Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 9. La sémantique historique

Texte intégral

INTRODUCTION

1D’un point de vue général, la sémantique étudie les syntagmes et phrases ; plus particulièrement, la sémantique lexicale s’intéresse aux sens des mots. Elle examine la relation entre des mots et ce à quoi ces mots font référence dans le monde réel. Elle étudie la relation entre les mots d’une langue ; si un mot est inclus dans le sens d’un autre, ou si deux mots s’excluent mutuellement. Elle observe la façon dont les locuteurs d’une langue utilisent des mots individuels de cette langue et elle explore la structure du vocabulaire d’une langue. Outre le fait de s’intéresser à des mots spécifiques ou des groupes de mots d’une langue, la sémantique essaie de développer des méthodes descriptives grâce auxquelles on peut parler du sens des mots. La sémantique historique, quant à elle, essaie de faire ceci d’un point de vue diachronique. Elle retrace le changement dans le sens des mots individuels, et elle essaie de systématiser et de catégoriser les types de changement de sens. Elle décrit la façon dont le vocabulaire d’une langue évolue. Comment une langue change-t-elle son vocabulaire ? Dans quelle mesure utilise-t-elle ses propres ressources pour créer de nouveaux mots, dans quelle mesure emprunte-t-elle des mots d’autres langues, et comment sont-ils intégrés ? Enfin, la sémantique historique tente de déterminer les raisons du changement sémantique.

2Les mots sont des ressources linguistiques qui sont utilisées pour satisfaire des besoins de communication (voir Fritz, 1998), comme le besoin de nommer les objets individuels, de les décrire, d’en parler, le besoin de s’adresser à d’autres gens de manière polie, de leur demander des informations ou de leur demander de faire quelque chose. Dans une société en constante évolution, ces besoins se modifient nécessairement avec le temps. Les avancées technologiques et scientifiques créent de nouveaux concepts et font apparaître de nouveaux objets qui doivent être nommés. Les développements sociaux et politiques qui modifient les relations entre les différents membres d’une société peuvent créer le besoin de différentes formes d’interaction. Les changements dans le vocabulaire d’une langue peuvent par conséquent être vus comme une réponse aux besoins de communication évolutifs d’une communauté qui utilise cette langue.

3Le sens d’un mot peut être considéré comme une convention d’une communauté de paroles selon la façon dont ce mot est utilisé. Même les emplois créatifs de mots doivent compter sur des ressources conventionnelles pour étendre les emplois standards et l’utilisation qu’elle en fait. Autrement, la communication ne serait pas possible. Mais les locuteurs n’utilisent pas seulement des ressources conventionnelles. Chaque fois qu’un locuteur emploie un mot, il ajoute à la conventionnalisation de ce mot. Par opposition aux objets courants quotidiens qui s’usent par un usage répété, un mot vieillit seulement s’il n’est plus utilisé. Un emploi fréquent par les membres de la communauté orale continue à le rendre vivant.

4Le changement sémantique a été systématisé et catégorisé de différentes façons au siècle dernier. Dans ce qui suit, je souhaite introduire des catégorisations de changement sémantique à trois niveaux différents. Le premier niveau établit la distinction entre des situations de communication différentes qui donnent naissance à des innovations et par conséquent au changement sémantique. Le deuxième niveau catégorise une série de ressources de communication qui sont utilisées. Et le troisième niveau regarde les résultats du changement sémantique.

LES SITUATIONS DE COMMUNICATION DE L’INNOVATION

5Pourquoi une langue introduit-elle de nouveaux mots et de nouvelles expressions ? Et pourquoi certains mots et expressions existants acquièrent de nouveaux sens ? En fait, ce sont de mauvaises questions parce que ce n’est pas la langue qui introduit les innovations, mais les locuteurs d’une langue. Ils commencent à utiliser un nouveau mot ou une nouvelle expression, ou ils commencent à utiliser un mot existant avec un nouveau sens. D’autres locuteurs de la langue peuvent être conscients ou non du caractère novateur de cet emploi particulier du mot, mais s’ils l’adoptent eux-mêmes, ils le propagent davantage et commencent le processus de conventionnalisation de cet emploi. Enfin, ces deux cas résultent d’un changement de vocabulaire de la langue, mais seul l’emploi d’un mot existant avec un nouveau sens est un cas de changement sémantique.

6Un mot existant peut être utilisé dans le but de satisfaire un nouveau besoin de communication. Par exemple, un informaticien a besoin d’un mot pour un nouveau matériel qui permet à l’utilisateur de bouger le curseur sur l’écran et il décide de l’appeler « souris » à cause de la vague ressemblance physique du nouvel objet avec le petit rongeur gris à longue queue. Ou un linguiste a besoin de décrire comment des traits syntaxiques sont passés d’une branche d’une structure à une autre branche et il utilise le mot « filtre » par analogie avec le filtre du café.

7Un mot existant peut être utilisé accidentellement de façon peu orthodoxe. Mais il peut s’avérer être un ajout utile, et d’autres locuteurs peuvent adopter cet emploi, qu’ils soient ou non conscients de l’extension du sens original du mot.

8D’autre part, un locuteur peut utiliser un mot avec un nouveau sens. Ainsi, le mot desiccated qui voulait dire à l’origine « déshydraté », comme dans l’expression dessicated coconut, peut être interprété différemment par le destinataire. Dans ce contexte, on peut l’interpréter avec le sens de « râpé ». Le résultat est que certains locuteurs utilisent dessicated avec ce sens même dans des contextes où l’objet décrit n’est pas déshydraté.

9Un mot existant peut acquérir un nouveau sens à cause d’avancées technologiques ou de nouvelles connaissances. Le mot carriage désignait autrefois un véhicule tiré par des chevaux, et destiné à transporter des passagers. Du fait de l’invention du train, son sens est devenu celui de compartiment et ce mot a ainsi étendu son potentiel sémantique.

10Un sens marginal existant d’un mot peut devenir plus fréquent, et il peut même remplacer le sens usuel, qui peut à son tour devenir marginalisé. Dans un tel processus, il n’y a pas de nouveau sens, mais néanmoins, le potentiel sémantique du mot a changé.

  • 1 Oxford English Dictionnary, « absolute ».

11À l’inverse, un sens existant peut être marginalisé, et finalement personne n’utilise un mot particulier avec ce sens. Dans le texte 9 en annexe, Hamlet dit du poignard : « How absolute the knave is ! » Ici, Shakespeare utilise le mot absolute avec le sens de « free from all doubt ou uncertainty ; positive, perfectly certain, decided1 ». Aujourd’hui, ce mot n’est plus utilisé avec ce sens. Shakespeare l’a aussi utilisé pour dénoter « free from all imperfection or deficiency ; complete, finished ; perfect », qui est un des sens encore utilisé aujourd’hui. La fréquence décroissante d’un sens d’un mot est plus difficile à percevoir qu’une fréquence croissante ou même une innovation. Tandis qu’un mot peut nous frapper si nous l’entendons dans un nouveau contexte, nous sommes moins susceptibles de percevoir l’absence d’un sens établi d’un mot. Nous l’observerons probablement seulement quand nous rencontrons le mot dans un vieux texte où il est utilisé avec un sens qui nous est devenu peu familier, comme dans l’exemple de Shakespeare.

LES RESSOURCES DE COMMUNICATION DE L’INNOVATION

12Les langues ont une variété de ressources qui peuvent être utilisées pour étendre le potentiel sémantique des mots existants. De cette façon, ces derniers acquièrent des sens supplémentaires. L’étude de ces mécanismes permet de poser des questions de recherche systématiques en sémantique historique parce qu’ils révèlent les chemins habituels du changement sémantique. Certaines de ces catégories ont une très longue tradition en tant que moyens rhétoriques, qui avaient déjà été décrits et classés dans l’Antiquité. La classification présentée ci-dessous s’appuie sur celle de Fritz (1998 : 43-53).

13La métaphore est un processus important qui peut changer le potentiel sémantique d’un mot. Ce terme décrit le transfert d’un sens littéral vers un sens figuratif. À l’origine, le mot mouth faisait référence à l’espace ouvert dans le visage d’une personne ou la gueule d’un animal, mais il fut bientôt appliqué à d’autres ouvertures qui présentaient une certaine similarité. Il appartient, bien sûr, à la connaissance commune qu’une fonction proéminente de la bouche est l’ingestion de nourriture. Chez les humains, la bouche sert aussi à la parole. Par conséquent, un locuteur peut compter sur cette connaissance commune et appliquer le mot mouth à d’autres ouvertures par lesquelles des choses sont remplies ou vidées. Ainsi, le terme fut utilisé pour l’ouverture d’une bouteille ou pour l’embouchure, l’ouverture d’un four, l’orifice d’une arme à feu ou le cratère d’un volcan. Il concerne aussi l’ouverture en surface d’une cave ou d’un puits et dans un sens même plus figuratif, l’entrée de l’enfer. Les mots désignant d’autres parties du corps ont aussi été soumis à des emplois métaphoriques. Le mot foot fait référence à la partie du membre sur laquelle une personne ou un animal se tient debout. Cette connaissance commune peut être utilisée pour dénoter une base qui, comme un pied humain, se projette au-delà des jambes ou du reste de l’objet qu’il soutient, comme le pied d’un verre à vin, le pied d’un vase ou le pied d’une montagne. Les métaphores peuvent introduire de nouveaux concepts abstraits dans des contextes familiers. Par exemple, de nombreux éléments du système de logiciels des ordinateurs personnels sont nommés avec des termes qui sont familiers avec le bureau traditionnel, comme desktop, trash can, ruler, window, et clip-board. Les activités sont appelées cut, copy et paste. Les programmes de courriel peuvent envoyer des carbon copies. Ce sont tous des processus abstraits d’ordinateurs, mais les métaphores leur donnent une familiarité qui les rend plus accessibles à la compréhension. Les processus mentaux sont souvent décrits en termes de processus physiques. Une personne peut faire mentalement les choses suivantes : grasp the problem, see the solution, follow the line of argument, arrive at a conclusion, depart from a clear way of thinking, take a decision, etc. Les conversations peuvent aussi être vues comme des activités physiques, même comme un combat physique : put words into another person’s mouth, drop hints ou withdraw an argument. Lakoff et Johnson (1980) ont montré combien notre pensée était imprégnée de métaphores. Dans tous ces cas, les locuteurs comptent sur le socle commun qu’ils partagent avec leurs destinataires. Cela leur permet d’utiliser des mots dans des contextes nouveaux et ils peuvent s’attendre à ce que leurs destinataires transfèrent les traits pertinents dans le nouveau contexte. Dès que d’autres gens commencent à utiliser le mot dans des contextes similaires, cet emploi devient conventionnalisé et le potentiel sémantique du mot a changé.

14De nombreuses figures de style modifient le potentiel sémantique des mots. Très proche de la métaphore, la métonymie en est un exemple. Cette figure consiste à substituer à une chose qu’on a l’intention de nommer non le mot qui la désigne communément, mais un autre mot faisant référence à un de ses attributs, comme par exemple l’emploi de l’expression the crown pour faire référence à un monarque. Ici aussi, les locuteurs s’appuient sur la connaissance commune qu’ils partagent avec leurs interlocuteurs. Cela fait partie de notre connaissance commune qu’une personne est en bonne santé, que la santé peut être influencée par la nourriture appropriée, et qu’une constitution saine peut se voir sur le visage et la conduite d’une personne. Ainsi, le mot healthy peut s’appliquer non seulement à la personne, mais aussi au visage (a healthy complexion), à la nourriture (a healthy diet), à une attitude personnelle (a healthy disrespect for authority), ou même à une quantité abstraite de quelque chose (a healthy profit). Par opposition avec les métaphores, les métonymies ne s’appuient pas sur une similarité entre deux concepts. Elles sont fondées sur une relation plus directe entre eux. Un concept peut faire partie d’un autre concept, comme dans l’expression all hands on deck, où hands remplace people. Le concept peut aussi inclure l’autre concept, comme dans l’expression to light the Christmas tree, où l’arbre de Noël remplace les bougies sur cet arbre de Noël. D’autres exemples sont our native tongue, qui fait référence à une langue parlée et the press, qui fait référence aux journaux. Dans les deux cas, l’expression métonymique compte sur la connaissance commune pertinente. La langue est une partie essentielle des organes vocaux qui sont utilisés pour produire une langue parlée, et les journaux sont produits sur des imprimantes.

  • 2 Oxford English Dictionnary, « toilet ».

15L’emploi de mots existants en tant qu’euphémismes change aussi leur potentiel sémantique. Chaque communauté de paroles a des concepts qui sont considérés comme étant inappropriés pour des conversations polies, en particulier ceux qui concernent le sexe, la mort ou les excréments. Néanmoins, le besoin communicatif surgit souvent pour faire référence à ces concepts tabous. Dans ce cas, un mot ou une phrase non marqué, un euphémisme, est substitué à celui qui est considéré comme choquant ou blessant. Si un tel usage devient conventionnalisé, le potentiel sémantique de ce mot non connoté change. À travers son association nouvellement établie avec le concept blessant, il peut à son tour devenir aussi tabou et est susceptible d’être échangé pour un nouveau terme. Le mot lavatory faisait référence à l’origine à un récipient pour se laver. Au XXe siècle, on a commencé à l’utiliser pour désigner une pièce qui est faite pour le lavabo mais aussi pour les toilettes. Mais le mot lavatory a déjà été remplacé par des mots comme toilet. Ce mot faisait référence à l’origine à des articles utilisés pour la toilette ; la garniture d’une table de toilette ; le service de toilette2. Il était aussi utilisé pour faire référence à l’action de s’habiller et finalement à la pièce où cela se passait. Aujourd’hui, le terme toilet est associé à son nouveau référent au point qu’il est souvent remplacé par d’autres euphémismes comme bathroom, restroom (les deux termes sont utilisés en anglais américain), cloakroom (anglais britannique) ou par des expressions même plus évasives, comme wash one’s hands. L’adjectif sick décrit l’état d’être mentalement ou physiquement malade. Cela fait partie de la connaissance commune de dire que des gens qui sont malades doivent souvent vomir. Par conséquent, un locuteur peut dire que quelqu’un est sick s’il veut éviter le terme peu plaisant de vomit. Une fois qu’un tel usage devient conventionnalisé, le potentiel sémantique du mot sick a changé.

  • 3 Jerome David Salinger, Catcher in the Rye, cité dans l’Oxford English Dictionnary, « terrific ».

16Les locuteurs comptent souvent sur la connaissance commune avec leurs destinataires quand ils utilisent des mots d’une façon qui semble contredire leur emploi usuel. De tels cas d’ironie fonctionnent seulement si le destinataire réalise que le sens usuel du mot ne peut pas être le sens voulu. Cependant, cela mène seulement à un changement de sens si cet emploi ironique devient conventionnalisé. L’expression a fine fellow, par exemple, est régulièrement utilisée dans un sens critique. Le mot terrific faisait référence à l’origine à une situation terrifiante, mais au XXe siècle il est souvent utilisé comme un terme laudatif, comme, par exemple, dans l’expression a terrific-looking girl3. De la même façon, le mot awfully voulait dire à l’origine « so as to cause terror ; terribly, dreadfully », mais les locuteurs l’utilisent régulièrement pour vouloir dire presque l’opposé comme dans les expressions awfully nice, awfully glad ou awfully clever.

17Le sens implicite d’un énoncé est techniquement appelé une « implicature ». Il comprend tous ces aspects qui ne sont pas encodés dans le sens littéral de l’énoncé, c’est-à-dire toutes ces choses que nous lisons normalement entre les lignes. Généralement, les implicatures sont dépendantes de la situation. Elles dépendent de la connaissance commune du locuteur et de son interlocuteur dans des situations très spécifiques. Elles sont prégnantes dans les conversations de tous les jours, mais à cause de leur dépendance situationnelle, elles ne fonctionnent pas normalement comme des processus dans le changement sémantique. Cependant, certaines implicatures sont employées régulièrement avec des mots spécifiques et peuvent, par conséquent, devenir conventionnalisées et faire partie du sens de ce mot. La conjonction de subordination since, par exemple, avait à l’origine seulement un sens temporel (from the time that). Cependant, dans de nombreux cas, une séquence temporelle implique aussi une séquence causale. L’énoncé « Since he moved, he has been doing even better » peut être compris dans un sens strictement temporel, mais généralement il porte l’implicature que son succès était en quelque sorte dû à son déménagement. À travers la conventionnalisation de cette implicature, le potentiel sémantique de since est modifié et il peut maintenant être utilisé dans des contextes qui sont seulement causaux et non plus temporels, comme dans l’énoncé « Since we must wait anyway, let’s go and have a cup of coffee ».

18Plusieurs changements de sens ont lieu de façon presque imperceptible. Certaines conventions d’usage sont en quelque sorte relâchées et il s’ensuit que le potentiel d’usage du mot en question est légèrement étendu. Le modal will en est une illustration. À l’origine, c’était un verbe exprimant la volition et il demandait un sujet humain, une personne douée de volonté. Probablement dans des cas ambigus, ces restrictions sélectives furent graduellement amoindries et des sujets inanimés furent permis. Étant donné que des entités non-humaines ne peuvent être le sujet de volition, le verbe changea son potentiel sémantique et perdit progressivement, de plus en plus, son aspect volitif pour devenir un marqueur de futur.

19Les domaines de l’emploi de la langue sont des contextes socioculturels larges comme la langue religieuse, la langue légale, la langue médicale, la langue de l’informatique, la langue de la psychanalyse, etc. Il arrive souvent qu’un mot d’un domaine soit adopté dans un nouveau domaine et ainsi change son potentiel sémantique. De telles adoptions vont souvent de pair avec d’autres ressources de communication du changement linguistique, comme l’emploi métaphorique et métonymique. On a des exemples comme les mots ego et egocentric qui furent adoptés dans le langage de tous les jours à partir du langage de la psychologie. Le mot relevance, d’autre part, venait du langage courant pour être adopté dans le vocabulaire spécialisé de la linguistique, où il reçut une définition bien plus spécifique que celle de son emploi de tous les jours. Le mot dinosaur venait du langage de la biologie pour rentrer dans le langage courant. On peut l’utiliser maintenant dans des phrases comme « This typewriter is a bit of a dinosaur ».

  • 4 1832, Oxford English Dictionnary, « daily ».

20Si les locuteurs partagent assez de connaissances communes, ils peuvent abréger certains mots. Une fois qu’un tel usage devient conventionnalisé, la forme abrégée a adopté le potentiel sémantique de la forme la plus longue. Un locuteur peut parler d’un journal quotidien en termes de daily, en assumant que le destinataire trouvera le référent intentionné et ne pensera pas à la livraison de lait quotidienne ni au programme de télévision quotidien, par exemple. L’Oxford English Dictionary cite l’échange suivant comme une des premières occurrences du daily dans ce sens: « Make out an estimate of the cost of establishing a paper. — A daily, sir? Ay, a daily, if you wish4. » Dans cet échange, daily est une forme abrégée de daily paper que l’on peut retrouver à partir du contexte. Le premier locuteur mentionne un journal et le second veut savoir si le premier fait référence à un quotidien. Cet usage devient conventionnalisé dans la mesure où un contexte non ambigu n’était plus utile, et le sens de daily avait alors changé.

21Les locuteurs peuvent utiliser un mot existant avec un nouveau sens par analogie avec une autre langue, dans laquelle la traduction équivalente de ce mot a déjà ce sens. Great Bear (Grande Ourse) et Lesser Bear (Petite Ourse) sont des noms donnés à deux constellations dans l’hémisphère nord. Cela date de l’emploi du latin ursa (ourse). De nombreuses autres langues européennes utilisent aussi le terme pour cet animal pour faire référence à ces deux constellations.

22Un autre type de processus de communication pour le changement sémantique est la réanalyse des mots existants. L’exemple de dessicated a déjà été mentionné ci-dessus. À l’origine, il voulait dire « déshydraté », mais il est régulièrement employé dans l’expression dessicated coconut, où il peut être réinterprété avec le sens de « râpé, déchiré, en lambeaux ». Une fois que les locuteurs commencent à utiliser dessicated dans des contextes dans lesquels « déchiré » est le sens intentionné, le mot a étendu son potentiel sémantique.

RÉSULTATS DU CHANGEMENT SÉMANTIQUE

23Dans la section précédente, j’ai décrit une série de ressources communicatives que les locuteurs peuvent utiliser afin d’adapter des mots existants à de nouveaux besoins de communication. Le résultat est que le potentiel sémantique de ces mots change. Dans certains cas, un nouveau sens est ajouté à l’ancien sens du mot. Dans cette section, je souhaite systématiser les résultats possibles du changement sémantique. Cinq types de base peuvent être distingués : élargissement, restriction, rupture, élévation et dégénérescence.

24Malgré l’évolution de l’habitat humain, le même mot house est employé pour désigner le domicile des hommes. Ainsi, le mot a progressivement élargi son potentiel sémantique pour inclure de nouvelles formes de maisons. De nombreux mots comme car, ship, boat, et lamp ont vu leur sens élargi de manière similaire pour couvrir le sens de nouveaux types de voitures, de bateaux, etc. Ce sont des cas d’élargissement parce qu’un nouveau sens est ajouté à des sens existants. Le mot arrive fut adopté du vieux français arive-r, lui-même venant du latin ad-ripare, et voulait dire à l’origine « arrive at the bank of a river ». Le sens fut étendu à « reach a destination in general ». Le mot alarm vient aussi du vieux français et voulait dire à l’origine « un appel aux bras ». Le sens fut étendu à l’avertissement de dangers imminents en général. En vieil-anglais, le mot docga faisait référence à un type spécial de chien. Le nom générique pour les chiens en général était hund. Aujourd’hui, le terme dog fait référence aux chiens en général et a remplacé le mot hund, contrairement à l’allemand, où Dogge fait encore référence à une race spéciale et où le mot Hund est utilisé pour les chiens en général. Le mot brid ou bird en vieil-anglais faisait seulement référence à de jeunes oiseaux. Le sens du mot fut étendu pour faire référence à des oiseaux en général. Le mot manuscript vient du latin manuscriptus (écrit à la main). Il a étendu son sens pour faire référence à des textes dactylographés et finalement même à des textes imprimés qui n’ont pas encore été publiés. Le mot xerox commença dans les années 1950 comme une marque de photocopieuse. On l’utilise maintenant souvent pour photocopier en général. Un cas similaire est le mot to fed-ex, qui vient de la société de courrier Federal Express. Aujourd’hui, le mot est utilisé comme un terme général qui fait référence à l’envoi de courrier express en une journée. Hoover était à l’origine un nom d’une marque d’aspirateurs. Mais aujourd’hui, il est utilisé en anglais britannique pour tout aspirateur.

25Dans le cas de restriction, la palette d’application du mot est réduite. Le mot steorfan en vieil-anglais avait le sens général de mourir. Plus tard, son sens devint spécialisé pour signifier « to die from special causes such as cold, thirst, hunger », et il s’est spécialisé encore plus. En anglais moderne, le mot starve fait seulement référence à une forme de décès : « to die from hunger ». Les deux mots ale et beer étaient à l’origine synonymes, mais aujourd’hui beer est le terme générique pour toutes les bières, tandis que ale a restreint son sens et fait seulement référence à un type spécial de bière légère ; mais l’emploi des deux mots varie selon les différentes localités. Le cas du mot hund (chien) en vieil-anglais a déjà été mentionné. À partir du XVe siècle, hound commença à se spécialiser. Aujourd’hui, il est réservé à des chiens de chasse.

26Dans le cas d’une rupture, le sens d’un mot change plus ou moins complètement. Les noms de lieu Cheddar, Cheshire, Gloucester et Stilton sont aujourd’hui principalement appliqués à des types spéciaux de fromage qui venaient à l’origine de ces localités. D’autres mots avaient pour origine des noms personnels : un mackintosh (imperméable), par exemple, vient du nom de son inventeur Charles Macintosh (1766-1843). Et le mot sandwich est attribué à John Montagu, quatrième comte de Sandwich (1718-1792), dont on dit qu’il a mangé de la nourriture sous cette forme afin d’éviter de quitter la table de jeu. Les expressions elliptiques appartiennent aussi à cette catégorie. Les mots daily ou weekly viennent de daily paper ou de weekly paper ; et le mot pub, de public house.

27La raison expliquant l’amélioration du sens d’un mot peut être l’estime sociale des référents. En vieil-anglais, le mot cniht voulait dire « boy, young man, servant ». En moyen-anglais, le sens du mot fut amélioré pour signifier un serviteur militaire du roi, puis des personnes d’un rang militaire honorable et de naissance noble (knight). Le mot chancellor fut utilisé en vieil-anglais pour un secrétaire à la cour. Par l’intermédiaire des Normands, le poste reçut plus de prestige social. Aujourd’hui, c’est un métier très prestigieux, comme par exemple the Lord Chancellor, the Chancellor of the Exchequer, ou the Chancellor of a university. En moyen-anglais, le mot minister était utilisé pour désigner un serviteur mineur, du latin minus (less, fewer). En anglais moderne, c’est une des positions les plus hautes en politique. Le mot cabinet fit d’abord référence à une petite cabane, puis plus tard à une petite pièce (1565), puis à une pièce de réunion pour les membres du gouvernement (1607). Aujourd’hui, il est utilisé pour les gens qui se réunissent là-bas, c’est-à-dire le cercle des ministres du gouvernement.

28La dégénérescence du sens d’un mot est le processus opposé à une élévation. C’est habituellement la conséquence d’une mauvaise estime pour les référents d’une expression. En vieil-anglais, cnafa voulait dire boy. Mais on l’utilisait aussi pour désigner des serviteurs et, à cause de la basse estime des serviteurs, des hommes malhonnêtes. Le mot collaborator voulait dire à l’origine « un collègue de travail ». Un sens dégénéré a été introduit (« someone who helps an enemy army or government which has taken control of their country by force ») et il co-existe actuellement avec le sens neutre (« One who works in conjunction with another or others »). Le mot sælig en vieil-anglais voulait dire « heureux » ou « pieux ». En moyen-anglais, seely signifiait « innocent, harmless ». Il était souvent utilisé comme une expression de compassion pour les personnes ou les animaux souffrant sans le mériter. Cela faisait aussi référence à ceux qui méritaient la pitié. En anglais moderne, silly veut dire « foolish, senseless or stupid ».

POUR EN SAVOIR PLUS
La sémantique historique a une longue histoire. Sweetser (1990) utilise un cadre théorique cognitif. Blank et Koch (1999) offrent une collection récente d’articles dans la discipline. Traugott et Dasher (2002) sont des piliers de la théorie de la grammaticalisation et illustrent leur propos avec plusieurs études de cas. Citons également Traugott (2011), qui est une référence récente.

Notes

1 Oxford English Dictionnary, « absolute ».

2 Oxford English Dictionnary, « toilet ».

3 Jerome David Salinger, Catcher in the Rye, cité dans l’Oxford English Dictionnary, « terrific ».

4 1832, Oxford English Dictionnary, « daily ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search