Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 2. Le vieil-anglais : les dialectes germaniques

Texte intégral

1La période du vieil-anglais commence en 450 et se termine en 1150. Cependant, les textes les plus anciens en anglais qui nous sont parvenus datent d’environ 700. Ce sont des glossaires de mots latins traduits en anglais, et quelques inscriptions et poèmes. Il existe peu de manuscrits de la période qui ont survécu avant le IXe siècle. En fait, la plupart des manuscrits en vieil-anglais datent de la fin du IXe siècle et du Xe siècle. Mais même pour ces siècles, les textes survivants dépeignent très succinctement la société qui a produit ces textes. Dans ce chapitre, je vais essayer de répondre à la question suivante : qui étaient les auteurs de ces textes, quels étaient leurs besoins de communication, et pourquoi ont-ils choisi d’écrire ces textes en anglais ? Mais afin de rendre compte de cela, il est nécessaire de remonter plus haut, et de décrire la situation de la Grande-Bretagne avant l’invasion germanique du Ve siècle.

LE CONTEXTE SOCIOHISTORIQUE

2Quand Jules César attaqua la Grande-Bretagne en 55 et 54 avant J.-C., il rencontra une féroce résistance de la part des Celtes, qui eux-mêmes étaient arrivés du continent plusieurs siècles auparavant. Les expéditions de César furent des échecs, et ce n’est qu’une centaine d’années plus tard que les Romains revinrent. En 43 après J.-C., les légions romaines eurent plus de succès. Finalement, elles occupèrent la plus grande partie de ce qui est aujourd’hui l’Angleterre. Pour se défendre contre les tribus celtes dans l’ouest et le nord du pays, les Romains bâtirent des forts à Caerleon, Chester et York, des routes pavées qui faisaient le lien entre ces fortifications, et un grand mur défensif le long du nord de l’Angleterre, le mur d’Hadrien, dont on peut encore voir aujourd’hui de nombreux vestiges. Le temps de l’occupation romaine fut largement pacifique, apportant la prospérité et un gouvernement stable. L’ancienne façon de vivre celte dans le pays coexistait avec la vie prospère de la ville. Les soldats et les fonctionnaires occupants étaient pour la plupart des Gaulois romanisés de ce qui sera la France et des Celtes plutôt que des Romains. On peut affirmer que le latin n’a jamais remplacé les langues celtiques locales, mais que le bilinguisme était très répandu.

3En 367, la Grande-Bretagne romaine fut attaquée par deux tribus celtes du nord, les Pictes et les Écossais, et par des pirates saxons qui étaient venus par l’est et avaient pillé une grande partie de l’Angleterre. Les Romains réussirent à rétablir la paix, mais l’empire romain rencontrait déjà de graves difficultés sur le continent. Les Romains ne pouvaient plus se permettre de conserver une armée importante en Grande-Bretagne, et au début du Ve siècle, ils se retirèrent et quittèrent les Britanniques, qui tombèrent plus tard à la merci des tribus teutonnes barbares, originaires de ce qui est à l’heure actuelle le Danemark.

4La Chronique anglo-saxonne, un compte rendu des événements importants de l’histoire anglaise, dont la rédaction remonte au règne d’Alfred à la fin du IXe siècle, affirme que l’invasion eut lieu en l’an 449 et que les tribus responsables de cette invasion étaient les Jutes, les Angles et les Saxons. On trouvera le passage relatant ce moment historique en annexe (texte 1). D’après cet extrait, les Britanniques demandèrent de l’aide à une des tribus germaniques, les Angles, pour lutter contre les attaques de tribus dans le nord, en particulier les Pictes. Les Angles portèrent secours aux Britanniques avec succès. Par ailleurs, les Angles aimèrent tant le pays qu’ils décidèrent d’y rester et de s’y installer ; ils invitèrent même leurs compatriotes restés chez eux. Aujourd’hui les historiens préfèrent voir l’invasion comme une succession d’attaques au cours du Ve siècle, plutôt que comme un événement unique qui eut lieu en 449.

5Les Anglo-Saxons étaient principalement des fermiers qui vivaient dans des espaces relativement petits, tandis que les villes qui avaient été construites par les Romains et les Celtes se détérioraient. Les villages et les villes éparses des Anglo-Saxons avec leurs terres et champs ouverts étaient séparés par des forêts et des terres incultes. Les Anglo-Saxons étaient des païens, alors que certains des Celtes qu’ils remplaçaient avaient été christianisés pendant les dernières années de règne romain.

6Jusqu’au Xe siècle, il n’y avait pas de monarchie unique pour toute l’Angleterre. Les envahisseurs fondèrent plusieurs petits royaumes qui se faisaient souvent la guerre les uns aux autres. Sept d’entre eux sont connus comme l’Heptarchie anglo-saxonne, qui comprenait le Northumbrie, la Mercie, l’East Anglia, l’Essex, le Kent, le Sussex et le Wessex (fig. 1). La taille exacte et l’importance de ces royaumes varièrent à travers les siècles. Au début du VIIe siècle, c’est le Northumbria sous le roi Edwin qui dominait, puis ce fut le tour de la Mercie sous le roi Offa.

Figure 1. Royaumes et tribus en Grande-Bretagne au début du VIIe siècle.

7Il est difficile de faire une distinction claire et nette entre les différents dialectes des tribus à leur arrivée en Grande-Bretagne. Au moment des premiers documents écrits, cependant, il existe des différences dialectales nettes. On distingue normalement quatre zones de dialectes. Le dialecte du Northumbrie est appelé le northumbrien. La Mercie, l’Anglie orientale et l’Essex partagent le dialecte du mercien. Le dialecte du Wessex et du Sussex est appelé le saxon occidental, et le Kent a son propre dialecte, le kentois. En réalité, la situation était plus complexe, avec des différences entre ces régions dialectales, plus graduelles qu’abruptes d’une zone à une autre. Il ne fait pas de doute que les différences dialectales dans la langue parlée étaient plus prononcées que dans les écrits de l’époque qui ont survécu.

8À la fin du VIe siècle, le pape Grégoire envoya une mission de moines sous la conduite d’Augustin pour convertir les Anglais au christianisme. En 597, Augustin et ses disciples arrivèrent dans le Kent, où ils convertirent le roi, et Augustin devint le premier archevêque de Canterbury, la capitale du Kent. À la fin du VIIe siècle, toute l’Angleterre était christianisée, mais les missionnaires n’étaient pas tous romains. Une partie du Northumbrie avait été convertie par des missionnaires venant d’Irlande qui prêchaient un christianisme celte quelque peu différent du christianisme romain. En 664, au synode de Whitby, une décision fut prise en faveur de la forme romaine du christianisme. Les conséquences de la christianisation furent importantes pour le développement de la langue anglaise. Les moines amenèrent avec eux l’instruction et le savoir. Des monastères qui diffusaient ce savoir furent construits dans Canterbury, Jarrow, York, Wearmouth et Malmesbury, et dans le royaume du nord du Northumbrie, on assista aux premières grandes réalisations d’art anglais. On peut citer en particulier les Évangiles richement enluminés de Lindisfarne, un manuscrit écrit en latin et enluminé vers l’année 968 par un moine appelé Eadfrith, qui devint par la suite évêque du monastère de Lindisfarne. Bède le Vénérable, un moine bénédictin qui vécut entre 673 et 735, écrivit en latin l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais, qui fut terminée en l’an 731.

9Au IXe siècle, l’âge d’or de l’église anglo-saxonne toucha à sa fin à cause d’attaques répétées des Vikings. Ils venaient de Scandinavie, principalement de Norvège, Suède et Danemark. Marins sans foi ni loi lorsqu’il s’agissait de piller, ils étaient à l’origine des fermiers et des pêcheurs. En Angleterre, ils trouvèrent un pays riche, qui n’était protégé ni par un gouvernement central ni par une armée efficace. Au début, les Vikings venaient au printemps et repartaient chez eux à l’automne. Mais finalement ils décidèrent d’y passer l’hiver et s’installèrent dans le pays.

10Les Vikings gagnèrent de plus en plus de terrain sans rencontrer de résistance jusqu’à ce que le roi Alfred de Wessex mette un terme à ces agissements. Ce roi accéda au pouvoir en 871 et régna pendant près de trente ans jusqu’à sa mort en 899. Il combattit les Vikings avec succès et parvint à les faire reculer au nord. Alfred n’était pas seulement un fin stratège militaire. Il reconnaissait l’importance de l’instruction. Tard dans sa vie, il apprit à lire et à écrire le latin. Il fit reconstruire des églises, ouvrit des écoles pour les fils des nobles et invita des érudits étrangers à venir à sa cour. Avec le concours d’érudits, il se mit à traduire d’importants manuscrits latins en vieil-anglais, et il fut à l’origine de registres sur les événements historiques des Anglo-Saxons, la Chronique anglo-saxonne.

11Le territoire au nord d’une ligne qui s’étendait environ de Chester à Londres demeurait sous l’emprise des Danois et fut appelé le Danelaw. L’étendue de l’influence du Danelaw continue de se voir avec des suffixes en-by (ferme, ville),-thorpe (village),-thwaite (une terre isolée) et-toft (maison, fondation). On a ainsi des exemples comme Derby, Rugby, Whitby, Grimsby, Althorp, Bishopthorpe, Linthorpe, Braithwaite, Cowperthwaite, Langtwaite, Brimtoft, Eastoft, Langtoft, Nortoft, etc. Les successeurs d’Alfred reconquirent la plus grande partie du Danelaw. Petit à petit, ils parvinrent à étendre leur pouvoir sur la communauté anglaise et la communauté scandinave vivant dans cette région. Le nombre d’habitants scandinaves a dû être considérable : plus de 1 400 noms de lieu sont d’origine scandinave. On pense de manière générale que les Anglo-Saxons et les Scandinaves vivaient ensemble de manière pacifique avec une assimilation culturelle importante.

12Vers la fin du Xe siècle, cependant, les Danois renouvelèrent leurs attaques et, en 1016, l’Angleterre se soumit au roi danois Canute et devint ainsi une partie du grand empire danois qui incluait le Danemark et la Norvège. Vingt-six ans plus tard, l’empire s’effondra et un roi anglais vint à nouveau d’une Angleterre indépendante.

BESOINS COMMUNICATIFS ET GENRES DE TEXTES

13Cette brève description du contexte sociohistorique de la société anglo-saxonne montre bien que les besoins de communication et les ressources ont dû changer considérablement entre le Ve et le Xe siècle, même si notre connaissance de ces besoins et ressources restera toujours inégale et partielle. Peu de documents écrits ont survécu, et les besoins de communication qui y sont présentés sont limités. Les fermiers et les guerriers anglo-saxons du début n’avaient pas ou peu besoin de s’exprimer dans une documentation écrite. Leurs besoins de communication étaient presque exclusivement oraux.

14Cependant, les traces linguistiques les plus anciennes présentes dans les noms de lieu, remontent bien avant le temps des documents écrits qui ont survécu. Même pour une société où l’instruction est peu répandue, il est important d’avoir des ressources linguistiques pour désigner des lieux géographiques. Il est intéressant de constater que les noms de lieu ont souvent survécu aux peuples qui les ont introduits.

15De nombreux noms de lieu en Angleterre aujourd’hui datent de l’occupation romaine. Sont très fréquents les noms de lieu qui ont une désinence en -chester ou -caster, qui vient du latin castra, désignant un camp ou une ville fortifiée, comme Chester, Chichester, Colchester, Dorchester, Manchester, Winchester, Lancaster et Doncaster. D’autres éléments peuvent être trouvés dans des noms de lieu comme Portchester (du latin portus, port, et castra), Portsmouth (du latin portus et du vieil-anglais mūðɑ, estuaire). De telles terminaisons n’indiquent pas toujours des endroits qui existaient déjà à cette époque-là. Les Celtes et les Anglo-Saxons utilisaient ces éléments latins eux-mêmes quand ils avaient l’occasion de créer un nom pour une nouvelle ville.

  • 1 Salisbury : Sorbio’s fort ; Exeter : town on the Exe ; Gloucester : bright place ; Worcester : chi (...)

16De nombreux éléments celtiques sont aussi dans les noms de lieu. Les premières syllabes de Salisbury, Exeter, Gloucester, Worcester, Lichfield, Leeds et Dover, par exemple, viennent du celte1.

17Les premiers documents écrits de l’Angleterre anglo-saxonne datent du temps où toute l’Angleterre a été christianisée. La christianisation au VIIe siècle engendra la création d’une nouvelle classe de gens avec de nouveaux besoins de communication : les moines, qui pouvaient lire et écrire. Alors que la majorité des Anglo-Saxons était encore illettrée, les moines étaient formés dans les langues classiques, le grec et le latin, mais aussi en littérature, science, philosophie, théologie, chronologie, arts, etc. À l’origine, tout travail savant était fait en latin, et les moines pouvaient utiliser le latin comme une forme de communication orale, mais on peut aisément conjecturer que, parmi les gens éduqués, le bilinguisme, voire le multilinguisme était très répandu.

18Le besoin d’utiliser le saxon à l’écrit est venu seulement progressivement. En fait, une forme écrite de la langue devait être créée dans ce but. La plupart des moines connaissaient l’alphabet latin, qui n’avait pas suffisamment de symboles pour représenter tous les sons des dialectes anglo-saxons. Plusieurs nouveaux caractères devaient être créés. Au début, la plupart des documents écrits en vieil-anglais étaient étroitement liés aux manuscrits latins. Les noms anglais étaient insérés dans les chartes et testaments latins. Les gloses interlinéaires et les annotations marginales apparurent dans les manuscrits latins. Et finalement, des textes entiers furent traduits du latin en anglais.

19Les gloses interlinéaires sont des traductions mot à mot du latin d’origine qui étaient insérées au-dessus et en-dessous des lignes originales, parfois même plusieurs centaines d’années après l’écriture du manuscrit d’origine. Elles représentent une façon particulièrement frappante de la façon dont un besoin de communiquer est né et est devenu une variété spécifique d’un langage écrit. Elles ont aidé les novices à lire le texte latin plus facilement. Dans le cas des Évangiles de Lindisfarne, qui furent écrits à la fin du VIIe siècle, des gloses en vieil-anglais du dialecte northumbrien furent insérées au-dessus du texte latin au cours du Xe siècle.

20Les annotations marginales dans les manuscrits latins avaient des fins variées. Elles pouvaient indiquer les sources des passages cités dans le texte ou elles pouvaient expliquer des expressions particulièrement difficiles. Dans un cas, un poème en vieil-anglais est connu dans sa forme originale seulement comme une annotation marginale à un manuscrit latin. Dans son Histoire ecclésiastique du peuple anglais, Bède le Vénérable raconte en latin l’histoire de Cædmon, un frère lai du monastère de Whitby dans le Northumbrie qui ne savait pas le latin et auquel un messager divin est apparu, lui enjoignant de chanter la création de Dieu. Dans le texte de Bède, la poésie de Cædmon est citée en latin, mais il est entendu que Cædmon la récitait en anglais, puisqu’il ne parlait pas latin. Dans quatre copies du texte latin de Bède, le poème apparaît dans le dialecte northumbrien de Cædmon dans la marge ou au bas de la page concernée.

21Sous le roi Alfred de Wessex, de nombreux manuscrits latins furent traduits en anglais. Cela concernait des parties de l’Ancien et du Nouveau Testament, la Cura pastoralis du pape Grégoire, qui décrit les qualités requises et les devoirs du clergé, l’Histoire ecclésiastique de Bède. Le but de ces traductions est clairement donné par Alfred lui-même dans sa célèbre préface de la Cura pastoralis, dans laquelle il déplore le déclin de l’instruction et la destruction des écoles et des bibliothèques causée par les pillages des Vikings. Il voulait préserver et diffuser quelques-uns des plus grands textes chrétiens au moyen de leur traduction.

22Au Xe siècle, les gouvernements deviennent peuplés de lettrés. Les rois ne comptent plus uniquement sur l’oral pour transmettre leurs ordres, ils commencent à enregistrer leurs décisions sous la forme de documents écrits. Les chartes, comme les accords à propos de la possession de terre ou de privilèges, furent les premiers documents de ce type. Ils étaient habituellement écrits en latin. Une seconde forme de document officiel apparut : le mandat, présenté sous forme de lettre royale, contenant les instructions du roi. Par opposition aux chartes, les mandats étaient écrits en vieil-anglais. Même si le destinataire était illettré, de telles instructions pouvaient lui être lues à haute voix par les représentants du roi si cela était nécessaire.

23Le travail d’Alfred et des lettrés qui l’entouraient ne se limitait pas à des traductions. Une des très importantes sources en vieil-anglais est la Chronique anglo-saxonne, qui, dans des entrées individuelles pour des années spécifiques, raconte l’histoire du peuple anglais, en commençant par un compte rendu de la façon dont les tribus germaniques sont venues en Grande-Bretagne. La chronique fut tenue jusqu’à la mort du roi Stéphane en 1154. La section qui couvre les années 1132 à 1154 est appelée la Chronique Peterborough et est habituellement considérée comme étant le tout premier exemple de document écrit en moyen-anglais.

24Les écrits religieux étaient très importants dans l’Angleterre anglo-saxonne, par exemple sous la forme de sermons et de vies des saints. De tels textes sont rangés dans la catégorie des homélies. Il existait aussi des écrits scientifiques et médicaux, dont on trouvera un exemple en annexe : une recette médicinale contre les ulcères (texte 2).

25De la poésie du vieil-anglais, quelque trente mille vers ont survécu. Ils incluent des poèmes traitant de sujets héroïques, des poèmes historiques, des vies des saints et d’autres poèmes religieux, des élégies courtes, des poèmes lyriques, des énigmes et des vers gnomiques. Ces poèmes sont composés avec un rythme allitératif que les Anglo-Saxons ont hérité de leurs ancêtres germaniques. C’était un format utilisé pour la récitation, et il est possible que nombre de ces poèmes aient été transmis oralement de génération en génération. La poésie en vieil-anglais s’inspire de deux traditions distinctes, la tradition orale païenne que les Anglo-Saxons ont apportée avec eux d’Europe et la tradition chrétienne introduite au VIIe siècle par la christianisation. Ces deux traditions ne sont jamais totalement distinctes. La poésie d’origine païenne est entremêlée de philosophie chrétienne, et la poésie chrétienne montre occasionnellement des traces d’une tradition plus ancienne.

26Le plus ancien poème en vieil-anglais est Beowulf, un poème de 3 182 vers qui raconte l’histoire du tueur de dragon Beowulf, qui va aider le roi danois Hrothgar. Le palais de Hrothgar a été dévasté à plusieurs reprises par le monstre Grendel. Beowulf défie Grendel dans un combat et en vient à bout, mais la mère de Grendel veut se venger. Beowulf la combat dans une caverne située sous les eaux d’un lac et la tue. Plus tard, il combat un dragon crachant du feu qui saccageait les terres. Il tue le dragon, mais meurt d’une blessure reçue pendant la bataille. Le lecteur trouvera un extrait du poème en annexe (texte 3). Il s’agit du discours de Beowulf après son arrivée dans la ruche du roi Hrothgar.

27On a souvent noté que, dans le développement de la littérature, les textes de prose naissent plus tard que la poésie, parce que la littérature a pour origine le format oral, pour lequel la poésie est la mieux adaptée. C’est donc un fait remarquable que de voir que le vieil-anglais a développé une littérature en prose riche au IXe siècle, bien plus tôt que des littératures comparables continentales. Cet accomplissement était principalement dû aux traductions d’Alfred et de ses érudits.

INVENTAIRE LEXICAL

28Une des raisons pour laquelle le vieil-anglais nous est si étranger est que l’essentiel du vocabulaire n’a pas survécu jusqu’à nos jours. Mais, malgré la rareté des textes survivants, on sait que le vieil-anglais était une langue très riche qui combinait dans son lexique plusieurs sources.

29La base du vieil-anglais est formée de dialectes que les tribus germaniques d’Europe continentale apportèrent avec elles quand elles ont envahi la Grande-Bretagne. Pendant les six cents années qui suivirent, les Anglo-Saxons entrèrent en contact avec trois autres langues : la langue des Celtes, qui étaient là avant eux, la langue de l’Église de Rome et la langue des Vikings.

30Comme nous l’avons montré précédemment, les noms de lieux celtiques ont survécu jusqu’à aujourd’hui. Certains noms de lieu contemporains renvoient à des noms celtiques et d’autres incorporent des éléments celtiques. Devonshire, par exemple, contient le nom tribal Dumononii dans sa première partie, Cornwall veut dire « gallois cornubien ». À part les noms de lieu, les traces celtiques en vieil-anglais sont négligeables.

31Les traces des origines latines sont bien plus importantes. Les Anglo-Saxons avaient déjà été en contact avec les Romains et leur culture en Europe continentale avant qu’ils n’envahissent la Grande-Bretagne. Quelques mots liés au christianisme comme church et bishop furent adoptés à ce moment-là. Quand les Anglo-Saxons arrivèrent en Grande-Bretagne, ils trouvèrent un pays qui portait les traces de l’occupation romaine sous forme de villes, de fortifications et de routes. Par l’intermédiaire des Celtes, ils empruntèrent certains mots latins, que ceux-ci avaient appris durant l’occupation romaine. L’influence latine la plus importante, cependant, vint par la christianisation, qui apporta de nouvelles idées, de nouveaux objets et de nouveaux concepts, qui devaient être nommés. La plupart de ces mots n’ont pas changé de manière significative depuis le vieil-anglais. Dans la liste qui suit, ils sont par conséquent donnés dans leur forme moderne. De nombreux mots sont liés au vocabulaire de l’Église et de ses services comme abbot, altar, candle, cleric, epistle, hymn, martyr, mass, priest, psalm, relic, rule et shrine. Mais il y a aussi des mots qui concernent l’habillement et la maison comme cap, sock, silk ou chest ; des mots dénotant des nourritures comme beet, lentil, pear et radish ; des noms d’arbres, de plantes et d’herbes qui étaient importants à des fins médicinales comme fennel, lily, mallow, marshmallow et myrrh ; et des mots qui ont trait à l’éducation comme school et master (Baugh et Cable, 2002 : 83-85).

32Les Scandinaves étaient représentés principalement par les Danois, mais aussi par les Norvégiens, également présents sur les terres anglo-saxones. Les Danois et les Norvégiens parlaient des langues légèrement différentes, mais ces deux dialectes étaient similaires à celui des Anglo-Saxons. Ils n’apportaient pas non plus d’idées ou de concepts nouveaux, puisque leur culture était aussi très semblable à celle des Anglo-Saxons. Cependant, le fait qu’ils vécurent plus ou moins pacifiquement en compagnie des Anglo-Saxons à partir du Xe siècle, ainsi que leur grand nombre (comme l’attestent les 1 400 noms de lieu qui ont survécu) aboutit à une influence scandinave considérable sur la langue anglaise dans tous les domaines de la vie. Des exemples pertinents sont band, bank, birth, dirt, egg, fellow, guess, kid, leg, race, seat, sister, slaughter, steak, tidings, trust, want et window. Dans de nombreux cas, il est difficile de dire si le mot est d’origine anglo-saxonne ou scandinave. On peut cependant les distinguer en s’appuyant sur la façon dont les sons ont changé dans les deux langues. Le son /sk/ du graphème sc s’est changé en /ʃ/ au début du vieil-anglais. Dans les dialectes scandinaves, cependant, ce changement n’a pas eu lieu. Ainsi, les mots avec un son en /ʃ/, comme ship, shall, fish et shirt ont dû entrer en anglais avant le changement du son au début du vieil-anglais. Ils doivent être des mots germaniques d’origine. Les mots avec un son en/sk/, d’autre part, furent empruntés plus tard : sky, skin, scrape, bask et skirt sont, par conséquent, des mots scandinaves.

ORTHOGRAPHE ET PRONONCIATION

33Une des raisons pour lesquelles le vieil-anglais nous est peu familier est qu’il conserve des lettres auxquelles nous ne sommes pas habitués. Les moines, qui furent les premiers à commencer à écrire les mots individuels, puis, plus tard, des textes entiers en vieil-anglais, adaptèrent l’écriture irlando-latine qu’ils connaissaient bien aux sons du vieil-anglais. Ils durent toutefois imaginer de nouvelles lettres, parce que le vieil-anglais comportait des sons qui n’existaient pas en latin. Certaines de ces lettres étaient fondées sur une plus vieille écriture, dite runique, qui avait été utilisée par les Anglo-Saxons pour écrire de courtes formules magiques et des inscriptions. Dans les éditions modernes de textes en vieil-anglais, il y a généralement seulement trois lettres qui ne sont pas employées par l’anglais moderne : le thorn (þ), l’eth (ð) et l’ash (æ). Le thorn et l’eth représentent un son du graphème th. Dans de nombreux textes, le thorn est utilisé au début du mot (par exemple : þis), tandis que l’eth est employé au milieu ou à la fin d’un mot (par exemple : ōðer, mōnað). L’ash représente un son qui est similaire à la voyelle de l’anglais moderne dans hat. Certaines lettres et combinaisons de lettres étaient prononcées différemment. Le son du graphème sh, par exemple, est représenté graphiquement en vieil-anglais par sc, comme dans scēap (sheep) ou scēotan (shoot), et le son k est représenté graphiquement par c, comme dans cynn (kin) ou dans nacod (naked). Ce sont des mots dont la prononciation n’a pas beaucoup changé depuis le vieil anglais mais qui ont l’air très différents en anglais moderne. Nous en avons l’exemple dans les mots suivants : scip (ship), bæc (back) ou þæt (that).

34En vieil-anglais, la distinction entre voyelles longues et voyelles brèves était importante. Certains mots différaient seulement par la longueur de la voyelle. Les éditions modernes de textes en vieil-anglais marquent souvent les voyelles longues par un macron ou « signe de longue ». Fōr avec une voyelle longue veut dire journey, for avec une voyelle brève est une préposition. Il existe des paires similaires comme gōd (good) et god (God), dǣl (portion) et dæl (dell, valley), frīð (beautiful) et frið (tranquillity). Les voyelles longues, en particulier, ont subi des modifications considérables du vieil-anglais à l’anglais moderne. Le mot vieil-anglais stān est le même que le mot d’anglais moderne stone, mais la voyelle est différente. Le même changement est apparent dans des paires de mots comme gān et go ; hālig et holy, bāt et boat. D’autres voyelles longues ont subi des changements similaires : hūs devint house, fōt devint foot, cēne devint keen (voir le chapitre 3 ci-dessous pour plus de détails).

SYNTAXE ET MORPHOLOGIE

35Le vieil-anglais n’est pas une langue unifiée et cohérente. Il y a de nettes différences dialectales, mais il y a aussi des différences entre les premières années et les dernières années du vieil-anglais, ainsi que des différences selon le genre. Cependant, parmi cette variété, il y a un dialecte d’une période qui se distingue et qui forme un vieil-anglais standard : il s’agit du saxon occidental du Xe siècle. En mettant en avant le savoir et l’instruction, Alfred fit de Winchester, la capitale de Wessex, un centre du savoir. De nombreux scribes furent formés là-bas, et ils ont pu continuer à utiliser cette variété de vieil-anglais dans leurs écrits dans d’autres pays. Cependant le saxon occidental n’était certainement pas une langue standard dans le sens moderne du terme, et même s’il avait le statut d’un standard écrit du Xe siècle, il n’a jamais été un standard oral. En s’appuyant uniquement sur les documents écrits, il est impossible de déterminer l’importance des différences existant à l’oral. Les commentaires qui suivent sur le vieil-anglais sont d’ordre général, en ce qu’ils s’appliquent à tous les dialectes vieil-anglais, mais ils seront illustrés principalement par des exemples en saxon occidental.

36L’ordre des mots de base en vieil-anglais est plus libre qu’en anglais moderne parce que les sujets et objets sont généralement différenciés par les désinences de cas. Cependant, il existe certains modèles récurrents. Si le sujet et le verbe sont considérés comme les éléments les plus importants dans une phrase, on peut trouver trois modèles distincts (S désignant le sujet, V le verbe et X le reste de la phrase) : – Le modèle SVX est normal dans les propositions principales affirmatives. Le sujet est suivi du verbe et du reste de la phrase comme en anglais moderne. Mais le verbe peut être précédé d’un pronom non accentué comme complément d’objet :

Þæt Estland is swyðe mycel (Estonia is very large).
He lufode forhæfednysse (he loved temperance).

37– Dans le modèle SXV, le sujet et le verbe sont séparés par le reste de la phrase. Le verbe apparaît à la fin. C’est un modèle courant dans les subordonnées ; en vieil-anglais, il apparaît aussi dans les principales introduites par and :

buton hi him maran andlyfne sealdon (unless they gave him more food).
Þenden he on ðysse woruld wunode (while he dwelt in this world).
Nu we hit habban ne moton (now that cannot possess it).

38– Dans le modèle VSX, le verbe est suivi par le sujet et le reste de la phrase. C’est un modèle que l’on rencontre pour les interrogatives et les impératives mais on peut le rencontrer quand une phrase est précédée d’un adverbe :

  • 2 Exemples tirés de Quirk et Wrenn, 1955 : 92-93, 99, 101).

Lære mon siððan furður on Lædengeðiode (Let one then instruct further in Latin).
Eart þu se Beowulf þe…? (Are you the Beowulf who2…?)

39Qu’en est-il de la déclinaison des noms ? Les noms en vieil-anglais avaient des déclinaisons suivant le nombre et le cas. À cet égard, le vieil-anglais ressemble plus à l’allemand moderne qu’à l’anglais moderne, qui a perdu la presque totalité de la flexion casuelle. Le tableau 1 illustre les trois types de flexion.

Tableau 1. Flexion de trois types de noms en vieil-anglais. D’après Baugh et Cable, 2002 : 57

Singulier

Nominatif

stān (stone)

gief-u (gift)

hunt-a (hunter)

Génitif

stān-es

gief-e

hunt-an

Datif

stān-e

gief-e

hunt-an

Accusatif

stān

gief-e

hunt-an

Pluriel

Nominatif

stān-as

gief-a

hunt-an

Génitif

stān-a

gief-a

hunt-ena

Datif

stān-um

gief-um

hunt-um

Accusatif

stān-as

gief-a

hunt-an

40Il y a trois genres en vieil-anglais : le masculin, le féminin et le neutre. On peut voir les différences plus clairement pour les articles définis (voir tableau 2). Dans les cas du nominatif et de l’accusatif, il y avait trois formes différentes pour les différents genres. Au génitif et au datif, les formes pour le masculin et le neutre sont identiques et seul le féminin présente une forme différente. En plus de cas du nominatif, du génitif, du datif et de l’accusatif, il existait un cas instrumental. Au pluriel, les formes sont identiques pour les trois genres.

Tableau 2. Flexion de l’article défini en vieil-anglais

Singulier

Pluriel

Masculin

Féminin

Neutre

Tous les genres

Nominatif

sēo

ðæt

ðā

Génitif

ðæs

ðǣre

ðæs

ðāra

Datif

ðǣm

ðǣre

ðæs

ðāra

Accusatif

ðone

ðā

ðā

ðā

Instrumental

ðy, ðon

ðy, ðon

41Tout comme l’allemand moderne et l’anglais moderne, le vieil-anglais avait des verbes forts et des verbes faibles. Les verbes forts peuvent indiquer la différence de temps par un changement vocalique dans leur radical, comme par exemple dans drink, drank, drunk, tandis que les verbes faibles utilisent le suffixe dans ce but et ont des formes homonymes pour le temps passé et le participe passé : work, worked, worked.

42En vieil-anglais, on distingue sept classes de verbes forts. Elles peuvent être illustrées avec les exemples du tableau 3.

Tableau 3. Les sept classes de verbes forts en vieil-anglais

1

drifan (drive)

drāf

drifon

(ge) drifen

2

cēosan (choose)

cēas

curon

(ge) coren

3

helpan (help)

healp

hulpon

(ge) holpen

4

beran (bear)

bær

bæron

(ge) boren

5

sprecan (speak)

spræc

sprǣcon

(ge) sprecen

6

faran (go)

fōr

fōron

(ge) faren

7

feallan (fall)

fēoll

fēollon

(ge) feallen

43Le tableau 4 donne la conjugaison des verbes de la classe 1. Comme dans toutes les langues germaniques, il existe différentes flexions pour le présent et le passé, et différentes formes pour l’indicatif et le subjonctif. Contrairement au latin, par exemple, la morphologie du verbe ne marque ni le passif, ni le parfait, ni le futur.

Tableau 4. La conjugaison des verbes forts de la classe 1

Présent

Passé

Indicatif

Subjonctif

Indicatif

Subjonctif

ic drif-e

ic drif-e

ic drāf

ic drif-e

ðū drif-st (-est)

ðū drif-e

ðū drif-e

ðū drif-e

hē drifð (-eð)

hē drif-e

hē drāf

hē drif-e

wē drif-að

wē drif-en

wē drif-on

wē drif-en

gē drif-að

gē drif-en

gē drif-on

gē drif-en

hīe drif-að

hīe drif-en

hīe drif-on

hīe drif-en

POUR EN SAVOIR PLUS
La meilleure introduction pour le vieil-anglais est Mitchell (1995) et Mitchell et Robinson (1992). Le livre de Mitchell (1995) n’est pas seulement une introduction à la langue du vieil-anglais, mais aussi une introduction à la vie sociale et à la culture de l’Angleterre anglo-saxonne et à la littérature du vieil-anglais. Mitchell et Robinson (1992) offrent des introductions complètes à la morphologie et à la syntaxe du vieil-anglais, et ils donnent une série d’extraits de textes en vieil-anglais, classés par ordre de difficulté avec des notes d’introduction et d’explication, ainsi qu’un glossaire très complet. Mossé (1949) comprend deux volumes sur le vieil-anglais. Crépin (1994) et Stévanovitch (1997) offrent une explication solide et claire sur les phénomènes linguistiques du vieil-anglais. Lass (1994) est plus spécialisé. Il est particulièrement solide en phonologie et morphologie en vieil-anglais, et propose aussi une excellente introduction sur la syntaxe. Hogg (1992) a édité le premier volume du Cambridge History of the English Language. Il est indispensable pour des études plus détaillées de la langue anglaise depuis ses débuts jusqu’en 1066.

Notes

1 Salisbury : Sorbio’s fort ; Exeter : town on the Exe ; Gloucester : bright place ; Worcester : chief town of the Wigornan tribe ; Lichfield : grey wood ; Leeds : district by the river ; Dover : water.

2 Exemples tirés de Quirk et Wrenn, 1955 : 92-93, 99, 101).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Royaumes et tribus en Grande-Bretagne au début du VIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search