Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 6. La linguistique sociohistorique

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les sociolinguistes étudient la relation entre la langue et la société. Cette discipline est large et diversifiée. Certains sociolinguistes s’intéressent au côté sociétal de la relation. Ils se passionnent pour les questions de multilinguisme, d’organisation de langues, et de politique de standardisation. D’autres se focalisent davantage sur le côté linguistique de la relation. Ils étudient la structure du discours, l’ethnographie du parler, ainsi que les variations du registre, et les variations régionales et sociales dans la langue. Ce dernier type d’approche est appelé sociolinguistique corrélationnelle.

2Les linguistes qui travaillent dans ce domaine essaient de trouver pourquoi nous parlons différemment dans des situations sociales différentes comme une entrevue pour un travail ou une conversation à bâtons rompus avec un ami. Ils veulent savoir pourquoi différents professionnels utilisent différentes formes de langue dans leurs sphères spécifiques. Les différentes catégories professionnelles (médecins, plombiers, ingénieurs, fermiers ou musiciens) utilisent des vocabulaires techniques, qui sont souvent obscurs pour des non-spécialistes. Les sociolinguistes étudient aussi les différences dans la langue des locuteurs de différentes régions d’un pays, les différences entre les variétés d’anglais parlé à Londres, Reading, York, ou Glasgow, par exemple. Et ils s’intéressent aux différences de langue de gens appartenant à des classes sociales différentes. Même s’ils sont issus de la même région géographique, un conducteur de bus, un clerc de notaire et un professeur d’université peuvent parler différemment. Ces différences peuvent être des différences de prononciation de certains mots, des différences lexicales comme le contraste entre autumn en anglais britannique et fall en anglais américain, des différences syntaxiques comme He’s a man who likes his beer au lieu de He’s a man what likes his beer. La linguistique sociohistorique a jusqu’à présent adopté principalement une approche corrélationnelle. Elle s’est focalisée sur la variabilité des données historiques et sur la corrélation de la variation avec l’information sociologique que nous avons sur les écrivains et les destinataires des textes qui nous sont parvenus. Cependant, il y a d’importantes différences entre la sociolinguistique corrélationnelle d’hier et celle d’aujourd’hui.

3À l’heure actuelle, la recherche sociolinguistique s’intéresse généralement à la parole plutôt qu’à la communication écrite. La langue parlée est considérée comme la base de la langue. Toutes les langues actuelles ont une forme parlée mais beaucoup de langues n’ont pas de forme écrite, et chaque être humain apprend d’abord la forme parlée de sa langue natale. La linguistique sociohistorique doit cependant adopter un objet d’étude différent, puisque seul le matériel écrit a traversé les siècles. Cela a d’importantes conséquences. Le tableau suivant résume les différences importantes entre la sociolinguistique des langues modernes et la linguistique sociohistorique.

Tableau 8. Recherche sociolinguistique passée et présente (d’après Raumolin-Brunberg, 1996 : 18).

Aujourd'hui

Hier

Objet d'investigation

Variation et/ou changement phonologique

Variation et/ou changement grammatical

Matériel de recherche

Langue parlée

Langue écrite

Tous les gens

Seulement les gens cultivés (classes élevées, hommes)

Parole authentique : observation, élicitation, évaluation

Textes préservés au hasard

Contexte social

Familier, beaucoup de données disponibles

Doit être reconstruit à partir d'une recherche historique

Résultat du changement

Inconnu

Connu

4Dans la sociolinguistique corrélationnelle d’aujourd’hui, l’objet d’investigation est de manière prédominante la variation phonologique. Les sociolinguistes tendent à analyser différentes façons de d’exprimer un même contenu informatif. Si deux personnes utilisent le même mot, on peut supposer qu’elles veulent dire la même chose, même si elles le prononcent de façon légèrement différente. La différence de prononciation peut être attribuée à la classe sociale différente à laquelle appartient chacun des interlocuteurs ou bien à la région d’origine de ces derniers. La variation grammaticale est, quant à elle, plus difficile à cerner. À la différence de prononciations différentes d’un même mot, les constructions grammaticales différentes n’ont pas le même sens. Dans ce dernier cas, il est plus difficile d’attribuer des différences à la classe sociale ou à l’origine des locuteurs. Cependant, les sociolinguistes historiques doivent choisir cette approche plus difficile, puisque le matériel écrit est généralement un guide peu fiable pour la prononciation de formes linguistiques particulières. Pour cette raison, ils analysent la variation et le changement des constructions grammaticales.

5Les sociolinguistes d’aujourd’hui attachent beaucoup d’importance à la sélection des gens dont ils veulent analyser le langage. Ils veulent avoir un échantillon représentatif de la population entière. Tout individu devrait avoir la même chance d’être inclus dans l’échantillon. Les sociolinguistes historiques, quant à eux, doivent compter sur les données écrites, et dans les siècles passés, seul un petit pourcentage de gens, habituellement ceux des classes les plus élevées, étaient capables de lire et d’écrire. Cela veut dire qu’un échantillon historique est nécessairement peu objectif, puisqu’il n’inclut pas la partie de la population qui est illettrée.

6Actuellement, les sociolinguistes peuvent s’appuyer sur une connaissance considérable de la société qu’ils examinent. Ils peuvent eux-mêmes être membres de ces sociétés, ou ils peuvent interroger des locuteurs natifs sur les pratiques ou les modèles de langage. En revanche, dans la recherche sociohistorique, le chercheur est toujours un observateur extérieur, il n’y a pas de locuteurs natifs qui puissent être interviewés. Le contexte social doit être reconstruit sur la base de la recherche historique et socioculturelle.

7La variation dans le système est souvent un signe d’un changement du langage en cours. En fait, c’est une condition préalable du changement : à un moment donné, il doit y avoir un choix entre différentes façons de dire la même chose. Au cours du temps, une nouvelle variante peut remplacer l’ancienne. Par conséquent, les sociolinguistes d’aujourd’hui analysent souvent à la fois la variation synchronique et le changement diachronique. Cependant, habituellement, le résultat du changement ne peut pas être prédit parce qu’il est encore en cours. À ce niveau, les linguistes sociohistoriques ont un avantage, parce qu’ils connaissent normalement le résultat du changement en progression.

8À l’intérieur de ces limites concernant la linguistique sociohistorique, il y a un nombre minimum de conditions qui devrait être remplies par les données. D’abord, il devrait y avoir un corpus suffisamment grand pour permettre une recherche sur la variation et le changement morphologique. Bien évidemment, la taille requise dépendra de l’élément recherché. S’il s’agit d’un phénomène très fréquent, le corpus n’a pas besoin d’être important, mais dans le cas d’éléments moins fréquents, le corpus doit être assez important pour en contenir un nombre conséquent. De plus, le corpus devrait être aussi cohérent que possible. S’il contient un grand nombre de genres différents, par exemple, il sera difficile de mettre en relation toute variation dans les données avec le rang social des écrivains, puisqu’il se pourrait que ce soit les différences de genre qui soient à l’origine de la variation. De surcroît, il devrait y avoir autant d’informations que possible sur l’origine sociale des écrivains et des destinataires des textes dans le corpus. D’autre part, il est préférable d’avoir un corpus représentant la langue de l’immédiateté, c’est-à-dire une langue qui est proche de la langue parlée de tous les jours. La langue de la distance est souvent pleine de formules et standardisée ; par conséquent, elle est susceptible de cacher la variation sociale. De plus, un corpus d’une dimension suffisante pour la recherche sociolinguistique est généralement trop grand pour l’analyse manuelle. Par conséquent, le corpus doit être soumis à une recherche informatique. Enfin, la période couverte par le corpus doit être assez longue pour permettre une recherche diachronique. Il doit permettre aux changements de se propager dans la société entière.

  • 1 http://icame.uib.no/hc/
  • 2 http://www.helsinki.fi/varieng/domains/CEEC.html

9 The Helsinki Corpus Of English Texts remplit certaines de ces conditions. Il est de taille importante, il couvre une longue période, et on peut y faire des recherches plein texte1. Mais il contient de nombreux types de textes différents et leur vaste sélection va du langage de l’immédiateté à la langue de la distance, bien mieux représentée. De plus, il y a peu ou pas d’informations sur les nombreux auteurs et destinataires. En revanche, le Corpus of Early English Correspondence est un corpus spécialisé qui a été mis en place pour remplir les conditions évoquées ci-dessus2. Il contient 2,4 millions de mots et couvre la période qui va de 1420 à 1680. Il se compose en totalité de lettres personnelles et les informations sur les auteurs et les destinataires y sont en nombre significatif. Toutes les strates de la société sont représentées dans les lettres.

10Les études de cas qui suivent sont toutes fondées sur le Corpus of Early English Correspondence. Elles sont extraites du volume de Nevalainen et Raumolin-Brunberg (1996). Il est donc nécessaire d’introduire le modèle des rangs sociaux à l’époque de l’Angleterre des Tudors et des Stuarts élaboré par ces deux auteurs.

LE CONTEXTE SOCIAL DANS L’ANGLETERRE DES TUDORS ET DES STUARTS

11La linguistique sociohistorique s’en remet aux informations sur la stratification sociale de la société examinée. De telles informations ne sont pas aisées à obtenir, et même si potentiellement des données pertinentes sont disponibles, elles peuvent être difficiles à interpréter. Il y a toujours le risque que nous transférions des modèles de société actuels à l’analyse de sociétés passées. La linguistique sociohistorique a besoin de données de l’historien du social, du sociologue des sociétés passées, pour comprendre l’aire sociale du matériel qui a survécu, et pour cette raison la question de l’instruction est de la plus haute importance. Aucun matériel authentique n’est disponible sur les personnes qui ne savaient pas écrire. Or, pendant la période examinée, cela concernait la majorité de la population.

12L’instruction est affaire de degrés. Une personne peut être capable de lire des textes faciles mais incapable d’écrire. Ces personnes peuvent être capables d’écrire leur nom, mais rien d’autre, ou elles peuvent écrire des textes simples, mais pas des textes élaborés. Il s’avère donc difficile de faire une distinction entre personnes lettrées et illettrées. Pour les siècles passés, les problèmes sont même plus graves. Pour évaluer le degré d’instruction, il faut pouvoir compter sur une combinaison de facteurs comme la production de livres en général, les opportunités éducatives, la propriété des livres, et la capacité de signer son nom sur un document officiel. Ce dernier facteur ne dit pas grand chose sur la capacité à écrire, mais on considère que la lecture était enseignée avant l’écriture, et par conséquent, la capacité à signer son nom peut être une indication d’une faculté de lecture minimale.

13Aux XVIe et XVIIe siècles, l’instruction était hautement stratifiée selon le rang social (voir aussi ci-dessus le chapitre 4). Seuls les rangs supérieurs et moyens bénéficiaient des possibilités éducatives accrues au seuil du XVIe siècle. L’instruction était toujours plus répandue parmi les hommes que parmi les femmes. Le graphique ci-dessous (fig. 3) se base sur l’étude de l’instruction tudorienne et stuartienne de Cressy (1980). Les calculs se font d’après l’occurrence de signatures par opposition aux marques de styles divers sur des documents officiels comme les testaments, les contrats de mariage et les dépositions dans les cours ecclésiastiques.

Figure 3. L’absence d’instruction en Angleterre, en pourcentages (d’après Raumolin-Brunberg, 1996 : 24).

14En plus de la stratification selon le rang social et le genre, la région jouait aussi un rôle important dans l’instruction. Les niveaux d’instruction étaient bien plus élevés à Londres qu’ailleurs.

15La société à la fin du Moyen Âge et au début de l’anglais moderne était plus hiérarchisée que les sociétés actuelles. La position d’une personne dans la société dépendait dans une large mesure de son origine, même s’il y avait des opportunités grandissantes pour la mobilité sociale. Les professions, par exemple, ouvraient la voie à la noblesse pour les individus travailleurs. Pendant cette période, des changements majeurs sont intervenus dans la structure sociale. Dans l’Angleterre de Chaucer, la société avait été divisée en trois états : ceux qui prient, ceux qui se battent et ceux qui travaillent comme ouvriers, c’est-à-dire le clergé, les chevaliers et les guerriers, et les ouvriers qui produisaient des biens et de la nourriture. Cette structure était considérée comme le résultat de l’intention divine et par conséquent elle était statique, avec peu de place pour la mobilité entre les états.

16Ce système fut graduellement remplacé par un système plus complexe de hiérarchies sociales. La division principale était maintenant fondée sur la possession de terres. C’était la différence entre la bourgeoisie et la non-bourgeoisie. La noblesse était divisée en deux groupes : la grande noblesse et la petite noblesse. En 1611, fut introduit le nouveau rang de baronet. Entre les deux noblesses, il y avait les professionnels, les hommes de loi, les ecclésiastiques, les médecins, les enseignants, l’armée et les gens de l’administration. Ces personnes se soutenaient mutuellement du fait de leur travail non-manuel. La couche sociale supérieure de la bourgeoisie était formée par les propriétaires tenanciers, qui étaient de riches paysans, habituellement sur une ferme en propriété libre. Les agriculteurs étaient des paysans sur de plus petites propriétés. Les artisans et les commerçants étaient placés en-dessous d’eux. Cependant, la majorité de la population appartenait à la couche sociale la plus basse comme les ouvriers ou les paysans.

17Dans les villes, la stratification sociale était légèrement différente. Ici les marchands formaient la couche sociale supérieure. Les commerçants et les artisans avaient une position en-dessous d’eux. Tout en bas, il y avait les ouvriers, les domestiques et les indigents. Le rang social n’était pas fondé sur la possession de terres et une nouvelle couche de pseudo-noblesse se forma, une couche sociale de gens menant une vie similaire à la noblesse sans être propriétaire. Le tableau 9 résume le rang et le statut dans l’Angleterre des Tudors et des Stuarts.

Tableau 9. Rang et statut dans l’Angleterre des Tudors et des Stuarts (d’après Nevalainen et Raumolin-Brunberg, 2003).

État

Grade

Titre

Professions

Noblesse

Grande noblesse : roi, duc, archevêque, marquis, comte, vicomte, baron, évêque

Lord, Lady

Officier de l'armée (capitaine, etc.), membre du gouvernement (secrétaire d’État, etc.), homme de loi, docteur en médecine, marchand, religieux, enseignant, etc.

Petite noblesse : baronet, chevalier, gentleman

Sir, Dame, Mr., Mrs.

Autres

Goodman, Goodwife

Franc-tenancier, marchand, paysan

Artisan, commerçant

Ouvrier, paysan, indigent

YE ET YOU EN POSITION SUJET

18La première étude de cas traite du pronom de deuxième personne au XVe siècle. Dans l’anglais de Chaucer, le pronom de deuxième personne n’a la forme ye s’il est utilisé en position sujet et la forme you s’il est employé en position objet. À la fin du XVIe siècle, la forme you avait presque entièrement remplacé ye en position sujet. Ye persistait seulement dans l’emploi archaïque et littéraire. On peut se poser la question de savoir comment ye a été remplacé par you en position sujet, dans quel groupe social le changement a commencé, et dans quels genres il a d’abord débuté. Nevalainen (1996a : 65) montre que les facteurs dialectaux ne jouèrent pas de rôle dans ce changement, parce que les deux formes pouvaient être employées dans le même texte. Il semble que ce qui était en jeu était une confusion phonologique dans des contextes non accentués, là où ye et you pouvaient être réduits à une forme qui était presque indifférenciée. Néanmoins, une étude plus récente de Nevalainen et Raumollin-Brunberg (2003) montre qu’il y a variation dialectale pour le phénomène étudié : la nouvelle forme you a été adoptée à Londres puis à la cour.

19Le tableau 9 montre la distribution des deux formes en position sujet selon le rang social de l’auteur dans les années 1520 à 1550. Il indique que la couche supérieure de la petite noblesse était la plus en avance. Elle utilise la nouvelle forme you aussi souvent que l’ancienne forme ye. La couche inférieure de la petite noblesse utilise la nouvelle forme dans 36 % de tous les cas. Même si cela semble bien moins que pour la couche supérieure de la petite noblesse, la différence n’est pas statistiquement significative. Cependant, la couche supérieure de la petite noblesse diffère considérablement de ceux qui ne font pas partie de la petite noblesse, ceux qui utilisent l’ascenseur social et les marchands. Les deux rangs qui peinent à adopter la nouvelle forme sont la grande noblesse et la couche supérieure du clergé. Nevalainen (1996a, p. 65) souligne que les lettres écrites par ces deux rangs étaient souvent copiées par des secrétaires plutôt que par les expéditeurs eux-mêmes. Par conséquent, ces chiffres pourraient être le résultat du conservatisme des employés.

Tableau 10. Emploi de ye et de you en position sujet d’après le rang social (1520-1550). Source : Nevalainen, 1996a : 66.

Rang

Ye + you

You (%)

Haute noblesse

238

8

Couche supérieure de la petite noblesse

233

48

Couche inférieure de la petite noblesse

84

36

Couche supérieure du clergé

25

16

Marchands

963

25

Personnes qui gravissent l’échelle sociale

605

26

Personnes ne faisant pas partie de la petite noblesse

79

29

20L’issue de ce changement est bien connue en anglais moderne standard : ye n’est plus employé. Shakespeare utilise encore ye occasionnellement en position sujet, mais dans le Corpus of Early English Correspondence, Nevalainen n’a pas pu trouver d’exemples de ye en position sujet pour la période 1590-1620. Il apparaît que le genre du théâtre était en retard de 250 ans environ. À la fin du XVIIIe siècle, Sheridan utilise encore ye en position sujet dans ses pièces de théâtre (voir Busse, 1998 : 96).

TROISIÈME PERSONNE DU SINGULIER -S / -TH

21La deuxième étude de cas s’intéresse à la morphologie verbale au XVIIe siècle. Les verbes have et do étaient les derniers à conserver le vieux suffixe -th à la troisième personne du singulier. Au milieu du XVIIe siècle, tous les autres verbes avaient déjà adopté la terminaison -s qui est celle de l’anglais moderne standard. Pour la sociolinguistique historique, la question est à nouveau de savoir quels groupes sociaux étaient les précurseurs du changement et quels groupes étaient en retard. Dans ce cas, il y a des différences intéressantes à noter entre la langue des hommes et celle des femmes. Nevalainen (1996b, p. 82-84) a analysé la correspondance de 24 femmes et 58 hommes représentant différents rangs sociaux dans les années 1640 à 1680. Le tableau 10 montre les pourcentages des nouvelles formes has et does par rapport aux formes anciennes hath et doth selon le rang social et le genre. Les chiffres absolus sont très bas pour ceux qui n’appartiennent pas à la petite noblesse, et il n’y a pas de femmes parmi les marchands et les professions libérales. Cela veut dire que les chiffres ne sont pas représentatifs pour ces trois rangs. Les résultats sont meilleurs pour les trois rangs de la petite noblesse, où il y a assez de données pour les hommes et les femmes.

Tableau 11. Has et does par opposition à hath et doth de 1640 à 1680 (d’après Nevalainen, 1996b : 84, 90).

Hommes

Femmes

Grande noblesse

18

30

Petite noblesse supérieure

41

98

Petite noblesse inférieure

22

8

Autres catégories

0

21

Marchands

5

0

Professions libérales

60

0

22On peut constater que la petite noblesse supérieure et les professions libérales sont en tête pour le changement. La haute noblesse, la petite noblesse inférieure, la non-noblesse, et en particulier les marchands sont en retard. Ils préfèrent encore les anciennes formes. En ce qui concerne les données pour les femmes, il y a clairement une stratification par genre. Pour la haute noblesse, la petite noblesse supérieure et la non-noblesse, les femmes sont en tête pour le changement. Seulement la petite noblesse inférieure fait exception à ce modèle. Dans la petite noblesse supérieure, il y a certaines femmes qui utilisent seulement les nouvelles formes has et does dans leurs lettres, tandis que dans la petite noblesse inférieure, les femmes préfèrent hath et doth. Les professions libérales font preuve d’un haut pourcentage de nouvelles formes, sans doute à cause de professionnels novateurs qui montent dans les rangs sociaux.

23Nevalainen et Raumolin-Brunberg (2003) affinent les résultats proposés par Nevalainen (1996). Les origines nordiques du suffixe <–s> à la troisième personne du singulier à l’indicatif sont illustrés dans le Corpus of Early Correspondence. À la fin du XVe siècle, la forme est majoritaire dans le nord, relativement présente à Londres et quasi inexistante dans l’Est-Anglie et à la cour. La propagation du suffixe <–s> ne s’est pas faite tout de suite. Dans la première moitié du XVIe siècle, les données montrent une baisse de la fréquence de <–s> à Londres, ainsi que dans le nord. Selon Nevalainen et Raumolin-Brunberg, cette chute était due à la diffusion dans d’autres régions du suffixe sudiste <–th>. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, <–s> revient en force. Selon les auteures, cela pourrait avoir une origine phonologique, en rapport avec la propagation du suffixe <–s> syncopé (comme dans he sings) par opposition au suffixe non-syncopé (she danceth). La motivation phonologique pourrait suggérer un changement par en-dessous en termes de prise de conscience sociale. Ceci est confirmé par le fait que la cour royale a fait preuve de lenteur dans son acceptation de la forme. D’autre part, le processus a été aussi lent dans l’Est-Anglie. Les raisons qui expliquent ce comportement vont de l’hypothèse des trois formes en compétition (<-s>, <-th>, <>) à la relative vie en autarcie de l’Est-Anglie à ce moment-là. La forme zéro était attestée dans cette région au XVe siècle et a pu contribuer à ralentir le développement de -s.

INVERSION APRÈS THEN

24La troisième étude de cas traite du phénomène de l’ordre des mots. Le vieil-anglais et le moyen-anglais avaient une forte tendance à mettre le verbe en seconde position dans la phrase. Le résultat était que le sujet devait suivre le verbe dans une phrase avec un adverbe en position initiale. Cette règle continue d’être respectée après certains adverbes non négatifs initiaux comme then, yet, thus, therefore, so et now. Les exemples suivants (cités d’après Nevalainen, 1996b : 85) illustrent les deux modèles. Dans le premier exemple, le sujet et le verbe apparaissent dans l’ordre moderne. Dans le second exemple, ils apparaissent en ordre inversé suivant l’ancienne règle du verbe en seconde position.

… and then he wyll pay the full of M. li, or soner if I can put hym in suertyes (men of the Murse); wherfore, I prey youe,……
and then shall he pay at one brunt xijC li FI. In annywyes, brother, do perfourme thys…

25Les deux exemples sont du même auteur la même année. Les modèles coexistèrent pendant plusieurs siècles. Il est donc intéressant d’explorer le modèle du changement. Qui, des deux auteurs féminins ou masculins, étaient les premiers à faire ce changement particulier ? Le graphique ci-dessous (fig. 4) illustre les résultats pertinents aux XVIe et XVIIe siècles.

Figure 4. Inversion après then en pourcentages (d’après Nevalainen, 1996b : 87, 91).

26Le graphique montre que le changement fut lent. Au milieu du XVIe siècle, on désapprouvait déjà l’inversion. Les femmes l’utilisaient dans moins de 40 % des cas après un then initial, les hommes dans moins de 30 % des cas. Au milieu du XVIIe siècle, ces chiffres étaient tombés progressivement en-dessous de 10 %. L’ancienne forme était en train de disparaître. Il est intéressant de noter que les hommes, au début, avaient des chiffres plus bas pour l’ancienne forme, mais à partir de la seconde période, ce sont les femmes qui sont à la tête du changement. On trouve des résultats similaires pour les trois adverbes explorés par Nevalainen, yet, thus et therefore. Les chiffres absolus pour ces constructions dans chaque sous-période sont souvent petits, spécialement pour les données sur les femmes. Cela veut dire que certains résultats ne sont pas statistiquement significatifs. De tels chiffres sont susceptibles d’être soumis à d’autres analyses plutôt que d’être pris pour des résultats définitifs. Ils suggèrent que les femmes étaient à la tête de nombreux changements linguistiques, mais il y a encore beaucoup à apprendre sur la façon dont les changements se sont diffusés dans toute la société.

POUR EN SAVOIR PLUS
Il y a de nombreux manuels sur la sociolinguistique moderne. Downes (1998), Hudson (1996), Kachru (1985) et Romaine (1994) sont de bons exemples. Coupland et Jaworski (1997) est un manuel de sociolinguistique qui contient la plupart des articles classiques dans ce domaine. En revanche, la linguistique sociohistorique est encore un domaine de recherche très récent. La première monographie classique en linguistique sociohistorique est celle de Romaine (1982), mais il a fallu beaucoup de temps avant que le domaine ne soit fermement établi grâce à la recherche spécialisée par ordinateur. Nevalainen et Raumolin-Brunberg (1996) offrent des chapitres d’introduction à ce domaine de recherche, ainsi que des études de cas. Palander-Collin (1999) fournit une étude spécialisée en linguistique sociohistorique de l’expression methinks, et Nurmi (1999) une histoire sociale de l’opérateur zéro do. Nevalainen et Raumollin-Brunberg (2003) affinent les résultats observés dans Nevalainen (1996a).

Notes

1 http://icame.uib.no/hc/

2 http://www.helsinki.fi/varieng/domains/CEEC.html

Table des illustrations

Légende Figure 3. L’absence d’instruction en Angleterre, en pourcentages (d’après Raumolin-Brunberg, 1996 : 24).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 4. Inversion après then en pourcentages (d’après Nevalainen, 1996b : 87, 91).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search