Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 4. Les débuts de l’anglais moderne : la standardisation

Texte intégral

1On situe habituellement les débuts de l’anglais moderne entre 1500 et 1700. Une des différences des plus importantes entre le moyen-anglais et l’anglais moderne est la prononciation. Au début du XVe siècle, les gens ont commencé à prononcer des voyelles longues différemment. Toutes les voyelles longues ont été affectées sur une période de deux siècles. Ces changements sont dus à ce qu’on appelle « la grande mutation vocalique ». Le début de la période de l’anglais moderne est marqué par le passage progressif de la copie des manuscrits à la main à l’utilisation de l’imprimerie. L’introduction de l’imprimerie en Angleterre en 1476 a été un des facteurs importants qui a permis le processus de standardisation de la langue anglaise. À la fin de la période, en 1700, l’anglais moderne était bien établi et la langue anglaise avait commencé son expansion dans le monde.

LE CONTEXTE SOCIOHISTORIQUE

2Un des facteurs clés dans le processus de standardisation de la langue anglaise, qui avait commencé au début du XVe siècle, fut l’introduction de l’imprimerie en Angleterre en 1476 par William Caxton. Ce dernier était né en 1420 environ dans le Kent. Marchand de textiles, il avait passé près de trente années de sa vie sur le continent, la plupart du temps à Bruges. En 1471, il alla à Cologne, où il resta dix-huit mois pour apprendre la technique de l’imprimerie. Une fois rentré à Bruges, il créa sa propre imprimerie et y produisit le premier livre en anglais, sa propre traduction, en 700 pages, de The Recuyell (la compilation) of the Historyes of Troy. De retour en Angleterre, il monta une imprimerie à Westminster, où il était près de la cour. Là il imprima plus d’une centaine d’ouvrages, dont plusieurs éditions différentes du même titre. Nombre de ses publications étaient des livres qu’il avait lui-même traduits en anglais. Il publia deux éditions des Contes de Cantorbery de Chaucer, sa traduction de Boèce, les textes de John Gower et de John Lydgate, des manuels d’indulgences, des publications juridiques, des manuels de conversation, des livres de prières et une grammaire latine.

3On peut considérer l’introduction de l’imprimerie comme une étape importante dans l’expansion de la langue anglaise écrite. Avant l’introduction de l’imprimerie, chaque livre était en quelque sorte unique. Même si c’était une copie d’un autre livre, il était susceptible d’être différent à bien des égards. Les scribes changeaient souvent le dialecte du livre original et utilisaient leur propre dialecte quand ils copiaient les livres. Il était facile d’ajouter ou d’omettre certains passages, par inadvertance ou par inattention. Avec l’arrivée de l’imprimerie, les livres pouvaient être produits avec plus d’efficacité et davantage de lecteurs eurent accès aux textes écrits. On pouvait produire, en grand nombre, des copies identiques. Cela donnait aux textes une nouvelle forme de stabilité.

4En tant qu’imprimeur et traducteur, Caxton, qui était un marchand avant d’être un linguiste, faisait face à plusieurs problèmes, qu’il mentionnait souvent dans les prologues et les épilogues de ses publications. Comme il produisait de multiples copies identiques, il devait prendre la décision d’imprimer le livre dans sa propre variété d’anglais ou bien de changer le dialecte et faire en sorte qu’il soit lu par tous les lecteurs potentiels. Il devait aussi décider d’utiliser des mots étrangers dans ses traductions ou bien d’adapter des mots anglais nouveaux pour de nouveaux concepts. Caxton n’avait pas adopté un système cohérent dans ses publications, mais la technique d’imprimerie a soutenu le processus de standardisation de telle sorte que de telles questions purent être résolues par convention mutuelle.

5La période entre 1500 et 1650 fut appelée plus tard la Renaissance. Elle était caractérisée par un nouvel intérêt pour les langues et les littératures classiques. Il y eut pléthore de nouvelles publications en anglais, incluant des traités scientifiques qui étaient maintenant plus fréquemment écrits en anglais. Il y avait une demande croissante pour les traductions, et là où les mots anglais n’existaient pas, des mots étrangers furent empruntés librement, en particulier du latin et du grec, de l’italien, du français, de l’espagnol et du portugais. Plus tard dans la période de la Renaissance, pendant les explorations européennes de l’Afrique et des Amériques, des mots furent aussi empruntés à de nombreuses autres langues. Mais d’abord ce fut la Réforme qui influença le développement de la langue anglaise.

6Henri VIII (1509-1547) avait épousé Catherine d’Aragon, fille du roi d’Espagne et veuve de son frère aîné Arthur. Quand il devint clair que le mariage ne donnerait pas d’héritier mâle, Henri essaya d’obtenir la permission du pape pour annuler le mariage afin de se marier avec Anne Boleyn. Du fait de ses liens avec l’Espagne, le pape refusa, ce qui conduisit Henri à rompre ses relations avec Rome et, en 1534, le parlement anglais déclara que le roi était le « chef suprême de l’Église d’Angleterre ». Le pape excommunia Henri immédiatement, mais ce dernier, en tant que chef de l’Église et de l’État, ordonna que les monastères fussent fermés et que leurs richesses fussent transférées au roi.

7L’introduction de l’anglais dans l’Église généra le besoin de nouvelles traductions de la Bible. Sept traductions majeures parurent pendant le seul XVIe siècle. La traduction du Nouveau Testament de William Tyndale fut imprimée en 1525 à Cologne. Ce fut la base pour la plupart des versions suivantes. Tyndale encourageait vivement les gens à lire la Bible dans leur propre langue. La grande Bible de Coverdale de 1539 fut la première traduction officielle de la Bible. Une copie de cette Bible fut placée dans chaque paroisse du pays.

8Au début de la période de l’anglais moderne, l’anglais fut instauré comme la langue officielle de la Chancellerie, le siège des scribes royaux. Elle était utilisée dans la plupart des situations officielle et des situations formelles, mais elle n’avait pas encore acquis assez de prestige pour être utilisée dans tous les domaines du savoir. Le latin demeurait la langue des écoles et des universités. Le latin était la lingua franca des savants européens et était dans une position différente de celle de l’anglais. Le philosophe et homme d’État Francis Bacon (1561-1626), le docteur William Harvey (1578-1657) et le mathématicien et physicien Isaac Newton (1642-1727) écrivaient tous leurs travaux en latin. C’est ce que faisaient aussi l’astronome Nicolas Copernic (1473-1543) en Pologne, l’astronome Galileo Galilei (1564-1642) en Italie, et, au début, le philosophe et mathématicien René Descartes (1596-1650) en France.

9L’anglais était critiqué comme étant « vulgaire » et « barbare », parce qu’il n’avait pas assez de mots et était instable et changeant. Quant au latin, en tant que langue morte, il était une langue stable. Pendant longtemps, les auteurs qui utilisaient l’anglais, ou les traducteurs qui traduisaient le latin ou d’autres travaux en anglais, éprouvaient le besoin de se défendre dans les préfaces. La préface à la traduction des Dialecticae Partitiones de Pierre de La Ramée, publiées sous le titre The Logike of the moste excellent Philosopher P. Ramus Martyr, en est un parfait exemple. Le traducteur dit:

  • 1 Cité d’après Barber, 1976 : 48-49. Traduction : « Étant donné que c’est le devoir de tous les chré (...)

Seing it is the dewtye of all Christians beloued Reader (to labour by all meanes, that they maye profytte and aye their bretherne, and to hyde or kepe secrete nothing, whiche they knowe maye bring greate utilitie to the common wealthe: I thought it my dewtie hauing perceyued the greate commoditie whiche this booke bryngethe to the Reader of what state and qualitie soeuer he be) to make thee and all others to whose knowledge it shall come pertakers thereof 1.

10Mais il y avait toujours des voix qui s’élevaient pour dire que l’anglais était non seulement une langue utile mais aussi une langue capable d’éloquence. Vers la fin du XVIe siècle, ces voix gagnèrent en force, et Barber (1976 : 52) soutient même que le changement d’attitude envers l’anglais eut lieu soudainement entre 1575 et 1580. Après cette date, la plupart des auteurs sont convaincus de son éloquence, qu’il avait gagnée par la traduction d’importants travaux, par l’expansion de son vocabulaire grâce à l’emprunt de nouveaux termes (voir ci-dessous, 4.3) et l’emploi des moyens de la rhétorique classique. De cette façon, il ne restait plus aux grammairiens qu’à fixer et réguler la langue. Jusqu’à ce moment-là, aucun dictionnaire ni aucune grammaire n’avait été publié. Mais au XVIIe siècle, le désir de réguler l’anglais se fit plus fort avec le prestige grandissant de la langue.

11Elizabeth I (1533-1603), fille de Henri VIII et d’Anne Boleyn, avait accédé au trône en 1558 à l’âge de vingt-cinq ans. Durant son règne, l’Angleterre connut une nouvelle prospérité. Les années 1570 furent appelées l’âge d’or de la musique anglaise avec les compositeurs Thomas Tallis, William Byrd et Thomas Morley qui travaillaient à Londres. Les premiers théâtres publics y furent construits. Philip Sydney publia son Arcadia et sonnets pour Stella, et en 1579 Edmund Spenser publia son Shepherd’s Calendar. En 1588, Philippe II d’Espagne se prépara à envahir l’Angleterre depuis les Pays-Bas, mais son « Invincible Armada » fut défaite par une flottille anglaise moins importante. L’Angleterre avait affirmé sa domination sur les mers et les explorateurs anglais avaient un champ immense qui s’offrait à eux, ce qui finalement contribua à la diffusion de la langue anglaise dans le monde entier. À ce moment-là, William Shakespeare était arrivé à Londres, où il vit la première pièce de Christopher Marlowe, Tamburlaine. Pendant les dix dernières années du règne d’Elizabeth I, Shakespeare écrivit une vingtaine de pièces. Edmund Spenser, George Chapman, Michael Drayton, Ben Jonson et John Donne écrivaient tous à ce moment-là. Et une nouvelle génération de compositeurs était née, avec notamment John Dowland et Orlando Gibbons.

12Quand Elizabeth I mourut en 1603, Jacques VI d’Écosse lui succéda et il devint Jacques Ier d’Angleterre, le premier roi des quatre nations des îles britanniques. Celles-ci n’étaient pas encore un royaume uni. Une des réalisations majeures de son règne fut la publication de la version autorisée de la Bible du roi Jacques mentionnée ci-dessus. Durant son règne, l’empire britannique commença avec la fondation de la première colonie anglaise en Virginie en 1607 (voir ci-dessous, chapitre 5). Shakespeare écrivit ses plus grandes pièces, d’Othello à The Tempest, et l’Angleterre connut certaines de ses plus importantes réalisations scientifiques. William Gilbert venait juste de publier De Magnete, avec lequel il lança la science de l’électricité. William Harvey faisait ses conférences sur la circulation du sang, et Francis Bacon ouvrait la voie à la science expérimentale exacte du nouvel âge.

13L’évaluation du niveau d’instruction est très difficile. Elle doit être fondée sur des preuves circonstanciées, comme la possession de livres, le nombre d’écoles et la capacité ou non des gens à signer leurs noms sur des testaments, des contrats de mariage et des dépositions dans des cours ecclésiastiques. Au début de la période moderne, l’absence d’instruction frappe en particulier les femmes, néanmoins on note de grandes disparités sociales et régionales. À Londres, le degré d’instruction était plus important que dans le reste du pays, et pour certaines professions, elle était plus importante que d’autres. Les juristes et les religieux étaient tous instruits. La noblesse, petite ou grande, l’était à des niveaux élevés. Mais les catégories sociales les plus basses, ainsi que les femmes de presque toutes les classes (hormis les femmes de haute noblesse), étaient largement illettrées. Pendant tout le début de la période de l’anglais moderne, le niveau d’instruction a augmenté considérablement. Une nouvelle classe de lecteurs issue des couches moyennes de la société et qui demandait des textes en vernaculaire se développa. On répondit à la demande en réalisant un nombre de livres croissant. La disponibilité des livres à prix raisonnables, à son tour, augmenta la demande pour l’instruction. Le public grandissant exigea du matériel pour l’instruction mais aussi pour le loisir.

14Un autre facteur qui influença la communication, et en particulier la communication écrite, fut l’amélioration des services postaux aux XVIe et XVIIe siècles. Au début, il y avait des services irréguliers créés pour les besoins de l’État par l’intermédiaire de messagers et de porteurs privés. Mais tout doucement, un système postal avec des taux fixes, disponible pour les citoyens, se développa. Au cours de la première moitié du XVIIe siècle, on organisa des transports hebdomadaires réguliers sur six routes principales à différents endroits du pays. Le système, qui supposait des routes de qualité, ainsi qu’un réseau suffisant de postes locales et de chevaux, était une combinaison de transports équestres sur de grandes routes et de messagers qui circulaient à pied et portaient les lettres à leurs destinations finales.

BESOINS DE COMMUNICATION ET GENRES DE TEXTES

15Le début de l’anglais moderne était caractérisé par une croissance exponentielle de la diffusion de textes de toutes sortes. Plusieurs raisons expliquent cela. Pendant tout le vieil-anglais et la plupart du moyen-anglais, la production des livres avait été le privilège de l’Église. Vers la fin du XVe siècle, ceci changea radicalement. Grâce à l’imprimerie, la production des livres a pu augmenter. Le coût des livres chuta de manière spectaculaire et ils devinrent accessibles à un public plus large. De nouvelles voies de distribution de textes écrits s’ouvrirent. De plus, il y eut un intérêt renouvelé pour l’instruction, entraînant une hausse du niveau d’instruction. Ceci conduisit à la diversification du matériel de lecture et à de nouveaux genres et types de textes.

16Sans l’art de l’imprimerie, un nouveau genre du début du XVe siècle n’aurait pas été possible, à savoir les pamphlets. Ces derniers étaient une forme de précurseur des médias de masse. Ils étaient peu coûteux et rapides à produire. Ils contenaient souvent huit pages ou étaient des attaques cinglantes d’une page. Mais certains pouvaient faire une cinquantaine de pages. Ils étaient publiés en réaction aux événements du jour et étaient souvent sujets à des controverses. Dans les années 1520, juste après l’attaque de Luther contre la suprématie du pape, le problème fut vivement débattu au sein des pamphlétaires anglais. Le texte 8 en annexe reproduit le paragraphe d’ouverture d’un pamphlet écrit au nom du roi Henri VIII. Le roi, « Défenseur de la Foi », protège son royaume et attaque de manière virulente « les disciples de Martin Luther et autres hérétiques ». Le texte met en avant la « vraie foi catholique de la religion chrétienne » contre la menace venant de l’étranger.

17C’est à cette époque qu’émergèrent les pièces de théâtre, genre séparé à l’art de l’imprimerie. Elles se développèrent à partir des mystères médiévaux et des miracles, qui étaient à l’origine joués pendant les services religieux comme la fête du Corpus Christi. Elles mettaient en scène les histoires bibliques. Acclamées pour leur intérêt religieux, ces pièces étaient également appréciées pour leur intrigue et le travail sur les personnages. Aux XIVe et XVe siècles, ces pièces étaient devenues plus élaborées et étaient jouées devant l’église ou sur la place du marché. Elles étaient habituellement produites par des conciles ou par des autorités de la ville. Pendant le règne d’Elizabeth I (1558-1603), une nouvelle forme de pièces de théâtre s’établit et devint populaire. Les principaux auteurs étaient Christopher Marlowe (1564-1593), William Shakespeare (1564-1616) et Ben Jonson (1572-1637). Leurs pièces étaient jouées dans des théâtres publics par des acteurs professionnels. Les premiers de ces théâtres furent construits dans les années 1560-1570 (The Red Lion en 1567, The Theatre en 1576 et The Curtaine en 1577). En 1599, The Globe remplaça The Theatre. Les pièces étaient la propriété de la compagnie qui les produisait. Tant qu’elles avaient du succès sur scène, la compagnie ne voulait pas qu’elles soient imprimées et publiées. Pour cette raison, des versions piratées et déformées étaient souvent produites par des acteurs. Mais maintenant le texte écrit de ces pièces avait un statut différent. Dans le cas du travail de Shakespeare, de nombreuses pièces étaient d’abord produites dans un petit format, in-quarto. Ces volumes sont considérées comme de « mauvais » textes, parce que fondés sur la reconstruction de la pièce à partir de la mémoire d’un acteur qui jouait sur scène. C’est seulement sept ans après la mort de Shakespeare, en 1623, qu’une édition in-folio préparée avec plus de soin fut publiée. Aucun des manuscrits de Shakespeare n’a survécu. Le texte 9 en annexe est un extrait de la scène 6 de l’acte 5 d’Hamlet.

18La traduction qui a eu le plus d’influence parmi toutes les traductions de la Bible fut la version autorisée, qui est aussi connu comme « la Bible du roi Jacques ». Elle fut commandée par le roi Jacques Ier après son accession au trône en 1603. Les 54 traducteurs suivirent des consignes strictes. Ils utilisèrent la « Bible des Évêques », qui était une version révisée de la « Grande Bible », mais dans bien des cas, ils remontèrent plus loin et consultèrent des versions plus anciennes y compris la Bible de Tyndale. Les traductions voulaient adopter un style digne, mais quelque peu archaïque. Ils ne voulaient pas produire une nouvelle traduction, mais améliorer les vieilles traductions. Contrairement aux textes de Shakespeare, la version autorisée de la Bible contient très peu de nouveaux mots. Le texte 10 en annexe est un extrait du sermon sur la montagne (Matthieu VII, 1-12). Il est reproduit avec une version moderne du même texte. La morphologie du verbe est de style ancien pour son temps. La troisième personne du singulier du présent, par exemple, termine toujours par - (e)th. D’autres textes à ce moment-là ont déjà -s. Des ordres de mots anciens sont encore utilisés et les négations et les questions n’emploient pas l’opérateur zéro do.

19À la fin du XIVe siècle, les premiers textes scientifiques commencèrent à être écrits en anglais, mais le latin dominait encore, et les textes qui paraissaient en anglais suivaient de près les modèles latins. Cependant, à la fin de la période considérée, l’anglais s’était affirmé comme la langue de la science. Au XVe siècle, les manuels devinrent un nouveau genre de l’écrit scientifique, en parallèle avec la montée de la classe moyenne et la montée de l’instruction. Les manuels de médecine, par exemple, donnent des conseils à un public large sur la façon de se maintenir en bonne santé et la façon de préparer des médicaments.

20À partir du milieu du XVIe siècle, de tels manuels étaient souvent écrits sous la forme de dialogues, à la manière cathéchétique, qui pouvaient être de « vraies » conversations entre un maître et un étudiant, ou bien pouvaient suivre le modèle ancien de questions-réponses scolaires. Ce qui suit est un exemple de texte destiné à un large public. L’extrait montre un passage suivant le modèle de questions-réponses :

  • 2 « What are the factors contributing to man’s health? The factors contributing to man’s health are (...)

What be the causes of preseruation of Mans health?
The causes of the preseruation of mans health be foure; the first, Aire, Fire and Water. The second, meate and drinke, and such as we use for nourishment. The third, mirth, exercise, and tranquillity of the body. The fourth, auoydance of excrements…
What is Ayre? Aire naturally by it selfe, is an element.
Approved Directions for Health, 16122.

21Le texte 11 en annexe est un extrait d’Electricity and Magnetism de Robert Boyle (1675-1676). Son style est très différent. L’auteur raconte ses observations personnelles résultant d’expériences scientifiques, qu’il met en relation avec des observations de phénomènes similaires faites par d’autres. Il exprime aussi des doutes et des conclusions incertaines.

22Les premiers journaux, initialement appelés corantos, apparurent en 1620. Ils étaient la traduction de corantos hollandais et étaient produits à Amsterdam, où arrivaient des nouvelles de nombreuses villes importantes comme Rome, Venise, Prague, Vienne, Cologne et Paris. Ils étaient réunis et publiés une fois par semaine sur des feuilles simples de papier. Il n’y avait pas de principe organisationnel dans le journal, qui consistait en de longues séquences de lettres de correspondants, qui rapportaient ce qui se passait depuis l’endroit où ils vivaient.

23L’exemple suivant est typique. Il s’agit d’une traduction directe, presque mot à mot, du hollandais :

  • 3 Traduction : « De Neis, le 13 juin 1621/À la Pentecôte, sa grâce laissa Balchaser Hoffman Van Gorl (...)

From Neis the 13 of June 1621
On Whitsunday his grace let Balchaser Hoffman Van Gorlitz that was agent for the Emperor heere, untill this present, goe out of prison, who was forced to deliuer the key of his Masle, and it was opened to see what was therein. Lieutenant Lohane hath a good number of men by him again, yesterday he caused 10. Barrels of beere, and some wine to be sent into his quarter, a great number of men come to him with his grace, entertaines, and the money giuen them in hand is payd in Bethlemish duckets, and Rhens gold Nobles; he giues a horse man 15. Florins in hand; it is thought that they will shortly goe to Otmachaw a mile and a halfe from hence, which for that it is a strong Fort, therefore they intend to fortifie themselues therein: Lenschwitz was yesterday more then halfe burnt by fire that fell in a Malt house (Brownlees, 1999: 693).

24Par opposition avec les journaux modernes, il n’y a pas de titres qui résument le thème de l’article, et en effet, il semble y avoir trois informations différentes sur la libération de prison d’un certain Balchaser Hoffman van Gorlitz. La seconde a trait au lieutenant Lohane, qui apparemment rassemble des troupes afin d’armer un fort à Otmachaw. Et la troisième raconte un incendie à Lenschwitz. Une copie de cet exemplaire dans lequel le reportage fut publié montre des annotations marginales contemporaines, qui indiquent que plusieurs des références de ce texte étaient potentiellement obscures même pour des lecteurs contemporains. Une annotation dit que Neis est un endroit en Silésie et une autre identifie sa grâce comme étant le marquis de Fagerdo.

25Des rapports de la cour offrent des données particulièrement intéressantes pour des analyses historiques. Cependant, on ne sait pas jusqu’à quel point les mots écrits restent fidèles aux mots qui ont été dits au tribunal. Ceci dépend du talent de l’employé responsable de la documentation écrite. Le texte 12 en annexe est un extrait des rapports d’un procès qui eut lieu le 27 août 1685. Lady Alice Lisle fut jugée à Winton pour haute trahison. Dans l’extrait, le juge interroge un des témoins principaux lors du procès, Dunne. Cet extrait révèle la distribution inégale de pouvoir dans cette situation. Le juge introduit de nouveaux thèmes, pose des questions et intime à Dunne de dire la vérité. Il l’insulte même. D’autre part, Dunne, qui ne cesse de se contredire, est clairement gêné par les questions, donne des réponses très brèves et s’adresse toujours au juge en disant my Lord. On peut remarquer que le juge passe de thou à you quand il s’adresse à Dunne. Il utilise you dans les questions et thou quand il accuse Dunne de ne pas coopérer avec les investigations. Cependant, même le court extrait donné dans le texte 12 montre certaines déviations de ce système. Dans plusieurs cas, il emploie you comme une forme pseudo-polie pour insulter Dunne encore plus (voir chap. 7 sur l’histoire des termes d’adresses en anglais).

INVENTAIRE LEXICAL

26La période du début de l’anglais moderne fut un temps de grand enrichissement lexical. L’utilisation exclusive du latin et du français dans de nombreux domaines à l’époque du moyen-anglais avait privé l’anglais de l’occasion de développer son propre vocabulaire. Quand l’anglais a affirmé ou réaffirmé sa place en tant que langue pour toutes les formes de communication, beaucoup de mots nouveaux ont dû être inventés. De nouveaux concepts et de nouvelles techniques et inventions venus du continent demandaient de nouveaux mots. L’exploration de l’Afrique et des Amériques introduisit aussi une nouvelle culture : on dut nommer des animaux, des plantes, des coutumes, etc., jusque là inconnus. La traduction de textes classiques et le fait que les écrits scientifiques étaient maintenant presque exclusivement en anglais demandaient de nouveaux mots.

27Les mots qui suivent sont des mots qui furent adoptés en anglais pendant le début de la période moderne :

  • du grec: agonism, agnostic, antagonize, apostrophe, bibliography, demagogue, diacritic, drastic, economist, hedonic, hyperbole, larynx, oligarch, orthodox, polygamist, semantic, topic, topographic;
  • du latin4: alphabet, angina, category, chromatic, climax, critic, cynic, dilemma, doma, emphasis, energy, encyclopædia, gigantic, gymnasium, homonym, hydraulic, hyphen, icon, logarithm, maniac, mausoleum, membrane, metonymy, microscope, monopoly, nausea, nectar, oasis, orchestra, orgasm, ornithology, palimpsest, paradox, parameter, parasite, parenthesis, phallus, pleonasm, pseudonym, rheumatism, sarcasm, scholastic, skeleton, sympathy, symposium, system, tactic, tetrameter, thesaurus, tragic;
  • du français ou par le français : apology, architect, bizarre, dialect, epilepsy, epilogue, geography, hieroglyphic, hygiene, mathematics, metaphor, method, ode, paraphrase, satire, scene, strategy, symmetry, syntax, trophy, vest ;
  • de l’italien ou par l’italien : algebra, archipelago, balcony, bandit, bankrupt, granite, largo, madrigal, manage, motto, nave, oboe, opera, piazza, portico, stanza, telescope, tempo, vermicelli, violin, volcano ;
  • de l’espagnol ou par l’espagnol : avocado, banana, cargo, cockroach, desperado, embargo, guitar, machete, masquerade, Negro, potato, siesta, tobacco, tornado ;
  • d’autres langues5 :
    • algonquin : racoon, skunk, squaw ;
    • arabe: coffee, giraffe, harem, sheikh;
    • hollandais: brandy, cruise, easel, knapsack, landscape, yacht;
    • chinois : tea ;
    • hindi : guru ;
    • japonais : shogun ;
    • malais : bamboo, ketchup ;
    • norvégien : troll ;
    • persan : bazaar, caravan, turban ;
    • portugais : dodo ;
    • tamoul : anaconda, curry ;
    • turc : kiosk, pasha, yoghurt.

28La langue de Shakespeare eut une influence considérable sur le développement futur de la langue anglaise, principalement son vocabulaire. Il inventa de nombreux mots nouveaux ou utilisa des mots existants de façon nouvelle. De plus, il choisit des mots qui étaient nouveaux et à la mode en son temps. L’Oxford English Dictionary compte plus de 2 000 entrées qui sont attestées pour la première fois entre 1590 et 1610 et qui correspondent à des mots utilisés par Shakespeare. Dans de nombreux cas, la citation de Shakespeare est la plus ancienne référence disponible et on peut lui attribuer le mérite d’avoir introduit ce mot dans l’anglais. Les nouveautés lexicales de Shakespeare peuvent être classées dans différentes catégories :

29– emprunts

30Certains mots sont de nouveaux lexèmes qu’il emprunta au français ou au latin ou à une autre source, dont voici quelques exemples : assassination, bandit, courtship, dawn, denote, go-between, hint, lady-bird, obscene, operate, outweigh, pageantry, roguery, tranquil, wild goose chase, priceless, remorseless.

31– adaptations

32Certains mots sont de nouvelles créations à partir de mots anglais existants. Ils furent créés en ajoutant une désinence comme -er à un verbe afin de former un nom, ou -ly à un adjectif afin de former un adverbe, etc. Soit: appearer, barefaced, ceremoniously, countless, disgraceful, dislocate, distasteful, insulter, laughable, unhelpful, unreal, well-behaved.

33– conversions

34Certaines nouveautés shakespeariennes étaient des conversions, c’est-à-dire des noms qu’il utilisait comme verbes et vice-versa. En voici quelques exemples : champion (v.), character (v.), drug (v.), essay (n.), hand (v.), lip (v.), muddy (v.). Les exemples suivants sont des exemples de l’Oxford English Dictionary pour illustrer certaines des conversions introduites par Shakespeare :

1591 Shakes. Two Gent. ii. vii. 4 The Table wherein all my thoughts Are visibly Character’d, and engrau’d. (character, v.)
1607 Shakes. Timonii. ii. 52 Var. How dost Foole ? Ape. Dost Dialogue with thy shadow? (dialogue, v.)
1610 Shakes. Temp. i. i. 25 If you can command these Elements to science, wee will not hand a rope more. (hand, v.)
1604 Shakes. Oth. iv. i. 72 To lip a wanton in a secure Cowch (lip, v.).

35Il n’est pas surprenant que l’afflux important de nouveaux mots ait attiré quelques critiques amères de la part de gens qui insistaient pour que la langue reste pure, sans être contaminée par d’obscurs mots étrangers ou « inkhorn terms ». Thomas Wilson écrivait dans son Arte of Rhetorique (1553):

  • 6 Cité d’après Baugh et Cable, 2002 : 213. Traduction : « Parmi toutes les autres leçons, ceci devra (...)

Among all other lessons this should first be learned, that wee never affect any straunge ynkehorne termes, but to speake as is commonly received: neither seeking to be over fine, not yet living over-carelesse, using oure speeche as most men doe, and ordering our wittes as the fewest have done. Some seeke so far for outlandish English, that they forget altogether their mothers language. And I dare sweare this, if some of their mothers were alive, thei were not able to tell what they say: and yet these fine English clerkes will say, they speake in their mother tongue, if a man should charge them for counterfeiting the Kings English 6.

36Cependant, d’autres défendirent les emprunts, disant que toutes les langues, latin et grec inclus, s’enrichirent en empruntant à d’autres langues. De surcroît, de nombreux mots anglais familiers en ce temps-là étaient eux-mêmes des emprunts qui étaient devenus familiers à la suite d’un usage répété et la même chose arriverait en temps voulu aux nouveaux emprunts. Cette position était résumée par George Pettie dans la préface à sa traduction de Civile Conversation de Guazzo :

  • 7 Cité d’après Baugh et Cable, 1993 : 215-216. Traduction : « Pour le caractère barbare de notre lan (...)

For the barbarousnesse of our tongue, I must lykewyse say that it is much the worse for them [the objectors], and some such curious fellowes as they are: who if one chaunce to derive any woord from the Latine, which is insolent to their eares (as perchaunce they wyll take that phrase to be) they foorthwith make a jest at it, and terme it an Inkehorne terme. And though for my part I use those woords as litle as any, yet I know no reason why I should not use them, and I finde it a fault in my selfe that I do not use them: for it is in deed the ready way to inrich our tongue, and make it copious, and it is the way which all tongues have taken to inrich them selves7.

37À la fin, les puristes ne purent contenir le raz-de-marée. L’afflux de mots diminua, et l’enrichissement lexical de la langue anglaise reste un des traits distinctifs du début de l’anglais moderne.

PRONONCIATION : LA « GRANDE MUTATION VOCALIQUE »

38L’expression de « grande mutation vocalique » fait référence à une série de changements complexes qui affecta toutes les voyelles longues du moyen-anglais. Ce fut un changement progressif qui commença au XIVe siècle et prit plusieurs siècles avant d’être complet. Le tableau suivant offre un résumé possible de cette séquence d’événements :

Tableau 7. La « grande mutation vocalique » comme pull chain (adapté de Bourcier, 1981 : 197).

Tableau 7. La « grande mutation vocalique » comme pull chain (adapté de Bourcier, 1981 : 197).

39Le tableau 7 montre que les deux plus hautes voyelles longues en moyen-anglais [i:] et [u:] étaient diphtonguées. Toutes les autres voyelles étaient montées. [e:] en moyen-anglais monta à [i:], [o:] à [u:]. [ɛ:] ne monta pas d’un degré mais de deux pour devenir [i:]. Dans les trois cas, break, great, et steak, la forme la plus ouverte [ɛ:] s’est même diphtonguée en [ei]. Il est intéressant de noter que l’orthographe s’est standardisée à un moment où il y avait encore une différence dans la prononciation des voyelles des mots comme feet et beam. Ainsi, la différence d’orthographe en anglais moderne reflète les différences de prononciation en moyen-anglais.

40La complexité des changements semble avoir été une réaction en chaîne. Dès que des mots comme mouth n’étaient plus prononcés avec un [u:] long mais avec une diphtongue, le son [u:] devenait libre et les locuteurs commencèrent à prononcer [u:] des mots comme goos, initialement prononcés avec un [o:]. Ainsi, un petit changement dans le système fut à l’origine d’autres changements, jusqu’à ce que la réaction en chaîne ait modifié le système en entier. Mais les cas de [ɛ:] et de [e:], qui donnèrent tous deux [i:], montrent que ce n’est pas nécessairement une chaîne parfaite.

41Tandis que le résultat final de la « grande mutation vocalique » n’est pas contesté, les dates des changements individuels sont très controversées. Les changements sont toujours graduels, mais ils peuvent avoir lieu à différents moments, à des vitesses différentes, et dans différentes parties du pays. Le tableau 7 ne peut représenter qu’une approximation des dates. En fait, il n’est même pas certain que la série de changements décrite ci-dessus soit une pull-chain dans laquelle les voyelles qui sont au-dessus disparurent et laissèrent la place aux voyelles en-dessous. De nombreux chercheurs prennent en considération la possibilité que ce soit une push-chain, avec des changements commençant par le bas. D’après ce point de vue, les voyelles d’en bas bougèrent d’abord vers le haut, ce qui engendra une poussée des voyelles les plus hautes vers le haut.

SYNTAXE ET MORPHOLOGIE

42La syntaxe et la morphologie du début de l’anglais moderne sont à bien des égards déjà très similaires à celles du reste de l’anglais moderne, mais il y a des traits caractéristiques qui ont survécu des périodes antécédentes.

43Les seules flexions dans le nom étaient celles marquant le pluriel et le génitif. Le pluriel était marqué comme aujourd’hui par la désinence -s et parfois le suffixe-en. Shakespeare écrit quelquefois eyen (eyes) et shoen (shoes). En anglais moderne, children, brethen et oxen sont les seuls mots qui ont conservé cette forme. La marque du génitif était-es en moyen-anglais. Comme elle était souvent inaccentuée et écrite-is ou -ys, elle était souvent prise par erreur pour le pronom personnel his qui était prononcé sans le h initial. Ainsi Shakespeare écrit, par exemple, the count his galleys, pour signifier the count’s galleys. Finalement, le « pronom » par erreur fut abrégé à nouveau, mais l’erreur laissa sa marque en anglais moderne sous la forme d’une apostrophe entre le nom et la désinence du génitif, -’s.

44L’adjectif avait perdu ses terminaisons de cas plus tôt. Le comparatif et le superlatif diffèrent parfois dans l’usage moderne. Les formes avec la désinence -er et -est, ainsi que les formes avec les adverbes more et most existaient déjà, mais il y avait plus de variation dans leur emploi. Shakespeare utilisait des comparaisons comme honester et violentest, alors qu’aujourd’hui on peut seulement dire more honest et most violent. Les doubles comparatifs et superlatifs étaient aussi possibles, comme par exemple dans l’expression de Shakespeare : « This was the most unkindest cut of all. »

45Depuis le XIIIe siècle, le pronom pluriel ye avait été utilisé comme un pronom de déférence et de respect pour un seul co-énonciateur. Il était employé par les personnes de la haute société pour s’adresser entre eux ou par des gens de la basse classe pour s’adresser à leurs supérieurs. Ye était la forme au nominatif, your le génitif, et you la forme objet du pronom. Le système qui consistait à faire la différence entre le déférentiel you et le non-déférentiel thou persista bien jusqu’au XVIIe siècle, mais la forme au nominatif ye et la forme objet you faisaient l’objet de confusions au début de l’anglais moderne. Ainsi, Shakespeare écrit par exemple: « Stand, sirs, and throw us that you have about ye. » Au XVIIe siècle, you devint la forme régulière pour le nominatif et l’accusatif.

46Les caractéristiques concernant les formes verbales sont peut-être les différences les plus évidentes entre le début de l’anglais moderne et l’anglais contemporain. La forme progressive est encore rare. Polonius dans Hamlet demande : « What do you read my Lord ? » là où on utiliserait aujourd’hui la forme progressive. L’emploi de l’opérateur zéro do dans des questions est encore variable. Ainsi, dans Macbeth, Lennox demande: « Goes the King hence today? » Le parfait est parfois associé avec l’opérateur be comme dans Julius Caesar, où Cassius dit : « My life is run his compass », alors qu’on utiliserait l’opérateur have aujourd’hui. Cette phrase révèle aussi un emploi de pronom qui était encore fréquent à ce moment-là. De plus, les constructions impersonnelles comme me thinks he did et les doubles négations comme I cannot go no further n’étaient pas rares.

47Dans les phrases affirmatives, le modèle sujet-verbe-objet (SVO) s’était établi depuis le début du moyen-anglais. Cependant, il restait encore certaines déviations. En particulier, l’inversion du sujet et du verbe après des adverbes en tête de phrase a persisté pendant un long moment, comme par exemple dans « and then shallt thou see clearley » de la version autorisée de la Bible (voir le texte 10 en annexe). Il y avait des différences considérables entre des auteurs individuels et diverses sortes de genres.

POUR EN SAVOIR PLUS
Görlach (1978, 1991a) et Barber (1976) offrent des manuels accessibles pour le début de l’anglais moderne. Blake (1989) et Crystal (2008) sont une introduction concise à la langue de Shakespeare. Lass (2000) a édité le troisième volume de The Cambridge History of the English Language, qui représente un travail plus approfondi sur cette période.

Notes

1 Cité d’après Barber, 1976 : 48-49. Traduction : « Étant donné que c’est le devoir de tous les chrétiens, cher lecteur (de travailler par tous les moyens de sorte qu’ils puissent profiter et dire oui à leurs frères, et ne rien leur cacher ou garder secret, chose dont ils savent qu’elle peut être très utile au bien commun : je pensais que c’était mon devoir, ayant aperçu le grand produit que ce livre apporte au lecteur, de quelque état et qualité qu’il soit) pour te faire toi et tous les autres à ce savoir dont il sera question participant. »

2 « What are the factors contributing to man’s health? The factors contributing to man’s health are four: (1) air, fire, and water; (2) food and drink, such as we use for nourishment; (3) joy, exercise and tranquillity of the body; (4) avoidance of excrements » (cité d’après Taavitsainen, 1999: 250). Traduction : « Qu’est-ce qui préserve la santé de l’homme ?/Les moyens de préserver la santé de l’homme sont au nombre de quatre ; le premier, l’air, le feu et l’eau. Le second, ce qu’on mange et ce qu’on boit, et tout ce que nous utilisons pour nous nourrir. Le troisième, la joie, l’exercice et la tranquillité du corps. Le quatrième, le fait de se débarrasser des excréments…/Qu’est-ce que l’air ? L’air naturellement en lui-même est un élément. »

3 Traduction : « De Neis, le 13 juin 1621/À la Pentecôte, sa grâce laissa Balchaser Hoffman Van Gorlitz, qui était agent au service de l’empereur jusqu’à présent, sortir de prison. Il fut forcé de remettre la clé de son coffre, et on l’ouvrit pour voir ce qui était dedans. Lieutenant Lohane a un bon nombre d’hommes à nouveau près de lui, hier il a fait transporter 10 tonneaux de bière et du vin à ses quartiers, un grand nombre d’homme vient à lui par sa permission, a fait divertissement et l’argent qui leur est donné à la main est payé en toile fine bethléemienne et en nobles d’or du Rhin, il donne à un cavalier 15 florins, on pense qu’ils iront bientôt à Otmachaw à 2 kilomètres de là, qui est une forteresse puissamment construite, par conséquent il ont l’intention de s’y barricader : Lenschwitz était hier plus qu’à moitié brûlé, qui est tombé dans une maison de malt. »

4 De nombreux mots d’origine latine présentés ici sont aussi d’origine grecque.

5 Les langues sont classées par ordre alphabétique.

6 Cité d’après Baugh et Cable, 2002 : 213. Traduction : « Parmi toutes les autres leçons, ceci devrait être appris en premier, que nous n’affectons jamais des termes rhétoriques étranges mais que nous parlons comme c’est communément reçu : ne cherchant pas à être plus que raffiné, ni ne vivant de manière plus qu’insouciante, utilisant notre parole comme la plupart des hommes le font, et donnant des ordres à nos esprits comme peu l’ont fait. Certains cherchent jusqu’à présent un anglais saugrenu de sorte qu’ils oublient complètement leur langue natale. Et j’ose jurer ceci, si certaines de leurs mères étaient en vie, elles ne seraient pas capables de raconter ce qu’ils disent : et cependant ces savants anglais raffinés diront qu’ils parlent leur langue natale, si un homme les accuse de contrefaire l’anglais du roi. »

7 Cité d’après Baugh et Cable, 1993 : 215-216. Traduction : « Pour le caractère barbare de notre langue, je dois dire aussi que c’est bien le pire pour eux [les opposants], et certains hommes curieux qu’ils sont : s’ils ont une chance de dériver un mot du latin, ce qui est insolent pour leurs oreilles (comme ils considèreront peut-être cette expression), ils en feront une plaisanterie sur le champ et diront que c’est un terme inkhorn. Et bien que pour ma part j’utilise ces mots aussi peu soit-il, cependant je ne connais aucune raison pourquoi je ne les utiliserais pas, et je trouve que c’est une faute en moi-même que je ne les utilise pas, car c’est en effet la bonne façon d’enrichir notre langue et de la rendre abondante, et c’est la façon que toutes les langues ont prises pour s’enrichir. »

Table des illustrations

Titre Tableau 7. La « grande mutation vocalique » comme pull chain (adapté de Bourcier, 1981 : 197).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search