Version classiqueVersion mobile

Histoire de la langue anglaise

 | 
Sylvie Hancil

Chapitre 1. Histoire de l’anglais et linguistique anglaise

Texte intégral

1Ce chapitre introduit brièvement les périodes de l’histoire de la langue anglaise, ainsi que certains des concepts importants pour l’étude de la linguistique historique, comme la distinction entre linguistique synchronique et diachronique, la distinction entre histoire interne et externe de l’anglais, les problèmes de données, et la différence entre langue orale et écrite.

LES DIFFÉRENTES PÉRIODES ET LEUR JUSTIFICATION

2L’anglais est une langue indo-européenne, issue du groupe germanique occidental. Son histoire est un processus continu qui a débuté au Ve siècle, date qui correspond aux premières invasions anglo-saxonnes en Angleterre. Cependant, il est plus facile de distinguer cinq périodes que l’on peut justifier à la fois en s’appuyant sur des différences linguistiques et en se fondant sur des événements historiques qui ont influencé le développement de la langue anglaise. Les périodes communément adoptées dans l’histoire de la langue anglaise sont les suivantes :

  • vieil-anglais : 450-1150 ;
  • moyen-anglais : 1150-1500 ;
  • début de l’anglais moderne : 1500-1700 ;
  • fin de l’anglais moderne : 1700-1900 ;
  • anglais contemporain : 1900 à nos jours.

3Les années 1150, 1500 et 1700 ne représentent pas des frontières strictes. Les limites entre les cinq périodes ne constituent par conséquent que des approximations.

4Au Ve siècle de notre ère, la Grande-Bretagne a été envahie par des tribus germaniques, les Anglo-Saxons, qui ont apporté les dialectes germaniques. Ces tribus n’ont, il va de soi, pas commencé à parler une langue différente à leur arrivée en Grande-Bretagne, mais à partir de ce moment-là, la langue qu’ils se sont mis à parler était le vieil-anglais. Cependant, les documents les plus anciens qui restent de cette période datent du début du VIIIe siècle, quand la Grande-Bretagne était déjà christianisée. Le vieil-anglais est très différent de l’anglais contemporain. Les noms ont un genre grammatical et peuvent être au masculin, au féminin ou au neutre comme en allemand. Ils ont des cas, qui sont le nominatif, l’accusatif, le génitif ou le datif. Les verbes, aussi, ont plus de désinences et, plus généralement, plus de formes que ceux des verbes contemporains. En résumé, le vieil-anglais est une langue à flexions. L’ordre des mots dans la phrase est, d’autre part, plus libre qu’en anglais contemporain, puisque la flexion des mots indique généralement leur fonction dans la phrase. Le vocabulaire en vieil-anglais est constitué en majorité par des mots d’origine germanique, bien qu’il y ait des emprunts latins et celtiques. Pour toutes ces raisons, le vieil-anglais diffère non seulement de l’anglais moderne mais aussi du moyen-anglais.

5En 1066, la Grande-Bretagne a été envahie par des troupes normandes sous Guillaume le Conquérant. Presque toute la noblesse britannique a péri dans la bataille de Hastings ou a été exécutée comme des traîtres peu après. Les Normands sont devenus la classe dirigeante en Grande-Bretagne et ils ont apporté avec eux leur dialecte français. Le reste de la population britannique a continué à utiliser sa propre langue, mais il y a eu une forte influence française sur la langue anglaise. De nombreux emprunts français ont été adoptés. Les désinences des cas du vieil-anglais ont commencé à se prononcer de moins en moins clairement et ont finalement disparu. La conséquence a été que l’ordre des mots s’est dirigé vers une certaine fixité. Le moyen-anglais est la période des flexions réduites. Ces développements ont néanmoins pris du temps. Les textes anglais écrits du temps de la conquête normande ne différaient guère des textes plus anciens. Un siècle plus tard, les différences sont clairement visibles, et l’année 1150 est généralement interprétée comme la frontière entre vieil-anglais et moyen-anglais.

6La fin de la période du moyen-anglais, qui est aussi le début de la période de l’anglais moderne, est marquée par l’introduction de l’imprimerie à Londres par William Caxton en 1476. Auparavant, chaque livre devait être copié à la main, et chaque livre était par conséquent unique. Avec l’imprimerie, il est devenu possible de produire un plus grand nombre de livres identiques. Cela a eu un effet important sur la standardisation de la langue anglaise. Mais encore une fois, les changements n’ont pas eu lieu du jour au lendemain ; on fixe conventionnellement la date approximative séparant le moyen-anglais de l’anglais moderne à l’année 1500, plutôt qu’à 1476. La Réforme au début du XVIe siècle et la Renaissance ont également influencé le développement de la langue anglaise. De nombreux emprunts latins et grecs ont été adoptés pendant cette période. Le nivellement des flexions continue. L’ordre des mots est à bien des égards déjà assez similaire à celui de l’anglais moderne, et il y avait de plus en plus une tendance vers la standardisation de la langue.

7Certes il n’existe pas d’événement comparable à la conquête normande ou à l’introduction de l’imprimerie pour marquer le début de la période de l’anglais moderne, mais le XVIIe et le XVIIIe siècle ont été témoins de la codification de l’anglais standard. De nombreux dictionnaires et grammaires ont été publiés à ce moment-là pour informer la classe grandissante des gens lettrés de la bonne orthographe, de la bonne prononciation et du bon usage des mots. Depuis le début de la période moderne, la langue anglaise a connu une diversification sans précédent. De langue européenne relativement marginale elle est devenue langue mondiale. C’est la langue de la science et de la technologie, du tourisme et du commerce, et c’est la langue officielle de l’administration et de la diplomatie dans une soixantaine de pays du monde.

8Le XXIe siècle a vu des innovations technologiques qui affecteront le développement de la langue anglaise au moins aussi fondamentalement que l’invention de l’imprimerie au XVe siècle. Le téléphone, les fax et plus récemment l’internet ont grandement accru les possibilités de communication internationale. Les gens qui utilisent différentes variétés d’anglais, comme l’américain, l’anglais de l’Inde, ou l’anglais de l’Australie, et les gens qui utilisent l’anglais comme deuxième, voire troisième langue communiquent les uns avec les autres régulièrement. Les agences internationales de presse distribuent les informations en anglais dans le monde entier. La langue du trafic aérien et la langue du commerce international sont l’anglais. La domination de l’industrie du divertissement américain a également permis de promouvoir et de diffuser l’anglais dans le monde entier et d’influencer des variétés non-américaines d’anglais. L’utilisation croissante de la publication électronique sur la toile va aussi influencer le développement de la langue anglaise. Les textes ne sont plus fixés une fois publiés, et ils ne doivent plus être nécessairement distribués sous la forme d’un livre. Ils peuvent être envoyés à l’autre bout de la terre instantanément, et ils peuvent être soumis à des révisions et des modifications librement. Certains des résultats affectant la langue anglaise sont déjà évidents sous la forme d’hypertextes électroniques, de communication par courriel ou de chats sur la toile, ainsi que sous la forme d’un nombre impressionnant de nouveaux mots qui font état des avancées dans les domaines de la science et de la technologie. Les changements sur le plan de la prononciation, de la structure des mots et de la structure de la phrase ne sont peut-être pas encore clairement visibles, mais étant donné la façon dont la technologie de la communication a évolué ces dix dernières années et au siècle dernier, de tels changements sont inévitables.

9Malgré l’existence de réserves, la périodisation telle qu’elle a été décrite ci-dessus a son utilité. On peut la justifier par des raisons purement linguistiques, dans la mesure où il est possible de donner une caractérisation approximative des traits linguistiques communs à la plupart des textes d’une période donnée. D’autre part, elle peut être expliquée par des raisons non-linguistiques dans la mesure où il y a eu des événements historiques ou sociaux qui ont eu une influence directe sur le développement de la langue anglaise. De nombreux manuels et de cours universitaires sur l’histoire de l’anglais adoptent, par conséquent, la distinction entre le vieil-anglais, le moyen-anglais, l’anglais moderne, et l’anglais contemporain avec les périodes indiquées comme ci-dessus. Ce volume ne fait pas exception et présente ces périodes dans les chapitres 2 à 5.

LINGUISTIQUE DIACHRONIQUE ET SYNCHRONIQUE

10L’étude d’une langue du point de vue de son développement dans le temps est appelée linguistique diachronique. L’étude d’une langue pour une période donnée est appelée linguistique synchronique. La linguistique diachronique étudie, par exemple, le développement de la prononciation ou celui du sens de mots individuels à travers les siècles, tandis que la linguistique synchronique s’intéresse, par exemple, à la prononciation ou au sens d’un mot à un moment donné. Cette distinction a été introduite par le linguiste suisse Ferdinand de Saussure (1857-1913).

11C’est une distinction utile, mais seulement si les frontières entre les différentes étapes de l’évolution de la langue sont clairement reconnues. Tout d’abord, comme il a été démontré dans la section précédente, il n’existe pas de frontière précise entre, par exemple, le vieil-anglais et le moyen-anglais parce que l’anglais a été parlé de façon continue. Les textes de la fin de la période du vieil-anglais et ceux du début de la période du moyen-anglais ne diffèrent guère, tandis qu’il est possible qu’il y ait même des différences plus prononcées entre le début et la fin du moyen-anglais. Ainsi, l’explication de la coexistence de plusieurs formes ne peut se faire uniquement sur la base d’une perspective synchronique, mais une dimension diachronique est nécessaire pour obtenir une explication. De même, une vision purement diachronique n’est pas possible non plus, puisque la description du développement présuppose toujours la description des étapes individuelles.

HISTOIRE EXTERNE ET INTERNE DE L’ANGLAIS

12La périodisation de l’histoire de la langue anglaise telle qu’elle a été définie ci-dessus met en corrélation changements linguistiques et événements historiques qui ont influencé ces mutations. Il a été établi depuis longtemps que l’histoire d’une langue ne peut être étudiée sans que l’on considère à la fois les forces extérieures, comme les conditions et les développements politiques, économiques et sociaux, et l’évolution de la structure interne de la langue.

13L’histoire interne de la langue concerne tous les aspects de sa structure et la façon dont ils changent au cours du temps. Ceci inclut la prononciation, l’orthographe, la structure des mots, leurs flexions et leurs sens, la structure des phrases, et également le répertoire des genres et des types de textes d’une langue.

14L’histoire externe de la langue, en revanche, s’intéresse à toute une série de facteurs non-structurels, qui ont un effet sur le développement de la langue, comme les événements politiques, les développements spirituels ou économiques et les innovations techniques. Les facteurs non-structurels comme les conquêtes, les contacts linguistiques par l’intermédiaire de la colonisation et l’invention de nouveaux systèmes de communication sont des exemples évidents.

15L’histoire interne et externe de la langue sont non seulement intimement liées, mais dans de nombreux cas, elles ne peuvent pas être séparées. L’emploi de mots peut très souvent être établi en relation avec des développements culturels. Toutes les analyses de l’histoire de la langue anglaise combinent des aspects de l’histoire interne et externe, mais dans chaque étude, un aspect est inévitablement prédominant. Le point de vue adopté dans ce volume procède de l’histoire externe, parce qu’elle fournit une analyse des besoins de communication des personnes qui utilisent la langue anglaise. C’est de ce point de vue de ces besoins que je veux présenter l’histoire de la langue anglaise.

SOURCES

16Jusqu’au XXe siècle, la quasi-totalité des documents que nous avons de la langue anglaise sont des exemples de la langue écrite. Cela veut dire que nous connaissons relativement peu la langue orale des périodes passées. Il est par conséquent important d’être conscient de la nature des sources sur lesquelles nous appuyons notre connaissance des périodes passées de la langue anglaise.

17Les Anglo-Saxons, qui sont venus en Angleterre au Ve siècle, n’ont pas apporté avec eux un système d’écriture, excepté l’alphabet runique, qui a survécu dans des inscriptions de pierres. Un système d’écriture a été introduit par les moines qui ont christianisé l’Angleterre à la fin du VIe siècle, mais la langue de l’Église était le latin. Au début, il n’y avait pas besoin de produire des textes en anglais, mais au cours du temps, une forme écrite de l’anglais s’est développée en s’appuyant sur le modèle latin. Des noms anglais furent insérés dans des textes latins. Les textes furent annotés avec des commentaires marginaux en anglais ou avec des gloses, c’est-à-dire des traductions mot à mot insérées entre les lignes du texte original. D’autres textes écrits en anglais datent du VIIIe siècle, des textes légaux et aussi de la poésie et en particulier des traductions de textes philosophiques ou religieux en latin. De la conquête normande jusqu’au XIVe siècle, le français et le latin étaient les langues officielles utilisées pour la plupart des documents officiels et des écrits scientifiques. Mais l’anglais continuait à être employé pour la plupart des poésies et pour certains textes littéraires religieux écrits en Angleterre à ce moment-là.

18Jusqu’à l’introduction de l’imprimerie au XVe siècle, toutes les sources étaient écrites à la main, ce qui pose parfois de sérieux problèmes pour leur interprétation. Il est très souvent difficile de trouver exactement où et quand un manuscrit a été écrit. Mais, même s’il est possible de l’établir, cela ne nous dit pas nécessairement quoi que ce soit sur la langue employée, sur le lieu et sur le moment de l’écriture. Le texte a pu être une copie d’un texte plus ancien écrit dans un endroit différent du pays. Le texte a pu être écrit par plus d’un scribe, et les scribes ont pu avoir traité leurs sources librement. Souvent ils ont adapté leurs sources à leur propre dialecte. Si le degré d’adaptation ne peut être établi, il est souvent impossible de dire si un mot particulier, par exemple, appartient au moment et au lieu du manuscrit original ou à ceux de la copie.

19Les sources imprimées montrent assez rapidement une tendance croissante vers la standardisation. Au même moment, des sources informelles commencent à apparaître en plus grand nombre, comme des lettres et journaux personnels, qui peuvent refléter plus directement une forme de la langue quotidienne de l’époque. Les dictionnaires et grammaires publiés aux XVIIe et XVIIIe siècles sont des sources importantes pour notre connaissance de la langue à ce moment-là, même si certains d’entre eux sont fortement influencés par des grammaires latines. La standardisation croissante de la langue écrite veut dire aussi que les sources écrites nous révèlent de moins en moins les différences dialectales dans la langue parlée.

20La possibilité des enregistrements audio et vidéo au XXe siècle a profondément changé les façons dont la langue peut être analysée. Il est maintenant possible d’étudier la langue parlée plus directement. On peut analyser l’emploi spontané de la langue ou la langue dans une classe d’apprenants étrangers. Toute étude de la langue parlée des siècles précédents doit s’appuyer sur des preuves indirectes et partielles.

LANGUE PARLÉE ET LANGUE ÉCRITE

21La langue se trouve sous forme écrite ou orale. Cependant, la distinction entre langue orale et langue écrite n’est pas aussi claire qu’il y paraît. De nombreuses formes de langue écrite sont destinées à être parlées, comme les scripts de films, les pièces de théâtre ou les nouvelles radiophoniques. De surcroît, il y a des formes de la langue parlée qui sont destinées à être écrites, comme les dictées ou les procès. Certaines formes de la langue, qu’elles soient orales ou écrites, sont plus typiques de la langue parlée, tandis que d’autres formes sont plus typiques de la langue écrite. Il est par conséquent utile de distinguer le code de communication et l’échelle d’oralité-littéralité. Le code de communication fait référence au moyen physique utilisé pour la transmission des mots et des phrases, tandis que l’échelle d’oralité-littéralité s’intéresse aux traits linguistiques spécifiques qui sont typiques du code oral ou écrit.

22Les traits typiques du code oral sont appelés traits de l’oralité, tandis que les traits typiques du code écrit sont appelés traits de littéralité. Contrairement à la distinction entre code oral et code écrit, ce n’est pas une distinction nette, mais une échelle. Une forme particulière de la langue a habituellement des traits des deux codes, mais à des degrés divers. Ainsi, un courriel (code écrit) est susceptible d’avoir des traits typiques du code parlé, comme des mots abrégés, des phrases incomplètes, des développements thématique spontanés, etc. Les lettres traditionnelles partageront certains de ces traits, mais d’autres traits seront typiques du code écrit. D’autre part, un discours politique (code écrit), normalement bien plus formel, possède davantage de traits qui sont typiques de la langue écrite qu’une conversation entre amis.

23Les données historiques, à moins qu’elles ne concernent un passé récent, n’ont survécu que dans le code écrit, mais cela ne veut pas dire que de telles données n’ont rien à nous dire de la langue parlée du passée. Nous devons cependant évaluer chaque texte du passé avec précaution sur l’échelle d’oralité-littéralité. Les documents judiciaires, par exemple, sont le reflet de ce que disent les gens dans une cour. Ils peuvent par conséquent montrer plus de traits d’oralité, même si la transcription n’est pas entièrement fidèle au discours oral d’origine. Les sermons, qui devaient être lus devant une congrégation, peuvent aussi témoigner de traits d’oralité, tandis que des traités scientifiques sont peut-être moins enclins à mettre en avant de tels traits.

POUR EN SAVOIR PLUS
La sixième édition de l’ouvrage de Baugh et Cable (2013), dont la première édition date de 1951, est le livre standard de référence sur l’histoire de l’anglais. Strang (1970) présente une histoire de la langue anglaise par tranche de deux cents ans en commençant à la période 1970-1770 et remonte jusqu’en 770-570. Leith (1983), Fisiak (1993) et Knowles (1997) offrent des histoires de l’anglais qui sont respectivement sociales, externes et culturelles. Burnley (1992) est un livre de sources documentaires qui fournit pas moins d’une cinquantaine de textes du vieil-anglais à nos jours avec des introductions concises et des notes très fournies pour chaque texte. Vantuono (1994) et Treharne (2000) ont des collections similaires sur des textes du vieil-anglais et du moyen-anglais. Görlach (1982, 1997) offre à la fois une introduction à l’histoire de l’anglais et un appendice étendu des traductions de la Bible en parallèle du vieil-anglais à l’anglais moderne. Culpeper (1997) a écrit un ouvrage bref qui présente l’histoire de l’anglais sous forme d’exercices. Crystal (2002) est une encyclopédie de la langue anglaise. D’autres histoires importantes de l’anglais sont Barber (2009), Blake (1996) et Smith (1996). Le traitement récent le plus complet de l’histoire de la langue anglaise est la Cambridge History of the English Language en six volumes, avec des volumes sur les débuts jusqu’au vieil-anglais (Hogg, 1992), le moyen-anglais (Blake, 1992), les débuts de l’anglais moderne (Lass, 2000), l’anglais moderne (Romaine, 1999), l’anglais en Grande-Bretagne et à l’étranger (Burchfield, 1994) et l’anglais en Amérique du nord (Algeo, 2001).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search