobisme : les membres du Stendhal Club que Charles Dantzig s’efforce actuellement de restaurer se flattent de déposer chaque année, sur la tombe du grand homme, un bouquet de ces épinards qu’il aimait tant...

3Longtemps a dominé une appréhension psychologique de l’œuvre dont témoignent les travaux de Valéry, Bourget, Blum ; dans un second temps se sont multipliées des approches historiques et sociologiques comme celles de Bardèche, Aragon, dans la filiation desquels s’inscrit pour une part, aujourd’hui, le travail d’Yves Ansel. Les études spécifiquement littéraires, visant à cerner l’originalité de Stendhal, ont été surtout le fait de Blin, Prévost, Brombert – le représentant le plus remarquable de cette approche étant actuellement Michel Crouzet.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search