Version classiqueVersion mobile

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Épilogue

Texte intégral

1Deux constats contradictoires s’imposent à nous au terme de cet ouvrage. D’un côté, malgré leur caractère médiatique et la publicité qui leur a été faite, les nombreuses initiatives prises ont montré des limites évidentes. D’un autre côté, l’intervention politique, médicale et associative représente le premier grand mouvement sanitaire du XXe siècle et, même s’il ne peut faire office de modèle, il constitue une base de travail non négligeable et « améliorable ». C’est cette base qui fait que l’étude de la lutte contre la tuberculose dans la région normande entre 1879 et 1939 s’avère intéressante à plus d’un titre. Celle-ci a en outre entraîné des modifications dans bien d’autres domaines que celui de la médecine, comme, par exemple, une évolution dans les mœurs ou encore une réorganisation économique et sociale. Le caractère national, régional, départemental, voire local de la question montre toute la complexité des réseaux de pouvoir entre les divers acteurs ; à ce titre, il n’existe donc pas une lutte contre la tuberculose, mais des luttes contre la tuberculose à de multiples échelles. Contrairement à ce qui a souvent été dit, les initiatives prises n’ont pas été perçues partout comme cette grande campagne de solidarité qui a mobilisé chaque citoyen français. Cette fragmentation dans la diffusion des préceptes peut être finalement considérée comme un frein à l’amélioration sanitaire globale des populations. Seuls, peut-être, les enfants scolarisés dans les grandes villes de Seine-Inférieure ont profité d’un système de suivi sanitaire par l’intermédiaire de l’inspection médicale des écoles. D’ailleurs, il n’est guère étonnant de constater que la population la plus surveillée (enfants et adolescents) a été aussi celle qui a connu le plus fort repli de mortalité tuberculeuse de toutes les catégories d’âge durant cette période. Si le suivi sanitaire a été imparfait, l’éducation sanitaire l’a aussi été. En effet, malgré une propagande toujours plus intensive, les croyances autour de la maladie ont souvent persisté, notamment dans les régions rurales aux pensées plus traditionnelles. De ce point de vue, l’éducation de la population a connu d’importantes lacunes, même si les instruments mis en place pour l’assurer, comme le cinématographe, ont eu un pouvoir de diffusion réel. Les villes sont apparues, au contraire, bien encadrées au sein du dispositif global, avec des moyens de prévention, d’hospitalisation et d’éducation efficaces. Peut-on dire pour autant que la lutte contre la tuberculose a secouru les urbains et délaissé les ruraux ? L’exemple du département de l’Eure va en tout cas dans ce sens. Cette dualité trouve sans doute ses origines aussi dans les représentations de la maladie qui ont bien peu évolué durant cette période : pour beaucoup, la tuberculose reste inexorablement le mal de la ville, conséquence de la doctrine hygiéniste. En tout cas, qu’on se le dise, c’est bien l’hygiénisme qui a régi la plupart des dispositifs imaginés pour lutter contre la tuberculose à l’époque. Confrontées à une impuissance thérapeutique compréhensible, les autorités ont dû se résoudre à suivre ce courant de pensée qui mettait naturellement en avant les bienfaits de l’air et de la lumière, l’importance de l’hygiène corporelle et du logement, en dénigrant la ville et en magnifiant la campagne. Toutes ces théories ont trouvé dans le sanatorium leur parfaite réalisation.

  • 1 Le cas de l’absence de réglementation autour des préventoriums jusqu’à la fin des années trente té (...)
  • 2 Maurice Rochaix est président d’honneur de la Société française d’histoire des hôpitaux.
  • 3 Maurice Rochaix, Les questions hospitalières de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Berger-Levraul (...)
  • 4 Jesse Parfit, The Health of the City: Oxford, 1770-1974, Oxford, The Amate Press, 1987.

2Il est aussi à signaler que les évènements sanitaires contemporains à la première guerre mondiale sont le véritable détonateur de la politique de lutte contre la tuberculose en France. Même si les premières mesures envisagées sont apparues désordonnées et réalisées sans grande concertation, on note tout de même une grande évolution dans la façon de diriger les opérations en comparaison de la période d’avant-guerre. Dès 1915, l’État s’est approprié peu à peu la lutte et a souhaité la centraliser à travers le plan Brisac ou la loi Bourgeois. Néanmoins, cet interventionnisme étatique est resté utopique au regard de la situation sur le terrain. Les financements ont été aléatoires et tardifs. Si on a donc cru au début de la guerre que la lutte contre la tuberculose trouverait en l’État l’organe central de direction, on s’aperçoit que, malgré le versement de quelques subventions pour aménager les infrastructures (dispensaires, sanatoriums, préventoriums…), le pouvoir de contrôle lui a progressivement échappé1 au profit des associations et des collectivités locales qui se sont assurées une place prépondérante dans la gestion de la lutte contre la tuberculose. Dans ce domaine, le département de Seine-Inférieure ou la ville du Havre apparaissent comme des précurseurs. Si certains regrettent cette situation, comme Maurice Rochaix2, qui voit la prolifération des œuvres antituberculeuses comme une anarchie3, d’autres ont souhaité reprendre en main à leur manière la politique antituberculeuse pour diversifier et accentuer les efforts. C’est le cas du préfet Charles Lallemand, très motivé à l’idée de faire de son département le meneur de « l’armement social ». Les contributions de chaque département ont forcément concouru à remodeler les services sanitaires. Les différences sont nombreuses entre un département investi, la Seine-Inférieure, et un autre qui l’est beaucoup moins, l’Eure. Toutes proportions gardées, les directives et les actions menées dans l’Eure à cette époque sont nettement insuffisantes. Les élus se cachaient derrière le raisonnement simpliste selon lequel leur territoire était moins touché par la tuberculose du fait de la ruralité dominante. Cette pensée est à méditer lorsqu’on connaît le raisonnement de la plupart des départements français au début des années 1990, qui, alors que la maladie reculait, reportait les crédits vers d’autres combats plus médiatiques et mobilisateurs comme le sida ou le cancer. On a vu les résultats de ces politiques : l’État français a été conduit à une reprise en main générale de la lutte antituberculeuse au début des années 2000. Il est aussi à remarquer que souvent les départements investis ont eu à leur tête des figures qui prônaient l’interventionnisme sanitaire (Charles Lallemand en Seine-Inférieure, Jacques Parisot en Meurthe-et-Moselle, le docteur Charles Ott en Seine-Inférieure, le docteur Lièvre-Brizard dans l’Eure). C’est donc souvent l’investissement personnel de ces quelques hommes, la qualité et l’impact de leurs discours qui ont permis des avancées sérieuses en matière sanitaire et sociale. Ces hommes sont devenus le relais de la politique envisagée par le CNDT à l’époque, selon un diptyque célèbre : « prévenir et isoler. » Perturbateurs et profondément investis, ils n’ont pas hésité non plus à mettre le doigt sur les dysfonctionnements constatés ici ou là dans leur propre département. Les élus de certaines municipalités se sont aussi mobilisés à leur échelle. Ce constat rejoint les travaux du docteur Jesse Parfit, qui a émis l’idée selon laquelle la plus grande contribution à la santé durant les 150 dernières années était due non pas aux médecins et aux hôpitaux mais à l’initiative des élus locaux4. Il explique en effet que ce sont ces mêmes élus qui, à travers les services municipaux disponibles, ont permis une valorisation des nouvelles techniques préventives et curatives entre les années 1920 et 1930. Dans les municipalités normandes, on ne compte plus les initiatives qui ont contribué à une couverture sanitaire de masse (renforcement des compétences des bureaux d’hygiène, aménagements de dispensaires municipaux, création d’inspections médicales des écoles, développement de services de désinfection, subventions aux œuvres de santé publique, création d’offices municipaux d’hygiène, etc.). Cette parcellisation des efforts n’a pourtant pas que des avantages, puisqu’elle est à l’origine de nets déséquilibres en matière d’offre médicale selon la municipalité de résidence. Reste que si les hommes politiques ont empiété volontairement dans le domaine médical, les médecins ne l’ont pas toujours vu d’un bon œil. À cette époque, on constate un basculement dans la répartition des pouvoirs ; alors que le corps médical avait avant la guerre le monopole de l’action, puisque la médecine libérale dominait, la donne évolue après 1919. L’apparition du dispensaire ou centre d’examen médical est le symbole de ce basculement et constitue une révolution dans la façon de traiter la maladie. Ce ne sont plus les médecins qui permettent la guérison, mais les politiques qui assurent la prévention des maladies. Cette multiplicité d’acteurs a permis une diversité évidente dans l’action et la diffusion de forces concomitantes. Cette diversité a profité d’une certaine manière à diffuser à grande échelle les concepts de base de la lutte contre la tuberculose.

  • 5 Alexandre Bruno, Le rôle de la Mission Rockefeller…, op. cit.

3Il faut cependant poser une question : au-delà de toutes les réalisations et des moyens humains et financiers mis à contribution, les malades ont-ils vraiment profité de ce système ? On constate d’abord que la plupart d’entre eux sont restés à la marge, c’est-à-dire qu’ils ne se sont jamais rendus en consultation au dispensaire ou au centre d’examen médical le plus proche, qu’ils n’ont donc pas connu l’isolement en sanatorium. Leur vie a suivi son cours jusqu’à leur mort. Les raisons de ce rejet du système sont nombreuses et variées : ignorance de la fonction même du dispensaire, peur du diagnostic, peur du rejet si la tuberculose est diagnostiquée, nécessité économique de poursuivre un travail rémunéré, sous-estimation des dangers de la tuberculose, etc. Pour ne donner qu’un exemple, intéressons-nous au département de l’Eure : selon les chiffres donnés par Alexandre Bruno5, qui entérine le rapport d’un décès pour cinq tuberculeux, 144 malades ont été dépistés comme tels en 1922 pour 434 décès avérés selon les statistiques sanitaires de l’inspection départementale la même année, soit 2 170 malades supposés. Les dispensaires ne dépistent donc que 6,64 % de tous les malades du département de l’Eure en 1922. Certains diagnostics étaient peu fiables dans les dispensaires de l’Eure à cette époque, on peut donc résolument conclure qu’environ un tuberculeux sur vingt se rendait effectivement au dispensaire. Ensuite, les malades qui ont tout de même daigné se rendre au dispensaire le plus proche n’ont pas forcément accepté le séjour en sanatorium, puisqu’il n’était pas obligatoire. De plus, certains malades reprenaient leur vie malgré un diagnostic défavorable au dispensaire et refusaient d’être suivis médicalement. Enfin, les malades qui ont finalement accepté de faire une cure en sanatorium ne sont souvent restés qu’un temps minimal comme on a pu le constater à travers les relevés des établissements. Les durées de séjour étaient donc insuffisantes pour faire disparaître leur maladie. Les raisons sont là aussi variables (familles dans le besoin financièrement, problème avec la discipline sanatoriale, manque affectif, image négative du sanatorium, etc.).

Graphique 61. Schématisation du parcours du tuberculeux*

Graphique 61. Schématisation du parcours du tuberculeux*

* Les chiffres représentent le pourcentage de tuberculeux en Seine-Inférieure au travers de leur « parcours sanitaire », d’après les statistiques fournies par les centres d’examen médical et les dispensaires.

4Les chiffres de la mortalité tuberculeuse selon plusieurs échelles (les deux départements haut-normands et cinq villes représentatives) entre 1913 et 1937 sont présentés dans le tableau 60.

Tableau 62. Taux de mortalité par tuberculose pour 100 000 habitants

Tableau 62. Taux de mortalité par tuberculose pour 100 000 habitants

5Le tableau montre une baisse généralisée de la mortalité tuberculeuse pour toutes les échelles analysées. L’abondance d’initiatives en faveur du suivi des malades, et surtout d’un mode de prévention efficace pour les plus jeunes (inspection médicale des écoles et visite périodique au dispensaire pour une partie de cette même population scolaire), même s’il fut imparfait, a sa part de responsabilité dans cette baisse. Néanmoins, la politique antituberculeuse ne peut expliquer à elle seule ces statistiques encourageantes. L’amélioration du niveau de vie, l’assainissement progressif des villes et des campagnes (généralisation du tout-à-l’égout et de bassins d’écoulement des eaux usées, développement des transports, électrification des campagnes…) ou la désertification graduelle des quartiers populeux des grandes villes au profit des périphéries urbaines concourent également à l’amélioration sanitaire globale des Français. En définitive, que ce soit qualitativement ou quantitativement, la lutte contre la tuberculose telle qu’elle a été instituée entre 1879 et 1939 au niveau national et départemental est critiquable par de nombreux aspects. Pourtant, on a pu démontrer qu’à la décharge des autorités, une prise de conscience tardive de l’ampleur du fléau et une pression populaire croissante les avaient obligées à une réaction rapide et désordonnée. Si certaines idées apparaissent donc intéressantes, c’est leur réalisation pratique qui l’est parfois beaucoup moins. De plus, toutes ces nouvelles méthodes se sont succédé rapidement sans qu’on en mesure réellement l’efficacité et les conséquences. Néanmoins, si aujourd’hui on adopte des stratégies éclectiques dans les politiques de santé publique pour lutter contre les pathologies, mêlant prévention, vaccination et thérapeutique, la lutte contre la tuberculose de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle correspond à la première époque où l’on voit ce triptyque se mettre en place à grande échelle.

Notes

1 Le cas de l’absence de réglementation autour des préventoriums jusqu’à la fin des années trente témoigne clairement de cette faiblesse du pouvoir central.

2 Maurice Rochaix est président d’honneur de la Société française d’histoire des hôpitaux.

3 Maurice Rochaix, Les questions hospitalières de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Berger-Levrault, 1996, p. 216.

4 Jesse Parfit, The Health of the City: Oxford, 1770-1974, Oxford, The Amate Press, 1987.

5 Alexandre Bruno, Le rôle de la Mission Rockefeller…, op. cit.

Table des illustrations

Titre Graphique 61. Schématisation du parcours du tuberculeux*
Légende * Les chiffres représentent le pourcentage de tuberculeux en Seine-Inférieure au travers de leur « parcours sanitaire », d’après les statistiques fournies par les centres d’examen médical et les dispensaires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Tableau 62. Taux de mortalité par tuberculose pour 100 000 habitants
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search