Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 3. Le moyen-anglais : l’influence du français

Texte intégral

1La période du moyen-anglais, qui s’étend environ de 1150 à 1500, fut une période de grand changement. Son nom suggère déjà sa position intermédiaire entre le vieil-anglais et l’anglais moderne. Pendant cette période, la langue anglaise passa d’un système flexionnel avec un ordre des mots relativement libre à un système à flexion réduite avec un ordre des mots plus rigide. Formée à partir d’un vocabulaire principalement germanique, elle finit par devenir une langue largement mixte empreint de français et de latin. Au début du moyen-anglais, la langue est si différente de l’anglais moderne qu’on doit l’apprendre comme une langue étrangère, tandis qu’à la fin de cette époque, c’est déjà une forme de l’anglais moderne. Certains changements qui affectaient la langue anglaise durant cette période étaient déjà en train de se préparer vers la fin du vieil-anglais. D’autres changements, cependant, étaient dus à la grande influence du français, conséquence directe de la conquête normande en 1066.

LE CONTEXTE SOCIOHISTORIQUE

2Le début du moyen-anglais est habituellement fixé à environ 1150, car les textes qui apparaissent après cette date sont très différents morphologiquement et syntaxiquement des textes plus anciens. Cependant, l’événement historique qui va marquer le début du moyen-anglais est arrivé près d’un siècle plus tôt : la conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, en 1066. Au début de cette année-là, Harold, comte de Wessex, venait d’arriver sur le trône, mais le duc Guillaume de Normandie prétendait également au trône et par conséquent se préparait à saisir ce qu’il croyait être son héritage. Guillaume arriva à Pevensey et le 14 octobre 1066, il gagna la bataille décisive près de Hastings. Harold et la quasi-totalité de la noblesse anglaise fut tuée dans la bataille ou exécutée pour traîtrise peu après. À Noël, Guillaume fut couronné à Westminster. Les serviteurs de Guillaume qui parlaient le normand remplacèrent les nobles anglais. Les nouveaux dirigeants ne formaient qu’une petite minorité de la population, et au début ils restèrent en contact étroit avec leurs familles en Normandie. La population, pour sa majeure partie, ne parlait pas français, même si un certain nombre devait être bilingue.

3La conquête normande changea la situation linguistique de l’Angleterre. Il y avait maintenant trois langues effectivement utilisées, l’anglais, le français et le latin. Chacune d’entre elles était employée dans des situations spécifiques et par des strates spécifiques de la population. Le latin était utilisé comme une seconde langue par les moines, les diplomates et les intellectuels. C’était aussi la langue écrite des documents officiels, des chroniques, de la liturgie de l’Église, et des traités théologiques. Le français de Normandie était la langue natale des conquérants et il continua à être la première langue de l’aristocratie et de la royauté d’Angleterre jusqu’au XIVe siècle. La langue anglaise, quant à elle, était la langue la plus largement employée. C’était la langue des gens habituellement illettrés. Il est par conséquent important de se rappeler que les ouvrages écrits durant cette période ne représentent qu’une partie de ce qui est écrit en Angleterre. La littérature était aussi écrite en latin et en français et de nombreux textes, qu’ils soient littéraires ou non, étaient traduits d’une langue à l’autre.

4En 1204, le roi anglais Jean, qui était aussi encore duc de Normandie, céda le duché aux Français. Cela voulait dire que les classes dirigeantes de Grande-Bretagne étaient séparées de leur patrie linguistique. Le bilinguisme se répandit et il y eut plus d’influences significatives du français sur l’anglais. Le français était encore la langue officielle et la langue des classes dirigeantes, mais un traité sur le français en tant que langue étrangère, publié en 1250, montre que certains enfants de la noblesse n’apprenaient pas le français à la naissance. Il fallut attendre 1258 pour que le roi Henry III promulgue le premier document officiel en anglais depuis la conquête. Ses barons le forcèrent à faire une déclaration dans laquelle il promettait d’observer des réformes. Cette déclaration était écrite en français et en latin mais, et c’est un fait significatif, elle fut traduite en anglais et envoyée dans tous les comtés d’Angleterre. Le texte 4 en annexe reproduit les premières lignes de cette déclaration.

5L’orthographe anglaise du XIe au XIVe siècle s’appuie partiellement sur des traditions du vieil-anglais et adopte des usages français et latins. Les manuscrits sont encore copiés à la main et, l’anglais manquant encore de prestige et de statut officiel, chaque scribe utilise sa propre orthographe. Le résultat est que les différences dialectales sont plus nombreuses dans les textes de la période du moyen-anglais que dans tout autre moment de l’histoire de l’anglais.

6Aux XIIIe et XIVe siècles, de nombreuses villes nouvelles furent créées et les villes existantes s’agrandirent. La population de la Grande-Bretagne n’était plus seulement rurale, et une classe moyenne influente qui parlait l’anglais émergeait, ce qui donna un nouveau prestige et une nouvelle influence à l’anglais. À la fin du XIVe siècle, le français avait considérablement perdu de sa position en Angleterre. En 1362, le parlement anglais est ouvert pour la première fois en langue anglaise et à partir de 1423, les documents parlementaires ne sont plus tenus en français mais en anglais. Les documents officiels pour les villes et les corporations suivirent peu après.

BESOINS DE COMMUNICATION ET GENRES DE TEXTES

7À l’origine, les besoins de communication pour l’anglais écrit étaient réduits, puisque le français avait pris possession de certaines fonctions pour lesquelles l’anglais avait été précédemment utilisé. En même temps, le latin continuait d’être utilisé pour tout travail écrit érudit et pour tout document légal. À la fin de la période du moyen-anglais, en revanche, l’anglais fut utilisé dans presque tous les domaines, excepté certains écrits légaux et scientifiques, pour lesquels le latin fut encore utilisé pendant un siècle environ. De plus, des développements socioculturels élargirent les situations dans lesquelles la communication écrite était nécessaire.

8Les cours et les manuels sur le moyen-anglais commencent souvent par la Chronique de Peterborough. Celle-ci est la suite de la Chronique anglo-saxonne dont la rédaction commença sous le roi Alfred de Wessex, qui rendait compte des événements importants de l’histoire du peuple anglais. La Chronique de Peterborough fut écrite en 1155 par un moine bénédictin dans le monastère de Peterborough et couvre les années 1132 à 1154. D’autres genres incluaient des manuels médicaux, des sermons, des homélies et des traités religieux. Ainsi, la majorité des écrits anglais au début du moyen-anglais était de nature religieuse.

9Le texte 5 en annexe est un extrait d’un traité religieux, Ancresse Wisse (The Guide or Rule for Anchoresses), qui fut composé au début du XIIIe siècle, peu après 1215. L’auteur écrivit le traité pour trois sœurs qui avaient adopté la vie de recluses. L’auteur explique comment les nonnes doivent régler leur vie. Les huit parties du livre décrivent les prières, le contrôle des sens, les sentiments, les tentations, la confession, la pénitence, l’amour. L’extrait proposé en annexe provient du livre 6, qui traite de la pénitence. Le style de l’auteur doit beaucoup à la fois aux techniques latines d’exposition biblique et à la tradition de la prose anglaise qui remonte au vieil-anglais. La langue de cette version de l’Ancresse Wisse est le dialecte du sud-ouest des Midlands.

10Le texte le plus connu en moyen-anglais est les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer (1340-1400). Il s’agit des pérégrinations d’un groupe de pèlerins qui part pour un voyage pour Canterbury et qui prend le temps de raconter des histoires. Pour toute récompense, un repas est offert à l’auteur de la meilleure d’entre elles. Les vingt-trois pèlerins représentent tous les chemins de la vie : un chevalier et son fils, un écuyer, un étudiant d’Oxford ; plusieurs appartiennent à l’Église : une prieure, une nonne, un moine, un prêtre, un curé, un religieux qui vend des indulgences et l’intendant d’une cour ecclésiastique ; on y trouve aussi de nombreux laïcs : un meunier, un premier juriste, un cuisinier et un marin. Les pèlerins sont introduits dans un brillant prologue par le narrateur, qui est lui-même l’un des leurs.

11Le texte 6 en annexe est le portrait de « la bourgeoise de Bath ». À première vue, ce portrait semble flatteur. La bourgeoise de Bath si douée dans la confection de vêtements serait même meilleure que les tisserands d’Ypres et de Gand, les centres de confection en Europe continentale. Néanmoins le public de Chaucer, au courant de l’excellente réputation d’Ypres et de Gand, ne peut ignorer la mauvaise réputation de Bath. Tous ces compliments relèvent en fait de l’ironie. Cette femme qui a beaucoup voyagé, qui a visité toutes les villes les plus importantes de l’Europe du XIIIe siècle et effectué trois pèlerinage à Jérusalem, a été l’épouse de cinq hommes. Le narrateur ne manque pas de faire remarquer avec impertinence que ces cinq maris ne furent pas les seuls hommes de sa vie. Son couvre-chef trop grand et trop lourd pour elle (il pèse au moins dix livres), conduit le narrateur à déclarer que cette femme est plus large que la vie.

12Ce genre de textes, constitué d’une collection de récits, était très populaire à ce moment-là, mais les Contes de Canterbury de Chaucer, constitués typiquement d’histoires que les prêcheurs pouvaient utiliser comme exemples dans les sermons, étaient très différents des autres collections. Par opposition à la plupart des autres textes, où les histoires, toutes semblables, étaient présentées sans ordre, les Contes de Canterbury de Chaucer mettent en scène une série de conteurs de classes sociales différentes qui racontent des histoires très diverses. Le prologue consiste en une satire de l’État, analysant la société en termes de hiérarchie, de fonction sociale et de morale. Alors que, selon la façon de penser médiévale, les trois états, à savoir l’aristocratie, le clergé et le peuple, étaient présentés comme des groupes, Chaucer les traite comme des individus. Il présente un moine en particulier, par exemple, et non les moines en général, et ainsi se meut avec agilité entre les caractéristiques d’un groupe et les traits individuels.

13Au XIVe siècle, les documents juridiques en anglais devinrent de plus en plus nombreux. En plus des proclamations, des pétitions et des testaments sont écrits en anglais. À la fin du moyen-anglais, au XVe siècle, on trouve pour la première fois des lois, des procès-verbaux comme les minutes des réunions de conseils, en anglais. Les besoins de communication, s’ils ne sont pas nouveaux, ne sont désormais plus satisfaits en français, mais en anglais. Il existe un nombre croissant de textes sur des sujets scientifiques. Et pour la première fois, on voit apparaître des lettres. Le texte 7 en annexe est une lettre issue de la collection de la famille de Paston, une famille influente de marchands anglais du XVe siècle. Elle a été écrite en 1440 par Agnes Paston à son mari William Paston I.

LES DIALECTES DU MOYEN-ANGLAIS ET LA STANDARDISATION

14Il a été mentionné ci-dessus que les textes qui ont survécu de la période du moyen-anglais montrent une grande variation dialectale, tandis qu’aux Xe et XIe siècles, il y avait eu en quelque sorte un écrit standard fondé sur les pratiques enseignées par le monastère de Winchester, Wessex. La fin du moyen-anglais est à nouveau marquée par une standardisation croissante, malgré des variations dialectales plus nombreuses que dans les périodes antérieures et postérieures.

15La carte ci-dessous (fig. 2) donne une indication de l’extension des différentes zones dialectales. Il faut noter que les frontières entre les différentes zones dialectales sont graduelles. De plus, nombre d’entre elles bougèrent pendant la période du moyen-anglais. Ceci explique pourquoi les différents manuels de moyen-anglais offrent des cartes légèrement différentes.

16Les exemples qui suivent ne présentent pas de façon exhaustive les différences existant entre les zones dialectales du moyen-anglais, mais ils en illustrent les principales et, dans certains cas, montrent les formes qui ont survécu en anglais moderne standard. Les exemples suivants sont tirés de Baugh et Cable (2002 : 185-187).

17En vieil-anglais, la désinence des verbes à l’indicatif présent au pluriel est toujours -th. En moyen-anglais, dans le nord, c’est -es, dans les Midlands, c’est -en, et dans le sud, c’est -eth :

  • nord : loves ;
  • Midland : loven ;
  • sud : loveth.

18En anglais moderne ; le suffixe a complètement disparu. Le participe présent a aussi trois formes distinctes :

  • nord : lovande ;
  • Midland : lovende ;
  • sud : lovinde.

19Pour ce verbe, les trois formes ont toutes disparu pendant le moyen-anglais, au profit de -ing. C’est cette dernière forme qui a survécu en anglais moderne.

Figure 2. Dialectes du moyen-anglais.

20Les pronoms au pluriel sont particulièrement intéressants, parce que dans ce cas ce n’est pas la forme du sud qui a survécu en anglais moderne. Il n’existait que deux séries de formes, une pour le nord, une autre pour le sud. Les Midlands utilisaient soit les formes du nord, soit les formes du sud :

  • nord : they, their, them ;
  • sud: hi, here (hire, hure), hem.

21Outre des phénomènes morphologiques, il y a aussi des phénomènes phonétiques qu’il est bon de retracer.

22En position initiale, f et s sont souvent voisées dans le sud (v et z respectivement) :

  • nord : for, from, fox ;
  • sud : vor, vrom, vox.

23Dans ce cas aussi, ce sont les formes du nord qui ont survécu en anglais moderne standard. Mais le cas du mot fox, qui est une forme du nord, est intéressant parce que la forme de l’anglais moderne pour une renarde (vixen) utilise la forme du sud.

24Le son représenté par les lettres ch dans le sud correspond souvent à k dans le nord :

  • nord : benk, kirk ;
  • sud : bench, chirch.

25Dans ce cas, ce sont les formes du sud qui sont utilisées en anglais moderne standard.

26Ces différents exemples montrent que c’est parfois la forme du nord, parfois la forme du sud, qui a survécu en anglais moderne standard. La plupart des historiens situeraient probablement le début du processus de standardisation de l’anglais au XVe siècle. Le processus fut assez rapide, mais il a eu lieu à des vitesses différentes selon les parties du pays, et suivit des modèles de standardisation différents. Il est encore très difficile de dire ce qui a pu causer le processus de standardisation et de nommer la variété de moyen-anglais qui est la base de l’anglais moderne standard.

27Certains linguistes peuvent souhaiter que ce soit Chaucer, l’un des plus grands poètes de la langue anglaise, qui soit l’ancêtre de l’anglais moderne standard, mais il est assez facile de montrer que dans bien des cas, ce ne sont pas les formes de Chaucer qui ont survécu en anglais moderne. De plus, il utilisait une langue poétique assez conservatrice. Il y a peu de chances qu’elle ait pu servir de modèle pour la population érudite dans son ensemble.

28On a souvent suggéré l’idée que les scribes qui travaillaient pour le roi étaient responsables de la standardisation. Néanmoins cette hypothèse est contestable : produisant uniquement des documents officiels, ils utilisaient une variété d’anglais très limitée.

29L’attribution du phénomène à William Caxton, le premier imprimeur de Londres, qui imprimait un grand nombre de livres et devait décider quelles formes particulières étaient acceptables pour les clients, n’est pas plus probante : Caxton introduisit l’imprimerie à Londres en 1476 au moment où le processus de standardisation avait déjà commencé.

30Londres, en tant que centre économique et social du pays, eut certainement un impact important mais son dialecte en lui-même n’était pas cohérent. De nombreux marchands influents de la région des Midlands de l’est s’étaient installés à Londres au XVe siècle, et continuèrent à utiliser leur langue d’origine en Angleterre. Pour cette raison, le dialecte des Midlands de l’est est probablement plus directement impliqué dans l’anglais moderne standard que n’importe lequel autre dialecte, mais ce n’est pas la seule source. Il est donc clair que l’anglais moderne standard n’a pas une unique origine cohérente. Le processus de standardisation est une interaction complexe d’influences et de sources.

INVENTAIRE LEXICAL

  • 1 Les exemples sont tirés de Baugh et Cable, 2002 : 164-179.

31Tandis que la perte flexionnelle du vieil-anglais au moyen-anglais est au mieux une conséquence indirecte de l’influence française, le vocabulaire du moyen-anglais doit beaucoup au français. Une grande part du vocabulaire du moyen-anglais tient ses origines de la langue des conquérants normands. Cependant, durant les deux cent premières années qui suivirent la conquête normande, peu de mots furent empruntés par l’anglais. Après 1250, ceux qui parlaient français commencèrent à parler anglais de plus en plus, et par conséquent un grand nombre de mots français fut adopté en anglais1.

32Les quelques mots qui furent adoptés du français avant 1250 concernaient seulement l’aire de contact entre la noblesse française et anglaise, la sphère littéraire et en particulier les enseignements religieux. Les mots qui avaient trait à la noblesse étaient par exemple : baron, noble, dame, servant, messenger et minstrel. Les mots littéraires étaient story, rime et lay. Pour les nouveaux dirigeants du clergé, il était important d’imposer leur doctrine à la population parlant anglais. En général, avant 1250, la population anglophone empruntait de nombreux termes issus des langues étrangères.

33Après 1250, un nouveau modèle émergea. Les classes dirigeantes parlaient de plus en plus l’anglais. Dans ce contexte, elles avaient recours aux mots de leur langue natale. Au cours du temps, elles transférèrent de grandes parties de leur vocabulaire français en anglais dans presque tous les domaines de la vie.

34Il n’est bien sûr pas surprenant qu’il y ait de nombreux mots liés au gouvernement et à l’administration du fait de la présence de l’administration anglo-normande qui fut imposée en Angleterre après la conquête. Excepté pour les mots king, queen, lord, lady et earl, la plupart des désignations de haut rang social sont en français : noble, nobility, peer, prince, princess, duke, duchesse, count, countess, squire, page. Les mots government et administration sont eux-mêmes d’origine française, comme bien d’autres qui désignent des concepts fondamentaux dans ce domaine : crown, council, parliament, etc. Les bureaux haut placés et les titres dans l’administration sont aussi français : chancellor, treasurer, governor, councillor, minister, mayor et constable.

35La plupart des membres du haut clergé étaient normands. Il n’est donc pas surprenant que de nombreux termes nouveaux avaient été empruntés au français. Il y avait des termes pour les fonctions dans l’église : clergy, clerk, prelate, cardinal, dean, chaplain, parson, pastor, vicar, abbess, friar et hermit. Des mots français furent aussi utilisés pour les concepts religieux ou théologiques fondamentaux : saviour, trinity, virgin, saint, miracle, mystery, faith, heresy, reverence, devotion, temptation, damnation, penitence et salvation. On peut tenir le même discours pour le domaine de la loi. Les Normands introduisirent le français comme langue des cours. Il n’est par conséquent pas surprenant que la plupart du vocabulaire juridique anglais vienne du français. Il y a des mots pour les concepts légaux de base : justice, judgement, crime, plaintiff, defendant, judge, advocate, attorney, verdict, sentence, jury, fine, punishment et prison. Et aussi de nombreux mots associés aux procédures juridiques : sue, plead, accuse, indict, arrest, warrant, judge, condemn, convict, imprison, acquit, et pardon.

36Le français normand influença aussi la vie de tous les jours. Le mot fashion lui-même a une origine française. D’autres mots français liés à la mode sont : apparel, garment, lace, embroidery, cloak, coat, frock, collar. De nombreux termes culinaires furent aussi empruntés au français : dinner, supper, feast, appetite, taste, venison, beef, veal, mutton, pork, bacon, sausage, poultry, biscuit, cream, sugar, spice, clove, thyme, herb et mustard. De même dans le domaine de la vie domestique et sociale : curtain, couch, chair, cushion, wardrobe, closet, recreation, leisure, dance, carol, melody, music, chess et conversation.

37Le rôle important joué par les Normands en science et en médecine est manifeste dans les mots suivants : treatise, study, logic, geometry, grammar, noun, clause, gender, medicine, physician, surgeon, apothecary, plague, anatomy et remedy.

38L’influence française dans la période du moyen-anglais permit l’introduction de plusieurs milliers de nouveaux mots en anglais et eut un impact durable sur son vocabulaire, mais pour l’essentiel, la langue était encore l’anglais. Les flexions avaient subi de nombreuses simplifications, mais la grammaire du moyen-anglais, que ce soit la morphologie ou la syntaxe, ne montre pas d’influence française directe. En dépit de la perte de nombreux mots du vieil-anglais et de l’emprunt d’encore plus de mots français, les mots les plus fréquents étaient encore anglais : eat, drink, sleep, speak, work, play, sing, walk, run, ride, drink, bread, butter, fish, milk, cheese, wine, beer, leg, foot, hand, eye, ear, nose et mouth.

SYNTAXE ET MORPHOLOGIE

39Le changement le plus important qui eut lieu en anglais à la fin du vieil-anglais et au début du moyen-anglais fut le déclin des terminaisons flexionnelles. Les terminaisons de cas des noms et des adjectifs étaient de moins en moins clairement prononcées et n’indiquaient plus la relation entre mots individuels dans une phrase. Par conséquent, la langue dut compter sur un ordre des mots fixe et sur les prépositions à cet effet. Ces changements avaient commencé bien avant la conquête normande et il est maintenant communément admis que la langue française n’a pas affecté la grammaire de l’anglais de la même manière qu’elle l’avait fait pour le vocabulaire, où l’influence était grande.

40Du fait des nombreux changements qui eurent lieu pendant la période du moyen-anglais et du fait des grandes variations dialectales mentionnées ci-dessus, il est impossible de donner des règles qui s’appliquent de façon constante à la syntaxe et à la morphologie en moyen-anglais. En guise d’exemple, je mentionnerai quelques traits de la langue de Geoffrey Chaucer, qui employait une variété de moyen-anglais assez conservatrice de la fin du XIVe siècle.

41Il y a des traces occasionnelles de flexions au datif comme for Gode, on honde, in lande. Autrement, la seule distinction qui soit encore marquée sur les noms par Chaucer est le pluriel, pour lequel il utilise les terminaisons -es, -ys, -is, -en et le possessif, pour lequel il emploie la terminaison -s ou -es.

42Les adjectifs monosyllabiques se terminant par une consonne portent encore la trace de la distinction en vieil-anglais entre déclinaison forte et faible. La forme forte ne porte pas de flexion mais la forme faible ajoute un -e à l’adjectif. La forme faible est utilisée quand l’adjectif est précédé d’un article défini, d’un démonstratif ou d’un possessif, comme par exemple dans the yonge sonne, this olde man ou his owene good. Un -e est également ajouté aux adjectifs monosyllabiques finissant par une consonne qui qualifient un nom pluriel comme olde bookes.

43Contrairement aux noms, les pronoms ont conservé les marques du genre, du cas et du nombre dans la majorité des cas. Chaucer utilisait le système suivant :

Tableau 5. Le système pronominal chez Chaucer (d’après Burnley 1983 : 15-16)

1 re personne

2 e personne

3 e personne

Sujet

Singulier

I/Ich/Ik

thow/thou

she, he, hit

Pluriel

we

thow/thou

thei/they

Objet, préposition

Singulier

me

the(e)

hire, him, (h)it

Pluriel

us

yow/you

hem

Possessif

singulier

my(n)/myne

thy(n)

hire, his

pluriel

our(e)

Youre

hire/thair

44La distinction entre I, Ich et Ik est due à des variations dialectales que Chaucer reproduit dans les Contes de Canterbury, tandis que thow et thou sont seulement des variantes orthographiques. Par opposition avec l’anglais moderne, le moyen anglais fait une distinction entre la deuxième personne du singulier et la deuxième personne du pluriel. Cependant, Chaucer utilise déjà un système dans lequel les formes du pluriel ye, yow et youre peuvent être utilisées pour un énonciateur unique afin d’exprimer la politesse et le respect (voir chapitre 7 pour un bref exposé de l’histoire des termes d’adresse).

45Comme en anglais moderne, il y a une distinction entre verbes forts et verbes faibles.

Tableau 6. Verbes forts et faibles

Infinitif

Prétérit

Participe passé

Fort

knowe(n)

knew

knowe(n)

Faible

daunce(n)

daunced

Daunced

46Les participes passés sont parfois précédés par y-/i- (une forme réduite du préfixe vieil-anglais ge-, trouvée essentiellement dans les dialectes du sud et de l’ouest en moyen-anglais) : ycleped et ycome(n). L’infinitif se termine souvent par -en ou -n, mais peut aussi n’avoir aucune terminaison. La troisième personne du verbe se termine normalement par -eth au singulier et-en au pluriel. Les verbes se terminant par -d ou -t offrent parfois une simplification : For euery wight which that to Rome wente au lieu de wendeth. De telles formes au présent peuvent ressembler à des prétérits et peuvent occasionner quelques soucis aux personnes peu scrupuleuses. D’autres verbes avec une variation similaire sont rit au lieu de rideth ; sit au lieu de siteth ; writ au lieu de writeth ; et bit au lieu de biddeth. Les subjonctifs rapportent des faits hypothétiques, des possibilités qu’on souhaiterait, ils expriment l’attitude de l’énonciateur. Ils se terminent en -e au lieu de-est ou -eth (singulier seulement), par exemple : And thogh that he weere worthy, he was wys. Le subjonctif est régulièrement utilisé dans des subordonnées commençant par if, though et lest et après le verbe hopen.

POUR EN SAVOIR PLUS
L’introduction au moyen-anglais la plus accessible est le livre de Burrow et Turville-Petre (1992). L’ouvrage de Mossé (1949) demeure un classique. Carruthers (1996) offre une excellente introduction à l’anglais médiéval. Markus (1990) est un intéressant complément. Pour une approche plus complète de la période, il est indispensable de consulter le deuxième volume de la Cambridge History of the English Language de Blake (1992). Parmi les nombreuses introductions à la langue de Chaucer, qui est certainement le dialecte le plus documenté du moyen-anglais, on peut sélectionner les livres suivants : Burnley (1983) et Fries (1985) offrent tous deux une introduction à la langue de Chaucer. Pearsall (1992) présente une biographie très abordable de Chaucer. Et Cooper (1996) offre une introduction très détaillée aux Contes de Cantorbery de Chaucer.

Notes

1 Les exemples sont tirés de Baugh et Cable, 2002 : 164-179.

Table des illustrations

Légende Figure 2. Dialectes du moyen-anglais.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search