Version classiqueVersion mobile

Vaincre la tuberculose (1879-1939)

 | 
Stéphane Henry

Troisième partie. Protéger, isoler, vacciner

Chapitre 8. La protection de l’enfance : une priorité

Texte intégral

  • 1 Mme Brunon-Guardia, « Une matinée à Bois-Guillaume », La Normandie médicale, no 8, 1er septembre 1 (...)
  • 2 Jean-Pierre Bardet, Jacques Dupâquier, Histoire des populations de l’Europ. T. 3 : Les temps incer (...)
  • 3 Maurice Péhu, André Dufourt, La tuberculose médicale de l’enfance, Paris, Gaston et Cie, 1927, p.  (...)

1« La santé de nos enfants, n’est-ce pas la préoccupation capitale, au lendemain de la guerre qui nous a saignés, le remède à l’appauvrissement actuel ? Combler le vide des 1 500 000 frères tombés pour la France reste le premier devoir envers la Patrie1 » : la directrice de l’école de plein air de Bois-Guillaume, située sur les hauteurs de Rouen, Mme Brunon-Guardia, femme de Raoul Brunon, résume parfaitement la situation démographique dans laquelle se retrouve la France de 1918. Favoriser la natalité et lutter contre la mortalité, notamment infantile, deviennent les deux leitmotive entonnés en cœur par les autorités françaises. Qui dit lutter contre la mortalité infantile dit en conséquence protéger l’enfance. Il faut avouer que le contexte d’après-guerre témoigne d’une réalité inquiétante pour la démographie française. Les décès par tuberculose pour les sujets âgés de moins de 19 ans représentent moins du quart de la mortalité générale par tuberculose dans toutes les grandes villes normandes. La catégorie la plus touchée est celle des 20-39 ans (entre un tiers et la moitié des décès par tuberculose selon les localités). Par contre, si on compare les chiffres de la tuberculose avec les décès totaux selon une même catégorie d’âge, la mortalité par tuberculose se révèle très fréquente pour les sujets âgés de moins de 19 ans puisqu’environ un décès sur trois d’un jeune de 1 à 19 ans est dû à cette maladie. La proportion de décès par tuberculose est moindre dans toutes les autres catégories d’âge. Ce sont ces derniers chiffres qui interpellent les pouvoirs publics à l’époque2. Même le corps médical, si partagé habituellement sur les facteurs nosologiques de la pathologie, apparaît unanime et affirme que « plus l’homme est jeune, plus il offre une proie facile au bacille tuberculeux3 ». Si ce constat n’est pas une nouveauté, c’est son ampleur distinguée qui frappe : les mauvaises conditions d’alimentation dues à la guerre et les rudes travaux exercés par les enfants durant cette période ont encore aggravé la situation.

Tableau 50. Mortalité tuberculeuse pour les différentes tranches d’âge en 1919

Tableau 50. Mortalité tuberculeuse pour les différentes tranches d’âge en 1919

2Le constat est le suivant : les jeunes qui sont décédés de tuberculose n’ont pas eu le temps d’avoir une descendance et à une période où le taux de natalité est en berne, certains responsables politiques ont une idée très précise de la marche à suivre. Au lendemain d’un conflit mondial destructeur sur le plan humain, ces jeunes Français représentent l’avenir de la nation. Pour eux, plus que la relance rapide de la natalité, c’est par la diminution de la mortalité infantile que le mouvement pour une repopulation de la France doit s’effectuer et la tuberculose, première cause de mortalité chez les 1-19 ans, apparaît naturellement comme l’ennemi à vaincre.

L’essor des centres spécialisés comme outils de prévention infantile

L’établissement de base : le préventorium

  • 4 Pierre Anglade, Le préventorium, Bonneville, 1943, p. 13.
  • 5 Stephanie Kirby, « Saving sickly children: the tuberculosis preventorium in American life, 1909-19 (...)
  • 6 Adolphe Landry, L’hygiène…, op. cit.
  • 7 Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit.
  • 8 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre…, op. cit., p. 114.
  • 9 ADSM, 1 N 140, délib. CG (1925), citation utilisée par le Dr Angeli, directeur du préventorium de (...)

3Par définition, le préventorium est un établissement de cure situé à la campagne, destiné à recevoir, pendant un temps plus ou moins long, pour les guérir ou les réadapter, des enfants et adolescents des deux sexes. Pierre Anglade, l’un des rares auteurs à avoir consacré la totalité d’un ouvrage à cet établissement spécifique, relève les divers cas qui conduisent à l’envoi d’enfants : « soit parce qu’ils sont au seuil d’une maladie […] soit parce qu’ils sont au début d’une maladie […] soit parce que le développement des sujets est, dans leurs conditions ordinaires de vie, notoirement compromis psychologiquement […] soit parce qu’ils sont atteints d’une maladie chronique dont une poussée évolutive est à craindre4. » Si la littérature de l’entre-deux-guerres a fait la part belle au sanatorium, le préventorium n’en demeure pas moins l’établissement antituberculeux qui s’est le plus implanté dans la région normande. Ce type d’établissements est apparu aux États-Unis au début du XXe siècle5. On compte en France, en 1930, 154 préventoriums, dont 107 en plaine, 34 près de la mer et 13 en altitude pour 12 880 lits6 ; en 1939, le nombre de lits en préventoriums est de 14 1227, soit environ un tiers des lits disponibles en sanatoriums. Néanmoins, contrairement à ces derniers, le préventorium ne jouit pas d’un statut juridique bien défini. Il reste à l’écart de tout regard, parlementaire ou réglementaire, jusqu’en 19378. Il faut en fait attendre vingt ans après les deux lois historiques de 1916 et 1919 pour que soit enfin adopté un décret, le 17 juin 1938, « relatif au fonctionnement et au contrôle des préventoriums ». Ce n’est donc pas au niveau des plus hautes autorités françaises qu’il faut chercher une quelconque raison à l’installation des préventoriums. À l’inverse, ce sont plutôt les départements et collectivités locales qui se mobilisent et ont foi en l’utilité et en la pérennisation de ces œuvres infantiles. Les raisons en sont multiples et reflètent quelques inquiétudes sociétales majeures (mortalité infantile et contagiosité des malades). Outre sa capacité théorique à protéger l’enfance, le préventorium possède l’avantage d’être moins polémique donc mieux accepté par une population souvent réticente à un tel voisinage. C’est dans ce sens que certains élus de Seine-Inférieure arpentent leur circonscription et haranguent la population au sujet de la non-contagiosité théorique des enfants placés en préventorium dès la fin des années dix. Tous les centres qui se sont ouverts pendant l’entre-deux-guerres sont le fruit d’une longue réflexion autour de l’importance du cadre environnemental. Les rivages de la Manche pour l’air iodé et vivifiant de la mer et les terrains boisés pour l’air sain des espaces verts, telles sont les deux caractéristiques nécessaires à l’implantation d’un préventorium. Dans la définition qu’en donne le Journal officiel du 29 janvier 1923, c’est le concept « d’aération continue » qui prédomine. Encore inédits avant la première guerre mondiale, des préventoriums sont fondés dès le début des années vingt dans de nombreux départements français, corroborant l’idée que développait Pasteur au XIXe siècle selon laquelle « toutes les fois qu’une race est menacée par une maladie contagieuse, c’est la graine qu’il faut préserver9 ». Le préventorium apparaît très vite comme le complément idéal au sanatorium, car il offre la possibilité de placer les enfants de tuberculeux le temps que les parents effectuent leur cure.

  • 10 AMF, Sanatorium des Grandes-Dalles, Archives privées, dossiers non inventoriés, boîte no 2 ; poche (...)

4Comme lors de la fondation des stations sanitaires, les préventoriums s’appuient sur des créations déjà existantes (ancien château, hôtel désaffecté…) car, à la différence des sanatoriums pour tuberculeux pulmonaires, les galeries de cure sont d’une importance moindre. De plus, l’absence de réglementation sur le financement des préventoriums par l’État impose aux départements une plus grande prudence dans l’engagement des fonds. Par conséquent, les aménagements d’anciennes demeures vont être privilégiés au détriment de constructions nouvelles. C’est le cas du préventorium de Canteleu qui prend place au sein d’un château en 1920. Le domaine d’une superficie de 67 ha, comprend les constructions, le parc, un bois et une ferme10.

  • 11 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1921), rapport du préfet, Charles Lallemand.
  • 12 ADSM, 4 NP 189, préventorium de Canteleu, travaux relatifs aux bâtiments (1922-1925), lettre du pr (...)
  • 13 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1921), déclaration de Charles Lallemand.
  • 14 Adolphe Landry, L’hygiène…, op. cit.
  • 15 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1920), rapport du docteur Magnier, directeur du préventorium de Cantele (...)
  • 16 AMES., 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), (...)
  • 17 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), 6 mai 1926.
  • 18 ADSM, 1 NP 146, délib. CG (1930), 1er octobre 1930.
  • 19 ADSM, 1 NP 153, délib. CG (1937), 12 mai 1937. L’augmentation de 1937 est due à l’application des (...)
  • 20 Stéphane Henry, « Réflexions autour d’une institution antituberculeuse pour l’enfance pendant l’en (...)
  • 21 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), rapport du Dr Angeli, directeur du préventorium de Canteleu.
  • 22 Ibid.
  • 23 Centre des archives du féminisme (Angers), 1 AF 462, Fonds Cécile Brunschvicg, C 26, A 152, visite (...)

5Il permet de recevoir dans un premier temps 70 enfants. Pas peu fier de cette fondation, le préfet Lallemand la qualifie comme « l’un des éléments les plus importants, le plus intéressant peut-être de l’armement antituberculeux du département puisque c’est principalement sur lui que repose l’action préventive contre la tuberculose11 ». Grâce à l’action conjuguée des dispensaires qui en font la publicité et de l’inspecteur départemental des services d’hygiène qui loue la nouvelle œuvre à travers son réseau de médecins, l’engouement pour le préventorium est immédiat. Tous les lits sont occupés dès son ouverture en mars 1920, mais les demandes s’accumulent, ce qui contraint la direction à aménager un baraquement temporaire. Dépassé par son succès et les besoins de la population normande, la limite de capacité de l’établissement est rapidement atteinte. Cette saturation qui engendre un problème de régulation des enfants est dénoncée par le préfet inquiet de ne pas pouvoir répondre à toutes les sollicitations. Il constate qu’en moyenne 40 à 50 enfants sont en attente de placement12. Le département décide donc de limiter les admissions aux cas les plus urgents signalés par les centres d’examen médical13. Cela n’empêche pas les élus d’envisager une solution à moyen terme. Ils décrètent donc la construction de deux nouveaux pavillons de trente-deux lits chacun. Dès la fin de l’année 1921, ce sont 160 enfants qui sont accueillis à Canteleu. Cette première phase ne reste pas sans suite. En 1923, se construit un pavillon médical destiné à isoler les « arrivants » du reste des pensionnaires déjà présents. Au fur et à mesure des extensions, le préventorium compte finalement 332 lits en 1936 alors que la fréquentation suit l’augmentation de la capacité d’accueil. Le département de Seine-Inférieure a investi énormément de fonds dans cette œuvre. Les raisons en sont simples : d’une part, l’idéal de Charles Lallemand étudié par ailleurs y est pour beaucoup, et d’autre part le préventorium répond à un besoin de santé publique dans un département cruellement touché par la tuberculose. Le soutien financier du département est d’autant plus exceptionnel qu’il supporte la majorité des frais de travaux, sachant que l’État, à cause de la législation plutôt floue, ne verse que quelques subsides, mais ne constitue pas un cas unique14. D’un point de vue économique, le préventorium est excédentaire. Sa fréquentation en perpétuelle hausse permet des rentrées d’argent régulières d’autant que le prix de journée suit une courbe ascendante entre 1920 et 1939 ; en 1920, lors de son ouverture, les frais de séjour sont de l’ordre de 5 francs par jour15 ; ceux-ci passent à 8,50 en 192516, à 9,50 en 192617, à 11 en 193018 et atteignent 13 francs en 193719. En 17 ans, le prix a presque triplé, conséquence des lourds investissements votés, notamment dans la construction des pavillons et dans la rémunération d’un personnel médical et scolaire toujours plus nombreux. La bonne santé financière du préventorium a aussi pour cause les économies réalisées. L’établissement dispose ainsi d’une annexe reconvertie en ferme, qui fournit des récoltes d’avoine, de blé, de seigle et de betterave pour réduire les coûts de nourriture. La présence de nombreux bovins pour le lait, d’une ruche pour un approvisionnement en miel et d’un potager lui permet de vivre en quasi-autarcie sur le plan alimentaire. L’exploitation agricole est gérée en partie par le personnel secondé par les pensionnaires qui apprennent ainsi les travaux des champs. Finalement, le préventorium de Canteleu apparaît sain financièrement et fonctionne comme une petite entreprise publique dont le profit se mesure, pour le conseil général de Seine-Inférieure, au nombre d’enfants épargnés par la contagion20. Il reçoit aussi les louanges de la communauté scientifique française et internationale. Certaines personnalités sont ainsi amenées à le visiter, car il est devenu un modèle du genre. Le docteur Angeli, directeur du préventorium en 1926, nous fait part à cet effet de la visite du professeur Gustave Pisenti, de l’université de Pérouse21 accompagné du docteur Evrot. Sa notoriété dépasse les frontières départementales et il devient même une fierté nationale lors de la visite symbolique d’un docteur argentin désirant mettre en œuvre la connaissance française en matière de préventorium au service de son pays22. Cette reconnaissance a la particularité de dépasser aussi les frontières médicales, puisque de nombreux hommes et femmes politiques engagés dans la sauvegarde de l’enfance, l’éducation ou les questions d’hygiène y font un pèlerinage, comme Cécile Brunschvicg, membre active du Comité national des femmes françaises (CNFF), en 193623.

  • 24 ADE, 2 N 78, délib. CG (1926), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; préventorium », 29 septembre (...)

6Si le préventorium de Canteleu a su s’imposer avec admiration et sans contraintes majeures, la réalité est toute autre pour le préventorium d’Écouis dans l’Eure. Rappelons que pendant une dizaine d’années, les élus ont misé sur l’aménagement d’un sanatorium sans vraiment en connaître l’utilité et désireux surtout de ne pas grever le budget départemental. Un préventorium a été finalement créé en 1928 sur l’emplacement prévu, dans la propriété d’Écouis, sous la pression d’une nouvelle commission spécialement créée pour donner une affectation à la propriété24. S’inspirant de la politique de son voisin de Seine-Inférieure, le département de l’Eure s’engage dans une dynamique de protection de l’enfance en 1928, soit près de dix ans après l’ouverture du premier dispensaire de Louviers. Ici encore, l’arrivée du docteur Lièvre-Brizard s’avère déterminante dans l’ouverture de cet établissement et dans son acceptation. Il explique en effet devant les élus et de façon concrète son utilité et insiste sur l’exemplarité de celui de Canteleu. Le préventorium d’Écouis accueille initialement 120 enfants et dispose de vastes moyens en personnel : on y trouve une directrice-économe, une secrétaire-comptable, trois surveillantes-infirmières, une cuisinière, deux aides de cuisine, deux femmes de service, un chauffeur, un jardinier, une concierge et un médecin dentiste. L’âge des enfants varie de 5 à 13 ans pour un prix de journée aux alentours de 14 francs (soit 4 francs de plus que pour son homologue cantilien).

  • 25 ADE, 27 X 1, préventorium d’Écouis : correspondance, organisation, régime intérieur, legs Lebrun ( (...)
  • 26 ADE, 2 N 83, délib. CG (1931), « Préventorium d’Écouis ; réponse du ministre de la Santé publique (...)

7L’administration est confiée à une directrice-économe sous l’autorité immédiate du préfet et du médecin-chef pour tout ce qui a trait à l’examen thérapeutique des pensionnaires. De plus, il est dit dans le règlement intérieur que son action est soumise à une Commission de surveillance censée se réunir au moins une fois par trimestre sous la présidence du préfet25. Pourtant, au sein des archives, nous n’avons retrouvé aucune mention de cette commission. Il faut aussi avouer qu’aussitôt après son ouverture, le préventorium est largement ignoré par les élus. Le docteur Lièvre-Brizard lui-même apparaît étrangement absent des débats qui secouent la vie du préventorium, sauf lorsqu’il s’agit d’évoquer le refus d’agrandissement émis par le comité technique des sanatoriums dirigé par le ministre de la Santé publique, Camille Blaisot, en 193126. Si l’inspecteur d’hygiène était en effet convaincu que la pérennisation de l’établissement passait par le doublement de sa capacité, le comité technique pointait du doigt les multiples dysfonctionnements dénoncés depuis déjà quelques années par la directrice :

  • 27 AIP, Fonds du CNDT, série CNDT. DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lett (...)

Il y a des médicaments un peu partout jusque dans les W. C. Tous les produits sont vieux et hors d’usage. Pas de médicaments fraîchement préparés et utilisables. 2 vieux bistouris ébréchés, trois crachoirs, pas de matériel de laboratoire pour faire un examen… Couvre-lits, traversins, vêtements en mauvais état. Vaisselle pour les enfants est en aluminium, bosselée, trouée ; pas de bols pour le petit-déjeuner, pas d’assiettes de rechange. Manque des armoires et des lits27.

  • 28 Ibid. Déclaration du préfet de l’Eure, Pierre-Amédée Moitessier.
  • 29 Nous faisons référence ici au sanatorium d’Oissel de Charles Nicolle et d’André Halipré, à l’Œuvre (...)
  • 30 AME, 5 Q 21, assistance aux tuberculeux. Procès-verbal des assemblées générales du Comité antitube (...)
  • 31 ADE, 2 N 81, délib. CG (1929), « Préventorium d’Écouis ; rapport du médecin-inspecteur », 23 avril (...)
  • 32 ADE, 2 N 82, délib. CG (1930), « Inspection départementale d’hygiène ; rapport annuel ».
  • 33 AIP, Fonds du CNDT, série CNDT. DPT 24, 1re pochette : correspondance, exercice année 1931, lettre (...)
  • 34 ADE, 2 N 84, délib. CG (1934), « Préventorium d’Écouis ; travaux et modifications au règlement », (...)
  • 35 Établissement privé, situé dans la partie la plus accidentée de la Normandie, au sud de Bernay, à (...)
  • 36 L’établissement, situé à 5 km de Dreux, comporte 92 lits destinés à recevoir des enfants des deux (...)

8En réalité, l’inspecteur départemental et le préfet de l’époque, Pierre-Amédée Moitessier, aspirent à son agrandissement pour renflouer les caisses départementales au détriment des rares espaces libres nécessaires à l’activité des enfants28. Ce préventorium s’est révélé onéreux et l’idée est de le transformer en source potentielle de revenus. On est ici bien loin des premières créations de type philanthropique du début du siècle29. Contrairement à Canteleu, le préventorium d’Écouis peine à assurer une fréquentation minimale. Dès lors, moins d’un an après son ouverture, devant les difficultés rencontrées pour remplir l’établissement30, le docteur Lièvre-Brizard envisage déjà d’élargir le recrutement aux enfants d’autres départements au moyen de distributions de prospectus vantant la renommée du préventorium : « Sans propagande, pas de recrutement possible31 », déclare-t-il. En 1930, l’action prend forme et des enfants de la Seine, de la Seine-et-Oise, de la Marne et de l’Eure-et-Loir commencent à solliciter leur admission32. Le département semble avoir trouvé là une manne financière pour rentabiliser rapidement le préventorium. Cependant, les décisions prises en cette année 1930 restent paradoxales ; en effet, après avoir privilégié le recrutement extra-départemental, comment garantir une place aux enfants de l’Eure, alors que s’ouvrent trois nouveaux dispensaires à Vernon, Gisors et Écouis ? Pour faire face à cette situation, l’assemblée départementale propose donc d’augmenter la capacité d’accueil de l’établissement en 1931, solution refusée par le comité technique du ministère de la Santé publique : « prendre sur les jardins la moindre place pour y construire de nouveaux bâtiments entraînerait une augmentation du nombre de pensionnaires tout en diminuant les espaces libres nécessaires au bon établissement de la cure33. » Ces tergiversations dans la politique antituberculeuse de l’Eure enlèvent une nouvelle fois beaucoup de crédibilité aux membres du Conseil Général. Le discours patriotique a fait son temps, place donc au discours financier. Ce refus est d’autant plus regrettable pour le département que s’y ajoute la concurrence accrue d’autres préventoriums, d’initiative charitable et parisienne. L’effectif moyen qui était de 110 enfants en janvier 1932 chute à 95 en décembre de la même année. Les autorités départementales pensent que la création de trois nouveaux préventoriums aux limites du département serait la cause de ce fléchissement34. Deux des préventoriums incriminés se situent sur les communes de Beaumesnil35 et de Saint-Georges-Motel36.

9Ces associations jettent leur dévolu sur les terrains eurois, car ils répondent aux conditions requises pour l’aménagement de préventoriums tout en étant à distance raisonnable de Paris. Les élus dénoncent violemment cette concurrence malsaine pour les intérêts du département, craignant que la clientèle parisienne ne se détourne de l’établissement d’Écouis, alors que celle-ci lui permet de se pérenniser, voire de survivre, durant les années trente : en 1937, 113 admissions y sont prononcées pour des enfants de la Seine et 79 seulement pour des enfants de l’Eure. Cette répartition déséquilibrée est un acte délibéré des élus. En effet, les enfants des autres départements payent 15 francs par jour de cure, contrairement aux enfants du département qui ne payent que 14 francs. La différence paraît faible, mais grâce aux enfants de la Seine, c’est une rentrée d’argent quotidienne supplémentaire de 113 francs dans les caisses en 1937. Mais les intentions pernicieuses ne s’arrêtent pas là. Un débat révélateur secoue les murs de l’assemblée au début de l’année 1938 concernant l’augmentation du prix de journée (18 francs pour les eurois, 20 pour les autres enfants). Plusieurs membres pensent en effet que les rentrées pourraient être encore plus importantes si le prix de journée des « étrangers » était bien supérieur à celui des habitants de l’Eure. Le conseiller André Join-Lambert, sénateur et conseiller général du canton de Brionne, annonce son point de vue en ces termes :

  • 37 ADE, 2 N 87, délib. CG (1938), « Préventorium d’Écouis ; traitements et salaires du personnel, pri (...)

Vous avez toujours estimé que les enfants ou malades soignés au compte du département, devaient payer un prix inférieur à celui imposé aux malades étrangers, cette politique étant justifiée, semble-t-il, par le fait que le département a consenti pour créer le préventorium des sacrifices en capitaux dont il semble équitable de tenir compte aux contribuables de l’Eure37.

  • 38 Ibid.

10Georges Chauvin, conseiller général du canton d’Évreux Nord, va même plus loin dans ce raisonnement et ajoute que le prix de journée est suffisant pour les enfants de l’Eure mais qu’il faudrait songer à l’augmenter pour les enfants étrangers bien au-delà des 20 francs envisagés : « J’entends bien que la solidarité nationale n’est pas un vain mot, surtout sur le plan social, mais faisons d’abord la solidarité sociale à l’intérieur de notre département38. » Finalement, le conseil général adopte ces augmentations à l’unanimité (18 et 20 francs) et consolide un peu plus la différence de traitement entre les eurois et les « étrangers ».

Des initiatives locales compétentes et déterminées

  • 39 Rapport du Dr Gibert sur la création de l’Union des œuvres de l’enfance, nouvelle organisation de (...)
  • 40 BMH, fonds précieux, Ms 881, documentation préventorium Saint-Denis, Héricourt-en-Caux, 8 décembre (...)

11Les autorités politiques et médicales ont vu en la campagne l’endroit idéal pour la constitution des œuvres à destination de l’enfance. Néanmoins, il existe deux types d’inconvénients à ce type d’établissements : son inattendu succès qui empêche de nouvelles admissions et l’éloignement contraignant pour certains parents peu désireux de quitter leur enfant pour une longue période. Ces désagréments appellent à des solutions alternatives. C’est dans ce sens que des œuvres urbaines spécialisées dans la protection de l’enfance se mobilisent et élaborent des techniques sans pour autant dénaturer l’idéal du préventorium. Au Havre, une solution privée est apportée par l’intermédiaire du dispensaire Gibert39. Aménagé en 1875, son action s’est d’abord limitée aux femmes nécessiteuses et à leurs progénitures. À la suite du décès de son fondateur, en mars 1899, son fils, Marc Gibert, prend les rênes du dispensaire40. Il est ensuite complété en 1917 et sous les auspices de la Croix-Rouge américaine et de son directeur, le docteur Park, par un dispensaire d’enfants malades et un service d’assistance à domicile des nouveau-nés. En 1919, grâce à des fonds municipaux et départementaux, l’œuvre conjointe du docteur Gibert et du docteur Park est étendue aux différents quartiers de la ville qu’elle n’avait pu atteindre précédemment. Fort d’une expérience cinquantenaire, le dispensaire Gibert donne environ 10 000 consultations par an durant tout l’entre-deux-guerres. Certains enfants y sont examinés et placés à la campagne par l’intermédiaire de l’œuvre Grancher ou envoyés en préventorium. Face à l’augmentation graduelle du nombre d’enfants et à l’encombrement des centres spécialisés, la direction du dispensaire a l’idée de prolonger son action dès 1920 en créant elle-même une structure d’accueil, le « solarium Lerch », au centre de l’agglomération havraise à destination d’enfants atteints de tuberculoses osseuses et ganglionnaires. Trois caractéristiques régissent le solarium : une cure de repos hélio-marine, une scolarité au grand air et une profusion d’exercices mêlant gymnastique et respiration. Comme pour le préventorium de Canteleu, cette œuvre fait toute l’admiration de la communauté scientifique. La ville du Havre, convaincue de l’efficacité du solarium, relève régulièrement la subvention qu’elle lui alloue (de 5 000 francs en 1921 à 15 000 francs en 1930). Il apporte ainsi sa pierre à l’édifice de la lutte contre la tuberculose infantile pendant l’entre-deux-guerres à un niveau local comme le souligne ce témoignage anonyme :

  • 41 Témoignage de Mme L. recueilli par Max Bengtsson, Saint-Vincent-de-Paul, quartier phare de la Port (...)

En 1923, à l’âge de sept ans, j’ai été soignée au solarium Raymond Lerch. Il était ouvert toute la journée de 6 heures du matin à 20 heures le soir. Nous étions des enfants atteints de tuberculose osseuse […] Nous faisions des cures de soleil sur la terrasse face à la mer et les plus valides allaient à la plage. Une ambulance allait chercher tous les matins les enfants chez eux, surtout les plus malades. Nous avions classe. Une institutrice nous donnait des cours, l’ambiance entre nous était très bonne […] Je suis restée seize mois dans cet établissement et je fus suivie jusqu’à mes 18 ans. J’ai aujourd’hui 83 ans, cela prouve que nous étions bien soignés41.

  • 42 ADSM, 1 NP 148, délib. CG (1932), 28 septembre 1932.

12La réussite du solarium Lerch aiguise l’appétit des responsables du dispensaire Gibert, qui souhaitent dès le début des années trente prolonger ces résultats à la campagne et aménager un espace plus proche du préventorium que du simple solarium urbain. Ils jettent leur dévolu sur un vaste domaine situé à Héricourt-en-Caux. Pour faciliter cet achat particulièrement onéreux évalué à plus de deux millions de francs, ils saisissent tour à tour la ville du Havre, le département et l’État. Finalement, le dernier sollicité, peu à peu convaincu par l’utilité de ces établissements d’après les résultats remarquables distingués ici ou là, participe à hauteur de 1 298 000 francs, soit la moitié des dépenses, comme le suggère la loi Honnorat pourtant initialement réservée aux sanatoriums. Fort d’un réseau de soutien inconditionnel qui avait déjà permis l’instauration du solarium, le reste de la somme est principalement réglé par des souscripteurs privés (1 098 000 francs), auquel s’ajoute une participation de la ville du Havre (50 000 francs) et du département de Seine-Inférieure42 (100 000 francs). Le préventorium « Saint-Denis » d’Héricourt-en-Caux, d’une capacité d’une centaine de lits, est fondé en 1932.

Le sanatorium des Grandes-Dalles, symbole de la prise en charge des formes minoritaires de tuberculose

  • 43 Arthur Armaingaud, « Les sanatoria maritimes pour les enfants scrofuleux et rachitiques », dans Qu (...)
  • 44 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1920), 27 septembre 1920. Allocution du Dr Guillard, directeur de la Li (...)
  • 45 ADSM, 1 NP 138, délib. CG (1922), séance du 28 septembre 1922.
  • 46 AMF, 2 Q 1 : Assistance et prévoyance, sanatorium marin des Grandes-Dalles (1923) ; association du (...)
  • 47 Stéphane Henry, « Le sanatorium marin des Grandes-Dalles dans l’entre-deux-guerres », dans Yannick (...)

13Si les préventoriums répondent à un besoin de faire face au placement des enfants promis à la contagion par la forme pulmonaire de la tuberculose, d’autres institutions tendent à se développer à cette époque. C’est le cas des sanatoriums marins pour les enfants atteints d’autres formes de la maladie. En réalité, il faut remonter à la fin du XIXe siècle pour que s’élaborent les contours d’un centre spécialement destiné aux formes non pulmonaires de la tuberculose. Ainsi, Arthur Armaingaud, un médecin bordelais, est le premier à argumenter l’idée d’un établissement à l’intention des enfants scrofuleux et rachitiques lors du Congrès international d’hygiène de Genève en 188243. C’est le point de départ de l’aménagement de quelques hôpitaux marins. La région normande, côtière par excellence, apparaît comme le lieu adéquat d’une installation de ce genre. Certains relevés qui chiffrent la mortalité tuberculeuse en Seine-Inférieure font même état d’une propension plus forte des enfants normands à développer la forme osseuse ou ganglionnaire de la tuberculose (coxalgie, mal de Pott, ostéites, tumeurs blanches, adénites, etc.). Au début des années vingt, ces enfants sont envoyés dans des établissements bretons ou du Nord. Devant le conseil général, le docteur Guillard, appelé à s’exprimer sur la question de l’organisation antituberculeuse, fait la déclaration suivante : « N’est-il pas fâcheux que notre département, pourvu d’un littoral si étendu, ne possède pas de sanatorium marin et que nous soyons obligés d’envoyer au loin tous nos petits tuberculeux osseux, qui ont le remède à quelques kilomètres de chez eux44 ? » Alors que les élus prennent leur temps pour statuer sur ce sujet, une association normande issue de notabilités médicales est réceptive aux propos de Paul Guillard. À cet instant, l’initiative privée rejoint une nouvelle fois l’autorité publique. Le choix de l’emplacement se porte sur une petite localité située près de Fécamp. Le département acquiert la propriété de l’ancien Hôtel de la plage des Grandes-Dalles, avec ses constructions, annexes et dépendances. Le conseil général subventionne à hauteur de 200 000 francs l’association pour l’aider à faire face aux frais d’aménagement de l’établissement45. Outre le département, les âmes généreuses répondent également à l’appel lancé par l’association46, comme la ville du Havre qui verse 50 000 francs et la société Bénédictine de Fécamp 10 000 francs. Certains personnages connus et reconnus pour leur investissement dans la lutte antituberculeuse du département y vont même de leurs deniers personnels, comme Paul Guillard, président de la Ligue havraise contre la tuberculose, Eugène Le Grand, conseiller général du canton de Valmont et président du conseil d’administration du futur sanatorium ou Jules Siegfried, alors député de Seine-Inférieure. Enfin, l’État verse 800 000 francs. Le sanatorium marin des Grandes-Dalles ouvre en juillet 1924 à destination d’enfants de 4 à 18 ans pour les filles, et de 4 à 14 ans pour les garçons. Il peut accueillir dans un premier temps 150 enfants, même si les besoins d’hospitalisation pour ces formes de tuberculose apparaissent beaucoup plus nombreux47.

  • 48 J. Le Grand, « Inauguration des nouveaux bâtiments du sanatorium marin des Grandes-Dalles », La No (...)

14Outre l’aspect externe et l’environnement dans lequel est fondé l’établissement, certains aménagements lui amènent une touche de modernité. Ainsi, suivant la gravité et le siège de leurs lésions, les malades sont répartis en trois services distincts les uns des autres entre « les allongés », « les demi-valides » et « les valides ». Cette répartition a pour objectif de personnaliser au maximum la cure. L’établissement se dote aussi d’un service chirurgical des plus avant-gardistes qui comprend une vaste salle d’opération aseptique, une salle réservée aux diverses spécialités (oto-rhino-laryngologie, ophtalmologie, dentisterie), une pharmacie, un service complet de radiologie et de rayons UV, un laboratoire de bactériologie, des salles de pansements et des chambres d’opérés. Les moyens humains viennent seconder les moyens matériels. Le médecin-chef, le docteur Dufour, s’entoure d’une congrégation religieuse de la Présentation de la Sainte-Vierge qui se compose de quatorze sœurs hospitalières de Tours, dont sept infirmières. Le fait que le docteur Dufour, médecin hygiéniste et philanthropique, dirige le sanatorium dès son ouverture ajoute à son caractère fondamental ; en effet, ce dernier est considéré comme le personnage emblématique de la région fécampoise à l’époque en matière de lutte contre la mortalité infantile. Il est notamment à l’origine de la Goutte de lait en 1894 et à la tête du bureau d’hygiène de Fécamp. Avec un outil moderne, un personnel compétent et dévoué, et un environnement adéquat, le sanatorium des Grandes-Dalles se présente théoriquement comme une œuvre en tous points aboutie. D’ailleurs, comme pour le préventorium de Canteleu, celui-ci reçoit les éloges du CNDT par la voix de son vice-président, Albert Calmette, en 193148.

Carte 51
Localisation des centres de l’enfance (tuberculose)

Atouts et limites des centres spécialisés pour l’enfance

15Les soins dispensés dans les sanatoriums-types affectés aux tuberculeux pulmonaires ne peuvent ici être assimilées à celles du préventorium et du sanatorium marin, parce que les pensionnaires ne sont pas contagieux et que leur jeune âge les oblige à un rythme de vie et de développement particulier. On peut donc supposer que la cure en elle-même et notamment la discipline sont moins exigeantes. Paradoxalement il n’en est rien, et ces types d’établissements apparaissent comme des centres plus stricts dans leur règlement que leurs aînés, peut-être parce que la malléabilité des pensionnaires est ici plus grande.

  • 49 . ADE, 27 X 1, préventorium d’Écouis : correspondance, organisation, régime intérieur, legs Lebrun (...)

16La « philosophie » de l’établissement de Canteleu est novatrice selon les observateurs politiques et médicaux de l’époque, puisqu’il associe divers domaines, dont la complémentarité doit permettre à l’enfant de se rétablir rapidement. En ce sens, il fait office de précurseur et de modèle pour tous les autres établissements qui vont s’installer au fur et à mesure sur le territoire normand. La propreté corporelle est l’élément de base, comme le rappelle la doctrine hygiéniste. Les enfants ont l’obligation de faire quatre passages quotidiens par les toilettes, le tout sous l’œil des surveillantes et des femmes de service. L’hygiène des cheveux, du visage, du cou, des avant-bras et des dents doit être irréprochable. De plus, chaque repas est précédé de la toilette des mains. Si ces règles peuvent paraître tout à fait profitables à la santé des pensionnaires, un autre exemple nous indique que certains préceptes hygiénistes sont poussés à l’extrême. Il est ainsi recommandé à l’enfant d’avoir la chemise largement ouverte l’hiver et d’apparaître sans chemise l’été. Cette directive est très surprenante lorsqu’on connaît le climat normand, avec ses hivers peu rudes, mais humides. On peut donc être très réservé sur le caractère utile de cette mesure et surtout sur le mal-être physique et moral qu’elle peut engendrer chez ces jeunes enfants particulièrement sensibles au froid. La directrice du préventorium d’Écouis rapporte certains griefs consignés dans un rapport confidentiel. Elle témoigne de multiples dysfonctionnements, de la mauvaise organisation de l’établissement et de la mauvaise santé générale des enfants. D’après le régime hygiénique prescrit, il n’est pas étonnant selon elle de constater que « certains enfants, à demi-vêtus, ont de la fièvre depuis longtemps sans que l’on sache pourquoi et que des oreilles coulent depuis longtemps49 ». La pureté et l’importance de l’air sont ici deux éléments essentiels pour les concepteurs de ce principe, presque contre le bon sens. Le manque d’opposition à l’esprit hygiéniste et à ses préceptes immuables témoigne d’une certaine forme de rigidité.

  • 50 . Henri Dupin, Alimentation et nutrition humaines, Paris, ESF Éditeur, 1992, p. 490.
  • 51 ADE, 27 X 1, déjà cité.

17La seconde règle prônée par les directions consiste en une alimentation saine et abondante. Toutefois, bien qu’en abondance, les aliments proposés ont clairement le défaut d’être répétitifs. Ainsi, la soupe de légumes est de rigueur le matin comme le soir. Le goûter est sommaire et les pommes de terre représentent l’élément de base de l’alimentation. Il est préconisé de donner 555 grammes de pommes de terre par jour et par enfant à Canteleu. On peut émettre de nombreuses réserves quant au régime alimentaire qui n’apparaît pas tout à fait équilibré. En outre, les enfants ont l’obligation de finir leur plat comme il est de coutume à l’époque. La règle morale est : « tu ne laisseras rien dans ton assiette50 », les médecins étant obnubilés par la courbe pondérale positive de leurs pensionnaires. C’est ainsi qu’il est dit à Écouis que « les ventres sont énormes, conséquence fatale d’un régime qui comprend par jour 50 g de viande et 1 000 g de farineux, mais les thorax sont amaigris, les dos ronds51 ». Pour se faire une idée plus précise de l’apport alimentaire et de la propagande qui en découle, il faut analyser les résultats publiés à Héricourt-en-Caux en 1938 :

Tableau 52. Suivi médical des enfants au préventorium Saint-Denis en 1938*

Tableau 52. Suivi médical des enfants au préventorium Saint-Denis en 1938*

* Source : AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inférieure. Préventorium Saint-Denis à Héricourt-en-Caux, Rapport moral pour l’année 1938, Le Havre, Micaux frères, 1939.
** Sauf indication contraire.
*** E pour Entrée ; S pour Sortie.

  • 52 Michel et Colette Vidhailet, Marguerite Maret, Pédiatrie, pédopsychiatrie, Paris, Elsevier-Masson, (...)

18Les résultats sont d’emblée orientés, puisque seulement 10 enfants sont inscrits dans ce récapitulatif annuel, alors que le préventorium brasse plus de 150 enfants par an à l’époque. Il est donc difficile de se faire une idée précise sur l’amélioration de la santé de chacun des pensionnaires. Les enfants présentés ont en outre tous pour la plupart une douzaine d’années, alors que l’établissement accepte les enfants à partir de trois ans. En effet, sans rapport avec la cure, il est naturel de voir des enfants d’un tel âge, au début de leur période de puberté, avoir un développement corporel plus net que des enfants de moins de dix ans52. La direction semble éluder sournoisement les résultats de ces derniers, car le facteur de la croissance y serait trop perceptible et minimiserait de ce fait les résultats obtenus. De plus, si les apports nutritifs font partie des facteurs de croissance d’un enfant, le pensionnaire est ici soumis à un régime alimentaire strict et bourratif, qui ne peut que faire progresser la courbe de poids. D’ailleurs, plus que l’aspect quantitatif, il serait intéressant de disposer d’une enquête qualitative, en d’autres termes de savoir de quelle manière ces enfants prennent du poids. La remarque de la directrice du préventorium d’Écouis fournit un indice lorsqu’elle constate des « ventres énormes » : la répartition pondérale semble inégale. Finalement, en mettant délibérément l’accent sur les enfants en pleine croissance physiologiquement et sur la courbe pondérale, la direction justifie l’utilité du préventorium sans le moindre regard critique.

19L’association de repos et d’exercices physiques est aussi prônée car censée apporter à l’enfant un équilibre nécessaire à son prompt rétablissement. Selon les établissements, on rencontre trois types de cure de repos. À Canteleu, celle-ci se fait au sein d’une galerie. Par contre, à Écouis et Héricourt-en-Caux, la dépense qu’aurait entraînée son installation est jugée trop forte. Dès lors, chacun des enfants a à sa disposition des lits pliables qu’il utilise pour s’allonger face au soleil. L’inconvénient de ce système est surtout « climatique », puisqu’il ne protège ni des vents, malgré la proximité des bois aux alentours, ni de la pluie. Enfin, aux Grandes-Dalles, des terrasses sont accolées aux bâtiments pour que les enfants profitent de l’air marin tout en restant allongés.

20De nombreuses plages sont consacrées aux exercices physiques et à la gymnastique, qui ont lieu chaque matin sous la direction d’un moniteur spécialisé. Les enfants, torses nus, réalisent des exercices d’étirement, de balancement de bras, de petits sauts sur place. Tout au long de l’entre-deux-guerres, ce principe est magnifié. Ainsi, le docteur Barbé, médecin au sanatorium des Grandes-Dalles, déclare-t-il en 1939 :

  • 53 AMH, 4 Mi 516, « Sanatorium marin des Grandes-Dalles, armature sociale du département pour la lutt (...)

Le sanatorium a rempli le rôle pour lequel il a été créé, celui de guérir. Il y a, je crois, mieux à faire encore, il ne suffit pas de donner à nos enfants la santé, il faut les rendre forts, refaire ces muscles que l’immobilisation a trop longtemps atrophiés, développer ceux dont un état général déficient a empêché l’épanouissement normal. La gymnastique médicale, la culture physique, les jeux doivent obtenir ce résultat53.

21En complément, de nouvelles techniques sont élaborées, ce qui dénote l’esprit d’innovation de ces établissements. Au préventorium de Canteleu, la direction met en place une méthode appelée gymnospiroscopie. La technique est simple : deux fois par jour, les enfants s’exercent à un apprentissage respiratoire méthodique sous la surveillance permanente d’une maîtresse au moyen de 40 appareils. En réalité, ce nom à connotation barbare est l’ancêtre de la technique appelée aujourd’hui spirométrie, qui consiste à mesurer les volumes d’air inspirés et expirés par un patient.

22La nécessité de développer l’intellect et la réflexion des enfants est une autre priorité. La mission des institutrices est claire : donner aux élèves tous les enseignements compatibles avec l’état de chacun, sans qu’il en résulte de dommage pour leur santé. Pour ce faire, le temps consacré aux classes est au maximum de trois heures par jour, séparées par des intervalles de repos et de séances de jeux. En outre, les corps enseignant et médical ont l’obligation d’entretenir une relation étroite pour parfaire ce système. Ici, médecine et scolarité sont intégrées dans un plan global de développement de l’enfance. Les enseignements distillés par les maîtresses sont tous ciblés et orientés vers un apprentissage des règles élémentaires d’hygiène. Voici quelques exemples de conseils enseignés et relevés par le docteur Angeli :

  • 54 ADSM, 1 NP 140, délib. CG (1925), rapport du Dr Angeli, directeur du préventorium de Canteleu.

Soyez propre sur vous, chez vous, chez nous ; brossez vos dents ; le crachat est le véhicule de la tuberculose ; ne crachez pas par terre, c’est sale et infectieux ; l’air et la lumière sont indispensables à la santé ; faites des exercices en plein air ; nos objets de toilette et de table doivent être strictement personnels ; l’alcool est un poison ; l’alcoolique n’offre point de résistance aux maladies54

23Les résultats scolaires sont loués par les directions. Elles cherchent ainsi à démontrer que les soins et l’école peuvent tout à fait être complémentaires en un même lieu. À Canteleu, la fiche médico-scolaire adoptée par le docteur Angeli et dressée pour chaque enfant permet d’embrasser d’un seul coup d’œil l’état du niveau des connaissances à l’entrée et à la sortie, les progrès réalisés et la durée du stage, et de les rapporter à l’âge réel et biologique de l’élève. En 1925, sur les 170 enfants ayant fréquenté l’école, il est dit que pour un stage moyen de 9 mois, le niveau de connaissances s’est élevé en moyenne à 11 mois, soit un gain supérieur à la normale de 2 mois. À travers tout ce processus d’apprentissage de la vie en communauté, les enfants n’ont que des obligations et n’ont pas de moyens pour s’y opposer. Si les témoignages des médecins apparaissent souvent très édulcorés, c’est que la perception du résultat chiffré est plus importante à leurs yeux que la perception morale de l’enfant. D’ailleurs, ces derniers parlent souvent au nom des enfants dont ils ont la responsabilité et n’hésitent pas à enjoliver leur séjour au détriment d’une réalité parfois plus ambigüe (le premier témoignage est l’œuvre du docteur Magnier au préventorium de Canteleu en 1922 et le second du docteur Fouchou au sanatorium des Grandes-Dalles en 1936) :

  • 55 ADSM, 1 NP 138, délib. CG (1922), rapport du Dr Magnier, directeur du préventorium de Canteleu.

L’enfant, tout en remplissant ses poumons d’oxygène et son esprit des leçons de maîtresses dévouées, jouit ainsi du spectacle varié de la nature et des changements que chaque saison apporte avec elle55.

  • 56 AMF, Archives privées Sanatorium des Grandes-Dalles, dossiers non inventoriés, boîte no 2 ; pochet (...)

C’est de la gaieté, de la joie que l’on a voulu introduire dans ce Sanatorium. Et en dehors des soins, de la surveillance qui amènent la guérison, le malade, par les distractions et l’attention qu’on lui donne, quitte son moral de pauvre enfant sans espoir et sans but, pour reprendre intérêt à la vie et à ses joies56.

24Rares sont les témoignages qui remettent en cause l’utilité de ces établissements. Et d’ailleurs, ce n’est pas leur utilité qui correspond au fond du problème car après tout, séparer l’enfant de ses parents contagieux est un bon concept sanitaire. C’est plutôt le mode de vie trop strict qui régit ces établissements qui est ici dommageable pour les enfants, notamment d’un point de vue psychologique. On est d’ailleurs en droit de se demander comment un personnel restreint et peu formé parvient à surveiller correctement une population infantile dans un cadre qui appelle grandement à la liberté. Une partie de la réponse apparaît dans les comptes rendus rédigés par la directrice du préventorium d’Écouis, MmeDrevelle, en 1936. Elle y dénonce en effet les mauvais comportements de certains enfants qui ne suivent pas la cure dans les meilleures dispositions. Les exemples qu’elle donne sont très révélateurs des difficultés rencontrées par les surveillantes qui doivent encadrer ces jeunes enfants venus souvent de milieux modestes, où l’éducation n’a pu suivre son cours à cause d’une séparation forcée et où la vie en promiscuité au contact d’autres enfants est forcément problématique. Les trois exemples suivants sont symptomatiques du climat insidieux entre certains enfants et l’autorité :

V. D. : il faisait chaque nuit sa grosse commission au lit et chaque matin pétrissait ses matières pour en faire un ballon ; rentré chez lui, cet enfant creva un œil à sa petite sœur.

C. M. : il mangeait les vers qu’il déterrait.

H. P. : Le père alcoolique invétéré, tua sous les yeux des plus jeunes enfants restés à la maison sa femme, mère de onze enfants ; quelques semaines plus tard, H. père se faisait justice en se pendant. Le jeune H. Pierre est d’un naturel brutal et sournois (il n’est malheureusement pas le seul de ce genre au préventorium). Hier soir, vers 22 heures, je travaillais à mon bureau quand un enfant du dortoir de Madame Housset, excellente surveillante, vint me prier de venir au dortoir car le jeune H. s’y livrait à des excentricités. Je trouvais Pierre H. au pied de son lit, l’œil mauvais et sournois ; il venait de donner des coups à sa surveillante et refusait énergiquement de se coucher…

25Ces troubles disciplinaires obligent la directrice à faire appel au préfet de l’Eure de l’époque, Paul Chiraux. Au travers de ces courriers, celui-ci apparaît comme le véritable ordonnateur de la politique du préventorium, contrairement à ce que laissait entendre le règlement intérieur :

  • 57 ADE, 27 X 1, préventorium d’Écouis : correspondance, organisation, régime intérieur, legs Lebrun ( (...)

Je tiens à vous signaler ces faits car il ne vous échappera pas que de tels enfants sont un trouble pour la tranquillité de leurs camarades et de leurs surveillantes ; ils sont souvent la cause de réflexion humiliantes de la part de personnes ne connaissant pas assez bien le genre d’enfants auxquels nous avons affaire et qui sont capables, par leurs tares et leur vices de jeter le discrédit sur un personnel dont la tâche est toute d’apostolat57.

  • 58 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lett (...)
  • 59 « Chaque surveillante veille à la tenue des enfants qui lui sont confiés ; elle aide notamment à l (...)
  • 60 « La tâche confiée aux surveillantes n’est pas soumise à des heures fixes et elles doivent se trou (...)
  • 61 ADE, 2 N 86, délib. CG (1937), « Préventorium d’Écouis ; travaux », 23 décembre 1937.

26Les appels de la directrice sont minimisés par le préfet. Il ne faut pas en effet que cette mauvaise publicité se diffuse trop largement, dans les départements alentour notamment, pour ne pas pénaliser le système d’accueil des enfants « étrangers ». C’est pourquoi il donne aux lamentations de la directrice une fin de non-recevoir. Face à l’absence d’écoute du cabinet préfectoral, elle écrit à la direction du CNDT qui, par la voix du docteur Cailleret, repousse également ses plaintes du revers de la main : « je crois que vous exagérez les petits incidents qui sont la cause que vous vous faites des tourments58. » Toutes ces correspondances qui demeurent sans réponses démontrent le désintérêt des autorités départementales pour ce qui a trait à l’organisation du préventorium, auquel il faut ajouter le désintérêt du CNDT, plus occupé semble-t-il à organiser la vente annuelle du timbre antituberculeux. Ces désagréments agissent aussi sur le « rendement » de l’établissement. Ainsi, malgré la présence de quatre surveillantes59 qui assurent une surveillance continue de jour comme de nuit60, les cas de surmenage fleurissent. En janvier 1938, seulement deux surveillantes occupent effectivement leur poste61. Le manque de moyens financiers de l’établissement empêche le recrutement de nouveaux personnels, ce qui engendre nombre d’obstacles dans l’encadrement des enfants. Une opposition nette s’affirme ici entre une directrice et des surveillantes dévouées et une hiérarchie sourde et peu motivée. Les principales victimes de ces dysfonctionnements sont bien sûr les enfants eux-mêmes.

27Finalement, loin des versions officielles et tempérées des médecins où la vie au préventorium apparaît idyllique, ces témoignages « officieux » rendent compte des véritables conditions de travail pour le personnel soignant et surveillant face à des enfants aux portes de l’adolescence, souvent épris de liberté, le cadre les y aidant, et devant se soumettre à une discipline souvent contraignante. En outre, la plupart des enfants placés ont des situations personnelles difficiles (parents tuberculeux, parfois décédés, séparation avec les frères et sœurs…) et la politique mise en place ne prend pas en compte leur situation de souffrance. Cette réalité aboutit parfois à des conduites violentes envers le personnel en place ou même les autres enfants en cure. Tous les aménagements prescrits à l’époque pour faire du préventorium un modèle d’organisation et de fonctionnement n’ont pas généré de réelles critiques, au contraire du sanatorium, dénigré par quelques contestataires connus ou anonymes que ce soit pour sa généralisation (par exemple : Brunon) ou pour ses conditions de vie (par exemple : les protestataires au sanatorium de la Musse). Ici, les témoignages sont plus rares et finalement personne ne se risque officiellement à une remise en cause de ce type d’établissement. Pour trouver trace de critiques, il faut avoir recours à certains documents confidentiels. Malgré tout, une absence de remise en cause à l’époque n’empêche pas une critique contemporaine. Une analyse pertinente des différents aménagements mis en place nous a ainsi permis de découvrir que certains éléments ont été de bon aloi alors que d’autres ont pu se révéler nuisibles à l’équilibre de l’enfant.

L’institution scolaire, nouveau rempart contre la tuberculose

  • 62 Léon Bérard, « Une manifestation nationale ; la lutte contre les fléaux sociaux », Bulletin du Com (...)

28Quelques municipalités normandes avaient tenté une première expérience d’« hygiénisme scolaire » au travers des concepts d’écoles de plein air et de colonies de santé peu avant la guerre. Ces initiatives isolées se fondent sur les nouvelles aspirations en faveur de l’enfance, et l’institution scolaire apparaît comme l’endroit qui se prête le mieux à une surveillance, à une éducation et à des soins individuels au lendemain de la guerre. Sans légiférer, l’État est solidaire du mouvement qui se dessine par la voix de Léon Bérard, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Il déclare en 1921 que « l’école doit être le centre et […] la cellule de l’éducation nationale pour la lutte contre les fléaux sociaux62 ». Cette intervention démontre la volonté de l’Instruction publique d’intégrer les notions de médecine et d’hygiène à l’intérieur du champ scolaire. Derrière ces positions, se profile la doctrine hygiéniste. Avec la question de l’assainissement des villes, les hygiénistes pasteuriens n’hésitent pas à dénigrer tous les endroits de rassemblements humains comme le sont les écoles. En Seine-Inférieure, Raoul Brunon explique en 1922 :

  • 63 Raoul Brunon, « La sauvegarde de l’enfance à l’école », La Normandie médicale, supplément no 4 bis (...)

L’école est une source de maladies : la réunion dans des locaux restreints, la promiscuité fatale entre les enfants, les réunions entre leurs vêtements et tous les objets de la vie courante sont les causes occasionnelles des maladies […] Ces quelques considérations expliquent l’opinion des Médecins qui professent que, dans l’école, la première préoccupation doit être d’éviter les maladies63.

29Même si Brunon extrapole quelque peu la réalité concernant l’état sanitaire des écoles normandes, il n’empêche que cette institution se prête parfaitement à une surveillance stricte de la santé des enfants. Finalement, sur un même lieu, les hygiénistes trouvent un parfait terrain d’expérimentation pour la vulgarisation de leurs théories : assainir (les bâtiments scolaires) et éduquer (l’écolier).

La relance de l’hygiène à l’école

30Le danger du bacille tuberculeux et les moyens pour s’en protéger deviennent l’essence de l’enseignement hygiénique sous l’égide de la mission Rockefeller dès 1918. Dans tous les ouvrages scolaires, on trouve dorénavant « les commandements du tuberculeux », c’est-à-dire toute une série de prescriptions à suivre pour éviter la contagion. Il y est dit qu’un tuberculeux doit respirer par le nez, ne jamais tousser à la figure, ni rire, ni éternuer, tousser doucement, ne jamais éternuer sans mouchoir, ne plus cracher ailleurs que dans un crachoir.

31Au départ des Américains, l’enseignement se perpétue. À ce titre, nous nous sommes intéressés à la manière dont on enseignait les dangers de la tuberculose et les moyens pour s’en protéger à des enfants de troisième au début des années trente. Dans l’ouvrage étudié, intitulé Anatomie et physiologie humaines, microbiologie, hygiène. Programme scolaire de troisième en 1931, le premier élément frappant est la prétendue intensité de la tuberculose en France :

En 1918, on a signalé 72 000 décès par tuberculose, mais ce chiffre doit être porté à plus de 100 000, car on dissimule souvent la tuberculose sous le nom de bronchite chronique. On a calculé que, toutes les six minutes, un Français meurt de la tuberculose. Au cours du XIXe siècle, on peut évaluer à 2 millions les victimes de la guerre, à 500 000 les décès dus au choléra, et à plus de 10 millions les victimes de la tuberculose.

32De telles affirmations ne figurent pas en préambule du chapitre sur la tuberculose par hasard. En effet, en exhibant cette profusion de chiffres plus élevés les uns que les autres sans pour autant qu’ils soient confirmés, le manuel joue sur le sentiment de peur des élèves, par ailleurs fortement influençables à ce jeune âge. Le chiffre de 10 millions de victimes est en effet bien au-delà de la réalité, car il correspond au quart de la population française en 1901. Néanmoins, la véracité des chiffres n’est pas essentielle pour les responsables des programmes, c’est leur poids qui l’est. Les représentations de la tuberculose n’échappent pas non plus aux croyances et clichés de l’époque :

La tuberculose frappe surtout les enfants et les adolescents, c’est-à-dire les êtres qui constituent la force vive d’une nation. Elle exerce particulièrement ses ravages dans les grandes villes et dans les foyers alcooliques de Bretagne et de Normandie.

33Les adolescents auxquels s’adressent ces quelques pages passent donc pour les principaux porteurs de la maladie. Ce discours est toutefois erroné puisque dans la réalité ce sont bien les jeunes adultes, entre 20 et 49 ans, qui représentent la plus grosse colonie de tuberculeux. Le simple fait de mettre en avant la tuberculose infantile est un acte propagandiste destiné à influencer les jeunes lecteurs afin qu’ils suivent les instructions d’hygiène exposées dans les pages suivantes. La tuberculose liée à l’urbain et à l’alcool correspond également à deux représentations typiques de la maladie. Cependant, tout n’est pas que mensonge et affabulation. L’ouvrage aborde également certaines idées valables (principe de contagion exclusif, déclaration obligatoire nécessaire) qui viennent parfois en contradiction avec les lois, mais qui démontrent une évolution finalement partielle des mentalités :

  • 64 Armand Démousseau, Anatomie et physiologie humaines, microbiologie, hygiène. Programme scolaire de (...)

La contagion de la tuberculose est admise depuis longtemps. À Naples, au XVIIIe siècle, les tuberculeux étaient séquestrés comme des lépreux et les réfractaires étaient punis de trois ans de galère ; on désinfectait les locaux des tuberculeux ; le médecin qui ne déclarait pas la maladie était banni […] La contagion d’homme à homme est directe ou indirecte : la contagion se fait directement par les fines gouttelettes de salive, très riches en bacilles de Koch, que les phtisiques émettent en toussant et qui peuvent être projetés à plus d’un mètre, aspergeant de bacilles les personnes voisines. La contagion se fait indirectement par les objets souillés de crachats (linge, mouchoirs, crachoirs, aliments), par des poussières provenant de crachats desséchés, et enfin par les mouches, friandes de crachats64.

  • 65 Ferdinand Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Alca (...)

34Cette partie du manuel se termine par une liste exhaustive des moyens de lutte contre le bacille (utilisation du crachoir de poche, conseils ménagers, stérilisation des objets souillés, importance des dispensaires antituberculeux, importance de la déclaration obligatoire de la tuberculose, lutte contre les taudis, lutte contre l’alcoolisme). Tout cet enseignement conduit à un but précis, selon Ferdinand Buisson, député du département de la Seine et auteur d’un dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié en 1911 : « la conscience du rôle important que la conservation de la santé joue comme facteur économique dans la constitution et la prospérité des sociétés65. » Ainsi, en jouant sur les peurs et la soif de savoir des écoliers, l’ouvrage cherche à court terme à inculquer toute la portée de la santé et de l’hygiène pour atteindre un but à plus long terme : faire de la France, affaiblie démographiquement par la guerre et économiquement par la crise, une nation forte et prospère.

35Hormis l’apprentissage de l’hygiène par des cours et des programmes spécifiques, l’autre dispositif consiste à assainir les locaux eux-mêmes, qui jouissent par ailleurs d’une très mauvaise réputation. Il existe là un réel paradoxe : comment peut-on paraître crédible auprès des élèves en leur inculquant des règles dans des locaux qui souffrent d’un manque d’hygiène évident ? Plusieurs facteurs sont mentionnés pour expliquer cette insalubrité : manque de personnel de service, utilisation des locaux scolaires par les municipalités pour y effectuer des réunions en tous genres, faiblesse des subventions octroyées par les collectivités locales insuffisantes pour remplacer le mobilier ou effectuer de menus travaux. C’est par deux services distincts, l’école de plein air et l’inspection médicale des écoles, que les municipalités et les départements vont tenter de résoudre cette question des locaux.

Le pari des écoles de plein air dans les grandes agglomérations normandes

  • 66 Georges Schreiber et Pierre Nobécourt, Hygiène sociale de l’enfance, Paris, Masson, 1920, p. 469.

36Si la ville ne concentre pas à elle seule toutes les maladies sociales, la situation sanitaire de certains quartiers urbains qui combinent absence d’hygiène, promiscuité et surpopulation encourage la prolifération de pathologies sociales. Les écoles sont régulièrement dénoncées, surtout lorsqu’elles se situent dans un quartier défavorisé. La vie scolaire représente une agglomération humaine, donc un danger de contagion plausible. Pour preuve, dans leur ouvrage sur l’hygiène sociale de l’enfance, Nobécourt et Schreiber pensent qu’à l’école « les contacts répétés des élèves favorisent singulièrement la propagation de germes » : « quand il rentre à l’école maternelle ou à l’école ordinaire, l’enfant se trouve en relation permanente non seulement avec ses camarades, mais encore avec ses maîtres et avec les personnes chargées de la surveillance66. » Ces quelques lignes sont révélatrices d’un sentiment de psychose. En Seine-Inférieure, Raoul Brunon s’inscrit dans la lignée de ses confrères parisiens en prêtant à l’image de l’école un foyer de la tuberculose :

  • 67 Raoul Brunon, « Les colonies de vacances », La Normandie médicale, supplément no 11 bis, 15 novemb (...)

Le jeune collégien français peut devenir tuberculeux. Quelques mots synthétisent la vie de notre collégien français : claustration, immobilisation, stabulation, absence d’air et d’eau. Pas un d’entre nous ne voudrait revenir à ses années de collège ; pas un d’entre nous ne pourrait être astreint aux règles du lycée ; pas un travailleur n’accepterait les 14 heures de servitude qui sont fixées ; pas un enfant en Europe n’accepterait l’existence qui est faite au collégien français. Quand on compare les collèges anglais à nos lycées, on est douloureusement frappé par les différences qui les opposent l’un à l’autre. Chez nous les exercices physiques sont mal organisés ; il n’y a pas de mesures d’ensemble imposant méthodiquement les exercices de grand air […] Le régime de claustration entraîne une déchéance physique, notre collégien est pâle, maigre et hirsute67.

  • 68 David Hughes, « Just a breath of fresh air in an industrial landscape? The Preston open air school (...)
  • 69 Anne-Marie Châtelet, Dominique Lerch, Jean-Noël Luc, L’école de plein air : une expérience pédagog (...)
  • 70 Léon Bernard, Robert Debré, Cours…, op. cit., p. 960.
  • 71 Dans sa circulaire du 6 septembre 1922, le ministère de l’Instruction publique indique simplement (...)
  • 72 Mme Le Plé, « La classe de plein air de Bois-Guillaume », La Normandie médicale, no 3, 1er mars 19 (...)
  • 73 AME, 1 D 057, registre des délibérations du conseil municipal (22 août 1924 au 6 août 1926), 2 sep (...)
  • 74 AMR, délibérations du conseil municipal de Rouen, 29 juin 1923.

37En réponse au manque d’hygiène constaté par certains ou imaginé par d’autres au sein de l’école traditionnelle, c’est une nouvelle fois dans la dualité qui oppose la campagne à la ville que va se renforcer le concept de l’école de plein air68. Déjà expérimentée dans plusieurs pays européens (Allemagne, Grande-Bretagne) avant son intronisation en France peu avant la guerre, l’idée fondamentale consiste à poursuivre une éducation à l’extérieur des locaux scolaires69. Selon le professeur Léon Bernard qui en donne une définition lors du premier Congrès international des écoles de plein air de Paris en 1922, l’école de plein air est « un établissement d’éducation situé hors des villes, dans de bonnes conditions d’exposition et, réservé aux enfants non tuberculeux, mais ayant besoin d’un régime scolaire et hygiénique spécial sous un contrôle médical » : « celui-ci devra être offert à ceux de ces enfants qui subiraient au foyer familial des conditions hygiéniques défectueuses70. » Toutefois, l’État ne s’étend pas sur la question71, tout comme de nombreuses municipalités qui abandonnent cette idée, trop inquiètes d’un possible déséquilibre budgétaire. Mais d’autres s’engagent dans cette voie. La municipalité de Rouen est la première à s’y intéresser. Elle s’associe à l’Union des femmes de France et installe dans sa périphérie nord, sur la commune de Bois-Guillaume, une classe de plein air. Celle-ci, destinée aux enfants jugés les plus déficients des écoles rouennaises « vivant dans les quartiers populeux où la salubrité des habitations est souvent contestable72 », est aménagée sur un terrain d’une superficie de 6 000 m². De 1921 à 1923, la ville de Rouen distribue 185 000 francs aux œuvres scolaires de plein air, preuve que les hommes politiques locaux se mobilisent et croient en l’efficacité de ce système. À Évreux, une subvention de 600 francs est accordée par le conseil municipal en 1926 pour créer une école de plein air pendant la période interscolaire73. Le programme est orienté sur les exercices physiques et la vie en plein air. Pour cela, le stade municipal est mis à disposition pour que s’effectuent les exercices quotidiens des enfants durant les 31 jours du mois d’août. La municipalité s’associe avec la Fédération des jeunesses laïques et républicaines. Au Havre, les initiatives municipales se doublent d’initiatives privées. Dans sa séance du 23 février 1931, le conseil municipal décide l’installation d’une école de plein air dans une propriété à quelques encablures de l’hospice général. L’action de cette école se pérennise tout au long des années trente. Hormis cette réalisation, l’initiative privée la plus marquante est certainement représentée par l’abbé Arson, infatigable bienfaiteur du quartier Saint-François du Havre. Il crée en effet une école de plein air à destination des enfants de son quartier ; celle-ci est située dans la forêt de Montgeon, vaste domaine boisé sur les hauteurs de la ville. Même si son initiative ne reçoit pas le soutien officiel de la municipalité, cette dernière ne s’oppose pas à sa réalisation, ce qui peut être interprété comme un aval officieux. En effet, on peut supposer que la ville a tout intérêt à accepter ces opiniâtretés lorsqu’elles sont de bon sens, car elles lui permettent de se délester d’une partie de sa responsabilité de sauvegarde de l’enfance au profit d’autres acteurs. Néanmoins, toutes ces organisations ont leurs limites et réalisées rapidement, leur fonctionnement reste parfois aléatoire et rustique. Ainsi, les enfants qui sont envoyés à Bois-Guillaume manquent cruellement de locaux appropriés et, en temps de pluie, restent confinés dans un espace étroit qui sert de garderie, de réfectoire et de vestiaire74. Ce phénomène est d’autant plus problématique que les envois se multiplient. Alors qu’ils ne sont que de 120 en 1922, les inscriptions s’élèvent à plus de 700 en 1934, mais sans augmentation du personnel. Dès lors, les classes excèdent les 30 enfants pour une seule institutrice. Le programme d’éducation et le suivi personnalisé deviennent caducs et l’école de plein air ne peut plus remplir toutes ses prérogatives. Finalement, la logique est implacable. Grâce à un réseau de centres d’examen médical qui tend à se développer, les tuberculeux recensés apparaissent plus nombreux chaque année, ce qui implique davantage d’enfants à préserver. Cependant, la qualité des structures infantiles devant les accueillir n’évolue pas, et pire, se détériore.

Prévention et dépistage : l’inspection médicale des écoles

La Seine-Inférieure : des initiatives communales au secours d’un département non motivé

  • 75 ADSM, 5 M 129, rapport de fonctionnement de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le (...)
  • 76 Sur 759 communes, les seuls services municipaux dont l’existence a été révélée sont ceux des ville (...)
  • 77 Charles Ott, « Un essai d’inspection médicale des écoles en Seine-Inférieure », Revue d’hygiène, n(...)
  • 78 Ibid, p. 803.

38Après les initiatives municipales avant-guerre, la Seine-Inférieure cherche au milieu des années vingt à se substituer aux communes « qui n’auront pu ou voulu organiser elles-mêmes ce service75 ». Il faut savoir qu’à cette époque seize communes seulement, en réalité la plupart des grandes agglomérations (Rouen, Le Havre, Dieppe, Elbeuf, Fécamp, etc.), possèdent une inspection médicale des écoles76. Le docteur Ott, farouche défenseur du projet, suit les recommandations du ministère de la Santé, qui dépose une proposition de loi en 1924 visant à faire de l’inspection médicale des écoles, un service départemental obligatoire rattaché aux services d’hygiène77. Ce projet s’inscrit plus largement dans la politique exercée par le département depuis plus de cinq ans maintenant. Cependant, devant la bonne volonté affichée, ce qui est devenu un besoin départemental suppose une organisation complexe avec d’indispensables coopérations municipales, médicales et parentales. Après avoir nommé un médecin-inspecteur, le docteur Encontre, dépendant du service d’hygiène, l’inspection médicale scolaire est intronisée dans 84 écoles communales en 1925. Le médecin procède à deux examens individuels effectués à six mois d’intervalle. Ceux-ci donnent lieu à l’établissement d’une fiche sanitaire dite « carnet de santé », qui demeure entre les mains du médecin examinateur et ne peut être communiquée qu’au médecin de famille. De plus, à la suite de chaque séance d’examen, le médecin inspecteur remet, par les soins de l’instituteur, à la famille de l’enfant ayant besoin d’être soigné par son médecin, « l’avis aux parents78 ». S’agissant d’une première tentative, la zone d’étude se devait d’être restreinte et l’attention du département s’est portée sur l’arrondissement de Rouen. Le docteur examine 5 554 enfants, soit environ 5 % de la population scolaire du département. Il en signale 64 qui présentent des affections pulmonaires à surveiller, à suivre et à traiter. D’après la méthode envisagée, on constate que ce service peut très bien compléter voire se substituer au dispensaire : le médecin vient à la rencontre des enfants, contrairement au dispensaire dépendant du bon vouloir des parents. Cependant, bien que les premiers résultats soient satisfaisants, l’assemblée départementale doit, en 1926, pour des raisons budgétaires et sur proposition d’une commission spécialement chargée de rechercher des économies, supprimer le crédit qui avait été prévu à cette amorce d’inspection médicale des écoles. Cette courte expérience montre les changements de rapports de force qui émergent au sein du conseil général peu de temps après le départ du préfet Lallemand. L’inspection médicale départementale des écoles, qui, il faut le rappeler, existe déjà dans les plus grandes localités de Seine-Inférieure, atténue une nouvelle fois le rôle des médecins libéraux, qui mettent rapidement leur veto. Celle-ci avait donc peu de chances de survivre à ces désagréments.

  • 79 Informations provenant des délibérations du conseil municipal du Havre, 25 février 1925, d’après l (...)

39À défaut d’organisation départementale, de nombreuses communes maintiennent leur service municipal. C’est en 1921 que la ville du Havre organise un service d’assistantes d’hygiène dans les 17 écoles maternelles. Ce service a pour but d’examiner la propreté de l’enfant et d’établir la présence de symptômes de maladies contagieuses. Les premiers résultats ne se font pas attendre. La progression de la propreté des enfants dans les écoles maternelles est soulignée avec une moyenne d’enfants sales de l’ordre de 4 % en 1925, alors que celle-ci était auparavant de 20 à 22 % en 192179. En outre, une interaction se dessine entre le service de l’inspection des écoles et le dispensaire Brouardel, puisque plusieurs enfants, avec le consentement de leurs parents, y sont conduits et une consultation spéciale pour les enfants des écoles est même réservée un jour par semaine (le mardi de 9 à 11 heures). Dès 1925, à la vue de ces résultats, cette surveillance s’étend au primaire.

Tableau 53. Surveillance des écoliers du Havre*

Années

Enfants des écoles conduits au dispensaire antituberculeux

Enfants envoyés au préventorium

1928

272

/

1930

330

/

1931

431

/

1935

751

12

1936

632

26

1937

592

35

1938

634

43

* Source : délibérations du conseil municipal du Havre entre 1928 et 1939 (AMH).

  • 80 Alfred Cerné, « L’inspection médicale des écoles à Rouen », La Normandie médicale, no 4, 1er avril (...)

40Les résultats enregistrés entre 1928 et 1938 montrent une hausse des envois vers le dispensaire (le chiffre a triplé entre 1928 et 1935) et le préventorium. C’est surtout un sentiment de précaution qui domine dans ces chiffres. Cette attention étroite est corroborée également par le personnel qualifié et nombreux au service de cette inspection. En 1937, 19 643 enfants fréquentent les écoles publiques du Havre. Pour s’occuper de cette population, l’inspection médicale des écoles dispose de 6 assistantes d’hygiène pour le primaire, 6 assistantes d’hygiène pour la maternelle et 1 assistante d’hygiène spécialisée dans la mise à jour des fiches sanitaires individuelles. S’y ajoutent 7 médecins et 4 infirmières. À Rouen, l’inspection médicale des écoles existe depuis 1886, puisqu’inscrite dans la loi organique du 30 octobre 1886. Néanmoins, dans la réalité, elle a une valeur plus symbolique que pratique ; les visites sont espacées, aléatoires et peu ou pas médicales. Cette situation perdure jusqu’à la première guerre mondiale, où enfin le service prend réellement son essor avec la création de 3 postes d’infirmières scolaires chargées de surveiller les enfants et de seconder les médecins inspecteurs. Au lendemain de la guerre, la municipalité, consciente de son efficacité et de son nécessaire développement, décide par arrêté en date du 3 février 1921, de réorganiser l’inspection sur certaines bases. Ce sont des études réalisées par Alfred Cerné, adjoint au maire, et Raoul Brunon, en collaboration avec les médecins inspecteurs, qui codifient l’organisation embryonnaire qui existait auparavant. 12 médecins ordinaires et 3 médecins spécialistes (oculiste, laryngologiste, dentiste) sont chargés d’une inspection devenue mensuelle. Lors de la plus importante d’entre elles, celle qui suit la rentrée des classes, ils établissent une fiche sanitaire des nouveaux élèves. Les infirmières scolaires interviennent auprès des parents pour leur faire observer les recommandations médicales. Les maladies contagieuses sont particulièrement encadrées puisqu’elles regroupent trois articles spécifiques (7, 8 et 9) au sein du règlement sur l’inspection médicale des écoles80 :

Si une maladie contagieuse se déclare sur plusieurs élèves d’une école, le médecin inspecteur sera prié d’examiner tous les enfants à plusieurs reprises. Il pourra demander la désinfection ou, en cas de nécessité la fermeture de l’école. Ces mesures seront prescrites, si elle le juge utile, par l’autorité compétente en conformité des règlements (Art. 7) ; les frères ou sœurs des malades doivent être éloignés de l’école pendant la période complémentaire. S’il en est qui fréquentent d’autres écoles, les directeurs ou directrices seront avisés de prendre la même mesure (Art. 8) ; Si l’absence d’un élève paraît devoir être attribuée à une maladie contagieuse non déclarée par les parents, un certificat médical leur sera demandé faute duquel le médecin inspecteur sera invité à le visiter à domicile et donnera connaissance au directeur les résultats de son examen afin que soient observés les détails réglementaires pour la réadmission du malade ou des autres enfants de la même famille (Art. 9).

  • 81 Gustave Panel, Démographie et statistiques médicales. Bilan annuel du Bureau d’hygiène municipal, (...)

41Ce service s’accroît encore durant l’entre-deux-guerres81 ; en 1938, l’inspection médicale des écoles de Rouen dispose d’un médecin-directeur, le docteur Panel, qui n’est autre que le directeur du bureau d’hygiène municipal, de 14 médecins-inspecteurs, de 3 médecins spécialistes, d’1 infirmière major et de 26 infirmières scolaires.

42Même si ce service installé au Havre et à Rouen ne résout pas tous les problèmes d’hygiène et de maladie dans les écoles, il a pour mérite d’accentuer la surveillance, donc réalise une action préventive réelle. Il est même plus efficace que le dispensaire, à cause de l’obligation qui y est introduite. En effet, si le dispensaire a un effet passif sur la population, l’inspection médicale des écoles est nettement plus active, car elle contraint les enfants à se soumettre à des visites médicales régulières. Elle réalise donc un suivi personnalisé et constant d’une partie de la population des villes.

L’Eure : un département confronté au désintérêt des communes et des familles

  • 82 ADE, 2 N 76, délib. CG (1924), « Inspection médicale des écoles ; organisation du service », 27 ma (...)

43Dans l’Eure, la situation est différente puisqu’au début des années vingt ce concept est encore totalement inconnu. Devant cette situation, le conseil général propose dès 1924 deux perspectives : la première étant que chaque commune organise l’inspection avec ses propres fonds complétés de subventions de l’État et du département, alors que la seconde propose un service entièrement à la charge du département82. Les élus s’immiscent sur un terrain vierge et les avis divergent déjà entre les conseillers généraux des cantons profondément ruraux et les autres. Ainsi, Prosper Josse, conseiller général du canton de Fleury-sur-Andelle, un des cantons les plus peuplés, s’oppose à M. de Bonnechose, conseiller général du canton de Broglie. Prosper Josse ne voit aucun élément négatif dans cette inspection : « Lorsque l’on visite des écoles, on constate que beaucoup d’enfants ont besoin de soins, que les parents devraient être mieux aidés et recevoir au moins de bons conseils […] Il est prouvé par des exemples que l’inspection sanitaire des écoles est bienfaisante. » Alors que, pour sa part, M. de Bonnechose est partisan d’une distinction entre les communes urbaines et rurales :

Dans les centres ouvriers, où les enfants manquent d’air, où ils sont plus chétifs, où les circonstances de l’existence et du milieu sont moins favorables, il est possible que l’inspection sanitaire donne des résultats intéressants ; mais par contre, dans nos communes rurales, où l’état sanitaire des enfants est en général excellent, cette organisation occasionnerait de lourdes dépenses, tant pour les municipalités que pour le département, sans résultat pratique bien net […] J’ai parlé de cette organisation à plusieurs instituteurs, très soucieux de leur classe ; ils m’ont dit eux-mêmes : nous n’en voyons pas l’utilité, les enfants dont l’instruction nous est confiée sont en général en très bonne santé.

  • 83 ADE, 2 N 77, délib. CG (1925), « Inspection sanitaire des écoles », 19 mai 1925.
  • 84 ADE, 62 X 1, inspection médicale des écoles, instructions, affaires générales, organisation du ser (...)
  • 85 ADE, 2 N 77, délib. CG (1925), « Inspection sanitaire des écoles », 19 mai 1925.

44Ces clivages divisent le conseil général et confirment l’idée de la faible emprise du département, lorsqu’il faut s’introduire dans les aspirations des communes rurales particulièrement rigides dans leurs coutumes. M. de Bonnechose ajoute : « bien des parents auxquels l’inspection déplairait, diraient : Croit-on que nous ne sommes pas capables de surveiller nous-mêmes la santé de nos enfants83 ? » Ces propos vont bien plus loin que la simple question de l’inspection médicale des écoles. Ils englobent plus généralement le ressentiment des gens face à la médicalisation de la société et aux méthodes de prévention comparées à un système inquisitorial. Cette surveillance est chose nouvelle et les termes de prévention, dépistage ou inspection, s’ils mettent du temps à être acceptés par les populations, le sont plus encore au sein des communes rurales. Ainsi, après enquête, les résultats ne laissent guère de doutes : 121 communes y sont favorables, 55 défavorables ou émettent des réserves, alors qu’environ 400 communes n’ont pas daigné répondre aux propositions des élus, l’indifférence pouvant être considérée comme refus. Autre point important, le corps médical admet un avis défavorable puisque la rémunération envisagée d’un franc par enfant examiné est jugée trop faible84. Devant cette vague de réponses négatives, le préfet se résout dès 1925 à « laisser le soin aux communes d’organiser leur propre inspection sanitaire des écoles, en prévoyant l’attribution de subventions départementales85 », véritable aveu d’impuissance. Les raisons de cet échec sont différentes de celles qui concernent le département voisin de Seine-Inférieure, car, même si financièrement les sacrifices consentis étaient faibles, c’est bien le pouvoir de centaines de petites communes qui a mis à mal l’emprise que voulait exercer le département sur elles. Lors de l’arrivée du docteur Lièvre-Brizard, le constat est sans équivoque :

  • 86 ADE, 2 N 79, délib. CG (1927), « Lutte contre la tuberculose ; rapport de M. le docteur Lièvre-Bri (...)

L’inspection médicale des écoles, telle qu’elle a été conçue par le Conseil Général, n’existe pas en fait […] les communes ont toute initiative pour organiser l’inspection comme bon leur semble. 72 communes ont adhéré en principe au service mais 64 n’ont pas donné suite. De plus, 6 communes ont argué de l’état satisfaisant des enfants, invoqué des raisons budgétaires, ou l’opposition des parents pour justifier leur attitude de temporisation […] Sauf les villes d’Évreux et de Louviers qui ont organisé l’Inspection médicale scolaire, aucune autre ville n’a créé le contrôle sanitaire des enfants86.

  • 87 AME, 5 Q 21, Assistance aux tuberculeux. Admissions en sanatorium (1930-1943), lettre du Dr Hortan (...)
  • 88 ADE, 2 N 83, délib. CG (1931), « Santé publique ; création d’un Office départemental d’hygiène soc (...)
  • 89 ADE, 2 N 83, délib C. G. (1931), « Office départemental d’hygiène sociale ; projet de création », (...)
  • 90 ADE, 62 X 1, Inspection médicale des écoles, instructions, affaires générales, organisation du ser (...)

45La ville d’Évreux apporte pourtant de réels motifs de satisfaction comme en témoignent les comptes rendus du médecin inspecteur, le docteur Hortany, durant l’année scolaire 1927-192887. Il conseille ainsi à quatre élèves atteints d’adénopathie trachéo-bronchique et issus de trois écoles différentes de se rendre au préventorium d’Écouis. Il signale aussi à quatre élèves de consulter au dispensaire ébroïcien pour clarifier leur situation. Pour les partisans du service, cet exemple concret prouve que l’inspection médicale des écoles peut devenir le complément idéal d’une politique antituberculeuse basée avant tout sur la petite enfance. Soutien du très engagé Prosper Josse qui persiste dans l’utilité que pourrait apporter l’inspection d’après l’observation qu’il en a faite non seulement à Évreux mais également dans les autres départements français88, le docteur Lièvre-Brizard conçoit une réorganisation profonde du système. Cependant, il adopte un discours qui diffère de la première tentative avortée de 1924, puisqu’il souhaite l’insérer comme une base de la lutte antituberculeuse. En s’appuyant sur l’exemple ébroïcien, il voit en ce service le complément idéal au dispensaire puis au préventorium ; il conclut son exposé ainsi : « sans inspection médicale, la lutte antituberculeuse devient stérile89. » Il n’en faut pas plus pour convaincre l’auditoire. Dans sa séance du 19 décembre 1932, le conseil général crée l’inspection médicale scolaire dans toutes les communes qui accepteraient de participer à la dépense qu’entraînerait cette inspection. À la rentrée de 1933, 335 communes adhèrent au projet, soit 23 168 enfants à examiner, c’est-à-dire 58 % de la population scolaire du département. Comment le docteur Lièvre-Brizard a réussi là où ses prédécesseurs ont échoué ? Tout d’abord, le docteur convainc le préfet d’organiser une campagne de propagande et de sillonner en personne le département pour expliquer le projet. De nombreuses communes louent cette tournée car elle démontre que la haute autorité départementale s’intéresse à leurs problèmes sanitaires et sociaux. En persuadant les élus des cantons, il s’assure aussi le soutien de nombreux maires des communes. Enfin, il arrive à rallier les médecins à ses idéaux, comprenant mieux que quiconque les besoins de reconnaissance et financiers de la profession. D’ailleurs, il exempte les médecins libéraux de cette charge et place quatre médecins qui alternent entre les consultations aux dispensaires et les examens dans les écoles. Cette disposition permet au docteur Lièvre-Brizard de suivre les recommandations du député Georges Legros dans son projet de loi relatif à la protection de la santé en 1930 : « L’inspection médicale et l’examen du dispensaire sont deux parties du même tout90. »

  • 91 ADE, 2 N 84, délib. CG (1934), « Préventorium d’Écouis ; travaux et modifications au règlement », (...)
  • 92 335 en 1933 ; 379 en 1934 ; 391 en 1936 ; 412 en 1938 (AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 2e (...)
  • 93 ADE, 2 N 84, délib. CG (1934), « Rapport de M. le docteur Lièvre-Brizard, Inspecteur des Services (...)
  • 94 Ibid.

46Le premier bilan est contrasté, car, malgré les bonnes volontés entraperçues lors de sa mise en place, les griefs ne manquent pas. Les questionnaires distribués aux parents sont souvent négligemment remplis, quand ce ne sont pas les parents eux-mêmes qui refusent de soumettre leurs enfants à l’inspection. Si la propreté corporelle et la tenue des enfants sont deux réussites (aucune affection pulmonaire n’est en effet décelée), l’entretien des écoles reste problématique (mauvaise aération des locaux, éclairage défaillant…). Ce bilan très partagé cache en fait de nombreux dysfonctionnements dans la tenue de l’inspection. On constate que la majorité des parents ne tiennent pas compte des fiches des médecins en arguant des arguments sur la bonne santé de leurs enfants. De plus, de nombreux maîtres se plaignent du fait que le médecin n’use pas de son pouvoir pour évincer les enfants contagieux. Certains médecins invoquent le secret professionnel, alors que des familles se plaignent du système mis en place, considérant « qu’il est inutile d’examiner les enfants si le maître est lui-même un foyer contagieux toujours présent91 ». Même si le nombre de communes qui ont adhéré au service augmente au fil des années92, la tuberculose reste une maladie totalement absente des écoles, information surprenante quand on connaît ses ravages ailleurs. En fait, le docteur Loiseau, un des médecins délégués par le département, résume parfaitement la situation. Il signale « le complet désintéressement des familles à l’égard des lettres qui sont envoyées pour les aviser de telle ou telle maladie d’un enfant93 ». Comme le souligne le docteur Lièvre-Brizard en 1936, tel un aveu de faiblesse, « l’inspection médicale des écoles ne donne pas tous les résultats que l’on pouvait en attendre94 ». Jamais ce service n’a su ou n’a pu trouver sa place dans l’ébauche du réseau antituberculeux prôné par l’inspecteur des services d’hygiène. À force de vouloir réglementer la politique sanitaire des communes de l’Eure, le département s’est retrouvé esseulé et le manque de cohésion et de soutien autour de ce service, la prudence des médecins et le désintérêt des élus communaux n’ont pas permis à cette inspection de remplir les objectifs fixés.

47Finalement, l’inspection médicale des écoles a été une politique à double vitesse dans la région normande. D’un côté, les grandes municipalités comme Le Havre, Rouen ou Évreux ont développé un service efficace et accepté par la population et le corps médical local ; d’un autre côté, la majorité des communes de Seine-Inférieure et de l’Eure n’a pas soutenu la mise en place d’une inspection globale à l’échelle départementale. Cette absence a grandement pénalisé les campagnes normandes, déjà marginalisées en matière d’accès aux soins par l’hôpital et d’accès à la prévention par les dispensaires et centres d’examen médical.

L’emploi d’un vaccin préventif : le BCG

De la découverte anonyme à la découverte populaire

48La notion de prophylaxie a été privilégiée dans le cadre de la protection de l’enfance. Les cinq préventoriums (Canteleu, Héricourt-en-Caux, Écouis, Beaumesnil et Saint-Georges-Motel), le sanatorium des Grandes-Dalles, les filiales de l’œuvre Grancher, les écoles de plein air, les inspections médicales des écoles ou le solarium Lerch du Havre sont autant d’initiatives pour en témoigner. La région normande n’est donc pas avare en réalisations. Ce phénomène contraste avec une stagnation inquiétante constatée sur le plan thérapeutique, comme si les autorités médicales avaient renoncé depuis longtemps à découvrir un remède à la maladie. Néanmoins, mêlant prévention et thérapie, certaines recherches destinées à élaborer un vaccin pour se prémunir de la tuberculose sont en marche depuis le début du XXe siècle. Il faudra plus de vingt années de recherches pour envisager les premières expérimentations humaines, un demi-siècle pour rendre le vaccin obligatoire et un demi-siècle à nouveau pour abroger cette obligation. Si l’histoire du vaccin ne sera pas ici étudiée dans son intégralité, on ne peut pas faire abstraction de la période actuelle, où l’efficacité du vaccin est nettement remise en cause au niveau des instances sanitaires mondiales. Si bien que l’histoire du BCG est parfaitement représentative des interrogations majeures qui ont alimenté la médecine de la tuberculose tout au long du XXe siècle, alliant espoir et crainte, enthousiasme et résistance, justification et abandon.

  • 95 Pour plus d’informations concernant les travaux de Calmette et Guérin, se référer à deux articles (...)
  • 96 P.-H. Lagrange, « Vaccination antituberculeuse par le BCG : historique des découvertes et de ses c (...)
  • 97 ADSM, 1 NP 140, délib. CG (1924), rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le (...)
  • 98 Dans son ouvrage sur le bilan américain (Le rôle…, op. cit.), Alexandre Bruno élude la découverte (...)

49Les premières expérimentations animales sont menées au début du XXe siècle sous l’égide d’Albert Calmette, bactériologiste de renom, et Camille Guérin, éminent microbiologiste95. Dès 1905, ils découvrent que quelques unités de bacilles tuberculeux peuvent être inoculées par de jeunes bovins tout en étant tolérées par le corps. Après un approfondissement de leurs recherches pendant plus de vingt ans, ils arrivent à atténuer la virulence du bacille d’origine bovine et obtenir une culture vivante conférant aux jeunes animaux, indemnes de tuberculose, une véritable immunité96. Déjà, le département de Seine-Inférieure s’investit activement lors des expérimentations animales puisqu’en 1920, dans une exploitation agricole du conseiller général Le Grand97, 127 jeunes animaux reçoivent le vaccin dans les quinze jours qui suivent leur naissance. Selon Calmette, tous les animaux restent par la suite en parfaite santé. À la suite de ces premières tentatives concluantes, quelques articles scientifiques commencent à se faire l’écho de la découverte mais, paradoxalement, passent relativement inaperçus. À cette époque, les constructions de dispensaires et autres sanatoriums monopolisent davantage l’attention. On demeure aussi dans une logique de réalisations purement américaines ; à ce titre, la mission Rockefeller ne fait jamais référence dans ses écrits aux découvertes des deux Français98, non pas pour préserver leurs recherches mais plutôt pour ne pas faire d’ombre à leur politique. Le sentiment nationaliste est extrêmement présent, celui-là même qui fera, après la seconde guerre mondiale, refuser par les États-Unis le BCG, invention française. Toutefois, cette relative sous-médiatisation n’est pas pour déplaire aux deux scientifiques français qui ont ainsi tout le luxe de travailler dans la sérénité, sans être soumis à la pression populaire, désireuse de trouver un vaccin à la tuberculose. C’est dans ce cadre intimiste que les premiers essais de vaccination sur de jeunes enfants ont lieu en juillet 1921 à la maternité de l’hôpital de la Charité à Paris. Selon les deux médecins, l’injection sous-cutanée est la méthode la plus sûre. Cependant, ils se rendent compte très vite qu’elle est plus difficile à faire accepter par les parents des nourrissons, car un abcès se forme après l’inoculation et, face à la perception déjà redoutable qu’avaient les parents de cette maladie, tout changement corporel de l’enfant ravivait un peu plus leurs angoisses. De plus, Calmette pensait que toute maladie non tuberculeuse, bénigne ou grave, survenant après la vaccination risquait d’être attribuée par les parents et même par certains médecins, non convaincus par la méthode, au BCG. Tenant compte de ces remontrances, Calmette et Guérin décident de donner le vaccin par la cavité buccale.

50Pour démocratiser leur découverte et défendre la thèse de l’utilité du vaccin, les deux scientifiques s’entourent de quelques grands noms de la phtisiologie de l’époque comme les docteurs Georges Poix, Léon Bernard, Benjamin Weill-Hallé ou André Turpin. Ces derniers interviennent dans nombres de journaux pour vulgariser la découverte. Ils font aussi part au corps médical, par l’intermédiaire de l’Académie de médecine, de l’historique du vaccin, des essais menés pendant plus de vingt ans et des premières expériences. Surtout, ils souhaitent démontrer l’efficacité du vaccin au travers de reportages sur les enfants vaccinés en 1921 désormais en bonne santé. Cette campagne de médiatisation en faveur du BCG débute peu de temps après le départ de la mission Rockefeller et la reprise en main de l’action antituberculeuse par le CNDT. Il faut comprendre par cette démarche que les plus hautes instances médicales françaises cherchent à trouver du crédit en proposant de nouvelles alternatives dans la lutte contre la tuberculose. La campagne de propagande en faveur du BCG atteint son apogée au milieu des années vingt. Celle-ci a pour but de mobiliser l’opinion publique afin de convaincre les parents de vacciner leurs enfants et de calmer les ardeurs des premiers détracteurs du vaccin qui doutent déjà de son innocuité. Il faut dire aussi que tant de découvertes se sont révélées caduques et farfelues, que ce soit par manque de discernement scientifique ou par charlatanisme, que l’afflux de critiques est considéré comme naturel pour Calmette. Pour faire taire les détracteurs et rassurer une population encore perplexe, il termine l’écriture de ses articles par quelques exemples de vaccinations :

  • 99 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 15 : les controverses suscitées par le vaccin BCG antitubercul (...)

La première tentative fut faite en 1921 par le Docteur Weill-Hallé, sur un nourrisson qu’on pouvait considérer comme fatalement voué à l’infection tuberculeuse, parce que sa mère, phtisique, venait de mourir et qu’il allait être élevé par une grand-mère également phtisique. Aucun incident ne s’ensuivit. Cet enfant s’est développé normalement. Il est actuellement âgé de sept ans et reste en parfaite santé. Depuis lors, d’autres essais vinrent attester l’innocuité parfaite de la méthode […] l’Institut Pasteur a décidé, depuis juillet 1924, d’étendre l’expérience et de mettre le vaccin BCG à la disposition de tous les médecins qui exprimeraient le désir d’en faire usage99.

51Calmette souhaite légitimer son produit avec une publicité engagée et prudente à la fois. En bon propagandiste, il sait pertinemment que l’opinion publique, impuissante face au fléau, est prête à soutenir ses travaux si ceux-ci peuvent apporter un espoir. Il juge même sa solution avantageuse par rapport à la découverte d’un remède, dans le sens où, en remontant à la source du mal, il élimine la tuberculose avant qu’elle n’apparaisse. De plus, en préconisant la vaccination infantile, il touche aux êtres qui représentent l’avenir de la nation et à une catégorie particulièrement vulnérable à la maladie. Avec toutes ces caractéristiques, il pense que sa découverte séduira les Français. Est-ce d’ailleurs l’aura, l’expérience et l’influence de Calmette sur le monde médical français qui lui permettent de mettre sur le marché son produit, ou bien est-ce la demande ancienne de la société d’une protection fiable contre la tuberculose ? Dans les écrits de l’époque, personne ne remet vraiment en cause ses découvertes, mise à part une petite partie du corps médical. L’Académie de médecine affiche une confiance aveugle dans les essais et autorise une vaccination plus vaste dès juillet 1924. Quant au ministère de la Santé, il est absent du débat et se garde bien de donner tout avis sur le sujet, preuve de sa faiblesse institutionnelle. En fait, la place centrale de Calmette au CNDT, en qualité de vice-président depuis 1920, renforce un peu plus sa position dominante sur les politiques engagées. On peut donc supposer qu’un autre scientifique n’aurait certainement pas eu une fenêtre médiatique aussi large et sans doute que l’absence de véritables contre-pouvoirs a permis une acceptation plus rapide du produit.

  • 100 M. Ferru, Pouvons-nous vacciner nos enfants contre la tuberculose avec le BCG ?, Paris, A. Legrand (...)
  • 101 Albert Calmette, La vaccination préventive de la tuberculose par le BCG, Paris, Masson et Cie, 192 (...)

52De juillet 1921 à juillet 1924, Calmette, Guérin et leur collaborateur, Benjamin Weill-Hallé, médecin des hôpitaux de Paris et directeur de l’École de puériculture, vaccinent 317 enfants dont 67 élevés dans un milieu où l’un des deux parents est tuberculeux. En 1927, ils dénombrent simplement un décès par tuberculose d’un enfant âgé de quatre mois mais avec des circonstances aggravantes, puisque l’enfant était allaité par sa mère tuberculeuse depuis sa naissance. Quatorze enfants sont décédés des suites d’autres maladies, les autres ayant un développement normal. Après tant d’efforts et de déceptions dans la recherche d’un traitement ou d’un vaccin contre la tuberculose, ces résultats ont un énorme retentissement dans la communauté scientifique. La presse se fait l’écho plus ou moins fidèlement des travaux scientifiques en cours, et vulgarise, souvent avec une hâte non dissimulée, les méthodes nouvelles de traitement100. Charmés, de nombreux médecins, français comme étrangers, demandent à pratiquer la vaccination. Devant une telle affluence de demandes, l’Institut Pasteur crée son premier centre de fabrication et de distribution du BCG101 ; celui-ci est délivré gratuitement, mais exclusivement aux médecins. Il est envoyé sous la forme de petits flacons ou ampoules. De plus, face à l’ampleur des demandes, l’institut doit se résoudre à utiliser le vaccin de préférence pour les nouveau-nés de mères tuberculeuses ou pour ceux particulièrement exposés à la contagion dans le milieu familial. Les premières observations laissent à penser que la vaccination par le BCG engendre une baisse de la mortalité tuberculeuse infantile mais également, chose plus surprenante, une baisse de la mortalité générale infantile. Cette supposition est bientôt rejointe par les avis de médecins qui s’étonnent qu’au cours d’épidémies de rougeole, de coqueluche, de grippe ou d’infections gastro-intestinales, les enfants vaccinés par le BCG résistent mieux et meurent beaucoup moins que les enfants non vaccinés. Cependant, sans évaluation chiffrée, on peut douter de cette caractéristique qui rejoint l’effort de propagande dans un but d’acceptation de la vaccination.

Tableau 54. Enquête de l’Institut Pasteur sur la vaccination par le BCG*

Enfants en contact tuberculeux non vaccinés au BCG nés de mères tuberculeuses non séparés.

Enfants en contact tuberculeux vaccinés au BCG nés de mères tuberculeuses non séparés.

Enfants non vaccinés au BCG nés et élevés en milieu bacillifère (ceux de mères tuberculeuses exceptés).

Enfants vaccinés au BCG nés et élevés en milieu bacillifére (ceux de mères tuberculeuses exceptés).

Nés en 1925

777

145

1 097

185

Nés en 1926

694

311

1 007

477

Nés en 1927

518

423

761

827

Total des Naissances

1989

879

2 865

1 489

Morts de maladies présumées tuberculeuses

358

38

394

30

Morts de maladies non tuberculeuses

125

103

146

104

Total des décès

483

141

540

134

Mortalité générale

24,3 %

14,8 %

18,5 %

8,9 %

Mortalité tuberculeuse par rapport
au total des décès

74,1 %

27 %

73 %

22,9 %

* Source : Enquête réalisée auprès des dispensaires fonctionnant au moins depuis quatre ans et des médecins qui ont procédé à la vaccination par le BCG entre le 1er juillet 1924 et le 1er juillet 1927. D’après Albert Calmette, La vaccination…, op. cit., p. 43.

Le développement du vaccin en Seine-Inférieure

  • 102 Le Dr Cailleret présente l’action du Dr Ott en faveur du BCG dans les dispensaires dès 1926 : « le (...)
  • 103 Le Dr Ott a cette phrase sans équivoque en 1933 : « seul le département du Nord devance celui de l (...)
  • 104 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, co (...)
  • 105 AMH, 4 Mi 516, « Sanatorium marin des Grandes-Dalles… », art. cité, p. 3. Chiffres cités par le pr (...)
  • 106 Par exemple, on ne relève qu’une soixantaine d’enfants vaccinés par le BCG entre 1925 et 1928 dans (...)
  • 107 ADSM, 1 NP 151 à 1 NP 155, délib. CG (1935-1938), chiffres donnés par le directeur du préventorium (...)

53Les sources disponibles sont conséquentes en Seine-Inférieure et quasi inexistantes dans l’Eure. Cependant, il serait inexact d’affirmer que la vaccination par le BCG n’a pas existé pour ce département pendant l’entre-deux-guerres. Simplement, le réseau des dispensaires plus développé en Seine-Inférieure et la présence de décideurs motivés comme le docteur Ott102, interlocuteur privilégié de Calmette par leurs correspondances, incitent à penser que la Seine-Inférieure a été l’un des départements ayant le plus contribué à la vaccination par le BCG103, alors que les vaccinations dans l’Eure étaient certainement plus ponctuelles. Pour preuve, dans le rapport du docteur Baissette pour l’année 1938, il est indiqué que seulement 43 enfants ont été vaccinés par les soins des sept dispensaires de l’Eure, alors qu’on y compte 6 784 consultations au total cette année-là. À titre de comparaison, nous avons pris quelques chiffres relevés en Seine-Inférieure au sein de trois dispensaires secondaires en 1926, soit douze ans avant les constatations du docteur Baissette, lors des premières vagues de vaccination. Étonnement, nous arrivons pratiquement au même total. Ainsi, le dispensaire de Bolbec réalise 25 vaccinations, celui de Malaunay 9 et celui du Trait 5104. En 1937, on compte 2 000 vaccinations d’enfants au BCG dans les centres d’examen médical de ce département105. Ces disparités ne s’arrêtent pas aux deux départements haut-normands106 et sont conséquences des volontés politiques et médicales départementales. Outre les dispensaires, d’autres institutions en faveur de l’enfance prodiguent le BCG, puisque le préventorium de Canteleu introduit une campagne de vaccination dès 1934107 (607 enfants vaccinés entre 1934 et 1937), alors qu’au préventorium d’Écouis cette question n’est pas abordée. La mauvaise organisation de cet établissement évoquée par ailleurs n’est certainement pas étrangère à l’absence de vaccination.

  • 108 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926). De nombreux autres cas sont répertoriés dans le rapport de l’ins (...)

54Le service d’immunisation des nouveau-nés contre la tuberculose commence à fonctionner en Seine-Inférieure dès le 1er décembre 1921, sous la direction du docteur Ott et suivant les directives de Calmette. Le vaccin est proposé à toutes les femmes en état de grossesse prises en charge par les centres antituberculeux. Entre le 1er décembre 1921 et le 31 août 1926, 534 vaccinations de nouveau-nés sont pratiquées ; elles n’ont donné lieu à aucun incident majeur selon le docteur Ott. À la date du 1er décembre 1925, tous les enfants vaccinés depuis plus de six mois avec le BCG sont recherchés et examinés par le docteur Jouen, médecin chef du dispensaire rouennais. Les enfants retrouvés sont auscultés et la moitié d’entre eux, pris au hasard, radioscopés. L’auscultation pratiquée systématiquement pour ces 60 enfants et la radioscopie pour 26 d’entre eux ne révèlent aucune infection tuberculeuse. Ce résultat est d’autant plus remarquable qu’il est à noter que 48 enfants étaient en contact permanent avec un parent tuberculeux. D’après les constatations du docteur108, le contraste s’avère saisissant entre la gravité et la permanence du contact et les résultats favorables :

No 6 : père tuberculeux contagieux ; le ménage a eu 5 enfants dont 2 sont morts de méningite tuberculeuse (10 et 16 mois). Logement insalubre, surpeuplé. L’enfant n’a jamais été malade ; rien à l’auscultation. No 12 : père et mère tuberculeux ; le père doit immédiatement entrer à l’hôpital. Le ménage a eu 4 enfants dont 2 sont morts de broncho-pneumonie. Milieu misérable ; hygiène déplorable ; prophylaxie impossible. Le père couche avec l’enfant. L’enfant a été élevé au sein jusqu’à 3 mois. L’enfant n’a jamais été malade, quelques ronchi à l’auscultation. No 74 : père tuberculeux pulmonaire ; l’enfant est constamment sur le lit du père, car la mère travaille ; logement d’une seule pièce. 3 enfants précédents sont morts de méningite vers 10 mois. Enfant jamais malade ; rien à l’auscultation, rien à la radioscopie. No 79 : mère tuberculeuse contagieuse. Le ménage a eu 13 enfants dont 9 décédés de diarrhée ou méningite. L’enfant n’a jamais été malade ; rien à l’auscultation, image radioscopique normale.

  • 109 Office public d’hygiène sociale de la Seine-Inférieure, « Procès-verbal de la réunion du Comité de (...)
  • 110 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le (...)
  • 111 Albert Calmette, « Résultats de la vaccination préventive de la tuberculose par le BCG pratiquée d (...)
  • 112 Dr Legangneux, « Vaccination préventive contre la tuberculose », dans Recueil des publications de (...)
  • 113 AMF, 1 D 1 : registres des délibérations du conseil municipal de Fécamp (1719-1945). Registre no 3 (...)
  • 114 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 21 : Commission du BCG de l’Académie de médecine (notes manusc (...)
  • 115 Les critiques les plus virulentes se font surtout au niveau de la méthodologie présentée par Calme (...)
  • 116 Les noms des médecins/sages-femmes et leurs lieux d’exercice sont les suivants : Dr Wimaert d’Ypor (...)
  • 117 « Notes sur l’histoire de la vaccination par le BCG en France, 1921-1970 », dans Tuberculose : pla (...)

55Ces résultats sont fusionnés avec l’ensemble des résultats français et résumés dans une communication de Calmette à l’Académie de médecine. Il en conclut que, jusqu’au 1er janvier 1926, 5 183 nouveau-nés ont été vaccinés sans accident ou incident109. S’en suit un recensement de tous les enfants vaccinés au dispensaire de Rouen. Sur les 114 enfants vaccinés depuis plus de 6 mois, 102 sont toujours vivants et 12 sont morts, dont 2 par tuberculose possible et 10 par affections diverses. Parmi les seuls enfants vivant en contact avec des tuberculeux, le pourcentage des morts par tuberculose est de 1,9 % au lieu de 30-35 %, proportion habituelle des décès pour cette catégorie d’enfants. Le docteur Ott souligne que « l’immunisation des nouveau-nés contre la tuberculose n’est pratiquée par les visiteuses d’hygiène que dans les milieux contaminés […] » : « La vaccination antituberculeuse par le BCG paraît cependant sortie actuellement du cadre des familles contaminées pour s’étendre dans les familles saines car les demandes de délivrance du BCG […] augmentent chaque jour110. » Un premier tournant est perceptible dans l’administration du BCG, confirmé en 1929 par Calmette lui-même lorsqu’il décide de ne plus limiter la vaccination « aux seuls enfants de familles tuberculeuses », mais de l’autoriser pour « tous les enfants111 ». Au Havre, la vaccination débute au dispensaire Brouardel en août 1924. Un premier constat est fait en mars 1926 : pendant un peu moins de deux ans, on relève 282 vaccinations préventives et aucun décès par tuberculose. La statistique générale donnée par le docteur Legangneux112 souligne qu’au moins 93 % de ces enfants, sans cette vaccination, auraient succombé à la tuberculose dans la première année de leur existence du fait de la présence du bacille au sein du foyer familial. Tous ces résultats ont le mérite d’attirer l’attention des municipalités qui ne possèdent pas forcément de dispensaires ou de centres d’examen médical, sur le caractère probant du BCG. En 1927, la ville de Fécamp par la voix de son maire, Gustave Couturier, pense qu’il serait souhaitable de repenser la lutte contre la tuberculose telle qu’elle est instituée depuis le début des années vingt, c’est-à-dire d’en finir avec les placements, trop coûteux et aléatoires, pour se concentrer sur la prévention par l’intermédiaire du BCG113. Cet appel est entendu par le directeur du bureau d’hygiène de Fécamp, le docteur Dupont, qui choisit d’engager, dès le 1er août 1927, une vaste campagne de vaccination sur une période de quinze mois. Entre le 1er août 1927 et le 1er octobre 1928, 376 enfants sur 395 naissances sont vaccinés à Fécamp, soit 95 % des nouveau-nés. La mortalité infantile de la première année est, pour cette période, de 5,56 % au lieu de 8,25 % auparavant, dixit le docteur Dupont. Devant ces chiffres, la période de vaccination initiale est prolongée, mais souffre de l’impopularité naissante du vaccin à travers certaines polémiques divulguées dans la presse locale. Du 1er octobre au 31 décembre 1928, il constate que seulement 76,5 % des parents ont recours au BCG, soit 72 enfants sur 94 naissances. Chez les enfants non vaccinés, trois décès par tuberculose se produisent. Même si ces chiffres, difficilement vérifiables, peuvent paraître éloquents, la propagande initiée par certains médecins réfractaires dans la presse nuit à la campagne de vaccination. Le docteur Dupont termine d’ailleurs son exposé en ces termes : « il semble que la grande presse puisse seule refaire ce qu’elle a défait114. » La fin des années vingt offre un nouveau visage à l’œuvre de vaccination par le BCG. Après une période d’expérimentation encourageante et une période d’essor, conséquence d’une forte demande, une remise en cause et un scepticisme autour de ses travaux115 contraignent Calmette à revoir ses idéaux de généralisation. Peu enclin à céder à la pression, il relance une vague d’enquêtes pour justifier l’utilité de son vaccin. En 1930, il adresse un courrier aux médecins et sages-femmes de Seine-Inférieure qui ont pour habitude d’employer le BCG116. L’ampleur de la vaccination est confirmée ; celle-ci ne s’effectue plus simplement dans les dispensaires et centres d’examen, mais aussi dans certains cabinets médicaux et autres maternités. En outre, contrairement à certains rapports sur l’histoire du BCG qui ont tendance à généraliser leurs propos et à ne pas faire part de disparités régionales117, les sages-femmes sont également investies du pouvoir d’administrer le BCG dès la fin des années vingt. Cette nouvelle enquête ne fait que confirmer les précédentes études sur la question : le vaccin engendrerait une baisse de la mortalité tuberculeuse infantile et de la mortalité générale.

  • 118 R. H. Hazemann, « Critical review of the dispensary organisation in France, with special reference (...)
  • 119 ADSM, 5 M 259, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938) ; répartition des fonds (...)

56Conjointement à ces enquêtes, Calmette génère une nouvelle politique dans la manière de prodiguer le vaccin. La vaccination par voie buccale implique en effet l’absence de tout contact de l’organisme avec le bacille de Koch et une parfaite perméabilité de la muqueuse intestinale, conditions réalisées dans les dix premiers jours de la vie. Si la première de ces conditions peut persister longtemps, des mois voire des années, la deuxième disparaît dès que l’enfant s’alimente. Ces inconvénients poussent Calmette à déployer une nouvelle pratique : c’est la vaccination des enfants par voie sous-cutanée. Au début de l’année 1930, 30 enfants de 3 mois à 12 ans sont reçus au service des vaccinations de l’Office d’hygiène sociale de Seine-Inférieure dans l’intention de tester ce procédé. Les résultats sont si encourageants que Calmette amplifie cet usage aux enfants et adolescents n’ayant pu être vaccinés à la naissance. Jusqu’en mars 1934, 1 016 cutiréactions et 690 vaccinations sous-cutanées sont pratiquées. Cette extension des méthodes de vaccination entraîne une explosion du nombre d’enfants vaccinés en Seine-Inférieure. Alors qu’en 1925, moins d’un enfant sur cent recevait le vaccin, on en compte un sur quatre en 1930. Puis, plus de 50 % des enfants sont vaccinés à la naissance dès 1934. Selon ces premiers éléments, la campagne de vaccination en Seine-Inférieure s’apparente à une réussite. Malgré le dénigrement de certains médecins, relayé par une certaine partie de la presse, les ménages ont progressivement foi en ce système. En outre, Calmette reçoit, bien que tardivement, le soutien de l’État par la voix du ministre de la santé, Camille Blaisot, en 1932, à l’origine d’une circulaire qui compare le BCG à « un moyen inoffensif, efficace, simple et économique de la lutte antituberculeuse118 ». Néanmoins, on demeure assez loin des rêves de généralisation rapide prônée par Calmette dans les années vingt. Sa mort, en 1933, ne tempère pourtant pas les idéaux de ses collaborateurs comme le docteur Armand-Dellile qui pense que « l’emploi généralisé de la vaccination par le BCG est appelé à faire disparaître progressivement la tuberculose119 ».

Tableau 55. Vaccination par le BCG en Seine-Inférieure de 1925 à 1936*

Années

Vaccinations au BCG à la naissance

Naissances vivantes

% enfants vaccinés au BCG à la naissance

1925

117

19 847

0,59

1926

994

20 277

4,90

1927

1 225

18 893

6,48

1928

1 364

19 281

7,07

1929

4 062

18 862

21,53

1930

5 480

19 508

28,06

1931

7 682

19 094

40,23

1932

8 731

18 850

46,32

1935

11 482

17 772

64,60

1936

11 493

18 014

63,80

* Source : ADSM, 1 NP 142 à 1 NP 153, délib. CG (1926-1937).

Tableau 56. Évolution de la vaccination par le BCG en France entre 1925 et 1936 *

Années

Vaccinations au BCG à la naissance

Naissances vivantes

% enfants vaccinés au BCG à la naissance

1925

4 628

770 060

0,56

1934

189 909

677 365

28,04

1935

210 668

640 527

32,89

1936

194 905

630 059

30,93

* Source : René Debré, Étienne Bernard, « État actuel de la lutte antituberculeuse en France », dans Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit., p. 165-174.

57Si le nombre de vaccinations par le BCG a été multiplié par 100 entre 1925 et 1936 en Seine-Inférieure, dans quelle mesure peut-on affirmer ou infirmer qu’il est responsable d’une régression de la tuberculose de la petite enfance ? Pour se faire une idée plus précise, nous avons analysé la courbe des décès d’enfants de moins d’un an par tuberculose dans plusieurs localités normandes entre 1907 et 1939. Cette étude peut être pertinente dans le sens où la campagne de vaccination débute au milieu des années vingt en Seine-Inférieure ; c’est donc quelques années après que la baisse de la tuberculose de la petite enfance doit en principe être décisive, conséquence de l’immunisation conférée par le BCG.

Tableau 57. Décès par tuberculose pour les enfants ayant moins d’un an entre 1907 et 1939

Tableau 57. Décès par tuberculose pour les enfants ayant moins d’un an entre 1907 et 1939

58Ici, quatre localités sont étudiées, Le Havre, Dieppe, Sotteville-lès-Rouen et Rouen, car leurs statistiques sanitaires sont adroitement conservées dans les centres d’archives locaux et régionaux. De plus, la date butoir de 1929 a été choisie car le nombre d’enfants vaccinés à la naissance par le BCG en Seine-Inférieure y dépasse déjà les 20 %. D’après le tableau, on décèle apparemment une corrélation nette entre la vaccination par le BCG et la baisse de la mortalité de la première enfance. Celle-ci diminue de moitié en deux décennies (374 décès entre 1920 et 1929 contre 187 entre 1930 et 1939). À Rouen et à Dieppe, les résultats sont éloquents : une baisse de 38,75 % pour Rouen et de 58,07 % pour Dieppe. La ville du Havre est encore plus représentative de ce phénomène puisque, sur cette même période, la mortalité tuberculeuse des enfants de moins d’un an baisse de 49,21 % alors que la mortalité par tuberculose tous âges confondus diminue de 27,19 % (de 5 627 décès à 4 097 décès). Si on prend plus spécifiquement certains chiffres pour la ville du Havre, on se rend compte à quel point la protection de l’enfance et plus particulièrement la vaccination par le BCG a pris une place conséquente dans la politique des deux dispensaires municipaux.

Tableau 58. Action du dispensaire municipal du Havre*

Années

Familles en surveillance

Malades examinés

Admission en préventorium ou sanatorium

Vaccination BCG

1932

1021

1 505

231

64

1933

1477

3919

267

67

1934

1662

3 968

242

75

1935

1845

4 985

237

110

1936

2 287

4 565

251

119

1937

2 299

4 241

242

330

1938

2 322

4319

263

397

* Source : AMH, tableau réalisé d’après les chiffres donnés annuellement par le conseil municipal du Havre entre 1933 et 1939.

  • 120 « Notes sur l’histoire de la vaccination par le BCG en France, 1921-1970 », dans Tuberculose : pla (...)

59D’après ces quelques statistiques, la première enfance semble donc tirer les bénéfices de la vaccination par le BCG. L’amélioration dans le suivi médical des nourrissons par les consultations spécifiques au sein des centres d’examen, puis leur placement dans des instituts spécialisés ou l’amélioration des conditions de vie générales des habitants du département entrent également en ligne de compte dans ces résultats. Le BCG n’est donc pas le seul responsable dans la régression de la mortalité tuberculeuse, mais certaines études le sous-estiment, nous semble-t-il, beaucoup trop120. C’est en fait une combinaison d’initiatives médico-sociales qui fait que cette maladie ne représente plus qu’un peu plus de 10 % des causes de décès à la veille de la seconde suerre mondiale contre presque 15 % au sortir de la première, vingt ans plus tôt. Le mal n’est pas vaincu, mais il est contenu, circonscrit.

Le BCG : entre enthousiasme et scepticisme

60Après toute découverte scientifique, les avis sont contrastés, entre enthousiasme sans limite pour certains et scepticisme, voire répulsion catégorique pour d’autres. Sous l’Ancien Régime, de nombreux scientifiques étaient qualifiés d’hérétiques malgré la portée de leurs découvertes. Si la virulence dans les propos et dans les condamnations est moindre, les choses n’ont guère évolué malgré les siècles. Au début du XXe siècle, on se méfie des « porteurs de faux espoir », notamment dans les recherches concernant les maladies sociales. Il en va ainsi pour le BCG et pour ses concepteurs opposés à une poignée de médecins récalcitrants. Ceux-ci se livrent une guerre sans merci à travers la presse de l’époque pour faire la promotion du BCG ou défaire les résultats publiés. Les griefs des médecins contestataires sont vastes. Certains d’entre eux souhaitent que les expérimentations se poursuivent plus longtemps avant d’entamer une campagne de vaccinations massives. D’autres sont tout simplement non convaincus par la méthode. Enfin, phénomène plus inquiétant, d’autres refusent catégoriquement cette méthode, envieux de la notoriété dont bénéficie Calmette et déterminés à trouver un vaccin « dissident ». Cette « guerre des médecins », comme on pourrait familièrement l’appeler, peut être mise en parallèle à celle connue au début des années vingt lors de la prolifération des dispensaires. D’ailleurs, on constate que les médecins ayant eu un jugement négatif envers l’utilité du dispensaire s’opposent plus nettement au BCG que leurs homologues qui prennent position en faveur du dispensaire.

61Ainsi, une partie du monde médical s’oppose à la diffusion du BCG qu’elle juge prématurée. Par exemple, plusieurs internes, qui ne souhaitent dévoiler ni leur identité ni l’hôpital où ils exercent, sont à l’origine d’un article paru dans la Revue médicale française en 1929. Ils remettent en cause les chiffres fournis par Calmette lors d’une de ses nombreuses enquêtes, réalisées entre 1924 et 1927. Cet anonymat est troublant. La première hypothèse consiste à dire que l’anonymat est la résultante de leur position minoritaire au sein de la communauté médicale. Une autre hypothèse tout aussi plausible remet en cause la dénomination utilisée ; en effet, on peut penser que le groupe d’internes est en réalité un groupe de médecins, voire un seul médecin qui signe « un groupe d’internes », car la notion de groupe sous-entend une position de force. Pour eux, « certains pédiatres n’admettent pas sans quelques réserves les conclusions issues de ces pourcentages alléchants ». En fait, ils craignent que, dans ces statistiques gênantes où tout contrôle objectif est impossible, un triage volontaire ait été fait, et prétendent qu’on s’est donné plus de mal pour retrouver les enfants bien portants que les autres. Ils ajoutent que « contrairement à l’opinion de certains, la vaccination du BCG, chez les enfants nés de mère tuberculeuse, n’est peut-être pas, dans tous les cas, absolument exempte de danger ». Tout ce discours est censé accroître le sentiment de trouble et d’indécision à travers l’opinion. Pour conclure, ils reprennent les paroles de M. Guéniot, doyen de l’Académie de médecine :

  • 121 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 15 : les controverses suscitées par le vaccin BCG antitubercul (...)

La critique appliquée aux grandes découvertes, aux nouveautés médicamenteuses, est le plus souvent utile, et même, en maintes conjonctures, nécessaire : soit pour ruiner des systèmes issus de conceptions erronées, soit pour donner plus de correction et d’éclat aux vraies découvertes qui marquent une avance dans la voie du progrès121.

  • 122 AIP, ibid., « Le pour et le contre sur le BCG », La Vie médicale, no 23, 10 décembre 1935.

62S’ils reprennent les paroles du doyen, homme expérimenté et reconnu, c’est avant tout pour justifier leurs reproches et trouver un appui de poids. Leurs griefs trouvent ainsi une pleine justification et jettent un peu plus le doute sur l’innocuité du vaccin et sa non-dangerosité. Même si ces avis n’ont pas une réelle répercussion sur la pérennité du vaccin, ils posent le débat et installent le doute. En 1935, un numéro spécial de la revue La Vie médicale, met en opposition les partisans et les opposants à la méthode avec argumentaires à l’appui. Voici quelques exemples de témoignages122 :

Docteur Georges Schreiber : « je continue à prescrire l’administration du vaccin BCG à tous les nouveau-nés exposés à la contagion tuberculeuse familiale. D’autre part, je donne mon plein accord aux parents qui, sans raison valable, manifestent le désir de l’utiliser pour leur enfant. J’estime, en effet, que ce vaccin, peut être considéré comme pratiquement inoffensif, car le nombre de méfaits indubitables qui lui sont attribués après plus de 600 000 vaccinations est insignifiant. »
Professeur Jean Tapie, médecin des hôpitaux de Toulouse : « Les controverses récentes n’ont pas influencé mon opinion sur les indications du BCG. Sans doute faudra-t-il attendre une quinzaine d’années pour être fixé définitivement sur sa valeur. Je ne crois pas qu’il présente plus de danger qu’un autre vaccin, que la vaccination antivariolique en particulier. Pour ma part, je n’ai jamais observé le moindre incident chez les enfants que j’ai fait vacciner. »
Professeur Taillens, professeur de clinique infantile à l’université de Lausanne : « Lorsque j’ai entrepris l’étude du BCG, c’était avec l’espoir, que m’avaient donné les écrits de ses promoteurs, de Calmette en particulier, de trouver, enfin, une méthode sûre et inoffensive de lutte antituberculeuse. C’est cette méthode qui m’a enlevé les illusions que j’avais à cet égard, et tout ce que j’ai pu entendre, lire et observer dès lors m’a ancré dans l’opinion que les promoteurs du BCG faisaient fausse route. C’est dire que je n’utilise jamais le BCG ; les autres procédés de lutte antituberculeuse, en particulier l’éloignement du petit enfant de tout milieu tuberculeux, offrant une autre garantie et cela sans présenter le moindre danger. » Docteur Léon Tixier, médecin des hôpitaux de Paris : « Les controverses récentes ont mis en lumière un certain nombre de points restés obscurs jusqu’alors. Il est bien démontré que le BCG, ingéré à la naissance ne vaccine pas, ne prémunise pas. Dès lors, on est en droit de s’étonner que, pendant dix ans, des statistiques mirifiques aient été publiées envers le prétendu vaccin ? Mais, en réalité, dans les statistiques favorables, le bénéfice paraît être dû davantage à l’amélioration de la prophylaxie qu’au BCG (isolement, soins attentifs, bonnes conditions d’hygiène générale). »

  • 123 En 1930, 256 nouveau-nés (soit 84 % de tous les nouveau-nés) reçurent à Lübeck, en Allemagne, le v (...)
  • 124 Marina Gheorghiu, « Le BCG, vaccin contre la tuberculose : leçons du passé pour aujourd’hui », dan (...)

63À travers nos recherches, nous avons constaté que les témoignages qui dénigrent le BCG sont souvent anonymes et peu nombreux, face au flot de médecins enthousiasmés par cette découverte qu’ils jugent révolutionnaires dans l’histoire de la lutte contre la tuberculose. Néanmoins, toutes ces polémiques lancées contre le BCG, comme le tristement célèbre « drame de Lübeck123 », ont pour conséquence de ralentir sa diffusion et surtout de ne pas en faire un acte obligatoire. Ainsi, la vaccination ne se généralise pas à toute la France et à toute l’Europe comme certains l’ont prétendu124. En effet, il existe de nombreuses disparités régionales et départementales comme le prouve l’écart très important des vaccinations entre l’Eure et la Seine-Inférieure. Alors qu’en 1936, presque deux enfants sur trois sont vaccinés au moyen du BCG en Seine-Inférieure, on n’atteint pas encore la moyenne d’un enfant sur deux au niveau national. La qualité des services sanitaires semble y être pour beaucoup, de même que l’implication des hommes politiques et des médecins des départements français. Finalement, la vaccination contre la tuberculose par le BCG ne devient obligatoire qu’après la seconde guerre mondiale, en 1950, et, couplée à la récente découverte des antibiotiques, permet de circonscrire peu à peu le fléau avec une tuberculose, de plus en plus rare après les années soixante. Pourtant, au-delà des décennies d’expérimentations, toutes ces controverses autour de la question du BCG n’ont pas été que négatives. En effet, devant une maladie si grave et si meurtrière, la prudence était de rigueur. De plus, les nombreux griefs lancés contre ce vaccin ont eu pour effet d’observer une plus grande surveillance auprès des enfants vaccinés en les suivant année après année.

Graphique 59. Vaccination des nouveau-nés contre la tuberculose par le BCG en France de 1924 à 1936*

Graphique 59. Vaccination des nouveau-nés contre la tuberculose par le BCG en France de 1924 à 1936*

* Source : Georges Brouardel, Jacques Arnaud, L’organisation antituberculeuse française, Paris, Masson et Cie, 1934, p. 137.

Les initiatives en faveur de l’enfance : vers une société formatée ?

  • 125 Citation reprise lors d’une séance du conseil général de Seine-Inférieure en 1938 (ADSM, série 1 N (...)

64Toute la politique de protection de l’enfance élaborée à cette époque dans les deux départements haut-normands se résume dans la déclaration suivante, approuvée en 1924 par la Société des nations : « l’enfant qui a faim doit être nourri, l’enfant malade doit être soigné, l’enfant arriéré doit être encouragé, l’enfant dévoyé doit être ramené, l’orphelin et l’abandonné doivent être recueillis et secourus125. » Les moyens utilisés pour protéger l’enfance de la tuberculose se sont avérés nombreux : l’isolement par les préventoriums, les sanatoriums, les solariums ou l’œuvre Grancher ; l’éducation hygiénique par la propagande à l’école, l’inspection médicale des écoles ; l’immunisation par le BCG. Il n’est pas possible de dissocier toutes ces méthodes pour affirmer que l’une ou l’autre a contribué formellement à la diminution de la mortalité tuberculeuse infantile. Néanmoins, les résultats sont là.

Tableau 60. Analyse des décès par tuberculose de la catégorie d’âge 1-19 ans de trois communes de Seine-Inférieure

Tableau 60. Analyse des décès par tuberculose de la catégorie d’âge 1-19 ans de trois communes de Seine-Inférieure

65La mortalité tuberculeuse a régressé de moitié pour la catégorie infantile pendant l’entre-deux-guerres et toutes ces politiques ont eu finalement le mérite d’avoir une part de responsabilité dans cette diminution. En outre, le fait d’avoir diversifié les méthodes a permis une plus grande utilisation de celles-ci. L’isolement, malgré tous les désagréments qu’il entraîne, a empêché la contamination. L’école de plein air et l’inspection médicale dans les écoles, malgré les difficultés d’ordre pratique, ont permis une démocratisation de la prévention et un suivi sanitaire plus dense. Le BCG, quant à lui, est à l’origine d’un nombre important de vies sauvées et représente un espoir d’une forte régression de la tuberculose à moyen terme. L’abnégation des autorités politiques, médicales et associatives, et l’angoisse presque paranoïaque d’une possible dépopulation, perceptible chez tous ces acteurs, les ont poussés à cette diversification d’actions. Alors, bien sûr, ces initiatives sont également sources d’objections diverses. Par exemple, la politique isolationniste et hygiéniste consistant à séparer les enfants des parents malades pour diminuer la contagion et leur inculquer des préceptes hygiénistes peut être répréhensible d’un point de vue psychologique : discipline stricte, éloignement parental, « bourrage de crâne » à caractère hygiénique ont altéré ces mesures qui ont également paru parfois éloignées de leur principe de base de sauvegarde de l’enfance pour privilégier un retour aux valeurs françaises traditionnelles entre une société à dominante rurale, disciplinée et, en clair, formatée.

Notes

1 Mme Brunon-Guardia, « Une matinée à Bois-Guillaume », La Normandie médicale, no 8, 1er septembre 1923, p. 216-221.

2 Jean-Pierre Bardet, Jacques Dupâquier, Histoire des populations de l’Europ. T. 3 : Les temps incertains (1914-1998), Paris, Fayard, 1998.

3 Maurice Péhu, André Dufourt, La tuberculose médicale de l’enfance, Paris, Gaston et Cie, 1927, p. 2.

4 Pierre Anglade, Le préventorium, Bonneville, 1943, p. 13.

5 Stephanie Kirby, « Saving sickly children: the tuberculosis preventorium in American life, 1909-1970 », Social History of Medicine, 2009, no 1, p. 109-121.

6 Adolphe Landry, L’hygiène…, op. cit.

7 Lucien Viborel, Savoir prévenir…, op. cit.

8 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre…, op. cit., p. 114.

9 ADSM, 1 N 140, délib. CG (1925), citation utilisée par le Dr Angeli, directeur du préventorium de Canteleu dans son rapport annuel en 1924.

10 AMF, Sanatorium des Grandes-Dalles, Archives privées, dossiers non inventoriés, boîte no 2 ; pochette « Renseignements sur les établissements hospitaliers », préventorium de Canteleu, 1936.

11 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1921), rapport du préfet, Charles Lallemand.

12 ADSM, 4 NP 189, préventorium de Canteleu, travaux relatifs aux bâtiments (1922-1925), lettre du préfet de Seine-Inférieure, Charles Lallemand, au conseil général, discutée en 1922 lors de la séance sur les propositions budgétaires du préventorium de Canteleu pour 1923.

13 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1921), déclaration de Charles Lallemand.

14 Adolphe Landry, L’hygiène…, op. cit.

15 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1920), rapport du docteur Magnier, directeur du préventorium de Canteleu.

16 AMES., 5 Q ELB116 : Assistance médicale aux tuberculeux : liste, frais établissements (1925-1929), pochette « Sanatoriums et préventoriums où sont soignés les enfants elbeuviens », lettre du médecin-directeur du préventorium de Canteleu au maire d’Elbeuf au sujet des conditions d’admission à son établissement, 29 octobre 1925.

17 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), 6 mai 1926.

18 ADSM, 1 NP 146, délib. CG (1930), 1er octobre 1930.

19 ADSM, 1 NP 153, délib. CG (1937), 12 mai 1937. L’augmentation de 1937 est due à l’application des nouvelles lois sociales de 1936, à l’augmentation du coût de la vie, au relèvement des salaires du petit personnel et à la mise en vigueur de la semaine des quarante heures.

20 Stéphane Henry, « Réflexions autour d’une institution antituberculeuse pour l’enfance pendant l’entre-deux-guerres : le préventorium de Canteleu », Mémoires de la protection sociale en Normandie, vol. 5, décembre 2006, p. 59-91.

21 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), rapport du Dr Angeli, directeur du préventorium de Canteleu.

22 Ibid.

23 Centre des archives du féminisme (Angers), 1 AF 462, Fonds Cécile Brunschvicg, C 26, A 152, visite de Cécile Brunschvicg au préventorium de Canteleu en juin 1936.

24 ADE, 2 N 78, délib. CG (1926), « Ancien collège diocésain d’Écouis ; préventorium », 29 septembre 1926.

25 ADE, 27 X 1, préventorium d’Écouis : correspondance, organisation, régime intérieur, legs Lebrun (1937-1956), pochette « Écouis, organisation ».

26 ADE, 2 N 83, délib. CG (1931), « Préventorium d’Écouis ; réponse du ministre de la Santé publique à la demande de subvention », 31 octobre 1931.

27 AIP, Fonds du CNDT, série CNDT. DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lettre de la directrice du préventorium d’Écouis, Mme Drevelle, au Dr Cailleret, 20 juillet 1931.

28 Ibid. Déclaration du préfet de l’Eure, Pierre-Amédée Moitessier.

29 Nous faisons référence ici au sanatorium d’Oissel de Charles Nicolle et d’André Halipré, à l’Œuvre Grancher de Joseph Grancher, au dispensaire Brouardel par la Ligue havraise contre la tuberculose ou aux aériums des hôpitaux de Rouen à l’initiative de Raoul Brunon.

30 AME, 5 Q 21, assistance aux tuberculeux. Procès-verbal des assemblées générales du Comité antituberculeux de l’Eure des 6 et 23 juin 1929. Le recrutement se fait presque exclusivement par l’intermédiaire des dispensaires d’Évreux et de Louviers pour un effectif de 60 enfants, alors que le préventorium est conçu pour en accueillir 120. De plus, la plupart des municipalités de l’Eure voient le placement en préventorium comme une dépense supplémentaire et non comme un acte de prévention à part entière.

31 ADE, 2 N 81, délib. CG (1929), « Préventorium d’Écouis ; rapport du médecin-inspecteur », 23 avril 1929.

32 ADE, 2 N 82, délib. CG (1930), « Inspection départementale d’hygiène ; rapport annuel ».

33 AIP, Fonds du CNDT, série CNDT. DPT 24, 1re pochette : correspondance, exercice année 1931, lettre du conseiller général Josse au ministre de l’Hygiène et de l’Assistance, 23 décembre 1931.

34 ADE, 2 N 84, délib. CG (1934), « Préventorium d’Écouis ; travaux et modifications au règlement », 9 mai 1934.

35 Établissement privé, situé dans la partie la plus accidentée de la Normandie, au sud de Bernay, à 60 km de la mer, sur un plateau entouré de bois de sapins, et pourvu d’une installation moderne, avec chauffage central, bains et douches. Il comprend 30 lits en dortoirs, 60 en chambres à deux lits, et 16 en chambres à un lit ; le prix de pension varie entre 5 et 8 francs par jour (« L’armement antituberculeux français », Revue de phtisiologie médico-sociale, t. 7, mars-avril 1926, p. 119).

36 L’établissement, situé à 5 km de Dreux, comporte 92 lits destinés à recevoir des enfants des deux sexes de préférence originaires des départements de l’Eure-et-Loir, de la Seine et de Seine-et-Oise, débiles, anémiques, rachitiques, ganglionnaires. Ce préventorium est géré par l’association dite « Fondation Consuelo-Balsan » ayant son siège social à Paris (« L’armement antituberculeux français », Revue de phtisiologie médico-sociale, t. 15, septembre-octobre 1934, p. 502-503).

37 ADE, 2 N 87, délib. CG (1938), « Préventorium d’Écouis ; traitements et salaires du personnel, prix de journée en 1938 », 25 janvier 1938.

38 Ibid.

39 Rapport du Dr Gibert sur la création de l’Union des œuvres de l’enfance, nouvelle organisation de l’Assistance infantile au point de vue médical et social, Le Havre, 1919 ; AIP, fonds du CNDT, côte CNDT. DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inférieure.

40 BMH, fonds précieux, Ms 881, documentation préventorium Saint-Denis, Héricourt-en-Caux, 8 décembre 1947.

41 Témoignage de Mme L. recueilli par Max Bengtsson, Saint-Vincent-de-Paul, quartier phare de la Porte-Océane, Fécamp, Éditions de l’Estuaire, 1999, p. 246.

42 ADSM, 1 NP 148, délib. CG (1932), 28 septembre 1932.

43 Arthur Armaingaud, « Les sanatoria maritimes pour les enfants scrofuleux et rachitiques », dans Quatrième Congrès international d’hygiène et de démographie. Comptes rendus et mémoires, Genève, H. Georg, 1883, t. 2, p. 221-240.

44 ADSM, 1 NP 136, délib. CG (1920), 27 septembre 1920. Allocution du Dr Guillard, directeur de la Ligue havraise contre la tuberculose.

45 ADSM, 1 NP 138, délib. CG (1922), séance du 28 septembre 1922.

46 AMF, 2 Q 1 : Assistance et prévoyance, sanatorium marin des Grandes-Dalles (1923) ; association du sanatorium marin des Grandes-Dalles, liste des souscripteurs, document classé confidentiel.

47 Stéphane Henry, « Le sanatorium marin des Grandes-Dalles dans l’entre-deux-guerres », dans Yannick Marec [dir.], Accueillir ou soigner…, op. cit., p. 367-397.

48 J. Le Grand, « Inauguration des nouveaux bâtiments du sanatorium marin des Grandes-Dalles », La Normandie médicale, no 9, septembre 1931, p. 245-252.

49 . ADE, 27 X 1, préventorium d’Écouis : correspondance, organisation, régime intérieur, legs Lebrun (1937-1956), pochette « Écouis, organisation », fonctionnement du préventorium au 15 décembre 1937.

50 . Henri Dupin, Alimentation et nutrition humaines, Paris, ESF Éditeur, 1992, p. 490.

51 ADE, 27 X 1, déjà cité.

52 Michel et Colette Vidhailet, Marguerite Maret, Pédiatrie, pédopsychiatrie, Paris, Elsevier-Masson, 2006, p. 63.

53 AMH, 4 Mi 516, « Sanatorium marin des Grandes-Dalles, armature sociale du département pour la lutte contre la tuberculose », Le Petit Havre, 17 juillet 1939, p. 3. Déclaration du Dr Barbé, médecin-résidant au sanatorium marin des Grandes-Dalles.

54 ADSM, 1 NP 140, délib. CG (1925), rapport du Dr Angeli, directeur du préventorium de Canteleu.

55 ADSM, 1 NP 138, délib. CG (1922), rapport du Dr Magnier, directeur du préventorium de Canteleu.

56 AMF, Archives privées Sanatorium des Grandes-Dalles, dossiers non inventoriés, boîte no 2 ; pochette « Renseignements sur les établissements hospitaliers », sanatorium des Grandes-Dalles, 1936.

57 ADE, 27 X 1, préventorium d’Écouis : correspondance, organisation, régime intérieur, legs Lebrun (1937-1956), pochette Écouis, lettre de la directrice du préventorium d’Écouis au préfet de l’Eure concernant les enfants difficiles en cure, 15 août 1935.

58 AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 1re pochette : correspondance, « Affaire Baissette », lettre du Dr Cailleret à la directrice du préventorium d’Écouis, Mme Drevelle, 26 août 1936.

59 « Chaque surveillante veille à la tenue des enfants qui lui sont confiés ; elle aide notamment à leur toilette, surveille leurs jeux, les assiste aux repas, et, en général, dans toutes les occupations de la journée » (art. 9 du règlement intérieur du préventorium d’Écouis ; ADE, 27 X 1, préventorium d’Écouis : correspondance, organisation, régime intérieur, legs Lebrun (1937-1956), pochette Écouis, organisation).

60 « La tâche confiée aux surveillantes n’est pas soumise à des heures fixes et elles doivent se trouver partout où les réclament le bon ordre et les soins à donner aux enfants » (art. 9 du règlement intérieur du préventorium d’Écouis, déjà cité).

61 ADE, 2 N 86, délib. CG (1937), « Préventorium d’Écouis ; travaux », 23 décembre 1937.

62 Léon Bérard, « Une manifestation nationale ; la lutte contre les fléaux sociaux », Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, t. 2, 1921, p. 49-71.

63 Raoul Brunon, « La sauvegarde de l’enfance à l’école », La Normandie médicale, supplément no 4 bis, 15 avril 1922, p. 37.

64 Armand Démousseau, Anatomie et physiologie humaines, microbiologie, hygiène. Programme scolaire de troisième en 1931, Paris, Masson et Cie, 1934, p. 188-190.

65 Ferdinand Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Alcan, 1911.

66 Georges Schreiber et Pierre Nobécourt, Hygiène sociale de l’enfance, Paris, Masson, 1920, p. 469.

67 Raoul Brunon, « Les colonies de vacances », La Normandie médicale, supplément no 11 bis, 15 novembre 1922, p. 129.

68 David Hughes, « Just a breath of fresh air in an industrial landscape? The Preston open air school in 1926: a school medical service insight », Social History of Medicine, n 17-3, 2004, p. 443-461.

69 Anne-Marie Châtelet, Dominique Lerch, Jean-Noël Luc, L’école de plein air : une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Paris, Recherches, 2003.

70 Léon Bernard, Robert Debré, Cours…, op. cit., p. 960.

71 Dans sa circulaire du 6 septembre 1922, le ministère de l’Instruction publique indique simplement qu’il est fort souhaitable que des établissements de la sorte se développent dans les grandes villes françaises.

72 Mme Le Plé, « La classe de plein air de Bois-Guillaume », La Normandie médicale, no 3, 1er mars 1923, p. 75.

73 AME, 1 D 057, registre des délibérations du conseil municipal (22 août 1924 au 6 août 1926), 2 septembre 1925, « école de plein air, renouvellement d’allocation ».

74 AMR, délibérations du conseil municipal de Rouen, 29 juin 1923.

75 ADSM, 5 M 129, rapport de fonctionnement de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le Dr Ott, au conseil général de Seine-Inférieure en 1925.

76 Sur 759 communes, les seuls services municipaux dont l’existence a été révélée sont ceux des villes de Rouen (budget : 63 660 francs), Le Havre (36 800), Dieppe, Elbeuf (17 224), Fécamp, Pavilly (250), Montivilliers (100), Darnétal (1 200), Bois-Guillaume (1 000), Bléville (40), Sanvic (300), Saint-Valéry en Caux, Saint-Étienne du Rouvray (3 000), Saint-Aubin Jouxte Boulleng, Bolbec et Saint-Martin du Manoir (100), soit 16 communes.

77 Charles Ott, « Un essai d’inspection médicale des écoles en Seine-Inférieure », Revue d’hygiène, no 47, 1925, p. 789 : « Le ministre de l’hygiène, Paul Strauss, adressa le 8 mars 1924 aux préfets une circulaire où il insistait sur la nécessité d’organiser l’inspection médicale des écoles, partout où elle n’existait pas, et préconisait la création d’un service départemental pour assurer cette inspection dans les communes qui n’auront pu ou voulu l’organiser spontanément. »

78 Ibid, p. 803.

79 Informations provenant des délibérations du conseil municipal du Havre, 25 février 1925, d’après le rapport du bureau d’hygiène du 16 janvier 1925 (AMH).

80 Alfred Cerné, « L’inspection médicale des écoles à Rouen », La Normandie médicale, no 4, 1er avril 1923, p. 101.

81 Gustave Panel, Démographie et statistiques médicales. Bilan annuel du Bureau d’hygiène municipal, Rouen, Micaux et Cie, 1920-1938.

82 ADE, 2 N 76, délib. CG (1924), « Inspection médicale des écoles ; organisation du service », 27 mai 1924.

83 ADE, 2 N 77, délib. CG (1925), « Inspection sanitaire des écoles », 19 mai 1925.

84 ADE, 62 X 1, inspection médicale des écoles, instructions, affaires générales, organisation du service. Rapport du conseil général de l’Eure sur l’inspection sanitaire des écoles, discuté lors de la session de mai 1925.

85 ADE, 2 N 77, délib. CG (1925), « Inspection sanitaire des écoles », 19 mai 1925.

86 ADE, 2 N 79, délib. CG (1927), « Lutte contre la tuberculose ; rapport de M. le docteur Lièvre-Brizard », 4 mai 1927.

87 AME, 5 Q 21, Assistance aux tuberculeux. Admissions en sanatorium (1930-1943), lettre du Dr Hortany, médecin inspecteur des écoles de la ville d’Évreux, au maire d’Évreux, le Dr Oursel, 25 septembre 1928.

88 ADE, 2 N 83, délib. CG (1931), « Santé publique ; création d’un Office départemental d’hygiène sociale », 29 avril 1931. M. Josse : « Lorsque j’observe le fonctionnement de l’inspection médicale des écoles dans d’autres départements où elle fonctionne dans de bonnes conditions, je ne puis que regretter amèrement qu’elle ne fonctionne pas dans le département de l’Eure. »

89 ADE, 2 N 83, délib C. G. (1931), « Office départemental d’hygiène sociale ; projet de création », séance du 30 octobre 1931.

90 ADE, 62 X 1, Inspection médicale des écoles, instructions, affaires générales, organisation du service. Rapport fait au nom de la commission d’hygiène sur le projet de loi relatif à la protection de la santé par Georges Legros, député, lors de la 2e séance de la chambre des députés, 11 juillet 1930.

91 ADE, 2 N 84, délib. CG (1934), « Préventorium d’Écouis ; travaux et modifications au règlement », 9 mai 1934. Voici quelques exemples de remarques notées pour un certain nombre de municipalités en 1936 : Rosay : école de garçons dans un état lamentable ; Pacy-sur-Eure : école de garçons dans un état lamentable et, petite classe, cube d’air insuffisant pour le nombre d’enfants ; Jouy-sur-Eure : id. ; Vernonnet : école de garçons, locaux trop étroits ; Bizy : id. ; Gamilly : id. ; de plus, peu d’enfants sont vaccinés contre la diphtérie, malgré une récente épidémie ; Gasny : école de garçons, locaux trop étroits ; Gaillon : école de garçons, très mauvaise hygiène, aération et éclairage insuffisants, classes trop petites, cube d’air insuffisant ; Aubevoye : tenue générale médiocre, classe supplémentaire nécessaire ; Ormes : pas d’urinoirs pour les garçons, pas de préau, classe aurait besoin d’être repeinte.

92 335 en 1933 ; 379 en 1934 ; 391 en 1936 ; 412 en 1938 (AIP, fonds du CNDT, série CNDT, DPT 24, 2e pochette : informations. Rapport du Dr G. Baissette, inspecteur départemental d’hygiène, année 1938).

93 ADE, 2 N 84, délib. CG (1934), « Rapport de M. le docteur Lièvre-Brizard, Inspecteur des Services départementaux d’hygiène ».

94 Ibid.

95 Pour plus d’informations concernant les travaux de Calmette et Guérin, se référer à deux articles très détaillés du Dr Legangneux : « Immunisation contre l’infection tuberculeuse », dans Recueil des publications de la Société havraise d’études diverses, Le Havre, Micaux frères, 1924, p. 296-297 ; et « Vaccination préventive contre la tuberculose », ibid., 1926, p. 57-64.

96 P.-H. Lagrange, « Vaccination antituberculeuse par le BCG : historique des découvertes et de ses controverses », Médecines et sciences, no 14, 1998, p. 314-319.

97 ADSM, 1 NP 140, délib. CG (1924), rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le Dr Ott.

98 Dans son ouvrage sur le bilan américain (Le rôle…, op. cit.), Alexandre Bruno élude la découverte de ce nouveau vaccin, car elle n’entre pas dans les prérogatives de la mission Rockefeller.

99 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 15 : les controverses suscitées par le vaccin BCG antituberculeux (correspondance, presse, dactylogrammes, tirés à part). Albert Calmette, « Tous les nouveau-nés doivent être vaccinés contre la tuberculose » et Georges Poix, « Sept années de preuves de l’innocuité du BCG », dans Je sais tout, [s. d.], p. 358.

100 M. Ferru, Pouvons-nous vacciner nos enfants contre la tuberculose avec le BCG ?, Paris, A. Legrand, 1939.

101 Albert Calmette, La vaccination préventive de la tuberculose par le BCG, Paris, Masson et Cie, 1928.

102 Le Dr Cailleret présente l’action du Dr Ott en faveur du BCG dans les dispensaires dès 1926 : « le Docteur Ott a tenu à ce que l’immunisation des nouveau-nés contre la tuberculose par le vaccin BCG y soit faite d’une façon suivie, comme dans les autres dispensaires d’ailleurs » (AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inférieure. Rapport du Dr Cailleret dans la Seine-Inférieure en août 1926).

103 Le Dr Ott a cette phrase sans équivoque en 1933 : « seul le département du Nord devance celui de la Seine-Inférieure pour le nombre des immunisations pratiquées. »

104 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, compte rendu des docteurs des dispensaires concernés, Rousseau pour Malaunay et Le Trait, et Ouvry pour Bolbec, au Dr Ott.

105 AMH, 4 Mi 516, « Sanatorium marin des Grandes-Dalles… », art. cité, p. 3. Chiffres cités par le préfet de Seine-Inférieure, Roger Verlomme, dans une allocution réalisée lors d’une visite au sanatorium des Grandes-Dalles en 1939.

106 Par exemple, on ne relève qu’une soixantaine d’enfants vaccinés par le BCG entre 1925 et 1928 dans le département de l’Isère (Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre…, op. cit.).

107 ADSM, 1 NP 151 à 1 NP 155, délib. CG (1935-1938), chiffres donnés par le directeur du préventorium de Canteleu, le Dr Angeli, dans ses rapports annuels entre 1935 et 1938.

108 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926). De nombreux autres cas sont répertoriés dans le rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène.

109 Office public d’hygiène sociale de la Seine-Inférieure, « Procès-verbal de la réunion du Comité de surveillance du 16 mars 1926 », La Normandie médicale, no 10, 1er octobre 1926, p. 198-201.

110 ADSM, 1 NP 142, délib. CG (1926), rapport de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le Dr Ott.

111 Albert Calmette, « Résultats de la vaccination préventive de la tuberculose par le BCG pratiquée dans les dispensaires de l’Office public d’hygiène sociale de la Seine en 1925, 1926 et 1927 », Bulletin de l’Académie de médecine, no 101, 1929, p. 609-613.

112 Dr Legangneux, « Vaccination préventive contre la tuberculose », dans Recueil des publications de la Société havraise d’études diverses, Le Havre, Micaux frères, 1926, p. 63.

113 AMF, 1 D 1 : registres des délibérations du conseil municipal de Fécamp (1719-1945). Registre no 30 : 9 septembre 1926 au 19 décembre 1928. Séance du 15 juin 1927 : vaccination des nouveau-nés contre la tuberculose.

114 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 21 : Commission du BCG de l’Académie de médecine (notes manuscrites, correspondance, presse), pochette enquête de janvier 1930.

115 Les critiques les plus virulentes se font surtout au niveau de la méthodologie présentée par Calmette, sur l’absence d’instance de contrôle dans les essais réalisés (« Vaccination antituberculeuse par le BCG : historique d’une découverte et de ses controverses », Médecine et sciences, no 14, 2008, p. 316).

116 Les noms des médecins/sages-femmes et leurs lieux d’exercice sont les suivants : Dr Wimaert d’Yport, Delgove de Neufchâtel, Leveil d’Elbeuf et Bouju de Rouen ; sages-femmes, Mmes Thorel de Dieppe, Partoy de Pavilly, Bourgeois de Dieppe et Chevallier de Sotteville-lès-Rouen ; AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 21 déjà cité, pochette enquête de janvier 1931.

117 « Notes sur l’histoire de la vaccination par le BCG en France, 1921-1970 », dans Tuberculose : place de la vaccination dans la maladie, Paris, Éditions INSERM, 2004, p. 109. Selon ce rapport, l’idée du droit pour les sages-femmes d’administrer la vaccination par le BCG est « restée sans suite ».

118 R. H. Hazemann, « Critical review of the dispensary organisation in France, with special reference to the administrative county of the Seine », Tubercle, 1936, p. 433-452.

119 ADSM, 5 M 259, Comité départemental du timbre antituberculeux (1927-1938) ; répartition des fonds collectés et des subventions, récompenses, correspondance, avis d’attribution (1933-1936). P. Armand-Dellile, « Le rôle de l’œuvre de Préservation de l’Enfance contre la Tuberculose (Œuvre Grancher) dans l’organisation départementale antituberculeuse », dans Œuvre Grancher. Préservation de l’enfance contre la tuberculose, Bulletin de la fédération des filiales, no 26, 1934, p. 7.

120 « Notes sur l’histoire de la vaccination par le BCG en France, 1921-1970 », dans Tuberculose : place de la vaccination dans la maladie, op. cit., p. 107.

121 AIP, fonds Service du BCG, côte BCG 15 : les controverses suscitées par le vaccin BCG antituberculeux (correspondance, presse, dactylogrammes, tirés à part). Groupe d’internes, « La querelle du BCG ou prudence est mère de sûreté », Revue médicale française, janvier 1929, p. 88 et 91-92.

122 AIP, ibid., « Le pour et le contre sur le BCG », La Vie médicale, no 23, 10 décembre 1935.

123 En 1930, 256 nouveau-nés (soit 84 % de tous les nouveau-nés) reçurent à Lübeck, en Allemagne, le vaccin oral contre la tuberculose, mais, à la suite d’une mauvaise manipulation, la culture vaccinale a été contaminée par des bacilles virulents de la tuberculose. À la suite de cette contamination vaccinale, sur les 256 enfants vaccinés, 77 enfants moururent d’une tuberculose généralisée, 131 eurent une tuberculose clinique avec guérison et 41 ne présentèrent aucun symptôme. Ce drame fut rappelé régulièrement par les opposants au BCG ou à la vaccination en général, qui y voient une preuve du caractère dangereux de ce vaccin. Il faut rappeler pourtant qu’aucune condamnation ne fut prononcée contre l’Institut Pasteur de Paris, qui s’était contenté de fournir des souches saines de BCG à des médecins régulièrement diplômés et haut placés qui en avaient fait la demande. Ce drame eut de lourdes conséquences ; en effet, malgré les résultats de la commission d’enquête excluant toute responsabilité du BCG, il fallut attendre, après de nombreuses réunions d’experts internationaux, 1948 pour que l’innocuité du BCG soit vraiment acceptée et que commencent les grandes campagnes de vaccination antituberculeuse.

124 Marina Gheorghiu, « Le BCG, vaccin contre la tuberculose : leçons du passé pour aujourd’hui », dans A.-M. Moulin (dir.), L’aventure de la vaccination, Paris, Fayard, 1996, p. 219-228.

125 Citation reprise lors d’une séance du conseil général de Seine-Inférieure en 1938 (ADSM, série 1 NP 154, 10 mai 1938).

Table des illustrations

Titre Tableau 50. Mortalité tuberculeuse pour les différentes tranches d’âge en 1919
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Carte 51Localisation des centres de l’enfance (tuberculose)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 52. Suivi médical des enfants au préventorium Saint-Denis en 1938*
Légende * Source : AIP, fonds du CNDT, côte CNDT, DPT 68, correspondance avec le Comité départemental de Seine-Inférieure. Préventorium Saint-Denis à Héricourt-en-Caux, Rapport moral pour l’année 1938, Le Havre, Micaux frères, 1939.** Sauf indication contraire.*** E pour Entrée ; S pour Sortie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Tableau 57. Décès par tuberculose pour les enfants ayant moins d’un an entre 1907 et 1939
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Graphique 59. Vaccination des nouveau-nés contre la tuberculose par le BCG en France de 1924 à 1936*
Légende * Source : Georges Brouardel, Jacques Arnaud, L’organisation antituberculeuse française, Paris, Masson et Cie, 1934, p. 137.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 60. Analyse des décès par tuberculose de la catégorie d’âge 1-19 ans de trois communes de Seine-Inférieure
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search