Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 5. La fin de l’anglais moderne et l’anglais contemporain : l’expansion de l’anglais

Texte intégral

1La fin de l’anglais moderne commence en 1700. Il n’y a aucun facteur externe majeur qui justifie cette date. D’un point de vue interne, d’autre part, la langue anglaise en 1700 est à bien des égards comme la langue anglaise contemporaine. La série complexe de changements dans la prononciation de la langue, la « grande mutation vocalique », était plus ou moins finie en 1700. En syntaxe et en morphologie, aussi, la langue était déjà moderne. L’expansion coloniale de l’Angleterre avait commencé au XVIIe siècle. Elle continua de plus belle aux XVIIIe et XIXe siècles. Les avancées en science et en technologie aux XIXe et XXe siècles, ainsi que les développements sociaux, culturels et politiques conduisirent à une évolution sans précédent du vocabulaire anglais.

BESOINS DE COMMUNICATION ET GENRES DE TEXTES

2La fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle virent la montée des sciences expérimentales et une nouvelle passion pour le rationalisme en philosophie. Les explications dans tous les domaines de la vie étaient fondées sur la raison et la pensée logique. L’attirance pour l’ordre et la valeur de la règle était forte. Cette façon de penser prévalait dans les attitudes face à la langue anglaise, dont on pensait qu’elle manquait cruellement de standardisation, de raffinement et de stabilité. La grammaire de l’anglais n’avait pas été codifiée dans un ensemble de règles logiques. L’usage grammatical acceptait une grande variété. Cela n’étai pas du goût d’un âge qui plaçait ses plus hautes valeurs dans l’ordre de toute chose. On avait besoin de livres de grammaire et de dictionnaires afin de mettre en place les règles de l’emploi « correct » des termes lexicaux et des règles de grammaire. Cette tendance fut résumée dans le terme ascertainment, comme par exemple dans le titre de Jonathan Swift, Proposal for Correcting, Improving and Ascertaining the English Tongue en 1712. Dans cette proposition, il déplorait l’état présent de la langue anglaise et affirmait que l’anglais avait atteint sa période la plus faste durant la période élisabéthaine.

3De nombreuses voix s’élevèrent en faveur d’une académie qui devait réguler la langue anglaise. En Italie, l’Academia della Crusca avait été fondée en 1582 et en France l’Académie française en 1635. Toutes deux avaient pour objectif de « purifier » leur langue nationale et d’établir un dictionnaire. Les partisans les plus fervents d’une académie pour la langue anglaise étaient John Dryden, John Evelyn, Daniel Defoe, Jonathan Swift et Thomas Cook. Cependant, il y avait des voix discordantes et l’académie ne vit jamais le jour en Angleterre. D’un point de vue politique, il s’avérait inacceptable de créer une autorité de ce type.

4Au Moyen Âge, les mots étrangers étaient expliqués dans des gloses interlinéaires ou marginales dans les manuscrits en langue étrangère. L’étape suivante dans la direction d’un dictionnaire consistait à établir des listes de mots latins et français traduits en anglais. Ce ne fut pas avant 1604 que le premier dictionnaire anglais monolingue fut publié, la Table Alphabeticall de Robert Cawdrey. Cet ouvrage fut suivi par d’autres, mais ils étaient généralement restreints à une liste de mots difficiles, c’est-à-dire liés aux domaines religieux et scientifiques. Au XVIIIe siècle, finalement, les dictionnaires commencèrent à inclure des termes de tous les jours et ils furent publiés en grand nombre. Ils répondaient à la demande de règles de la part du public. Les nouveaux venus dans la classe moyenne avaient aussi besoin de dictionnaires de prononciation, qui les aidaient à acquérir la bonne prononciation afin d’assouvir leurs ambitions sociales.

  • 1 Les linguistes du temps s’interrogeaient pour savoir jusqu’à quel point la langue anglaise était «  (...)

5Le dictionnaire qui eut le plus d’influence au XVIIIe siècle et au-delà fut le Dictionary of the English Language de Samuel Johnson, qui parut en deux volumes en 1755. Johnson, à l’instar de nombre de ses contemporains, souhaitait fixer la langue, préserver sa « pureté1 » et vérifier le sens des idiomes anglais. Il décida de l’orthographe de nombreux mots et il améliora les explications étymologiques données dans d’autres dictionnaires en son temps. Malgré certaines fautes inévitables, son dictionnaire resta une autorité incontestée jusqu’à la fin du XIXe siècle. Si la plupart de ses définitions sont justes et font de lui un grand lexicographe, il n’en reste pas moins que certaines sont fantaisistes, comme par exemple celle du lexicographe, qu’il définit comme « a writer of dictionaries, a harmless drudge ».

6Des ouvrages sur l’anglais avaient déjà été publiés aux XVe et XVIe siècles. Dans de nombreux cas, c’étaient des instructions pour ceux qui apprenaient l’anglais. Le vrai intérêt pour les travaux de grammaire ne se développa que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, qui vit la publication de nombreux livres sur la question. Certaines de ces grammaires étaient très populaires et connurent vingt, cinquante ou même cent éditions. Les plus importantes d’entre elles sont la Short Introduction to English Grammar de Robert Lowth (1762) et l’English Grammar de Lindley Murray (1795). La principale motivation était de stabiliser la langue. Ces grammaires étaient, dans leur grande majorité, très normatives. Les grammairiens prescriptifs du XVIIIe siècle n’empêchèrent pas la langue anglaise d’évoluer, mais certaines règles de grammaire qu’ils suggérèrent rentrèrent dans l’usage commun et ont perduré jusqu’à aujourd’hui, comme par exemple, la condamnation des doubles négations ou des infinitifs coupés. La distinction entre lie (intransitif) et lay (transitif), ainsi que la stigmatisation du placement d’une préposition en fin de phrase, datent aussi du prescriptivisme grammatical du XVIIIe siècle.

7Au début de la période de l’anglais moderne, l’anglais s’était pleinement affirmé comme la langue pour toutes les situations de communication. Le latin n’était plus la lingua franca de la communauté scientifique européenne. Aujourd’hui, l’anglais a largement pris la place que le latin avait au Moyen Âge comme langue scientifique.

8En 1858, la Philological Society lança le projet de publier un New English Dictionary. Le dictionnaire devait inclure chaque mot de la langue anglaise avec des citations destinées à illustrer les différents sens, depuis les premières attestations jusqu’à l’emploi contemporain. Le projet était ambitieux et la taille envisagée pour le dictionnaire était importante. Finalement, le dictionnaire ne comprit pas 6 400 pages en 4 volumes comme cela avait été prévu, mais 15 490 pages en 10 volumes et leur réalisation dura 70 ans au lieu de 10. Le texte 14 en annexe est un extrait de l’introduction du premier volume du New English Dictionary en tant qu’exemple de travail scientifique du XIXe siècle. Le New English Dictionary est devenu plus tard l’Oxford English Dictionary.

9En 1844, la première ligne télégraphique fut installée entre Washington et Baltimore. Elle permettait la transmission de signaux codés sur de longues distances. Le code Morse, nommé ainsi d’après son inventeur Samuel F. B. Morse, s’établit comme un standard international. Le télégraphe aida au développement de grandes entreprises et des réseaux ferroviaires. Et cela amena bientôt à la fondation de la première agence de presse, dont le but était de partager des informations entre plusieurs journaux : l’Associated Press. En 1876, Alexander Graham Bell fit breveter le téléphone. Plusieurs décennies s’écoulèrent encore avant que cette invention n’ait un impact significatif. L’invention de la radio et du cinéma suivirent vers la fin du XIXe siècle, et celle de la télévision dans les années 1920. Ces inventions dans le domaine de la technologie de la communication, depuis le télégraphe jusqu’à la télévision, et plus tard l’ordinateur, ont affecté l’anglais de façon très directe. D’abord, elles ont soudé encore davantage les différentes parties du monde anglophone. Quand les Anglo-Saxons partirent d’Europe pour occuper l’Angleterre, la langue changea si vite qu’elle ne fut plus comprise par les premiers occupants. La communication internationale actuelle peut empêcher que de tels événements se reproduisent. De plus, la nouvelle technologie de communication a étendu l’emploi de la langue anglaise en ajoutant de nouvelles formes de communication comme les conversations téléphoniques, les programmes radiophoniques ou les talk-shows à la télévision. Au XXIe siècle, l’ordinateur est sur le point d’étendre les modèles de communication plus radicalement encore. De surcroît, les nouvelles technologies de communication ont ajouté du vocabulaire au lexique actuel.

10Dans les années 1950, on croyait que la télévision remplacerait le livre imprimé, mais rien qu’aux États-Unis, le nombre de livres publiés et achetés a été multiplié presque par vingt. Encore plus rapide a été la croissance des magazines spécialisés.

INVENTAIRE LEXICAL

11Les XIXe et XXe siècles ont engendré une augmentation sans précédent du vocabulaire de la langue anglaise, qui est due à l’expansion coloniale de l’Angleterre au XIXe siècle, au développement social et culturel du monde, et aux avancées dans la science et la technologie au XXe et XXIe siècles.

12Dans chaque domaine de la science, on a eu besoin de créer des milliers de nouveaux termes pendant les deux derniers siècles. La plupart de ces termes sont techniques et sont connus seulement des spécialistes, mais certains sont devenus familiers. En particulier, en médecine, il y a de nombreux termes qui sont utilisés quotidiennement, comme arteriosclerosis, aspirin, bronchitis, cholesterol, electrocardopgram, insulin, penicillin, stethoscope, et, plus récemment, AIDS (acquired immune deficiency syndrome). La physique nous a rendus familiers avec des termes comme atomic energy, electron, quantum mechanics et relativity. La chimie a contribué à faire émerger des termes comme formaldehyde, nitro-glycerine et radium, parmi d’autres. L’invention de la voiture a aussi créé un tout nouveau domaine dans le vocabulaire. Certains mots liés à l’automobile, qui sont régulièrement utilisés, sont de nouvelles inventions ; d’autres sont de vieux mots qui ont adapté leurs sens à de nouveaux objets. Automobile ou carburettor sont des exemples de nouveaux mots, tandis que des mots comme saloon, coach ou coupe ont été adaptés à partir de termes correspondant à des types plus anciens de véhicules. L’exploration de l’espace a aussi ajouté de nouveaux mots à la langue anglaise, comme spacecraft, space shuttle, countdown et blast off.

13Les films, la radio et la télévision ont enrichi la langue anglaise et ont établi des formes nouvelles de communication. De surcroît, ils ont augmenté le vocabulaire de l’anglais en ajoutant de nouveaux mots ou en étendant les sens des vieux mots. Les mots radio, television, broadcast et cinema datent du début du XXe siècle, mais il y en a beaucoup d’autres comme screen, reel, film, microphone, loud-speaker, cable TV, video-tape et VCR.

14Les deux guerres mondiales ont également ajouté de nouveaux termes au vocabulaire anglais. Dans de nombreux cas, c’étaient des termes militaires représentant de nouvelles méthodes de guerre, comme air raid, antiaircraft gun et tank. Pendant la seconde guerre mondiale, plusieurs termes furent empruntés à l’allemand. Des exemples sont Blitz ou Blitzkrieg, et Flak (antiaircraft fire), qui est une abbréviation de Fliegerabwehrkanone (antiaircraft gun).

15Les ordinateurs procurent une nouvelle forme de communication avec de nouveaux types de textes et de formes d’expression, et ils ont donné naissance à de nombreux mots nouveaux. Read, write, mouse, chip, network et workstation ont tous acquis de nouveaux sens liés aux ordinateurs. Microprocessor, byte, cursor, modem, software, hacker, download, RAM (randomaccess memory) et ROM (read-only memory) sont d’autres mots familiers aux utilisateurs d’ordinateurs.

EXPANSION COLONIALE

16L’expansion de l’anglais au-delà des îles britanniques commença au XVIIe siècle. La première installation permanente dans le « Nouveau Monde » date de 1607, quand un groupe de colons anglais arriva à Chespeake Bay et fonda une ville qu’on appela Jamestown d’après James I. En 1620, le premier groupe de colons puritains, les « Pilgrim Fathers », arriva sur le Mayflower. Ils s’installèrent à Plymouth dans ce qui allait s’appeler la Nouvelle-Angleterre. Ils avaient fui la persécution religieuse en Angleterre et cherchaient de nouvelles terres où ils pourraient établir un nouveau royaume religieux selon leurs propres idéaux et principes. Il faut observer que certains traits de l’américain moderne datent de l’Angleterre du XVIIe siècle, comme la prononciation américaine de la voyelle brève a dans des mots comme dance et path, qui est phonétiquement réalisée par [æ], là où en Received Pronunciation britannique, elle devient [ɑ :]. L’américain a conservé la prononciation ancienne [ɑ :] de not, qui en anglais britannique est devenue [ɔ]. L’anglais américain conserve aussi certains vieux mots ou sens comme mad (angry) et fall (autumn). L’anglais américain a été influencé par le mélange cosmopolite des immigrants qui arrivèrent en grand nombre au XIXe et au début du XXe siècle. Le résultat linguistique de l’origine multilinguale de la population des États-Unis fut un grand nombre d’emprunts à de nombreuses langues européennes et amérindiennes. On peut citer par exemple : chipmunk, tomahawk et wigwam de l’amérindien ; coleslaw et cookie du hollandais ; chowder et sallon du français ; delicatessen, franfurter, kindergarten, pretzel et sauerkraut de l’allemand ; expresso, Mafia et pizza de l’italien ; cafeteria, canyon, ranch et rodeo de l’espagnol ; et kosher et schmuck du yiddish (Crystal, 1988 : 229). Au même moment, de nombreux mots furent créés à l’aide d’éléments venus d’Angleterre. Les exemples sont bartender, cowboy, eggplant, steamboat, bite the dust et up the ante (ibid.). Le texte 13 en annexe est un exemple connu de l’anglais américain du XVIIIe siècle, la Déclaration d’indépendance, signée en 1776.

17Après la révolution américaine de 1776 et la Déclaration d’indépendance, les partisans loyalistes de la Grande-Bretagne quittèrent les nouveaux États-Unis et s’installèrent dans ce qui est connu comme la Nouvelle-Écosse au Canada, d’où ils essaimèrent dans d’autres régions du pays comme le Haut-Canada (nord de Montréal et Grands Lacs). Ils furent bientôt suivis par d’autres, qui étaient attirés par le prix modique de la terre. Cependant, le premier contact de l’anglais avec le Canada remonte à 1497, au moment où l’explorateur britannique John Cabot arriva à Newfoundland. Un conflit faisait rage avec les occupants français qui avaient commencé leurs explorations dans les années 1520. Au XVIIIe siècle, les revendications françaises furent graduellement abandonnées, mais au Québec l’emploi de la langue et de la culture française continue à coexister avec l’anglais, car, dans leur majorité, les gens ont le français pour langue maternelle. L’anglais canadien est à bien des égards très similaire à l’anglais américain, mais il a aussi des traits qui le rapprochent de l’anglais britannique. Le vocabulaire est mixte. Biscuit, braces, porridge et tap sont des mots qu’il partage avec l’anglais britannique, tandis que fall, gas, windshield et mailman sont des mots d’anglais américain. L’anglais canadien a aussi emprunté des langues à ces peuples natifs, aux premières nations, comme on dit au Canada. On peut citer par exemple caribou et toboggan, qui sont maintenant des mots anglais courants. L’orthographe de l’anglais canadien est habituellement britannique, mais l’influence américaine se fait progressivement sentir. Des mots comme curb et tire sont habituellement écrits à l’américaine (pour l’anglais britannique, kerb et tyre).

  • 2 Il n’y a pas unanimité à ce sujet. Voir, par exemple, Rickford, 1998, http://www.stanford.edu/rickf (...)
  • 3 Exemples empruntés à Crystal, 1988 : 238.

18Le début du XVIIe siècle vit l’émergence du commerce des esclaves. Des bateaux en provenance de l’Europe naviguaient jusqu’aux côtes d’Afrique occidentale, où ils échangeaient des produits bon marché contre des esclaves noirs. Ces esclaves étaient transportés dans des conditions atroces dans les îles des Caraïbes et sur les côtes américaines, où ils étaient vendus contre du sucre, du rhum et de la mélasse. Les bateaux retournaient en Europe pour recommencer le voyage à nouveau. Les marchands d’esclaves mettaient des esclaves d’origines linguistiques différentes ensemble sur des bateaux individuels afin de rendre la communication aussi difficile que possible. Émergent alors des formes variées de pidgins utilisés par les marins, les esclaves et les propriétaires terriens. Les enfants de la première génération d’esclaves grandissaient souvent avec l’anglais pidgin comme langue natale, et ainsi l’élevèrent au statut de langue créole2 qui se répandit parmi les plantations du sud, dans les villes de la côte et les îles, et finalement de là vers tous les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne. Les vingt premiers esclaves africains arrivèrent en Virginie en 1619. Au moment de la révolution américaine, les esclaves étaient au nombre de 500 000, et quand l’esclavage fut aboli en 1865, il y avait en plus de 4 millions. Certains traits typiques de l’afro-anglais sont une forme du verbe à la troisième personne du singulier sans-s à la fin (he walk, she come) ; l’absence de l’auxiliaire be dans certains contextes (They real fine ; if you interested) ; l’emploi de la forme be pour indiquer qu’une certaine action est faite habituellement (Sometime they be asking many things) ; et l’emploi de la double négation (Won’t nobody do nothing about that3).

19Entre 1769 et 1777, le capitaine Cook revendiqua l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Tasmanie pour la couronne britannique. L’Australie servit d’abord de colonie pénitentiaire. À partir de 1788, et pendant plus de cinquante ans, environ 130 000 prisonniers furent transportés en Australie, tandis que le nombre des colons qui se disaient « libres » était bien plus petit. Au milieu du XIXe siècle, l’immigration commença à croître et la population de l’Australie s’accrut, de 400 000 habitants en 1850, à près de 4 millions à la fin du siècle. Comme les îles britanniques étaient la principale source d’immigrants, l’anglais australien fut influencé surtout par des variétés britanniques. De nombreux prisonniers qui étaient amenés en Australie venaient de Londres et d’Irlande, et par conséquent, des caractéristiques de cockney et d’anglais irlandais peuvent être encore entendues en Australie. Récemment, l’anglais américain a exercé une influence considérable. Ainsi, le vocabulaire est à certains égards un mélange, comme pour l’anglais canadien. L’influence des langues aborigènes d’Australie sur l’anglais australien est légère, excepté pour quelques emprunts lexicaux comme boomerang, billabong, kangaroo ou wombat. Les emprunts sont surtout restreints aux traits spécifiques du mode de vie des peuples aborigènes d’Australie. Ainsi, de nombreux noms de lieux en Australie sont aborigènes. Il y a quelques différences régionales au sein de l’anglais australien, mais il y en aussi de considérables entre les différentes classes sociales. Ce qu’on appelle l’anglais australien « cultivé » est très proche de l’anglais britannique. C’est très différent de l’autre extrême, un fort accent australien connu du reste du monde par l’intermédiaire de comédiens australiens, qui tendent à exagérer cet accent.

20L’installation en Nouvelle-Zélande commença un peu plus tard qu’en Australie, mais la principale vague d’immigration arriva aussi pendant la seconde moitié du XIXe siècle. La Nouvelle-Zélande fut aussi principalement occupée par des immigrants britanniques. Le peuple d’origine de Nouvelle-Zélande, les Maoris, qui étaient arrivés quelque 500 ans avant les Européens, ont exercé une plus grande influence sur l’anglais néo-zélandais que les divers peuples aborigènes australiens sur l’anglais australien. Pour des étrangers, l’anglais australien et néo-zélandais sont difficiles à différencier. Il y a seulement quelques variations dans la qualité vocalique et certaines nuances lexicales. Comme dans l’anglais australien, les écarts régionaux sont minimes, mais les différences sociales sont importantes dans la prononciation. L’emprunt lexical le plus connu du maori est probablement kiwi, qui fait référence à un oiseau néo-zélandais, ainsi qu’à un fruit de Nouvelle-Zélande. Dans la conversation amicale, il est aussi utilisé pour les Néo-Zélandais eux-mêmes.

21La présence britannique en Afrique du sud remonte à 1795, quand, durant les guerres napoléoniennes, une force expéditionnaire envahit la région. Les colons hollandais étaient arrivés là-bas bien avant. Le contrôle britannique fut établi en 1806. L’anglais devint la langue de la loi, de l’administration et de l’éducation, mais elle était toujours restée une langue minoritaire. La majorité des blancs et la plupart des populations de couleur utilisent l’afrikaans, la forme sud-africaine de la langue hollandaise. L’anglais employé par le reste des blancs et un nombre croissant de la majorité de la population noire est similaire à la variété présente en Australie. L’anglais sud-africain a adopté de nombreux mots de l’afrikaans, comme par exemple apartheid, qui fait maintenant partie du langage courant anglais.

22L’Inde se situe en troisième position quant au nombre de locuteurs anglophones après les États-Unis et le Royaume-Uni. Les estimations du nombre d’anglophones varient entre 30 et 50 millions. Pour la plupart, l’anglais est la deuxième langue apprise à l’école et elle est utilisée dans des situations officielles. Le premier contact de l’Inde avec la langue anglaise date de 1600, quand la reine Elizabeth I accorda à la société britannique East India Company un monopole commercial pour l’Asie du sud. De 1765 à 1947, l’Inde fut soumise à la loi britannique. Aujourd’hui, l’anglais est reconnu comme une langue associée à l’hindi, la langue officielle. La variété d’anglais parlé en Inde est appelée anglais du sud de l’Asie. Elle est utilisée par un nombre conséquent d’interlocuteurs dans cinq autres pays de la région, à savoir le Bangladesh, le Pakistan, le Sri Lanka, le Népal et le Bhutan.

23Il y a bien d’autres régions où l’anglais joue un rôle important en tant que langue nationale, dans la langue de l’administration, ou la langue de l’éducation. Ces régions incluent les anciens pays du Commonwealth.

24La situation est compliquée par l’existence de dialectes pidgins et créoles anglais, déjà évoqués ci-dessus à propos de l’esclavage, à travers le monde. Dans de nombreux cas, il n’est pas clair si l’on doit encore les considérer comme des variétés de l’anglais ou non. Une langue pidgin est une langue de contact qui est développée par des gens qui ne partagent pas une langue, mais qui veulent communiquer entre eux, habituellement pour des raisons commerciales. Elle dispose d’un vocabulaire limité et d’une grammaire réduite. Au cours du temps, les enfants peuvent grandir avec une langue pidgin comme langue maternelle. Dans une telle situation, la langue étend sa grammaire et son lexique pour devenir pleinement fonctionnelle et, à ce stade, la langue est appelée langue créole. Quand des utilisateurs de créoles sont placés en contact régulier avec la langue standard sur laquelle leur créole est fondé, un processus de décréolisation peut s’enclencher, qui rend le créole proche de la langue standard. L’anglais pidgin et l’anglais créole se parlent essentiellement dans trois zones : les Caraïbes, l’Afrique occidentale et le Pacifique occidental. La plupart des variétés atlantiques sont le résultat de l’exploration coloniale britannique et du commerce aux XVIe et XVIIe siècles. Les variétés du Pacifique ont émergé quelque temps plus tard.

L’ANGLAIS COMME LANGUE MONDIALE

25Aujourd’hui, l’anglais est une langue internationale. Les locuteurs natifs parlant l’anglais sont environ 350 millions et entre 300 et 1 000 millions de locuteurs qui utilisent l’anglais comme deuxième langue ou comme langue étrangère. C’est la lingua franca des scientifiques à travers le monde. C’est la langue du tourisme et du commerce, la langue du contrôle du trafic aérien et de la majorité des agences de nouvelles internationales, et c’est sans conteste la langue d’internet.

26Le statut de l’anglais comme langue mondiale est principalement le résultat de deux facteurs ; l’expansion coloniale de l’Angleterre au XIXe siècle et l’émergence des États-Unis comme superpuissance au XXe siècle. Trois zones, qui représentent le statut de l’anglais, peuvent être distinguées. La première zone comprend ces pays dans lesquels l’anglais est la principale langue de communication et la langue maternelle de la majorité de la population. Elle inclut le Royaume-Uni, les États-Unis d’Amérique, l’Irlande, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La deuxième zone correspond aux pays pour lesquels l’anglais joue un rôle important pour des locuteurs non natifs. Dans de nombreux cas, ce sont d’anciens territoires coloniaux, où l’anglais est encore la langue officielle et où elle peut être utilisée dans une variété de domaines aussi hétéroclite que l’éducation, l’administration ou la littérature. Cette zone inclut Singapour, l’Inde, le Malawi et plus de 50 autres territoires. La troisième zone comprend des pays où l’anglais est reconnu comme une importante lingua franca et est appris comme langue étrangère par de nombreuses personnes. Ces pays n’ont pas une histoire de colonisation par les membres de la première zone et ils n’ont pas non plus donné à l’anglais un statut spécial dans leurs institutions nationales. Cette zone inclut le Japon, Israël, la Grèce, la Pologne, l’Allemagne et un nombre croissant d’autres États. Dans certains cas, ces distinctions ne sont pas claires. Les situations en Afrique du sud, en Malaisie ou en Jamaïque partagent des traits caractéristiques avec les deux zones susmentionnées.

27L’anglais s’est tellement diversifié de par le monde qu’on peut se demander si on a encore affaire à une seule langue ou plusieurs langues différentes. Certaines variétés de l’anglais sont difficilement compréhensibles, en particulier si les anglais pidgins et créoles sont aussi pris en considération. Il reste à voir si dans le futur la tendance ira vers plus d’intelligibilité ou bien, à l’opposé, vers une différenciation plus forte.

POUR EN SAVOIR PLUS
Baugh et Cable (1993) offrent une bonne analyse de la situation de la fin de l’anglais moderne, quand l’appel général à l’autorité fut à l’origine de grammaires et de dictionnaires. Ils donnent aussi une explication détaillée de la croissance du vocabulaire anglais aux XIXe et XXe siècles. Hansen, Carls et Lucko (1996) s’intéressent aux variétés nationales de l’anglais. Gôrlach (1999), Goodman et Graddol (1996) et Berg (1993) sont de bons compléments. Le volume dirigé par Cheshire (1991) contient des articles sur l’anglais à travers le monde, depuis le Royaume-Uni et les États-Unis, en passant par les variétés africaines, les pidgins et les créoles en Afrique occidentale, dans les Caraïbes et le Pacifique. Trudgill et Hannah (2008) analysent une série d’anglais internationaux avec une cassette d’accompagnement sur laquelle un extrait de texte est lu par des locuteurs natifs de toutes les contrées qui sont mentionnées dans le livre. Crystal (1988, 1995) explique de manière concise les raisons de l’expansion de l’anglais. Crystal (1997, 2002) explore la question de savoir pourquoi l’anglais est devenu une langue mondiale.

Notes

1 Les linguistes du temps s’interrogeaient pour savoir jusqu’à quel point la langue anglaise était « pure », si elle devait accepter de nouvelles structures syntaxiques, de nouveaux mots empruntés ou non à d’autres langues, etc.

2 Il n’y a pas unanimité à ce sujet. Voir, par exemple, Rickford, 1998, http://www.stanford.edu/rickford/papers/CreoleOriginsOfAAVE.html.

3 Exemples empruntés à Crystal, 1988 : 238.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search