Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 10. La syntaxe historique

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les locuteurs natifs d’une langue peuvent distinguer les phrases grammaticales d’une langue et les phrases non grammaticales, et ils peuvent produire et comprendre un nombre illimité de phrases qui n’ont jamais été produites ou entendues auparavant. Cette compétence linguistique est l’objet d’investigation pour les syntacticiens. Ils essaient d’expliquer la grammaticalité des phrases et les modèles de l’ordre des mots.

2Les buts des syntacticiens historiques sont très similaires, excepté qu’ils étendent leurs investigations à l’histoire de la langue, pour laquelle ils doivent compter sur les textes qui ont survécu. Ils ne peuvent pas tester l’intuition de locuteurs natifs ni utiliser leur propre intuition. Les syntacticiens historiques essaient à la fois d’expliquer les règles syntaxiques à des moments particuliers de l’histoire de la langue, ainsi que les modèles du changement. Au XIXe et au cours de la première moitié du XXe siècle, la linguistique diachronique était la plupart du temps concernée par la phonologie et la morphologie. Pendant la seconde moitié du XXe siècle, la syntaxe a connu une forte popularité, mais aux dépens des études diachroniques. Ce n’est que récemment que des questions concernant la syntaxe historique ont été posées d’une façon plus systématique. Il y a cinq domaines de recherche qu’une théorie du changement linguistique doit expliquer (voir Weinrich, Labov et Herzog, 1968). Ils sont résumés ainsi : actuation, contraintes, transition, enchâssage et évaluation.

3Une théorie du changement linguistique doit donner des raisons pour expliquer le début du processus possible. Pourquoi un changement commence-t-il à un moment particulier dans une langue particulière, mais non à d’autres moments, ou dans d’autres langues qui ont les mêmes traits ?

4Une telle théorie doit être capable de faire la liste des conditions et des contraintes qui limitent les directions du changement. Nous sommes encore incapables de prédire que des changements spécifiques auront lieu, mais on peut se demander quels types de changements sont les plus probables et lesquels sont impensables.

5Nous avons aussi besoin de descriptions détaillées pour savoir comment et pourquoi des innovations se diffusent à travers une communauté de paroles ; comment un changement se transmet d’un locuteur à un autre et d’un groupe social à un autre ; comment il passe d’un contexte linguistique à un autre.

6Un changement dans un système linguistique modifie le système entier. Comment le système réagit-il au changement individuel ? Quels traits sont réalignés en tant que résultat ?

7Enfin, la théorie doit dire quelque chose sur les réactions et les attitudes des locuteurs envers les innovations observées. Jusqu’à quel point les locuteurs sont-ils conscients du changement, comment l’évaluent-ils ? Est-ce que la nouvelle forme est considérée comme une forme stigmatisée ou bien est-elle vue comme une variante de prestige ?

8Je vais illustrer certaines des préoccupations des syntacticiens historiques avec deux études de cas. La première concerne les changements dans l’ordre des mots depuis le vieil-anglais jusqu’à l’anglais moderne. La seconde traite de l’opérateur zéro do et de son émergence à la fin du moyen-anglais et au début de l’anglais moderne. Les deux études de cas sont esquissées très brièvement. Notre intention ici est seulement de présenter les problèmes. Des lectures subsidiaires seront conseillées à la fin du chapitre. Les présentations suivantes sont dues à Denison (1993).

ORDRE DES MOTS DU VIEIL-ANGLAIS AU MOYEN-ANGLAIS

9Quand on parle de l’ordre des mots d’une langue, on veut parler de l’ordre de base ou non des mots dans la langue à un moment particulier. Un tel ordre des mots est habituellement constitué de trois éléments : sujet, verbe et complément d’objet. Ainsi, il serait plus approprié de parler d’ordre des constituants de phrase, puisque le sujet et le complément d’objet ont souvent de plus d’un mot. Mais l’expression « ordre des mots » est consacrée. L’ordre des mots de base peut être compris de deux façons. D’une part, on peut l’établir de façon empirique en explorant un large nombre d’exemples qui prennent en considération les différents modèles. D’autre part, l’ordre des mots de base peut aussi être compris comme un modèle, à partir duquel sont dérivés les autres modèles. Ainsi, un modèle particulier peut être moins fréquent que d’autres, mais la plupart des modèles peuvent être interprétés comme des variations du modèle de base. Ce second sens d’un modèle de base est particulièrement courant dans certaines théories syntaxiques spécialisées. Il est important de réaliser que les deux sens ne sont pas toujours tenus suffisamment à distance.

10Dans les phrases en anglais moderne, le verbe suit toujours le sujet, que le sujet soit précédé ou non d’une autre partie de phrase et que ce soit une proposition principale ou subordonnée.

1. Fred hates syntax exercises.
2. Yesterday Fred might have done some syntax exercises.
3. …, because Fred hates syntax exercises.
4. … Fred, who hates syntax exercises.

11Les deux premiers exemples sont des propositions principales, les deux suivants sont des propositions subordonnées. Dans tous ces cas, le verbe fini suit le sujet. Dans l’exemple 2, le sujet est précédé d’un adverbe de temps. Dans le 4, le verbe est précédé d’un pronom relatif, qui est le sujet de la proposition relative. Les propositions interrogatives et impératives dévient systématiquement de ceci. Dans ce qui suit, je vais m’intéresser à la phrase déclarative parce que les autres types de phrase peuvent être vus comme des déviations du modèle déclaratif de base.

12La situation en vieil-anglais est plus complexe. Les principales et les subordonnées tendent à se comporter différemment (voir section 2.5). Les propositions principales tendent à avoir le verbe fini en deuxième position, tandis que les propositions subordonnées tendent à l’avoir en position finale, c’est-à-dire à la fin de la proposition. C’est la même situation qu’en allemand moderne, mais en vieil-anglais, il y a de nombreuses déviations de ces modèles de base. Je vais introduire d’abord certains modèles typiques.

PROPOSITIONS PRINCIPALES

13Les exemples 5 et 6 sont des propositions principales :

  • 1 Cité d’après Mitchell et Robinson, 1992 : 63 ; van Kemenade, 1987 : 30.

5. He hæfde an swiðe ænlic wif (he had a most excellent wife).
6. Þa eoden hie ut (Then he went out1).

14Dans l’exemple 5, le verbe fini hæfde suit immédiatement le sujet he. La phrase 6 commence avec l’adverbe Þa, qui est suivi immédiatement par le verbe fini eoden. Le sujet hie suit le verbe. Ainsi, les phrases 5 et 6 ont le verbe fini en deuxième position.

PROPOSITIONS SUBORDONNÉES

15Les exemples 7 et 8 sont des propositions subordonnées :

  • 2 Cité d’après van Kemenade, 1987 : 31 ; Mitchell et Robinson, 1992 : 64.

7. Þæt hie mid þæm folc ut aloccoden (so that by doing that, they would entice the people out).
8. Gif hie ænigne feld secan wolde (if they wished to seek any open country2).

16Dans les deux cas, le sujet suit immédiatement la conjonction, þæt dans l’exemple 7 et gif dans le 8. Le verbe fini suit à la fin de la subordonnée, aloccoden et wolde. En s’appuyant sur ces exemples, on peut affirmer que les subordonnées en vieil-anglais ont le verbe fini à la fin de la proposition.

17Pour le syntacticien historique, il y a des problèmes fondamentaux associés à la description des changements d’ordre des mots du vieil-anglais à l’anglais moderne. Le premier problème concerne la description elle-même de la situation en vieil-anglais. D’une part, l’ordre des mots en vieil-anglais peut être décrit comme fondamentalement libre avec une préférence nette pour certains modèles. D’autre part, il peut être décrit comme étant gouverné par des règles si on parvient à expliquer les déviations des modèles de base d’une façon systématique. Il est difficile de décider en faveur de l’une ou de l’autre solution parce que les données sont restreintes, et il n’y a pas de locuteurs natifs dont on peut tester l’intuition. La variabilité pourrait être le résultat de différents genres. Bien des données en vieil-anglais sont préservées en vers, et l’ordre des mots a pu être plus libre en vers qu’en prose. Le second problème concerne la description des changements. Comment et pourquoi le modèle mixte en vieil-anglais est-il remplacé par le modèle de l’anglais moderne ? Y avait-il des locuteurs de la langue qui commencèrent à utiliser le nouveau modèle en plus du vieux modèle ou en remplacement ? Ou bien y avait-il des enfants qui déviaient des modèles de leurs parents et qui introduisirent de nouveaux modèles ? Pour les deux problèmes, de nombreuses solutions ont été proposées. En guise d’illustration, je vais présenter une façon possible de comprendre les modèles déviants de l’ordre des mots dans les principales et les subordonnées en vieil-anglais.

18L’exemple 9 est une proposition principale. L’ordre des constituants semble être une violation du modèle du verbe second. La proposition commence avec un complément d’objet direct, micelne geleafan, qui est suivi par le sujet he et le verbe fini hæfde. Ainsi, le verbe apparaît être en troisième position :

  • 3 Cité d’après Mitchell et Robinson, 1992 : 65.

9. Micelne geleafan he hæfde (Great faith he had3).

19Cependant, le sujet est un pronom non accentué. Il n’est pas très important dans la structure informationnelle de la phrase. L’information principale est la grande foi qu’il avait. La personne à laquelle on fait référence par he a dû être introduite plus tôt dans le texte. De tels pronoms sujets non accentués peuvent être analysés comme des clitiques, c’est-à-dire des éléments qui sont attachés au verbe et qui n’occupent pas leur propre position dans la phrase. Dans cette interprétation, la première position dans une proposition principale est son thème (topic). Il établit ce dont la proposition parle. Dans l’exemple 9, le thème est l’objet grammatical de la proposition. Dans l’exemple 5, le thème est le sujet grammatical et dans le 6, un adverbe. Le thème est suivi du verbe fini, qui n’a pas besoin d’être précédé d’un pronom cliticisé, c’est-à-dire non accentué. Ainsi, les trois exemples 5, 6 et 9 suivent le modèle du verbe second, la seule différence étant que le verbe du 9 est précédé par un pronom sujet cliticisé. Une telle analyse rend explicable une bonne partie des modèles déviants de l’ordre des mots en vieil-anglais.

20Dans les propositions subordonnées en vieil-anglais, le verbe n’apparaît pas toujours à la fin de la proposition. En particulier, si la subordonnée est longue, certains éléments peuvent apparaître après le verbe fini comme dans les exemples suivants :

  • 4 Cité d’après van Kemenade, 1987 : 39-40 ; Mitchell et Robinson, 1992 : 64.

10. Æfter disum gelamp þæt micel manncwealm becom ofer þære Romaniscan leode (then it appeared that a great plague came of the Roman people).
11. men cweþaþ on Englisc þæt hit sie feaxede steorra (some people say in English that it is a long-haired star).
12. Ær he acenned wæs of Marian (before He was born of Mary4).

21Dans l’exemple 10, le verbe becom apparaît après le sujet micel mancwealm. Il est suivi par un syntagme prépositionnel ofer þære Romaniscan leode. Ici on peut affirmer que le syntagme prépositionnel subit une extraposition, c’est-à-dire qu’il est déplacé de sa position normale et placé en fin de phrase. Dans le 11, un syntagme nominal feaxede steorra est extraposé et en 12, c’est le cas du syntagme prépositionnel of Marian. Ainsi, on peut conclure que les trois exemples ont fondamentalement le verbe à la fin malgré les apparences.

22Les exemples comme 10, 11 et 12 offrent une explication sur la transformation des modèles de l’ordre des mots en vieil-anglais en modèles modernes. Comme je l’ai suggéré, ils peuvent être analysés comme des modèles de verbe dernier avec des extrapositions. Mais dans la transition du vieil-anglais au moyen-anglais, l’extraposition devint de plus en plus courante. Dans le processus de l’acquisition du langage, les enfants entendaient bien plus de subordonnées avec des extrapositions comme 10, 11 ou 12 que des subordonnées avec des cas distincts d’un modèle de verbe dernier comme 7 ou 8. Par conséquent, les enfants commençaient à acquérir un modèle de sujet-verbe plutôt que le modèle de verbe dernier avec extraposition. Ce phénomène est appelé la réanalyse. À ce stade, l’ordre dans les principales était encore verbe second avec la possibilité d’avoir des pronoms sujets cliticisés. C’était seulement à la fin du XIVe siècle que la décliticisation commença. En s’appuyant sur l’analogie des subordonnées, les sujets étaient maintenant régulièrement positionnés avant le verbe. Le résultat était que les pronoms sujets perdirent leur statut de clitiques ; par conséquent, tous les sujets ont le même statut syntaxique. Ce développement semble avoir poussé les sujets non-pronominaux à se comporter comme des pronoms et donc à ne plus suivre le verbe mais à le précéder. Le verbe second a donc été perdu dans les principales ; il y a donc perte de XVS au bénéfice de XSV.

L’OPÉRATEUR ZÉRO DO

23En anglais moderne, do est utilisé comme un verbe, comme dans les deux exemples suivants :

1. There isn’t anything she can do about it.
2. What was she doing in the library at two o’clock in the morning?

24 Do est aussi employé comme un opérateur zéro pour des phrases négatives, pour l’inversion sujet-verbe dans des interrogatives, pour des questions tags et pour l’emphase.

3. Jane didn’t write any poems.
4. Did Jane write any poems?
5. Jane wrote love poetry, didn’t she?
6. Jane didn’t write very much but she did write a beautiful poem.

25En vieil-anglais, le verbe do n’était pas utilisé comme un opérateur zéro. À la fin du moyen-anglais, peut-être même plus tôt, do avait acquis certaines de ses fonctions d’opérateur. Cela pose deux questions pour le syntacticien historique. D’abord, où et quand les locuteurs de l’anglais ont-ils commencé à employer do comme opérateur zéro, et deuxièmement, sur quelle construction plus ancienne ces nouvelles fonctions étaient-elles fondées ?

26En vieil-anglais, le verbe don était utilisé comme un verbe plein. Il voulait dire quelque chose comme « act, accomplish » et on peut souvent le traduire par le verbe do en anglais moderne comme dans l’exemple 7 :

  • 5 Vers 1123, Peterborough Chronicle, cité d’après Denison, 1993 : 256.

7. Þis he dyde eall for þes biscopes luuen (this he did all for love of the bishop5).

27Jusqu’au début de l’anglais moderne, do pouvait aussi être utilisé dans une construction causative avec le sens de « cause something to happen », comme dans l’exemple suivant :

  • 6 Havelok the Dane, vers 519.

8. I shal do casten him in þe se (I shall have him thrown into the sea6).

28Les exemples explicites les plus anciens de do comme opérateur zéro peuvent être trouvés dans des vers du XIIIe siècle du sud-ouest de l’Angleterre, comme dans l’exemple suivant de King Horn (l. 1057 ; cité d’après Denison, 1993 : 264) :

9. His sclauyn he dude dun legge (He laid down his pilgrim’s clock).

29En prose, do apparut vers 1400. Il commença à gagner du terrain lentement au XVe siècle puis rapidement au XVIe siècle. Les premiers exemples qui sont attestés sont des phrases déclaratives affirmatives, comme dans 9. Dans ce contexte, l’opérateur zéro do n’a pas survécu. Les phrases négatives et les questions suivirent un peu plus tard, et dans ces contextes, il est aujourd’hui obligatoire à moins qu’il n’y ait un autre opérateur comme can, may, must, ou une forme du verbe to be.

30Ellegård (1953) a analysé un large corpus de textes de la fin du moyen-anglais et du début de l’anglais moderne afin de déterminer la chronologie de l’introduction de l’opérateur zéro do dans des types variés de phrases.

Tableau 12. Pourcentages des formes en do dans des types variés de phrases (d’après Ellegård, 1953 : 171, 162).

Tableau 12. Pourcentages des formes en do dans des types variés de phrases (d’après Ellegård, 1953 : 171, 162).

31Le tableau 11 montre le développement de formes en do dans des types variés de phrases aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. Au XVe siècle, ces formes étaient rares et ce fut seulement vers la fin du siècle que les interrogatives négatives furent plus régulièrement formées avec l’opérateur do (par exemple, Didn’t she see him ?). Les interrogatives positives (par exemple, Did she see him ?) suivirent l’exemple au XVIe siècle, mais les affirmatives négatives (par exemple, She didn’t see him) et les impératives négatives (par exemple, Don’t look at him !) traînaient considérablement derrière. Il est intéressant de noter qu’au XVIe siècle, les affirmatives (par exemple, She did see him avec un did non emphatique) connurent aussi une petite croissance des formes en do. Au XVIIe siècle, la situation se clarifia pour produire la situation telle qu’on la connaît aujourd’hui. Les affirmatives non emphatiques n’admettent plus d’opérateur zéro, tandis que les affirmatives négatives, les interrogatives positives et négatives, ainsi que les impératives négatives requièrent invariablement un opérateur.

32Les chercheurs ne sont pas d’accord sur l’origine de l’opérateur zéro do. Par exemple, Ellegård soutient que la plupart des exemples en moyen-anglais du causatif do, comme dans l’exemple 8 ci-dessus, sont ambigus. Ils peuvent être interprétés comme des causatifs, comme on l’a suggéré ci-dessus, où do veut dire « cause (sb. to do sth.) » et casten veut dire « to throw ». Ou bien do peut s’interpréter comme un opérateur zéro, où do a peu ou pas de sens mais peut servir de filler dans la rime, et casten veut dire « to have sb. throw sth. ». Une telle explication pourrait suggérer un changement sémantique des verbes qui sont des cas ambigus. Cependant, ces cas ambigus apparaissent plus ou moins simultanément avec les cas explicites de l’opérateur zéro do. Ceci manque aussi d’expliquer pourquoi un élément qui était introduit comme convenance métrique s’est propagé à la prose écrite et à la langue orale pour devenir un élément central du système verbal de l’anglais. Une autre explication est celle de Denison (1993) : les verbes lexicaux ne doivent pas nécessairement subir de changement ; le changement sémantique concerne do : de causatif, il se transforme pour n’exprimer rien, c’est-à-dire le sens zéro.

33D’autre part, Denison (1985) affirmait que do en moyen-anglais suivi de la construction infinitive était utilisé pour se focaliser sur ce qui arrivait, et non sur la personne qui faisait l’action. Dans l’exemple 8 ci-dessus, le contexte montre clairement que le locuteur Godard ne noiera pas le jeune Havelok et fera faire cette action par d’autres personnes. On n’a pas besoin de postuler un changement sémantique dans le verbe casten. Par conséquent, le verbe do n’est pas causatif, mais perfectif ; il signale l’achèvement du verbe à l’infinitif sans spécifier l’agent. Au cours du temps, des constructions similaires verbe plus infinitif furent perdues, tandis qu’au même moment, un système d’auxiliaires modaux se développa. Ainsi, la construction do plus infinitif commença à être analysée comme un auxiliaire (la construction n’est pas un auxiliaire).

34Quant à Rissanen (1991), il focalise son analyse sur l’opérateur zéro do dans des affirmatives positives et souligne qu’aujourd’hui, en anglais parlé, il a des fonctions discursives variées en plus de sa fonction emphatique ; il peut être utilisé pour introduire un nouveau thème discursif, par exemple, et dans certains dialectes, comme le Somerset de l’est, il peut marquer l’action habituelle. À partir des observations, Rissanen conclut que l’histoire de l’opérateur zéro do devrait idéalement être fondée sur des données qui sont aussi proches que possible de l’anglais parlé. Aux XVIe et XVIIe siècles, la fréquence de l’opérateur zéro do dans les affirmatives positives était au plus haut dans les procès et autres genres oraux comme les sermons, les comédies et les almanachs. En revanche, la fréquence était très basse dans les histoires, les biographies et les documentaires de voyage. De telles preuves suggèrent que l’opérateur zéro do ne peut pas avoir son origine dans le causatif do en moyen-anglais qui était utilisé comme filler métrique de convenance. Il est plus plausible de suggérer que le do (non causatif) existait en vieil-anglais ou au début du moyen-anglais à l’oral et qu’il fut adopté à l’écrit dès qu’il pouvait remplir un but utile.

35La situation est, bien sûr, plus complexe que ces résumés simplifiés ne l’impliquent, et bien d’autres solutions ont été mises en avant (voir lectures conseillées). La chronologie des événements d’Ellegård est restreinte à des textes du sud-ouest, et aucune distinction n’est faite entre les auteurs de différentes classes sociales ou les différents genres. C’est plus probable que la langue orale ait eu un développement différent de celui de la langue écrite. Il serait par conséquent nécessaire de distinguer plus systématiquement entre le langage de l’immédiateté et le langage de la distance pour établir des différences possibles dans le développement de l’opérateur vide do dans le code oral et le code écrit.

POUR EN SAVOIR PLUS
Ce chapitre doit beaucoup à Denison (1993), qui est la principale source pour la syntaxe historique de l’anglais. Les analyses présentées pour les problèmes de l’ordre des mots sont basée sur Van Kemenade (1987) et Stockwell et Minkova (1991). Stein (1990) et Nurmi (1999) proposent des explorations récentes de l’opérateur zéro do et discutent plusieurs des questions posées dans la section 10.1. On peut aussi consulter Faarlund (1990) et les articles dans Kastovsky (1991).

Notes

1 Cité d’après Mitchell et Robinson, 1992 : 63 ; van Kemenade, 1987 : 30.

2 Cité d’après van Kemenade, 1987 : 31 ; Mitchell et Robinson, 1992 : 64.

3 Cité d’après Mitchell et Robinson, 1992 : 65.

4 Cité d’après van Kemenade, 1987 : 39-40 ; Mitchell et Robinson, 1992 : 64.

5 Vers 1123, Peterborough Chronicle, cité d’après Denison, 1993 : 256.

6 Havelok the Dane, vers 519.

Table des illustrations

Titre Tableau 12. Pourcentages des formes en do dans des types variés de phrases (d’après Ellegård, 1953 : 171, 162).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search