Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 7. La pragmatique historique

Texte intégral

INTRODUCTION

1La pragmatique est l’étude de l’emploi de la langue. La pragmatique n’appartient pas à un niveau particulier de l’analyse linguistique, comme la phonologie, la morphologie ou la syntaxe, mais c’est une façon particulière de regarder la langue. Elle prend en considération la situation sociale dans laquelle les phénomènes linguistiques arrivent, les interlocuteurs dans des constellations particulières d’interaction linguistique, leurs relations sociales entre elles, et les processus cognitifs que les gens vivent en produisant et en interprétant la langue. Une telle définition n’offre pas une frontière claire entre la pragmatique et d’autres domaines de la recherche linguistique comme la sociolinguistique, l’analyse de conversation ou la psycholinguistique, mais cela contribue à rendre clair le fait que la pragmatique est une perspective. Ainsi, la pragmatique historique peut être définie comme l’étude de données historiques d’un point de vue pragmatique, l’étude diachronique d’éléments pragmatiques ou l’étude du changement linguistique d’un point de vue pragmatique.

2Pendant longtemps, la pragmatique a compté exclusivement sur des données de la langue parlée. Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, tous les enfants acquièrent la langue parlée avant la langue écrite. De plus, toutes les langues vivantes ont une forme parlée, mais il y a de nombreuses langues sans forme écrite. Enfin, la langue parlée est souvent considérée comme plus spontanée et, par conséquent, elle offre davantage de preuves directes de la compétence linguistique des locuteurs natifs que la langue écrite.

3Il apparaît ainsi impossible d’approcher les données historiques d’un point de vue pragmatique, puisque toutes les données historiques – à l’exception d’un passé très récent – sont des données écrites. Cependant, j’ai fait remarquer dans le chapitre 1 que la distinction entre langue écrite et langue orale ne devrait pas être vue comme une simple dichotomie. Il est vrai que toutes nos sources historiques sont écrites, mais on peut trouver dans ces sources écrites une grande variété de langue, qui va de la langue de l’immédiateté, qui est très proche de la langue parlée prototypique, à la langue de la distance, qui est formelle et plus typique de la langue écrite. En particulier, on peut distinguer dans les données écrites du passé plusieurs types de langue qui ont une affinité avec la langue parlée.

DIALOGUES CONSIGNÉS PAR ÉCRIT

4Tout d’abord, il y a de nombreux textes dans lesquels des auteurs ont enregistré des interactions parlées, comme des dépositions de témoins, des rapports de justice, des agendas de députés dans lesquels ils ont couché des dialogues parlementaires. Certains de ces comptes rendus peuvent être fictifs dans une grande mesure. Mais dans certains cas, on peut avoir une peinture précise de la langue parlée du jour. Dans les comptes rendus de justice, par exemple, il serait souvent très important pour des raisons légales de rapporter les mots précis de l’interaction originale.

DIALOGUES FICTIFS

5Il y a des conversations dans la fiction. Elles se trouvent dans les poèmes ou dans la fiction narrative en tant que dialogues entre personnages fictifs. Les pièces de théâtre sont entièrement constituées de dialogues fictifs. On en trouve aussi dans des textes non-littéraires comme les traités médicaux ou philosophiques dans lesquels un enseignant fictif est en interaction avec un étudiant fictif.

DIALOGUES MODÈLES

6On trouve des dialogues qu’on peut considérer comme modèles pour un emploi futur. Il y en a dans les manuels d’enseignement de langue étrangère ; ce sont des dialogues modèles que l’étudiant en langue doit apprendre par cœur afin de les utiliser plus tard dans la situation appropriée. Il y en a également dans les manuels de politesse et de conversation.

7Au sein de la pragmatique historique, plusieurs approches peuvent être distinguées. La première est appelée la pragmaphilologie. Cette dénomination concerne les approches qui s’intéressent aux textes historiques particuliers étudiés d’un point de vue pragmatique. De tels textes peuvent être de nature littéraire ou non. On pourrait, par exemple, étudier un document légal du IXe siècle et essayer d’identifier autant que possible la situation de communication dans laquelle il a été produit, le degré de pertinence que des formulations particulières à l’intérieur du texte avaient pour les personnes concernées par ce cas, etc. Dans ce qui va suivre, je vais dire quelques mots sur les situations de communication des testaments en vieil-anglais. Si le centre d’intérêt se focalise sur une étape particulière de la langue, il s’agit d’un cas de pragmaphilologie.

8Cependant, dans les études historiques, on veut souvent étudier les changements qui ont eu lieu dans un laps de temps donné. De telles études relèvent de la pragmatique diachronique. Dans ces approches diachroniques, il y a deux points de départ de base. On peut commencer à partir d’une forme linguistique particulière ou bien à partir d’une fonction particulière.

DE LA FORME À LA FONCTION

9On peut, par exemple, prendre une expression ou un mot en particulier qui a une pertinence particulière. Les termes d’adresse you et thou sont des exemples évidents. Une étude qui retrace ces termes à travers l’histoire de la langue anglaise serait un cas de mappage diachronique de la forme sur la fonction. Je vais illustrer cette approche dans ce qui suit.

DE LA FONCTION À LA FORME

10D’autre part, on peut aussi commencer avec une fonction de la parole particulière, comme la politesse ou tout autre acte de parole particulier, et chercher à comprendre comment ces fonctions étaient réalisées à différents moments de la langue anglaise. Ce serait un cas de mappage diachronique de la fonction sur la forme. Je vais illustrer cette approche en faisant quelques commentaires sur la façon dont les insultes se sont développées au cours de l’histoire de la langue anglaise. Il n’est, bien sûr, pas toujours possible de séparer ces deux perspectives : le mappage de la forme sur la fonction et le mappage de la fonction sur la forme. Il est très fréquent de voir la forme et la fonction changer avec le temps, mais cela aide de se rappeler le point de départ dans l’analyse, et la distinction n’est plus un guide approximatif.

LES TERMES D’ADRESSE

11La première étude de cas concerne le développement des termes d’adresse dans l’histoire de l’anglais. Il s’agit d’un cas de mappage diachronique de la forme sur la fonction parce qu’il commence avec des formes spécifiques et explore le changement de ces fonctions à travers le temps.

12L’anglais est souvent perçu comme étant plus égalitaire que les langues comme l’allemand, le français, l’espagnol, l’italien, le russe ou le polonais, parce qu’il a seulement un pronom, à savoir you, dans les termes d’adresse. Les langues romanes et les langues slaves font le même type de distinction entre un terme d’adresse informelle d’une part, et un autre, plus formel, plus poli d’autre part. L’anglais a commencé avec un système de pronoms qui distinguait un terme d’adresse pour un seul destinataire et un terme d’adresse pour un groupe de personnes. Il a par conséquent adopté un système qui est assez semblable à la situation en allemand moderne. Il utilise à présent le système qui nous est familier en anglais moderne.

13Brown et Gilman (1960) ont montré que la distinction entre une forme d’adresse formelle au pluriel et une forme d’adresse informelle au singulier dans les langues européennes a commencé au IVe siècle au moment où il y avait deux empereurs romains, l’un à Rome et l’autre à Constantinople. Les mots qui étaient adressés à l’un étaient, par implication, considérés comme adressés aux deux. Au cours du temps, le pluriel latin fut étendu des empereurs romains à d’autres figures de pouvoir et finalement au système qui nous est familier en allemand ou en français contemporain, par exemple. La forme d’adresse au pluriel est souvent abrégée V sur la base du latin vos (ou vous en français) et la forme d’adresse au singulier T sur la base du latin (ou du français) tu. Selon Brown et Gilman, l’Europe médiévale était caractérisée par une société à la hiérarchie stricte dans laquelle les personnes appartenant aux classes supérieures utilisaient mutuellement V, tandis que les personnes appartenant aux classes inférieures employaient mutuellement T. Dans les interactions entre membres de différentes classes sociales, la personne supérieure utilisait T à l’égard de la personne inférieure et recevait V en retour. Dans les sociétés modernes plus égalitaires, ce système a été remplacé par un système symétrique, où le V mutuel indique la distance et le T mutuel indique la solidarité ou le rapprochement entre les interlocuteurs.

14En vieil-anglais, les deux pronoms de deuxième personne étaient (au cas nominatif) ðu (singulier) et ge (pluriel), qui devinrent thou et ye en moyen anglais. Ce fut au XIIIe siècle, probablement sous l’influence du français, que le pronom pluriel ye étendit son emploi à des contextes singuliers.

15Au XIVe siècle, Chaucer utilise déjà un système très habile d’alternance entre thou et ye dans des contextes singuliers, mais de nombreux chercheurs considèrent cette variation comme aléatoire dans ce système :

Although general hints on the factors governing the choice of ye or thou can be given, it is important to realise that no unbreakable rules exist. The choice between ye and thou when addressing a single individual is not a grammatical one, but a stylistic one governed not only by institutionalised forms of social structure, but also by transient emotions and attitudes arising from a relationship (Burnley, 1983: 19).

ENSEMBLE DE RÈGLES

16Malgré ces réserves, Burnly continue à décrire les facteurs qui gouvernent ce choix. Pour les destinataires uniques, une distinction doit être faite entre le style courtois et le style non courtois. Pour le style non courtois, thou est la règle. Pour le style courtois, un choix doit être fait entre les amis, pour qui thou est approprié, tandis que pour les connaissances plus distantes, la question de l’âge est un critère supplémentaire. Si le destinataire est plus jeune que le locuteur, thou est à nouveau la forme appropriée. Si le destinataire est plus âgé, le choix final concerne le statut. Ainsi, ye est approprié pour les destinataires uniques s’ils sont peu familiers ou s’ils sont plus âgés et d’un statut social plus élevé que le locuteur. Dans tous les autres cas, thou est l’option par défaut.

DÉCISIONS SUR LE CHAMP

17Cependant, les choix ne sont pas aussi aléatoires qu’ils y paraissent. Dans les langues modernes, comme l’allemand et le français, le choix du pronom approprié reste relativement stable pour chacune des personnes. Dans ces langues, les locuteurs doivent se rappeler pour chacune des personnes qu’ils connaissent, qu’ils utilisent les termes T ou V. D’autre part, les personnages de Chaucer prennent des décisions sur le champ à propos du pronom approprié. Ces décisions dépendent non seulement des rôles sociaux des interlocuteurs mais aussi du statut interactionnel atteint à un point spécifique dans une interaction.

MARQUEURS DE DÉFÉRENCE

18Ainsi ye peut simplement être décrit comme un marqueur de déférence, là où la déférence indique respect et politesse. Le choix de ye comme pronom d’adresse pour un destinataire unique exprime la déférence du locuteur, l’emploi de thou dans la même situation indique que la déférence dans la même situation n’est pas nécessaire. Affection et intimité, d’une part, sont moins importantes en tant que facteurs déterminant l’utilisation de thou. Du fait de la présence des systèmes T/V dans de nombreuses langues européennes, on peut trouver étrange le fait que des couples mariés se vouvoient en utilisant ye. Dans ces systèmes, l’intimité en appelle toujours à l’emploi mutuel de T plutôt que V, mais les personnages de Chaucer utilisent un système différent. Déférence et intimité ne sont pas en contradiction. Mari et femme, s’ils sont d’une classe sociale plus élevée, se parlent avec respect et politesse, c’est-à-dire avec déférence et par conséquent utilisent le pronom ye.

19Au XVIe siècle, la forme ye fut lentement remplacée par you, qui avait été la forme du moyen-anglais pour l’accusatif et le datif. De plus, l’utilisation de you s’était tellement répandue qu’au temps de Shakespeare, c’est déjà la forme au singulier thou qui doit être expliquée, pas la forme au pluriel you. Les détails de la distinction you/ thou au temps de Shakespeare, tout comme dans la société entière de l’Angleterre élisabéthaine, étaient différents, bien sûr, du système utilisé par Chaucer dans le contexte de l’Angleterre médiéval. Mais je souhaiterais affirmer qu’à la fois en moyen-anglais et au début de l’anglais moderne, la distinction you/ thou devrait être analysée au niveau des interactions individuelles plutôt qu’à un niveau social par défaut avec des déviations stylistiques. En moyen-anglais, thou peut être utilisé sans connotations négatives dans des situations où la déférence n’est pas nécessaire. Au début de l’anglais moderne, ce n’est plus possible. Excepté dans les emplois religieux, l’utilisation de thou est restreinte aux rangs les plus bas de la société. S’adresser à quelqu’un avec thou était, par conséquent, une indication que le locuteur jugeait le destinataire comme socialement inférieur, ce qui peut être compris comme une insulte.

20Les quakers rejetaient l’emploi de you parce que, selon eux, l’utilisation d’un pronom pluriel pour une seule personne est contraire à l’emploi pur de la langue. C’est un signe de flatterie vaine et cela doit par conséquent être évité. Mais leur emploi de thou était une offense pour les gens qui n’étaient pas des quakers. William Edmondson, un quaker, rappelle comment il a été menacé par des soldats dans une auberge irlandaise :

  • 1 Cité d’après Finkenstaedt, 1963 : 177.

When I thee’d and thou’d them in our discussion they were very angry, and one of them swore, If I thou’d him again, he would cleave my head 1.

21Le texte 12 en annexe, qui est un extrait d’un compte rendu de justice datant de 1685, contient des alternances intéressantes entre you et thou. Le juge interroge un témoin appelé Dunne dans un procès contre Lady Alice Lisle. Dunne passe son temps à se contredire. Il est évident qu’il ment et celui qui interroge est de plus en plus impatient. Un court extrait suffit pour montrer que le juge tend à utiliser you quand il pose des questions objectives et passe à thou quand il réprimande Dunne, comme l’illustre la réponse exaspérée suivante du juge :

Why, thou said’st he brought the Light, and gave thy Horse Hay; but I see thou art set upon nothing but Prevarication: Sirrah, tell me plainly, did you see no body else?

22Dans ce contexte, thou est insultant et il démontre la différence de pouvoir entre le juge et le témoin. La forme polie you, par conséquent, semble incongrue et peut être comprise comme ironique, voire insultante.

23De nos jours, l’emploi de thou est restreint aux contextes religieux. Les prières utilisent souvent thou comme la forme d’adresse à Dieu. Les quakers utilisent encore thou comme la forme d’adresse standard. Et on l’utilise aussi dans certaines variétés régionales de l’anglais.

LES ACTES DE PAROLE : LE CAS DES INSULTES

24La deuxième étude de cas concerne les actes de parole. Une analyse du développement historique des actes de parole est un cas évident de mappage diachronique de la fonction sur la forme puisque le point de départ est la fonction de l’acte de parole, et nous nous intéressons aux réalisations formelles changeantes de cette fonction. Je vais décrire certains des problèmes que les pragmaticiens historiques rencontrent quand ils veulent étudier des actes de parole. Mes exemples spécifiques sont les insultes.

25Quand on utilise la langue, on fait souvent plus que rapporter des situations. Certains énoncés sont susceptibles de changer le monde, légèrement certes, mais significativement. Si un patron dit à son employé qu’il est renvoyé, le monde a changé dans la mesure où l’employé n’est plus au service de ce supérieur. Si un prêtre prononce les mots appropriés dans une cérémonie de mariage, le monde a changé dans la mesure où deux personnes sont mariées l’une à l’autre. Et si je promets de couper le gazon l’après-midi, le monde a changé dans la mesure où je me suis engagée à faire quelque chose. En ce sens, alors, on fait des choses quand on emploie des mots pour utiliser le titre du livre d’Austin (1962) et nos énoncés sont des actions ou, en d’autres termes, des actes de parole.

26Searle (1969, 1979) a révisé le travail d’Austin et proposé une classification des actes de parole en cinq catégories :

  1. Les actes de parole assertifs sont ceux qui affirment que quelque chose est vrai ;
  2. Les actes de parole directifs essaient de faire faire quelque chose au destinataire sous la forme d’un ordre ou d’une requête ;
  3. Les actes de parole expressifs expriment les sentiments du locuteur ;
  4. Les déclarations sont des actes de parole institutionnels qui peuvent seulement être utilisés par des personnes qui ont des rôles spéciaux dans la société. Les prêtres peuvent baptiser des bébés ou marier des couples, par exemple ;
  5. Les actes de parole commissifs, pour finir, sont ceux par lesquels le locuteur entreprend de faire quelque chose dans le futur, sous la forme d’une promesse, par exemple.

27Une analyse historique des actes de parole rencontre plusieurs problèmes. D’abord, les linguistes qui s’intéressent à des actes de parole particuliers dans une langue moderne peuvent utiliser leur propre intuition et leur compétence linguistique pour ce qui est de l’acte de parole en question, ils peuvent interviewer d’autres locuteurs natifs, ou ils peuvent demander à des locuteurs natifs d’improviser des petites scènes dans lesquels ces actes de parole sont susceptibles d’avoir lieu. Ces méthodologies ne sont pas envisageables pour les diachroniciens du XXIe siècle, qui doivent s’en tenir aux preuves qu’ils peuvent trouver dans les données qui ont survécu. De plus, si on prend la fonction de la parole comme point de départ et qu’on explore les changements de réalisation, on peut supposer que la fonction elle-même ne change pas. Mais si on regarde les différences à travers les langues modernes, on réalise que les actes de parole ne sont pas des entités fixes. Les apologies, par exemple, diffèrent considérablement entre l’anglais américain et le japonais, non seulement par la façon dont elles sont réalisées mais aussi par le moment où elles sont appropriées. Il s’agit donc de deux choses vraiment différentes, avec toutefois une similitude suffisante pour pouvoir utiliser le même terme quand on parle des apologies dans ces deux langues. Il est raisonnable d’assumer que des problèmes semblables peuvent être rencontrés dans la comparaison de différentes variétés historiques de la même langue.

28Je vais illustrer ces questions avec les insultes (voir Jucker et Taavitsainen, 2000). Une insulte peut être définie brièvement comme un énoncé qui viole le territoire personnel d’un but (le destinataire de l’énoncé ou un spectateur) et est perçue par le but comme une attaque intentionnelle contre son intégrité personnelle. Un passage en revue des types spécifiques d’insultes dans l’histoire de l’anglais révèle la variabilité considérable de cet acte de parole.

29 Flyting est le terme qui est utilisé pour les vantardises, les défis et les insultes que les guerriers anglo-saxons se lancent les uns aux autres dans la tradition héroïque du vieil-anglais. Cela consiste en un échange de provocations verbales entre locuteurs hostiles dans un style hautement stylisé et prévisible. Ainsi, les guerriers s’accusaient mutuellement de couardise, de faute d’honneur, de comportement irresponsable. De telles interactions finissent ou par des termes violents ou par le silence de l’un des contestataires. L’extrait de Beowulf cité en annexe (texte 3) relève d’une telle interaction. Beowulf est accueilli dans le hall de Hrothgar et invité à raconter ses célèbres victoires, mais d’abord il doit subir le discours d’Unferth, qui s’adresse à lui d’un ton très ironique et insultant. Dans le texte 3, Beowulf contre-attaque en accusant Unferth d’être ivre et il se lance dans son propre discours en cumulant les vantardises avec lesquelles il réduit au silence Unferth.

30Les vies des saints font souvent état d’une interaction entre le saint et un tyran, qui montre la foi inébranlable du saint et sa supériorité morale par rapport au tyran. Dans ces conversations, on trouve régulièrement des insultes dans les discours du saint, qui sont audacieux et remplis d’injures pour le tyran. Dans la légende de Sainte Katherine, par exemple, la sainte insulte le tyran :

Now undyrstaond, I pray the, judge whiche of these I ouȝt to cheose : a feyr euerlastyng kyng and a gloriose, or ellys a fowle dedly donghyll ? (Now understand, I pray thee, judge which of these I ought to choose : a fair and everlasting king full of glory or a foul and deadly dunghill).

31La sainte décrit le monde du tyran comme un tas de fumier fétide et mortel, ce qui est une double insulte pour le tyran à la fois à cause de son contenu et à cause du statut social inférieur de la personne qui la prononce. La réaction est prévisible : Katherine est tuée par le tyran. À la fois l’insulte et la réaction du tyran sont typiques du genre des vies des saints.

32Plusieurs collections d’insultes Shakespeariennes (par exemple, Hill et Öttchen, 1995) attestent de l’abondance des insultes dans les pièces de Shakespeare. Nombre d’entre elles sont des formes hautement originales de noms : « Thou damned tripe-visaged rascal », « Thou paper-faced villain », « You blue-bottle rogue » et « You filthy famished correctioner » sont extraits de Henry IV, partie 2, acte 5, scène 4 (Hill et Öttchen, 1995 : 90).

33Le XXe siècle a ses propres formes d’insultes. Une variété particulièrement remarquable peut être trouvée dans les échanges d’insultes habituelles d’adolescents afro-américains. Le but de l’échange est d’être meilleur que son opposant avec des insultes caustiques et humoristiques qui sont considérées comme ouvertement fausses. L’échange suivant serait typique (Labov, 1972 : 132) :

David : Your mother so old she got spider webs under her arms.
Boot : Your mother so old she can stretch her head and lick out her ass.

34Ainsi, la pratique est ici fondamentalement ludique, mais avec le danger inhérent de gravité dès que les insultes sont perçues comme étant proches de la réalité.

35Les quelques exemples ci-dessus sont tous des exemples de conduite verbale agressive et plus spécifiquement d’insultes. La variation riche peut au mieux être analysée à l’aide d’une grille analytique qui distingue, par exemple, entre les cas ludiques et les cas agressifs menant à la violence. Une autre distinction peut être faite entre les cas rituels ou gouvernés par des règles et les cas créatifs dans les pièces de Shakespeare. Les insultes peuvent être classées par type, c’est-à-dire par genre, comme dans les vies des saints, ou elles peuvent être ad hoc. De surcroît, les insultes peuvent être classées en fonction de la réaction qui suit. Dans certains cas, une réaction typique est attendue, comme par exemple dans certains cas d’insultes menant à la violence (voir dans les vies des saints ou dans la tradition héroïque anglo-saxonne : Jucker et Taavitsainen, 2000).

LES TESTAMENTS, DE L’ORALITÉ DU VIEIL-ANGLAIS À L’ORALITÉ DE LA VIDÉO

36La troisième étude de cas traite d’un genre particulier, les testaments. Elle décrit d’abord les testaments anglo-saxons. À cet égard, c’est un exemple de pragmaphilologie telle qu’elle a été définie ci-dessus. Elle étudie la pragmatique d’un genre à un moment particulier dans l’histoire de l’anglais. L’étude finit par des testaments modernes en vidéo. Dans une certaine mesure, c’est aussi un cas de mappage diachronique de la fonction sur la forme, parce qu’on parle de l’évolution de la réalisation d’une fonction d’un texte spécifique à travers le temps (voir le chapitre 8 ci-dessous). La fonction principale des testaments est restée plus ou moins la même. Une personne prend les dispositions nécessaires pour décider de ce qui doit advenir de ce qui lui appartient après sa mort. Cependant, la forme de cette déclaration a considérablement changé depuis le vieil-anglais.

37Les Anglo-Saxons vivaient dans une société où l’oral prédominait. Tous les aspects de la vie quotidienne passaient par la déclaration orale. Ce ne fut qu’avec la christianisation que certains membres de la société apprirent à lire et à écrire. Le clergé commença à enregistrer les transferts de propriété à l’Église par écrit. Mais en dehors de l’Église, le legs de propriété et la transmission de terre étaient faits par des rituels oraux devant des témoins dignes de confiance qui pouvaient attester des détails de l’acte en cas de disputes. À la fin de la période anglo-saxonne, quand l’écrit fut devenu plus important, les enregistrements étaient encore traités avec suspicion puisque des contrefaçons étaient courantes.

38Dans les sociétés modernes, un testament est un document légal qui enregistre la façon dont une personne veut disposer de sa propriété après sa mort. Le testament le plus ancien qui ait survécu date de 805 et il s’agit d’un des 62 testaments anglo-saxons (voir Danet et Bogoch, 1992 ; Danet, 1997). À bien des égards, les testaments anglo-saxons diffèrent des testaments actuels. Ils ont souvent la forme d’un contrat avec l’Église de sorte qu’elle s’occupe de l’âme de l’individu en échange de sa propriété. De plus, et c’est particulièrement intéressant ici, les testaments anglo-saxons témoignent en grande partie de leur origine orale, comme par exemple dans l’ouverture du testament d’Æthelstan :

  • 2 Cité d’après Danet et Bogoch, 1992 : 101. Traduction : « Au nom de Dieu tout puissant, moi Æthelst (...)

On godes ælmihtiges naman. Ic Æþelstan Æþeling. Geswutelige on þysum gewrite. Hu ic mine are 7 mine æhta. Geunnen hæbbe (In the name of Almighty God I Æthelstan the Atheling declare in this document how I have granted my estates and my possessions2).

39La deuxième partie de cette phrase révèle qu’Æthelstan a déjà légué ses possessions auparavant.

LES TÉMOINS

40Les testaments signalent parfois la présence de témoins dans une déclaration orale du testament. Dans certains cas, il y a des listes de noms, chacun avec une croix qui représente une signature, excepté que tous les noms et les croix étaient écrits par le scribe. Les témoins touchaient souvent la croix avec leur épée ou leur main (Danet, 1997 : 26).

DES IMPRÉCATIONS

41Certains testaments contenaient aussi des imprécations dans la section de la conclusion afin de menacer les violeurs potentiels des souhaits qui sont exprimés dans le testament :

  • 3 Will of Ketel, cité d’après Danet & Bogoch 1992, p. 113. Traduction : « Et si quelqu’un est assez (...)

And gif ani man si so disi þat wille mine quide bereuen. God him fordo on domesday and alle his halegan (And if anyone be so foolish as to wish to detract from my will, may God and all his saints destroy him on the Day of Judgement3).

LA DÉPENDANCE CONTEXTUELLE

42D’autres différences notables avec les testaments modernes montrent la dépendance contextuelle des testaments anglo-saxons. Les testaments sont rarement datés, car la façon standard de prendre en considération le temps n’existait pas encore. Parfois, les testaments mentionnent des événements importants du temps ou des événements dans la vie de l’exécuteur testamentaire (par exemple, un pèlerinage à Jérusalem) comme une façon de dater le document. Les testaments dépendaient aussi de la connaissance commune entre le testateur et les destinataires du testament, comme par exemple dans l’extrait suivant :

  • 4 Traduction : « … deux cents marques d’or rouge, et deux coupes d’argent et quatre chevaux, les mei (...)

… tua hund marcas arede goldes and tua cuppes siluerene, and four hors so ic best habbe, and to suerde so ic best habbe… (two hundred marks of red gold, and two silver cups and four horses, the best I have, and two swords, the best that I have4).

43Ce testament fait référence aux meilleurs chevaux et aux meilleures épées du testamentaire. Dans un testament moderne, ces termes ne seraient pas assez spécifiques, puisqu’il pourrait y avoir un désaccord sur la nature des meilleurs chevaux et de la meilleure épée. Mais ici le testamentaire comptait sur la connaissance contextuelle qu’il partageait avec les futurs bénéficiaires de sa propriété.

44À la fin du XXe siècle, on peut observer un intéressant retour à l’oralité sous la forme de vidéo-testament dans lesquels un testateur parle directement à ses bénéficiaires dans un film. Le statut légal de tels testaments n’est pas clair. Dans de nombreux cas, le testateur lit un document écrit dans un film et ainsi combine la tradition des testaments écrits avec le moyen novateur d’un testament oral. Le nouveau médium laisse de la place pour de l’innovation. Le film peut en fait montrer des bribes de la propriété que le testamentaire veut léguer à ses bénéficiaires :

  • 5 Traduction : « Est-ce que la décontextualisation va devenir obsolète, quand il sera à nouveau poss (...)

Will decontextualization of the text become obsolete, when it is again possible to speak directly to one’s heirs, to express one’s emotions, and to point physically to objects bequeathed ? Will video wills eventually replace documents as the binding will ? And if so, will the process be much faster, in this era of rapid social change, than in the case of the transition to documents in medieval and Renaissance Europe ? (Danet et Bogoch, 1992 : 1175)

POUR EN SAVOIR PLUS
La pragmatique est une discipline très active de la recherche en linguistique actuellement. On peut le voir d’après le grand nombre de manuels qui sont disponibles. Il existe de récents ouvrages, comme celui de Verschueren (1999) ou celui de Mey (1993), qui s’intéresse aux aspects sociaux de l’emploi de la langue, et celui de Blakemore (1992) qui offre une introduction aux aspects cognitifs de l’emploi de la langue. La pragmatique historique est une discipline bien plus jeune. Il n’existe pas encore de manuel, mais le Journal of Historical Pragmatics publie régulièrement des articles dans ce domaine. Il faut y ajouter deux volumes (Jucker, 1995 ; Jucker et al., 1999) qui contiennent des articles pertinents et de nombreuses références utiles.

Notes

1 Cité d’après Finkenstaedt, 1963 : 177.

2 Cité d’après Danet et Bogoch, 1992 : 101. Traduction : « Au nom de Dieu tout puissant, moi Æthelstan le prince déclare dans ce document comment j’ai accordé mes propriétés et mes biens. »

3 Will of Ketel, cité d’après Danet & Bogoch 1992, p. 113. Traduction : « Et si quelqu’un est assez stupide pour souhaiter se désister de mon testament, puissent Dieu et tous ses saints le détruire le Jour du Jugement. »

4 Traduction : « … deux cents marques d’or rouge, et deux coupes d’argent et quatre chevaux, les meilleurs que j’ai, et deux épées, les meilleures que j’ai… »

5 Traduction : « Est-ce que la décontextualisation va devenir obsolète, quand il sera à nouveau possible de parler directement à son héritier, d’exprimer ses émotions, et de pointer du doigt des objets légués ? Est-ce que les vidéo-testaments remplaceront finalement les documents comme les testaments de papier ? Et si c’est le cas, est-ce que la procédure sera plus rapide, dans cette ère de changement social rapide, que dans le cas de la transition vers des documents dans l’Europe médiévale et de la Renaissance ? »

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search